À droite, l'école et ses élèves normaux, comme tout le monde.À gauche, le centre de redressement pour jeunes dangereux.Maintenant réunis, pour le pire.
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



Votez pour le forum

~ Étendez l'expérience ~

 :: IRS - Bâtiment principal :: 2e étage : langues et arts Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Conversation banale entre une soubrette et un séducteur (Tsume)

Erik Vint Svent
IRS & ISS |:| Prof de philo
avatar
Masculin
Messages : 88
Né(e) le : 13/02/1990
Date d'inscription : 01/06/2017
Age : 27
Niveau d'études/Métier : Prof'
Situation amoureuse : Libre
Nationalité : Franco-norvégienne
Voir le profil de l'utilisateur
http://indare-division.forumactif.com/t623-le-prof-de-philo-est-la#6896

Mer 5 Juil - 17:43
Je m'ennuie. Oui je sais c'est assez concis pour décrire mon état d'esprit actuel. Disons plutôt que dans l'état actuel, mon Surmoi se bat avec mes pulsions pour m'absenter de ce bureau comme le dirait justement Freud et ses topiques. Enfin, je n'ai jamais vraiment été fan de sa philosophie. Trop rigide et trop concentrée sur la sexualité pour m'intéresser à vrai dire. Je sais, c'est un comble de dire ça pour moi. C'est pas comme si je baillais aux corneilles depuis des heures dans mon bureau après une soirée de débauche. Je ne saurais même plus dire le prénom de cette barmaid à vrai dire. Je n'avais d'elle que le souvenir de longs cheveux noires sur une peau d'un blanc sacral et des formes à absorber le regard du plus puritain des hommes ainsi que des yeux noisettes brûlants Son prénom..? Jodie? Julie? Joy? Oui je crois que c'est Joy. Enfin je crois. Qu'importe ce n'est pas important.. Ce n'est pas comme si j'y prêtais réellement un intérêt à ce genre de choses. La nuit était terminée. Cette parenthèse dans sa vie ainsi que la mienne aussi. Ce n'était peut-être pas une fille prix Nobel mais je ne la pensais pas assez stupide pour m'accueillir dans mon appartement avec des petits fours à mon retour du travail. Quoi que.. Au pire, ça me donnerait l'occasion de reprendre là où nous avions été interrompus par le réveil-matin. Un léger sourire s'afficha aux coins de mes lèvres à la pensée de cette plaisante perspective, du moins plus plaisante que d'être enfermé dans mon bureau encore deux bonne heure de ce Lundi ensoleillé. En effet, nous étions Lundi et comme d'accoutumée, je n'avais aucun cours à donner en ce jour aussi je faisais la permanence dans ce bureau. Un bureau très confortable. Un grand bureau sur laquelle je pouvais poser mes pieds pour sommeiller en équilibre sur ma chaise. Des bibliothèques encadrant le tout, les rayonnages remplis de traités de philosophie de toute sorte. Je pouvais d'ailleurs voir parmi ces derniers mon propre ouvrage. Un ouvrage que j'avais écris lorsque la peine me noyait le cœur. Je ne prétendais pas avoir la plume d'Hugo ou l'esprit si éloquent d'Aristote mais c'était mon oeuvre. Si elle pouvait aider quelqu'un par son contenu, je m'en estimais heureux. Passons. Je rejetais la tête en arrière, me tendant dans une position acrobatique dangereuse pour pouvoir observer le dehors par la fenêtre. Satané beau temps. J'aurais vraiment voulu profiter de ce dernier moi aussi plutôt que de moisir ici. Quel élève viendrait donc voir le prof' de philosophie, surtout après une semaine de cours révolue. Indare ne dérogeait pas à la règle du "La philosophie c'est chiant, c'est nul et c'est inutile" que tout mes confrères ne connaissaient que trop bien. Certes,j'étais là pour venir troubler cet état de fait que j'avais moi-même vécu du temps de mes années lycéens cependant ce n'est pas en un cours que je changerais l'esprit de mes petits protégés et puis.. Un bruit. Comme si on toquait à ma porte. Me serais-je fourvoyé? Aurais-je un don si grand pour inspirer les jeunes esprits? Je m'installais convenablement sur ma chaise afin de faire honneur à mon titre de professeur avant de répondre.

-"Oui? entrez !"

Après tout la journée serait peut-être plus intéressante qu'elle ne le semblait.


Revenir en haut Aller en bas
Tsume Montoya
ISS |:| Quatrième année
avatar
Féminin
Messages : 88
Né(e) le : 04/07/1999
Date d'inscription : 04/05/2017
Age : 18
Niveau d'études/Métier : Etude sportive -
Situation amoureuse : Célibataire
Nationalité : Vénézuélienne
Voir le profil de l'utilisateur
http://indare-division.forumactif.com/t500-tsume-la-griffe-domestique-fiche-termnee

Mer 5 Juil - 20:00
C'était les vacances, ce dont le jeune maître était content. Il pouvait ignorer les cours qu'il n'aimait pas. En fait, il avait réduit ses cours au minimum, tout comme moi d'ailleurs. J'aurais bien gardé quelques une de plus, en fait, mais vu que je continuais aussi mon travail pour le jeune maître, j'avais du laisser tomber. Comme cela, j'avais un peu de temps pour moi, pour me détendre, me reposer.

C'était la seconde semaine avec les cours d'été, nous étions début Juillet et le temps était chaud. Pour les autochtones. Sincèrement, ils ne devraient pas se plaindre : ils n'avaient que la chaleur ici. J'avais pu parler un peu avec la Gouvernante en Chef, hier : il pleuvait fortement en plus de faire la même température qu'ici. Et s'il ne pleut pas, il fait plus chaud encore. Bref, je me sentais bien, moi, ici.

J'avais fais mon heure de sport matinale, le prof nous ayant donné à faire du football de manière simple. Puis, et bien, j'avais le restant de la journée pour moi. J'étais restée le matin au dortoir, faisant un peu de ménage dans ma nouvelle chambre, avant de manger au self avec tout le monde. Les gens étaient contents, globalement, et on pouvait entendre des élèves faire des projets de ballade... et de bêtises.

Après le repas, je me rendis en ville, portant ma robe de fonction, et en profitant qu'elle me couvre presque entièrement pour me contenter de peu dessous, pour faire des courses en ville, à la demande de maître Gustadores. Il y avait des achats à faire, comme du thé, qu'il revenait plus économique à effectuer moi-même, et à demander à ce que ce soit livré à la hacienda. C'est donc, vers la demi de quatorze heure, que je reçu un coup de téléphone. Vu le faible nombres de personne ayant ce numéro, je décrochais. C'était le jeune maître qui désirait que je passe chez un professeur pour récupérer un livre, qui lui a été confisqué pendant l'année. Il venait de se demander si le nouveau professeur ne pouvait pas le lui rendre mais comme, là, il était occupé, il me chargeait d'aller le faire à sa place. Puis, il raccrocha. Je soupirais mais je pouvais rentrer, et reprendre ces courses demain.

Je fis un détour, donc, par l'IRS où se trouvait le bureau de celui qui enseigne la philosophie, Je frappais à la porte, attendant une réaction. S'il n'y avait personne, tant pi, le jeune maître repassera lui-même. C'était la première fois que je mettais les pieds ici et il n'y avais pas grand monde mais, il faut avouer, il était presque seize heure aussi. Il ne devait plus y avoir de cours maintenant.


-"Oui? entrez !"

Je poussais la porte, entrant en inclinant la porte devant l'inconnu se trouvant derrière le bureau. Je connaissais son nom, certains l'ayant prononcé en ma présence, mais je me trouvais face à lui pour la première fois.

"Excusez moi de vous déranger, professeur."

Je refermais la porte en bois une fois à l'intérieur, avançant vers lui en notant la présence de nombreux livres sur les étagères. Ce n'était pas étonnant car il devait surement y chercher les références pour ses cours ou pour choisir les livres à nous conseiller de lire. comme si j'avais le temps pour cela. Une fois à sa hauteur, me trouvant entre deux chaises, je lui souris poliment, m'exprimant avec mon léger accent sud-américain.

"Je viens à la demander de Garcia Gustadores. Votre prédecesseur lui a confisqué un livre et il m'a demandé si vous pourriez accepter de le lui rendre, maintenant que l'année est terminée."

Maintenant que j'étais là, une question me vint à l'esprit : mais quel genre de livre s'agissait-il ?



Spoiler:
 
DC de Sylvia Zoltar et Victor Delane
Tsume in a bar
Revenir en haut Aller en bas
Erik Vint Svent
IRS & ISS |:| Prof de philo
avatar
Masculin
Messages : 88
Né(e) le : 13/02/1990
Date d'inscription : 01/06/2017
Age : 27
Niveau d'études/Métier : Prof'
Situation amoureuse : Libre
Nationalité : Franco-norvégienne
Voir le profil de l'utilisateur
http://indare-division.forumactif.com/t623-le-prof-de-philo-est-la#6896

Dim 9 Juil - 20:05
Tiens étonnant.. Je dois admettre que je m'attendais à voir un autre de mes collègues venir me souhaiter la bienvenue comme c'était principalement le cas depuis quelques jours ou bien un élève venir me demander des conseils ou des astuces pour le cursus de l'année prochaine  mais.. une soubrette. J'aurais vraiment tout vu et je n'étais pas assez irresponsable pour avoir bu avant de prendre fonction donc.. mes yeux ne me trompaient décidément pas. S'agissait-il d'un membre du personnel de nettoyage? Un peu jeune tout de même pour que ce soit le cas. J'attendais donc d'être renseignée sur la venue de la jeune fille, un sourire aux coins des lèvres, jusqu'à ce que la voix teintée d'un léger accent ne vienne briser le silence.

"Excusez moi de vous déranger, professeur."

Bon je pouvais déjà comprendre qu'il s'agissait d'une élève malgré cet accoutrement quelque peu atypique. En effet, le vouvoiement et le titre de professeur ne laissait que peu de place au doute. Un autre employé m'aurait certes vouvoyer mais n'aurait pas pensé l'usage de mon titre nécessaire. Ne devait-elle pas porter un uniforme? Bah qu'importe. Je n'étais pas vraiment la personne la plus à cheval sur les règlements surtout que techniquement nous étions en période post-examen donc.. Enfin... Les paroles de la jeune femme confirmèrent mes suppositions.

"Je viens à la demander de Garcia Gustadores. Votre prédécesseur lui a confisqué un livre et il m'a demandé si vous pourriez accepter de le lui rendre, maintenant que l'année est terminée."

Garcia Gustadores? Inconnu au bataillon. S'agissait-il d'un autre élève? Dans ce cas, pourquoi cette jeune femme des plus polie s'abaissait-il à obéir à ce jeune homme? Comprenez bien que je ne suis guère l'un des fers de lance de la cause féminine mais cette attitude me paraissait des plus stupides. N'avait-il pas le cran de venir lui même faire cette demande ? Surtout que si mon collaborateur avait décidé de confisquer son livre, il n'en était que le seul responsable. Je m'adressais donc le plus honnêtement à la demoiselle me faisant face.

-"Je ne connais pas cet élève et je dois avouer que l'idée qu'il ne sache pas venir demander lui-même qu'on l'absout de ses erreurs me laisse plutôt indifférent à sa demande.."

Je baillais faiblement , portant une main devant ma bouche par politesse avant de continuer mon discours.

-"En plus, je trouve dommage qu'une jeune fille comme vous ne se plie aux désirs d'un homme. normalement c'est l'inverse.. remarque ça ne me regarde pas.. mais un conseil ne te laisse pas faire...ça vaut ce que ça vaut"

Bon.. quitte à lui avoir fait perdre son temps autant que cela soit pour une bonne raison.. Je commençais à fouiller les tiroirs en quête d'un éventuel livre que mon prédécesseur aurait laissé sans m'en prévenir. Je finis par tomber sur un livre plutôt suspect. Non clairement ce n'était ni à moi ni le genre de mon ancien professeur de philosophie. Ou il me cachait bien des choses.. J'extrayais le "livre" qui 'avérait plutôt être un magazine de charme et le tendit à la demoiselle avant de lui adresser quelques mots.

-"Bon je suppose que c'est ça.. tu m'étonnes que ce genre de "lectures" ne lui était confisqué.. ça n'a pas spécialement sa place dans un classe.. dans un dortoir ou une douche passe encore.."

J'attendais qu'elle ne veuille s'en saisir avant de le ramener vers moi pour l'en empêcher.

-"Tu saurais m'expliquer les lectures de ton ami? ou bien la raison pour laquelle tu te charges de son sale boulot? On verra ensuite si je te le donne ou si j'exigerais qu'il vienne de lui-même.."

Bon oui je détestais jouer les professeurs "classiques" et j'aurais fais l'impasse sur le type de magazine dont il s'agissait si cet idiot n'avait guère envoyé l'une de ses camarades, bien trop gentille pour refuser, en lieu et place de sa propre personne. Dans la vie soit on réprime soit on assume. Je savais de quoi je parlais. Je le savais suffisamment pour m'être pris des droites de maris jaloux.


Revenir en haut Aller en bas
Tsume Montoya
ISS |:| Quatrième année
avatar
Féminin
Messages : 88
Né(e) le : 04/07/1999
Date d'inscription : 04/05/2017
Age : 18
Niveau d'études/Métier : Etude sportive -
Situation amoureuse : Célibataire
Nationalité : Vénézuélienne
Voir le profil de l'utilisateur
http://indare-division.forumactif.com/t500-tsume-la-griffe-domestique-fiche-termnee

Mar 11 Juil - 22:40
-"Je ne connais pas cet élève et je dois avouer que l'idée qu'il ne sache pas venir demander lui-même qu'on l'absout de ses erreurs me laisse plutôt indifférent à sa demande.."

En même temps, il était arrivé récemment et n'enseignait que pendant les cours d'été. Il ne devait donc pas connaître beaucoup d'élèves, que ce soit de l'ISS ou de l'IRS. Après, je me retins de défendre le jeune maître. Il n'avait pas le droit de le juger comme cela. s'il avait pu, il serait venu et s'il ne me rend pas le livre, alors je sais qu'il viendra demain. C'est un homme bon et juste, pas un vulgaire et arrogant jeune homme. Enfin, ce professeur, fatigué en milieu d'après-midi, restait poli dans ses gestes. Ce n'était pas un mauvais homme.

-"En plus, je trouve dommage qu'une jeune fille comme vous ne se plie aux désirs d'un homme. normalement c'est l'inverse.. remarque ça ne me regarde pas.. mais un conseil ne te laisse pas faire...ça vaut ce que ça vaut"

"Ne vous en déplaise, je sais quels sont les limites sur ce qu'il peut me demander, monsieur."

Je n'allais pas lui expliquer pourquoi j'avais accepté de venir ici. La relation entre Garcia et moi n'était pas de son ressort. Et c'était personnel, en plus. Je le regardais fouiller son bureau, surement pour trouver le-dit livre et me le rendre. Enfin, me le passer pour qu'il rejoigne son propriétaire. Il le trouva dans un tiroir et le sorti avant de le tendre vers moi... avant de le reculer vers lui comme je levais la main dans sa direction.

-"Bon je suppose que c'est ça.. tu m'étonnes que ce genre de "lectures" ne lui était confisqué.. ça n'a pas spécialement sa place dans un classe.. dans un dortoir ou une douche passe encore.. Tu saurais m'expliquer les lectures de ton ami? ou bien la raison pour laquelle tu te charges de son sale boulot? On verra ensuite si je te le donne ou si j'exigerais qu'il vienne de lui-même.."

C'était donc un livre de ce style. Je comprenais un peu mieux : il avait du se le faire prêter et il souhaitait le récupérer pour le rendre. Et il voulait éviter que le prof ne l'y associe si possible.C'était de son âge, il entrait dans l'adolescence après tout. Les garçons comme lui ont besoin de ce genre de "manuel" pour apprendre ce côté de la vie. Moi, j'avais pu en voir un bon apperçu dans les rues de mon bidonville.|/i]

"Le mieux que je puisse imaginer, c'est qu'un camarade de classe a du le lui prêter. Après, je ne suis pas chargée de surveiller ses lectures. La seule chose que je puis faire est d'en parler à son père, professeur. Quand à la raison... J'ai une dette envers son père, qui est mon bienfaiteur. Comprenez que je viens d'une famille très pauvre et que je peux les aider grâce à la générosité de monsieur Gustadorès."

[i]Je vis venir le moment où il va me dire que je ne devrais pas tout accepter de la part de son fils aussi levais-je la main pour qu'il ne m'interrompe pas.


"Je ne travaille pas pour Garcia et je n'accepterais pas tous les ordres qu'il me donnerait, ce qu'il sait déjà. En fait, son père m'a surtout demandé de le surveiller et de veiller sur lui. C'est pour cela que je vous serais reconnaissante de bien accepté me remettre ce "manuel", monsieur. Je vous devrais une faveur, bien sur. Et avant que vous ne disiez ne pas vouloir le rendre à une personne mineure, j'ai fêté récemment mes dix-huit ans."



Spoiler:
 
DC de Sylvia Zoltar et Victor Delane
Tsume in a bar
Revenir en haut Aller en bas
Erik Vint Svent
IRS & ISS |:| Prof de philo
avatar
Masculin
Messages : 88
Né(e) le : 13/02/1990
Date d'inscription : 01/06/2017
Age : 27
Niveau d'études/Métier : Prof'
Situation amoureuse : Libre
Nationalité : Franco-norvégienne
Voir le profil de l'utilisateur
http://indare-division.forumactif.com/t623-le-prof-de-philo-est-la#6896

Mar 1 Aoû - 21:54
Je soupirais profondément en regardant la couverture du dit magazine en écoutant d'une oreille distraite les premières explications de la demoiselle. De deux choses l'une : premièrement, un bref coup d’œil sur la pièce à conviction m'indiquait de nombreuses choses. En effet, je pouvais aisément voir l'usure des pages, les "cornes" faîtes à certaines pages et le piteux état de la couverture qui signifiait qu'il n'était pas de première main, ce qui tendrait à confirmer les hypothèses de la jeune latino, cependant la date de parution était assez ancienne pour que je sois trop vieux pour être le premier propriétaire et pour que les femmes sur ce magasine ne soit plus en mesure de procréer. C'est triste de fantasmer sur des femmes pouvant être sa grand-mère. Enfin. Si la seule compagnie du jeune homme est cette soubrette et ses domestiques, je peux comprendre sa frustration. Même si, en dehors de toute autre considération,je me rabattrais sur elle plutôt que sur un magazine qu'Aristote pourrait avoir lu. La seconde chose que la couverture m'indiquait était que ce jeune homme manquait nettement de goût. Chaque image présente ne m'inspirait que l'indifférence et pourtant Dieu sait que je trouve souvent la beauté en chaque femme. Je soupirais à nouveau avant de prêter l'oreille à la complainte de l'élève courageuse mais trop crédule.

"Je ne travaille pas pour Garcia et je n'accepterais pas tous les ordres qu'il me donnerait, ce qu'il sait déjà. En fait, son père m'a surtout demandé de le surveiller et de veiller sur lui. C'est pour cela que je vous serais reconnaissante de bien accepté me remettre ce "manuel", monsieur. Je vous devrais une faveur, bien sur. Et avant que vous ne disiez ne pas vouloir le rendre à une personne mineure, j'ai fêté récemment mes dix-huit ans."

Une faveur? Intéressant. Et surtout plutôt stupide. J'étais dans un bon jour mais n'importe quel professeur suffisamment insouciant et irresponsable pour être moi aurait pu profiter de l'occasion mais je n'en fis rien, marquant encore la conversation d'un léger soupir.

-"Comprends jeune fille qu'il ne s'agit pas vraiment d'un manuel et pas non plus d'une question d'âge mais d'éthique.. Tu dois veiller sur lui et le surveiller? Très bien, je ne cautionne pas.. mais après tout tu fais ce que tu veux.."

Je marquais une pause avant de prendre un air plus sérieux, cherchant à faire saisir mon point de vue et les conséquences des actes de la jeune fille sur la jeunesse de ce dénommé Garcia. Je tapotais donc des doigts sur le bois de mon bureau avant de reprendre la parole en fixant mon regard dans le sien.

-"Admettons que je te le rende... quel sera la leçon de tout ça? En quoi ton ami sera pénalisé? Quel est la leçon que tu lui auras apprise? Qu'il lui suffit de te laisser te charger de tout pour qu'il s'en sorte sans aucune égratignure? Ton rôle est de veiller à ce qu'il devienne un homme digne de ce nom si je comprends bien et assumer ses actes, quel qu'il soit, qu'il fasse du tort aux autres ou qu'il se limite à notre personne par nos propres moyens est important dans ce cas. Tu vas me trouver sévère mais je ne marche pas sur ce coup là.."

Je me reculais sur ma chaise, plaquant mon dos au siège avant de sourire à la jeune femme, tout en rangeant le magazine dans un couloir.

-"Tu peux me trouver injuste, comprends que c'est aussi mon rôle de veiller à faire de lui un adulte responsable lorsqu'il sortira de cet établissement et pas un enfant inconscient des conséquences ou gâté. Réfléchis-y et tu verras que j'ai raison.."

Je souriais intérieurement. Oui j'avais raison et je ne faisais que prendre en compte ce qui devait être dit mais je savais que je ne respectais pas toujours mes propres règles. Qu'importe. Si mes bonnes paroles peuvent lui faire comprendre ce que je n'ai jamais su mettre en application depuis le départ de Kate, qu'il en soit ainsi.


Revenir en haut Aller en bas
Tsume Montoya
ISS |:| Quatrième année
avatar
Féminin
Messages : 88
Né(e) le : 04/07/1999
Date d'inscription : 04/05/2017
Age : 18
Niveau d'études/Métier : Etude sportive -
Situation amoureuse : Célibataire
Nationalité : Vénézuélienne
Voir le profil de l'utilisateur
http://indare-division.forumactif.com/t500-tsume-la-griffe-domestique-fiche-termnee

Mer 2 Aoû - 3:58
-"Comprends jeune fille qu'il ne s'agit pas vraiment d'un manuel et pas non plus d'une question d'âge mais d'éthique.. Tu dois veiller sur lui et le surveiller? Très bien, je ne cautionne pas.. mais après tout tu fais ce que tu veux.."

Euh, il n'a pas compris que lorsque je disais "manuel", j'étais ironique ? Je savais très bien ce qu'il tenait entre les mains, et feuilletait allègrement devant moi pour bien me montrer qu'il valait mieux que les autres. Enfin, je pouvais quand même observer que le magasine de charme était anglais, vu les mots de la couverture. Cela me confirmait qu'on avait du le lui prêter car j'imagine mal un vendeur accepter de vendre cela à un mineur.

-"Admettons que je te le rende... quel sera la leçon de tout ça? En quoi ton ami sera pénalisé? Quel est la leçon que tu lui auras apprise? Qu'il lui suffit de te laisser te charger de tout pour qu'il s'en sorte sans aucune égratignure? Ton rôle est de veiller à ce qu'il devienne un homme digne de ce nom si je comprends bien et assumer ses actes, quel qu'il soit, qu'il fasse du tort aux autres ou qu'il se limite à notre personne par nos propres moyens est important dans ce cas. Tu vas me trouver sévère mais je ne marche pas sur ce coup là.."

Il fallait admettre qu'il avait en parti raison, et sur certain point totalement faux. Et il a raison, je le trouve bien sévère à mon égard. Il doit surement imaginer que j'ai eu une vie comme n'importe quelle fille anglaise. Hélas, je comprenais que la réalité des bidonvilles ne touchent pas les européens, eux qui ne connaissent plus cela personnellement. Je pouvais donc concevoir qu'il ne puisse imaginer ma vie ni la hauteur de la dette que j'avais envers maître Gustadores.

-"Tu peux me trouver injuste, comprends que c'est aussi mon rôle de veiller à faire de lui un adulte responsable lorsqu'il sortira de cet établissement et pas un enfant inconscient des conséquences ou gâté. Réfléchis-y et tu verras que j'ai raison.."

"Un adulte responsable qui feuillette un magasine porno devant une de ses futures élèves ? Drôle de manière de me le montrer, monsieur."

Et pan dans le bec. En plus, vu la manière dont il regardait, sans réel intérêt dans les yeux, soit il était plutôt branché mec, soit il en avait tellement vu qu'il en était blasé. Bref, sur le coup, je ne savais pas trop s'il était pervers ou bon prof moralisateur.

"Mais bon, je peux comprendre qu'un adulte n'ait pas besoin de se cacher pour ça, contrairement à un adolescent. Après tout, là d'où je viens, même s'ils ne le font pas devant tout le monde, ils ne se cachent pas non plus quand ils se font tailler une pipe par une fille. Certaines avaient même mon âge actuel quand elles faisaient ça. C'est moche mais dans les barrios, certains n'ont pas le choix pour survivre."

Et j'étais bien contente d'avoir pu échapper à de telles propositions. Parce que cela aurait pu mal finir pour moi, vu que mon éducation m'aurait poussé à refuser. Suivant la personne, il aurait laissé coulé ou insisté et ... bah inutile de vous faire un dessin. Même si je suis bonne combattante, je reste une gamine. Je peux battre un adulte, deux peut-être, trois ? sans l'apprentissage que j'ai reçu par la gouvernante en chef, aucune chance. Sans compter que cela aurait attiré des ennuis à ma famille, ce que je voudrais éviter. C'est come cela, les Barrios.

"Quand à mon rôle sur maître Garcia, il est tel que je vous l'ai dis : veiller sur lui. Je ne suis pas sa gouvernante ni sa mère. Je ne vais pas le punir pour avoir reluqué des pages montrant des filles nues. Je me contenterais juste de lui faire savoir que j'en informerais son père et laisserait celui-ci décider si cela mérite une sanction et laquelle. Et d'ailleurs, je sais que s'il est puni, il assumera et fera sa punition sans se plaindre, pareil si vous désirez que je lui dise que vous préférez qu'il vienne chercher ce torchon ou le garder pour vous. Sachez aussi, monsieur, que si un autre que lui m'avait demandé une telle démarche, je serais aussi venu vous voir mais je n'aurais rendu que les cendres de ce que vous tenez à cette personne."

Je crois que j'étais un peu énervée, maintenant, vu que je n'hésitais pas à exprimer un peu plus clairement ma pensée ni ne mâchais mes mots. Je pris un instant, le temps d'inspirer, d'expirer pour me calmer un peu. Que voulez vous : on dit que les sud-américains ont le sang chaud.

"Vous pouvez penser ce que vous voulez mais personnellement, je préfère savoir que  Garcia lit le genre de chose que vous tenez plutôt que de le retrouver dans le lit d'une camarade de classe. Après tout, comme je vous l'ai dis, il arrive à l'âge où on s'intéresse à cela et je n'ai jamais entendu dire qu'il avait un comportement de pervers au collège."

Je n'avais pas bougé tout en parlant et en l'écoutant. Une femme de chambre de ménage ou un garde du corps doit savoir rester à la même place un moment. Je fixais le prof, mon regard émeraude dans le sien, curieuse de voir sa réaction à mon discours et de ce qu'il allait décider. Allait-il être vexé, énervé, amusé ? Cela serait intéressant à voir mais j'étais sure d'une chose : ma participation à ses prochains cours ne sera pas similaire à ceux de son prédécesseur.



Spoiler:
 
DC de Sylvia Zoltar et Victor Delane
Tsume in a bar
Revenir en haut Aller en bas
Erik Vint Svent
IRS & ISS |:| Prof de philo
avatar
Masculin
Messages : 88
Né(e) le : 13/02/1990
Date d'inscription : 01/06/2017
Age : 27
Niveau d'études/Métier : Prof'
Situation amoureuse : Libre
Nationalité : Franco-norvégienne
Voir le profil de l'utilisateur
http://indare-division.forumactif.com/t623-le-prof-de-philo-est-la#6896

Mer 2 Aoû - 10:46
"Un adulte responsable qui feuillette un magasine porno devant une de ses futures élèves ? Drôle de manière de me le montrer, monsieur."

Outch. Touché coulé. Un léger sourire vint se former à la commissure de mes lèvres en réponse à la pique de la demoiselle. Enfin cela devenait intéressant. Je comprends les manières et je suis le premier à en user lorsque que l'usage le veut mais bon parfois il est agréable aussi d'entendre la véritable pensée de son interlocuteur. Je dois admettre que je devais lui reconnaître qu'elle avait au moins le cran de dire ce qu'elle pense sans détour. Un point que je me devais de lui reconnaître tandis que je reculais tout en posant mes chaussures sur mon bureau. Nous en avions vraisemblablement fini des faux-semblants alors autant me mettre à l'aise. J'écoutais donc les explications de la demoiselle, un sourire aux lèvres, sans l'interrompre tout en glanant ça et là dans son discours des informations sur elle. Après ce long discours de la demoiselle, je me rapprochais de nouveau du bureau, reposant mes pieds sur le plancher des vaches avant de répondre afin de clarifier certains points.

-"Je vois, je vois..." dis-je en premier lieu pour me laisser organiser ma pensée avant de reprendre "J'ai tout de même quelques objections : pourquoi son père serait plus apte à décider de sa sanction à des kilomètres de distance que ceux qu'ils payent pour l'élever? Comprends bien aussi que je ne te jette pas la pierre.."

Je marquais une pause à nouveau, me levant pour faire quelques pas jusqu'à la fenêtre, perdant mon regard sur le spectacle des élèves vaquant à leurs occupations puis je vins me planter face à mon interlocutrice.

-"Ce n'est clairement pas ton travail que de veiller à l'éducation de ce jeune homme : tu n'as peut-être pas envie de t'entendre dire ça. Tu as ta fierté ma belle. Très bien. Tu as pensé au fait que tu as une jeunesse à vivre? Tu as l'expérience pour assurer le fait de prendre les bonnes décisions pour le bien de ton camarade? Ce n'est pas un reproche mais il serait peut-être tant de veiller à ton avenir plutôt que de vouloir assurer celui de quelqu'un avant même d'avoir fait de même te concernant. Pense un peu à toi et profite un peu de ton voyage ici pour t'ouvrir aux autres et cessez de te préoccuper de son sort en priorité. Tu es une adolescente, mature certes, mais tu restes une adolescente. Ne tente pas de griller les étapes. Tu as la chance de pouvoir vivre ce que la moitié des jeunes de là d'où tu viens rêverait de vivre."

Encore un sermon dis donc. Enfin ce n'en était pas vraiment un même si il en avait l'apparence. Je cherchais juste à lui faire comprendre certaines choses qu'elle ne semblait pas saisir sur le moment. Des choses que je savais pertinemment d'expérience. D'ailleurs en parlant d'expérience..

-"Ceci dit... tu diras à ton camarade de venir récupérer son torchon, histoire que je lui fasse un sermon à lui aussi et que je lui conseille de meilleures ouvrages, même si ils doivent être du même registre.." dis-je en souriant.

Oui je m'étais permis ce genre de plaisanterie sincère. Certes, il était répréhensible d'encourager les élèves dans ce genre de lectures mais que voulez-vous? Je savais aussi que la demoiselle n'avait pas tort : il était sain qu'il s'intéresse à ce sujet d'étude de part son jeune âge et ses hormones en folies et il était plus profitable que je l'encadre à ce sujet que de le punir pour qu'ils aillent briser sa vie en engrossant la première venue. Il briserait sa vie, celle de la demoiselle, et celle du rejeton à naître ainsi que celle de la demoiselle me faisant face.

-"Tu vois que je sais entendre raison Miss?"


Revenir en haut Aller en bas
Tsume Montoya
ISS |:| Quatrième année
avatar
Féminin
Messages : 88
Né(e) le : 04/07/1999
Date d'inscription : 04/05/2017
Age : 18
Niveau d'études/Métier : Etude sportive -
Situation amoureuse : Célibataire
Nationalité : Vénézuélienne
Voir le profil de l'utilisateur
http://indare-division.forumactif.com/t500-tsume-la-griffe-domestique-fiche-termnee

Lun 7 Aoû - 23:52
-"Je vois, je vois...J'ai tout de même quelques objections : pourquoi son père serait plus apte à décider de sa sanction à des kilomètres de distance que ceux qu'ils payent pour l'élever? Comprends bien aussi que je ne te jette pas la pierre.."

"Et pourquoi un père ne pourrait-il pas donner une punition en plus de celle que vous pourriez lui donner ?"

Il était un peu sans gêne, quand même. Il avait posé les pieds sur son bureau en m'écoutant, avant de se lever pour venir devant moi. Cela me forçait à lever la tête vers lui. C'est l'inconvénient des petites tailles, comme moi, comparées aux gens grands comme ce prof. Cela dit, je ne réagis pas à ses propos : il n'élève pas ses étudiants, il les éduque. Il y a une différence là-dedans, vu que mes cours, avant d'entrer au service des Gustadores, m'étaient donnés par mes parents, enfin surtout ma mère. Quand elle en avait le temps.

-"Ce n'est clairement pas ton travail que de veiller à l'éducation de ce jeune homme : tu n'as peut-être pas envie de t'entendre dire ça. Tu as ta fierté ma belle. Très bien. Tu as pensé au fait que tu as une jeunesse à vivre? Tu as l'expérience pour assurer le fait de prendre les bonnes décisions pour le bien de ton camarade? Ce n'est pas un reproche mais il serait peut-être tant de veiller à ton avenir plutôt que de vouloir assurer celui de quelqu'un avant même d'avoir fait de même te concernant. Pense un peu à toi et profite un peu de ton voyage ici pour t'ouvrir aux autres et cessez de te préoccuper de son sort en priorité. Tu es une adolescente, mature certes, mais tu restes une adolescente. Ne tente pas de griller les étapes. Tu as la chance de pouvoir vivre ce que la moitié des jeunes de là d'où tu viens rêverait de vivre."

"Ma belle" ? Un professeur a-t-il le droit d'appeler une élève ainsi ? J'imagine qu'il doit me taquiner. Je doute de mériter une telle appellation vu les jolies filles qu'il y a ici, comme Isabella ou Naomi. Je ne suis rien en comparaison. Cela dit, il n'avait pas tort, je le savais bien, mais je trouve quand même que ce serait abuser de la gentillesse de monsieur Gustadores. Et je ne sais pas trop s'il y a effectivement une moitié rêvant d'une telle vie. Personnellement, je n'imaginais même pas que l'on puisse en avoir une semblable. Cela dit, cette vie me suffisait déjà : pourquoi vouloir plus que ce que l'on possède. C'est en faisant ce genre de rêve que l'on finit déçu.

-"Ceci dit... tu diras à ton camarade de venir récupérer son torchon, histoire que je lui fasse un sermon à lui aussi et que je lui conseille de meilleures ouvrages, même si ils doivent être du même registre... Tu vois que je sais entendre raison Miss?"

"Je lui transmettrais le message, monsieur, en espérant que vous ne lui donnerez pas de conseil. Quand à votre avis sur moi, je suis une personne fière, effectivement, mais aussi reconnaissante. Je vous rassure, toutefois, j'ai du temps libre et il m'arrive de visiter cette ville. Je préfère d'ailleurs le faire petit à petit plutôt que d'un seul coup et de ne plus rien à y découvrir."

Cela dit, même si ce professeur ne punissait pas Garcia, celui-ci ne prendrait pas un sermon pour autre chose. Cela dit, ce n'était pas une mauvaise chose non plus, tant qu'il évite de le conseiller sur des lectures similaires.

"D'ailleurs, vu que j'ai terminé ma journée, que me conseilleriez vous de visiter ? Je cherche une activité à faire. Je suis toute ouïe."

Après tout, il n'y avait pas de réelle obligation de manger au self. Le principal est de respecter le couvre-feu, que je n'avais pas encore eu à enfreindre jusqu'à maintenant. Bon, bien sur, il faudra que je me change avant de sortir faire une ballade. En effet, doutant qu'il me propose quoi que ce soit de réellement intéressant, j'irais simplement me promener en ville en finissant cela par un repas dans un petit restaurant. Et puis, si je disais cela en pensant qu'il ne répondrait pas, c'était parce que je le taquinais. Mine de rien, même si je doutais un peu de ses qualifications en tant qu'enseignant, il semblait être quelqu'un de bien.



Spoiler:
 
DC de Sylvia Zoltar et Victor Delane
Tsume in a bar
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» conversation entre un homme et une femme sur le net...
» Bref discussion entre un théologien et le dalaï lama
» Conversation entre un juif et un musulman
» Connaissez-vous le stylo effaçable ?
» Débat et conversation

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Institution Indarë :: IRS - Bâtiment principal :: 2e étage : langues et arts-
Sauter vers: