À droite, l'école et ses élèves normaux, comme tout le monde.À gauche, le centre de redressement pour jeunes dangereux.Maintenant réunis, pour le pire.
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



Votez pour le forum

~ Étendez l'expérience ~

 :: IRS - Bâtiment principal :: RDC : Bureaux et formalités Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

I Know I am not Alone [ PV Lynn, Matt, Krasarc]

Grâce Uber
IRS |:| Première année
avatar
Féminin
Messages : 9
Né(e) le : 01/01/2003
Date d'inscription : 31/08/2017
Age : 14
Niveau d'études/Métier : Première année
Nationalité : Anglaise
Commentaires/Citations : « There is a castle on a cloud, »
Voir le profil de l'utilisateur
http://indare-division.forumactif.com/t831-there-is-a-castle-on-a-cloud-but-this-castle-is-quiet-and-in-our-head-grace

Dim 10 Sep - 15:55


* « C’est quoi Grand-pa ? »

-C’est un tableau ma petite Grâce. Il représente le monde, la terre, ton monde.

«  Mon monde ? Mais il est trop grand pour notre cave... »

- Nous ne sommes pas dans notre cave ma petite Grâce.

«  Ce n’est pas possible...Ou je rêve... »

- Oui tu rêves mon ange, ma toute petite.

«  Je dois me réveiller Grand-pa pour te voir pour de vrai… ! Vite ! »

- Grâce ?

«  Oui Grand-pa ? »

- Grâce ?

«  Oui Grand-pa ? »

- Grâce ?

«  Oui Grand-pa ? »*

« GRÂCE UBER ! »

J’ouvris brusquement les yeux  à cette remontrance criée. Devant moi un surveillant, visiblement peu clément, j’ouvris la bouche mais aucun mot n’en sortit, parfois je parlais mais jamais en réalité et ce depuis mes 6 ans, avant ? Avant je crois que je n’existais pas, ou alors …j’étais endormie, je ne sais pas mais en tout cas une chose est sûre : Dans ce monde de zombies, j’ai commencé ma vie dans cette cave avec Grand-pa.

«  On ne dort pas en attendant le psy, Mademoiselle Uber ! » grogna le surveillant avant de pâlir. «  Tout va bien mademoiselle Uber ? Vous avez l’air prête à pleurer... »

Il semblait vraiment inquiet, je haussais le pouce pour lui dire que c’était OK. Il soupira visiblement soulagé, j’aime bien ce genre de zombies, ils ne fouillent pas trop et sont toujours semi-appliqués dans leur travail, donc ne m’embêtent que peu. Il s’éloigna en susurrant entre ses dents que j’échappais à la punition mais juste pour cette fois, je souris tristement, je n’arrivais plus à parler, mais je comprenais très bien.  Il ne faisait que le méchant sans l’être ce zombie.

Je repensais à mon rêve tentant de me souvenir de l’image sur le tableau, des couleurs, oui il y en avait mais je ne me souvenais plus les figures qu’elles remplissaient.

Je tournais la tête, trois jeunes zombies étaient à mes cotés sur trois chaises en bois alignées près de la mienne. L’un portait un chapeau, un grand chapeau qui cachait ses traits, la deuxième avait les cheveux noirs, ces deux là semblaient plus âgés que moi, mais bon moi je parais plus jeune que mes 14 ans il paraît.

Mon regard s’arrêta sur le quatrième, un garçon. Il n’avait pourtant pas l’air triste. Mais depuis l’enfance j’avais cette sensibilité poussée, qui me permettait de savoir les masques par des détails insignifiants mais essentiels, Grand-pa le disait souvent:
* Grâce si tu dois choisir entre prendre soin d’une richesse énorme et un papillon, prends le papillon, car ainsi tu verras l’horizon, le vrai tu ne seras pas engloutie par le monde, le monde tu le percevras dans ses plus infimes traits, ses plus petites nuances. Et ce seront les plus importantes. *

Puis Grand-pa a fini par s’endormir et devenir froid, j’avais 8 ans et demi mais je me souviens encore de son sourire à ses mots, un sourire si...triste...si coupable...de quoi ? On m’a dit que Grand-pa était mort et tant mieux. Je ne pense pas que le tant mieux soit approprié en revanche...mort ? Ici tout le monde est mort-vivant, alors mourir complètement serait un crime ? Grand-pa n’a pas fait exprès non ?

Je secouais la tête chassant tout ça vivement et revins poser mon regard sur le jeune homme d’à peu près mon âge. Je remarquais que son visage impassible était tiré et ses mains apparemment jointes en paix étaient crispées, il avait peur ? Il était triste ? Pourquoi ? De quoi ? Je sortis mon carnet et commençais à dessiner un ciel étoilé, tout le monde aimait les étoiles, je coloriais mon dessin en silence, absente à toutes manifestations/discussions/autres qui pendant ces 20 minutes de concentration intense auraient pu se produire. Puis je revins à mon dessin.



Il avait de belles étoiles mais une lune bien cruelle, Grand-pa n’aimait pas la lune, elle est trop grosse, elle fait de l’ombre aux étoiles disait-il, et sur les maisons un jeune homme blessé, lui, je n’avais pas de jaune sur moi alors ses cheveux étaient noirs mais c’était bien Matt, bien que ne sache pas encore son  nom, sur le dessin.

Je pris une grande inspiration, je montrais rarement mes dessins, mais, peut-être que certains zombies étaient plus vivants que d’autres...et si non...je me sens trop seule alors Grand-pa, Louis, Persil, s’il vous plaît donnez moi le courage d’aller vers quelqu’un, juste cette fois s’il vous plaît.

Je lui mis brusquement le dessin dans les mains en montrant la lune méchante, le personnage avant de le pointer du doigt. Mais au cas où, je griffonnais sur mon cahier : «  C’est la lune qui t’a blessé ? »

Alors que j’attendais sa réponse, la pendule sonna 7 heures du matin. Nous n’étions pas encore dans nos classes respectives mais j’avais déjà une boule d’inquiétude au ventre.

Puis...

Une odeur de brûlé se fit sentir…

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Lynn Withypoll
IRS |:| Troisième année
avatar
Féminin
Messages : 43
Né(e) le : 03/03/2000
Date d'inscription : 03/09/2017
Age : 17
Niveau d'études/Métier : Troisième année
Situation amoureuse : En couple...avec le feu !
Nationalité : Irlandaise
Voir le profil de l'utilisateur
http://maitreouneko.forumactif.org/ http://indare-division.forumactif.com/t844-le-feu-est-tellement-beau-termine#8713

Dim 10 Sep - 17:18
Lynn était arrivée depuis peu dans cet endroit. Un jour si elle comptait bien et c'était déjà la rentrée, quelque chose qui ne l'intéressait pas. Depuis quelques années, elle ne se préoccupait plus de ses études, considérant que cela ne valait pas le coup...et puis, cela correspondait à l'image qu'on lui avait donné avant d'être jugée. Mais après tout, elle n'avait pas cherché à se défendre ou à contredire cette fameuse image.

En recevant son emploi du temps, elle remarqua aussitôt le rendez-vous avec le psychologue avant les cours...Sérieusement, et le sommeil alors ? C'était important aussi ! Elle soupira et envisagea sérieusement de sécher ce rendez-vous et peut-être quelques cours...Bon, après elle avait des journées avec de gros trous puisqu'elle était interdite de cours de physique-chimie. A raison, car elle aurait très certainement tentée de brûler quelque chose, elle s'imaginait d'ici l'effet avec ce genre de flammes...

Elle chassa ses délicieuses pensées en soupirant à nouveau.

- Bon, Finn, tu es prêt pour cette nouvelle vie ?

Le rat releva la tête et la regarda, comme s'il lui répondait.

- Non, tu as raison, on serait mieux bien loin d'ici...

Elle rassembla ses affaires pour se préparer, pas le temps de trainer. Et elle eut raison, le lendemain fut très difficile, elle qui avait l'habitude des horaires qu'elle choisissait. On la rappela plusieurs fois à l'ordre pour qu'elle suive les horaires et elle grommela tout autant de fois avant de finir son petit déjeuner, de repousser la personne qui osait tenter d'enlever Finn de la table puis elle se dirigea vers la salle d'attente.
Elle se laissa tomber sur une chaise, silencieuse, s'effaçant presque dans l'ombre d'une grande plante...Son rat sortit de sa poche, observa autour de lui, renifla les odeurs et descendit le long de sa jambe pour aller se balader. Lynn le surveilla ou plutôt, surveilla les trois autres personnes qui attendaient aussi. Si jamais cette étrange gamine marchait dessus en allant donner son dessin à un des garçons, elle allait le lui faire regretter...

Heureusement, cela n'arriva pas. Finn continua sa balade et Lynn s'ennuyait tellement qu'elle sortit son briquet de sa poche. Autant en profiter avant qu'un des adultes ne tentent de le lui enlever. Elle joua un moment avec puis, comme obnubilée, elle passa le doigt dans la flamme, plusieurs fois, le laissant plus ou moins longtemps...Elle était à nouveau plongée dans ses expériences sans se soucier du résultat sur son doigt.
Revenir en haut Aller en bas
Matt Campbell
IRS |:| Deuxième année
avatar
Masculin
Messages : 12
Né(e) le : 22/11/2001
Date d'inscription : 31/08/2017
Age : 16
Niveau d'études/Métier : 2e année
Situation amoureuse : célibataire
Nationalité : galloise
Voir le profil de l'utilisateur
http://indare-division.forumactif.com/t835-what-does-the-cat-say-matt

Dim 10 Sep - 19:12
Attendre. Il n'avait même pas commencé les cours qu'il avait déjà un rendez-vous chez le psychiatre. Ils étaient 4 dans cette salle sûrement pour la même raison : rendez-vous. Il était même pas 7h du matin et Matt commençait sérieusement à piquer du nez, d'ailleurs quelqu'un avait déjà sombré dans les bras de Morphée. Elle avait l'air jeune mais n'avait sûrement pas moins de 14ans. Quand aux autre, l'une avait les cheveux noirs geai et l'autre caché sous un chapeau.
Il sursauta quand un surveillant réveilla "Grâce Uber", le réveillant aussi du même coup. Matt avait envie de dire qu'une autre horaire aurait au moins le mérite de terminer leur nuit mais se ravisa, préférant observer le ballet du rat qui se promenait dans la salle d'attente.

Pourquoi ils attendaient encore, et à 4 ? Il s'intéressa aux bruits de crayon venant de la dénommée Grâce, elle dessinait. La fille aux cheveux noirs jouait avec un briquet avec une fascination à peine caché et le rat continuait de fureter.
Il se retrouva plusieurs minutes après avec un dessin dans les mains. Devant son interrogations Grâce essaya de lui expliquer la raison du dessin et choisi finalement de lui écrire. En lisant les mots, il ricana :

- Plutôt une mauvaise étoile.

Il regarda le dessin et leva les yeux vers Grâce.

- Tu ne sais pas parler ?

Grand intérêt pour le feu, mutisme, il se demandait bien se que cachait le garçon sous son chapeau.
Revenir en haut Aller en bas
Krasarc Orzeïn
IRS |:| Première année
avatar
Masculin
Messages : 84
Né(e) le : 15/05/2000
Date d'inscription : 05/09/2017
Age : 17
Niveau d'études/Métier : 1er Année
Situation amoureuse : Aucune
Nationalité : Allemand
Voir le profil de l'utilisateur
http://indare-division.forumactif.com/t846-ici-krasarc-orzein-pour-vous-servir

Lun 11 Sep - 21:31
Le temps... véritable marionnettiste cosmique il faisait avancer le monde au rythme affreusement lent de son métronome... a ton arrivé dans cette institution l’on t’avait attacher un dispositif a la cheville pour s’assurer que tu ne prends pas la poudre d’escampette avant de te donner toute une liste d’interdiction et d’ordre a suivre alors que la seule chose qui te traversait l’esprit était « J’ai soif... » parmi les ordres il y avait une obligation de voir un psychiatre plusieurs fois par semaine et ton premier rendez-vous avez lieu le lendemain de ton débarquement.
Morphée ne voulait pas de toi ce soir tel une femme migraineuse, et se refusant a toi en te laissant succomber aux ténèbres de ta misérable chambre tu continuais de penser « J’ai tellement soif... » Tel un Junky en manque de sa came tu étais envahi par ce désir macabre dont le plaisir t’était maintenant interdit !
Deux semaines semblaient s’être écoulées avant que tu ne constates que la lumière écarlate de ton réveil n’affiche les simples caractères « 04:26 ».

Agacée par la torture du marionnettiste cosmique dont le sadisme avait surement inspiré le marquis de Sade, tu sortis de ton lit et ne prenant même pas la peine de changer de vêtements tu te contentas de mettre ton grand chapeau borsalino de couleurs noir. N’étant pas familier des Pyjamas tu étais resté dans tes vêtements de la veille et tu te dirigeais lourdement vers les couloirs obscurs de l’institution.
Le Silence régnait en maître absolu et instauré une véritable Tyrannie dont la Nuit était le Premier ministre, seuls tes pas rythmés tel le métronome du temps résonnaient dans l’enceinte du bâtiment, n’ayant aucun objectif tu errais tel un spectre sombre dont le grand chapeau était le seul détail remarquable.

« Je suis... assoiffée... » pensais-tu, combien de temps avais-tu marché ? Tu ne le savais pas et subitement en un éclair tu pris la décision de te rendre a ton rendez-vous avez plusieurs heures d’avance, de toute façon tu n’avais rien a faire et c’est en arrivant en face de la porte que tu découvris une horloge dont le cliquetis assourdissant rythmé les aiguilles montrant les chiffres « 05:48 ».
Véritable enfer que d’être enfermé dans la prison du temps... tu aurais put te perdre une éternité dans les couloirs infinis de cette académie silencieuse qu’une simple seconde se serait écoulée ! Te posant sur une chaise tu te mis à rabaisser ton chapeau pour mieux cacher ton visage creuser par la fatigue, la soif et les multiples tourments que ton esprit malade te faisait subirs.
Lentement de nouvelles personnes vint te rejoindre, ses dernières étaient surement la pour la même raison que toi, eux aussi étaient considérés comme dangereux et fou... pourtant tu savais pertinemment au fond de toi que ce monde entier était dément !

Dans un silence absolu tu regardais faire chaque personne... la plus jeune se fit réveillé par un surveillant dont le cri avait — semble-t-il — réveillé un second dormeur, puis alors qu’elle troubla de nouveau l’attente des quatre étudiant en griffonnant quelque chose, elle vint se confesser aux seconds dormeurs, était-ce Morphée qui les avait réunis ? Curieuse question qui ne t’arracha qu’un simple rictus. La troisième personne qui semblait être la plus calme du lot se contentait de jouer avec un briquet et de porter le plasma brûlant a son doigt... doigts qui lentement se mit a noircir et a saigner... alors qu’une gouttelette écarlate se formait tu la fixais avec insistance, véritable pendule hypnotique tu étais sous l’emprise de cette délicieuse vision.

D’une force surhumaine tu rabaissas ton chapeau pour te cacher les yeux et un grincement de dents résonna dans ta tête alors que tu refrénais ses milliers de penser qui ne faisait que te tenter vers ce plaisir interdit ! Combien de temps allais-tu encore attendre ?
Revenir en haut Aller en bas
Grâce Uber
IRS |:| Première année
avatar
Féminin
Messages : 9
Né(e) le : 01/01/2003
Date d'inscription : 31/08/2017
Age : 14
Niveau d'études/Métier : Première année
Nationalité : Anglaise
Commentaires/Citations : « There is a castle on a cloud, »
Voir le profil de l'utilisateur
http://indare-division.forumactif.com/t831-there-is-a-castle-on-a-cloud-but-this-castle-is-quiet-and-in-our-head-grace

Sam 30 Sep - 23:02

Je  ne savais pas prononcer des mots oui...
Mais je savais parler...Comment lui faire comprendre ?
Soudain je me souviens de quelque chose. Je retournais à ma chaise et pris mes feutres. Puis je griffonnais des chats de différentes couleurs.  J’allais lui confier un secret.

Avec Grand-pa à mes 6 ans je prenais du temps pour écrire, trop pour une conversation rapide. Alors on a inventé un secret : La langage chat puisque j'arrivais à les dessiner très facilement et rapidement. C’est Grand-pa qui a eu l’idée. Il m’a montrée des photos de chats, il y en avait plein dans la cave depuis un moment si lointain que je crois que c'est toujours.

Grand-pa adorait les chats! Il m’a expliquée que autrefois il y en avait plein mais que les humains n’étaient pas gentils avec eux, Grand-pa répétait souvent dans sa barbe d’ailleurs : «  De toute façon de mon temps, les gens gentils n’existaient pas. » quand il disait ça je pensais à un très très vieux magicien sage qui regarde le monde avec fatigue, alors ça me rendait un peu triste. Alors j’enserrai sa main dans la mienne toute petite et dans ses yeux brumeux de larmes, il renaissait un sourire. Un sourire que je croyais invincible.

Je me rapprochais ensuite de Matt et lui donna deux dessins, l’un avec les images de chats et leurs expressions et un autre proposant une amitié:



Je lui souris. Avant de lui donner un de mes anciens dessins penchant un peu la tête sur le coté surprise, ce dessin là je le conservais précieusement c’était le dernier avant l’enterrement après la mort de Grand-pa. Les étoiles me faisaient peur  la nuit à l’hôpital, je n’étais pas habituée à les voir en vrai et ce même si je savais comme disait Grand-pa que rien ne fait mal dans le ciel. Alors je les ai rendues belles par mon langage à moi, par un dessin, un dessin qui chasserait peut-être la mauvaise étoile qui avait blessé ce garçon, qui sait ?" Il faut toujours essayer sans abandonner jamais, on n'est pas des autruches" disait aussi Grand-pa, d'où le dessin, celui ci:



Grand-pa aurait été fier de mon courage ! J’aurais voulu le mettre dans sa tombe mais personne n’a voulu de moi à l’enterrement.

Je rougis de fureur ! Ce que les Zombies sont bêtes parfois ! Je rougis tellement que j’eus du mal à revenir au réel. Une fois revenue je lui montrais le premier dessin qui lui demandait comment ça allait, Je lui montrais le chat heureux pour moi en me désignant du doigt avant de faire de même pour le dessin réclamant son amitié.

Je n’avais pas menti, j’étais contente d’avoir rencontré un zombie pour qui je n’étais pas invisible. Enfin je ne l’étais pas vraiment invisible, c’est une image comme disent les grands, ça veut dire que j’étais seule tout simplement, peut-être parce que les humains sont devenus très rares à la surface, alors peut-être que du coup c’est ma faute, je n’en savais rien. Les adultes appellent ça par des mots compliqués mais ce sont des adultes zombies, ce n’était pas leur faute s’ils ne me comprenaient pas.

Un peu tremblante j’attendais sa réponse quand soudain...un rat me monta dessus, je sursautais visiblement surprise et convoitant mon dessin que je voulais donner à mon peut-être futur ami zombie pour lui montrer que comme disait Grand-pa : «  Quand tu as mal à cause de quelque chose dessine le en beauté, dessine le meilleur et il te paraîtra moins douloureux. » il l’attrapa entre ses quenottes et fila avec.

NON ! Pas ce dessin ! Affolée je courus après le rat qui  était plus rapide que moi et le grignotait en s’enfuyant, on fit plusieurs tours de la salle jusqu’à ce que le  surveillant revienne.

«  Bah alors Uber on fait l’idiote ? » gronda-t-il.

Je n’en pouvais plus, je tombais à genoux, ce monde, ces zombies, tout cet univers étrange et inconnu, ce n’était pas mon monde, ce ne sera jamais mon monde. Jamais ! Je me sentais seule et fatiguée et n’avait ni la force de le dessiner ni de l’écrire.

J’éclatais donc en sanglots au beau milieu du couloir.  Je voulais me réveiller, non je DEVAIS me réveiller. Retrouver Grand-pa, Persil, la cave rassurante, mon monde, mon monde à moi.

Le surveillant-zombie ne savait pas comment réagir un peu abasourdi, j’avais les joues rouges de honte d’avoir autant peur. Mais je n’étais pas une autruche. De suite j’étais juste...trop fatiguée ! Tu verras Grand-pa...je vais y arriver….Je vais y arriver…
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Lynn Withypoll
IRS |:| Troisième année
avatar
Féminin
Messages : 43
Né(e) le : 03/03/2000
Date d'inscription : 03/09/2017
Age : 17
Niveau d'études/Métier : Troisième année
Situation amoureuse : En couple...avec le feu !
Nationalité : Irlandaise
Voir le profil de l'utilisateur
http://maitreouneko.forumactif.org/ http://indare-division.forumactif.com/t844-le-feu-est-tellement-beau-termine#8713

Mar 3 Oct - 10:49
Lynn ne se préoccupait pas des autres personnes autour d'elle, ils n'étaient tous d'aucun intérêt. Et puis, c'était mieux qu'elle se concentre sur sa magnifique flamme parce que sinon, à force de voir l'autre fille agiter son dessin sous les yeux du garçon, elle allait finir par avoir envie d'y mettre le feu.
Elle préférait donc ressentir cette douleur si délicieuse sur son doigt. Doigt qui n'appréciait pas, la chaire, cela avait tendance à bien bruler.

Soudainement, des bruits de pas précipités se firent entendre, suivit d'une voix qui semblait assez en colère. Elle quitta sa flamme des yeux, rangea son briquet et observa la scène. Elle repéra vite la fille, à genoux, en train de pleurer...mais pourquoi ? Elle chercha des yeux son rat, espérant qu'il n'en était pas la cause, les rongeurs avaient tendance à effrayer la plupart des filles...Et quand elle le vit, elle ouvrit grands les yeux, surprise.

- Finn !

Son ton était agacé, il avait fallu que son cher rat vole la seule chose dont elle ne voulait surtout pas entendre parler. Et encore moins voir. Elle s'approcha du gros rat noir qui la regarda en couinant. Il tenta de s'échapper mais elle l'attrapa avant de le fixer.

- Tu es vilain, Finn ! Tu as encore faim ? Avec tout ce que tu as pu avaler hier soir et ce matin ?


Rapidement, son ton devint plus doux, elle était incapable de rester énervée contre son cher rat, c'était tout les deux contre le monde entier, alors elle ne voulait pas le gronder. Elle le posa sur son épaule en lui demandant d'être sage. Elle récupéra alors le dessin et l'observa. Il était joli mais Finn en avait dévoré un bon coin. Sa main se crispa soudainement, non, non, et non, elle ne devait surtout pas y mettre le feu ! Pourtant, l'envie la dévorait, le papier, cela brûlait si bien !

Elle tentait de lutter, car pour une fois, elle ne voulait pas voir cette fille pleurer encore plus. Pour une fois, un peu de pitié traversait son être alors que d'habitude, il n'y avait rien d'autre que sa pyromanie et son amour pour son rat.
Sa main libre alla fouiller dans sa poche à la recherche de son briquet et le sortit. Elle luttait contre elle-même, pour la première fois de sa vie. Mais c'était si difficile ! Elle commençait à transpirer, sa main avançait puis reculait, sa vue se troublait, ne voyant que cette feuille et la possibilité d'en faire un bon feu...

Lynn réussit à se tourner, cherchant à se diriger vers la fille qui pleurait toujours pour lui rendre son dessin. Elle le devait. C'était mieux ainsi. Sauf qu'elle ne vérifia pas où elle mettait les pieds et se prit ceux du garçon au chapeau. Elle tomba lamentablement au sol et lâcha, le dessin qui alla voleter un peu plus loin et son briquet qui fit un vol plané à l'autre bout de la pièce. Tout cela pour protéger son rat qui couinait de peur. Elle ? Elle se prit violemment le menton par terre mais au moins Finn n'avait rien...et elle n'avait plus aucune envie pyromane car elle était un peu sonnée par sa chute brutale.
Revenir en haut Aller en bas
Matt Campbell
IRS |:| Deuxième année
avatar
Masculin
Messages : 12
Né(e) le : 22/11/2001
Date d'inscription : 31/08/2017
Age : 16
Niveau d'études/Métier : 2e année
Situation amoureuse : célibataire
Nationalité : galloise
Voir le profil de l'utilisateur
http://indare-division.forumactif.com/t835-what-does-the-cat-say-matt

Sam 7 Oct - 15:56
Un deuxième dessin, celui-là avec des chats. A croire que le Karma lui en voulait, mais bon, il fera avec. En regardant le dessin, il compris que Grâce lui demandait d'être son ami, pourquoi pas ? Mais le karma n'allait pas lui laisser le temps de répondre.
Le rat grimpa sur Grâce lui vola un quatrième dessin et tout devint bizarrement bien animé pour 7h du matin. La propriétaire du rat récupera l'animal et le dessin. Grâce était par terre en train de pleurer, et s'était fait réprimander pour la deuxième fois.
En voyant Grâce pleurer, la fille au cheveux noir s'étaler par terre à cause du quatrième garçon, un sourire naissa sur le visage de Matt. Ce n'était pas dans ses habitudes de se moquer des gens qui pleuraient, il ne rigolait qu'à cause de la chute magnifiquement maladroite de l’adolescente aux cheveux noirs.

Matt se leva, ramassa le dessin étoilé et tendit la main à la fille qui était tombée pour l'aider à se lever. Peut-être qu'elle accepta, dans tous les cas, il se dirigea ensuite vers Grâce. Il se mit à sa hauteur, lui tendit le dessin mordillé, puis plaça celui au chats devant ses yeux. Puis il sourit :

- D'accord !

Puis il lui tendit à elle aussi la main pour l'aider à se relever. L'heure tournait et ils étaient encore tous les quatre à attendre, bon même si ils étaient plus ou moins éparpillés jusqu'au couloir... Matt rattrapa la surveillant :

-Excusez-moi, vous savez si le psychologue en a encore pour longtemps ? On a cour juste après, et on aurait déjà dût passer.

Le surveillant le toisa du regard comme s'il l'examinait pour voir s'il était digne de sa réponse. Il s'en sorti maladroitement en disant d'attendre, qu'il avait un peu de retard et disparut dans les couloirs. Matt soupira et retourna dans la salle d'attente. Il fit signe au autres qu'il n'avait absolument aucune information sur leur temps d'attente.
Tic tac, et l'heure tournait toujours.


thanks Grâce !:
 
Revenir en haut Aller en bas
Krasarc Orzeïn
IRS |:| Première année
avatar
Masculin
Messages : 84
Né(e) le : 15/05/2000
Date d'inscription : 05/09/2017
Age : 17
Niveau d'études/Métier : 1er Année
Situation amoureuse : Aucune
Nationalité : Allemand
Voir le profil de l'utilisateur
http://indare-division.forumactif.com/t846-ici-krasarc-orzein-pour-vous-servir

Mar 10 Oct - 13:36
Pourquoi tant de bruit ? Pourquoi ils ne pouvaient pas se la fermer ? Cette gamine avec ses dessins commençait sérieusement as-t’agacé, tu avais envie de lui donner une très grosse claque pour qu’elle se taise et s’assied tranquillement, ta présence en ces lieux t’agaçait déjà suffisamment alors pas besoin d’un môme en manque de reconnaissance social ! Tu te surpris d’ailleurs a sourire quand tu remarquas que le rat de la pyromane avait attrapé le dessin de la chouineuse, cette dernière se fit d’ailleurs sermonner par cette abrutie de surveillant et la voir pleurer te combler de joie... mais rapidement les pleurs vint t’agacer a nouveau, heureusement que tu ne voulais pas te prendre de sanctions si tôt sinon tu lui aurais ouvert la gorge, au moins elle t’aurait servit a quelque chose en temps que distributeur de sang.

Soudainement tu vins t’étaler sur ta chaise au moment ou la pyromane se prit les pieds dans les tient et s’écroula lourdement sur le sol, le sourire du deuxième garçon parut bien gentils comparée au rire hilare que tu lanças, voir les autres dans des situations aussi pitoyables gonflait ton égo et te donnait ce regard méprisant que tu lanças a la pyromane. Cela te faisait du bien de rire de la sorte surtout que cela te permettait de relâcher la pression accumulée à cause de la gamine énervante.

— " Hahahaha... excuse moi ta chute était tout simplement hilarante ! Laisse-moi t’aider a te relever tu veux bien ? »

Tu te relevas avant de tendre ta main a la pauvre victime, un regard sincère et un sourire désormais compatissant sembler se lire sur ton visage qui n’était qu’une simple façade a ce moment, en effet ce fut au moment de la relever que tu tiras bien plus fort sur son bras en prenant bien soins de laisser ton pied sur son chemin pour qu’elle s’écrase a nouveau, mais de l’autre cotée de la salle tout en prenant bien soins de lui tirer la langue quand elle réalisa la vraie raison de ton geste

— "Everybody do the flop ! HAHAHAHA !!! »

Tu n’en pouvais vraiment plus tellement tu rigolais, tu étais même en train de te serrer le ventre tellement rire te faisait mal aux abdos. Quand enfin la dernière larme de rire eu finit de couleurs de ton visage tu regardas la trace de sang qu’elle avait laissé sur ta main quand tu l’avais « relevé », ce sang qu’elle avait causé en se brulant le doigt, la tentation étant trop grande tu vins lécher avec amour et satisfaction ce doux nectar écarlate, un frisson parcourut ton échine, son sang était assez bon, ce n’était pas un grand cru, mais il était néanmoins meilleur que ceux des animaux.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Lynn Margulis
» Femme chamane de Lynn-V Andrews
» Que sont les OVNIs ?
» La Porte des Etoiles « Mystères ou conspirations »
» [Info] L'arpenteur de livres ésotériques.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Institution Indarë :: IRS - Bâtiment principal :: RDC : Bureaux et formalités-
Sauter vers: