À droite, l'école et ses élèves normaux, comme tout le monde.À gauche, le centre de redressement pour jeunes dangereux.Maintenant réunis, pour le pire.
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



Votez pour le forum

~ Étendez l'expérience ~
C'est l'heure de se déguiser, de s'immerger dans un monde de magie pour Halloween. Ca vous intéresse ?

 :: Dortoir :: Troisième et quatrième étages :: Chambres Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

"Qui a dit qu'il ne fallait pas coucher dés le premier soir ?" ft Shû Zeth

Austin Sanders
IRS |:| Quatrième année
avatar
Masculin
Messages : 39
Né(e) le : 01/04/1999
Date d'inscription : 28/02/2017
Age : 18
Niveau d'études/Métier : IRS
Situation amoureuse : Jun est de retour ♥
Nationalité : Anglaise
Commentaires/Citations : "Les sentiments honnêtes peuvent parfois mener à des fins cruelles."
Voir le profil de l'utilisateur
http://indare-division.forumactif.com/t281-bonjour-me-voici-mr-enfoire

Mer 1 Mar - 21:42
"Qui a dit qu'il ne fallait pas coucher dés le premier soir ?"
ft Shû Zeth




Je ne comprenais pas vraiment en quoi j’étais fautif dans ce qu’il c’était passé. Que c’était de ma faute si elle s’était tuée. Moi, Austin Sanders, avait simplement renvoyé la gifle que cette idiote m’avait balancée. En appuyant pour lui faire autant de mal qu’elle avait pu m’en faire. Qu’elle me dise que je la dégoute simplement car je lui ai dis que la mort de sa mère n’était rien, je ne comprenais vraiment pas. Je pensais que cette fille aimait tout chez moi, autant mes blagues que ma franchise, ma façon de penser. C’est elle qui avait été aveuglé par l’amour qu’elle m’avait porté. Emmie a cru voir un masque tombé mais je n’ai jamais rien caché. Alors si je la dégoutais tant que ça, autant lui renvoyer la balle. Mais Emmie était comme un jouet fragile, elle s’est cassée trop facilement. Les gens sont vraiment trop faibles… Enfin bon, à force je m’habitue à voir mon entourage horrifié de par mon caractère dit « inhumain ». Ma propre idiote de mère ne peut le supporter. Et ça m’amuse de voir que l’amour maternel n’est pas forcément plus fort que tout… Voir l’amour tout court.

J’arrêtais de penser à tout cela lorsque j’arrivais en face de la porte de ma nouvelle chambre. Apparemment j’allais avoir deux autres personnes avec moi dans cette dernière, et j’espérais un peu qu’ils n’étaient pas des idiots fragiles et émotifs. Voir ça me serait utile qu’au moins l’un d’eux soit autant un dit « connard » que moi. Sinon j’allais encore être pointé du doigt comme une ordure car j’aurai dit ce que je pense ou parce que je me serai montré trop moqueur à leur goût. Enfin, tout ça était dans mon propre et unique intérêt, certainement pas que j’eus peur de déranger mes colocataires une seule seconde. Mais d’avantage qu’eux me dérangent. Du moins c’était toujours mieux que d’être surveillé. Et quand j’entrais dans cette chambre, je choisissais aussitôt mon lit. Le simple sur le côté. Je ne voulais certainement à devoir supporter les agitations de quelqu’un au-dessus ou en dessous de moi.  Rien de pire pour mal dormir, d’après moi.

J’installais par la suite mes affaires dans la première armoire venue, déballant mes habits et les ordinaires produits hygiéniques de mon gros sac. Cela me changeait de ma chambre, chez moi. Douillette et sans risque d’être dérangé lors d’un plaisir solitaire ou d’être réveillé par un éventuel ronfleur. Mais ça m’allait. Tant que je peux vivre tranquillement sans me soucier de quoique ce soit, tout me va. Puis ce n’est pas comme si j’avais changé de lycée. Aller en cours, rire avec des camarades, manger, rentrer au dortoir, se laver, dormir. Tel allait être mon petit train train de vie ici. Avec un supplément d’évènements à venir qui rendront ça plus amusant, de plus de mes charmantes petites blagues.

Le bruit de la porte me fit soudainement me rappeler que j’allais aussi rencontrer mes colocataires. Et l’un d’entre eux venait interrompre mon rangement. Je me retournai donc, sans hésitation, pour planter mon regard dans celui du nouveau venu. Je remarquais alors et de suite la couleur de ses iris au bleu très prononcé. C’était beau, un beau bleu. Et ses cheveux possédaient une couleur quelque peu bleu marine. Tout l’inverse de moi avec mes yeux prune et ma touffe châtain. Il semblait aussi plus grand que moi d’une dizaine de centimètres, à peu près. Il me semblait charmant, prêt à faire fondre la première fille, et qui sait garçon, qu’il aborderait. Quelque chose lui donnait cet air vagabond. Et ça m’amusait, ce qui me fit alors lui sourire. Je sais moi-même que je ne suis pas quelqu’un de sociable, mais il le fallait bien dans ce cas présent. L’ignorer serait complètement idiot. Je m’approchais donc de lui tout en lui présentant la main, qui n’attendait plus que d’être serrée, sans décrocher mon petit sourire des lèvres.

-Content de rencontrer un beau visage en premier lieu, ça fait toujours plaisir. Je m’appelle Austin Sanders, et nous allons apparemment être colocataires.

Je le fixais en attendant sa réaction sur ma petite phrase d’approche, que je trouvais amusante. La réaction des gens quand ils me découvrent est toujours excitante. Je sais dès lors s’ils vont me supporter un minimum ou pas du tout. Et lui n’avait pas l’air spécialement susceptible. Qui sait si nous allons bien nous entendre ? Voir, très bien nous entendre.


(c) by Storm sur Epicode ne pas retirer le copyright
Revenir en haut Aller en bas
Shû Zeth
DC Inactif
avatar
Messages : 22
Date d'inscription : 27/02/2017
Voir le profil de l'utilisateur

Ven 3 Mar - 23:41




Austin & Shû.
« Who the hell do you thik i am ?! »




C'était la rentrée aujourd'hui, ou, du moins, la rentrée pour notre cher Shû. La plupart, si ce n'était pour dire la quasi totalité, des élèves détestaient la rentrée. Et pour cause, les cours, les profs, l'emploi du temps, tout était chiant à mourir. Pourtant, le jeune homme aimait bien ça. Il aimait apprendre, rencontrer de nouvelles personnes, se heurter à de nouvelles situations résultant de la confrontation des individus. C'était l'une des choses les plus intéressante selon lui, alors, évidemment, il appréciait retrouver tout cela. Sans omettre le fait qu'il était bon en tout sans avoir à rien faire, presque un surdoué mais pas tout à fait. Shû n'était pourtant jamais passé pour l'intello de service, sans doute que son comportement débridé et ses pulsions y étaient pour quelque chose. Enfin, il n'y pouvait rien s'il adorait jouer avec les autres, jouer de bien des façons différentes d'ailleurs. Le dortoir apparaissait maintenant dans son champ de vision, il était peut-être temps de se presser et d'arrêter de divaguer, il avait hâte de se débarasser de sa grosse valise.

La monter des escaliers fut laborieuse. Bien que notre jeune homme n'était pas tout faible, monter sur plusieurs étages une valise d'une dizaine de kilo n'était pas de tout repos. Mais maintenant il était là, debout devant la porte à réfléchir à comment serait son colocataire. Apparemment, ils ne seraient que deux pour l'instant... S'il était mignon, Shû aurait du mal à se retenir c'était certain.
Avec un peu d'appréhension, il abaissa la poignée de la porte, découvrant le visage de celui qu'il devrait supporter. Il semblait... Banal. Du moins, en apparence, et surtout vis à vis de tout les étudiants présent et possédant des coupes affriolante et de couleurs bien étrange. Pourtant son regard indiquait qu'il n'était pas tout àf ait banal, il pouvait même un peu être semblable à Shû sur certains point.

« Content de rencontrer un beau visage en premier, ça fait toujours plaisir. Je m'appelle Austin Sanders, et nous allons apparemment être colocataire. »  déclara le prénommé Austin, lui tendant en même temps la main avec un sourire sur le visage

C'était donc bien ce que pensait Shû, il aimait, tout autant que lui, prendre les ens au dépourvu et examiner leurs réactions. Cette pensées fit sourire  notre jeune homme, qui saisit la main de son camarade.

« Ravi que mon visage te plaise, j'espère que sa beauté est égale à ton joli minois. Je suis Shû, Shû Zeth, ne pose pas de question mes vieux étaient chelou. Ravi d'apprendre que nous serons colocataire, quelque chose me dit que nous allons bien nous attendre » répondit-il avant de s'avancer un peu plus dans la chambre et de fermer la porte.

Car après tout, les courant d'air commençait à lui glacer les jambes. Austin semblait quand à lui déjà avoir choisi son lit, ce qui ne dérangeait pas particulièrement Shû, il se fichait d'ou il dormait, c'est donc pour cela qu'il choisit le lit du bas, face à celui de l'autre jeune homme. Commençant à déballer ses affaires, il ne put s'empêcher de demander :

« Dis moi, en quelle faction es-tu toi ? »

Il n'avait pas particulièrement envi de se retrouver avec un mec qui risquait de faire des crises d'angoisse ou il ne savait quel genre de connerie, au beau milieu de la nuit, ce serait chiant, surtout qu'il ne savait pas comment réagir. Au contraire, s'il faisait partit des forges ça pouvait s'avérer très intéressant. Finissant de ranger tout ses affaires, Shû jeta un regard en coin à l'invidu, se mordant légèrement l'intérieur de la joue avec un petit sourire. Disons qu'il avait bien envi de croquer ce mignon jeune homme.

© Kibara sur Epicode.

Revenir en haut Aller en bas
Austin Sanders
IRS |:| Quatrième année
avatar
Masculin
Messages : 39
Né(e) le : 01/04/1999
Date d'inscription : 28/02/2017
Age : 18
Niveau d'études/Métier : IRS
Situation amoureuse : Jun est de retour ♥
Nationalité : Anglaise
Commentaires/Citations : "Les sentiments honnêtes peuvent parfois mener à des fins cruelles."
Voir le profil de l'utilisateur
http://indare-division.forumactif.com/t281-bonjour-me-voici-mr-enfoire

Lun 6 Mar - 10:10
"Qui a dit qu'il ne fallait pas coucher dés le premier soir ?"
ft Shû Zeth




-Ravi que mon visage te plaise, j'espère que sa beauté est égale à ton joli minois. Je suis Shû, Shû Zeth. Ne poses pas de question, mes vieux étaient chelous. Ravi d'apprendre que nous serons colocataires, quelque chose me dit que nous allons bien nous attendre.

Je souriais à sa réponse toute aussi croustillante tandis qu’il me serrait la main, avant de fermer la porte de la chambre derrière lui. Apparemment, je faisais face à une personne au même tempérament… Provocateur, qui aime bousculer les gens. Et cela me plaisait bien. Je ne m’ennuierai certainement pas avec ce fameux colocataire. Je n’avais guère l’habitude de tomber sur des personnes avec des points de caractères similaires au miens. Après tout je ne suis qu’un gamin qui ne cherche qu’à s’amuser et égoïste. En tout cas apprendre à le connaitre m’intéressait. Je voulais voir s’il pouvait réellement me supporter. Mon humour et ma franchise étaient le plus souvent agaçants pour les autres. Mais peut-être pas pour ce fameux Shû Zeth. Rire avec la première personne que je rencontre serait réellement incroyable.

-Dis-moi, en quelle faction es-tu, toi ?

Je le regardai déballer ses affaires quelques secondes, comme si je réfléchissais à la question pourtant très simple. Mais je me demandais seulement maintenant si les personnes n’allaient pas me fuir, désormais, car je suis un forge, un soit disant criminel. Enfin, je m’en fichais bien de me retrouver seul ici, à cet institut. Tant que personne ne vienne me chercher des noises, ne vienne déranger ma petite vie, ça m’allait. Mes anciens amis m’avaient bien lâché en tout cas, ceux de l’ISS où j’étais autrefois. Vive l’amitié !... aha. Ils avaient été horrifiés de mon « acte cruel », tout comme un bon nombre d’autres personnes. Mais encore maintenant je me disais que les gens sont trop faibles pour comprendre mon point de vue sur la vie en générale. Et je n’allais certainement pas changer cela pour le plaisir des autres. Qui le mériterait, de toute façon ?

-Je fais partis des Forges, mais rassures-toi, je ne suis pas un tueur en série, fis-je en riant.

Je doutais sincèrement que ce garçon me fuit simplement pour ma dite faction. Je fais partis des personnes qui ne sont pas très gentils, après tout. Mais il n’avait pas l’air d’être quelqu’un qui juge sans réfléchir, non. Sa façon de répondre à ma phrase d’approche lorsqu’il est entré m’indiquait une éventuelle ouverture d’esprit. Enfin bon, de toute manière les sentiments humains et moi font mille, tant pour moi c’est bien trop complexe à comprendre. La logique, dire ce que l’on pense à la seconde même où l’idée fuse dans le crâne me paraissaient tellement plus simple pour vivre. Plutôt que de prêter attention à ce que ressentirait la personne en face de soi, faire attention à ses émotions en pesant ses mots... C’est bien trop fatiguant pour moi. Même si cela m’avait couté une certaine liberté.

-Et toi donc ? Tu fais partis de quelle euh… Faction ?

Ce mot me paraissait étrange à prononcer. J’userai de ce dernier d’avantage pour un jeu vidéo, un film, ou un bouquin. Comme pour différencier la faction Les Guerrier Sans Limite et celle de Les Flèches de Vent. Enfin, une connerie du genre. Pour moi j’étais juste Austin Sanders faisant partis des élèves de l’IRS, dans la catégorie des personnes qui doivent purger leur peine. Simplement cela. Mais faction non, c’était trop rêveur à mon goût mais cette remarque était autant inutile pour moi que pour Shû. Cela ne servirait à rien de la soulever. Et je continuais donc à ranger mes affaires dans l’armoire en lui tournant le dos, attendant sagement la réponse du jeune homme.



(c) by Storm sur Epicode ne pas retirer le copyright
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Fallait pas faire du droit
» il fallait que ca arrive , help me please
» il faut, il fallait, il faudra
» Mercredi 15 octobre Lc, 11, 42 à 46 « la justice et l’amour...Voilà ce qu’il fallait pratiquer sans abandonner le reste »
» Restaurer l'Eglise du Christ

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Institution Indarë :: Dortoir :: Troisième et quatrième étages :: Chambres-
Sauter vers: