AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


Votez pour le forum

~ Étendez l'expérience ~

 :: West London :: Notting Hill :: Parcs et espaces verts Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Etre à la campagne en ville |PV Sébastien]

Sylvia Zoltar
IRS |:| Classe Delta
avatar
Féminin
Messages : 103
Date d'inscription : 23/02/2017
Niveau d'études/Métier : Delta
Situation amoureuse : Celibataire
Voir le profil de l'utilisateur
http://indare-division.forumactif.com/t269-voici-une-nouvelle-sylvia-termine

Jeu 6 Juil - 2:41
Ah l'été. Son climat chaud, ses touristes, les vêtements légers, la chaleur, le manque d'eau dans l'air, la pollution, les hautes températures... Et l'on n'était qu'au début de l'été ! Heureusement, on était dimanche  et je pouvais me promener. Voir sortir de l'Institution. Et j'envisageais de le faire. Ce serait la première fois que je le faisais seule depuis mon arrivée ici. Mes autres sorties étaient soit en famille, mes parents ayant fermés l'hôtel quelques jours, soit avec un chauffeur pour aller à l'aéroport. Enfin, ma psy et celui de l'IRS insistaient donc, je décidais de tenter.

Je pris toutefois mes précautions. Je mis une gourde isotherme remplie dans un sac à dos. J'y adjoint de quoi manger bien sur, des barres de céréales et un sandwich, au cas où la faim était trop forte. Et bien sur un sac pour servir de poubelle. Dans la poche avant, je glissais mon passeport, une carte de la ville  pour ne pas me perdre. Mes papiers d'identités se trouvaient dans la poche de ma chemise, sans manche. Je portais des gants et un pantalon en jean. J'avais aussi une casquette pour me protéger du soleil.

Je pris une direction, la notant avec ma boussole, qui retourna dans la poche du pantalon. Je marchais tranquillement, flânant un peu en regardant les maisons, les gens. Je fus attirée par la vue d'arbres et j'aboutis dans un vaste parc, qui devait faire plusieurs kilomètres de long et de large. Je souris, un peu contente de "quitter" la ville. Je le parcourus un long moment, avant de me sentir un peu affamée et fatiguée.

Je me trouvais un coin à l'écart, ombragé et entouré d'arbres en fleurs. Je m'installais là, mangeant mon sandwich et buvant un peu d'eau. cela me rappelait des souvenirs, non de guerre mais d'amitié, de repos. J'avais oublié que la guerre n'est pas faite que de combat et de violence. Il y avait plus de période de repos, de détente, avec son lot de plaisanteries, de moments parfois intimes, de vantardises. Oui, j'avais oublié tout ça. La fin du conflit avait été rude. Très rude. Trop rude pour ma santé mentale.

Je mis mes emballages dans mon sac-poubelle puis je m'allongeais, la tête posée sur mon sac. Je regardais le ciel, les mains sur la nuque, bien installée ainsi, à l'ombre des arbres. Et je finis par m'endormir un peu. Je ne saurais dire l'heure qu'il fut à mon réveil, mais on devait être en milieu d'après-midi. Le réveil, du reste, fut un peu inattendu : quelqu'un buta et chuta sur moi. Je rouvris les yeux, un peu éblouie par le soleil, l'ombre étant plus fine maintenant.


"Qui ? ... "



Revenir en haut Aller en bas
Sébastien Nadeau
Absence longue durée
avatar
Masculin
Messages : 172
Né(e) le : 24/11/1999
Date d'inscription : 19/04/2017
Age : 18
Niveau d'études/Métier : Quatrième année
Voir le profil de l'utilisateur
http://indare-division.forumactif.com/t454-rien-n-est-impossible-seulement-besoin-de-determination-finis

Jeu 6 Juil - 7:07
La liberté ... Enfin, tout ce que je demandais. L'été arrivé, la température chaude, humide avec le soleil frappante sur ma peau pâle. Plus pâle que normalement. J'ai perdu la couleur depuis que j'ai appris le décès de mes grands-parents et de mon père en même temps. Enfin, j'ai gagné de jolie marque mauve sous mes yeux, dû au manque de sommeil. Mes nuits sont très difficiles, ma vie est plutôt très difficile. J'ai toujours cette phrase qui me répète dans la tête : ''seul au monde.'' Au lieu de m'envoyer me reposer pour l'éternité ont à envoyer toute la famille et mon ''Père'' là-bas, tandis que je suis encore ici, debout à regardé ma voiture. Camisole noire, jean noir avec les genoux plus pâle dû au style du jean avec des baskets noir avec, la voiture était noire, ça reflétait bien ce que je dégageais. Bref, j'ai détourné mon regard vers la route et toutes les possibilités qui m'offre à présent.

J'ai décidé d'aller faire ce que j'ai toujours aimé. M'aventurer, aller dans le parc, me libérer de cette vie pendant un certain temps. C'est ce que j'ai bien fait, j'ai été me chercher une bouteille de plastique d'eau. Comme sa si j'ai soif, j'aurai de quoi à boire, pour l'instant tout va bien. Elle aura le temps d'avoir chaud, mais bon, de l'eau sa reste de l'eau. Partis a Notting Hill, dans le parc, ou est-ce qu'il y a de la nature, histoire d'être tranquille dans l'espace vert. Ma bouteille d'eau à la main. J'ai été me libérer dans cet espace, neutre et libre de mouvement, sans avoir quelqu'un qui nous regarde et nous juge, juste, nous, et c'est tout. Je regardais mes blessures sur mes jointures guérir. Plus le temps passe, plus que je me bats, plus que je me défoule sur les autres. Je m'en rendais compte maintenant, car rien de cela est mon genre, je réagis ainsi, car je peux enfin ressortir tout le mal qui est coincé à l'intérieur. Pour une fois, j'en profite, mais j'en deviens fou à chaque fois que c'est le temps. Un jour, je vais retrouver la police devant ma porte pour venir me chercher si cela continue. Quelque gars de massacrer dans une ruelle, un gars en commotion cérébrale dans l'IRS en voulant aidé une personne, cette petite blonde ... Violette, c'est ça. J'étais rendu dans les arbres, sur une branche, assis avec le dos sur le tronc à réfléchir à la vie. Je me demande si la vie veut que je sois fou pour vivre heureux. Encore une question de plus dans ma tête. Le suicide n'est pas une option, même si je les toujours en arrière-plan, la dépression est mon pire ennemi et ma détermination d'avancer est le seul allié qui me reste.

J'en suis resté ainsi jusqu'à m'endormir depuis quelque heure. La bouteille était vide, je l'avais bue avant de m'endormir, déposé sur un Y de branche, me laissant dormir sur la branche. Cela fait longtemps que je ne me suis pas reposé ainsi, prendre un moment dans la vie pour ce reposée aussi. J'ai ouvert mes yeux et il avait une corneille qui s'était déposée sur mon genou et dormait lui aussi. Je le regardais un certain temps. Il s'était réveillé et me regardait, secouais son plumage avec un étirement des ailes et puis voilà, il est parti. Je ne m'y attendais tellement pas à voir une grosse corneille sur mon genou replié. J'ai rabaissé mon regard pour voir ce qu'il avait en bas, je pensais à redescendre et j'ai pu reconnaître Sylvia endormis juste en dessous de moi. Faut croire que je n'ai pas ronflé pour qu'elle remarque nullement ma présence. On avait combien de chance de ce retrouvé ainsi, au hasard ? Cela me surprenait de la voir, ça faisait un bon moment que je n'y avais pas parlé, j'avais coupé contact avec tout le monde depuis mon incident. Elle semblait endormie donc j'ai tenté de ne pas la réveiller. En sautant en bas, je n'avais pas trop le choix, j'ai entendu une voix à moitié endormis qui disait : ''qui ?'' Je n'ai pas été assez subtile, difficile de l'être lorsqu'on doit sauter juste à côté de la personne qui dort. Je me suis retourné vers elle, affichant un petit sourire forcé. Mon âme ne me le permettait pas vraiment de sourire par lui-même dû à la douleur que je dois supporter, j'espère que je parais en forme comme la dernière fois, même si c'est peine perdu. Je pouvais voir ma peau encore blanche sur mes bras, donc sa doit être de même partout.


Devine ~ *Un petit moment de silence* je ne pensais pas te voir ici, je dormais sur l'arbre juste au-dessus de toi.

J'ai levé la tête et ma bouteille d'eau vide était resté, j'ai oublié de la reprendre. J'ai lâché un soupir, cela ne me tentait pas d'aller la cherché en haut. Je ne voulais pas déranger Sylvia dans son sommeil, j'aurais dû attendre et y laisser le temps de partir au lieu de me précipiter. Ce n'est pas que je ne veux pas la voir ni y parler, juste que je n'ai pas le goût de parler à des gens. Elle est gentille et sympa, mais de mon côté, je veux rester dans mon coin et me perdre, j'ai besoin de prendre des distances. Bon, de toute façon, cela me ferait peut-être du bien de parler à une personne, vu que cela fait longtemps que je n'ai pas adressé la parole à quelqu'un, peut-être que cela pourrais me changer les idées après tout. J'ai détourné mon regard vers elle, mon sourire forcé s'est effacé, laissant une tête blanche au-dessous des yeux mauve avec une expression neutre presque triste dû au teint de la peau.



Revenir en haut Aller en bas
Sylvia Zoltar
IRS |:| Classe Delta
avatar
Féminin
Messages : 103
Date d'inscription : 23/02/2017
Niveau d'études/Métier : Delta
Situation amoureuse : Celibataire
Voir le profil de l'utilisateur
http://indare-division.forumactif.com/t269-voici-une-nouvelle-sylvia-termine

Dim 30 Juil - 21:19
Devine. je ne pensais pas te voir ici, je dormais sur l'arbre juste au-dessus de toi.

Décidément... on arrête pas de tomber l'un sur l'autre. Et ce n'était que la seconde fois que je rencontrais le français. Enfin, pour changer, il n'était pas tombé sur moi. Je me redressais en le regardant.

"Salut Sébastien. Quelle idée avais-tu de te coucher sur la branche sous laquelle j'allais me coucher, hein ?"

Le voyant lever la tête, je fis de même et je vis la bouteille d'eau, coincée sur la branche où il était juste avant. Je devinais à son expression qu'il ne se sentait pas le courage de remonter la chercher. Je me relevais alors, époussetant mon pantalon.

"Alors, que deviens-tu ? .. Ton psy te laisse te promener sans te surveiller ? "

Je fis mine de le chercher, regardant derrière un arbre avant de lui faire un clin d'oeil, tirant la langue. Puis, je me fis un peu plus sérieuse. Je ramassais un caillou et le fis légèrement sauter dans ma main, relevant la tête vers la bouteille en plastique. Je n'aime pas qu'on laisse des objets traîner, moi. Je suis plutôt écolo ouais. C'est pour ça qu'après avoir bien pris le temps de viser, je lanças mon caillou, touchant et faisant tomber la bouteille en un coup.

"Et voilà. Moi, je vais bien. Je profite de ma première sortie en ville."

Je m'adossais à un arbre, sans le regarder. J'étais gênée de lui avoir avoué que je sortais dans Londres pour la première fois depuis mon arrivée à Indarë, même si c'était une bonne nouvelle, le signe que je me contrôlais mieux. Pour preuve, je n'avais agressé personne encore.  Enfin, je me repris et je sortis de quoi boire de mon sac à dos en regardant le garçon. Je bus quelques gorgées. puis je lui tendis la bouteille ouverte.

"Alors, que viens-tu faire ici ?"





Dernière édition par Sylvia Zoltar le Dim 10 Déc - 17:44, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Sébastien Nadeau
Absence longue durée
avatar
Masculin
Messages : 172
Né(e) le : 24/11/1999
Date d'inscription : 19/04/2017
Age : 18
Niveau d'études/Métier : Quatrième année
Voir le profil de l'utilisateur
http://indare-division.forumactif.com/t454-rien-n-est-impossible-seulement-besoin-de-determination-finis

Mar 31 Oct - 6:02
Je l'écoutais et regardais faire, je ne m'y attendais pas de la voir ramasser un caillou au sol et la lancé du premier coup sur ma bouteille d'eau. Elle a l'air à y tenir que je la ramasse. C'est bien ce que j'ai fait aussi avant de la remettre dans mes poches, serré, mais sa passe. Elle n'a pas changé d'un trait, toujours aussi taquineuse qu'avant. Pour l'instant me remonter le moral avec sa m'aide. Elle avait l'air à voir les couleurs de la vie, c'est bien ce qui me manquerait aussi. J'espère bien revenir comme sa un jours, pouvoir sourire à nouveau. Je suis resté sans mots pendant un petit moment, regardant sa bouteille qu'elle m'offre. J'allais refuser, mais finalement, j'avais soif, je ne m'y était pas concentré sur les besoins que mon corps me disait. La gorge sèche me tapais un peu sur les nerfs à la fois. Donc je les pris tranquillement avant de prendre quelque gorgé et y tendre pour y redonner, raclant la gorge pour m'éclaircir la voix.

Je te remercie bien Sylvia. J'ai voulu me reposer dans un lieu tranquille, histoire de m'évader de l'école et de la vie, être coincé entre quatre murs ne fait pas partis de ce que j'aime. J'ai piqué un somme tant qu'à y être, sinon mon psy me dit que je n'ai pas besoin de surveillance, je l'ignore s'il ce soucis vraiment de mon cas, mais en même temps cela me permet de me libérer de l'école et être libre comme que je veux.


Être coincé entre quatre murs était une des pire situation que Seb ce dit. Je ne veut que simplement la liberté, pouvoir avancé dans la vie sans être ralentis par la vie développé par l'être humain, les règlements, la politique, les centres de correction, je veut tout simplement vivre ma vie sans devoir me faire retenir par un autre qui doit me surveiller au derrière et me dire quoi faire sans pouvoir touché à tout, retourné chez sois aux heures demandées alors que tu veuilles juste percer le mystère de la nuit qui rôde dans la ville. Toute l'ambiance change, j'adore cette ambiance, elle a l'air déjà pas mal plus actif que celle de jours. Sinon je hausse un sourcil dans les airs, ayant bien compris, sa première sortis en ville ? Elle a fait quoi dans la vie pour rester coincé ici tout le long ? Comment elle à fait surtout aussi pour ne pas s'énerver d'être coincé entre quatre murs ?

Ta .. Première sortis ? Si je l'aurais su auparavant, je t'aurais montré plus de trucs dans la ville que tu aurais sûrement aimé y être, je voyage souvent dans la ville, surtout la nuit. Je sors de mon dortoir et je ne reviens pas, la nuit, je la passe dans ma voiture jusqu'aux lendemains avant de revenir dans le pensionnat.



Revenir en haut Aller en bas
Sylvia Zoltar
IRS |:| Classe Delta
avatar
Féminin
Messages : 103
Date d'inscription : 23/02/2017
Niveau d'études/Métier : Delta
Situation amoureuse : Celibataire
Voir le profil de l'utilisateur
http://indare-division.forumactif.com/t269-voici-une-nouvelle-sylvia-termine

Dim 10 Déc - 18:21
Bon, le psy de Sébastien lui avait dit arrêter de l'espionner... mais était-ce vrai ? Le peu que j'ai vu de lui m'avait donné l'impression d'avoir affaire à un psychopathe ! Une autre sorte de psy mais pas le genre que l'on aime à croiser. En tout cas, si ça pouvait me permettre de ne pas le croiser... surtout qu'il a tendance à apparaître à des moments gênants.

Ta .. Première sortie ? Si je l'aurais su auparavant, je t'aurais montré plus de trucs dans la ville que tu aurais sûrement aimé y être, je voyage souvent dans la ville, surtout la nuit. Je sors de mon dortoir et je ne reviens pas, la nuit, je la passe dans ma voiture jusqu'aux lendemains avant de revenir dans le pensionnat.

"Tu oublies que moi, je ne peux pas sortir la nuit. Oublier le couvre-feu m'est impossible."

Pas avec le bracelet que j'ai à la cheville, pas alors que ma propre conscience ne le voudrait pas. J'ai envie de guérir de mon traumatisme et pour cela, je dois me plier aux règles approuvées par ma psy, et ma psy hein, pas celui de l'institution. Je soupirais un peu, venant me rallonger dans l'herbe, l'ombre des arbres m'épargnant les rayons du soleil estival.

"Cela dit, tu parles comme si je te faisais assez confiance pour t'accepter comme guide. Donne moi une bonne raison."

Bon, je le taquinais, hein. Ce n'était que mon premier moment de liberté londonien : j'aurais bien d'autres occasions de visiter cette vieille ville. J'avais choisi un endroit calme parce que je manquais encore de confiance en moi mais une autre fois, ce serait peut-être mieux avec quelqu'un. Après, j'aimais bien taquiner les gens que j'apprécie. C'était plus fort que moi. Et puis, la dernière fois, ça c'était bien passé donc je ne vois pas pourquoi ça serait pire aujourd'hui.



Revenir en haut Aller en bas
Sébastien Nadeau
Absence longue durée
avatar
Masculin
Messages : 172
Né(e) le : 24/11/1999
Date d'inscription : 19/04/2017
Age : 18
Niveau d'études/Métier : Quatrième année
Voir le profil de l'utilisateur
http://indare-division.forumactif.com/t454-rien-n-est-impossible-seulement-besoin-de-determination-finis

Mar 12 Déc - 6:04
Zut, je n'avais pas remarqué son bloc noir à la cheville, rendu la, je ne pourrai pas dealer avec elle, elle sera juste obligé de suivre ce que l'institut y donne comme liberté. Je ne suis pas encore à ce bout et je n'aimerais pas plus, j'ai déjà perdu toute couleur de la vie. Je n'aimerais pas me retrouver une fois de plus coincé et punis par la vie, car monsieur n'est pas capable de contrôler son démon intérieur. Le câble semble épais, donc si elle la coupe, c'est sûr qu'il y a un fil à l'intérieur qui va lancer une alarme disant qu'elle tente de la retirer. Le câble semble épais, donc si elle la coupe, c'est sûr qu'il y a un fil à l'intérieur qui va lancer une alarme disant qu'elle tente de la retirer. Elle est donc coincée avec ce truc. J'ai presque pitié pour elle, mais reste que j'ignore ce qu'elle à fait pour le mériter, je le connaîtrai sûrement plus tard. Mon regard monte vers le sien, disant sa dernière parole, me demandant une bonne raison de me faire confiance. Toujours une air taquineuse hein ? Elle ne changera donc jamais, heureusement. Ce qui fait d'elle une personne unique, ce qui me donne un maigre sourire en coin, la regardant dans les yeux. Elle arrivait aussi bien à me le donner le sourire.

Ai-je l'air d'une personne qui cherche à faire du mal ? Si tu dis oui, tu mérite juste un petit boop sur le nez avec mon doigt. En même temps, je te laisse la chance de mieux découvrir la ville, connaître quelques restaurants et magasin, si tu veux t'acheter quelques trucs ou bien juste visité lorsque tu n'as pas grand chose à faire. De toute façon, ma voiture n'est pas loin, donc on pourra revenir à temps dans le pensionnat.

La grosse menace que je lance, si viril et dominant, non mais je ne cherche pas non plu à dire des truc violent, seulement quelques choses de ridicule et drôle à la fois. Je n'aime pas dire du mal de toute façon, elle m'à rien fait, elle ne mérite juste pas à ce que j'y dis des truc violent ou faire mal, même si mon double ne m'a pas vraiment aidé la dernière fois. Je n'ai pas vraiment aimé ce qu'il a fait, mais heureusement qu'elle tourne la page rapidement, tout semble si facile pour elle en même temps, je l'ignore comment, je dois apprendre son secret. À moins qu'elle fait juste tout caché derrière un mur, un peu comme que je faisais, sauf que le mur n'arrivait plu à tout bloqué, j'ai sortis mes clefs de ma poche et je les ai fait tourné sur mon doigt un petit moment avant de les remettre dans ma poche. À moins qu'elle aie une voiture aussi, je ne m'y attendrais pas à ce moment-là. Le stationnement était un peu plu loin, mais sa ne sera pas compliqué au travers de cette chaleur d'été avec le soleil qui nous plombe le visage. En y parlant de ma voiture, j'avais pointé le stationnement plus loin qu'on pouvait voir un peu la bête d'acier noir des année 60-70 qui s'y trouvais. Cette dodge Charger 1969 que mes grands-parents m'ont laissé en tant que souvenir d'eux. J'y prendrais bien soin. J'ai toujours quelque réparation, mais rien de compliqué, le plus gros est fait. Je le ferais des que j'en aurais la détermination. J'ai repris ma bouteille et je jouais un peu avec en la tournant dans les airs, jusqu'à ce qu'elle tombe sur la tête de Sylvia et me rebondis dans l’œil. Je l'avais mal lancé, le côté mou de la bouteille avais retombé sur elle, tandis que j'ai reçu le bouchon dans l’œil. Posant ma main sur mon œil en la frottant. La en ce moment si je me trouvais stupide et maladroit, je grimaçais un peu a la douleur de mon œil.


Aie ... Finalement, je n'aurais pas vraiment dû jouer avec. Désoler.



Revenir en haut Aller en bas
Sylvia Zoltar
IRS |:| Classe Delta
avatar
Féminin
Messages : 103
Date d'inscription : 23/02/2017
Niveau d'études/Métier : Delta
Situation amoureuse : Celibataire
Voir le profil de l'utilisateur
http://indare-division.forumactif.com/t269-voici-une-nouvelle-sylvia-termine

Dim 17 Déc - 22:36
Ai-je l'air d'une personne qui cherche à faire du mal ? Si tu dis oui, tu mérite juste un petit boop sur le nez avec mon doigt. En même temps, je te laisse la chance de mieux découvrir la ville, connaître quelques restaurants et magasin, si tu veux t'acheter quelques trucs ou bien juste visité lorsque tu n'as pas grand chose à faire. De toute façon, ma voiture n'est pas loin, donc on pourra revenir à temps dans le pensionnat.

Je sais qu'il pensait à bien mais la manière qu'il eut de jouer avec ses clés me rappelait Boniface, un des hommes qui étaient sous mes ordres à la fin du conflit, et un événement survenu à la fin, quelque chose qui me hantait, parfois. On venait d'avoir une escarmouche, brutale, pleine de poudre et de sang, et on se repliait pour rejoindre le général. Au détour d'une chemin, on a vu ce gamin, il devait avoir le même âge que moi, il portait l'uniforme du gouvernement qu'on était en train de renverser. Lui et moi réagîmes sans réfléchir : il leva son fusil pour le braquer sur nous, j'appuyais sur l'accélérateur. Il s'est prit la voiture, ricochant sur la pare-brise sans que je ralentisse, n'éprouvant rien alors que j'avais probablement fauché une vie de plus. Je me souviens, alors qu'on s'éloignait, avoir dit à Boniface de virer le pare-brise : il était fêlé.

Je fus surprise en sentant quelque chose me frapper faiblement à la tête mais je me retins de me retourner et massacrer la première chose que je vois, c'est à dire Sébastien. Il n'en méritait pas autant. Je ramassais sa bouteille en plastique, la lui lançant doucement dans les mains, me mettant dos à lui en essayant de ne pas trop trembler à cause de la crise que j'ai failli avoir. A la place, je décidais de le taquiner : c'est dans mon caractère et ça évite que les gens croient que l'espace d'une seconde, j'allais les tuer.


"Arrête de faire ton méchant. Honnêtement, si tu l'étais, tu aurais demandé un peu plus qu'un cochon pendu e tun baiser, rapide en prime, comme gage. Par exemple, que je retire mon soutien-gorge ? Ou que je te laisse m'embrasser ? Remarque, tu aurais aussi pu profiter du cochon pendu pour autre chose mais j'imagine que tu ne vois pas ce dont je parle."

Je souriais, bien qu'il ne voit pas vu que je lui montrais ma nuque. D'ailleurs, je levais les bras pour y poser les mains, oubliant un peu ma presque-crise et admirant les arbres d'été. Et oui, il aurait pu faire un gage bien plus pervers ou méchant que son choix.

"Mais bon, je préfère rentrer à pieds... J'ai le temps pour ça, tu sais, et je ne suis pas pressée. Je tiens à profiter de ce petit moment plutôt que finir dans une voiture... surtout que certains pourraient croire autre chose en nous voyant rentrer ensembles. Même si je ne t'image pas du tout du genre à avoir des gestes déplacés sur une fille comme moi."

Je tournais un peu la tête vers lui, une lueur amusée dans le regard. Je me demandais s'il n'était pas en train de rougir et je voulais donc une confirmation. Quoi que j'ai été gentille dans mes propos. Je n'étais plus vierge et je savais être capable de dire cela en terme plus explicite voir totalement cru. Mais non, j'imagine que si je faisais ça, il deviendrait rouge comme une ferrari, se mettre à bégayer voir s'éclipser. Hors, un ami, ça ne se chasse pas. Et puis, s'il était comme cela, ça m'évitera de lui dire que je préférais éviter d'être sur un siège avant...



Revenir en haut Aller en bas
Sébastien Nadeau
Absence longue durée
avatar
Masculin
Messages : 172
Né(e) le : 24/11/1999
Date d'inscription : 19/04/2017
Age : 18
Niveau d'études/Métier : Quatrième année
Voir le profil de l'utilisateur
http://indare-division.forumactif.com/t454-rien-n-est-impossible-seulement-besoin-de-determination-finis

Jeu 28 Déc - 7:19
Elle me redonnait la bouteille que j'ai remise dans la poche en l'écrasant. Faisant plus d'espace et plus facile à rentrée. Je l'observais et elle s'est mis dos à moi. J'ai haussé un sourcil et il avait quelque tremblement que son corps montrait. Je semblais l'avoir réveillé un peu trop brusque lorsque la bouteille avait rebondi sur son front. Un simple mouvement comme ça et je la secouais. Je vais devoir me tenir un peu de distance. Je n'ai pas le goût de gâcher un moment par ma faute, j'ai déjà beaucoup à supporter, pas besoin d'en rajouter non plu. Elle n'avait pas du tout changé au contraire, toujours à me taquiner. J'ai rabaissé la tête avec un petit sourire au travers de mon visage désespéré et détruit par la vie. Il était vrai que j'aurais tellement pu en profiter plus de ce moment, en plus que ce n'était pas moi qui la choisis ce gage. J'étais si embarrassé par ce moment. Mon premier baisé avait été avec elle et ce n'était pas avec mon cœur que j'ai fait ça, mais avec une autre mentalité merdique qui vient rajouter des problèmes à ma vie.

Je trouvais déjà que c'était assez intense comme gage, je ne suis pas vraiment habitué à faire ce genre de truc. Je ne voudrais pas non plu à ce que tu me vois comme un gros cochon qui tente de profiter du cochon pendu.


Elle préfère rester à pied, c'est son choix. J'aurais bien marché avec pour retourner au pensionnat, mais je ne voudrais pas laisser ma voiture ici, en plus qu'il attire le regard de tout le monde. Sa ne m'étonnerais pas que je revienne le lendemain et qu'il ait plein d’égratignures, car des gens, c'est amusé à regardé la voiture ou bien l'égratigné pour ce montré cool aux autres. Je ne prendrais simplement pas de chance de la laissée ici. J'ai relevé ma tête un peu plus et je continuais de la regarder, elle, c'était un peu reviré vers moi. Je la détaillais de la tête au pied. Je ne rougissais pas, j'étais trop détruit de l'intérieur pour ressentir certaines choses.

Il est exact que je fais rien de tout ça, mais j'en m'en fou pas mal de ce que les autres pensent, peut importe ce qu'ont fait, ont ce fait juger, donc tant qu'à y être, vaux mieux faire ce qu'on veut. Si je peux aider, je le fais. Tant qu'à y être, ça te dirais de marcher un peu dans le parc ? Comme ça, je n'aurais pas juste la vision de ton derrière devant moi.

Bah quoi ? J'étais un homme tout de même, je dois avouer que je jette quelques coups d'œil, j'aimais bien la taquiner un peu aussi. J'étais un peu direct, mais comme que j'ai dit, j'ai beaucoup moins de gêne vue que je suis détruit. Le vent soufflait un peu et venait bouger un peu mes cheveux. Ce vent venait nous rafraîchir de cette chaleur suffocante, je n'aurais pas dû porter tant de noir si c'est pour avoir chaud comme ça. Je ferais plus attention la prochaine fois.



Revenir en haut Aller en bas
Sylvia Zoltar
IRS |:| Classe Delta
avatar
Féminin
Messages : 103
Date d'inscription : 23/02/2017
Niveau d'études/Métier : Delta
Situation amoureuse : Celibataire
Voir le profil de l'utilisateur
http://indare-division.forumactif.com/t269-voici-une-nouvelle-sylvia-termine

Dim 14 Jan - 17:35
Je trouvais déjà que c'était assez intense comme gage, je ne suis pas vraiment habitué à faire ce genre de truc. Je ne voudrais pas non plus à ce que tu me vois comme un gros cochon qui tente de profiter du cochon pendu.

"Si tu avais été un " gros cochon pervers", crois moi, je te l'aurais dis."

Bon, après, inutile de lui dire que j'étais moins pudique depuis mon séjour en Afrique. Et puis, il avait bien rougis en m'embrassant déjà, et à d'autres moments aussi, lors de cette rencontre. Mine de rien, c'était un gars assez timide. Si j'avais été à me chercher un petit ami, j'aurais peut-être craquée pour lui. Mais non, tant que je ne serais pas sure, je me le refusais, bien que ma psy m'ait dit que ça m'aiderait peut-être. On en avait discuté pendant une séance et je n'avais pas été à l'aise car cela n'avait fait qu'accentuer ce manque de confiance que j'avais en moi.

Il est exact que je fais rien de tout ça, mais j'en m'en fou pas mal de ce que les autres pensent, peut importe ce qu'on fait, on se fait juger, donc tant qu'à y être, vaux mieux faire ce qu'on veut. Si je peux aider, je le fais. Tant qu'à y être, ça te dirait de marcher un peu dans le parc ? Comme ça, je n'aurais pas juste la vision de ton derrière devant moi.

"Ah, tu veux reluquer l'avant ?"

Je lui tirais la langue, taquine avec lui, acceptant tout de même et le prouvant en mettant mon sac en bandoullère, sur l'épaule droite. Je marchais avec lui, les mains dans les poches, profitant du calme de ce grand parc.

"Et sinon, tu as des projets pour l'année à venir ? "

Moi pas trop, sinon me promener un peu plus à Londres que l'année dernière, ce qui ne serait pas dur hein. Cela dit, je commençais aussi à me demander s'il n'était pas temps de réfléchir à un avenir professionnel. C'était un peu vague pour moi mais je crois que je trouverais qu'un emploi dans l'hôtel familial serait trop monotone pour moi. Toutefois, parce que c'est la famille, je ferais au moins quelques recherches sur ce que doit savoir quelqu'un qui veut s'engager professionnellement dans le milieu hospitalier.



Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Ville ou Campagne?
» Saint-Etienne, une ville à la campagne.
» Dieu nous a-t'il créé pour vivre en ville ou en campagne?
» Le slogan de la ville de Zweibrücken (Allemagne) contre l'alcoolisme chez les jeunes : "Etre sobre, c'est ok ; se saoûler, c'est un truc de pédés".
» Cherche texte "positif" sur campagne

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Institution Indarë :: West London :: Notting Hill :: Parcs et espaces verts-
Sauter vers: