À droite, l'école et ses élèves normaux, comme tout le monde.À gauche, le centre de redressement pour jeunes dangereux.Maintenant réunis, pour le pire.
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



Votez pour le forum

~ Étendez l'expérience ~
Le bal a commencé ! Venez rp dans le sous-forum dédié !
Elèves, professeurs et civils partent en voyage en France ! Ca vous tente ?

 :: Hors-jeu :: Archives Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Leion Korrigan

Leion L. Korrigan
Membre absent
avatar
Messages : 20
Date d'inscription : 15/12/2016
Niveau d'études/Métier : Professeur de Biologie
Situation amoureuse : Actuellement en couple avec lui-même
Nationalité : Anglais-Zélandais
Voir le profil de l'utilisateur
http://indare-division.forumactif.com/t69-leion-korrigan]here ♥

Sam 17 Déc - 16:37
Leion Lara Korrigan
Surnom(s) : Lei, c'est ainsi qu'on l'appelait
Âge : 21 ans
Date de naissance : 14 février
Lieu de naissance : Liverpool (Angleterre)
Nationalité : Anglais-Zélandais
Orientation sexuelle : du moment qu'ils sont humains

Études et/ou diplôme :diplôme de biologie
Habitation : Pavillon /Londres
Métier ou job exercé :professeur de biologie
Caractère

« Relaxe... »
Un simple mot que je répète sans arrêt à un membre de mon entourage sur les nerfs. Parce que bon, je n'ai jamais supporté les mauvaises ondes puisque cela joue pas mal sur moi lorsque je suis à l'article de la mort, ce qui veut dire presque tous les jours, raison pour laquelle la plupart du temps, mes très chers collègues me prennent pour un « babacool », ce qui est à moitié réel. Il est vrai que j'aime être tranquille, me laisser aller dans mon lit, mais pas au point d'être complètement inoffensif. Parce qu'il ne faut pas déconner non plus, être sympathique signe l'arrêt de mort de quiconque l'est en ce monde de dingue et comme je tiens plus ou moins à la vie, je me dois de savoir mordre. Ce que je fais quotidiennement à l'égard de mon entourage afin d'être tranquille, et ce, sans me poser de limite, plus on me fatigue plus la chance que les concernés se prennent un coup physique et psychique se fait. C'est clair, je ne suis pas très sympathique, ou pas du tout compte fait. Dérangeant ? Même pas. Normal ? Clairement. En même temps, ma crise de la quarantaine, je suis en train de la faire, mais en avance, c'est pourquoi à présent, je la nomme la crise de la vingtaine, et puis quoi ? Je suis à peine sorti de l'adolescence, c'est normal que je me retrouve très vite sur les nerfs n'est-ce pas ? Oui, je suis encore un enfant à mon âge et je l'assume entièrement puisque ce n'est pas cela qui va m'empêcher de mener à bien mon métier, la capacité d'être sérieux dans les moments où il le faut et écarter complètement mes enfantillages, je l'ai, je ne me ferai donc aucun souci pour un rien. Plus jeune, j'avais l'affreuse habitude d'essayer d'assassiner & de maudire tout ceux qui me fatiguaient chaque soir et comment dire cela... Cette habitude n'a à aucun moment disparu, elle a juste empiré puisqu'à présent, si l'on me fait péter les plombs, ce qui veut dire rarement, je m'amuse à rendre la vie difficile au cafard qui m'a poussé à bout, et ce, indéfiniment, ou plutôt jusqu'à ce qu'il en trépasse et que je le juge assez détruit pour arrêter et laisser la vie se charger de lui. Ouais, cruel & sadique, mais que voulez-vous ? Quand on est un jeune homme à moitié aigri par la vie, on y peut rien. Oui, c'est une excuse, non, je ne retirerai pas ce que j'ai dit. Ce n'est pas pour rien que l'on me qualifie de buté. Buté ouais. Buté en ce qui concerne mes idéologies sauf lorsque l'on me donne une vrai raison d'écouter ce que l'on me raconte, dans le cas contraire, on aura beau me raconter tout et n'importe quoi et j'aurais beau acquiescer sans dire un mot, mon esprit dira haut et fort « mais j'en ai rien à foutre de ce que vous dites, J'AI raison ! » , ce qui renforce pas mal mon côté enfantin, du moins, si l'on pouvait lire dans mon esprit, parce qu'à l'extérieur, c'est juste un air impassible qui règne sur mon visage. Je cache bien mon jeu parfois, oui. C'est drôlement amusant d'ailleurs. Même si je suis du genre « je-m'en-foutiste », il est vrai que j'apprécie plus d'une chose en ce monde, dire « peu » serait mentir, ce que je n'aime pas faire puisqu'il n'y a pas d'utilité à user du mensonge. Depuis petit, les instruments, le dessin et la lecture sont des passions inexplicablement vitales pour ma survie, après avoir appris la harpe, la guitare et le violon, je ne pouvais plus m'arrêter de casser les oreilles de mes aînés, malgré mon talent et les torturer grâce à ma mémoire en leur racontant sans rien oublier un passage, une histoire volontairement, une manière de me rebeller certes, mais j'aimais ce que je faisais. Il est clair que je suis majoritairement fait de défaut détestable pour autrui et agréable pour moi et pourtant, il s'avère que moi-même, j'ai mes bons côtés. C'est ainsi que je suis. Il est clair que je suis majoritairement fait de défaut détestable pour autrui et agréable pour moi et pourtant, il s'avère que moi-même, j'ai mes bons côtés. Si j'écoutais ce que l'on me disait, il se trouverait que l'on pourrait me qualifier d'attentif.Bon, c'est vrai que malgré le fait que lorsque l'on me parle, je ne regarde pas la personne, j'écoute en réalité attentivement ce qu'elle me dit et me retient intérieurement de lui faire part de mon avis pour ne pas lui porter d'intérêt, chose presque impossible à faire, faute d'avoir une trop grande bouche. Peut-être que j'aime aider ? Tu parles, si j'aimais aider, je serai devenu psychiatre, je parie. Mais... Vu mon métier, il est vrai que parfois, je doute intérieurement de ce que je suis en train de sortir. Ouais, comme lorsque je me suis demandé fortement si j'appréciai mes élèves parce que je ne supportais pas que l'on ouche à leurs cheveux. Par amour ou par égoïsme parce que voulais que ce droit me sois réservé ? Je me la pose toujours, cette question complètement conne. Il y a déjà un petit moment, je me suis découvert un esprit peu chaste, me qualifier de dépravé serait un peu trop fort, sinon il y aurait bien longtemps que l'on m'aurait retrouvé dans la prostitution. Non, sans rire, c'est tout à fait drôle de voir à quel point je ne suis pas du tout un « enfant sage » comme l'aurait voulu ma famille et ce serait mentir si je disais que me retrouver dans une ambiance charnelle n'était qu'arriver qu'une seule fois. Un beau mensonge, c'est ça.

C'est clair, je suis bien un « vingtenaire » qui se découvre intérieurement et grandit lentement et sûrement dans sa tête.

Physique

Yeux : orange
Cheveux : orange
Taille : 1m81
Poids : 80 kg
Corpulence : mince
Vêtements et/ou style : diversifié
Signe distinctif : piercing aux nez et à l'oreille
Autre chose ? écrire ici

Correct.
C'est ainsi qu'il se voit et ne cherche pas à changer son physique malgré ça puisqu'il est déjà assez fier de lui. De taille grande et possédant un corps élancé, Leion ne passe inaperçue que s'il le souhaite et sa carrure imposante due au sport y est peut-être pour quelque chose. Bien que n'étant pas un tas de muscle, le corps de Leion s'avère être musclé sans trop l'être grâce au sport qu'il pratique quotidiennement. Possédant une paire d'yeux orangé, il arrive parfois que le regard de Leion intrigue son entourage et les gêne plus ou moins, ce qui ne le dérange pas surtout lorsqu'il à faire à des élèves dérangeant son bien-être et n'a jamais souhaité y changer quelque chose. Un nez retroussé, des lèvres fines la plupart du temps, ce dernier se plaint tout de même un peu de ressembler à sa mère, ou plutôt à une femme avec ces détails, plutôt fatiguant, certes, il ne se déteste pas, mais il ne se trouve pas non plus parfait, même si ce n'est pas pour autant qu'il souhaite changer de physique. Un peu compliqué pour lui en son fort-intérieur, raison pour laquelle il ne cherchera jamais plus loin. Quand il ouvre son armoire, les vêtements qu'il trouve ne sont presque jamais du même style, soigné comme négligé, rock comme sobre, on y trouve de tout, ce qui l'amuse au plus haut point, c'est qu'il ne se fatigue pas à se définir un look précis le petit grand Leion !


Histoire

-Félicitation !c'est un petit garçon et une petite fille, comment allez vous les appeler ?
-Lara et Maddy.
Soigneusement installé dans le lit d’hôpital qui avait vu voir le jour de nos deux adorables bouts de choux, ma très chère Lyett fixait avec amour ceux qui se mirent très vites à pleurer, un son mélodieux bien plus que rassurant, montrant qu'ils allaient bien, tandis que la sage-femme la fixant d'un air dérouté.
-Oui mais euh, madame, il y a un garçon...
Après cette remarque, tout ce que reçu la demoiselle fut un regard peu sympathique.
-Je le sais très bien:sifflait ma femme, je souhaite l'appeler Lara.
Bien que moi-même je trouvais cela ridicule d'appeler un petit garçon par ce nom là, je me tus un instant, la connaissant, je subirai les conséquences de mes actes consistant à donner mon avis et je n'y était pas enclin en cet instant, du moins pas tant qu'elle serait calme. Perturbée , la sage-femme se redressait, elle-même savait qu'elle n'avait pas son mot à dire face à ma femme qui ne la lâchait pas du regard, qui se rendait peu agréable alors qu'elle n'avait pas été facile lors de l'accouchement. Alors que la sage-femme s'apprêtait à se retirer, je l'arrêtait d'un geste de la main.
-Oui ?
-Hé bien en fait j'aimerai...
***
« L'appeler Leion. »

Attends, tu m'étonnes que maman à failli passer le restant de ses jours derrière les barreaux. Niveau goût, mes parents étaient vraiment nuls, mais pour des raisons très différentes. Maman elle, ne cherchait qu'à me travestir, papa lui ne cherchait qu'à dégrader l'autorité de ma mère et avait choisi le premier nom qui lui passait par la tête. Victime de leurs conneries, qu'est-ce que j'avais fait à la vie pour qu'elle me méprise autant ? Okay okay, j'abuse seulement, faut bien être malchanceux pour être tombé sur des parents aussi... Nuls et qui laissent leurs enfants faire n'importe quoi et leurs donne ce qu'ils souhaitent. Ce n'est pas non plus étonnant que ma fratrie soit démoniaque, aucune éducation, ça explique tout. Je suis donc le seul membre normal de cette famille, et même si la joie et la bonne humeur règne dans cette famille, ben...Je m'ennuie beaucoup. 11 ans de vie paradisiaque c'est très lourds, surtout lorsque l'on a tout aussi bien matériels comme les jeux qu'immatériels, comme les notes et les compliments de ces chers professeurs qui vous jugent sur vos performances scolaire, donc à leurs yeux, ben, je suis parfait ! C'est pourquoi je me plains encore plus lorsque j'y pense. 11 ans et déjà aigri par la vie, mon dieu je la sens moi, mon existence. Quand j'y pense, je me demande pourquoi j'ai la vie aussi facile ? Bien que cela ne perturbe pas mon frangin et ma sœur, moi, ça m'intrigue. Plein de personnes auraient voulu ma vie et pourquoi cela tombe sur moi ? Non seulement, j'ai les notes qu'il faut mais, en plus, je me trouve dans la classe élite de mon école où je suis vu comme un élève particulièrement doué dans le domaine du tir à l'arc, grâce à mes parents ayant cherché corps et âmes une école qui pourrait nous accueillir, moi et ma fratrie sans que je puisse bouger le petit doigt. Voilà, ma vie se résume à ce mot : facilité.

Je me demande si...Un jour, je pourrais enfin avoir ce que je souhaite en faisanr plus que le demander. C'est peut-être mature pour un petit garçon de mon âge et pourtant. Ce ne sont pas des mots en l'air...
***
-Bon t'as foutu où tes affaires ? mon téléphone est dans ton sac !
-Mais t'inquiètes, il ne doit être pas loin.
« -Pas loin ? » Tu te fou de moi ? Ma mère va croire que je me suis fait kidnapper alors que je suis juste en train de fuguer deux toirs jours, connard !
Mais il déconne, franchement. Je n'ai pas envie d'avoir ma mère sur le dos plus que d'habitude, et puis si j'ai fugué ce n'est pas pour rien, elle m'a trop cassé les pieds. Je ne sais pas comment ni pourquoi, mais j'en ai eu ma claque et là, il fallait que je me libère de ses chaînes maternelles. C'est pourquoi je me retrouve allongé sur lit de mon pote, me retenant de prendre le canif qui se trouve en cet instant dans ma poche, m'appelant pour le planter dans le cou de ce petit con qui a perdu son sac. Prise d'une flemme incomparable à celle que j'ai quotidiennement, je me laissai tomber sur son lit en soupirant. Dans tous les cas, si je l'ai perdu, ce n'est pas grave, je n'aurais qu'à retourner chez moi, faire croire que je me suis perdu, lui demander un nouveau phone et hop ! Je re-fugue. Misère misère, ma vie est trop simple...
-Au fait Leion.
-Hm ?
-Il y a Ally qui dit être ta petite amie aux élèves de la classe.
Je soupirai. Cette fille je la haïssais. Okay, on avait été victime du amourette beaucoup plus jeune, mais c'était fini ! Stop, on a 16 ans, nom d'un chien, on est des pré-ados maintenant et elle ne m'intéresse plus! Quand va t-elle le comprendre ? Et le pire dans tout ça c'est qu'elle s'amuse à s'en prendre à ma sœur qu'elle ne supporte pas pour une raison inconnu, ce qui crée souvent des tensions entre le groupe de pote de ma sœur et celui d'Ally.
-Tss..Je la tuerai bien.
L'autre crétin se mit alors à ricaner avant de pousser un cri de surprise et de se ruer vers moi en montrant l'objet tant convoité, mon phone. Pris d'une énergie inconnu, je me redressai d'un seul coup en poussant un bruit semblable à celui que pousserait un enfant devant un cadeau de noël.
-Où tu l'as trouvé ?
-Pas dans mon sac en tout cas.
Son sourcil haussé marquait son exaspération et comme je suis un garçon manquant cruellement de fois hé bah, je me suis mis très vite à chercher une excuse pour avoir raison :
-Ouais mais il était dans ta chambre, c'est la même chose. Sac, poubelle...
-Poubelle ?
-Bah quoi:marmonnais-je : ta chambre est comparable à un tas d'ordure...Regardes, tes affaires traînent partout.
Il fit alors semblant de rire avant de me donner mon téléphone que j'attendais avec impatience et une fois le phone en main, je me rendit très vite dans mes messages pour voir si ma mère m'avait harcelé au point que je puisse porter plainte. Et là surprise total : aucun message venant d'elle, seulement d'un abruti que j'avais pour frère. Et c'est bien cela qui m'étonnais, celui-là ne m'envoyait des messages par téléphone que lorsque c'était important et ça, ça fit travailler mon esprit pendant un bon quart d'heure. Un quart d'heure qui me permit d'oublier mon ami, qui en plus m'avait laissé seul dans sa chambre, seul dans le noir mais cela n'était pas dérangeant. Je ne pensais même pas à lui. Disons que réfléchir est nocif pour moi, parfois oui parfois non. Et tout ça pour un message que je n'ai ouvert qu'au bout d'un bon moment, presque par peur. Au final, je daigna appuyer sur le message et y vit tout simplement un « salut ». Et d'un seul coup, ce sentiment semblable à l'inquiétude disparu aussi vite qu'il ne fut arrivé.

-Quoi ?

Non mais je rêve, tout ça pour...Ça ? En même temps un téléphone, c'est fait pour ça, mais si je lui ai donné mon numéro de téléphone, c'est simplement parce qu'il est mon petit frère et que ma mère n'aurait pas accepté que je ne l'enregistre pas dans mes contacts. Trop dure, la vie. Mais au moins, ça évitait les canulars. À moitié. Je me décidai alors à lui répondre et sans que je le sente venir, on se mit à discuter longuement, comme ça, de tout et de rien pour la première fois de ma vie, je discutais avec mon frère par téléphone sans contexte fixe. C'était drôlement exaspérant mais pas si nul. Et lorsqu'il partit se coucher après m'avoir dit que maman savait que je n'avais pas vraiment fugué et que j'étais chez un pote, je me retrouvai là, comme un con, sans savoir quoi faire. L'autre idiot était parti regarder la télé avec ses parents, j'entendais le son de cette boîte ne servant à rien de là où j'étais et ses parents ainsi que lui rire. J'avais envie de dormir, mais, je songeais. Je songeais longuement sur des choses qu'à présent, j'ignore complètement. C'est ça l'adolescence ? C'est compliqué. Un simple message à pû me mettre dans cet état.
C'est idiot. Et pourtant, cela me semble si important, réfléchir..
*/*
Deux semaines sont passées depuis que j'ai arrêté ma fausse fugue qui ne rimait plus à rien, mais qui avait duré tout le week-end. Les vacances s'étaient terminées il y a quelques jours à présent, je me trouvais dans le couloir de mon école à la recherche de ma jumelle qui devait se trouver dans sa chambre si elle n'était pas avec ses amies. La reprise, c'était nul et ennuyant. Et malgré le fait que ça faisait un petit moment que la rentrée s'était fait, je ressentais le besoin d'enquiquiner mon monde, à commencer par la seule fille de la fratrie : Maddy.  En arrivant à sa chambre, c'est avec plaisir que je pus constater qu'elle était là puisque la porte de sa chambre était ouverte. Je ne sais pas pourquoi il me fallut un moment avant d'entrer et un moment pour souffler. Comme si quelque chose ne tournait pas rond, comme si je me méfiais de quelque chose qui m'était inconnu. En même temps, il y avait de quoi avec ma sœur qui savait s'énerver et se venger lorsque je la fatiguais et je ne peux le nier : elle me fait parfois flipper, et même si j'en suis conscient, je cherche quand même à l'enquiquiner. Sans doute pour cela que je réagis ainsi. Mais, c'est drôle, oui, très drôle.
Au bout d'un moment, j'entendis des petits bruits à peine audibles.
Tiens, elle n'est pas seule ?
C'est drôle. C'est comme si ces bruits étaient en fait des hurlements camouflés par quelque chose. C'est drôle, mais, ce n'est pas clair.
Tout doucement, j'entrai dans la chambre sans faire aucun bruits et veillant à ce que la porte ne grince pas et ne put me retenir un juron. La chambre était dans un bordel monstre. Vêtements et oreillers ainsi que draps au sol, lampe à moitié cassé... Un bordel que ma frangine n'a pas l'habitude de faire seule même si elle me bat dans ce domaine. Il est compréhensible que je sois en état de choc n'est-ce pas ?

-Mais lâche moi sale garce !
Mais qu'est-ce qu'il se passe ? La voix, c'était celle de Maddy et à l'entendre, elle n'avait pas l'air contente. Oh oui pas du tout. Sa voix semblait venir du fond de la pièce, un fond que je ne pouvais voir de là où j'étais puisque je n'étais pas placé comme il le fallait. Je m'avançais donc alors qu'un gros bruit se fit dans un cri de douleur. Là, j'en étais persuadé, non seulement n'était pas seule, mais en plus, elle était en train d'en venir aux mains. Et rien que le fait de constater que j'avais raison me fit sursauter. Ok, j'aurais pu trouver ça amusant de voir ma sœur se battre avec une autre pour je-ne-sais quelle raison parce qu'elles se tiraient les cheveux...


Mais, là ce n'était pas amusant. Maddy se trouvait au sol, le visage à moitié rouge et les ongles plantés dans les bras d'Ally parce, c'était elle qui se trouvait au-dessus de ma sœur, essayant de l'étrangler de ses mains, le visage reflétant sa rage. Qu'est-ce que je suis censé faire dans ce genre de moment ? Je n'en sais strictement rien et la seule idée qui me vint à l'esprit fut de tirer violemment Ally par la capuche de sa veste dans le seul but qu'elle lâche ma sœur.
-Mais tu es complètement tarée.
C'était avec calme que je lui dis cela, une sérénité très étrange puisque tout au fond de moi, je sentais quelque chose semblable à de la colère, ou peut-être de la haine. Et le simple fait qu'Ally me regarde de ses yeux marron comme si de rien était, parvins à me faire frissonner. Finalement, je n'étais peut-être pas si serein que je le pensais.

-Qu'est-ce qu'il y a ? Si ta sœur me gêne tu crois sincèrement que je vais la laisser faire ?
Ma sœur, elle, toussait fortement tout en essayant de respirer mais restait au sol sans tenter de se lever.
-Et en quoi elle te gêne ?
-Je la trouve un peu trop proche de toi. C'est compréhensible non ?

J'avoue avoir été tenté de l'insulter de "folle" mais elle ne l'était pas. Une fille atteinte n'aurait jamais eu ce regard si... Normal. Elle était juste mauvaise et possessive. Pendant un petit moment, on restait là, à se regarder sans rien faire d'autre, n'ayant que pour seul bruit, les toussotements de ma sœur qui inspirait et expirait en même temps. Mais Ally finit par rompre le silence, en souriant et en se levant :


-Je devrais peut-être appeler l'infirmière. Pour ta chère Maddy.
Le pire dans toute cette histoire, c'est que même si Maddy se plaignait auprès d'un membre de l'école, elle n'aurait que très peu de chance de sortir victorieuse de ce dilemme puisqu'Ally était "l'élève modèle" aux yeux de l'établissement. Mignonne, souriante travailleuse... Du moins, c'est ce qu'elle donnait comme impression. Mais quiconque se serait trouvé ici aurait su que ce n'était pas du tout l'élève parfaite...
En silence, elle partit et Maddy se relevait à moitié, massant de la main, son cou rouge.

-Mais quelle garce:cracha t-elle, respirant avec difficulté
-Oui je sais, mais arrête de parler, Maddy, on sait jamais.
Elle se tut et me lançais un regard où la rage la trahissait. Au fond de moi, tout au fond, j'espérais qu'Ally ne lui avait pas cassé quelque chose.

***
Cette histoire à fait, le tour de l'établissement et voilà que ma sœur avait dû aller à l'hôpital, parce quelque chose n'allait vraiment pas et comme je le pensais, la direction ne crût à aucun moment Maddy et mes parents qui étaient partis se plaindre. Et ça, ça fait deux jours que ça dure. Deux jours qu'Ally fait comme si de rien était avec ses amies et deux jours que je m'obstine à essayer d'avoir de la peine pour Maddy, parce qu'il faut que je me l'avoue :je n'éprouve aucune inquiétude. C'est étonnant, pas vrai ? Peut-être est-ce parce que je sais qu'elle n'est pas en très-très grand danger...? Me voilà en train de jouer avec la nourriture à l'aide ma fourchette, le coude sur la table et le poing soutenant ma tête, écoutant les blagues stupides de mes camarades, mais qui n'en restait pas moins drôle. Après le moment de l'extinction des feux, la cantine était mon moment préféré même si c'est là où tu te rendais compte que tu avais de vrais amis ou non par rapport aux places et quelle était ta réputation.

-Hé Lei, tu ne manges pas ?
-Ah non, j'ai trop pas faim.
-A cause d'Ally ?
-Même pas :marmonnais-je
-T'es un peu un connard toi.
On se mit alors à rire de bon cœur jusqu'à ce que l'un de mes potes prit la parole:
-Au fait, t'es au courant qu'Ally se fiche de ta frangine ?
Pourquoi avais-je l'impression que ma vie tournait autour de cette satanée fille ?
Lui adressant un bref regard, je retournai très vite l'attention sur ma fourchette.
-Ah bon ?: dis-je, las
-Ouais elle dit même que c'est sans doute le petit ami de Maddy qui l'a étranglé, parce qu'il voulait se débarrasser d'un pur déchet.

Ah bon ?

Depuis quand ma sœur sort-elle avec un mec ? Et depuis quand ma sœur aurait laissée un mec la toucher de la sorte ?J'observai longuement mon camarade sans penser à quoi que ce soit, tournai la tête vers le son de la voix d'Ally qui riait avec ses pseudo-copines tous aussi fausses et soupirais. Sans attendre, je me levai, pris mon canif et me dirigeais vers elle sous les cris surpris des garçons qui commencèrent très vite à m'appeler. Je ne savais pas trop ce que je voulais faire, je ne ressentais rien mise à part de l'exaspération et j'ignorais chacun des appels. Quand l'on prend une arme, c'est sûr : on n'a pas de très bonnes idées. Et pourtant, je n'ai aucune envie de reculer, je suis... Reposé. Arrivé à la table d'Ally, je ne lui laissai même pas le temps de m'adresser la parole que sans vraiment comprendre ce qu'il me prit, je plantai mon cher canif dans sa côte après l'avoir tiré par les cheveux, sous les cris de ses amies et d'elle-même. Mais elle, c'était de douleur. Et c'était lourd à écouter. Du sang commençait à s'écouler de sa blessure, semblant assez grande. Ally gémissait de douleur tandis que ses potes, elles me suppliaient de les laisser tranquille, sauf qu'en fait, je me foutais complètement d'elles. Surtout qu'on avait réussi à attirer l'attention... Les garçons me rejoignirent et me firent reculer sous peur que je recommence et pour seul et dernière action avant que les surveillants présents viennent, j'essuyai mon canif sur mon uniforme et le rangeais dans ma poche. Elle m'avait eu la garce, je suis sûr que malgré la douleur, elle était heureuse. Mais au moins, j'avais enfin fait ce que je voulais tant faire depuis quelques mois.
Et ça. C'était magique.

Youhou ! La Forge me voilà !
Après l'incident, on avait très vite emmené Ally à l'hôpital et malheureusement ou heureusement, elle n'était pas morte, mais il était clair qu'elle ne mettrait plus jamais le pied à l'établissement. Contrairement à moi. Il se trouve que quelque jours plus tard, j'eus droit à un procès même si Ally ne déposa pas de plainte , non sans déconner ? Et le plus amusant, c'est que je m'en foutais, au grand dam de mes parents plus qu'inquiet à mon sujet. Ma sœur s'était mise en colère et m'avais hurlée qu'elle aurait dû le faire à ma place alors que miss hystérie se la coulait douce dans son lit d'hôpital à ce moment-là et mes frères essayaient de me rassurer sauf que je n'avais pas besoin de l'être.  Très vite, je sue que mon châtiment fut de continuer ma scolarité en Forge le temps de finir ma scolarité, avec tous les dingues ayant commis des délits. Et le plus dur dans tout ça c'est que je ne devais faire aucunes connerie, sinon c'était direct en détention provisoire mais ailleurs. Je ne sais pas si je devais sauter de joie ou râler. Parce que malgré mon acte, ben, j'ai encore la vie facile et je sais que j'aurais encore les notes. Cet incident n'a pas changé grand chose à ma vie au final. Enfin, à présent, je me surprends à aimer la compagnie des élèves de ma nouvelle classe alors que c'est de gros taré, j'aime ma classe plus que la précédente et pour finir. En une, aucune façon, je voudrais changer le passé. Même s'il est devenu plus facile pour moi de dégainer une arme sans avoir de remords pour planter quelqu'un qu'auparavant, du moins lorsque j'avais accès à mes canifs, ce qui veut dire lorsque je rentrais chez moi. Et puis, faut dire que ma nouvelle classe ne m'aide pas aussi. Et malgré ça et le fait que je sois suivi par un psy, je trouve que ma vie est horriblement plaisante, comme ça.


Et elle l'a été jusqu'à la fin de mes études, même. Tellement qu'elle m'a donné l'envie de devenir professeur, raison pour laquelle j'ai fait tout pour l'être, bossant plus dans le domaine de la biologie puisque c'était ma matière préférée et au final, je l’eus, mon diplôme, un diplôme qui me servit à pouvoir enseigner à l'établissement où j'avais commis mon crime, ce qui me fait rire rien qu'en y pensant et qui fait rire mes anciennes connaissances aussi, franchement, qu'est-ce qui leurs à donner l'immense idée de me laisser étudier ici ? Et puis, je n'étais pas le seul homme étrange à avoir eu le droit d'enseigner ici. Seulement moi, ça ne fait que quelques mois, deux ou trois. Finalement, ma vie n'a pas changé, toujours aussi belle et ennuyante et pourtant, chaque jour, je ressens le sentiment qu'elle le sera toujours un peu moins avec mes élèves, et ça, se serait parfait.

Un peu de vous

Prénom/Pseudo : Flyeal
Age : 19 ans
Tu nous viens d'où ? : le hasard ♥
Un commentaire ?: j'vous aimes *hug*



Dernière édition par Leion L. Korrigan le Ven 23 Déc - 12:23, édité 12 fois
Revenir en haut Aller en bas
Raven
Invité
avatar

Sam 17 Déc - 18:19
Raven
Raven L. Lentz
Ancien membre
Oh shit un prof... M'weh bienvenue ! :p
J'espère que tu f'ras pas trop chier en cours!

Sinon bon courage pour ta fiche ;)
Revenir en haut Aller en bas
Leion L. Korrigan
Membre absent
avatar
Messages : 20
Date d'inscription : 15/12/2016
Niveau d'études/Métier : Professeur de Biologie
Situation amoureuse : Actuellement en couple avec lui-même
Nationalité : Anglais-Zélandais
Voir le profil de l'utilisateur
http://indare-division.forumactif.com/t69-leion-korrigan]here ♥

Sam 17 Déc - 18:21
Hey,
Oh mais ne t'en fais pas pour moi, c'est plutôt les élèves qui se feront chier ouais ;')
Et thanks ♥


Merci ma petite Raven pour ces super cadeaux ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Amaryllis Hanazumi
ISS |:| En Norvège
avatar
Féminin
Messages : 483
Né(e) le : 05/08/2000
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 17
Niveau d'études/Métier : Troisième année
Situation amoureuse : Célibataire - Karynsexuelle
Nationalité : Française
Voir le profil de l'utilisateur
http://indare-division.forumactif.com/t31-amaryllis-la-pianiste-fini

Sam 17 Déc - 18:24
Bienvenue Monsieur le professeur, je vous souhaite de bien vous intégrer à l'équipe enseignante et de vite vous trouver une place parmi nous :)


Always all alone


Déesse Ama-Terasu:
 


Finally found my true will:
 


Je parle en #cc66ff.
Revenir en haut Aller en bas
Leion L. Korrigan
Membre absent
avatar
Messages : 20
Date d'inscription : 15/12/2016
Niveau d'études/Métier : Professeur de Biologie
Situation amoureuse : Actuellement en couple avec lui-même
Nationalité : Anglais-Zélandais
Voir le profil de l'utilisateur
http://indare-division.forumactif.com/t69-leion-korrigan]here ♥

Sam 17 Déc - 18:27
Oh ♥
Merci ma très chère demoiselle, j'y compte, pas d'inquiétudes :3


Merci ma petite Raven pour ces super cadeaux ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Martel Ed'Ruecus
PNJ |:| Directrice de l'IRS
avatar
Féminin
Messages : 450
Né(e) le : 12/09/1981
Date d'inscription : 12/11/2016
Age : 35
Niveau d'études/Métier : Directrice de l'IRS
Situation amoureuse : Mariée à Ruthven Ed'Ruecus
Nationalité : Britannique (origine Allemande)
Voir le profil de l'utilisateur
http://indare-division.forumactif.com http://indare-division.forumactif.com/t24-pnj-martel-ed-ruecus

Sam 17 Déc - 18:43
Bonjour cher professeur, nous vous souhaitons la bienvenue dans notre établissement.

Quelques petits détails en attendant ton histoire (rien de grave) :
- Tu as répété une phrase deux fois dans ton caractère (j'ai cru que j'avais bugué mais non, elle est bien en double)
- Il va falloir que tu choisisses pour des yeux entre orange (enfin marron orangé plutôt), violet ou qu'il porte des lentilles parce que des vrais yeux je ne pense pas que ça puisse alterner entre les deux  couleurs ^-^
- Comme tu es prof, tu avais fait ta fiche dans la mauvaise section, je l'ai déplacée ^^ (d'ailleurs tu as utilisé le modèle Civil au lieu du modèle Castel)

J'espère que vous vous plairez dans notre établissement et j'attends la fin de votre entretien d'embauche avec impatience =)

Martel Ed'Ruecus, directrice de l'IRS
Revenir en haut Aller en bas
Martel Ed'Ruecus
PNJ |:| Directrice de l'IRS
avatar
Féminin
Messages : 450
Né(e) le : 12/09/1981
Date d'inscription : 12/11/2016
Age : 35
Niveau d'études/Métier : Directrice de l'IRS
Situation amoureuse : Mariée à Ruthven Ed'Ruecus
Nationalité : Britannique (origine Allemande)
Voir le profil de l'utilisateur
http://indare-division.forumactif.com http://indare-division.forumactif.com/t24-pnj-martel-ed-ruecus

Ven 23 Déc - 12:18
C'est avec plaisir que nous vous souhaitons la bienvenue dans notre établissement. C'est toujours un plaisir d'accueillir des anciens élèves en tant que professeur.

Sachez que vous serez officiellement affilié à l'ISS, sauf si votre choix se porte sur l'autre école, mais que vous exercerez des cours dans les deux écoles si cela vous convient. Votre directeur et employeur sera donc mon mari, Ruthven Ed'Ruecus, si vous voulez discuter de formalités professionnelles.

- Vous êtes en charge des classes A de l'IRS et 1 de l'ISS, à tout niveau d'étude. Je vous conseille de prendre connaissance de l'emploi du temps de vos élèves d'Exchange pour savoir auxquels de vos cours ils ne seront pas présents.
- Vous trouverez ci-joint votre emploi du temps pour l'année à venir.


Voici les liens qui te seront utiles pour tes premiers pas sur le forum :
Listings, pour les métiers, les habitations et l'avatar
Demandes de rp (faut bien commencer)
Friendships & Adventures, pour répertorier tes rps et tes relations
Internet & sms, si tu veux aller harceler tes élèves sur facebook pour voir s'ils sèchent les cours .o.
(Est-ce que tu peux réduire un peu le titre de ta présentation ? Il déforme un peu dans la liste des sujets ^^')

Nous espérons vous compter longtemps parmi les enseignants de notre établissement,
Martel Ed'Ruecus, directrice de l'IRS
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Korrigan, nain ou géant ? Faudrait savoir !
» Korrigan
» Jarwal, le lutin
» Légendes Bretonnes : Les Korrigans
» le Site de Newgrange

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Institution Indarë :: Hors-jeu :: Archives-
Sauter vers: