À droite, l'école et ses élèves normaux, comme tout le monde.À gauche, le centre de redressement pour jeunes dangereux.Maintenant réunis, pour le pire.
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


Votez pour le forum

~ Étendez l'expérience ~
Venez voter pour votre rp préféré du mois de Janvier

 :: South London :: Brixton :: Fantasy Land Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Elle et moi.. (Solo)

Melody Williams
ISS |:| Quatrième année
avatar
Féminin
Messages : 681
Né(e) le : 14/10/1999
Date d'inscription : 03/01/2017
Age : 18
Niveau d'études/Métier : Quatrième année
Situation amoureuse : En couple avec Naomi
Nationalité : Ecossaise
Voir le profil de l'utilisateur
http://indare-division.forumactif.com/ http://indare-division.forumactif.com/t88-la-beaute-triste-d-une-fille-perdue http://indare-division.forumactif.com/t726-le-club-des-cliches-screens

Ven 12 Jan - 16:09
Elle et moi..
Est-ce un rendez-vous?


"Coucou mon cœur,
Ne t'inquiète pas si tu me trouves pas à la maison, je suis partie à Fantasy Land avec Vivi. Je t'ai préparé un plat que tu aimes, il est dans le four, je te laisse apprécier la surprise <3 Je rentre pas trop tard Naomi, je t'aime <3"


"J'arrive d'ici quelques minutes, ne sois pas trop en retard"

Voilà les messages que je rédigeais sur mon téléphone tout en arpentant les rues de Londres, habillée d'une marinière blanche et rose et d'un jean déchirée par endroits, sous un ciel couvert mais clément. La sortie d'aujourd'hui n'était en rien programmée. Je m'étais réveillée ce matin en entendant mon téléphone vibrer et c'est après m'être extirpée des draps avec difficulté, non sans déposer un baiser sur le front de ma blondinette endormie, que je m'étais décidée à le lire.

-"Hey sœurette ! Je suis sur Londres et je voulais savoir si tu voulais passer la journée avec moi ? Tu passes suffisamment de temps avec cette nana pour que je me sentes jalouse ! Allez en plus j'ai deux places pour Fantasy Land! Je t'attends devant Fantasy Land pour 10 h !"

9h 22. Que faisait ma sœur à Londres? Je ne parvenais pas à répondre à cette interrogation cependant je n'avais pas le loisir d'y réfléchir au vu de l'heure. Je gardais donc ce questionnement pour plus tard et pour la principale intéressée. Il fallait prendre une décision. J'avais hésité un certain moment sur la marche à suivre: devais-je ignorer ma sœur et profiter de mon temps avec Naomi ou devais-je l'accompagner pour passer un peu de temps avec ma sœur que j'avais tendance, involontairement, à laisser de côté au profit de ma relation naissante avec mon ex-colocataire d'Indare, ma fin de carrière de mannequinat et mes obligations de présidente du conseil des élèves? J'avais fini par porter mon choix sur la seconde option et je m'étais habillée en vitesse pour rejoindre ma presque jumelle.

Il était désormais 9 h 56 et j'arrivais non loin du parc d'attractions. En effet, un parc d'attractions avait ouvert au début du mois en plein Londres et c'est cet endroit qui constituait notre point de rencontre. J'étais quelque peu étonnée de voir que Vivi avait réussi à se procurer des places pour ce parc bondé depuis l'ouverture mais au fond je savais bien qu'elle en était capable. Victoria était une fille agaçante, méprisante et insupportable aux premiers abords mais ce n'était qu'une apparence : sous cette carapace se trouvait une jeune femme belle, fragile, aimante et très prévenante. Pourquoi cette attitude alors? Victoria était devenue ainsi suite à ce qui m'était arrivée. A vrai dire, elle n'avait jamais porté dans son cœur Katie et encore moins John. Les affres que j'avais subi de leurs parts et la découverte de mon quotidien atroce avait suffi à faire d'elle quelqu'un de plus protecteur encore, surtout à mon égard. John disait souvent que son implication à mon propos et cette jalousie couvait quelque chose mais je n'en avait jamais écouté un mot. Les gens peuvent aimés Victoria ou pas, c'est ma sœur et rien ne peut changer ça.

-"Melimelo !"

Je relevais la tête et fuyais mes pensées pour apercevoir mon presque-reflet en train de me faire signe de la main. Victoria en avance? C'est plutôt rare. D'autant plus au regard de sa tenue. Elle était clairement sur son 31. Victoria a plutôt tendance à porter peu d'intérêt aux apparences et la voir ainsi apprêtée rendait sa visite plus étrange encore. Je finis par arriver à son niveau et la serrer dans mes bras, geste qui me fut rendu aussitôt au centuple. Après quelques instants d'étreinte, nous la rompîmes et je m'apprêtais à la questionner sur sa présence, mais je n'en eu pas le temps.

-"Je.. Je suis contente que tu es acceptée ce rendez-vous sœurette..Je ne pensais pas que tu accepterais.." dit-elle en rougissant.

Rendez-vous? C'est un peu formel comme appellation à vrai dire. Il me paraît évident que si ma sœur désire me voir et se déplace pour, je ne peux décemment pas refuser l'invitation. Et puis ce rouge aux joues, je sais qu'il fait froid et qu'elle est sûrement heureuse de me voir mais de là à rougir? Ai-je dis un truc gênant? Je ne crois pas. Décidément il y'a quelque chose que je ne comprendrais jamais avec elle.






Now I'm yours Naomi.. So catch me if you can ♪
J'écris en #ff99cc


Dernière édition par Melody Williams le Sam 13 Jan - 4:13, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Melody Williams
ISS |:| Quatrième année
avatar
Féminin
Messages : 681
Né(e) le : 14/10/1999
Date d'inscription : 03/01/2017
Age : 18
Niveau d'études/Métier : Quatrième année
Situation amoureuse : En couple avec Naomi
Nationalité : Ecossaise
Voir le profil de l'utilisateur
http://indare-division.forumactif.com/ http://indare-division.forumactif.com/t88-la-beaute-triste-d-une-fille-perdue http://indare-division.forumactif.com/t726-le-club-des-cliches-screens

Ven 12 Jan - 23:43
Elle et moi..
Dilemme morale : être une adulte ou être une sœur?


Il est des fois où la vie et le monde vous réserve des surprises auxquelles vous ne pouviez simplement croire sans en constater la présence. Des surprises qui bousculent vos opinions sur le monde, votre monde lui-même, et ce que vous pouvez concevoir de ce dernier. Parfois les évidences sont les choses les plus difficiles à admettre. Parfois elles sont là, juste sous votre nez sans parvenir pour autant à ôter ce voile d'ignorance, et de rejet inconscient. Certaines vérités ne sont pas bonnes à entendre. C'est une conviction que j'ai même si l’honnêteté sacrale dont je dispose me pousse à braver cet aspect de ma pensée, de mes limites. Pourquoi je vous parle de tout cela? Tout simplement parce que je venais de réaliser la présence de ce voile autour de Victoria , ce même voile que je savais simple à percer, ce même voile dont mon regard à son encontre était emprunt. J'ignorais ce que Victoria pouvait renfermer en elle, ce sentiment que je sentais transparaître sans vouloir comprendre, sans pouvoir comprendre mais je n'étais pas certaine de vouloir le deviner et c'est ainsi que je finis par laisser ce court instant s'envoler au vent comme les mots que je vins à prononcer en souriant, un peu comme si je n'avais pas eu cette prise de conscience subtile et insidieuse.

-"Tu viens? On va pas rester là toute la journée? Profitons de nos entrées !"

Je crois qu'au fond j'étais consciente d'ignorer une blessure, d'ignorer un aspect important mais je n'étais pas prête à voir les choses changer. Je n'étais pas prête à quitter ma zone de confort. Un peu comme Naomi avec moi. Ce n'est que le passé. Je ne peux rien y changer.

Elle se contenta d'acquiescer et nos pas nous menèrent dans le parc. Il ne me fallut que peu de temps pour constater la taille impressionnante du parc d'attraction et comprendre en quoi ce dernier semblait si attractif aux yeux des riverains londoniens. Le parc disposait d'attractions pour petits et grands et même s'il ne disposait pas d'un univers propre - comme Disney Land par exemple - tout semblait des plus attractifs, par contre.. Les files d'attentes semblaient sans fin et je me voyais déjà découragée à l'idée de devoir rester planter durant des heures pour pouvoir profiter des grands huit ou encore de la grande roue. Je soupirais à en fendre l'âme lorsque ma sœur écourta mon désespoir.

-"Ne t'en fais pas, j'ai des places VIP on sera prioritaire" dit-elle en me souriant et en tirant la langue.

Des places VIP? J'accueillais la nouvelle d'un sourire sans trop savoir ce qui me dérangeait le plus dans cette affirmation. Était-ce le fait qu'elle avait sûrement payé ces places à un prix exorbitant ou bien le fait qu'elle les aies prises et qu'elle puisse être venue exclusivement pour ça - pensée qui commençait à faire son chemin dans mon cerveau, faute d'explications plus viables - qui m'inquiétait le plus? Je ne saurais dire , d'autant que je ne voyais pas comment elle avait pu se procurer suffisamment d'argent pour venir me voir et pourquoi elle ne m'en avait pas touché un mot pour que je finance son voyage et que je l'héberge à la maison. Je laissais une fois de plus mes inquiétudes de côté, de peur de la vexer ou la braquer en l'interrogeant à ce sujet : elle finirait à m'en faire part s'il s'agissait de quelque chose de cher à son cœur ou d'important. Quoi que..

-"Hey Melo viens !"

Je fus interrompue dans mes pensées par les paroles de ma cadette tandis que sa main vint saisir la mienne pour me tirer en direction d'une attraction de style maison hantée. Je pensais protester et tenter d'éclaircir le mystère planant autour de la demoiselle mais un regard vers elle m'en dissuada: je n'en eus pas la force.

-"Hey..attends.." dis-je faiblement sans résister à mesure que ma détermination venait à disparaître.

Elle souriait et semblait heureuse. Quelque chose que je lui avais enlevé pendant un long moment avec mes états d'âme. Je pouvais bien lui accorder cette journée sans chercher à savoir, sans laisser de nouveaux états d'âme troubler son bonheur. J'aurais tout mon temps pour découvrir le fin mot de l'histoire : j'espérais seulement qu'elle n'avait pas fuguée. C'était le pire envisageable à cet instant. Si seulement ça avait été cela.








Now I'm yours Naomi.. So catch me if you can ♪
J'écris en #ff99cc


Dernière édition par Melody Williams le Sam 13 Jan - 4:13, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Melody Williams
ISS |:| Quatrième année
avatar
Féminin
Messages : 681
Né(e) le : 14/10/1999
Date d'inscription : 03/01/2017
Age : 18
Niveau d'études/Métier : Quatrième année
Situation amoureuse : En couple avec Naomi
Nationalité : Ecossaise
Voir le profil de l'utilisateur
http://indare-division.forumactif.com/ http://indare-division.forumactif.com/t88-la-beaute-triste-d-une-fille-perdue http://indare-division.forumactif.com/t726-le-club-des-cliches-screens

Sam 13 Jan - 4:13
Elle et moi..
Si je pouvais te comprendre..


-"Tu ne restes pas trop loin hein?"

J'avais acquiescer sans prononcer un mot tandis qu'elle serrait mon bras pour ne pas me perdre .Quelques instants seulement s'étaient écoulés et nous étions désormais plongées toutes deux dans la pénombre, plus proche qu'auparavant, son bras autour du mien même si je ne pouvais imaginer moins la comprendre qu'en cet instant : une grave erreur. Autour de nous régnait le silence, seulement brisé par les cris des autres participants de cette attraction et ceux factices de créatures, d'automates, tout aussi factices. J'avais laissé mon dilemme morale à la porte, incapable de trouver une solution, de faire un choix, de mettre mon doigt dans l'engrenage des événements. Je ne voulais pas lui enlever ce sourire, celui que j'imaginais sans peine malgré le manque de lumière, celui qu'elle arborait à chaque instant en ma présence.

La balade dans le manoir hantée ne dura qu'un temps. Il nous fallut une vingtaines de minutes pour parcourir de bout en bout la structure, une vingtaines de minutes ponctué par quelques soubresauts et cris d'effroi de ma sœur ainsi que d'un nombre incalculable de pression sur mon bras suivie d'un petit "Désolée". Victoria avait grandi mais je restais son pilier, sa protectrice et la personne qui lui servait de repères et je le savais très bien. Les autres attractions n'exceptèrent pas à la règle, ne nous occupant qu'un temps et ne cessant de me rappeler avec véhémence le lien nous unissant comme si le destin cherchait à me dire que ce dernier allait s'étioler et que chaque instant devait être précieux. C'était  cette sensation, cette impression même la raison principale pour laquelle je ne parvenais pas à retirer mes craintes sur les motivations de sa visite, à occulter ce que je voulais ignorer de mon esprit. Craintes que je finis par exprimer alors que nous nous dirigions vers une boutique de souvenirs, une glace chacune à la main.

-"Dis Victoria.. tu n'as pas fugué au moins?.. Enfin tu sais que je suis là.."

Ma jeune sœur continua de marcher quelque pas tandis que je restais immobile, le souffle coupé, attendant une réponse que je savais pouvoir être salvatrice comme meurtrière, une réussite en tant que sœur comme un échec cuisant. Elle s'immobilisa tandis que je fixais sa silhouette si proche mais si lointaine, cette être que j'avais connu et choyée lorsqu'elle était si petite et fragile, cette être toujours aussi fragile mais qui ne voulait pas être vu ainsi, qui ne désirait pas exposer ses blessures comme pour me protéger de leurs poids, comme une grande sœur l'aurait fait - au fond c'est peut-être elle qui m'avait protégée et guidée sans même le savoir et le vouloir - avant que son rire ne perce la foule, un rire mélancholique et joyeux à la fois.

-"Tu es stupide ou quoi? Si je faisais une fugue tu penses bien que je ne foncerais pas t'en faire part? "Coucou Melo ramène moi chez nos parents que je paye un billet d'avion pour rien"

Je repris mon souffle aussitôt, comme rassurée avant que mon esprit ne me rappelle à la réalité. Je n'avais en effet aucune raison de douter des paroles de la cadette mais elle ne m'avait toujours rien dit des raisons de sa visite, ni des moyens employés pour parvenir à rejoindre Londres.

-"Mais.. alors comment tu es venue jusqu'ici... je suis contente de te voir mais je m'inquiète.."

Un second rire. Le même rire. Elle pivota alors pour me faire face avant de me tirer la langue et de se jouer de moi, comme elle aimait tant le faire.

-"Je note que ma sœur ne veut pas me voir.. bouhou je suis triste.." fit -elle en mimant un petite fille en train de pleurer avant d'éclater de rire, sincèrement cette fois, et ainsi clore son discours par quelques mots mystérieux. " Disons que j'ai envie de passer du temps avec toi et.. Tu le sauras bien assez tôt sœurette.."

Elle marqua une légère pause, me laissant dans un brouillard total et sans l'ombre d'un quelconque véritable indice pour déchiffrer l'attitude étrange de Victoria avant de reprendre la parole, annihilant toute tension ou ambiance installée précédemment.

-"Allez viens, je veux aller à la grande roue avec toi.."

Quelque soit la raison de sa venue, mon instinct m'indiquait que je saurais cette cause une fois arrivée au sommet de l'édifice sphérique de fer et d'acier. Mes pas me menèrent donc dans sa direction, dans le sillage de ma jeune sœur, la tête pleine de questions et en ayant parfaitement oublier le cadeau que je comptais acheter à Naomi dans cette fameuse boutique.





(la suite demain)



Now I'm yours Naomi.. So catch me if you can ♪
J'écris en #ff99cc
Revenir en haut Aller en bas
Melody Williams
ISS |:| Quatrième année
avatar
Féminin
Messages : 681
Né(e) le : 14/10/1999
Date d'inscription : 03/01/2017
Age : 18
Niveau d'études/Métier : Quatrième année
Situation amoureuse : En couple avec Naomi
Nationalité : Ecossaise
Voir le profil de l'utilisateur
http://indare-division.forumactif.com/ http://indare-division.forumactif.com/t88-la-beaute-triste-d-une-fille-perdue http://indare-division.forumactif.com/t726-le-club-des-cliches-screens

Sam 13 Jan - 14:50
Elle et moi..
Did I feel it before?


Mes interrogations n'avaient pas cessés tandis que nous avancions en direction de la grande roue même si nous avions repris notre conversation comme si de rien n'était. Je n'avais su tenir ma langue et mon engagement personnelle : j'avais fini par en parler, gâchant de nouveau son bonheur. J'étais ainsi , je n'y changerais rien. Je ne pouvais rien y changer avec du recul : ce qui devait advenir devait advenir, quoi que je fasse ou que je décide.

Je laissais mes considérations à l'entrée de l'attraction tandis que Victoria tendait nos passes-droits au gérant de l'attraction et qu'il s'assurait de leurs validités. Un instant plus tard, nous fendions la foule pour rejoindre la grande roue. Je sentais la main de ma sœur dans la mienne alors que nous tentions de nous frayer un chemin malgré la cohorte de personnes mécontentes d'être doublé après une telle attente.Une fois en tête de peloton, nous embarquâmes à bord d'une des nacelles et le système se mit en branle. J'avais beau avoir le vertige , je ne nourrissais étrangement aucune crainte à l'idée de siéger à plus de 30 mètres de hauteur dans un Londres au couchant. Peut-être que je savais déjà que le danger était ailleurs? Je pense bien. L'appareil s'enclencha et nous prîmes de la hauteur lentement alors qu'un festival de lumière commençait à naître en contrebas, comme des centaines de fourmis luisantes de milles couleurs pour défier le soleil das son déclin. Je me penchais légèrement, vraiment plus téméraire qu'à mon habitude pour observer de loin ce que je pouvais identifier comme mon quartier. Je me demandais ce que faisais Naomi en cet instant et si elle m'en voudrait d'avoir passé tant de temps avec une autre qu'elle : j'en doutais.

-"Melo? Je peux te parler?"

Mon cœur s'arrêta un instant tandis que je focalisais de nouveau mon attention sur ma camarade de cabine et cadette. L'expression en elle-même n'avait rien de particulier mais je savais d'expérience, pour l'avoir utiliser, qu'elle n'annonçait rien de bon. Je hochais la tête tout en regagnant totalement ma place alors que le paysage de Londres défilait en arrière-plan. J'essayais de percer le voile entourant Victoria, décrypter ce regard si particulier qu'elle avait en cet instant : sans succès.

-"Oui.. Enfin vas-y.." dis-je un peu hésitante comme si je savais ce qui allait advenir.

Victoria passa une main dans ses cheveux et sembla hésiter à son tour - peut-être de part ma précédente réaction - avant de rougir. Je crois que ce fut à ce moment que je perçus en elle ce que j'avais longtemps perçu en moi-même, à ce moment que les pièces semblèrent enfin collées les unes aux autres pour créer un tableau des plus clairs, à ce moment que les paroles de John vinrent à éclore comme des vérités dans mon esprit mais il était trop tard pour changer les choses. Elle se pencha avant que je ne puisse faire quoi que ce soit et ses lèvres touchèrent les miennes. Je n'eus aucune réaction. Je ne parvins pas à la repousser de peur de la blesser malgré mon amour inconditionnel pour Naomi. Je ne pouvais en aucun cas m'y abandonner : j'aimais ma sœur mais pas de cette manière, pas de cette manière si évidente pour elle et chez elle. Cette manière que je n'avais su voir. J'avais été aveugle, j'avais été Naomi quelques mois plus tôt et si l'ironie aurait pu m'arracher un sourire, les souffrances que j'avais endurées me revinrent trop tôt à l'esprit pour que je ne réalise pas le calvaire de ma sœur.

-"Vivi..tu.." dis-je plutôt pour tenter de rassembler mes pensées et les organiser que pour autre chose.

Victoria avait fini par s'écarter légèrement, les joues rosies d'avoir brisé ce tabou ne serait-ce qu'une simple demi-seconde, cet interdit qu'elle avait tenté de réprimer toutes ses années, ce silence qui lui pesait avant de reprendre la parole sans que je ne trouve quoi que ce soit à ajouter, paralysée d'effroi de l'avoir ainsi fait souffrir sans même le savoir.

-" Melody Malon Williams.. je sais que tu as..." Elle marqua un silence lourd de sens avant de reprendre. "..Une petite amie..que je suis ta soeur.. mais personne ne t'aime comme moi.. J'avais besoin que tu le saches.. J'avais besoin de ça pour devenir adulte.. pour cesser d'espérer..pour être fixée.."

Le silence reprit ses droits dans la nacelle, bercée par le vent et ma peur du vide revint alors. Non pas celle de tomber de cette nacelle tant que je ne me préoccupais plus de l'environnement ; je me souciais de la souffrance que j'avais fait enduré à ma cadette et du vide qu'elle avait pu ressentir si longtemps. Ce même vide que j'avais enduré pendant près d'un an seulement sans en sortir indemne. Oui Victoria avait été plus forte que moi. Comme toujours. Je ne cessais pour le moment de me demander si j'avais su sentir ce sentiment dans les actes de ma presque jumelle auparavant sans trouver de réponse. Rien ne serait plus jamais comme avant.









Now I'm yours Naomi.. So catch me if you can ♪
J'écris en #ff99cc
Revenir en haut Aller en bas
Melody Williams
ISS |:| Quatrième année
avatar
Féminin
Messages : 681
Né(e) le : 14/10/1999
Date d'inscription : 03/01/2017
Age : 18
Niveau d'études/Métier : Quatrième année
Situation amoureuse : En couple avec Naomi
Nationalité : Ecossaise
Voir le profil de l'utilisateur
http://indare-division.forumactif.com/ http://indare-division.forumactif.com/t88-la-beaute-triste-d-une-fille-perdue http://indare-division.forumactif.com/t726-le-club-des-cliches-screens

Sam 13 Jan - 17:40
Elle et moi..
Celle que j'étais et celle que tu seras


Les émotions et les idées s'alliaient dans mon esprit perdu en un tourbillon incontrôlable et ingérable qui ne cessaient de me tourmenter alors que j'observais ma jeune sœur sans savoir quoi répondre, quoi faire. Pouvais-je seulement arranger tout ça? Pouvais-je seulement faire quoi que ce soit d'utile? Je ne pouvais pas , j'étais incapable de répondre à ses sentiments, incapable de panser ses blessures, incapable de réaliser ses rêves. Était-ce ma faute? Avais-je fait quoi que ce soit pour lui laisser espérer plus qu'une amour sororale? J'étais incapable de le dire. J'étais perdue mais si le temps semblait s'être figé au fond de moi, il n'en était rien au dehors et j'allais devoir affronter le regard insistant de Victoria et briser ses espoirs. Je suis tellement désolée..

-"Victoria.. je.. enfin.."

Je ne parvenais pas à assembler les mots pour former une simple phrase tant ma peur de la blesser venait me mettre des bâtons dans les roues mais finalement je n'eus pas besoin de m'exprimer, du moins pas besoin de long discours. Victoria dégagea ses cheveux en arrière avant de me sourire, un sourire protecteur et bienveillant, celui là même qu'elle n'adresse qu'à moi et Selène. Désormais je sais pourquoi elle me l'adresse ou plutôt je saisis l'évidence. Je parvins finalement avec cet encouragement tacite à répondre à Victoria, le cœur un peu lourd.

-"Vivi.. tu sais bien que.. j'aime Naomi.. je ne t'aime pas comme ça.. j'en suis incapable.."

Bravo Melody.. Quel manque de tact.. La jeune fille ne sourcilla pas cependant tandis que la nacelle amorçait son déclin, un peu comme ma relation avec ma sœur. Elle se contenta de soupirer , visiblement agacée par le prénom de ma petite-amie - si ce n'est son existence même - avant de reprendre sur le même ton, s'apaisant seulement à mesure que les mots ne sortent.

-"Je sais.. je sais.. Tu crois vraiment que j'espérais quoi que ce soit.. Je me ruine pour venir te voir et confier mes sentiments et tu n'as pas assez de tact pour amener les choses en douceur.. tu es irrécupérable.. ennuyeuse aussi.. oui..tu es ennuyeuse parfois.. Parfaitement ennuyeuse.."

Je pouvais sentir l'ironie dans sa voix mais aussi, de manière plus imperceptible, un certain soulagement dans sa voix : un peu comme si elle avait espéré cette issue plus qu'une autre, comme si elle n'avait en aucun cas voulue d'une réciprocité, un peu comme lorsque Naomi m'avait rejeté. Une sorte de dévotion, de retrait. L'histoire se répétait à nouveau. Désormais c'était pour moi que quelqu'un sacrifiait son bien-être et ses espoirs, c'était désormais à mon tour de faire avec ce malaise permanent. L'histoire se répétait mais avec différents acteurs et un décor tout autre mais malgré tout la finalité reste la même.

La roue finit par terminer sa course et c'est dans le silence que nous quittâmes la nacelle. Ce dernier ne dura pas cependant la marque des mots de ma sosie avaient marqués de manière indélébile la soirée, et nous n'abordâmes pas le sujet outre-mesure. Par pudeur ou par gêne? Je ne saurais vraiment le dire, je ne suis pas sûre de m'en soucier. Je ne parvenais qu'à me reprocher mon attitude envers elle et par miroir, l'attitude que j'avais pu avoir envers Naomi par fulgurance. C'est sur ces pensées que Vivi et moi finîmes par nous séparer devant le parc.

-"Bon alors on se téléphone d'accord?" dit-elle avec hésitation, comme si elle doutait que je puisse vouloir entretenir un lien avec elle à l'avenir.

Des doutes légitimes au regard de mon expression et de mes yeux brillants à force de me retenir de craquer face au tumulte des reproches et des pensées qui parcouraient mon esprit en boucle , comme si mes pensées avaient décidé d'organiser une compétition automobile dans ma tête pour me faire devenir folle. Je hochais de la tête avant de sourire tendrement et serrer Victoria dans mes bras sans trop réfléchir. Le seul geste qui m'était venu à l'esprit pour soulager son chagrin et la culpabilité grandissante dans mon cœur. Elle hésita un instant, surprise avant de me rendre mon étreinte. Je crois même qu'elle pleurait , pour la première fois depuis très longtemps.

-"Pff... Je comprends mieux le mot mélodramatique avec une idiote comme toi"

Je laissais de côté cette blague douteuse et cette pique avant de lui murmurer quelques mots.

-"Moque toi autant que tu veux.. Je t'aime sœurette.. Pas comme toi mais je te promets de ne pas te laisser comme ça.. Je te laisserais pas seule.."

Vivi resserra son étreinte autour de moi avant de se décaler, essuyant le plus discrètement possible ses larmes avant de conclure notre échange à sa manière.

-"Pfff.. Vraiment tu es une idiote.. tu rends tout plus compliqué que ça ne l'ai déjà.."

Sur ces mots, Victoria m'adressa un signe de main avant de se laisser engloutir par la foule et se dérober à mon regard, me laissant seule avec ses mots et leurs impacts sur moi. Oui les choses sont toujours plus compliquées avec moi..

Il me fallut quelques secondes, quelques minutes pour reprendre le cours de ma vie, le cours de cet existence. Je repris en silence le chemin de mon appartement, espérant trouver un certain réconfort auprès de Naomi. Naomi. Je lui devais des excuses. Je devais purger cette sorte de culpabilité qui me dictait que j'avais pu être injuste envers elle. Je ne pouvais désormais que comprendre à quel point j'avais pu rendre tout ça "plus compliquée". J'avais eu beau essayé de faire de mon mieux, de me montrer la plus courageuse et la moins dérangeante possible : j'avais échoué. Comme je venais d'échouer en tant que sœur. Je m'arrêtais pour consulter mon téléphone et je notais les quelques messages de Naomi, sans parvenir à trouver le courage de les lire. 18 h 52. Il était bien plus tard que j'avais prévu. En même temps avais-je prévu ne serait-ce qu'une once de ce qui s'était passé?

Une mince pluie se mit à tomber sur moi et à me faire grelotter. Mon regard se promena sur un éventuel abri et perçut une enseigne toujours ouverte. C'est ici que mes pas me menèrent, entrapercevant une lueur d'espoir, un signe providentielle, un moyen de laisser derrière moi de manière symbolique mes échecs et redevenir celle que j'étais, d'être une petite amie radieuse et parfaite et une sœur qui saura faire de Victoria celle qu'elle sera, une femme formidable.

20h12. Ma clef entra dans la serrure sans peine et je tournais cette dernière, soupirant, prête à affronter les réserves et les foudres de ma dulcinée mais aussi son inquiétude. Je savais que mon retard et les révélations que j'allais lui faire ne serait guère de son goût et même si je doutais qu'elle puisse, ne serait-ce qu'un instant, douter de mon honnêteté ou de ma fidélité, mes doigts tremblaient. Certes, je n'étais plus la même physiquement mais je n'avais pas laissé mes problèmes au pas de la porte de ce coiffeur, ni dans la teinture qui avait fini par disparaître avec peine. Je n'avais pas laissé cette culpabilité envahissante se faire absorber dans le lavabo avec l'eau colorée. Je n'avais pas oublié les larmes de ma sœur, des larmes si rares au fur et à mesure que les secondes ne s’égrenaient. Je n'avais pas oublié la puissance saisissante des sentiments de Victoria alors que la pluie tombait pour me refroidir de la chair jusqu'au os.J’étais toujours aussi fragile, aussi lorsque je vis Naomi, je n'eus pas le temps de réfléchir. Tout se passa en un instant, comme si c'était une libération attendue. Je lâchais mon sac, faisant fi de son air contrariée ou inquiet -je n'avais pas la tête à déchiffrer son expression - et je me jetais dans ses bras sans réfléchir avant de céder. Céder à la pression de cette journée en apparence radieuse . Céder à cette culpabilité. Les larmes se mirent à couler sans s'arrêter alors que je murmurais sans cesse des "Désolée" et des " Pardonne-moi..". J'allais être celle que je devais être mais ça pouvait attendre une soirée, une unique soirée.






Now I'm yours Naomi.. So catch me if you can ♪
J'écris en #ff99cc
Revenir en haut Aller en bas
Naomi Lawford
Londres |:| Actrice
avatar
Féminin
Messages : 625
Né(e) le : 25/01/1999
Date d'inscription : 03/01/2017
Age : 18
Niveau d'études/Métier : Actrice
Situation amoureuse : Avec Melody ♥
Nationalité : Canadienne
Commentaires/Citations : La peine est comme la neige, elle s'en va avec les premiers rayons de soleil.
Voir le profil de l'utilisateur
http://indare-division.forumactif.com/t89-the-streets-and-sidewalks-are-my-playground http://indare-division.forumactif.com/t503-live-a-live http://indare-division.forumactif.com/t148-pnjs-de-naomi

Dim 14 Jan - 22:14

12 janvier
2018
Elle et moi...

Melody Williams

Vi-cto-ria.
Me réveiller sans Melody est déjà assez désagréable en semaine, quand elle a cours et qu'elle s’éclipse discrètement sans me réveiller, mais c'est vivable parce que je sais pourquoi elle n'est pas là. Aujourd'hui c'est différent ; parce que je me suis réveillée sans elle et qu'elle n'avait aucune raison de ne pas être avec moi. A quel réveil en douceur j'ai le droit, sans elle ? Absolument aucun, je me suis réveillée d'un bond et j'ai mis un moment à voir qu'elle m'avait envoyé un message. Ah. Avec Victoria.

Je n'aime pas cette fille. C'est stupide, d'autant que je sais à peu près pourquoi elle me laissait en effet désagréable quand je la voyais (coucou la jalousie parce que tu connais mieux Melody que moi), mais je ne l'aime pas. Sa première réaction en me voyant a été de me comparer à l'autre idiote qui a piqué le copain de Melo et de me traiter de pouffiasse - pas directement mais pas loin - la deuxième de me lancer des regards méprisants à souhait dès qu'elle en avait l'occasion. C'est assez compréhensible que je ne la porte pas dans mon cœur. Et je sais pas, j'ai un mauvais pressentiment à l'idée de la laisser seule avec Melody. Ça doit être pour ça que je n'ai pas répondu à son message. Que j'ai juste posé mon téléphone sur la table d'un geste rageur avant d'errer dans l'appartement pour un moment. Ça m'énerve, de détester sa sœur, mais je n'y peux rien. Et je n'ai pas envie de lui gâcher sa journée.

Il m'a fallu une longue, très longue, douche froide pour me sortir ça de la tête. Et même si j'ai dû me forcer, j'ai passé une bonne partie de la matinée à démarcher des réalisateurs de films et de séries pour me sortir l'image de Melody et Victoria main dans la main, se promenant tranquillement dans un parc d'attraction. J'ai la sensation que ça se passe comme ça. Et même si ça ne devrait pas me déranger - ça m'est arrivé de me promener main dans la main avec Max, après tout - ça m'exaspère quand même. Et si ça n'était que ça... j'ai l'impression qu'elle va profiter de chaque instant possible pour essayer de la détourner de moi et de lui dire qu'elle mériterait mieux, entre autres. Ce genre de choses.

Je n'ai pas mangé, ce midi. Je sais, ça peut paraître ingrat, mais je n'étais pas d'humeur. Et même si ma colère se portait sur la petite sœur et pas sur la grande, je n'ai pas eu envie d'ouvrir le four. J'ai essayé de m'occuper l'esprit avec toutes les choses possibles et imaginables, entre des films stupides et des échanges de messages sans intérêt avec des personnes que j'aurai perdues de vue dans trois semaines, j'ai repris une douche froide, j'ai enchaîné trois glaces devant une série ennuyeuse à souhait et je crois bien que je suis restée une bonne heure assise sur le canapé à fixer le plafond en attendant qu'il se passe quelque chose.
Le seul "quelque chose" qui s'est passé, c'est Melo qui rentre. J'ai à peine jeté un œil à ma montre. 20h. "Pas trop tard". Ouais, ça se tient. j'ai juste du mal à réaliser qu'il est vingt heures, j'ai l'impression que la journée a commencé depuis cinq minutes.

Deux choses. 1) Elle pleure, ce qui n'est pas du tout pour arranger mon opinion de Victoria et 2) elle la sort d'où, cette couleur de cheveux ?

- M... Melo ? Qu'est-ce qui se passe ?

Je sens que je ne vais pas apprécier. Je sais que je ne vais pas apprécier. Elle s'excuse trop. Je n'aime pas quand elle s'excuse, et je n'aime pas qu'elle s'excuse après avoir vu cette fille. Qu'est-ce que Victoria lui a fait pour la mettre dans cet état ? Elle culpabilise, mais pourquoi ? Mes doigts se resserrent autour de ses épaules. Je n'ai pas envie de la lâcher, mais je sens aussi que c'est la colère qui les crispe. Je ne sais pas précisément pourquoi, mais j'ai déjà envie de faire payer ceux qui l'ont fait pleurer. Celle qui l'a fait pleurer.

Je dois me forcer pour lâcher Melody ne serait que d'une seule main et caresser doucement ses cheveux, débarrasser de leur teinte rose si familière. J'ai envie de l'enrouler dans une couette et de la serrer fort contre moi pour chasser tout ce qui lui fait du mal. Je l'emmène juste avec moi pour m'asseoir à côté d'elle dans le canapé, sans la lâcher, en la ramenant contre moi pour pouvoir poser ma tête sur la sienne, embrasser le sommet de son crâne et continuer de lui caresser les cheveux.

- Dis-moi...
© Naomi
paroles en #006600




Revenir en haut Aller en bas
Melody Williams
ISS |:| Quatrième année
avatar
Féminin
Messages : 681
Né(e) le : 14/10/1999
Date d'inscription : 03/01/2017
Age : 18
Niveau d'études/Métier : Quatrième année
Situation amoureuse : En couple avec Naomi
Nationalité : Ecossaise
Voir le profil de l'utilisateur
http://indare-division.forumactif.com/ http://indare-division.forumactif.com/t88-la-beaute-triste-d-une-fille-perdue http://indare-division.forumactif.com/t726-le-club-des-cliches-screens

Dim 14 Jan - 23:40
Elle et moi..
Histoires de coeurs et Mea culpa

Il m'avait fallu un certain temps pour me calmer malgré les efforts de Naomi pour me faire retrouver sérénité et calme. J'étais donc restée un moment, collée à elle, les fesses sur notre canapé à m'agiter sous les soubresauts des larmes, mes pensées en désordre et incapable de former une quelconque phrase malgré quelques tentatives sans succès, un peu comme une enfant. J'avais beau retourner le problème dans tout les sens, je ne parvenais pas à trouver une fin heureuse, une manière de venir en aide à ma sœur. Pire encore, je savais que ma crise de larmes allait m'occasionner un interrogatoire comme le suggérait l'expression faciale de ma petite-amie et si je ne voulais pas lui mentir, je ne voulais en aucun cas causait un incident diplomatique entre Victoria et Naomi - deux jeunes femmes qui se supportaient déjà à grandes peines. Je savais que je n'avais pas le choix mais je tentais tout de même d'écarter le sujet.

-"C'est rien.. Je.. Je suis.. juste une idiote.."

Un regard suffit à confirmer mes craintes : je ne m'en sortirais pas en tentant d'emprunter une quelconque porte de secours et quand bien même, je m'endormirais, je savais que l'interrogatoire me poursuivrait le lendemain.

-"C'est que.." me résignais-je, hésitant tout de même un quart de seconde avant de complètement abandonner toute solution annexe. "Disons que..j'ai fait du mal autour de moi.. à toi.. à Victoria.."

L'idée même d'avoir causé des souffrances à la femme de ma vie ainsi qu'à ma cadette suffit à raviver la profonde blessure en moi, une blessure née de ma culpabilité. J'étais la seule fautive. Victoria l'avait dit sur le ton de l'ironie mais je savais que ses paroles étaient la pure vérité : qu'elle le pense ou pas. Il faut que tu te calmes Melody.. Je sentais de nouveau mes mains tremblaient, mon souffle s'accélérer, mon corps cherchait la compagnie de celui de Naomi irrémédiablement comme pour s'apaiser sans succès à son contact. Je pris un instant pour chasser cette crise et essuyer les larmes qui vinrent pointer aux coins de mes lèvres avant de me lancer dans un bref résumé des événements de la journée.

-"C'est à dire que Victoria m'a invité à Fantasy Land ce matin.. Je ne comprenais pas trop pourquoi.. j'avais peur qu'elle ait pu faire quoi que ce soit de répréhensible pour venir ici à Londres.. Je ne comprenais pas pourquoi elle avait choisi de ne rien me dire, de séjourner ailleurs.. J'ai pensé qu'elle avait pu s'engueuler à mon sujet avec ma mère et qu'elle puisse avoir fugué.."

A vrai dire, j'avais inventé des tonnes de scénarios mais aucun ne me semblait motivée par une bonne raison et aucun ne ressemblait à celui qui s'avéra être vrai.Je marquais une courte pause pour organiser ma pensée avant de continuer, sachant le moment fatidique inéluctable.

-"Tout allait bien mais.. j'avais une impression bizarre.. enfin pas assez bizarre pour tiquer et enfin.. on a été faire la grande roue et.."

Je me stoppais dans mon récit, un peu nerveuse de la réaction de Naomi, honteuse de n'avoir pas assez réagi mais aussi inquiète des conséquences à venir. Naomi est jalouse et l'idée même que quelqu'un puisse me toucher suffirait à lui faire commettre un meurtre alors de savoir que c'est un fait.. J'allais devoir tout faire pour qu'elle ne fonce pas jusqu'à la voiture sinon j'allais devoir la voir en prison sous peu. Quand il faut y aller..

-"Victoria m'a embrassée."

Clair. Net. Précis. Je savais que tourner autour du pot ne ferait que renforcer l'envie de Naomi de voir la tête de ma cadette sur une pique dans l'heure, aussi je lui pris la main, la serrant dans la mienne pour qu'elle ne puisse avoir la possibilité de se déplacer.

-"Elle a rien tenté de plus je te rassure ! Je sais que tu es furieuse mais.. s'il te plaît ne fais rien d'inconsidéré! Ne me laisse pas.. je ne veux pas faire plus de mal.. je ne veux pas te perdre.."

Un simple cri du cœur qui devrait suffire à contenir la rage de Naomi avant que je ne reprenne la parole pour lui expliquer la suite.

-"Elle s'est confiée.. Enfin elle m'a confiée ses sentiments et.. j'ai refusé.. elle l'a bien pris.. elle n'a rien fait.. c'est juste que..."

Je rassemblais toute mon énergie pour me préparer à la déclaration suivante avant d'enchaîner de nouveau, en me lovant un peu plus contre ma dulcinée,afin de profiter de sa chaleur et de sa respiration qui tendait à me rassurer et m'apaiser petit à petit. Il était temps pour moi de mettre mon cœur à nue, de faire mes excuses et de m'expliquer.

-"Je.. Je me sens juste coupable.. Je lui fais du mal.. Je sais ce qu'elle vit.. et maintenant je sais ce que tu as vécu.. Je ne veux plus poser de problème.. vous faire du mal.. je veux t'aimer comme tu le mérites.. je veux être parfaite pour toi.. parfaite en tant que sœur pour elle.. Je.. Du coup.. Enfin.. Il a commencé à pleuvoir et.. je suis entrée chez un coiffeur pour m'abriter et j'ai fais disparaître l'ancienne moi avec ma teinture.. Je pense arrêter le mannequinat et me consacrer à toi, à elle.. un peu plus.. C'est juste que je t'aime.." murmurais-je en me perdant un peu dans le fil de ma pensée, tout en m'accrochant au haut de ma dulcinée comme pour l'empêcher de disparaître.





Now I'm yours Naomi.. So catch me if you can ♪
J'écris en #ff99cc
Revenir en haut Aller en bas
Naomi Lawford
Londres |:| Actrice
avatar
Féminin
Messages : 625
Né(e) le : 25/01/1999
Date d'inscription : 03/01/2017
Age : 18
Niveau d'études/Métier : Actrice
Situation amoureuse : Avec Melody ♥
Nationalité : Canadienne
Commentaires/Citations : La peine est comme la neige, elle s'en va avec les premiers rayons de soleil.
Voir le profil de l'utilisateur
http://indare-division.forumactif.com/t89-the-streets-and-sidewalks-are-my-playground http://indare-division.forumactif.com/t503-live-a-live http://indare-division.forumactif.com/t148-pnjs-de-naomi

Lun 15 Jan - 0:55

12 janvier
2018
Elle et moi...

Melody Williams

- C'est rien.. Je.. Je suis.. juste une idiote..

C'est encore plus mauvais signe que ce que je pensais. De ce que j'ai vu de sa sœur, Melody était bien la seule personne qu'elle n'aurait pas insultée (et Sélène aussi, peut-être). Donc si Melo dit ça... C'est que soit Victoria a pété un câble sévère, soit elle a fait quelque chose qui l'a fait culpabiliser énormément. Elle a intérêt à m'en dire plus que ça, et vite. Je déteste la voir se critiquer, j'ai toujours détesté ça et ça ne s'est pas arrangé depuis qu'on est ensemble. C'est quand même la première conversation qu'on a eue, elle qui se dévalorise et moi qui essaye d'envoyer ses doutes à la poubelle. Ce n'est pas une pratique que je compte abandonner.

- Disons que..j'ai fait du mal autour de moi.. à toi.. à Victoria..

Ok alors d'une, d'où elle m'a fait du mal ? C'est plutôt l'inverse en vérité. Mais surtout... Rah, je sais qu'elle a toujours été du genre à prendre des pincettes et à avoir du mal à dire les choses de façon claire, nette et précise, et je comprends, et ça me va la plupart du temps, mais là c'est vraiment pas le moment. J'ai passé la journée à ruminé, les dernières minutes à mourir d'angoisse en la voyant pleurer, alors j'aimerais vraiment que pour une fois elle balance les choses sans préavis, quitte à devoir la consoler après. Je vais devenir dingue si elle continue de pleurer comme ça et que je peux rien faire pour elle. Et je sais que je me suis promis de l'écouter complètement, tout le temps, sans jamais omettre quoi que ce soit de ce qu'elle dira (une promesse très dure à tenir pour quelqu'un comme moi), mais à mesure qu'elle me raconte son début de journée, j'ai juste envie qu'elle accélère, qu'elle m'explique la raison, la vraie, parce que je me doute que Victoria n'a pas fugué, et parce que j'en ai honnêtement un peu rien à faire des états d'âme de cette fille. Je veux savoir ce qui a blessé ma Melody. Seulement ça.
D'autant plus qu'elle s'est arrêtée sur un point qui ne m'inspire pas du tout confiance.

- Victoria m'a embrassée.

Bam.
Ça, je crois que c'était mon poing dans le mur. J'avais même pas réalisé qu'il était aussi serré. Je devrais avoir mal. Peut-être. J'ai juste la tête baissée, les yeux fermés et les dents serrées pour essayer de contrôler ma colère. Je vais la tuer. J'ai vraiment très, très envie de la tuer. Petite conne... Qui t'a permis de poser tes lèvres sales et remplies d'insultes sur ma Melody ? De quel droit tu l'attires dans un piège pareil ? Une prétendue sortie entre sœurs pour la coincer dans une grande roue et jouer les séductrices... Pas étonnant qu'elle ne soit pas venue ici, elle savait que je lui aurais éclatée la tête dans le mur avant qu'elle ait le temps de regretter son action.

- Elle a rien tenté de plus je te rassure ! Je sais que tu es furieuse mais.. s'il te plaît ne fais rien d'inconsidéré! Ne me laisse pas.. je ne veux pas faire plus de mal.. je ne veux pas te perdre..

Je m'en fous. Je m'en fous qu'elle n'ait rien tenté de plus, si je la croise, je la tue. Qu'elle ne s'avise même pas de mettre les pieds ici, de s'approcher de moi, de s'approcher de Melody.
Calme... Il faut que je me calme... Je sais que ma respiration est complètement anarchique et je sens déjà mes ongles se planter dans ma paume tant mon poing est serré. Je ne veux pas lui faire peur. Je ne veux pas faire de mal à Melody. Mais je n'y peux rien. Elle a beau ne pas vraiment exercer de pression, sa main sur la mienne est sûrement une des seules choses qui m'empêche complètement de devenir dingue. J'ai envie de casser des choses, de détruire. Une personne bien précise, mais même si je ne la trouve pas, n'importe quoi fera l'affaire. Genre un verre. Ou un crayon. Ou une vitre.
Et oui, je sais que casser des choses ne calme pas la colère, mais là mes cours de contrôle n'ont que peu d'influence sur mon cerveau. Je veux détruire quelque chose, et si ça n'est pas le visage de Victoria, il me faut un remplacement.
Caaaalme.

- Je.. Je me sens juste coupable.. Je lui fais du mal.. Je sais ce qu'elle vit.. et maintenant je sais ce que tu as vécu.. Je ne veux plus poser de problème.. vous faire du mal..

Alors premièrement je me fiche de ce qu'elle vit et de ce qu'elle ressent. Deuxièmement je t'interdis de comparer ta propre expérience à la sienne. Tu es mille fois mieux qu'elle et elle fait sûrement ça juste pour t'empêcher d'être avec moi. Et même si elle est sincère... je m'en fous, putain, qu'elle soit sincère ou pas, elle n'a pas à te toucher ! Ni à te faire souffrir. Elle n'avait pas besoin de te dire ça, si elle espérait quoi que ce soit elle te l'aurait dit avant, elle aurait fait comme toi et elle aurait pris son courage à deux mains quand tu étais seule. Là... là elle a attendu que tu sois avec moi. Elle l'a fait exprès. Elle l'a forcément fait exprès, cette garce...

- Je veux t'aimer comme tu le mérites.. je veux être parfaite pour toi.. parfaite en tant que sœur pour elle.. Je.. Du coup.. Enfin.. Il a commencé à pleuvoir et.. je suis entrée chez un coiffeur pour m'abriter et j'ai fais disparaître l'ancienne moi avec ma teinture.. Je pense arrêter le mannequinat et me consacrer à toi, à elle.. un peu plus.. C'est juste que je t'aime..
- Tu n'as rien fait... tu n'as rien fait de mal...

Il y a trop de colère dans ma voix. Colère mal contenue, c'est plus un sifflement entre mes dents serrée qu'une véritable phrase. L'état dans lequel elle l'a mise... elle le regrettera. Un jour, Victoria le regrettera. Pas aujourd'hui, parce que je dois aider Melo, mais je lui ferai payer ça...

- Je ne veux pas que tu te consacres à elle.

Je suis égoïste, je m'en fous. Je suis incapable de faire preuve d'un semblant d'altruisme envers une fille qui me méprise pour ma simple existence. Et qui essaye de me piquer ma copine. Et qui la fait souffrir. Et qui est une garce à tous les points de vue. Ses sentiments n'ont ni intérêt, ni importance. Mais je ne peux pas dire ça... Ce serait m'abaisser à son niveau, ça serait faire du mal à Melody et j'en ai déjà trop dit et fait pour ne pas l'avoir vexée un minimum. Et ça m'énerve. Et tout est de la faute de Victoria.

- Je ne veux pas... Elle va essayer de nous séparer...

Je la serre contre mon cœur de toutes mes forces, en essayant de changer ma colère en tendresse même si j'ai les muscles trop tendus pour ça. Désolée si je te fais mal, mais je ne veux pas te lâcher. Je ne veux pas te faire mal. Je ne veux pas qu'elle existe...

- Elle ne voudra jamais que tu sois juste sa sœur... Jamais... S'il te plaît, ne fais pas comme moi... ne te torture pas, elle ne...

"Elle n'en vaut pas la peine". Non. Je ne peux pas dire ça. je le pense, je le lui balancerai même droit dans les yeux si elle était là, mais je ne peux pas dire ça à Melody. Sans compter que Victoria a dû lui dire quelque chose de similaire, et que je préfère crever que de ressembler à cette garce.

- Elle ne t'aime pas autant que tu m'aimes et elle ne t'aime pas autant que je t'aime. Elle ne vit pas la même chose que toi, d'accord ? Alors ne la laisse pas s'infiltrer dans ta tête.

Merde, c'était une phrase de trop, ça. J'ai beau voir Victoria comme une garce manipulatrice, je n'étais pas obligée de dire une chose pareille... Rah... ce serait plus simple si elle n'existait pas. Elle ne pourrait pas faire une vraie fugue et disparaître ? Au pire crever sur le bord de la route en s’enfuyant de chez elle, histoire qu'on en entende plus parler ? Ça m'éviterait d'avoir à détester quelqu'un à qui Melody tient et de devoir supporter son existence et les tourments qu'elle inflige à ma copine.

- Oublie ça... Enfin... Laisse, je dis des choses stupides.

C'est une partie de moi que j'aimerais bien faire disparaître. Cette stupide colère que j'ai tenté de réguler, j'ai l'impression que Melo arrive toujours à en voir le pire. Je ne veux pas qu'elle voit ça. Je ne veux pas qu'elle me voit comme ça. Je ne veux pas la perdre à cause de Victoria. Je ne veux pas la perdre à cause de la rage qui bout dans mes veines rien qu'à l'idée qu'elle ait pu la toucher.
Ne me laisse pas. Ne la laisse pas nous séparer. Ne la laisse pas s'infiltrer dans ma tête et me rendre folle.

- Ne me laisse pas... c'est tout. Tu n'as rien fait de mal, d'accord ? Tu es parfaite, tu es ma Melody, je ne veux pas... je ne laisserai personne nous séparer.
© Naomi
paroles en #006600




Revenir en haut Aller en bas
Melody Williams
ISS |:| Quatrième année
avatar
Féminin
Messages : 681
Né(e) le : 14/10/1999
Date d'inscription : 03/01/2017
Age : 18
Niveau d'études/Métier : Quatrième année
Situation amoureuse : En couple avec Naomi
Nationalité : Ecossaise
Voir le profil de l'utilisateur
http://indare-division.forumactif.com/ http://indare-division.forumactif.com/t88-la-beaute-triste-d-une-fille-perdue http://indare-division.forumactif.com/t726-le-club-des-cliches-screens

Lun 15 Jan - 2:43
Elle et moi..
Forget all that, take me by the hips and steal my lips honey..

Un long silence sacrale, intenable et gênant prend place dans la pièce, tandis que j'attends avec impatience une réaction, une parole de ma blondinette. Je sais lire en elle comme dans un livre ouvert, avec le temps et l'écoute, ou peut-être est-ce simplement car je suis elle autant qu'elle est moi, cependant je ne lis en elle en cet instant qu'une profonde colère. Je suis presque certaine qu'elle ne m'en veux pas, que sa colère est uniquement tournée vers ma cadette mais est-ce pour autant satisfaisant? Aucunement. Victoria est autant une victime que la femme que je serre contre moi. Une victime de mon aveuglement, de mon égoïsme, de ma manière de toujours tout rendre complexe, de ne pas savoir voir et éprouver le bonheur sans pour autant chasser celui des autres, des milliers de petits oiseaux fuyants dans une pénombre sans lumière, sans espoir. Voilà ma manière de faire. Je suis la Lune de ces deux Soleils. J'en suis convaincue : je m'accapare leurs lumières pour me sublimer sans vraiment rendre hommage à leurs magnificences et c'est pour cela que je restais tout près d'elle, suspendue à ses lèvres, suspendue à ses mots.

- Tu n'as rien fait... tu n'as rien fait de mal...

Je frissonnais en entendant la rage contenue qui transparaissait dans ses mots. Il était inutile de tenter de raisonner sa colère, de lui expliquer que Victoria n'était en rien la principale responsable, d'essayer de lui expliquer que je ne payais que les conséquences de mon manque d'attentions et de mes échecs en tant que sœur. Elle ne pouvait et ne voulait pas le comprendre. Je comprenais sa colère et je ne tentais en aucun cas de la ménager. Il était plus important que je sois auprès d'elle pour l'apaiser que de tenter de la raisonner par les mots, comme ce fameux soir, le soir où je lui avais ouvert les portes de mes sentiments, de mon cœur et de mon corps meurtri. Ce soir, où comme Victoria, j'avais vu mes espérances détruites pour que plus rien ne subsiste. Victoria je te ferais encore souffrir.. Que je le veuille ou non.. Sauras-tu me pardonner? Les réminiscences de notre dernier échange laissait à penser que c'était déjà chose faite, et c'était peut-être ça le plus culpabilisant.

- Je ne veux pas que tu te consacres à elle.

Je lâche un soupir d'aise en entendant la voix de Naomi me délivrer cette déclaration involontaire. Il est parfois difficile de concevoir à quel point elle m'aime au regard de nos relations passées. Certains avaient prédit dans les tabloïds notre histoire comme une idylle de quelques jours mais je sais au fond de moi que Naomi ne peut plus se passer de moi. Elle m'aime autant que je l'aime et l'entendre être jalouse et possessive me rend plus fière que n'importe quelle femme sur cette terre. Un peu comme si lui plaire, lui paraître parfaite était le moteur de mon bien-être : c'est peut-être le cas car un sourire apparaît sur ma frimousse, un peu comme le soleil après l'orage. Je rougis faiblement avant de me lover contre elle, toujours souriante malgré les stries de larmes séchées sur mes joues.

-" Je ne veux pas... Elle va essayer de nous séparer... Elle ne voudra jamais que tu sois juste sa sœur... Jamais... S'il te plaît, ne fais pas comme moi... ne te torture pas, elle ne..."

Naomi me serre à m'en briser les côtes mais je m'efforce de respirer jusqu'à ce qu'elle parvienne à calmer ses émotions et continue son discours. Un discours qui se termine sans que je ne parvienne à comprendre son propos, désormais il m'aurait laissé l'effet d'un coup de poing dans le ventre. Je sais désormais ce qu'il veut dire. Je le comprends parfaitement. Je comprends les sentiments déchirants qui avaient entraînés cette pensée mais.. Je crois que ce silence valait mieux. Je n'aurais pas pu supporter ses mots, pas en cet instant. Heureusement je n'eus cependant pas à les entendre et je vins caresser doucement sa joue pour apaiser ses sentiments dévorants sans chercher à interpréter ce mystère tandis que j'écoutais la suite de sa supplique, une suite qui contribua à ce que je comprenne.

- Elle ne t'aime pas autant que tu m'aimes et elle ne t'aime pas autant que je t'aime. Elle ne vit pas la même chose que toi, d'accord ? Alors ne la laisse pas s'infiltrer dans ta tête.

Je reculais légèrement comme heurter par la pensée que sa phrase venait à m'évoquer. Insinuait-elle que ma sœur ne désirait que nous déchirer? Qu'elle avait fomenté cette scène juste pour nous séparer? Qu'elle aurait prit ce risque, celui de me briser, uniquement par égoïsme? Je savais que Vivi et Nao n'avait pas des relations au beau fixe mais cette simple idée était révoltante. Je ne me gênais d'ailleurs pas pour en faire part.

-"Nao! Ne dis pas ça.. Vivi n'est pas une manipulatrice égoïste.." fis-je avant d'être interrompue de manière spontanée par ma petite-amie qui semblait avoir retrouvé son tact et son bon sens.

- Oublie ça... Enfin... Laisse, je dis des choses stupides. Ne me laisse pas... c'est tout. Tu n'as rien fait de mal, d'accord ? Tu es parfaite, tu es ma Melody, je ne veux pas... je ne laisserai personne nous séparer.

Je laissais de côté cette incartade et cette hypothèse improbable pour me consacrer à la détresse visible de ma blondinette adorée, inversant sans même y penser les rôles. Parfois le meilleur des remèdes et de prendre soin des gens qu'on aime non? Je me laissais glisser légèrement avant de placer la tête de ma chérie contre mon cœur et caresser ses cheveux, massant par instant son cuir chevelue.

-"Tout va bien mon cœur.. Je t'aime.." fis-je en déposant un délicat baiser sur le sommet de sa tête avant de reprendre des mots rassurants afin d'apaiser l'enfer de ses craintes. " Ma petite princesse.. Tu sais bien que je ne vais pas te laisser partir, jamais.. J'ai besoin de toi.. Autant que tu as besoin de moi.."

Je laissais la demoiselle s'apaiser à mon contact tandis que je notais avec une certaine tendresse et un certain amusement l'effet de cette conversation sur mes larmes : ces dernières s'étant totalement taries. Je repris d'une voix douce, embrayant sur un autre sujet important à mes yeux mais bien moins clivant.

-"Dis... je sais que c'est débile, surtout après tout ça mais.." entamais-je tout en parcourant la nuque de ma dulcinée du bout de mes doigts, avide du contact de sa peau, avant de reprendre avec un sourire plein d'attente et d'espoir. "Tu en dis quoi?"

J'avais pris la décision symbolique de reprendre ma véritable couleur de cheveux sur un coup de tête mais en l'absence d'une quelconque réaction, je commençais à nourrir la crainte que ce changement ne soit pas à son goût - même si l'évidence veut que la conversation ne se prêtait pas réellement à ce genre de conversation et de considérations purement esthétique.

-"C'est à dire.. que c'est ma couleur naturelle.. je suis même pas sûre de t'en avoir parlé auparavant.. désolée.." dis-je en tirant la langue légèrement dans sa direction avant de reprendre mon questionnement. "Tu en penses quoi? Je suis toujours belle à tes yeux? Ne me ménage pas.. Si tu n'aimes pas, je peux les reteindre.."

Nerveuse. Je l'étais clairement. J'avais été élevé dans l'idée d'être belle et d'en faire mon principale atout et même si je n'étais pas stupide pour autant et les compliments à ce sujet étaient légions, je craignais toujours de ne plus séduire la nymphe de mon cœur, cette beauté, Naomi Lawford. La femme avec qui je comptais construire ma vie et une famille un jour. La femme dont j'aimerais porté le nom un jour même tout ça n'est encore qu'un lointain projet. Je combattais ma nervosité rare par quelques paroles supplémentaires sur un débit un peu plus élevé qu'à mon accoutumée.

-"Pour m'excuser de mon absence et parce que j'ai envie de passer du temps avec toi, ça te dirait qu'on regarde Crescent High ensemble, emmitouflées dans les draps, à s'embrasser et à s'aimer, ce soir?"

Je marquais une pause avant de demander, bien plus timidement, toujours incertaine sur son avis sur mon changement physique et sur la réception qu'elle aurait de mes futures paroles.

-"Enfin.. si tu es toujours d'accord pour m'embrasser..?" dis-je avant de lui glisser dans un murmure sensuel à son oreille "Si c'est le cas.. oublie tout ça, prends-moi par les hanches et kidnappe mes lèvres trésor..."






Now I'm yours Naomi.. So catch me if you can ♪
J'écris en #ff99cc
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Egypte : l’Eglise copte condamnée parce qu’elle ne reconnaît pas le divorce
» Une religion est-elle une secte qui a réussi ?
» La prière vaut-elle un antidépresseur ?
» Débats d'idées sans détour : La religion rend-elle altruiste ?
» LA TERRE TOURNE-T-ELLE AUTOUR DE LA LUNE?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Institution Indarë :: South London :: Brixton :: Fantasy Land-
Sauter vers: