AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


Votez pour le forum

~ Étendez l'expérience ~

 :: Résidences :: Résidences surveillées Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Et rien ne sera plus pareil... [Hannah]

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
Alix Scarønson
IRS |:| Troisième année
avatar
Masculin
Messages : 270
Né(e) le : 30/07/2001
Date d'inscription : 11/02/2017
Age : 16
Niveau d'études/Métier : Troisième année
Situation amoureuse : Meh
Nationalité : Norvégien
Commentaires/Citations : « Moi tant que je peux jouer, je mise ce que tu veux, même les dents du voisin »
Voir le profil de l'utilisateur
http://indare-division.forumactif.com/t221- http://indare-division.forumactif.com/t246-

Jeu 25 Jan - 0:41

2 Octobre
2015
Et rien ne sera plus pareil...

Hannah Wayne

Elle n'avait pas relevé sa phrase. Il se sentit légèrement rassuré : il avait déjà une réputation de dragueur assez lourde comme ça, et il n'aurait pas aimé qu'elle considère ça comme un signe qu'il ne valait pas la peine d'être connu. Malgré tout, une petite partie de lui restait déçue : il aurait aimé voir à quoi pouvait ressembler un petit sourire sur ses lèvres, il aurait aimé pouvoir la toucher un minimum. Ou peut-être pas. Cette phrase avait été trop spontanée et trop imprévue pour qu'il sache quel type de réaction il aurait attendu de sa part. Il lui était presque reconnaissant de n'en avoir eu aucune.

Il écouta son discours sur les livres en silence. Il aurait pu penser qu'elle partageait l'avis de sa sœur, mais leur similitude s'arrêtait à son attrait pour l'imaginaire. Rikissa, elle, était persuadée d'être dans le vrai, persuadée que la magie existait, était réelle, parsemait chaque centimètre de l'air autour d'eux. Il avait toujours trouvé ça un peu bête, mais c'était sa sœur, il ne pouvait pas en penser du mal.
Là c'était différent. Hannah... semblait vouloir échapper à la réalité du monde dans les livres. Elle ne croyait pas à une seule once de magie autour d'elle. Ils partageaient au moins l'idée que la magie n'existait que dans la fiction.

- J'espère que tu ne verras jamais ça. Il est des choses qui sont sûrement bien trop horribles pour nos esprits. Et le plus drôle... C'est que pour moi, le plus atroce, le plus laid, le plus douloureux et inhumain... Ce sont nous. L'Être Humain n'est et ne sera jamais rien. Hors une nuisance, un insecte. Pire... Un parasite. Que ça soit eux... Ou moi.

Il eut un moment de réflexion, le regard perdu dans le vague. Il essayait de comprendre sa vision. Se comptait-elle parmi ceux qui espéraient mourir "vite de préférence" ? Se considérait-elle comme morte ? Il ne pouvait même pas se demander si elle se pensait stupide, tant l'idée qu'on puisse la croire idiote ne s'accordait pas dans sa tête. Elle avait au contraire l'air intelligente. Intéressante. Bien plus que la majorité en tout cas.

- Alors oublie les gens. Regarde juste le monde. La magie n'a pas besoin de dragons, de sortilège ou de pièce lancée dans une fontaine pour réaliser un souhait.

Même si "magie" était un mot qu'il n'affectionnait pas, et les univers qui en découlaient encore moins, il lui arrivait souvent de l'employer pour l'association clair qu'il impliquait. La magie, sans précision, c'était souvent positif, beau ou puissant, quelque chose qui émerveille. Il étudia un instant la bouteille d'eau qu'il avait emmenée avec lui, cherchant un rayon de soleil des yeux avant de la placer devant et de la tourner jusqu'à ce qu'un arc-en-ciel apparaisse sur son sandwich emballé. Ça faisait un peu stupide, cliché ou gnan-gnan, mais c'était le plus simple qu'il avait. L'autre idée aurait été de trouver une chenille à recueillir sur le bout de son doigts, mais c'était un tantinet plus dur à trouver qu'un rayon de soleil.

- Je sais, on est coincés dans une école qui nous cache aux yeux du monde pour préserver la pseudo-perfection de sa société. Mais est-ce que ça a de l'importance ? L'être humain finira par disparaître, les problèmes qu'il a causé avec lui. Parce que ce monde est plus fort que nous.

La nature se renouvellerait, le monde se reformerait à une autre image, vivrait des milliers d'années, puis l'espèce dominante s'éteindrait à nouveau. Même si la chimie était sa matière de prédilection, son esprit d'enfant avait emmagasiné des tonnes et des tonnes de livres d'histoire naturelle, car c'était la seule chose que ses professeurs arrivaient à lui mettre sous le nez pour lui apprendre la lecture.

- Ce monde est plus que les gens qui l'habitent. Il faut lui laisser une chance.

Il avait eu l'envie soudaine de glisser sa main sur sa joue pour la regarder dans les yeux mais il la rejeta, se contenta de chercher son regard. Il avait envie de lui montrer à quel point tout devenait plus beau et plus simple une fois que l'on ne considérait plus l'être humain comme le centre de cette planète. Une fois que l'on connaissait la beauté des océans, la magie animale et les milliards de possibilités qu'offraient les plantes.

- Je suis peut-être idéaliste, tu vas peut-être me trouver stupide, mais il y a tant de belles choses et de merveilles scientifiques, d’incongruités naturelles... Pourquoi ne se contenter que de celles que l'on a créées ? Que des mondes imaginaires sorties de nos rêves, ou des horreurs perpétrées par ceux qui veulent nous les arracher ?
© Alix
paroles en #9E1A12


Revenir en haut Aller en bas
Hannah Wayne
IRS |:| Quatrième année
avatar
Féminin
Messages : 76
Né(e) le : 10/12/2001
Date d'inscription : 18/06/2017
Age : 16
Niveau d'études/Métier : Quatrième année
Situation amoureuse : Célibataire depuis janvier 2017
Nationalité : Australienne
Voir le profil de l'utilisateur
http://indare-division.forumactif.com/t709-je-prefere-votre-silence-a-votre-fourberie

Lun 12 Fév - 14:33


Et rien ne sera plus pareil...

Feat. Alix Scarønson


Alors oublie les gens. Regarde juste le monde. La magie n'a pas besoin de dragons, de sortilège ou de pièce lancée dans une fontaine pour réaliser un souhait.



Oublier les gens? Ce n'était pas possible. Il n'y avait aucun endroit sans gens. Pourtant... c'est ce que j'aimerais. Vivre dans un endroit sans personne. Je préférais mille fois la compagnie d'animaux silencieux que d'êtres humains. De toutes façons, avec eux, j'étais seule aussi alors bon... Seulement il me parlait de magie... Je n'y croyais pas. Au mieux il y avait la prestidigitation mais la magie tel qu'il la sous-entendait n'existait pas. Montrez moi un sort, un génie ou des fées, pour que j'y crois. Et encore, je n'avais même pas la certitude que je l'accepterais.

Pourtant, j'observais longuement l'arc-en-ciel se dessiner sur mon repas. Et je me sens sourire doucement. C'était beau même si cela ne portait pas le nom de "magie".

Je sais, on est coincés dans une école qui nous cache aux yeux du monde pour préserver la pseudo-perfection de sa société. Mais est-ce que ça a de l'importance ? L'être humain finira par disparaître, les problèmes qu'il a causé avec lui. Parce que ce monde est plus fort que nous.



Je soupirais, perdant le léger sourire que j'avais. Il avait raison. Mais alors pourquoi? Pourquoi l'Être Humain détruisait la nature? Pourquoi se pensait-il supérieur? Pourquoi ? Alix continuait ses propos. Lui laisser une chance...? Je n'avais laissé sa chance à rien ni personne. Ce monde était ce que je voyais. Noir ou blanc, gris tout au mieux. Lui laisser une chance... Comme on avait laissé sa chance à Hitler? Mussolini? Mao? Je n'étais pas certaine.

Je suis peut-être idéaliste, tu vas peut-être me trouver stupide, mais il y a tant de belles choses et de merveilles scientifiques, d’incongruités naturelles... Pourquoi ne se contenter que de celles que l'on a créées ? Que des mondes imaginaires sorties de nos rêves, ou des horreurs perpétrées par ceux qui veulent nous les arracher ?

 

Parce que là où tu vois la beauté, je vois l'horreur. Tu parles de merveilles, d'incongruités. J'aime voir les façons de penser, les avis, les débats. Mais personne ne sait discuter calmement. Quand tu me parles de belles choses... Tu penses à quoi? Au ciel? À la mer? Tu me parles d'un ciel pollué par l'Homme? De la mer qui n'est rien d'autre que détruite par nos semblables?



Je soupirais. L'Homme détruisait tout ce qu'il touchait. Que ça soit pour la nature ou pour lui-même. L'Homme détruisait ce qu'il touchait. Moi y compris. Je ne faisais que détruire sans rien construire derrière. J'étais affreuse, immonde, atroce. Une abomination en soi...

Je ne sais pas ce que toi tu vois. Je ne sais pas à quel point le monde, dans lequel tu es, est beau ou propice à la curiosité. Mais dans mon cas, ma curiosité s'en est allée quand Médée est née.



Quand elle était née... J'étais détruite. J'étais déjà morte. Et je me préparais à devenir un monstre. Personne ne pouvait apprécier ce que j'étais devenue. Même mes parents devaient me trouver ignoble.

Je me suis redressée pour étirer mes bras dans un grognement. Et, observant mon déjeuner, j'haussais les épaules en le désignant du doigt.

Si tu as faim, tu peux le finir. Sinon je le jette. Je mangerais pas plus aujourd'hui.



Je pouvais entendre ma mère qui me rappellait que manger trop peu était mauvais pour ma santé. Je soupirais une nouvelle fois avant de m'avancer, laissant mes pas me rapprocher de la rivière pour jouer avec l'eau. Je laissais mes doigts s'enfoncer dans l'eau. Un instant, je pensais qu'être un poisson était mieux pour moi. J'aurais pu nager librement, calmement. J'ignorais ce que j'avais fais. Peut-être que je m'étais trop penchée. Peut-être que...

Plouf.



HRP:
 

©️NÉMÉSIS




Hannah parle en #00dce4 et pense en #e030c9 alors que Médée s'exprime en #BE9AF4.
Revenir en haut Aller en bas
Alix Scarønson
IRS |:| Troisième année
avatar
Masculin
Messages : 270
Né(e) le : 30/07/2001
Date d'inscription : 11/02/2017
Age : 16
Niveau d'études/Métier : Troisième année
Situation amoureuse : Meh
Nationalité : Norvégien
Commentaires/Citations : « Moi tant que je peux jouer, je mise ce que tu veux, même les dents du voisin »
Voir le profil de l'utilisateur
http://indare-division.forumactif.com/t221- http://indare-division.forumactif.com/t246-

Lun 5 Mar - 14:40

2 Octobre
2015
Et rien ne sera plus pareil...

Hannah Wayne

La voir sourire lui fit chaud au cœur, sans qu'il sache précisément pourquoi. Sans doute parce qu'il eut la sensation diffuse d'avoir fait quelque chose de bien, quelque chose de beau. Ce n'était qu'un petit tour, un jeu de reflets, mais il avait eu l'impression de la toucher, de glisser un grain de sable positif dans les rouages de sa souffrance. Etait-ce prétentieux ? Elle était brisée, mais il avait une soudaine envie de l'aider à se reconstruire, de lui prouver que l'être humain n'était pas éternellement lié à la destruction.

- Je te parle de grottes de cristal, d'aurores boréales, d'animaux improbables ou de milliers d'autres choses qui sont hors d'atteinte et qu'on ne pourra pas détruire.

Des paysages et des œuvres de la nature bien plus merveilleuses que les reflets de l'océan et les couleurs du ciel, les fruits du hasard, de combinaisons improbables qui ont fini par trouver leur voie, d'un long travail de création et de corrosion qui ont formé des paysages uniques et indestructibles.

- Je ne sais pas ce que toi tu vois. Je ne sais pas à quel point le monde, dans lequel tu es, est beau ou propice à la curiosité. Mais dans mon cas, ma curiosité s'en est allée quand Médée est née.

Mu par une impulsion qu'il n'eut pas le temps de rejeter, il prit sa main dans la sienne.

- Tu te trompes. Ta curiosité est toujours là, je l'ai vue dans tes yeux.

Il l'avait vue briller dans son regard quand elle le regardait. Soit il l'intriguait, soit elle se demandait comment quelqu'un d'aussi stupide pouvait exister, mais sa curiosité n'était pas morte. Diffuse et sélective peut-être, mais pas morte. Médée ne pouvait pas la détruire : elle était née pour la protéger, pas la ronger de l'intérieur, c'étaient ses mots après tout.
Alix retira sa main quelques instants avant que la jeune fille ne se lève et s'étire. Et il réalisa seulement qu'il avait à peine touché à son sandwich, tant son attention était focalisée sur elle. Elle qui n'avait pas tant mangé que ça, non plus, mais ça semblait lui suffire.

Il sursauta en entendant un "plouf" derrière lui. Il y avait de l'eau ici ? Dans la cour ? Sans doute une fontaine ou quelque chose du genre. Mais en se retournant, il réalisa qu'un ruisseau avait réussi à s'infiltrer sous les grilles, seule parcelle de liberté dans cette école qui avait fini par prendre de l'ampleur – sans doute que quelqu'un l'avait agrandi au fil du temps pour essayer de s'enfuir.
Enfin l'important, c'était surtout qu'hannah était visiblement tombée dedans la tête la première. Alix se leva d'un bond, passant par-dessus le banc pour arriver à ses côtés plus rapidement.

- Ça va ?

Même si ça ne lui semblait pas nécessaire, il tendit la main pour l'aider à rejoindre la terre ferme. Pour la première fois de sa vie, il regretta de ne pas avoir sport plus tard dans la journée ; il aurait eu une serviette à lui prêter pour qu'elle se sèche.
Heureusement, il avait vécu assez longtemps dans un pays froid pour savoir que l'idée d'être mouillé avec de l'air frais rendait malade tenait de la légende urbaine – le seul risque était d'avoir de la glace à la place des cheveux, mais il ne faisait pas assez froid pour ça. Il faudrait qu'elle se sèche quand même, mais elle ne risquait pas de choper un rhume.
© Alix
paroles en #9E1A12


Revenir en haut Aller en bas
Hannah Wayne
IRS |:| Quatrième année
avatar
Féminin
Messages : 76
Né(e) le : 10/12/2001
Date d'inscription : 18/06/2017
Age : 16
Niveau d'études/Métier : Quatrième année
Situation amoureuse : Célibataire depuis janvier 2017
Nationalité : Australienne
Voir le profil de l'utilisateur
http://indare-division.forumactif.com/t709-je-prefere-votre-silence-a-votre-fourberie

Sam 24 Mar - 16:13


Et rien ne sera plus pareil...

Feat. Alix Scarønson


L'eau était froide. J'avais ouvert le regard, observant un caillou avant de me redresser, reprenant une bouffée d'air qui manquait dans l'eau. Ce qui était logique.

Ça va ?

 

Euh... Oui. Je crois...



J'ai attrapé sa main pour retourner sur le banc, observant une seconde mes mèches tombantes, trempées. Les gouttes perlaient, inlassablement, mouillant ma tenue scolaire. Je les ai essorés, relevés en arrière pour ne plus en être dérangée. Peut-être est-ce l'eau qui faisait que... Peut-être que non. Mais ... La brise qui raffraichit mon visage me fit réaliser que mon visage était parfaitement découvert.

Merci.



Mon regard se baissa sur la main qu'il avait tenu quelques secondes plus tôt. Elle était chaude. Sa main semblai encore être autour de la mienne... Je ne comprenais pas pourquoi il m'avait prit la main, pourquoi il voulait absolument me convaincre que le monde était ... beau. Ça n'avait pas de sens. Pourtant, à ses paroles, à sa conviction d'avoir lu quelque chose dans mon regard, je ne pus m'empêcher de répondre avec ses propres propos, dit la veille dans cette fête...

Ne te fie pas trop à mes yeux. On dit que le jour où ils afficheront une émotion, le monde s'écroulera.



Ce n'était pas vrai. Je pouvais exprimer des choses, je le savais. Cependant... Cependant, j'aimais la neutralité que j'avais. J'aimais mon air désabusé, mort. Cela évitait aux gens de venir me parler. De m'approcher. De me trahir et d'en jouer.

Je crois que je vais aller à l'infirmerie. Ma chemise est mouillée... Et je t'avoue que je veux pas me montrer comme ça en classe... ça va être ... Long. Chiant. Épuisant.



Je me redressais, observant ma chemise transparente. Et je soupirais. Longuement, remettant une mèche derrière mon oreille.

Dis. Pourquoi tu es venu? Je veux dire... C'est la pause déjeuner. Tu pourrais passer ton temps avec tes potes, tes donzelles ou mieux que moi. Alors je ne comprends pas. Pourquoi t'es là?


©️NÉMÉSIS




Hannah parle en #00dce4 et pense en #e030c9 alors que Médée s'exprime en #BE9AF4.
Revenir en haut Aller en bas
Alix Scarønson
IRS |:| Troisième année
avatar
Masculin
Messages : 270
Né(e) le : 30/07/2001
Date d'inscription : 11/02/2017
Age : 16
Niveau d'études/Métier : Troisième année
Situation amoureuse : Meh
Nationalité : Norvégien
Commentaires/Citations : « Moi tant que je peux jouer, je mise ce que tu veux, même les dents du voisin »
Voir le profil de l'utilisateur
http://indare-division.forumactif.com/t221- http://indare-division.forumactif.com/t246-

Mar 3 Avr - 21:23

2 Octobre
2015
Et rien ne sera plus pareil...

Hannah Wayne

Alors qu'il l'aidait à remettre pied à terre, Alix eut un moment d'absence. Son regard, jusque là focalisé sur sa main pour l'aider à se relever, venait de se poser sur son visage. Son visage, le vrai, en entier, sans la capuche qui en mangeait la moitié ou la mèche qui l'avait dissimulé toute la soirée. Il eut l'impression étrange que son cœur manquait un battement mais l'ignora, préférant s'assurer qu'elle allait bien et qu'elle ne risquait pas de basculer à nouveau. Et puis... c'était trop inédit pour qu'il essaye de donner un nom ou un sens à cette sensation.
En tout cas, elle ne semblait pas avoir souffert de la chute et, à part le froid et son visage exposé aux yeux de tous – même s'il était seul dans les parages – tout semblait normal, comme si elle ne venait pas juste de chuter dans un cours d'eau.

- Ne te fie pas trop à mes yeux. On dit que le jour où ils afficheront une émotion, le monde s'écroulera.

Alix sourit à cette réplique, un sourire en coin qui exprimait clairement son approbation de cette répartie. Dommage qu'elle ne lui ait rien répondu, la veille, sinon il aurait pu continuer ce jeu de répliques. Mais, tout comme elle continuait de voir des émotions dans ses yeux, il continuerait d'en voir en elle. À moins qu'ils n'entament un duel pour savoir qui était le plus inexpressif des deux, mais il n'était honnêtement pas sûr de qui le gagnerait.

- Je crois que je vais aller à l'infirmerie. Ma chemise est mouillée... Et je t'avoue que je veux pas me montrer comme ça en classe... ça va être ... Long. Chiant. Épuisant.

C'est vrai que, maintenant qu'elle en parlait, on pouvait clairement voir à travers sa chemise mouillée. Alix n'attarda pas son regard dessus, sans pour autant le détourner d'un air gêné. Ça ne semblait pas la déranger plus que ça, elle, et il avait vu plus que ça dans sa vie. Donc l'idée de regarder comme l'idée de se mettre à rougir et à bafouiller d'avoir vu ça ne lui vinrent à l'esprit ni l'une ni l'autre.

- Tu veux que je te prête ma veste ? Tu ne peux pas traverser la cour comme ça. Tu vas avoir froid et...

"Et on voit à travers ta chemise". Il n'ajouta rien, elle s'en était probablement rendue compte sans qu'il n'ait besoin de faire le commentaire. En prime, il avait réussi à coudre une capuche dessus sans qu'on lui fasse retirer (pour l'instant), donc si elle voulait cacher à nouveau son visage, il lui offrait une occasion parfaite. Même si, en soit, elle avait une veste – mouillée, certes, mais une veste quand même.

- Dis. Pourquoi tu es venu? Je veux dire... C'est la pause déjeuner. Tu pourrais passer ton temps avec tes potes, tes donzelles ou mieux que moi. Alors je ne comprends pas. Pourquoi t'es là?
- Parce que mes potes sont chiants, que les filles sont collantes, et que tu n'es ni l'un ni l'autre. Entre autres.

Ça et le fait qu'il trouvait sa conversation agréable, intéressante même s'il aurait aimé pouvoir la convaincre d'être un peu plus optimiste – elle avait des circonstances atténuantes à ce sujet – et aussi (un peu) qu'elle n'était pas désagréable à regarder. Mais ce point-là était un détail par rapport au reste.
© Alix
paroles en #9E1A12


Revenir en haut Aller en bas
Hannah Wayne
IRS |:| Quatrième année
avatar
Féminin
Messages : 76
Né(e) le : 10/12/2001
Date d'inscription : 18/06/2017
Age : 16
Niveau d'études/Métier : Quatrième année
Situation amoureuse : Célibataire depuis janvier 2017
Nationalité : Australienne
Voir le profil de l'utilisateur
http://indare-division.forumactif.com/t709-je-prefere-votre-silence-a-votre-fourberie

Ven 11 Mai - 22:17


Et rien ne sera plus pareil...

Feat. Alix Scarønson


J'aimais son sourire. J'aimais les éclats et scintillements que je pouvais voir lorsque mes iris se plantaient dans les siens. Lorsque je lui ai parlé de ma chemise mouillée, il regarda par réflexe sans pour autant surjouer ses réactions. Il détourna faiblement ses pupilles sans avoir l'air gêné ou alors il le cachait parfaitement. Sa réaction était calme, logique, presque impassible. Et là où certaines n'auraient pas compris, se seraient questionner... Moi j'en étais rassurée.

Tu veux que je te prête ma veste ? Tu ne peux pas traverser la cour comme ça. Tu vas avoir froid et...



Je me laissais retirer ma veste, l'essorant lentement alors que mon regard se baissa une nouvelle fois. J'hochais la tête sous sa proposition, continuant de tordre le tissu humide entre mes doigts. Je n'avais pas vu sa capuche, je retenais simplement la douce proposition qui me rendait un peu joyeuse. Il n'avait pas l'air de vouloir me mettre dans son lit. Il semblait vraiment vouloir discuter avec moi. Je ne comprenais pas pourquoi. Mais ses intentions avaient l'air honnêtes et louables. Pour le moment, je m'en contenterais.

Quand ma question retentit alors que je me retournais pour retirer ma chemise mouillée. Il me semblait – même si je n'avais jamais été bonne en médecine – que j'augmentais mes chances d'être malade en portant quelque chose de mouillé. Il y avait une notion de différence de températures si je ne me trompais pas. Lentement, je laissais mon dos se découvrir, laissant quelques restes de marques de violence apparaître. Je n'y prêtais plus attention depuis un bon moment. La marque d'ongles sur mon bras, que j'avais vainement tenté de cacher, se découvra alors que je tordais inlassablement la chemise pour l'essorer.

Je peux avoir ta veste s'il te plaît?



Non pas que ce soit dérangeant que d'être en soutien-gorge devant lui... Mais il y avait un peu de ça. Lorsque mon buste fut recouvert de sa veste sèche, je me laissais couvrir ma tête de la capuche en refermant la fermeture éclair. Je ne voulais pas non plus que les gens me voient à moitié-nue près de lui. On était assuré d'avoir l'info filtrer partout : Alix et Hannah couchent ensemble! Cela lui attirerait des problèmes, cela m'en attirera. Si je pouvais éviter...

Pourquoi traînes-tu avec des "potes chiants" et des "filles collantes"? T'aimes te faire du mal?



Il n'y avait aucune trace de jugement dans ma voix, juste de la curiosité. De l'incompréhension enfantine teintée d'une évidente conclusion.

Je connais pas ton passé. Mais je ne comprends pas. Si tu n'aimes pas leur compagnie, pourquoi tu restes avec eux?



J'avais choisis la solitude. Lui avait choisi de se mêler à eux. Et la décision était tellement aux antipodes de ce que je pensais que mon regard papillonnant et mon sourcil soulevé devaient parfaitement retranscrire.

Et qu'est-ce que tu veux dire par "entre autres"?



C'était sûrement ma question la plus importante. Je n'étais – d'après lui – ni chiante ni collante. Il ne m'apprenait rien. J'étais une louve solitaire, je n'allais pas suivre quelqu'un ou lui casser les noix alors que je ne supportais pas qu'on me dérange? Mais... Ses derniers mots pouvaient tout dire. Tout et n'importe quoi. Et autant "tout" me dérangeait pas vraiment... Autant "n'importe quoi" beaucoup plus. Remarque... C'est pas comme si j'étais à ça près non...?

Excuses:
 

©️NÉMÉSIS




Hannah parle en #00dce4 et pense en #e030c9 alors que Médée s'exprime en #BE9AF4.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 3 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
Sujets similaires
-
» carte du trafic aérien français
» Classe qui ne veut rien faire pas même écouter!!
» rien ne correspond besoin d'aide
» Saint Nicolas de Tolentino et commentaire du jour "Faîtes du bien et prêtez sans rien en retour"
» Angoisse ( pour rien de grave ) et conseil de médicament :).

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Institution Indarë :: Résidences :: Résidences surveillées-
Sauter vers: