À droite, l'école et ses élèves normaux, comme tout le monde.À gauche, le centre de redressement pour jeunes dangereux.Maintenant réunis, pour le pire.
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



Votez pour le forum

~ Étendez l'expérience ~
C'est l'heure de se déguiser, de s'immerger dans un monde de magie pour Halloween. Ca vous intéresse ?

 :: Dortoir :: Premier et deuxième étages :: Chambres Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

I will always be waiting for you ... (Naomi)

Aller à la page : 1, 2  Suivant
Melody Williams
ISS |:| Quatrième année
avatar
Féminin
Messages : 564
Né(e) le : 14/10/1999
Date d'inscription : 03/01/2017
Age : 18
Niveau d'études/Métier : Troisième année
Situation amoureuse : Mariée
Nationalité : Ecossaise
Commentaires/Citations : Veut DEFINITIVEMENT tuer un élève des Forge selon une rumeur sur lui et ma colocataire
Voir le profil de l'utilisateur
http://indare-division.forumactif.com/ http://indare-division.forumactif.com/t88-la-beaute-triste-d-une-fille-perdue http://indare-division.forumactif.com/t726-le-club-des-cliches-screens

Mer 21 Juin - 0:12
Always waiting for you..

ft Naomi

ft Naomi


Retour dans le théâtre de mes souffrances..


Je fixais le plafond de la chambre, sans sourciller, depuis presque une heure. Le silence et l'ennui régnaient en ces lieux. Le temps avait passé et l'année aussi. Nous allions quitter cet endroit, toutes les trois. Cette chambre dans laquelle j'avais tellement de souvenir avec Naomi. Des bons, des déchirants, des plats, des simples, des complexes. Désormais, j'étais apathique, exténuée par la chaleur caniculaire de cette chambre, revenant sur une année difficile mais que je n'effacerais pour rien au monde.

Je me laissais porter par le flot de mes pensées quand un souvenir plus douloureux émergea, amenant mes yeux à s'embuer de larmes. Ma confession. Cette confession si intimiste et si resplendissante. Cette bavure sans précédent. Avec le recul, j'aurais dû m'abstenir de faire autant de mal à Naomi. Je tendais le bras comme pour atteindre le plafond, refermant mes doigts sur du vide avant de sourire bêtement. Ce plafond avait été comme Naomi, inatteignable. J'espérais pourtant toujours l'atteindre par ma voix, par mes actes, par mes présences. Une sorte de dualité avait pris le pas en moi. Mes désirs et ceux de Naomi s'affrontant sans relâche. J'adorais éperdument celui ou celle qui rendait Naomi, qui qu'il soit, mais je le maudissais aussi sans relâche. Il avait eu la chance d'être là quand j'avais été silencieuse, puis absente. Ma punition pour cette faute, cette trahison, serait de ne plus jamais pouvoir être véritablement heureuse... Sauf si... sauf si Naomi me rejoignait là où j'avais promis de l'attendre. Si seulement elle s'en souvenait.

C'était il y'a quelques mois. Peu de temps après que nous nous soyons liées elle et moi. Peu de temps après que je n'eusse compris mes sentiments à l'égard de cette colocataire douce et sensible. Nous avions eu , elle et moi , des "vacances" offertes par ma psychologue. En effet, cette dernière avait pensé que de m'envoyer avec une amie dans un lieu qui me rappellerait à mon existence heureuse pourrait affecter mon état positivement. Cette dernière s'était donc arrangé pour dispenser ma camarade de chambrée et moi-même de quelques jours de cours afin de profiter d'un week-end prolongée pour pouvoir aller chez ma grand-mère maternelle.

Le voyage se fit en deux parties, un Vendredi soir, la première se fit en avion de Londres à Édimbourg, passage que je fis exclusivement à dormir, avant de se continuer dans un second temps, par la voie routière. Un taxi nous avait été préparé pour l'occasion. Beaucoup de frais auxquelles j'avais contribué , mais j'étais heureuse de ce voyage. Je pouvais montrer à la femme que j'aimais une part de ma vie. Une importante part qui plus est. Je passais souvent mes été chez ma grand-mère afin que mes parents puissent souffler mais aussi pour permettre à ma grand mère de voir ses petites filles. Principalement moi et ma cadette. Nous étions pour elle comme un rayon de soleil. Sa raison de vivre. Quand à elle, c'était une femme rayonnante, inondant ses proches d'amour et toujours là pour ceux qu'elle aimait. Je crois qu'au fond je ne me pardonnerais jamais le mal que je lui ai fais, l'inquiétude que je lui ai causé. Elle était si fière de moi quand je suis devenue mannequin.

C'était du moins les pensées qui m'occupaient lorsque nous nous mîmes en route. Trois heure de route nous attendaient. Je souriais à ma voisine,décdant de briser ce silence interminable pour moi.

-"Encore merci de venir avec moi.. je t'avoue que j'ai un peu peur toute seule.."

J'avais peur, en effet, peur de lire la désapprobation et la tristesse dans les yeux de ma grand-mère. Peur car je savais de source sûr que mes parents et mes sœurs étaient au courant de mon retour au pays. Un retour à trois heures de route de chez mes parents mais je m'attendais à ce que ma cadette et ma mère soient là.. ou au moins ma cadette.. Je soupirais légèrement avant de sourire et de détourner le regard vers la vitre. La ville qui défilait sous mes yeux ne m'étaient pas inconnue, c'était ma ville natale. Bathgate.

-"Tiens Naomi.."

Je tapotais le siège de la jeune fille sans décrocher mon regard du spectacle de la ville, touchant sa main par mégarde. Mes joues s'empourprèrent et je tentais de le cacher en enchaînant ma voix tremblante cachant mal ma gêne.

-"Je suis née ici.. c'est ici que mes parents habitent, et mes sœurs aussi.. C'est quelconque mais j'aime tellement cette ville.. je t'avais dis que j'avais deux sœurs d'ailleurs?"

Un sourire lointain se dessina sur mes lèvres. J'étais nostalgique de cette atmosphère typiquement écossaise, ces maisons en pierres, ces rues si paisibles en ce petit matin... mais au fond de moi une douleur insidieuse se nourrissait de ces souvenirs pour me rappeler aussi que c'était ici aussi que mon cauchemar s'était mis en branle. Que c'était ici que j'avais pris les vacances nécessaires à ma santé. Ici qu'Il m'avait trompé. Bathgate était le théâtre de mon ascension et de ma décadence. Le théâtre de mes souffrances où je n'avais été qu'une marionnette dont les habitants du monde entier avaient été les spectateurs sadiques et sans cœur. Je serrais la main de Naomi un court instant avant de murmurer doucement.

-"Tout va bien Nao.."

Si seulement.. si seulement mes mensonges pouvaient être vraies.. si seulement je pouvais arrêter de mentir à mes amis pour les épargner.. si seulement tout ça n'avait jamais eu lieu.. Si seulement nous pouvions déjà avoir dépassé cette ville..






We will always be friend, just friends..
J'écris en #ff99cc
Revenir en haut Aller en bas
Naomi Lawford
Londres |:| Actrice
avatar
Féminin
Messages : 528
Né(e) le : 25/01/1999
Date d'inscription : 03/01/2017
Age : 18
Niveau d'études/Métier : Quatrième année
Situation amoureuse : Vous précipitez pas tous, s'il vous plaît
Nationalité : Canadienne
Commentaires/Citations : The only doom that's looming is you loving me to death,
So I'll give you a sec' to catch your breath.
Voir le profil de l'utilisateur
http://indare-division.forumactif.com/t89-the-streets-and-sidewalks-are-my-playground http://indare-division.forumactif.com/t503-live-a-live

Jeu 22 Juin - 16:48

27 Janvier
2017
I will always be waiting for you...

Melody Williams

J'avais été assez surprise quand la psy de Melody m'avait demandé de partir en voyage avec elle. Je comprenais qu'elle veuille que Melo renoue avec les éléments positifs de son passé, parce qu'elle semblait avoir du mal à les faire remonter à la surface, mais je ne m'attendais pas à être envoyée là-bas avec elle pendant une période de cours. J'imagine que Martel n'a pas dû être pour rien dans l'acceptation de ce "congé", mais peut-être que je me fais des idées. S'ils avaient dû choisir entre les camarades de chambre de Melo, j'étais quand même le choix le plus logique. On s'entend bien, on est même assez proches, et notre troisième coloc est... un peu spéciale.
J'ai donc préparé toutes les affaires dont je pouvais avoir besoin en essayant de rester raisonnable – pas si facile quand on a pas la moindre idée de la météo qu'on va avoir – et j'ai rejoint Melody devant les grilles de l'école pour le trajet jusqu'à l'aéroport.

Elle a passé tout le vol à dormir. J'admire cette capacité qu'ont les gens à dormir dans les transports. Moi, quand je prends l'avion, je suis obligée de trouver des centaines de façon de m'occuper et je suis incapable de fermer l’œil : j'ai déjà du mal à m'endormir en étant allongée dans un lit, alors assise et avec des gens autour... Alors j'ai écouté de la musique en essayant de lire pendant que mon amie dormait et rêvait à je ne sais quoi. Je me demande si elle avait hâte de revenir ou si, au contraire, l'idée ne lui plaisait pas tant que ça.
Heureusement, elle ne s'est pas endormie dans le taxi. Si j'avais dû aussi passer toute cette partie du trajet à la regarder dormir avec mes écouteurs vissés sur les oreilles, vu que je n'arrive pas à lire en voiture, je pense que le voyage aurait été très, très loin.

- Encore merci de venir avec moi.. je t'avoue que j'ai un peu peur toute seule..

Je lui offre un simple sourire. Je ne pouvais pas la laisser seule. Même si elle a de bons souvenirs ici, la nostalgie ça peut être plus douloureux que de simples mauvais souvenirs. Les regrets, la lassitude face à la vie où ces bons moment ne sont plus que des vestiges du passé... en tant qu'amie, je ne pouvais pas la laisser l'affronter sans avoir une épaule sur laquelle s'appuyer.

- Je suis née ici.. c'est ici que mes parents habitent, et mes sœurs aussi.. C'est quelconque mais j'aime tellement cette ville.. je t'avais dis que j'avais deux sœurs d'ailleurs ?

Elle a l'air mal à l'aise. Enfin non, mais sa voix tremble. Je jette un œil par la fenêtre pour observer la ville de son enfance. Elle a grandi dans une ambiance si différente de la mienne, des immeubles, des paysages démesurés… Une ville plus calme, plus petite, sûrement bien moins peuplée que la mienne. Même si je sais que c'est stupide, je ne peux pas m'empêcher de me dire que tout le monde doit se connaître dans ce genre de ville, mais elle est loin d'être assez proche du village pour que ça soit vrai. Combien de personnes ici connaissaient Melody – avant qu'elle ne devienne mannequin, en tout cas ?

- Non, tu m'en avais pas parlé. Elles s'appellent comment ?

Je me demande à quoi ressemblent ses sœurs. Je me demande à quoi ressemble la vie avec des sœurs, aussi. De grandir avec des enfants de la même famille, ne serait-ce que des cousins. C'est étrange de plonger dans le passé d'une autre personne comme ça. De la voir revivre des souvenirs dont j'ignore tout. J'ai l'impression de m'introduire dans sa vie privée, et même si elle est d'accord, c'est une sensation assez dérangeante. Comme si j'étais indiscrète.

- Tout va bien Nao..

Elle est en train de serrer ma main si fort que je me demande comment j'ai fait pour ne pas le remarquer avant. Et que son mensonge n'a plus vraiment de sens. Je ne sais pas ce qu'elle a pu vivre dans cette ville. Est-ce que toutes les choses horribles qu'elle m'a racontées ont eu lieu ici ? Empoisonné ses bons souvenirs ?
Comme je ne peux pas la serrer dans mes bras, je me contente d'une caresse réconfortante sur le bras. Je ne sais pas quoi lui dire. Qu'elle peut parler si ça ne va pas, j'imagine. Que si ça lui fait trop mal de revoir tout ça, elle peut juste fermer les yeux le temps qu'on soit passées, revenues dans un endroit plus neutre, moins douloureux. Mais il n'y a qu'une phrase qui finit par sortir.

- Je suis là.

C'est lui avouer que son mensonge n'a pas pris une seule seconde, oui, mais je préfère ça que de la voir se forcer à rester neutre. Si je suis venue avec elle, ce n'est pas pour qu'elle replonge encore plus dans sa peine et dans ses mauvais souvenirs.
© Naomi
paroles en #006600




Revenir en haut Aller en bas
Melody Williams
ISS |:| Quatrième année
avatar
Féminin
Messages : 564
Né(e) le : 14/10/1999
Date d'inscription : 03/01/2017
Age : 18
Niveau d'études/Métier : Troisième année
Situation amoureuse : Mariée
Nationalité : Ecossaise
Commentaires/Citations : Veut DEFINITIVEMENT tuer un élève des Forge selon une rumeur sur lui et ma colocataire
Voir le profil de l'utilisateur
http://indare-division.forumactif.com/ http://indare-division.forumactif.com/t88-la-beaute-triste-d-une-fille-perdue http://indare-division.forumactif.com/t726-le-club-des-cliches-screens

Jeu 22 Juin - 19:42
Always waiting for you..

ft Naomi

ft Naomi


Un sourire si rare
J'avais ignoré dans un premier temps la question de Naomi. Pas par envie, mais par instinct. Je savais de toute manière que Vivi viendrait et je ne voulais pas dépeindre ma sœur avant de l'avoir revu. Elle avait sûrement changé. Comme moi. J'avais tant changé en si peu de temps. Pas physiquement mais mentalement. Je n'avais plus rien de celle que j'avais été. Ou très peu en commun. Les doigts de ma bien-aimée se posèrent sur mon bras,le parcourant timidement et provoquant chez moi un léger frisson agréable. Des brides de mon rêve gênant resurgirent alors à mon esprit, je les refoulais sans attendre, tout en bredouillant une réponse à son attention.

-"Je...je sais...Mer..Merci... Je te dois beaucoup..."

Je replongeais mon regard et ma concentration dans la contemplation des alentours au fur et à mesure que nous progressions, laissant très vite la ville de Bathgate loin derrière nous. Je ne pouvais en effet, être plus précise que de dire que je lui devais beaucoup. Je lui devais chaque progrès que je faisais dans ma thérapie et une fois encore, elle était présente pour une étape aussi importante. Le silence avait repris ses droits alors que je sentais toujours le passage de ses doigts sur ma peau. Ce mince contact qui m'avait perturbé comme jamais; j'avais beau lutté contre cette idée: j'étais définitivement et éperdument amoureuse. J'avais beau avoir tout imaginé, du désir égoïste de ne pas perdre ma meilleure amie, du désespoir de l'oubli en passant par le besoin d'avoir quelque chose de propre et d'unique. Rien n'y faisait. Je l'aimais plus que je ne pouvais l'imaginer. Mon regard se porta sur la jeune femme,mes yeux nacarats détaillant chaque détail de son visage que je contemplais une fois de plus comme si je venais de poser les yeux dessus, pour la première fois. Je restais comme ça, songeuse, pendant un long instant avant qu'elle ne remarque mon manège. Je détournais dès lors le regard avant d'embrayer aussitôt sur un autre sujet, m'évitant ainsi de me justifier de ce regard insistant.

-"Euh oui, mes sœurs s'appellent Selène et Victoria, ce sont mes cadettes... D'ailleurs l'une d'elle sera peut-être là à notre arrivée.. ne fais pas attention à sa manière d'être, elle est un peu spéciale.."

Dire de Victoria qu'elle est spéciale est assez réducteur. En effet, cette dernière est très proche de moi , trop selon certains. Je crois qu'elle me voit comme un modèle, un genre d'exemple et à force de vouloir être comme moi elle a fini par devenir un peu possessive me concernant mais rien de bien grave et d'anormal selon moi, cependant ma proximité avec Naomi risque de l'énerver quelque peu même si je suis certaine qu'elle sera amie avec elle en un instant.

Tiens c'est vrai que Naomi ne m'a jamais parlé de sa famille. Elle a mentionnée une fois ou deux sa mère mais qu'en est-il de son père, de ses frères et sœurs si elle en avait. Curieuse d'en connaître plus sur la femme qui me rendait si bien , je l'interrogeais sur sa famille.

-"C'est un peu indiscret mais.." Je marquais une pause, réajustant une mèche de cheveux, la plaçant derrière mon oreille d'un geste "Tu as des frères et sœurs? Si tu ne veux pas en parler.. je comprendrais..."

Cela peut paraître idiot mais je ne voulais en aucun cas, ramener des souvenirs douloureux ou toucher un point sensible chez Naomi. Il est parfois plus simple de laisser le passé ainsi que les affaires de famille derrière soi et je m'en voudrais si tel était le cas de ma colocataire, que par ma stupidité et ma curiosité je ravive certaines douleurs chez elle. Je posais naturellement ma tête sur son épaule tout en écoutant sa jolie voix m'en faire découvrir plus sur elle tandis que son parfum me tournait la tête.

On discuta alors de tout et de rien, se perdant dans des conversations triviales et profondes et soudain le son caractéristique du gravier sous les roues me fit relever la tête. Je regardais dès lors par la fenêtre et je reconnus aussitôt l'allée de graviers, les arbres l'entourant ainsi que la maison de ma grand-mère. Cette grande maison en bois, marquée par le bois des années et le parvis devant la porte d'entrée, je souriais aussitôt comme une gamine en m'adressant à Naomi.

-"On y est!"

La voiture vint alors se garer devant la maison familiale, j'ouvrais aussitôt la portière et je me précipitais en dehors de l'habitacle, heureuse de revenir dans ce berceau de bons souvenirs. La demeure de ma grand-mère se trouvait un peu en autarcie aussi seul les bois l'entouraient et l'air y était frais et plaisant. Je me dirigeais vers le coffre, sortant nos valises de ce derniers quand une voix familière retentit en provenance de la porte d'entrée.

-"Melody !!!"  

-"Vivi?"

J'eus à peine le temps de prononcer ses mots que je fus renversée par ma cadette qui venait de me sauter dans les bras de tout son poids.






We will always be friend, just friends..
J'écris en #ff99cc
Revenir en haut Aller en bas
Naomi Lawford
Londres |:| Actrice
avatar
Féminin
Messages : 528
Né(e) le : 25/01/1999
Date d'inscription : 03/01/2017
Age : 18
Niveau d'études/Métier : Quatrième année
Situation amoureuse : Vous précipitez pas tous, s'il vous plaît
Nationalité : Canadienne
Commentaires/Citations : The only doom that's looming is you loving me to death,
So I'll give you a sec' to catch your breath.
Voir le profil de l'utilisateur
http://indare-division.forumactif.com/t89-the-streets-and-sidewalks-are-my-playground http://indare-division.forumactif.com/t503-live-a-live

Dim 25 Juin - 22:49

27 Janvier
2017
I will always be waiting for you...

Melody Williams

- Je...je sais...Mer..Merci... Je te dois beaucoup...

Pour être honnête, je n'aurais jamais imaginé avoir ce rôle auprès de quelqu'un. Je n'ai jamais eu d'amis proches, à part Max mais on n'a renoué que récemment, et je n'ai jamais été le soutien de quelqu'un. Pas que je blesse les gens en temps normal – quoique certaines personnes l'affirmeraient sûrement – mais je ne suis de base pas très douée pour l'écoute, alors devenir la personne sur qui s'appuie une autre, c'est nouveau. Ça explique sûrement pourquoi elle me regarde comme ça, ou alors elle cherche quelque chose à dire. Ça m'arrive aussi, de fixer les gens, quand je réfléchis.

- Euh oui, mes sœurs s'appellent Selène et Victoria, ce sont mes cadettes... D'ailleurs l'une d'elle sera peut-être là à notre arrivée.. ne fais pas attention à sa manière d'être, elle est un peu spéciale..

Je me demande ce qu'elle peut bien vouloir dire par "un peu spéciale". Ce n'est pas comme si j'avais pas l'habitude des gens atypiques – moi, déjà, ça fait un bon point de départ. A quoi ressemblent ses sœurs ? Je sais que Max ressemble pas mal à son frère mais la plupart du temps, je ne connais pas vraiment les frères et sœurs de mes amis, donc je ne sais pas jusqu'à quel point la ressemblance peut aller. J'imagine que si l'une d'elle est sur place, ça répondra à ma question.

- C'est un peu indiscret mais.. Tu as des frères et sœurs? Si tu ne veux pas en parler.. je comprendrais...

Ma famille, hein ? Je ne saurai pas trop quoi en dire. Ce n'est pas vraiment un sujet sensible, je suis très bien avec ma mère et Martel fait office de tante de substitution – et Max de frère – mais je ne dirais même pas que j'en ai une. Je ne connais ni le nom, ni le visage, ni le caractère de mon père. Je sais que ma mère ne le déteste pas et ça m'a suffi pour ne pas le faire non plus – après tout, je n'ai aucun droit d'en vouloir aux gens pour elle, et il ne m'a jamais vraiment manqué. Parfois, je me demande ce qu'il est devenu après avoir quitté Indarë, mais c'est très loin de me hanter. Peut-être qu'il a fait sa vie quelque part. Il a le même âge que ma mère, donc il a sûrement une famille ailleurs. Ou peut-être qu'il lui est arrivé quelque chose et qu'il n'est plus de ce monde. Ça ne me touche pas vraiment. Il a disparu de ma vie alors que je n'étais qu'un petit amas de cellules dans le ventre de ma mère, après tout.

- Des frères et sœurs ? Peut-être. Enfin pour ça faudrait déjà connaître leur père.

Certaines personnes l'auraient sûrement dit avec un air triste ou mélancolique, mais j'y suis plutôt indifférente. Ce n'est pas comme si j'avais envie qu'on me plaigne pour ça. J'aurais plus tendance à regretter l'absence de mes grands-parents dans ma vie, mais à bien y réfléchir, vu comme ma mère a l'air de leur en vouloir pour leur réaction après ma naissance, je ne suis pas sûre d'avoir envie de les rencontrer. Ils me considèrent sûrement responsable de la rupture de leur famille. Je n'ai aucune envie de rouvrir des blessures et de déterrer des secrets de famille.
Et puis apparemment, je vais bientôt avoir des cousins. Deux d'un coup, en plus, d'après ma mère. Ça agrandira ma vision de la famille, même si Martel n'en fait pas partie à proprement parler. Ça veut aussi dire qu'il n'est pas trop tard pour que j'ai un frère ou une sœur un jour, quoique je doute que ma mère veuille repasser par là. Elle n'a jamais eu d'autre mec, à ma connaissance.
Le trajet en voiture a été moins long qu'en avion (la magie des conversation), et on arrive finalement dans une allée de graviers qui tire un grand sourire à Melody. Ça fait plaisir de la voir sourire, c'est la preuve que cette thérapie était une bonne idée.

- On y est !

Elle est – évidemment – plus rapide que moi à sortir de la voiture et à aller récupérer toutes ses affaires. Mais j'ai quand même eu le temps de mettre le pied dehors avant de voir un éclair rose se jeter sur Melody et la faire basculer en arrière.
C'est sa sœur ? Elles sont juste... identiques. Elle m'a bien dit que c'était sa petite sœur pourtant... on dirait des jumelles.

- Vous... allez bien, les filles ?

Elles viennent quand même d'atterrir par terre. C'est ça la joie d'une sœur qui retrouve l'autre après s'être séparées pendant longtemps ? C'est... mignon, en fait. Cela dit si c'est d'elle qu'elle parlait quand elle disait qu'elle était un peu spéciale, c'est peut-être aussi quelque chose que d'autres sœurs ne feraient pas.
C'est compliqué les familles, en fait.
© Naomi
paroles en #006600




Revenir en haut Aller en bas
Melody Williams
ISS |:| Quatrième année
avatar
Féminin
Messages : 564
Né(e) le : 14/10/1999
Date d'inscription : 03/01/2017
Age : 18
Niveau d'études/Métier : Troisième année
Situation amoureuse : Mariée
Nationalité : Ecossaise
Commentaires/Citations : Veut DEFINITIVEMENT tuer un élève des Forge selon une rumeur sur lui et ma colocataire
Voir le profil de l'utilisateur
http://indare-division.forumactif.com/ http://indare-division.forumactif.com/t88-la-beaute-triste-d-une-fille-perdue http://indare-division.forumactif.com/t726-le-club-des-cliches-screens

Lun 26 Juin - 16:48
Always waiting for you..

ft Naomi

ft Naomi


Les désastres du temps

Aie.. Voilà la première pensée que j'eus en heurtant le sol lourdement. J'avais toujours été la plus légère de nous deux mais sur ce coup j'avais l'impression que Victoria faisait le double de mon poids de part la puissance de l'impact. Je la sentais désormais collée contre moi comme si elle en se décrocherait jamais. Je lui avais manquée à ce point? Pourtant elle ne m'avait jamais appelée, jamais écrit, jamais ré-adressée la parole depuis l'incident et mon départ à l'Indare Reformatory School.

- Vous... allez bien, les filles ?

J'en aurais presque oublié Naomi avec le choc. Elle doit être en train, soit d'halluciner sur ma ressemblance avec Victoria soit de se demander dans quel asile de fou, elle venait de poser les pieds et ses valises, soit les deux. Je m'extirpais difficilement de l'étreinte de Victoria qui ne semblait pas décider à me lâcher pour prendre un peu d'air avant de rassurer ma colocataire favorite.

-"Je..je vais bien.. Un peu surprise..."

Je souriais sincèrement à la blondinette, tout en me libérant progressivement de l'étreinte de ma cadette avant de me relever, m'époussetant pour éviter que la poussière ne s'accroche à mes vêtements. Mes pensées allaient à Naomi, j'espérais sincèrement que cet élan d'amour de ma petite sœur ne la fasse pas souffrir de part la tragique histoire familiale qu'elle m'avait conté durant le trajet. Je ne voulais pas qu'elle me pense lointaine non plus, incorporée à une famille dont elle ne pourrait faire partie. Mon souhait le plus profond n'était autre que de la compter dans ma famille, ma vie, mais elle ne pouvait le savoir.. Je me rendais vite compte que je ne pouvais déprimer ainsi alors que j'étais le centre des attentions : Vivi me lançait déjà un regard plein de suspicion tout en regardant Naomi du coin de l’œil comme pour l'accuser tacitement. Elle n'avait pas changée. Elle était toujours aussi possessive. J'étais son unique grande sœur, son modèle et rien n'y changerait. C'était peut-être mes parents qui étaient responsable de l'éloignement? si tel était le cas, pourquoi mes parents avaient voulu l'éloigner de moi? C'était évident. Pour éviter qu'elle ne devienne aussi folle que son aînée. Aussi dangereuse. Une telle déception ne se supporte qu'une fois. Je sentais mon cœur comme poignarder à l'unique pensée que cela puisse être vrai. Non pas car je trouvais la réaction de mes parents incompréhensible ou impardonnables. Non ils avaient raison. Je souffrais de les avoir déçue ainsi. Égoïstement.

-"Naomi voici ma sœur Victoria, c'est ma cadette, et Victoria voici ma meilleure amie Naomi"

Je désignais ensuite les deux jeunes filles l'une à l'autre mais la réaction de Victoria m'échappa quelque peu. Une réaction compréhensible mais injuste.

-"Ta meilleure amie? Comme l'autre pouffiasse ou enfin quelqu'un qui se préoccupe de toi? Je rentre, y'a Maman et Mamie à l'intérieur.."

Je ne sus comment réagir. Je ne sus que dire. Je ne pus que la regarder détourner les talons et retourner dans la maison après un regard méprisant envers Naomi. C'était injuste. Oui tu avais été blessée par extension par la souffrance que j'avais endurée. Oui tu avais dû te sentir abandonnée. Peut-être impuissante. Mais.. mais Naomi n'y pouvais rien Victoria.. Elle était celle qui m'avait redonnée le sourire. Celle qui faisait battre mon cœur. C'était peut-être ça qui provoquait sa colère. Déjà plus petite, elle avait très mal pris l'apparition de John dans ma vie. Elle avait fait nombre de crise en apprenant notre relation, il m'avait fallu des mois de patience pour qu'elle ne le foudroie plus du regard à chaque rencontre. Elle ne supportait juste pas que je puisse la faire passer après quelqu'un, surtout maintenant que je m'y étais brûlée les ailes. Peut-être qu'elle avait lu dans ma voix que Naomi était importante, saisit un geste, comprit un regard. Vu ce que je refusais de voir il y'a encore peu de temps. Je soupirais, désolée par ce premier contact horrible. Je m'approchais de Naomi, sans un mot, la tête basse, avant de la prendre dans mes bras.

-"Pardonne -moi.. pardonne-la... je suis désolée.." murmurais-je lentement et dans un souffle.

Je restais un court instant contre elle avant de reculer, un sourire aux lèvres pour faire illusion. Je penchais la tête pour remettre une mèche de cheveu en place avant de la faire glisser derrière mon oreille du bout des doigts puis je m'adressais de nouveau à la demoiselle.

-"Bon on va aller t'installer et on ira dire bonjour à tout le monde si tu le veux bien.. ne fais vraiment pas attention aux propos de Victoria..elle est juste en colère contre Katie.."

Comment en aurait-il pu être autrement.. Je ne connaissais que trop bien ce sentiment..j'avais haï Katie en mon temps et puis j'avais compris que j'étais la seule responsable de ma chute, la seule à blâmer, Victoria ne pouvait quand à elle que reporter sa douleur et sa tristesse que sur Katie ou sur tout ce qui pouvait s'apparenter à elle.. même le mot meilleure amie. Je prenais donc la main de Naomi tout en réunissant nos affaires pour pouvoir aller nous installer au plus tôt dans ma chambre. Je dois dire que j'étais heureuse de pouvoir retrouver cette chambre si familière, ce cocon de mon enfance, surtout avec Naomi. C'était une sorte d'intimité pour nous deux. Un rêve pour moi. Et puis.. mon regard se dirigea vers la porte d'entrée alors que nous prenions les dernières valises. Au plus profond de moi, je redoutais d'affronter le regard de ma grand-mère et de ma mère, surtout après ce bref aperçu du climat régnant dans ma famille. Sans m'en rendre compte, je serrais un peu plus la main de Naomi dans la mienne tout en entrelaçant nos doigts pour pouvoir m'accrocher à quelque chose, ma réalité, ma Naomi.





We will always be friend, just friends..
J'écris en #ff99cc
Revenir en haut Aller en bas
Naomi Lawford
Londres |:| Actrice
avatar
Féminin
Messages : 528
Né(e) le : 25/01/1999
Date d'inscription : 03/01/2017
Age : 18
Niveau d'études/Métier : Quatrième année
Situation amoureuse : Vous précipitez pas tous, s'il vous plaît
Nationalité : Canadienne
Commentaires/Citations : The only doom that's looming is you loving me to death,
So I'll give you a sec' to catch your breath.
Voir le profil de l'utilisateur
http://indare-division.forumactif.com/t89-the-streets-and-sidewalks-are-my-playground http://indare-division.forumactif.com/t503-live-a-live

Jeu 29 Juin - 22:18

27 Janvier
2017
I will always be waiting for you...

Melody Williams

J'espère vraiment qu'elle ne s'est pas fait mal en tombant. Quelle idée de lui sauter dessus comme ça. Je veux bien qu'elle soit contente de la voir, mais elle aurait pu heurter un caillou ou quelque chose et se faire vraiment mal. Quand quelqu'un te manque, tu évites de lui faire une commotion cérébrale le premier jour.
C'est quand même surprenant qu'elle ne m'ait jamais parlé d'elle avant aujourd'hui, elles ont l'air assez proches. Je ne l'ai jamais vue au téléphone ou même échanger des sms avec elle, non plus. Peut-être qu'elles s'étaient disputées avant son départ ? Ce serait sa façon de lui faire des excuses... ou alors elle a eu des problèmes avec son téléphone. J'en sais rien, je trouve juste ça bizarre de ne pas prendre des nouvelles de sa famille régulièrement, surtout dans l'état où est Melo.

En tout cas, elle n'a pas l'air de trop m'apprécier, la petite sœur.  Elle a un regard froid un peu effrayant, quand on y prête un peu attention. Bon... ça doit effectivement être elle qui est "un peu spéciale". Enfin elle est gentille mais celle qui vient de plaquer Melody au sol et de peut-être lui faire mal, ce n'est pas moi.
Oui, bon, j'aime pas qu'on me regarde comme si j'avais fait quelque chose de mal – surtout quand je n'ai absolument rien fait.

- Ta meilleure amie? Comme l'autre pouffiasse ou enfin quelqu'un qui se préoccupe de toi? Je rentre, y'a Maman et Mamie à l'intérieur..

… Sérieusement ? Est-ce qu'elle vient sérieusement de me comparer à la connasse qui a piqué le copain de Melody et l'a mise dans cet état ? Peut-être que le terme de meilleure amie n'était pas le plus approprié, j'imagine, si dans l'inconscient de Vicotria, ça lui rappelle l'autre. Mais quand même, je n'ai pas mérité ça. Je n'ai aucune intention de faire du mal à Melody. Je suis là pour l'aider à aller mieux, pas l'inverse.

- Pardonne -moi.. pardonne-la... je suis désolée..
- C'est... pas grave...

Bon, un peu. Je n'aime pas être comparée aux autres, surtout à des personnes aussi détestables, et je l'ai mal pris, mais Melody n'y est pour rien. Ce n'est pas à elle de s'excuser pour sa sœur. Je lui caresse doucement le dos d'une main avant qu'elle ne s'écarte, histoire de la rassurer un peu. Je ne veux pas qu'elle s'inquiète pour moi en plus, elle n'a pas besoin de ça. Et puis je sais me défendre. Des filles qui me méprisent, il y en a eu plusieurs dans ma vie, Victoria ne sera pas la première – et sûrement pas la dernière non plus. Je peux gérer ça sans que Melody n'ait à se mettre entre nous. Je ne veux pas qu'elle se retrouve prise entre deux feux entre moi et sa sœur.

- Bon on va aller t'installer et on ira dire bonjour à tout le monde si tu le veux bien.. ne fais vraiment pas attention aux propos de Victoria..elle est juste en colère contre Katie..

Ouais, bah j'espère que toute sa famille n'a pas la même rancœur à transférer sur une autre meilleure amie, parce que j'aimerai bien pouvoir passer la semaine en étant celle dont Melody a besoin, pas en contrôlant ma colère toutes les deux secondes. Bref.
J'attrape ma valise sans lâcher la main de Melody pour la suivre  à l'intérieur. Je me demande à quoi ressemblent sa mère et sa grand-mère. J'espère qu'elles n'ont pas elles aussi la même tête qu'elle parce que ça va devenir compliqué – heureusement que Melody a toujours son casque sur elle, déjà, parce qu'avec un clone d'elle dans la même maison, ça doit pas être simple tous les jours pour tout le monde de les différencier.
© Naomi
paroles en #006600




Revenir en haut Aller en bas
Melody Williams
ISS |:| Quatrième année
avatar
Féminin
Messages : 564
Né(e) le : 14/10/1999
Date d'inscription : 03/01/2017
Age : 18
Niveau d'études/Métier : Troisième année
Situation amoureuse : Mariée
Nationalité : Ecossaise
Commentaires/Citations : Veut DEFINITIVEMENT tuer un élève des Forge selon une rumeur sur lui et ma colocataire
Voir le profil de l'utilisateur
http://indare-division.forumactif.com/ http://indare-division.forumactif.com/t88-la-beaute-triste-d-une-fille-perdue http://indare-division.forumactif.com/t726-le-club-des-cliches-screens

Ven 30 Juin - 15:22
Always waiting for you..

ft Naomi

ft Naomi


Prises de conscience multiples

Je soupirais intérieurement. Comment pouvait-on en être là? Naomi avait beau me dire de ne pas m'inquiéter, je pouvais clairement lire sur son visage qu'elle avait été blessé par l'attitude de Victoria. Il y'avait de quoi. Je savais Victoria en colère et possessive mais ce n'était pas dans ses habitudes que de se montrer si méchante gratuitement. Je ne voyais qu'une seule possibilité pour qu'elle est décidé de s'en prendre ainsi à ma meilleure amie. Elle savait que je lui vouais des sentiments qui m'avaient détruites auparavant. Je ne me voyais cependant pas expliquer ça à Naomi. Je n'en avais pas la force ni le courage. Elle me repousserait et je serais seule. Seule à jamais. Comment oser lorsque cette crainte vous ronge les entrailles au point de vous faire monter la nausée? Je craignais déjà d'entrer dans cette maison alors... Je tremblais comme jamais. Je réunis le peu de courage que j'arrive à conserver et j'avance vers la porte, posant ma main sur la poignée en soufflant lentement. Je serre un peu plus la main de Naomi. J'aimerais tellement qu'elle sache en cet instant, qu'elle le devine pour m'épauler plus encore, pour me rassurer comme seule mon âme sœur sait le faire.

La porte s'ouvre et nous entrant dans un petit hall donnant sur un couloir sur la gauche. Ce dernier mène à la cuisine dans laquelle on peut entendre des éclats de voix. Ma mère et ma grand-mère. Malgré un an sans entendre leurs voix, je les reconnais sans une seconde d'hésitation. Face à nous, le salon. C'est un salon assez sombre avec une porte menant au jardin, les meubles sont pour la plupart en bois bien que le seul véritable meuble que nous puissions admirer d'ici reste le canapé. Avec Vivi dedans. Elle nous jette un regard blasée et mauvais à la fois tout en observant clairement nos mains liés avant de détourner la tête pour admirer à nouveau le lustre en cristal suspendu au plafond d'un air distrait. Je tourne légèrement la tête sur la droite avant de m'engouffrer dans l'escalier avec ma compagne en soulevant la valise difficilement d'une main. Après quelques minutes d'efforts, je parvins jusqu'au palier. J'aidais ma comparse à soulever sa valise puis je parcourais le couloir jusqu'au fond m'arrêtant devant une porte. On pouvait y lire mon prénom en lettres roses collés à la devanture de la porte. C'était ma chambre lorsque je venais rendre visite à ma grand-mère.

-"C'est ici Naomi... je te préviens c'est sûrement très.. "girly".. je ne suis pas allée dans cette chambre depuis bien 3 ans.. il y'aura sûrement de la poussière..."

Pourquoi temporiser ainsi? Par crainte de voir cette chambre à l'abandon comme si je n'existais plus aux yeux de quiconque. Sans même m'en rendre compte, j'en fis part à ma dulcinée.

-"J'ai un peu peur que tout soit dans un état déplorable.."

Quand il faut y aller.. J'actionnais la poignée, poussant la porte et là, je fus surprise. Ma chambre n'avait pas changée, rien n'avait bougé. Pas une trace de poussière. Les murs blancs étaient aussi blancs que dans mes souvenirs, mes photos avec mes amis du collège ainsi que celle avec John et Katie trônaient toujours sur la table de nuit de mon lit double à baldaquin. Mes diverses peluches d'animaux étaient toujours contre mes oreillers roses, comme en sommeil depuis ma dernière visite. Mes jouets d'enfants dépassaient toujours du coffre dans lequel je les entreposais. J'eus comme un choc. Un choc positif. Je percutais finalement que je n'avais jamais quitté le cœur de ma famille, du moins pas celui de ma grand-mère. Je crois que si je n'avais pas eu mon amie près de moi, je me serais effondrée : mes jambes n'auraient pas supportés mon poids. Au lieu de cela, je serrais la main de ma camarade comme jamais avant de la lâcher. J'avançais lentement, entreposant ma valise dans un coin avant d'aller m’asseoir sur le lit, un mince sourire aux lèvres, avant de poser mon regard sur ma table de nuit.

Les photos. Cette photo. La première que j'avais faîte avec John et Katie. La dernière aussi. Nous n'étions pas très photos Katie et moi. Une overdose de clichés de part le métier que nous faisions sûrement. Je contemplais les visages familiers, une pensée douloureuse en tête. Avec du recul, ils m'aimaient beaucoup eux aussi...Qu'importe ce que pourrait dire les autres, je le savais pertinemment. Je décidais après avoir pris un peu de recul avec ce chaos sentimental, de faire part de ce souvenir à mon amie en lui tendant le cadre.

-"Tiens, regarde c'est Katie, John et moi.. je crois que je ne t'ai jamais montré de photos d'eux.."

Pourquoi l'aurais-je fait après tout? Je connaissais bien la désapprobation de Naomi à leur encontre. Pour elle, comme pour beaucoup, ils étaient les responsables de ma souffrance, de mon déclin mais n'étais-je pas la responsable du leur? Certes, j'avais dû indemniser Katie à la hauteur de la vie entière de travail d'un salariée lambda mais n'avais-je pas brisé ses rêves? Si. Pour de la jalousie.

-"Dis..tu crois qu'ils me détestent?" demandais-je faiblement.

Je ne voulais pas savoir la réponse. Je voulais me rassurer. Comprendre pourquoi tout le monde continuait de m'aimer malgré mes fautes, malgré mes erreurs. Je fis alors quelque chose que je ne maîtrisais pas. C'était un besoin que j'avais et auquel je ne pus faire barrage. Je saisis le poignet de Naomi, l'attirant d'un coup vers moi et l'entraînant sur le lit avec moi. Je pouvais sentir sa chaleur contre moi, j'étais près d'elle, j'avais besoin d'elle. J'enfouissais mon visage contre son cou tandis que je caressais son dos doucement avant de murmurer tout bas.

-"Désolée j'avais besoin de ta présence.."





We will always be friend, just friends..
J'écris en #ff99cc
Revenir en haut Aller en bas
Naomi Lawford
Londres |:| Actrice
avatar
Féminin
Messages : 528
Né(e) le : 25/01/1999
Date d'inscription : 03/01/2017
Age : 18
Niveau d'études/Métier : Quatrième année
Situation amoureuse : Vous précipitez pas tous, s'il vous plaît
Nationalité : Canadienne
Commentaires/Citations : The only doom that's looming is you loving me to death,
So I'll give you a sec' to catch your breath.
Voir le profil de l'utilisateur
http://indare-division.forumactif.com/t89-the-streets-and-sidewalks-are-my-playground http://indare-division.forumactif.com/t503-live-a-live

Jeu 20 Juil - 1:56

27 Janvier
2017
I will always be waiting for you...

Melody Williams

Elle est tellement nerveuse... Je sens sa main trembler dans la mienne. Est-ce que c'est de revoir sa famille qui la met dans cet état ? Ou d'être à nouveau confrontée à des souvenirs ? Est-ce qu'elle a peur que les autres membres de sa famille me traitent de la même façon que sa petite sœur ? Je ne sais pas... J'aimerais qu'elle puisse être un peu détendue, qu'elle franchisse cette porte sereinement et que tout s'arrange pour elle – je sais que c'est utopique, mais j'aimerais quand même la revoir sourire comme la première fois qu'on s'est vraiment adressé la parole. Parce que comme je l'ai pensé ce jour-là et je le pense toujours : "avoir une Melody qui sourit, c’est mieux qu’avoir une Melody qui pleure." C'est encore plus vrai maintenant qu'on est des amies aussi proches.

J'entends des voix dans une pièce à gauche mais Melody ne se dirige pas dans cette direction. Est-ce qu'elle a vraiment peur de revoir sa famille, alors ? Ou bien elle veut avoir posé ses valises avant. Quant à la petite sœur... Victoria, je crois qu'avec le regard qu'elle me lance je vais surtout décider de l'ignorer définitivement. Sauf si elle dit quelque chose qui n'a pas vocation à m'insulter à un moment ou un autre, mais sinon je vais faire comme si elle s'adressait à quelqu'un d'autre. Beaucoup plus simple que de créer et subir des conflits qui, en soi, ne me concernent pas directement.

- C'est ici Naomi... je te préviens c'est sûrement très.. "girly".. je ne suis pas allée dans cette chambre depuis bien 3 ans.. il y'aura sûrement de la poussière... J'ai un peu peur que tout soit dans un état déplorable..

"Girly", hein ? J'aurais pu le deviner aux lettres roses sur la porte, mais je trouve ça mignon. De me rappeler que Melody était probablement une adolescente souriante et joyeuse avant que toute cette histoire sordide lui tombe dessus. Elle ne méritait vraiment pas tout ça.

- Je pense pas, si elle te laisse t'installer dedans c'est qu'elle a fait en sorte d'en prendre soin.

À moins de n'avoir vraiment aucune considération, personne ne laisserait sa fille ou sa petite-fille s'installer dans une chambre envahie de poussière. Ce n'est pas comme si on débarquait par surprise, c'est prévu depuis assez longtemps pour qu'elles aient fait un peu de ménage.
Et ma théorie se vérifie, quoique je ne sais pas si c'est vraiment "un peu de ménage" et pas "conserver religieusement la chambre dans son état pour son retour". Ça fait bizarre d'entrer dans sa chambre d'avant, entre les peluches, les oreillers roses, les jouets rangés. J'ai l'impression de faire un bond temporel avec elle dans un passé où je n'étais pas. Est-ce que j'ai vraiment ma place dans cet endroit ?
J'hésite un peu à entrer, à franchir ce seuil. Ce n'est pas comme si j'entrais dans sa chambre, chez elle, encore plus emprunte de souvenirs, mais faire un pas dans cette pièce c'est quand même mettre les pieds dans son passé, un endroit où elle a passé beaucoup de jours, d'années de sa vie. Affirmer ma place dans son existence.

Ce qui me décide à entrer, c'est finalement le fait qu'elle me tende une photo, comme si elle m'appelait vraiment à venir voir sa vie. Une photo de ces deux-là... Si je n'avais pas cette impression qu'elle tenait à cette photo, je pense que j'aurais brisé ce cadre par terre. Le simple fait qu'elle puisse avoir cette photo entre les mains, que personne n'ait pensé à l'enlever avant qu'elle ne revienne...
Même sa petite sœur hyper-protectrice n'a pas pensé à jeter un œil pour vérifier qu'elle ne se mange pas son ancienne relation en pleine figure ? C'est sûrement plus simple de m'en vouloir à moi, qui n'ait absolument rien fait...

- Dis..tu crois qu'ils me détestent ?

Honnêtement ? Je pense qu'ils s'en foutent. Ils ont réussi à avoir leur idylle entre eux sans la petite amie qui se mettait en travers de leur petite histoire. Alors c'est vrai que Katie a sûrement dû en souffrir et se rappellera d'elle un bon moment mais au fond... elle a eu ce qu'elle voulait. Et lui aussi. Je suis presque contente que Melody leur ait laissé un souvenir impérissable de ce qu'ils ont fait, mais je ne vais pas lui dire ça. Si elle me pose la question, c'est qu'elle considère probablement les choses différemment. Même si je ne vois pas vraiment quelle autre vision on peut avoir... c'est quand même de sa meilleure amie qu'on parle, si c'était une inconnue, encore, la faute aurait été moins partagée, la violence moins justifiée...
Là, j'ai du mal à avoir pitié de l'autre...

- C'est toi qui a une raison de les détester, pas l'inverse. Je t'ai déjà dit que je comprenais ta réaction.

C'était la première chose que je lui avais dite quand elle m'a raconté son histoire.

- Et puis...

Je n'ai pas le temps de finir ma phrase qu'elle m'a attirée contre elle, allongée sur le lit. Je la serre dans mes bras en caressant ses cheveux pour la réconforter. Je ne sais pas si elle se sent mal, je suis nul pour décrypter les émotions, mais pour faire un geste aussi soudain, je ne vois que ça.

- Désolée j'avais besoin de ta présence..
- Je suis là pour ça.
© Naomi
paroles en #006600
Revenir en haut Aller en bas
Melody Williams
ISS |:| Quatrième année
avatar
Féminin
Messages : 564
Né(e) le : 14/10/1999
Date d'inscription : 03/01/2017
Age : 18
Niveau d'études/Métier : Troisième année
Situation amoureuse : Mariée
Nationalité : Ecossaise
Commentaires/Citations : Veut DEFINITIVEMENT tuer un élève des Forge selon une rumeur sur lui et ma colocataire
Voir le profil de l'utilisateur
http://indare-division.forumactif.com/ http://indare-division.forumactif.com/t88-la-beaute-triste-d-une-fille-perdue http://indare-division.forumactif.com/t726-le-club-des-cliches-screens

Jeu 20 Juil - 15:00
Always waiting for you..

ft Naomi

ft Naomi


Un lieu..

Je reste ainsi un bon moment auprès d'elle dans une sorte d'inconscience. En effet, je sens ses doigts parcourir mes cheveux, je sens sa chaleur contre moi, je sens l'affection qu'elle me porte au delà même des mots mais.. Oui c'est la même sensation horrible que je vis à chaque instant où je me sens suffisamment proche d'elle pour lui dire ce que je ressens. Pour lui ouvrir mon cœur. Cette sensation de vide astrale comme si mon cœur n'existait que dans le silence. Que jamais il ne trouverait sa place auprès d'un autre. Il resterait une dissonance dans un silence étouffant.

A vrai dire, c'est un peu plus complexe. C'est une sensation de perte totale, de méfiance. L'instinct qui me pousse à avoir peur d'aimer me murmure à l'oreille à chaque instant, pareil à celui-ci, qu'un jour je n'aurais plus ma place auprès d'elle. Qu'un jour elle me chassera de son cœur sans le vouloir. Prémonition? Mensonge? Je ne le sais pas. Peut-être est-ce simplement ce que certains disent "On aime à entendre ce qu'on veut". Peut-être que je veux qu'elle ne puisse m'aimer pour que ma souffrance est un sens. Pour que je ne puisse pleurer sur l'idiotie dont je fais preuve en lui cachant ma personne. Je tourne légèrement la tête, le cadre dans mon champ de vision. Et eux? Ont-ils dû vivre cette peur avant de voir leurs sentiments enfin réciproques? Je baisse les yeux à cette pensée. Je suis pitoyable. Prendre en exemple le couple qui m'a brisée. J'en suis là. Je serre un peu plus fort Naomi contre moi , inspirant son parfum tout en refrénant mon envie de fondre en larmes.

J'étais perdue et à bout. Mon cœur s'exprima alors auprès d'elle, n'espérant aucun écho de sa part et se voilant légèrement pour ne pas souffrir des affres de la déception et du rejet. Peut-être aurais-je dû le laisser parler à sa guise? Désormais je sais que j'aurais dû. Je ne serais pas dans ce lit à me morfondre de la perte de celle que j'aime. Oui je l'ai perdue car jamais je n'atteindrais le trône de son cœur. Je voulais pouvoir au moins avoir quelques souvenirs à chérir

-"Tu sais.. je t'aime Naomi.. Énormément.."

Ce énormément me fit rater le coche je pense, et ne voulant pas m'exposer au fait qu'elle puisse comprendre le véritable sens de ses mots, je décidais de changer le sens de la conversation en profitant d'une réminiscence de mon passé.

-"Dis.. tu m'accompagnerais quelque part?"

Je reculais légèrement la tête de son cou pour capter son regard essayant de saisir si la jeune femme serait disposée à me faire confiance pour me suivre dans les bois environnants.

-"Je voudrais te montrer un secret.."

En effet, non loin d'ici, dans les bois, se trouvait un lieu que j'affectionnais bien plus que n'importe quel autre lieu. Il n'avait rien de spécial mais j'y avais passé des heures et des heures au cours de mes vacances ici. Un endroit calme où j'aimais aller rêver. Un endroit où je m'étais construite un univers et où j'avais même déposé une lettre pour la personne qui partagerait ma vie plus tard lorsque j'étais plus jeune. Un lieu de repos spécial pour moi. Un lieu que je voulais partager avec elle. Partager avec celle que j'aime. Un lieu où maintenant je l'attendrais toute ma vie.





We will always be friend, just friends..
J'écris en #ff99cc
Revenir en haut Aller en bas
Naomi Lawford
Londres |:| Actrice
avatar
Féminin
Messages : 528
Né(e) le : 25/01/1999
Date d'inscription : 03/01/2017
Age : 18
Niveau d'études/Métier : Quatrième année
Situation amoureuse : Vous précipitez pas tous, s'il vous plaît
Nationalité : Canadienne
Commentaires/Citations : The only doom that's looming is you loving me to death,
So I'll give you a sec' to catch your breath.
Voir le profil de l'utilisateur
http://indare-division.forumactif.com/t89-the-streets-and-sidewalks-are-my-playground http://indare-division.forumactif.com/t503-live-a-live

Mer 26 Juil - 3:04

27 Janvier
2017
I will always be waiting for you...

Melody Williams

C'est étrange d'avoir Melody dans mes bras ainsi, d'être celle qui la console. J'avais déjà eu le rôle de l'écouter, bien sûr, et elle m'avait serrée dans ses bras en s'excusant encore et encore à notre première vraie conversation et oui, de temps en temps elle est venu se réfugier dans mon lit une ou deux fois quand elle se sentait mal et qu'elle pensait que je dormais, mais c'est différent. Déjà parce que je suis réveillée et qu'elle le sait, ensuite parce que j'ai vraiment la sensation que je suis là pour la réconforter.

Même en sachant tout ça, je ne sais pas trop quoi répondre, ni quoi penser, après son soudain élan d'affection. Je ne suis pas du genre à m'épancher sur ce que je ressens et j'ai tendance à oublier que tout le monde n'a pas une façade aussi insensible que moi. Que Melo a besoin de s'exprimer de temps en temps, mais que je n'aurais que rarement quelque chose à y répondre. Je me contente de la garder dans mes bras jusqu'à ce qu'elle parle d'autre chose.
Pas que je ne tienne pas à elle, mais je n'ai jamais été très douée pour exprimer ce genre de choses. Et puis elle le sait, de toute façon.

- Dis.. tu m'accompagnerais quelque part ?
- Quelque part ? Où ça ?

Tant qu'elle ne m'emmène pas dans une usine désaffectée pour m'égorger... oh ça va je plaisante. Je sais qu'elle ne ferait pas ce genre de choses – encore heureux. C'est juste qu'après des émotions fortes, j'ai besoin de calmer un peu le bazar sous mon crâne et me faire des blagues toute seule ça marche bien, bizarrement.

- Je voudrais te montrer un secret..

Je vous dis qu'elle va m'emmener dans une usine abandonnée comme dans un film d'horreur pour pouvoir me manger. Plus sérieusement, je me demande ce qu'elle peut bien vouloir me montrer pour faire tant de mystères. Quelque chose de son passé, sûrement, vu qu'elle a plongé en plein dedans et qu'elle m'entraîne avec elle. Si elle me montre la moindre chose en rapport avec John, par contre, je garantis pas de réussir à garder mon calme éternellement. Le mépris que je ressens pour ce type est d'autant plus fort que je m'attache à Melody.

- Tu veux y aller maintenant ?

Elle n'a pas l'air de vouloir dire bonjour à sa famille. Est-ce qu'elle les évite ? C'est pour ça qu'elle tient tellement à rester dans mes bras, à me montrer cet endroit ? Hm... non, je pense que c'est parce qu'elle a besoin de moi et qu'elle me fait assez confiance pour me confier ce secret. Un secret qu'elle n'a peut-être confié à personne d'autre avant moi, à moins que ça ne soit un secret de famille et dans ce cas, Victoria est au courant. Je ne sais pas pourquoi, mais l'idée me déplaît. C'est triste mais je sens que ça va être difficile, peut-être même impossible, pour moi de bien m'entendre avec sa sœur. J'aurais préféré que ça soit autrement mais... entre sa comparaison que j'ai trouvée très insultante et une sorte de sentiment bizarre que je n'arrive pas vraiment à expliquer, je n'ai pas très envie de la côtoyer...
© Naomi
paroles en #006600






Dernière édition par Naomi Lawford le Sam 5 Aoû - 22:19, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Melody Williams
ISS |:| Quatrième année
avatar
Féminin
Messages : 564
Né(e) le : 14/10/1999
Date d'inscription : 03/01/2017
Age : 18
Niveau d'études/Métier : Troisième année
Situation amoureuse : Mariée
Nationalité : Ecossaise
Commentaires/Citations : Veut DEFINITIVEMENT tuer un élève des Forge selon une rumeur sur lui et ma colocataire
Voir le profil de l'utilisateur
http://indare-division.forumactif.com/ http://indare-division.forumactif.com/t88-la-beaute-triste-d-une-fille-perdue http://indare-division.forumactif.com/t726-le-club-des-cliches-screens

Mer 26 Juil - 14:01
Always waiting for you..

ft Naomi

ft Naomi


Je voudrais quand même un jour une alliance pour faire comme les grandes ♥


- Tu veux y aller maintenant ?

Bonne question. La logique voudrait que je prête un minimum de temps à ma famille mais.. Je n'en avais nullement l'envie. Je voulais que Naomi me connaisse mieux que quiconque. Qu'elle comprenne la face cachée de mon cœur. Qu'elle saisisse à quel point il est dur de taire des sentiments si forts, qui m'enserrent au point de faire saigner mon cœur, qui rajoutent à mon silence assourdissant. Oui je voulais y aller de suite, entamant une fugue en amoureuse pour éviter que le présent ne me rattrape dans un passé plus accueillant sous certains abords.

Je relevais faiblement la tête avant de hocher de la tête. Je me dégageais doucement et mollement des bras de ma dulcinée, souffrant déjà de leurs absences. Je crois que si je ne m'étais écoutée, j'aurais passé mon séjour dans ces derniers. Un calme avant la tempête. Peut-être que les choses auraient été différentes? Oui forcément. Je n'aurais pu passer une journée dans ses bras à réprimer mon envie de lier nos vies, d'entrelacer nos doigts et d'unir nos lèvres. Je finissais donc par me relever, mes jambes me portant avec peine tant elles tremblaient puis je murmurais à l'intention de celle qui faisait battre mon cœur.

-"Viens avec moi s'il te plaît..."

Ma demande émanait du plus profond de mon cœur comme en témoignait ma voix tremblante et mon air implorant et heureusement elle fut acceptée. Je saisissais donc doucement la main de Naomi dans la mienne avant de descendre les escaliers silencieusement. Il me fallait m'évader sans que Victoria ne nous voie ou bien elle voudrait nous suivre ou avertirait ma mère et je voulais jouir de ce moment avec Naomi. Seule à seule. Peut-être que je pouvais trouver le courage de lui dire... Je l'espérais sincèrement. Je murmurais tout bas à Naomi de ne pas faire de bruit puis je passais la tête discrètement. La voie était libre. Du moins en apparence. Je pouvais entendre ma grand-mère et ma mère converser mais aucune trace de ma cadette. J'espérais qu'elle ne traînait pas à l'extérieur. Je fis signe à Naomi de me suivre et nous parvînmes dehors sans encombre. Aucune trace de Victoria. Ouf.

-"C'est par ici, suis moi.. ne me lâche pas.. je ne veux pas te perd..que tu te perdes.."

Presque. Je finirais par vendre la mèche de moi-même.. Décidément si Naomi n'était pas si peu attentive, elle m'aurait grillée depuis bien longtemps..J'entrelaçais mes doigts avec les siens pour m'assurer de ne pas la perdre et je m'engouffrais avec elle dans la forêt avoisinante.

Il ne nous fallut que peu de temps pour rejoindre le lieu visée. Il n'avait rien de spécial pour le commun des mortels. Une pierre entourée d'arbres. Le vent frais s'engouffrant dans mes cheveux longs. La paume chaude de ma dulcinée contre la mienne. Ce lieu allait sceller à jamais mes sentiments pour elle, en attendant de pouvoir un jour sceller la pareille. Je m'arrêtais devant la pierre avant de me tourner, souriant à ma camarade.

-"C'est ici..."

Je m'asseyais devant la pierre, profitant d'une souche d'arbre comme siège avant d'inviter Naomi à s’asseoir sur mes genoux : sans succès. Je ne pris cependant pas mal cet échec, continuant de m'expliquer sur la signification de cet endroit si banal.

-"Je sais que ça n'a pas spécialement l'air d'un endroit merveilleux mais c'est mon endroit. Ma place sur cette Terre en attendant d'en trouver une auprès de quelqu'un.."

DIS LUI ! J'entendais ces mots en boucle dans ma tête. Cette voix qui me criait de lui avouer mes sentiments en vain. J'étais incapable de lui dire. incapable d'avoir ce courage de revendiquer une place qui aurait pu être mienne. Naomi me dit forte mais je suis juste une idiote fragile et incapable. Incapable d'assumer des sentiments si purs et profonds. J'ai gâché notre histoire. Je n'ai pu qu'essayer de lui faire comprendre : sans succès.

-"Tu vois cette pierre? Je restais à la regarder pendant des heures quand j'étais petite en espérant pouvoir la contempler avec quelqu'un qui m'aimerait plus que quiconque. Quelqu'un pour qui je serais la base de son univers. Quelqu'un qui se refuserait à ne serait-ce qu'imaginer voir une larme sur mes joues.. Quelqu'un qui serait amoureux de moi.. Je comptais venir avec cette personne un jour mais.. je suis perdue.. ça n'arrivera sûrement pas.. Enfin tu sais derrière cette pierre, il y'a cette lettre que j'ai écrite pour cette personne.. Tu veux la lire?"

Je me souviens encore aujourd'hui des quelques mots écrit sur cette lettre "Toi qui lit ce petit texte, tu détiens mon cœur, et cette lettre est le contrat qui unira toujours nos deux âmes car même si je ne te connais pas encore, je sais que je serais à toi pour toujours.. mon cœur ne te trahira jamais.. et je sais que toi non plus... PS : Je voudrais quand même un jour une alliance pour faire comme les grandes ♥". Pfff.. Dire qu'un jour j'ai pu croire que John méritait ce contrat.. Foutaises. C'est Naomi et ça le sera toujours, même si aujourd'hui je me sens épuisée émotionnellement en repensant à ces mots.





We will always be friend, just friends..
J'écris en #ff99cc
Revenir en haut Aller en bas
Naomi Lawford
Londres |:| Actrice
avatar
Féminin
Messages : 528
Né(e) le : 25/01/1999
Date d'inscription : 03/01/2017
Age : 18
Niveau d'études/Métier : Quatrième année
Situation amoureuse : Vous précipitez pas tous, s'il vous plaît
Nationalité : Canadienne
Commentaires/Citations : The only doom that's looming is you loving me to death,
So I'll give you a sec' to catch your breath.
Voir le profil de l'utilisateur
http://indare-division.forumactif.com/t89-the-streets-and-sidewalks-are-my-playground http://indare-division.forumactif.com/t503-live-a-live

Sam 5 Aoû - 23:30

27 Janvier
2017
I will always be waiting for you...

Melody Williams

Maintenant, alors. Elle n'a peut-être vraiment pas envie de passer du temps avec sa famille. Je ne vois que ça pour qu'elle veuille partir à peine arrivée. Ça doit sans doute être douloureux pour elle de revenir ici, d'affronter la colère incompréhensible – enfin compréhensible mais disproportionnée – de Victoria contre moi, de revoir sa mère et sa grand-mère qui ne sont même pas sortie de la cuisine pour l'accueillir. Son autre sœur qui n'est peut-être même pas là, en fait, je n'en sais rien. Je peux comprendre mais il faudra bien qu'elle parle à sa famille à un moment ou un autre.
Plus tard, sans doute.

- Viens avec moi s'il te plaît...
- Bien sûr que je vais venir, tu voulais me montrer quelque chose, non ?

C'est une évidence, je ne comprends pas pourquoi elle prend cet air presque suppliant. Il doit me manquer des éléments – je ne sais pas ce qu'elle veut me montrer mais ça doit être plus important pour elle que je le pensais. Je la suis donc hors de la chambre dans son espèce de mission : impossible pour éviter sa famille. Je ferais bien un commentaire mais elle a vraiment l'air de vouloir sortir en silence sans attirer leur attention, et si je peux éviter une nouvelle... altercation avec Victoria, je m'en priverai pas.

- C'est par ici, suis moi.. ne me lâche pas.. je ne veux pas te perd..que tu te perdes..

Je hoche la tête en silence, la suivant jusque dans la forêt en essayant de faire taire la voix dans ma tête qui veut me faire lancer une blague. Si, vous savez, du même genre que les deux de tout à l'heure, à coup de "elle m'entraîne là-bas pour me tuer loin des regards". Mes blagues ne tombent pas toujours au bon moment et elle risque de mal le prendre. Enfin j'en sais rien, mais dans le doute je préfère me taire. On finit par arriver dans un coin de forêt un peu plus dégagé que les autres, avec une pierre et une souche d'arbre.
Je me demande à quel souvenir c'est lié pour elle, parce que je ne vois pas trop ce que ça a de spécial. J'imagine qu'elle va m'expliquer mais... enfin j'ai déjà parlé de ma difficulté à m'attacher à autre chose que des personnes – objet ou lieu, même combat. J'aurais probablement du mal à comprendre même si elle m'explique. C'est la principale différence qu'il y a entre nous.

Je m'assois à côté d'elle sur la souche d'arbre, sans un mot. J'espère que cette pierre n'est pas quelque chose comme la tombe d'un animal de compagnie ou quoi. Pas que je trouverai ça glauque, mais je m'en voudrais d'avoir pensé que ça n'avait rien de spécial et que je ne la comprenais pas de s'attacher ainsi à des lieux. Je l'ai dit : je ne m'attache qu'aux êtres vivants, je peux comprendre la nostalgie et le manque d'un animal ou d'une personne, et je détesterai avoir jugé ça trop vite.

- … en attendant d'en trouver une auprès de quelqu'un..

De trouver quoi ? Arf, j'aurais dû faire plus attention au lieu de partir dans un tas d'hypothèses dans ma tête. Si elle vient de m'expliquer et que j'ai raté... Ouais, non, Melody est le genre de personne à parler beaucoup une fois qu'elle s'est lancée, surtout quand ça touche à des choses importantes pour elle, donc même si j'ai raté la "première explication", si j'écoute la suite au lieu de me perdre dans mes pensées, je devrais saisir quand même.

- Tu vois cette pierre? Je restais à la regarder pendant des heures quand j'étais petite en espérant pouvoir la contempler avec quelqu'un qui m'aimerait plus que quiconque.

Je fronce les sourcils en reportant mon regard sur la pierre. Pourquoi est-ce qu'elle regardait cette pierre et pas une autre, ou un arbre, ou n'importe quoi d'autre ? Enfin c'est juste une pierre noire, comment est-ce qu'elle l'a trouvée et pourquoi est-ce qu'elle a décidé que cette pierre serait son... son quoi, son refuge ? Sûrement un truc du genre. J'ai pas entendu le début, je vous dis.

- Quelqu'un qui serait amoureux de moi.. Je comptais venir avec cette personne un jour mais.. je suis perdue.. ça n'arrivera sûrement pas.. Enfin tu sais derrière cette pierre, il y'a cette lettre que j'ai écrite pour cette personne.. Tu veux la lire ?

Hein ? Comment ça, la lire ? J'ai peut-être raté une phrase ou deux, mais j'ai compris l'essentiel et... je ne crois pas qu'elle soit pour moi. Enfin que je sois concernée. Je veux dire Melody est mon amie, mais même si elle veut juste mon avis sur la question j'imagine qu'elle n'a jamais ouvert cette lettre... Si elle ne m'est pas destinée, je ne vais pas ouvrir l'enveloppe, la personne qui le fera plus tard risquerait de... comprendre les choses de travers ? Ouais, quelque chose comme ça. Croire qu'elle la donne à chaque personne avec qui elle sort, même si de ce que j'ai compris le nombre de personnes concernées doit se résumer à "1". Un connard, en plus. J'espère qu'elle ne lui a pas fait lire sa lettre.

- Je... euh... tu ne la gardes pas pour la personne avec qui tu seras plus tard ? Je peux pas la lire...

J'ai du mal à suivre et à comprendre pourquoi elle voudrait que je la lise. Mais je vais pas lui balancer "non" directement non plus, ça fait un bout de temps que j'évite les réponses en monosyllabes avec Melo. J'ai toujours peur de dire un truc de travers.
© Naomi
paroles en #006600




Revenir en haut Aller en bas
Melody Williams
ISS |:| Quatrième année
avatar
Féminin
Messages : 564
Né(e) le : 14/10/1999
Date d'inscription : 03/01/2017
Age : 18
Niveau d'études/Métier : Troisième année
Situation amoureuse : Mariée
Nationalité : Ecossaise
Commentaires/Citations : Veut DEFINITIVEMENT tuer un élève des Forge selon une rumeur sur lui et ma colocataire
Voir le profil de l'utilisateur
http://indare-division.forumactif.com/ http://indare-division.forumactif.com/t88-la-beaute-triste-d-une-fille-perdue http://indare-division.forumactif.com/t726-le-club-des-cliches-screens

Dim 6 Aoû - 14:20
Always waiting for you..

ft Naomi

ft Naomi


A day will come... I promise to you that we will love each other one day


- "Je... euh... tu ne la gardes pas pour la personne avec qui tu seras plus tard ? Je peux pas la lire..."

Un mince sourire se forma sur mes lèvres à la réponse de ma dulcinée. Je tentais de camoufler ma frustration et ma tristesse derrière ce masque. Je n'étais bonne qu'à ça même si intérieurement mon cœur saignait. Elle ne refusait pas mes sentiments, elle n'en avait même pas conscience et n'en aurait jamais conscience. Je crois qu'au fond de moi j'avais envie de m'effondrer et de rester ici, dans ce lieu intemporelle pour que chaque seconde abrège un peu le long supplice de l'indifférence. Je parvins cependant à prononcer quelques mots pour éviter que ce long silence ne devienne gênant ou suspect.

-"Tu as raison, je suis un peu bête.. c'est juste que tu m'es précieuse alors..."

Je regardais la blondinette, tentant de garder les apparences avant de pencher la tête en souriant, comme amusée par la situation. Masque quand tu te visse sur mon visage, je ne sais plus te retirer. Qu'avais-je dont espéré? Qu'elle lise quelques mots écrite par une gamine bercée d'illusion et qu'elle saisisse la portée symbolique de l'avoir laissé lire ce pli? Pfff.. J'étais toujours bercée d'illusions dans ce cas.. Je ne saurais vraiment dire aujourd'hui  ce que je voulais: les jours et nuits à me repasser cet instant dans mon esprit ont déformés ma perception de mes propres attentes mais désormais je sais que c'était idiot. Idiot comme mes sentiments. Je ne devrais pas les avoir. Je ne mérite pas Naomi. Je ne la mériterais jamais.

Je me retournais dans mon lit, interrompant un peu le flot de mes pensées pour mieux les reprendre par la suite. Aurais-je pensé qu'un jour elle saurait et que l'issue serait celle que j'avais toujours pensé être? Non elle était différente. Elle l'était car elle m'avait acceptée sans pouvoir donné suite à mes sentiments. Elle m'avait fait comprendre par son regard, inconsciemment, que je lui avais été précieuse mais que mon silence m'avait condamnée à l'oubli. Je ne saurais que son amie, pour toujours. Une douce agonie, un Paradis insupportable. Quelque chose au quelle je ne pouvais me résoudre. Je soupirais longuement, inspectant mon plafond, lascivement, sans force. Le silence m'étouffait trop. Je décidais donc de reprendre mes souvenirs là où je les avais laissé.

-"Enfin bref.. Ici c'est mon petit sanctuaire.. Mon sanctuaire qui conserve la "moi" d'il y'a quelques années, celle qui était joyeuse.. J'aurais aimé que tu me connaisse ainsi...Plutôt qu'une épave comme moi.."

J'avais prononcé ses mots avec une infinie mélancholie, articulant bien chaque syllabe avec un ton lent. Peut-être que je voulais qu'elle comprenne bien l'importance de ce lieu, son essence, ce vrai sens que je lui donnais. Qu'importe.

-" Tu sais avant.. avant j'étais joyeuse.. j'étais quelqu'un de très joueur et enjoué.. je suis sûre que j'aurais su te faire rire au premier regard.."

Oui je n'étais plus la même qu'auparavant et je n'avais jamais pensé aussi fort quelque chose. J'aurais tout donné pour redevenir la fille d'autrefois. Les choses auraient peut-être été différente. Non, elles auraient été différentes à n'en pas douter. Je tentais de détendre l'atmosphère avec un aveu voilé, camouflant mes joues rosies en baissant la tête pour que mes cheveux tombent en cascade et me cache à son regard.

-"Même toi,tu serais tombé sous mon charme, après tout j'étais parfaite.."

Un léger rire survint, un rire faux mais qu'importe. Ce n'était pas une divagation. C'était ce que je pensais. Si j'avais connu Naomi avant de perdre la joie de vivre, tout aurait été différent. Je l'aurais aimé. J'en suis certaine. Peut-être car c'est le destin? Car c'est écrit ainsi? Non, simplement parce que c'est Naomi. Naomi est mon âme sœur. Il n'aurait pas pu en être autrement. Je l'aurais rencontré à une soirée, celle où les acteurs et mannequins se rencontrent, les soirées mondaines. Je n'aurais pas eu peur de tomber amoureuse. Je n'aurais pas eu peur de voir mon cœur brisé à jamais. Nous aurions parlé, nous nous serions liés d'amitié et finalement, un beau jour, je l'aurais regardé dans les yeux avant de lui dire quelques mots.
Lui dire ces mots.

-"Tu sais Naomi, tu es la personne la plus précieuse à mon cœur, tu veux bien faire un bout de chemin avec moi? Me laisser la chance d'être celle qui partagera tes instants?"

Oui les choses se seraient passées ainsi et je suis certaine que nous aurions été heureuses. Maintenant ce futur s'es dérobé à mes doigts. J'ai beau essayé de l'attraper, je ne peux pas. Ce jour là, sur cette souche, je me suis collé à elle en espérant qu'un jour ce futur serait mien. Je la regardais en coin en espérant qu'elle croise mon regard, qu'elle m'embrasse. Qu'elle abrège mon supplice. Celui-là même qui me faisait pleurer en silence contre elle.Maintenant je sais. Je sais que je ne peux pas prétendre aussi facilement au bonheur. Je ne le mérite pas. Un jour, je le sais, je serais heureuse auprès d'elle. Un jour elle me verra comme je suis. La femme qui l'aimera toujours plus que quiconque. En attendant.. Je suis une idiote. Une idiote qui sait qu'un jour viendra où elle me regardera enfin en me trouvant belle.






We will always be friend, just friends..
J'écris en #ff99cc
Revenir en haut Aller en bas
Naomi Lawford
Londres |:| Actrice
avatar
Féminin
Messages : 528
Né(e) le : 25/01/1999
Date d'inscription : 03/01/2017
Age : 18
Niveau d'études/Métier : Quatrième année
Situation amoureuse : Vous précipitez pas tous, s'il vous plaît
Nationalité : Canadienne
Commentaires/Citations : The only doom that's looming is you loving me to death,
So I'll give you a sec' to catch your breath.
Voir le profil de l'utilisateur
http://indare-division.forumactif.com/t89-the-streets-and-sidewalks-are-my-playground http://indare-division.forumactif.com/t503-live-a-live

Mar 29 Aoû - 14:08

27 Janvier
2017
I will always be waiting for you...

Melody Williams

Peut-être que si j'avais été moins inconsciente, moins aveugle, j'aurais remarqué à quel point son sourire semblait faux. Forcé. Mais sur le moment, je n'ai rien remarqué de tout ça. Juste le silence qui a suivi ma réponse, suffisant pour que je commence à avoir peur d'avoir mal expliqué ce que je voulais dire.
J'allais préciser ma pensée, mais elle m'a prise de vitesse.

- Tu as raison, je suis un peu bête.. c'est juste que tu m'es précieuse alors...

Dans un sens, ça me fait plaisir qu'elle ait eu assez confiance en moi pour me partager tout ça. Ça me fait plaisir, et culpabiliser. Peut-être que j'aurais dû la lire, cette lettre. Même si elle ne m'est visiblement pas destinée, si elle me l'a demandé c'est qu'elle voulait... je sais pas, mon avis peut-être. Enfin dans tous les cas, j'espère qu'elle n'a pas interprété mon refus comme le mépris de la confiance qu'elle a pu placer en moi. Mais je ne veux pas lui risquer des problèmes plus tard, quand elle donnera cette lettre à la personne qui la méritera.

- Enfin bref.. Ici c'est mon petit sanctuaire.. Mon sanctuaire qui conserve la "moi" d'il y a quelques années, celle qui était joyeuse.. J'aurais aimé que tu me connaisse ainsi...Plutôt qu'une épave comme moi..
- Tu n'es pas une épave.  

J'ai un mal fou à tolérer qu'elle se dénigre comme ça. À chaque fois qu'elle dit quelque chose de ce genre – qu'elle est bête, ou insipide, ou toutes les choses qui peuvent sortir de sa bouche sans qu'elle s'en rende spécialement compte – j'ai envie de lui faire comprendre, réaliser le contraire. Mais comme je suis plus douée pour penser que pour parler, j'arrive juste à nier, et ça n'apporte jamais rien.
Je crois que ça a commencé quand je lui ai affirmer, sans la moindre hésitation, qu'elle n'était pas un monstre. Cette certitude que, sans quelqu'un pour lui répéter le contraire, elle continuerait de croire toutes les choses négatives qu'elle peut dire et penser sur elle-même.

- Tu sais avant.. avant j'étais joyeuse.. j'étais quelqu'un de très joueur et enjoué.. je suis sûre que j'aurais su te faire rire au premier regard..

Ok, j'admets que c'est assez difficile à imaginer. Mais en même temps, pour la plupart des gens, c'est difficile de m'imaginer colérique, hyperactive et incapable de trouver quelque chose qui me plaise. Bon, je suis toujours hyperactive par qu'on lutte pas éternellement contre la génétique, mais j'ai appris à contrôler ma colère, et la plupart des gens sont persuadés que j'ai voulu être actrice dès le début, que j'ai passé mon enfance à jouer des rôles. Alors que non, en fait, je passais surtout mon enfance dans des gymnases ou des clubs à faire des activités sportives ou artistiques qui m'ennuyaient au bout de trois semaines, et je n'ai jamais vraiment été du genre à jouer un rôle ailleurs que devant une caméra ou sur une scène.
Tout le monde change. Avec tout ce qu'elle s'est pris dans la gueule, c'est déjà bien qu'elle soit encore en vie.

Je l'entends rire – là aussi, faux, mais il aurait fallu que je sois moins inattentive pour m'en rendre compte. Je ne suis pas sûre d'avoir entendu ce qu'elle m'a dit, en tout cas pas correctement, du coup je préfère éviter d'essayer de répondre. Et puis je ne sais pas trop ce qu'elle voulait dire par là. On est déjà proche, je ne vois pas en quoi les choses auraient pu être différentes si je l'avais rencontrée autrement. Et est-ce que j'aurais seulement pu la rencontrer autrement ? Est-ce qu'elle serait allée à Indarë sans tout ça ? Je n'en suis pas sûre. Et je ne vois pas où on aurait pu se rencontrer, sans ça. Elle en Écosse et moi à Londres – ou même à Ottawa, s'il ne m'était pas arrivé tout ça – ce n'est pas le genre de situation qui aurait pu nous le permettre. Et même si elle était un jour venue à Londres ou à Ottawa pour un shooting... rien ne dit qu'on se serait croisées.

- Mais sans Indarë, on ne se serait jamais rencontrées.

Dis comme ça, je me rends compte que ma phrase est un peu bizarre. Ça fait un peu "t'as souffert mais au moins on est amies. Dans un sens, ça donne un point positif, certes léger, à tout ce qui a pu lui arriver, quoique pas assez pour contrebalancer. Mais même mon imagination assez incontrôlable n'arrive pas à trouver une autre situation dans laquelle on aurait pu se croiser. J'aurais passé mon temps avec Max, sûrement Mia aussi, hésité à rentrer et même si je l'avais fait, ça aurait été pour passer mon temps avec mes amis sur place. Pas le genre de situation qui laisse beaucoup de places aux nouvelles rencontres.
© Naomi
paroles en #006600




Revenir en haut Aller en bas
Melody Williams
ISS |:| Quatrième année
avatar
Féminin
Messages : 564
Né(e) le : 14/10/1999
Date d'inscription : 03/01/2017
Age : 18
Niveau d'études/Métier : Troisième année
Situation amoureuse : Mariée
Nationalité : Ecossaise
Commentaires/Citations : Veut DEFINITIVEMENT tuer un élève des Forge selon une rumeur sur lui et ma colocataire
Voir le profil de l'utilisateur
http://indare-division.forumactif.com/ http://indare-division.forumactif.com/t88-la-beaute-triste-d-une-fille-perdue http://indare-division.forumactif.com/t726-le-club-des-cliches-screens

Mar 29 Aoû - 15:45
Always waiting for you..

ft Naomi

ft Naomi


Désillusions


Parfois la vérité est cruelle. Non, elle l'est toujours. Elle nous rappelle toujours ce qu'il serait mieux de ranger dans un petit coin sombre, un tiroir oublié comme si rien ne s'était jamais passé. Parfois la vérité sort de la bouche de celle dont on veut le moins l'entendre.

- Mais sans Indarë, on ne se serait jamais rencontrées.

Au fond de moi je sais qu'elle a parfaitement raison. Je sais que si je n'avais jamais subi les offenses que furent mon existence je n'aurais pu me tenir là auprès de celle qui constitue mon univers tout entier mais pour qui je demeure invisible. Je ne suis pas aussi importante que je ne le voudrais mais j'aurais aimé pouvoir rêvé d'un monde où j'aurais pu me tenir auprès d'elle sans retenir tout l'amour que j'ai pour elle, sans devoir taire mes sentiments les plus profonds, sans devoir mentir à chaque instant. Je voulais rêver d'une autre issue à ce combat. L'issue de cette histoire est déterminé depuis toujours je crois. Désormais, étendue dans mon lit à repenser à ses jours passés, je ne saurais dire si un jour je pouvais influencer le destin ou si ce dernier était tracé depuis le début. Tout ce que je sais c'est que je ne lâcherais jamais mon objectif. Quitte à ne jamais ressortir indemne de mes sombres années mais.. Je ne peux pas abandonner, il me restera toujours une chance de resplendir à ses yeux. Aussi petite soit cette chance je continue d'espérer. Ce jour là aussi je continuais d'espérer.

-"Tu as raison.. au fond je me fiche d'avoir perdu autant.. tant que je peux me reconstruire et me contenter de ce que j'ai gagné.."

Qu'avais-je gagné? Tant. Son amitié . Un cadeau prodigieux dont je ne pouvais désormais me passer même si au plus profond de mon être, j'aspirais à plus. Je me levais doucement avant de faire quelque pas et de retirer mes chaussures lentement pour marcher pieds nus dans les feuilles éparses et l'herbe alentour, sans prêter attention à la douleur que m'infligeait les roches éparses.

-"Tu ne sais pas à quel point je suis heureuse d'avoir une amie comme toi malgré le boulet que je dois être pour toi à chaque instant.."

Je me gardais bien d'écouter sa réponse : je la connaissais déjà. Elle nierait et essayerait de me faire sentir mieux mais je savais pertinemment que les mots ne soignent pas toujours les maux du cœur. Parfois seuls les actes suffisent à guérir les cicatrices de l'existence. Je me tournais lentement vers ma camarade avant de m'approcher d'elle. Je me positionnais doucement à sa hauteur avant de déposer un baiser sur son front, résistant avec peine à l'envie de venir lui voler un baiser.

-"Merci Naomi.."

Merci pour quoi? Pour tout. Pour m'offrir une lueur d'espoir dans la nuit, pour m'offrir une présence rassurante dans le froid glacial de l'indifférence, pour m'offrir sa main pour me guider sur la voix a emprunté, pour être là. J'avancerais fièrement vers le destin qui sera le mien sans jamais me détourner de son regard. Comme en cet instant où mon regard se figea dans le sien pendant de longues secondes qui furent des minutes pour moi. Des minutes de quiétude où son regard ne voyait que moi. Je finis cependant par me dérober à ce contact et me mit à rire - tout aussi faussement qu'auparavant - pour finalement m’asseoir de nouveau auprès de Naomi. La promesse que je venais de me faire au plus profond de mon être resterait toujours gravé en moi alors que Naomi m'oublierait un jour au détriment d'un autre. Je ne le savais pas encore en ce jour, même si je crois que je m'en doutais mais désormais je le sais. Je ne sais pas encore quel visage a le désespoir mais bientôt je le saurais.

-"Tu veux qu'on rentre?" demandais-je timidement à ma camarade.

Après tout, nous n'avions plus rien à faire ici. Du moins pour l'instant. Elle n'avait pas voulu de ma lettre, de mes sentiments ; elle n'avait su lire en moi et je l'attendrais toujours en ce lieu, aussi souvent que les aléas de la vie le permettront et je continuerais de croire avec la même ardeur qu'un jour elle finira par m'y rejoindre mais en attendant il valait mieux reprendre ma vie..







We will always be friend, just friends..
J'écris en #ff99cc
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
Sujets similaires
-
» En attendant Godot (Waiting for Godot) - Samuel Beckett (prix Nobel de littérature)
» Livres conseillés : Pratiquer la méditation par Naomi Ozaniec
» Des titres de romans fantasy?
» De la lecture pour votre intuition extravertie
» Magicka en promo!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Institution Indarë :: Dortoir :: Premier et deuxième étages :: Chambres-
Sauter vers: