À droite, l'école et ses élèves normaux, comme tout le monde.À gauche, le centre de redressement pour jeunes dangereux.Maintenant réunis, pour le pire.
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



Votez pour le forum

~ Étendez l'expérience ~

 :: ISS - Bâtiment A :: Toit Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Let me love you [PV Melo ♥]

Sam Bellefeuille
Membre absent
avatar
Féminin
Messages : 23
Né(e) le : 11/09/2001
Date d'inscription : 09/06/2017
Age : 16
Niveau d'études/Métier : Bêta (entre la deuxième et la troisième année)
Situation amoureuse : Néan
Nationalité : Française
Voir le profil de l'utilisateur
http://indare-division.forumactif.com/t656-fcking-youth-samia-bellefeuille

Jeu 15 Juin - 23:04

   
LET ME LOVE YOU

Les élèves qui se chamaillent. Les élèves qui se lattent. Les élèves qui bavardent. Les élèves qui crient. Les élèves qui rigolent. Les élèves qui chantonnent, totalement faux.  Les élèvent qui perturbent les cours. Les élèves qui soupirent. Les élèves qui râlent. Les profs qui déblatèrent d'une voix monotone. Les profs qui intéressent leurs élèves. Les profs qui font la morale à leurs élèves. Les profs qui s'amusent avec leurs élèves. Les profs qui désespèrent de leurs élèves. Les profs qui dépriment, tout simplement. Tout ce joyeux bordel, traditionnel les jours de cours, résonne encore dans la tête de Samia. Elle a fait l'effort de ne pas sécher ce matin, mais même avec une dose dans le nez, elle a eu du mal à supporter ça.
Et là, réfugiée sur le toit, elle s'allonge paisiblement. Son carnet à dessin trône fièrement à son coté, et dans quelques minutes elle aura repris ses croquis. A moins qu'elle ne finisse par s'endormir sur le sol chaud ? Non, impossible. Elle n'est pas assez détendue pour cela.

Elle reprend doucement ses esprits, tandis qu'elle sent les substances présentes en elle s'évaporer doucement dans la nature. Alors, à toute allure, elle réfléchit : elle ne pourra pas se repoudrer avant d'avoir regagné sa chambre ce soir, et les effets de la cocaïne se seront totalement dissipés avant. Un après-midi en cours sans rien dans le sang ? Impossible. Ou alors, devrait-elle sécher. Non. Ils la gardent à l'œil en ce moment… Elle soupire, projette son regard tout autour d'elle : personne en vue. Et comme la pause-déjeuner se prolonge pour elle jusque quinze heures aujourd'hui, elle a le temps de fumer un petit peu.

"Au pire, je cramerai aussi une clope à la récré…" elle chuchote.

Son joint allumé, elle attrape un crayon et reprend son activité du jour. En même temps, elle pense ; elle n'a jamais aimé le mot "joint". Elle le trouve vulgaire. Pas qu'elle-même ne soit pas vulgaire, bien au contraire, mais elle a toujours trouvé étrange qu'il n'existe pas de synonyme de ce mot dans un niveau de langue un poil plus soutenu, mis à part "cigarette de Cannabis", qui, soyons honnête, est bien pire.
A force de fumer ce genre de conneries, depuis des années, ça ne lui fait même presque plus d'effet. C'est sans doute surtout psychologique.

"... Mais putain, c'est tellement bon."
   

CODE DE PHOENIX O'CONNELL POUR NEVER UTOPIA
   


Dernière édition par Sam Bellefeuille le Mar 25 Juil - 17:10, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Melody Lawford
ISS |:| Quatrième année
avatar
Féminin
Messages : 442
Né(e) le : 14/10/1999
Date d'inscription : 03/01/2017
Age : 18
Niveau d'études/Métier : Troisième année
Situation amoureuse : Mariée
Nationalité : Ecossaise
Commentaires/Citations : Veut DEFINITIVEMENT tuer un élève des Forge selon une rumeur sur lui et ma colocataire
Voir le profil de l'utilisateur
http://indare-division.forumactif.com/ http://indare-division.forumactif.com/t88-la-beaute-triste-d-une-fille-perdue http://indare-division.forumactif.com/t726-le-club-des-cliches-screens

Ven 16 Juin - 0:43
Let me love you

ft Sam

ft Sam



Rencontre gênante
C'était depuis déjà quelques jours la fin de l'année scolaire et donc des cours. Evidemment, même si j'allais mieux, on préférais me garder sous surveillance. Du moins pour un certain temps, il était en effet question de me changer de programme pour reprendre l'année prochaine en ISS, Tradition ou Echange selon mon choix, mais aussi de me réintégrer dans mon ancien travail. En effet, Nitroplus me proposait tout de même de reprendre un contrat avec eux, de part la popularité que j'avais auprès de leurs acheteurs. C'était pour moi, une nouvelle étape. Un nouveau départ.

J'avais reçu l'appel de ma manageuse concernant cette offre d'emploi hier soir et j'avais eu de la misère à dormir de part cela. J'aurais dû être heureuse de voir mon cauchemar personnelle et médiatique derrière moi mais il n'en était rien. Une seule pensée parvenait à se frayer un chemin et à dominer les autres. Une question sempiternelle qui me plongeait dans les abîmes de l'hésitation. Cette perspective ne venait- elle pas troubler celle de mon nouveau projet de chanter à corps et à cri pour conter mon amour de Naomi de part le monde? Si je reprenais le travail qui était le mien auparavant je ne pourrais pas disposer de mon propre emploi du temps. Peut-être devrais-je abandonner mes études de nouveau ou les partager avec mes voyages et shooting. Peut-être verrais-je moins Naomi? Peut-être devrais-je même quitter Naomi pour toujours et elle m'oublierait.. Cette pensée m'arrachait le cœur mais celle-ci était presque omniprésente depuis lors.

Confrontée à un tel dilemme, je m'étais levée tôt le matin, m’affublant d'un jean à trou, un débardeur blanc avec un motif de cœur ainsi qu'une veste à capuche avec des oreilles de chat sur celle-ci. Je pouvais en effet profiter de la jonction entre cours d'été et cours classiques pour m'habiller selon mes désirs mais aussi agir à ma guise. J'avais donc quitté ma chambre, déposant un baiser sur le front de ma dulcinée endormie pour m'aventurer dans les couloirs à la quête d'une réponse contre ce marasme dans lequel je me trouvais. La question était simple : Devais-je privilégier ma carrière ou ma vie sentimentale? Au fond de moi je savais que des centaines de perspectives m'étaient offertes de m'accomplir de nouveau dans mon domaine mais sans Nao. Sans celle qui ferait battre mon cœur. Ou bien, je délaissais ma carrière pour vivre dans l'ombre de Naomi sans condition. C'était mon premier choix et je n'en démordais pas mais il s'avérait utile d'y réfléchir avant que le moment ne soit trop tard.

Les secondes s’égrainèrent, les minutes s'écoulèrent, les heures passèrent mais toujours pas l'ombre d'une décision. Au fond de moi, je désirais reprendre mon travail. Échapper de temps à autre au quotidien morne de l'institution pour parcourir le monde comme si rien n'était arrivé mais on n'efface pas n passé de cette manière. Même si je le pouvais je ne le ferais pas. Je ne le ferais car même si je devais revivre cent fois ce calvaire, je le ferais. Je le ferais pour avoir un jour une chance de voir Naomi me sourire. Sourire à celle qu'elle aime. Doux rêve et captivante illusion. C'est ainsi qu'on capture les esprits faibles. Les esprits comme les miens.

Je soupirais tout en montant les escaliers menant au toit des ISS. En effet, mes errances m'avaient conduite jusque là et j'avais dès lors pris la décision de me rendre sur le toit sans trop y réfléchir. J'avais du choisir ce lieu car il m'était plutôt familier : en effet, je m'y rendais souvent, de jour comme de nuit pour réfléchir en observant l'horizon ou le ciel étoilé, pensive, ou parfois j'y chantais; ce lieu était presque désert et la chaîne retenant la porte avait été retiré par le club d'astronomie pour qu'ils puissent s'adonner à leurs activités. Une aubaine pour ceux désirant un peu de quiétude et de calme. Même si avec du recul, je n'avais jamais vu aucun membre du dit-club ou ne serait-ce que du matériel qui laisserait penser qu'ils sont encore en activités. Enfin..

J'espérais de ce moment de tranquillité de pouvoir extérioriser ma frustration mais aussi de prendre une décision. Je commençais dès lors à chantonner une chanson que j'avais entendue il y'a de cela longtemps et qui représentait bien mes sentiments envers ma colocataire actrice tout en grimpant les marches vers mon paradis de quiétude. J'atteignais le palier, poussant la porte métallique qui me séparer du grand air et de la quiétude

-"I can never say it...
anata ni tsutawaru deshou
Let me love you.."


Je m'arrêtais aussitôt de chanter, désarçonnée. En effet, une fois la porte ouverte, j'aperçus une silhouette, étendue là. Une jeune femme m'avait, semble t-il devancé dans l'idée de s'écarter du monde pour réfléchir. Je refermais doucement la porte, un peu gênée d'avoir interrompue son moment de calme, hésitant même à rebrousser chemin avant de m'adresser à elle, timidement, le rouge aux joues.

-"Bon..bonjour.. excuse moi..."

De nombreux pensées se bousculaient dans ma tête : et si c'était quelqu'un du personnel, je risquais d'avoir des ennuis, après tout une suicidaire sur un toit interdit aux élèves... de plus il pouvait aussi s'agir d'une Forge qui pouvait ressentir le besoin de me faire regretter mon impudence de la déranger..si je me battais Naomi me tuerait...et elle la tuerait aussi ceci dit... Mon cerveau s'aperçut alors d'un détail des plus gênants : elle avait dû m'entendre chanter ! Je n'étais pas très friande de donner en spectacle ma voix sans m'y préparer à vrai dire et je crois que mes joues pivoines devait en être une bonne preuve.






We will always be friend, just friends..
J'écris en #ff99cc
Revenir en haut Aller en bas
Sam Bellefeuille
Membre absent
avatar
Féminin
Messages : 23
Né(e) le : 11/09/2001
Date d'inscription : 09/06/2017
Age : 16
Niveau d'études/Métier : Bêta (entre la deuxième et la troisième année)
Situation amoureuse : Néan
Nationalité : Française
Voir le profil de l'utilisateur
http://indare-division.forumactif.com/t656-fcking-youth-samia-bellefeuille

Jeu 27 Juil - 11:58

 
LET ME LOVE YOU

Petit à petit, Sam a fini par se perdre dans les notes rythmées du morceau qui tourne à l'intérieur de sa tête. Elle n'a pas de téléphone, ni d'ordinateur, ni de walkman ou de MP3, aucune source de musique à portée de main, et pourtant elle l'entend clairement. Elle n'entend même plus que lui, il imprègne son cerveau et résonne dans sa tête à lui en percer les tympans. Mais elle aime ça. Ce morceau, c'est une improvisation à la basse qu'elle a fait il y a quelques jours, et qui lui est resté dans la tête. Et il si rare qu'elle se souvienne d'une de ses improvisation qu'elle aime à se la rejouer en boucle intérieurement.

Mais, alors qu'elle se remémore une fois de plus le bridge qui survient à presque la moitié du morceau, un bruit la tire de ses pensées. Pas un bruit comme tous les autres, assurément, car les autres paraissent si infimes et lointains quand elle se perd dans ses pensées qu'elle ne les entend pas. Non, ce bruit-ci parvient même à l'arracher à son torrent d'idées et de notes de musique mêlées. Ce bruit-ci est bien plus proche, et elle n'en prend totalement conscience que quelques secondes plus tard, lorsqu'elle parvient à sortir totalement de sa bulle intérieur qui la coupait jusqu'à présent du monde. En réalité, ce bruit n'a rien d'un bruit : c'est un chant. Un chant féminin, simple mais cristallin, magnifique. Un chant comme on en entend rarement.

Sam se laisse, l'espace d'un instant, transporter par cette rareté, par cette beauté, avant que celle-ci ne soit brusquement coupée ; le chant s'interrompt, laissant place à une voix gênée et timide. La voix se confond en excuses, visiblement effrayée à l'idée d'avoir pu déranger le calme qui régnait sur le toit avant son arrivée, mais Sam ne sourcille pas ; elle poursuit son croquis comme si elle n'entendait même pas ce qu'il se passait autour d'elle. Puis, quand enfin la voix cesse de s'excuser pour rester dans l'attente d'un quelconque événement, elle pose son crayon et ferme les yeux :

"I can say... I can say...
I can never say it...
hoka ni wa nanimo hoshikunai
I can say... I can say...
I can never say it...
anata ga itara ii
Let me love you"


La voix de Sam est claire mais plus grave que la première ; lorsqu'elle chante cela dit, on lui répète depuis toujours qu'il y a quelque chose d'apaisant, de doux dans sa voix. Elle ferme son carnet et lève les yeux vers la source de la voix cristalline, un demi-sourire aux lèvres et un léger rire en tête :

"Le toit est à tout le monde, fais comme chez toi."

La silhouette qu'elle distingue entre deux rayons de soleil est celle d'une jeune fille. Ou peut-être d'une femme ? Qu'importe ; cette personne à la voix magnifique a eu beaucoup de chance que Sam soit dans un bon jour. L'adolescente elle-même s'étonne de sa bonne humeur soudaine. Peut-être est-ce la beauté du chant qui l'a instantanément mise dans cet état ? Ou peut-être la chanson en elle-même, qui lui a rappelé les bons moments passés à jouer à des jeux vidéos, à regarder des animes et à en apprendre les soundtracks par cœur avec sa sœur lorsqu'elle était plus jeune ? Elle n'en a aucune idée. Mais si elle parvient même à esquisser la moitié d'un sourire, il y a forcément quelque chose de magique dans l'air, pense-t-elle.

Alors que son regard s'habitue à la luminosité excessive, Sam peut enfin distinguer l'apparence de son interlocutrice : il s'agit bel et bien d'une jeune fille, qui doit avoir son âge ou un peu plus. Une élève, en tout cas. Elle semble plutôt grande, du moins vu d'au dessous, et mince. Son visage est fin, ses yeux grands et ses cheveux longs. Immédiatement, elle rappelle à Sam la poupée qu'elle avait reçu pour ses six ans, à Noël. C'était exactement la même, à un détail près : Mercredi – car c'était son nom – avait, elle, tout l'accoutrement d'une véritable star de la musique.
L'adolescente ne s'en remet pas, et reste ainsi à fixer la jeune fille, des paillettes dans les yeux, plusieurs secondes. Puis, parvenant enfin à cacher son trouble, elle hoche la tête :

"Moi c'est Sam. Enchantée."

D'où lui vient cet élan impressionnant de sociabilité ? Impossible de le savoir. Mais elle a la sensation que si elle décide de faire la connaissance de cette jeune fille, ici et maintenant, ce sera différent. En réalité, elle a comme l'impression de déjà la connaitre.
 

CODE DE PHOENIX O'CONNELL POUR NEVER UTOPIA
Revenir en haut Aller en bas
Melody Lawford
ISS |:| Quatrième année
avatar
Féminin
Messages : 442
Né(e) le : 14/10/1999
Date d'inscription : 03/01/2017
Age : 18
Niveau d'études/Métier : Troisième année
Situation amoureuse : Mariée
Nationalité : Ecossaise
Commentaires/Citations : Veut DEFINITIVEMENT tuer un élève des Forge selon une rumeur sur lui et ma colocataire
Voir le profil de l'utilisateur
http://indare-division.forumactif.com/ http://indare-division.forumactif.com/t88-la-beaute-triste-d-une-fille-perdue http://indare-division.forumactif.com/t726-le-club-des-cliches-screens

Jeu 27 Juil - 17:00
Let me love you

ft Sam

ft Sam



La confiance en un regard..
Je dois avouer que la suite de l'entrevue était des plus inattendues. En effet, mon interlocutrice,silencieuse, posa son crayon avant de se mettre à chanter elle-aussi. Aussi surprenant qu'était la tournure de l'événement, les paroles m'étonnèrent plus encore. En effet, il s'agissait des paroles de la chanson que je fredonnais quelques instants auparavant. Je restais ébahie devant une telle connaissance musicale mais aussi une maîtrise de sa voix que je n'avais pas encore parfaitement. De plus, la voix de la demoiselle était quelque peu plus grave que la mienne mais cela sied parfaitement à la chanson et à son caractère assez mélancolique. Oui elle avait une jolie voix. Une voix assez semblable à celle que j'ai lorsque je ne chante guère d'ailleurs. Une fois l'air terminée, elle m'adresse un sourire radieux, resplendissant.

"Le toit est à tout le monde, fais comme chez toi."

Je ne peux m'empêcher de sourire en retour tout en faisant quelques pas vers la demoiselle pour mieux la voir. La jeune fille a des traits fins, des yeux d'une couleur assez originale et fascinante, et des cheveux de jais assez longs. Elle dégage un certain charme. Un charme différent du mien. Différent de celui de Naomi. Différent de celui que je voyais sur les podiums et les shootings. Un charme fait d'originalité. Je dois dire que je l'envie presque d'être si unique. Enfin.. Il serait bon de répondre à la demoiselle avant qu'elle ne s'inquiète de ce silence suspendue dans l'espace.

-"Mer..Merci.."

Étrangement, je me sens comme intimidée. Peut-être est-ce car je crains toujours que cette escapade proscrite ne me vaille des représailles. En tout cas, je peux être certaine que la cause n'en sera pas cette jeune fille. Elle dégage une certaine douceur et aucune agressivité ou autre sentiment négatif n'émane de ses paroles. Peut-être m'en ferais-je une amie? Peut-être me donnerait-elle une réponse à mon cruel dilemme? Je ne pouvais en espérer autant pourtant j'arrivais à y croire, au fond de moi. Mon instinct s'efforçait de me faire comprendre que quelque chose de spécial était en train de se passer mais je ne saurais dire quoi. Si, j'avais confiance. Pour la première fois depuis longtemps. Confiance sans aucun raisonnement ou preuve pouvant corroborer mon impression. En avais-je besoin cependant? Non. Parfois il est bon d'agir sans devoir réfléchir à tout les tenants et aboutissants : pour une fois je pouvais le faire.

"Moi c'est Sam. Enchantée."

Je hochais la tête faiblement avant de prendre place à côté de la demoiselle, m'asseyant, sans ressentir le besoin de lui demander la permission. Comme si il était naturelle de la part d'une inconnue, une étrangère de venir s'immiscer dans les activités d'une autre. Je souriais timidement alors à Sam avant de me présenter en bonne et due forme.

-"Enchantée je m'appelle Melody Williams.." dis-je de ma voix grave et posée avant de percuter quelque chose qui me fit rougir bêtement.

Comprenez une chose. Il peut paraître banale de se présenter. Ça ne l'es pas vraiment pour moi. Plus depuis un an ou presque du moins. Il me paraît souvent évident que les gens me reconnaissent et lorsque c'est le cas, je préfère éviter que le lien entre mon visage et mon nom ne puisse se faire, surtout dans le but d'éviter que je ne souffre plus de mes erreurs passées. Autant me présenter de la sorte, "Bonjour, j'ai essayé d'assassiner une fille en l'étranglant à mort avant de tenter de m'ôter la vie pour une stupide histoire de fesses et de jalousie", que de donner mon nom sans détour, cependant je venais de le faire. Je décidais aussitôt de changer de sujet pour éviter que le lien ne puisse s'opérer, lui adressant de suite un compliment.

-"Tu as une voix magnifique Sam et tu es très jolie"

Je n'ai jamais été avare de compliment, aussi, je ne voyais pas le problème à vanter les attraits de mes amies. Il me faut cependant être honnête : je ne le faisais que peu pour éviter de briser les codes de comportements usuels et surtout car je n'en avais que peu l'opportunité.

-"Tu t'ennuies pour venir sur ce toit ou tu viens comme moi car il est calme?"

Quitte à partager un moment ensemble, autant en apprendre un peu plus sur la jeune femme afin d'essayer de me lier à elle.






We will always be friend, just friends..
J'écris en #ff99cc
Revenir en haut Aller en bas
Sam Bellefeuille
Membre absent
avatar
Féminin
Messages : 23
Né(e) le : 11/09/2001
Date d'inscription : 09/06/2017
Age : 16
Niveau d'études/Métier : Bêta (entre la deuxième et la troisième année)
Situation amoureuse : Néan
Nationalité : Française
Voir le profil de l'utilisateur
http://indare-division.forumactif.com/t656-fcking-youth-samia-bellefeuille

Mer 2 Aoû - 12:38


LET ME LOVE YOU

Le sosie de Mercredi, à présent assise à coté de Sam, se présente : elle s'appelle Melody Williams. Son nom sonne purement anglais. Est-elle originaire d'ici ?
Melody n'a pas l'air très à l'aise avec son prénom, sans que Sam ne comprenne bien pourquoi. Malgré que celle-ci lui adresse un "Joli prénom !", la jeune fille semble ne pas vouloir s'attarder sur le sujet et s'empressent d'en changer en lui adressant un compliment. Cela fait rire intérieurement Sam, qui se retrouve tout de même très touchée par l'affirmation de la lycéenne et baisse la tête sur son carnet pour tenter vainement de cacher ses pommettes à présents roses. Elle lui répond un "Ah ? Mh, merci !" assez étonné, et Melody enchaine sur une autre question, semblant vouloir engager la conversation :

"Tu t'ennuies pour venir sur ce toit ou tu viens comme moi car il est calme?"

Elle semble avoir la parole facile. Ordinairement, Sam n'aime pas trop les gens comme ça. Elle n'est pas à l'aise avec eux, car elle-même n'a pas cette facilité à aborder les gens. Pas qu'elle les envie, bien sur, mais simplement, ils la mettent mal à l'aise. Et pourtant, cette Melody, elle, n'a pas cet effet là sur la brunette, qui désigne son carnet à croquis de sa main n'étant pas occupée par sa cigarette et relève la tête vers sa elle dans un autre demi-sourire :

" Ici c'est plutôt calme, alors je viens me planquer là quand rester en cours devient trop oppressant." Elle marque un pause, puis questionne à son tour "Et toi, tu viens ici pour chanter, c'est ça ? C'est étrange qu'on ne se soit jamais croisées avant, ça fait déjà quelques mois que je traine par ici pourtant."

En attendant la réponse de Melody, elle jette un œil autour d'elle. Le décor n'a pas changé, il est toujours le même que la dernière fois qu'elle est venue, toujours le même que la fois d'avant, et que la fois d'encore avant même. Le sol chaud, la vue sur le ciel bleu à peine parsemé de nuages, l'odeur du parc situé juste au dessous se mêlant à l'odeur de nourriture échappée de la cafétéria, le calme ambiant ; elle avait déjà remarqué à quel point cet endroit était apaisant, mais aujourd'hui tout cela lui semblait décuplé, sans qu'elle ne comprenne bien pourquoi. Elle adressa un regard souriant à Melody :

"D'ailleurs, si t'es venue ici pour chanter, chante je t'en prie. Je crois que tu l'as compris, c'est pas moi que tu dérangeras. Et puis, tu as une très jolie voix. Sans rire, ça faisait longtemps que j'avais pas entendu un chant comme le tien."

Elle aurait pu poursuivre en lui disant qu'elle trouvait que son chant avait quelque chose de doux, d'angélique, d'apaisant, mais elle n'ose pas. Sam n'est pas très bavarde, originellement. Il est déjà impressionnant qu'elle ait la parole aussi facile. Il est déjà impressionnant qu'elle se sente aussi bien en compagnie de quelqu'un qu'elle ne connait pas, en fait. Mais finalement, c'est agréable. Ça faisait des lustres qu'elle n'avait pas ressentit ça, et pour la première fois depuis longtemps, elle ne se pose pas véritablement plus de question que de raison. Elle se contente de savourer le moment.

CODE DE PHOENIX O'CONNELL POUR NEVER UTOPIA

Revenir en haut Aller en bas
Melody Lawford
ISS |:| Quatrième année
avatar
Féminin
Messages : 442
Né(e) le : 14/10/1999
Date d'inscription : 03/01/2017
Age : 18
Niveau d'études/Métier : Troisième année
Situation amoureuse : Mariée
Nationalité : Ecossaise
Commentaires/Citations : Veut DEFINITIVEMENT tuer un élève des Forge selon une rumeur sur lui et ma colocataire
Voir le profil de l'utilisateur
http://indare-division.forumactif.com/ http://indare-division.forumactif.com/t88-la-beaute-triste-d-une-fille-perdue http://indare-division.forumactif.com/t726-le-club-des-cliches-screens

Mer 2 Aoû - 14:04
Let me love you

ft Sam

ft Sam



Communion


" Ici c'est plutôt calme, alors je viens me planquer là quand rester en cours devient trop oppressant."

Je souriais à demi tout en perdant mon regard dans l'azur du ciel, mes yeux suivant avec peu d'attentions le voyage mélancholique des moutons cotonneux parsemant l'immensité bleue. Comme je la comprenais. Tout les toits d'Indare n'avait plus de secret pour moi. Le sentiment qu'elle me décrivait n'était que trop familier pour moi. Combien de fois avais-je fui l'ambiance pesante, les murs oppressants de l'établissement pour aller rêver d'une autre vie, d'un autre avenir, de Naomi. Désormais, même si Naomi m’était proscrite, je pouvais toucher du bout des doigts le rêve d'un retour à ma vie d'avant,ma vie d'avant mais plus forte de nombreuses rencontres qu'à l'époque.

"Et toi, tu viens ici pour chanter, c'est ça ? C'est étrange qu'on ne se soit jamais croisées avant, ça fait déjà quelques mois que je traîne par ici pourtant."

Je tournais légèrement la tête pour croiser son regard si particulier de part sa teinte et sa clarté avant de lui sourire en passant une main dans mes cheveux, encore un peu gênée par l'idée qu'elle puisse avoir surpris ma chanson.

-"Disons que je viens rarement sur celui-ci.. je viens plutôt sur le toit du dortoir et j'ai eu peu de temps pour venir flâner à vrai dire.." dis-je en un éclat de rire un peu forcé.

Je ne mentais pas vraiment. Je n'étais pas allé sur un toit depuis cette nuit pluvieuse ou j'avais pris la décision de tout lui dire, lui livrer mon cœur sur un plateau. La nuit où j'avais vu ce dernier être refusé tacitement. La nuit où j'avais décidé de chanter pour qu'un jour mon amour puisse atteindre ses oreilles et qu'elle saisisse la pureté et la force de mes sentiments. La nuit où j'avais décidé que ma voix s'était trop longtemps tut. Je restais silencieuse un petit moment à la regarder

Nos regards se croisèrent alors un court instant et elle me fit un sourire avant de me gratifier de quelques mots.

"D'ailleurs, si t'es venue ici pour chanter, chante je t'en prie. Je crois que tu l'as compris, c'est pas moi que tu dérangeras. Et puis, tu as une très jolie voix. Sans rire, ça faisait longtemps que j'avais pas entendu un chant comme le tien."

Je ne pus m'empêcher de rougir devant un tel compliment, fuyant dès lors son regard pour éviter que mes joues ne se teintent davantage. On ne m'avait encore jamais complimenté sur ma voix. On m'avait donné des conseils. Enseigner. Analyser. Lua l'avait fait par exemple mais jamais quiconque ne m'avait dit que je chantais bien. Je répondais dès lors en jouant avec mes cheveux, nerveusement, le regard perdue dans le vide, un certain sourire triste gravé au coin des lèvres.

-"Je ne suis pas vraiment venue chanter.. enfin oui mais.. j'ai juste besoin de réfléchir à une proposition de travail.. disons que j'ai peur d'y perdre plus que d'y gagner.."

Oui j'allais y perdre encore plus de temps avec Naomi. Était-ce un problème? N'avais-je pas perdue trop de temps auprès d'elle pour que les choses redeviennent comme avant? Quand j'étais sa priorité?Avait-elle seulement besoin de moi? Je ne saurais vraiment le dire. Quelque chose au fond de moi me disait de ne pas abandonner mes sentiments. Ce projet. Quelque chose me hurlait que je finirais par être récompensée. Que la vie m'offrirait d'autres joies dont certaines avec elle. Quelque chose m'intimait que mon amour me rendait spéciale. Je décidais donc de balayer au loin ses pensées en me chauffant légèrement la voix. Mon esprit se concentra sur l'air de la chanson et se remémora la suite : nous arrivions à la partie que je préférais. C'était la plus prenante émotionnellement. J'invitais Sam à me rejoindre dans un duo par un sourire d'encouragement avant de laisser ma voix grave mais douce s'élevait dans le silence du lieu.

-"I can say.. I can say...
I can never say it...
hoka ni wa nanimo hoshi kunai..
I can say.. I can say..
I can never say it !
anata ga itara ii...
Let me love you..
Onegai mou sukoshi dake..
Ikanaide..."


Les notes de la musique s'était emportées dans ma tête tout comme dans l'oeuvre originale alors que je partageais ce duo avec une nouvelle amie dont je n'avais pas quitté le regard une seule seconde. Une communion qui venait de me faire oublier pour un bref instant mes tracas. Parfois l'amitié naissante est un magnifique remède.






We will always be friend, just friends..
J'écris en #ff99cc
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Let me love you [PV Melo ♥]
» Love is in the air
» Georges Lucas in Love
» Love me tender
» Love JOy

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Institution Indarë :: ISS - Bâtiment A :: Toit-
Sauter vers: