À droite, l'école et ses élèves normaux, comme tout le monde.À gauche, le centre de redressement pour jeunes dangereux.Maintenant réunis, pour le pire.
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



Votez pour le forum

~ Étendez l'expérience ~

 :: IRS - Annexe :: Réfectoire Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Opération vol de nourriture ~ Alix

Moran Flint
IRS |:| Première année
avatar
Messages : 13
Né(e) le : 24/08/2003
Date d'inscription : 31/08/2017
Age : 14
Niveau d'études/Métier : 1ère année
Nationalité : Galloise
Voir le profil de l'utilisateur
http://indare-division.forumactif.com/t830-he-meredith-c-est-moi-moran#8637

Ven 1 Sep - 22:53
"Hé Meredith, c'est moi.
J'espère que ta rentrée s'est bien passé. La mienne va bientôt commencer et je suis déjà... perplexe."

Le terme était peut-être un peu faible pour décrire l'état de perdition, d'égarement dans lequel tu te trouvais. T'y comprenais rien et les cours n'avaient même pas commencé.

Déjà, les règles qu'on t'avait imposé te semblaient bien trop strictes. La résidence surveillée, le bracelet, comme si tu étais un danger publique. Qu'on vienne fouiller dans tes affaires, régulièrement, presque comme si on violait ton intimité. Bon, certes, tu savais EXACTEMENT pourquoi il y avait chacune de ses règles. Tu comprenais la logique, tu savais le pourquoi du comment. Mais tout de même, ça ne passait pas. Ca restait coincé dans ta gorge.

Le cadre était trop différent par rapport à ce que tu connaissais. Toi qui avais toujours vécu dans le même endroit, pratiquement à la sauvage, dans un lieu très vert, où dès qu'on roulait un peu, il n'y avait plus aucune habitation... Te retrouver à la ville, ca te chamboulais pas mal. Si on te proposait de sortir à l'extérieur de l'enceinte, il y aurait fort à parier que cela te perturberait plus qu'autre chose. Tu n'osais même pas y penser, sachant pertinemment que tu te perturberais plus qu'autre chose.

Donc ouais, ce que tu racontais à ta sœur, c'était très en dessous de la réalité. Même s'il y a quelques aspects que tu aimais bien comme le fait d'avoir ta chambre à toi, grande, bien plus qu'à la maison. Ou de ne pas avoir de colocataire. Tu l'avais fouillée de fond en comble à la recherche d'une trappe, d'une cache, d'un endroit où tu pourrais mettre tes provisions et tu en avais presque regretté le fait de ne pas avoir de règles. Ils n'auraient pas cherchés dans les paquets de protection. Mais par association d'idée, tu avais réussi à monter un faux fond dans les toilettes. Il n'y avait plus qu'à le remplir.

Tu avais eu cette obsession depuis ton arrivée et ce n'était certainement pas le repas de midi qui t'en avais soulagée. L'abondance de nourriture n'avait réussi qu'à t'angoisser. Tu avais tout englouti en un temps record, effrayant ton voisin au passage, avait volé du pain dans ton sac et n'avait plus qu'une idée : en voler d'avantage. C'était donc dans ce but que tu t'avançais vers le bâtiment IRS dans une opération "Vol de nourriture". Tu ne savais pas trop où chercher. Le seul endroit que tu avais en tête était le réfectoire. Un établissement de cette taille, ca doit faire sa cuisine lui même, non ? Ou au moins la stocker ? Mais est ce que la salle était verrouillée ?

Manifestement non vu que tu parvins à l'ouvrir sans problème. Te glissant silencieusement puis refermant la tête, tu te dirigeas vers le fond. Mais n'y avait il donc personne à part toi dans cette salle ? Peut-être pas.
Revenir en haut Aller en bas
Alix Scarønson
IRS |:| Troisième année
avatar
Masculin
Messages : 221
Né(e) le : 30/07/2001
Date d'inscription : 11/02/2017
Age : 16
Niveau d'études/Métier : Deuxième année
Situation amoureuse : Meh
Nationalité : Norvégien
Commentaires/Citations : « Moi tant que je peux jouer, je mise ce que tu veux, même les dents du voisin »
Voir le profil de l'utilisateur
http://indare-division.forumactif.com/t221-

Jeu 14 Sep - 1:34

1er Septembre
2017
Opération vol de nourriture

Moran Flint
Alix Scarønson

Quitte à être considéré comme un criminel, autant faire les choses bien. C'était sa mentalité pour les deux années à venir. Il avait craqué en août, maintenant il était bien décidé à être à la hauteur de cette fausse réputation qu'on lui avait collé à la peau. Et Jenny McKerman allait regretter, un jour. Son frère aussi. Il trouverait une façon bien spectaculaire de leur faire payer toutes ces règles qu'on lui imposait, toutes ces restrictions stupides. Ne pas rester seul avec une fille, franchement. Ils croyaient quoi, qu'il allait se jeter sur la première qui passait ? C'était super chiant pour les cours, et encore plus pour ses amis, vu que la plupart de ceux qu'il avait gardés de l'ISS étaient des filles – et c'était pas mieux pour l'IRS.
Mais bon, le nouveau système de sécurité ne suffirait pas à l'arrêter. Ils voulaient le cantonner à une résidence ? Il y resterait, il se contenterait d'y amener ses potes.

Enfin ça, c'était la théorie. Les faits, c'était qu'il en avait déjà profondément marre de cette stupide résidence, qu'il ne pouvait même pas aller voir ses amies dans les dortoirs ou dans le district Est et qu'il avait oublié à quel point il détestait la bouffe en plastique de la cafet. Surtout ça, en fait.
Bref, il s'ennuyait. Et ennui + colère + bouffe dégueu, ça n'était jamais un bon cocktail, surtout avec lui. Il avait fait tourner une pièce entre ses doigts pendant une dizaine de minutes avant de prendre une décision, refermant le poing sur la monnaie – précieux argent qu'on ne lui avait heureusement pas ré-interdit. Oui, après tout, ils avaient déjà décidé qu'il était mauvais. Être enfermé là à tort ne lui convenait pas. Donnez-moi une raison d'être ici, s'il vous plaît. Il se leva et quitta sa chambre en rabattant sa capuche sur sa tête.

Il connaissait les portes dérobées, la cuisine du réfectoire. Il s'était déjà fait prendre, pas loin de là, à essayer d'infiltrer un gaz soporifique dans la cantine. Peut-être que finalement, il avait la tête de l'emploi. On avait fait de lui un criminel parce qu'il avait un passé de chimiste un peu fou et un autre, plus bordélique, dont une phase aux cheveux bleus et une qui lui avait valu ce tatouage quasiment effacé au visage. C'est ça, on l'avait enfermé parce qu'il avait une gueule de sale gosse capable d'agresser une inconnue. Connerie.
Heureusement qu'ils n'étaient pas remonté plus profondément dans son passé, parce que la prostitution (l'escorting, mais dans les faits c'était un peu pareil) ça ne faisait jamais très bien sur un dossier de mineur.

Il parcourait les cuisines d'un pas nonchalant après avoir bousillé la serrure avec deux-trois formules chimiques. Il n'était pas le seul chimiste de l'école et au pire, si on découvrait que c'était lui, il risquait quoi ? Une heure de colle ? Comme s'il en avait quelque chose à foutre.
Ses doigts effleurèrent les couteaux même s'il savait très bien qu'aucune idée les impliquant – qu'elle soit meurtrière ou suicidaire – ne pourrait jamais lui traverser l'esprit. Il attrapa une pomme au passage et s'amusa à la lancer dans tous les sens. Ouais, il pouvait se reconvertir dans le cirque, qui voudrait d'un ancien criminel dans un labo. Jongleur, lanceur de couteaux, magicien ou expert des tours de cartes, c'était sûrement plus réaliste comme projet d'avenir. Vu qu'il ne connaissait qu'un tour, il devrait peut-être s'entraîner maintenant. Il attrapa le premier couteau qui passait à sa portée et le lança dans le mur opposé. Hm... un peu plus bas que ce qu'il avait prévu, mais c'était un bon début.

Il sursauta en entendant la porte s'ouvrir dans le réfectoire, se tournant vers la porte qui séparait les pièces, brandissant sa pomme comme arme dérisoire avant d'apercevoir... quoi ? Une mini-silhouette, mais ça c'était sûrement parce qu'il était grand. Il la jaugea en essayant d'être objectif, tout en retournant dans la salle principale.
Non, ouais, vraiment quelqu'un de minuscule. Comment on pouvait être aussi petit ? Ça ne dépassait même pas le mètre soixante. Non, pas "ça". Il, elle ? Il n'en savait rien, en fait, peut-être que "ça" c'était bien, finalement. Il s'assit sur le bord d'une table pour avoir l'air moins géant, mais il restait un peu trop grand pour le regarder sans se tordre le cou.

- Toi aussi, tu viens faire une escapade dans le temple de la bouffe ?

Il espérait ne pas être tombé sur un psychopathe ou un suicidaire, parce qu'il venait clairement d'ouvrir l'accès à toutes un tas de lames à un type très probablement de l'IRS, et que ce genre de ce combo était souvent très déconseillé. Mais non, ça devait être quelqu'un qui n'avait pas assez mangé au dîner. Forcément. Il l'espérait très fort, en tout cas.
©️ Alix
paroles en #9E1A12




Dernière édition par Alix Scarønson le Jeu 5 Oct - 23:47, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Moran Flint
IRS |:| Première année
avatar
Messages : 13
Né(e) le : 24/08/2003
Date d'inscription : 31/08/2017
Age : 14
Niveau d'études/Métier : 1ère année
Nationalité : Galloise
Voir le profil de l'utilisateur
http://indare-division.forumactif.com/t830-he-meredith-c-est-moi-moran#8637

Lun 18 Sep - 17:20
- Toi aussi, tu viens faire une escapade dans le temple de la bouffe ?

Tu sursautas si fort que tu cru un instant que ton coeur allait s'arrêter de battre sous le coup de la frayeur. Tu ne l'avais pas vu, ni entendu avant cela. Et pourtant, en te retournant, tu te demandas comment tu avais pu ne pas le remarquer avant : il était démesurément grand. Comme, tu pouvais mettre deux Moran dedans. Enfin, peut être était ce exagéré, mais en tous les cas, il était très très très grand. Et il te regardait. Il te tenait en flagrant délit d'infraction, aussi ton premier réflexe fut de crier "Chut" pour qu'il ne fasse pas plus de bruit.

Tout d'un coup, tu étais doublement sur tes gardes et tu le dévisageais en chien de faillence. Ton cerveau tentait de réfléchir, pour savoir quoi faire, mais il marchait au ralenti. Ce n'était pas un adulte et son uniforme était celui de... Tu réalisas soudainement que vu qu'on se trouvait dans les locaux de l'IRS, c'était probablement un élève de l'IRS. Et seulement là, tu put te détendre un peu. S'il était là, c'est que lui aussi brisait les règles et devait préparer un mauvais coup. Tu demandas tout de même :

-Tu vas pas me dénoncer aux profs ?

Ta voix était un peu trop plaintive à ton goût aussi te mordillas-tu la lèvre et déglutit. Il ne fallait pas qu'il voit que tu ais peur.

-Je veux juste... Euh... Prendre deux trois boites, histoire de faire des réserves, au cas... euh...

Tu comptais prendre plus que deux trois boîtes en réalité mais il n'avait pas besoin de le savoir. Tu cherchais juste à comment formuler la suite.

-Au cas où il n'y aurait plus à manger.

Voilà, c'était dit. Tu soupiras et le fixa droit dans les yeux :

-Tu sais où sont les cuisines ?

Tu ne lui demandas pas ce qu'il faisait ici. Il devait surement avoir ses raisons et tu ne voulais pas braquer la seule personne susceptible de t'aider...
Revenir en haut Aller en bas
Alix Scarønson
IRS |:| Troisième année
avatar
Masculin
Messages : 221
Né(e) le : 30/07/2001
Date d'inscription : 11/02/2017
Age : 16
Niveau d'études/Métier : Deuxième année
Situation amoureuse : Meh
Nationalité : Norvégien
Commentaires/Citations : « Moi tant que je peux jouer, je mise ce que tu veux, même les dents du voisin »
Voir le profil de l'utilisateur
http://indare-division.forumactif.com/t221-

Jeu 5 Oct - 23:56

1er Septembre
2017
Opération vol de nourriture

Moran Flint
Alix Scarønson

Ah, il lui avait fait peur. Poussé par un réflexe sorti de son passé, il mit les mains devant lui dans un geste d'apaisement. Le genre de chose qu'il faisait quand un gars un peu trop baraqué voulait lui taper dessus – enfin avant qu'il fasse deux tête de plus que le gars en question. Pas qu'il s'attende à ce que la micro-personne en face de lui représente un quelconque danger, mais au cas où. On restait à l'IRS, les gens violents étaient monnaie courante dans ce genre d'endroit.

À son "chut" il haussa un sourcil. Crier à quelqu'un de faire moins de bruit n'était pas la façon la plus discrète du monde de ne pas attirer l'attention. Curieux malgré tout, Alix abandonna la table sur laquelle il était assis pour la chaise proche (histoire de perdre un peu d'écart de taille, même si la différence restait flagrante), et fit rouler sa pomme entre ses doigts en attendant que l'autre réponde à sa question.
Parce que oui mine de rien il lui avait posé une question et même si ce n'était qu'un déclencheur de conversation, son interlocuteur(trice?) n'avait trouvé que "chut" à lui offrir en retour.

- Tu vas pas me dénoncer aux profs ?

Alix rit légèrement à cette remarque, et croqua dans sa pomme avant de lui répondre, levant les yeux au ciel d'un air faussement désabusé.

- Et je leur justifierai ma présence comment, selon toi ?

D'un point de vue strictement logique, dénoncer un gars qui se trouve à un endroit où l'on est soi-même pas censé être, c'est risquer la même punition. Peut-être même pire, allez savoir. Il n'avait plus vraiment confiance en la justice humaine.

Ses "explications" se frayèrent un chemin dans sa tête et il essaya d'y apposer un raisonnement un peu moins hasardeux. Entre le film de zombies qui était sorti à la rentrée et les rumeurs qui circulaient dans l'école (merci Any), est-ce que les autres élèves devenaient parano à l'idée de se retrouver au milieu d'une apocalypse zombie ? Ridicule. Tout le monde savait que les zombies n'existait pas – ou alors pas longtemps, et on appelait ça des junkies. Il ne comprendrait décidément jamais cette manie qu'avaient les gens de vivre dans des mondes imaginaires.
Ou alors c'était juste un boulimique à qui l'IRS interdisait de manger en quantité. Ce qui voulait dire que l'aider revenait à emmerder l'administration de l'IRS.
Parfait.

- Tu sais où sont les cuisines ?
- J'en sors. Cette pomme aussi, d'ailleurs. C'est juste là.

Il désigna de la tête la porte qu'il avait laissée entrouverte tout en décidant de suivre sa nouvelle connaissance si elle décidait de s'y rendre. De pas trop près parce que même si l'idée de contrarier la totalité de ceux qui l'avait envoyé ici était tentante, elle ne valait pas le coup de se prendre un coup de couteau au passage.
© Alix
paroles en #9E1A12


Revenir en haut Aller en bas
Moran Flint
IRS |:| Première année
avatar
Messages : 13
Né(e) le : 24/08/2003
Date d'inscription : 31/08/2017
Age : 14
Niveau d'études/Métier : 1ère année
Nationalité : Galloise
Voir le profil de l'utilisateur
http://indare-division.forumactif.com/t830-he-meredith-c-est-moi-moran#8637

Mar 10 Oct - 21:59
L'explication claire et succincte aurait dû te rassurer mais tu es trop bête -ou parano, c'est un point de vue- et tu étais toujours sur tes gardes. Ce ne fut que lorsque tu vis finalement la pomme et que tu entendis finalement ses mots que tu frissonnas d'excitation.

- J'en sors. Cette pomme aussi, d'ailleurs. C'est juste là.

Tu suivis des yeux son geste, qui menait à la porte entrebâille juste derrière lui. Alors c'était ici ? Si proche ? Tu n'osas pas tout de suite t'avancer mais au bout de quelques secondes, tu finis par faire un pas hésitant. Puis un autre. Puis un troisième. Et finalement, ta cadence redevint normal puis pressé, tandis que ta respiration jouait à toute vitesse. Tu tins la porte pour ce géant, afin de t'assurer qu'il te suivait bien, qu'il ne partait pas te dénoncer. Certes, il avait assuré le contraire mais tu ne lui faisais pas confiance, pas encore.

A l'intérieur, c'était sans conteste une cuisine. Bien équipée, propre, avec ce qu'il fallait de plaques chauffantes, de plans de travail et de cuisinière. Mais rien de tout cela ne t'intéressait. Toi, ce qu'il te fallait, c'était les armoires, les cuves, les frigidaires à l’extrême limite. Et tout de suite, avec l'agilité et la discrétion d'un chat, tu t'y mis. Tu ouvrais chaque porte avec méticulosité. Tu avais vu une pomme dans les mains de cet être. C'est qu'il devait y avoir des fruits, probablement emballés avec les dates de péremption. Une école comme cela... Elle devait se faire livrer une fois par semaine non ? Ou une fois tous les deux jours ? Tu ne savais pas trop. Alors que tu cherchais, sans trop le vouloir, tu te mis à marmonner. Et sans doute que de l'extérieur, tu ne devais pas être rassurant.



-Non, non, pas ça. Y a rien. Non, ca se périmera trop vite. Non, pas de la viande surgelé. Ah, ah, ça oui. Ah, là il y a les fruits et, euh... c'est combien de temps un fruit déjà ? Euuuh... Sachant que *bzzzzz* et puis *bzzzzz* ca ferait, ouais.

Tu mettais au fur et à mesure, dans ton sac, un peu de ci, un peu de ça. Deux pamplemousses, une poignée de beurre par là... Arrivé au dessert, tu tressaillais totalement. Pommes, bananes, poire, un de chaque tomba dans ton sac. Quand aux gâteaux, tu n'y toucha pas. Trop sale, trop demandé, trop vite remarqué. Peu pratique à transporter aussi. Tu n'allais jamais pouvoir manger tout ça en si peu de temps, te soufflait une voix. Mais s'il n'y avait plus à manger ? rétorquais tu inlassablement. Si tu avais faim ? Comment allais tu faire ?

Tu aurais aussi voulu trouver aussi des boites de conserves, mais il n'y avait rien de tout cela. Aussi cherchais tu d'avantage jusqu'à ce que tu tombes sur des boites blanches pas très solide. Tu ouvris délicatement, pour voir ce qu'il y avait à l'intérieur. C'était du riz. Du riz sec, préparé, qu'il ne restait plus qu'à faire cuire avant de le servir aux élèves. Et après on s'étonnait que la nourriture était dégoûtante. Mais la simple vue de ce plat déclencha chez toi une sorte de profond malaise, accentué par tout ce que tu te répétais en boucle depuis tout à l'heure. Et s'il n'y avait plus rien à manger ? Qu'allais tu faire ? Ta logique distordu se mit à marcher à plein régime et tu en vins à la meilleure conclusion à tes yeux :

Il fallait que tu bouffes cette boite de riz cru, tout de suite.

Et c'est ce que tu fis, sans te soucier de l'autre personne même si cela devait être un spectacle perturbant, vu que l'angoisse te faisait littéralement tout avaler, à toute vitesse, et que si elle avait été comestible, tu aurais bouffé la boite avec.

Mais au moins, tu étais un bon spectacle.
Revenir en haut Aller en bas
Alix Scarønson
IRS |:| Troisième année
avatar
Masculin
Messages : 221
Né(e) le : 30/07/2001
Date d'inscription : 11/02/2017
Age : 16
Niveau d'études/Métier : Deuxième année
Situation amoureuse : Meh
Nationalité : Norvégien
Commentaires/Citations : « Moi tant que je peux jouer, je mise ce que tu veux, même les dents du voisin »
Voir le profil de l'utilisateur
http://indare-division.forumactif.com/t221-

Sam 21 Oct - 21:41

1er Septembre
2017
Opération vol de nourriture

Moran Flint
Alix Scarønson

Alix suivit son nouvel ami lilliputien d'un pas nonchalant, loin de la marche pressée et nerveuse de l'autre, ce qui ne l'empêcha pas de le (la ?) rattraper sans difficulté. Comment pouvait-on espérer aller vite avec d'aussi petites jambes ? Il avait du mal à se rappeler à quoi ressemblaient le monde de cette hauteur. Il n'avait pas été aussi petit depuis quoi, six ans ? Peut-être un peu moins, mais il avait grandi bien plus tôt qu'un garçon normal. En voyant cette mini-personne voler d'un placard à l'autre en se cantonnant à ceux qui étaient très bas, il fut reconnaissant à la nature de lui avoir accordé une taille ou rien ne lui était inaccessible. Surtout maintenant qu'il ne se cognait plus à tous les meubles un peu trop bas.

Adossé contre le mur près de la porte, Alix observait ces va-et-vient marmonnants avec un haussement de sourcils. il avait l'impression de contempler un hyperactif en pleine crise ou un petit animal traqué. C'était déconcertant ais, surtout, il commençait à se demander où minipouce allait bien pouvoir stocker tout ça. Les armoires des dortoirs avaient très peu de place et celles des résidences étaient encore pire. Et s'il comptait manger tout maintenant euh... il serait sûrement mort demain matin. Alix haussa les épaules. Pas sa faute si les serrures des cuisines étaient aussi faciles à forcer. Il n'était pas responsable de la folie culinaire d'un inconnu qui aurait sûrement réussi à entrer sans lui à un moment ou un autre.

Un léger doute s'insinua dans son esprit quand blondie se jeta sur une boîte de riz visiblement cru comme s'il n'avait pas mangé depuis des mois. C'était déstabilisant, et il cilla légèrement sans pour autant bouger de son mur. Son côté naturellement plus responsable et altruiste bataillait sévèrement avec la nouvelle personnalité je-m'en-foutiste qui commençait à pointer le bout de son nez depuis son arrestation. Bien sûr, il avait décidé qu'il n'en avait plus rien à foutre et qu'il serait le sale gosse qu'il avaient décidé qu'il était, mais est-ce que c'était une raison sufffisante pour ouvrir la porte des cuisines à quelqu'un qui avait tout l'air d'être boulimique ? Pour sacrifier quelqu'un sur l'autel de sa rébellion et de sa rancoeur ?

- Mange moins vite, tu vas vomir... Et je nettoie pas le sol derrière toi.

Il accompagna sa remarque d'un haussement d'épaules en croquant dans sa pomme. Même s'il ne souhaitait pas être responsable de la descente aux enfers de quelqu'un d'autre, il ne se sentait pas assez impliqué pour vraiment essayer de le convaincre ou de l'arrêter.
© Alix
paroles en #9E1A12


Revenir en haut Aller en bas
Sam Bellefeuille
IRS |:| Troisième année
avatar
Féminin
Messages : 41
Né(e) le : 11/09/2001
Date d'inscription : 09/06/2017
Age : 16
Niveau d'études/Métier : Bêta (entre la deuxième et la troisième année)
Situation amoureuse : Néan
Nationalité : Française
Commentaires/Citations : Semi-présence sur le forum
Voir le profil de l'utilisateur
http://indare-division.forumactif.com/t656-fcking-youth-samia-bellefeuille

Dim 5 Nov - 1:00
Let's eat some fun
Un ballade nocturne parmi tant d'autres. Un inconnu suivit par pure curiosité mal placée. Deux gars lambda croisés au détour d'un mur dans un endroit interdit. Si j'avais pu imaginer, ne serait-ce qu'une seconde, que ma soirée se terminerait comme elle s'est terminée, peut-être bien que je n'aurais jamais mis un seul pied en dehors de ma chambre. Mais un peu de surprise fait le plus grand bien, parfois ! ••• Les vacances d'été, c'est ce truc qui te permet de souffler un peu après tes neufs mois d'année scolaire et de travail plus ou moins acharné. C'est ce truc qui te permet de rester cloitré chez toi pour te reposer, ou bien de partir en vadrouille à travers le monde pour t'épuiser. Ce truc qui te permet de te vider la tête, et d'arrêter de voir ces mêmes gueules de cons que tu côtoies toute l'année, juste l'espace d'une soixantaine de jours. Ce truc, aussi, qui te permet de perdre un peu contact avec tes potes ; pas assez pour les oublier, mais juste ce qu'il faut pour qu'il te manquent un peu et que tu sois content de les retrouver à la rentrée, pour que tu te dises : "Ouais, c'est chiant de devoir retourner en cours, mais bon, c'est quand même super cool de pouvoir revoir Machin et Machine que j'ai pas vu des vacances". Quand on y pense, les vacances d'été, c'est assez bien foutu, quand même.

Actuellement, Sam, elle en sort, des vacances d'été. Dans quelques heures, les cours reprendront pour elle. Et comme la plupart des élèves, elle a pas vraiment envie de ça. Comme la plupart des élèves, elle a perdu contact avec ses potes durant les deux mois, bien qu'elle n'en ait pas des masses. Mais à la différence de la plupart des élèves, elle n'a aucune idée de comment reprendre contact avec eux. Elle ne voit aucun avantage à reprendre les cours, aucun avantage à recroiser tous ces glandus d'élèves et de profs, aucun avantage à passer sa vie à chercher ses amis disparus et aucun avantage à essayer, comme chaque année, d'essayer de se construire une vie sociale de nouveau. Elle a passé son été au campus, comme tous les fous dangereux qui, comme elle, n'ont pas le droit de rentrer chez eux, et s'est contentée durant deux mois de vaquer à ses occupations aussi illicites que littéraires. Et alors qu'elle commençait tout juste à s'habituer à cette routine, à la trouver presque plaisante, on lui demande de tout foutre en l'air pour recommencer à bosser ?

Putain de système scolaire.

Sam se glisse en dehors de sa chambre. Sa coloc' dort à poings fermés, comme à son habitude, et cela arrange bien la brunette. Elle descend la façade du dortoir sans un bruit, pour entamer son éternelle promenade nocturne. Elle n'a pas la moindre idée de l'heure qu'il est, et elle s'en fiche pas mal. Elle marche, encore et encore, tourne un peu en rond, grimpe d'arbre en arbre et rase les murs de bâtiment en bâtiment sans vraiment savoir où elle va, jusqu'à finalement apercevoir une autre silhouette près du réfectoire. A bien la regarder, elle comprend que ce n'est pas un professeur ou un surveillant. Intriguée, elle se met alors en quête de la suivre, sans véritablement savoir pourquoi. Qu'espère-t-elle découvrir ainsi ? Très bonne question.

Quelques minutes après que la silhouette ait disparu dans le réfectoire, elle entre à son tour dans le bâtiment. Les portes sont déjà toutes ouvertes, à sa grande surprise, et plus elle avance plus une sensation de déjà vu la tiraille... Quand, finalement, elle arrive aux cuisines, tout s'éclaire. Elle s'adosse à la porte d'entrée et lâche un rire :

"Tiens donc... J'me disais bien que la façon dont les portes avaient été ouvertes me disait un truc... Ca f'sait longtemps, Boy."

Boy, c'est ce gars. Ce mec d'ISS, ce génie, qui était aussi un fouteur de merde né. Elle a rencontré Alix quelques mois auparavant et a sympathisé avec lui, car son coté déluré lui plaisait bien. Puis, finalement, il avait fait parti de ces potes qu'on perd de vue pendant les grandes vacances. Elle aimait bien l'appeler Boy, à l'époque. Et en cet instant, elle a l'impression que cette fameuse "époque", c'était il y a des années.
Alix est accompagné par un autre p'tit gars. Ou alors une nana ? Bonne question. En tout cas, la personne en question ne semble même pas l'avoir remarquée tant elle est absorbée par la nourriture qu'elle engloutie. Sam lui jette un regard amusé avant de regarder Alix en riant, pointant l'être affamé du pouce :

"Ça fait combien de temps que tu l'as pas nourri, dis-moi ?"

Il n'y a pas avec grand monde qu'elle s'autorise à plaisanter ainsi. Mais avec Alix, ça vient tout seul. Ce gars est plutôt rassurant, mine de rien, derrière ses airs de psychopathe.
© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Moran Flint
IRS |:| Première année
avatar
Messages : 13
Né(e) le : 24/08/2003
Date d'inscription : 31/08/2017
Age : 14
Niveau d'études/Métier : 1ère année
Nationalité : Galloise
Voir le profil de l'utilisateur
http://indare-division.forumactif.com/t830-he-meredith-c-est-moi-moran#8637

Dim 19 Nov - 22:07
Tu manges, tu manges. Avec autant de voracité que si tu n'aurais plus jamais à manger et c'est bien normal car c'est la seule chose qui te vient à l'esprit. Tu ne te préoccupes même plus du géant, jusqu'à entendre sa voix résonner derrière toi :

- Mange moins vite, tu vas vomir... Et je nettoie pas le sol derrière toi.

Toi vomir ? Jamais de la vie ! Tu te tournes pour le regarder. Jamais tu ne gâcherais de la nourriture ainsi ! Bon, en fait si, une aventure comme cela est déjà arrivé à ton estomac, mais seulement une fois, et tu avais mangé bien plus que cela. C'était un buffet à volonté en même temps. Evidemment que tu allais craquer devant tout cela. Là, c'est différent. D'ailleurs, tu en as tellement mangé que la boite en presque fini. Aussi te contentes tu d'un regard noir, d'une phrase bien piquante "Je sais ce que je fais" avant de retourner bouffer le reste.

Et là, t'entends une porte s'ouvrir derrière toi et tu sens ton coeur lâcher sous le coup de la frayeur. Oh mon dieu, oh mon dieu, il y a quelqu'un ! Tu vas te faire prendre, on va te punir. On va t'enlever ta nourriture. Il faut absolument que tu la finisses avant qu'on ne te l'arrache. Et la voix retentit derrière toi mais elle ne dit absolument pas ce à quoi tu t'attendais qu'elle dise. Elle s'adresse au géant. C'est une élève. Pire, elle s'adresse au géant et semble le connaitre. Et elle parle de toi en des termes peu élogieux. Alors tu engloutis la dernière poignée de riz et tu te redresses pour les fixer.

-C'est qui ? Que tu demandes d'un ton accusateur au géant. Qu'est ce qu'elle fait ici ? C'est toi qui l'a appelée ?

Déjà dans ton cerveau, ca part en sucette et ca se met à émettre les pires hypothèses possibles, du genre que même les complotistes repitiliens ne renieraient pas.

-C'est toi qui l'a appelée ?

T'en sais rien, mais tu fais pas Confiance. Alors tu fermes ton sac, le sert fort contre toi et surtout tu montres les crocs. Tu ne veux pas qu'ils t'approchent. Tu ne veux pas qu'ils te volent.

C'est un peu ironique pour quelqu'un dont le motif d'arrestation est vol à l'étalage. Ou alors peut être est ce la raison pour laquelle t'es aussi Méfiance : tu sais à quel point c'est simple.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Question sur l'opération de la fente palatine
» Récupération déchets restauration scolaire
» Croquette pour animaux, Ogm et nourriture maison
» Opération Lune
» Chapelet de la libération ! Apporte de nombreuses guérisons et libérations.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Institution Indarë :: IRS - Annexe :: Réfectoire-
Sauter vers: