À droite, l'école et ses élèves normaux, comme tout le monde.À gauche, le centre de redressement pour jeunes dangereux.Maintenant réunis, pour le pire.
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



Votez pour le forum

~ Étendez l'expérience ~
Venez faire des cadeaux de noël !

 :: Dortoir :: Toit Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Une nuit si particulière... (Solo)

Melody Williams
ISS |:| Quatrième année
avatar
Féminin
Messages : 612
Né(e) le : 14/10/1999
Date d'inscription : 03/01/2017
Age : 18
Niveau d'études/Métier : Quatrième année
Situation amoureuse : En couple avec Naomi
Nationalité : Ecossaise
Voir le profil de l'utilisateur
http://indare-division.forumactif.com/ http://indare-division.forumactif.com/t88-la-beaute-triste-d-une-fille-perdue http://indare-division.forumactif.com/t726-le-club-des-cliches-screens

Dim 11 Juin - 23:18
Une nuit si particulière..

ft //

ft //


J'étais morte à l'intérieur pour rien..

La porte métallique s'ouvrit en grinçant comme à son habitude. Personne n'avait daigné réparer la chaîne métallique sensée empêcher les élèves de s'introduire ici. Je m'aventurais donc sur le toit désert, le manteau de Naomi sur les épaules, tremblante de part le froid de la nuit sombre, où seuls la lumière froide de la Lune et des étoiles guidée mes pas. La pluie rabattait mes cheveux roses dans mon champ de vision. Je trouvais alors un coin abrité, histoire d'être tranquille et au sec.Je m'asseyais à même le sol, déposant auprès de moi le contenu de mes bras : un thermos de thé ainsi qu'une autre boîte à musique.Je m'appuyais alors contre le mur contemplant la pluie tombée pendant de longues minutes en silence, essayant de mettre un peu d'ordre dans mes pensées. Je venais de vivre un rêve, un rêve éveillé.. Je soupirais doucement comme pour m'assurer que je respirais encore. C'était toujours le cas. Non la suite d'événements qui venait de se dérouler était bien réelle. J'avais, en effet, bien été dans les bras de Naomi, j'avais effectivement dormi auprès d'elle, tout contre elle. Je posais doucement mes doigts sur mes lèvres, toujours dans les nuages. Oui j'avais bien embrassé Naomi. Un rêve éveillé.. Le début d'un cauchemar aussi.. Je n'avais plus rien à espérer désormais.. Je serais une ombre dans la nuit. Je détournais mon attention de mes pensées moroses pour prendre ma boîte à musique, actionnant la manivelle à plusieurs reprises jusqu'à qu'une musique mélancholique ne vienne envahir mes oreilles en harmonie avec le clapottement de la pluie. Je portais à mes lèvres, dès lors, mon thé, réchauffant ainsi mon corps et mon coeur en peine. Certes, je venais de vivre un moment que je n'oublierais jamais, un moment qui resterait gravé à jamais au fond de moi, comme un secret inavouable. Certes, je savais désormais que je n'étais rien à ses yeux. Tout juste une amie emcombrante. Elle ne me l'avait pas dit ; je ne saurais dire si elle le pense même mais je ne pouvais penser qu'une chose : je voilais son bonheur avec mon égoïsme. Pourquoi lui avais-je dit? Pour m'apaiser? Je ressentais toujours cette lame au fond de mon coeur, rendant chaque battement comme une pénitence, chaque respiration comme forcée. Une idée germa en moi : aurais-je autant souffert si j'avis pu m'exprimer avant? Naomi aurait-elle pu me voir? Je ne sais pas. Au fond de moi, je savais que j'étais responsable de mon propre malheur. J'aurais dû agir. J'avais peur. Peur de ressentir ce que j'avais pu vivre auparavant. Peur que l'amour ne me ravage à nouveau. Peur d'un jour redevenir celle que j'étais.  Et si... Une pensée horrible me traversa l'esprit. Une délivrance au fond. Et si j'avais pu connaître Naomi avant John? Aurais-je souffert autant? Les souvenirs douloureux de mon adolescence me revinrent, alors que mon esprit occultait toute trace de la présence du jeune homme pour remplacer ce dernier par la blondinette. M'aurait-elle fait autant de mal? Mon âme et mon corps serait-il marqué comme aujourd'hui? Je ne crois pas. Naomi ne m'aurait jamais fait ça ou bien.. Je secouais la tête vigoureusement comme pour chasser ces pensées. Un mince sourire se dessina sur mes lèvres alors que je prenais à nouveau une gorgée de mon thé. Naomi me tuerait si elle savait ce à quoi je venais de penser. Nami me tuerait déjà si elle se réveillait. Elle me trouverait loin d'elle et elle s'inquièterait. Comme tout à l'heure. Je soupirais de nouveau, cette fois pour expulser toute cette frustration. Oui au fond de moi, je savais que tout cela n'avait servi à rien. Rien du tout. Rien ne seras plus comme avant. J'étais morte à l'intérieur pour rien...





Now I'm yours Naomi.. So catch me if you can ♪
J'écris en #ff99cc


Dernière édition par Melody Lawford le Dim 25 Juin - 23:07, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Melody Williams
ISS |:| Quatrième année
avatar
Féminin
Messages : 612
Né(e) le : 14/10/1999
Date d'inscription : 03/01/2017
Age : 18
Niveau d'études/Métier : Quatrième année
Situation amoureuse : En couple avec Naomi
Nationalité : Ecossaise
Voir le profil de l'utilisateur
http://indare-division.forumactif.com/ http://indare-division.forumactif.com/t88-la-beaute-triste-d-une-fille-perdue http://indare-division.forumactif.com/t726-le-club-des-cliches-screens

Lun 12 Juin - 12:31
Une nuit si particulière..

ft //

ft //


Jamais elle ne devrait voir à nouveau ma souffrance.
Le constat que je venais d'émettre me ravageait profondément. Était-ce vrai? Tout cela n'avait-il servi à rien? Tout cela n'était-il qu'un passage oubliable du livre de ma vie. Non. Irrémédiablement non. Je me mentais à moi-même sur ce coup pour oublier ma souffrance. Je me mentais à moi-même car je ne voulais plus rien ressentir. Je ne voulais pas voir que cette douleur au fond de moi serait permanente. Je n'avais pas eu besoin de me poignarder de nouveau pour avoir une cicatrice cette fois-ci. Elle était ancrée en moi sans aucune marque extérieure et rien ne la ferait cicatrisé. En effet, tout ce temps passait avec Naomi , ces rires, ces conversations, ces moments de complicité, tout ce qu'elle m'avait apprise, tout ce qu'elle m'avait dit. Ses paroles apaisantes. Le sens qu'elle avait donné à ma vie. La femme que j'étais qu'elle avait construite de ses mains .Tout ça avait un sens. Je ne pouvais pas balayer tout ça, mettre mes sentiments de côté comme si il n'avat jamais existé. Je me devais d'être forte. D'être le témoin d'un amour impossible mais pourtant si beau. Oui mes sentiments étaient les plus beaux du monde. Je devais me convaincre que mon amour avait autant le droit d'exister que n'importe lequel. Je balayais du revers de la main, une mèche qui retombait lourdement devant mes yeux avant de prendre une nouvelle gorgée de thé tandis que mes pensées se tournaient vers ma belle aux bois dormants.


J'espérais que Naomi ne s'inquiétait pas trop. J'étais partie au cours de la nuit, après m'être réveillée dans ses bras. Je m'étais extraite de ses bras avec grand mal,avais déposé un baiser sur ses lèvres, mis l'une de mes peluches dans ses bras, pris son manteau pour ne pas avoir froid en débardeur sous la pluie avant de me diriger vers la cuisine pour me faire du thé. De là, j'étais montée là-haut pour admirer la vue et réfléchir. Réfléchir à ce que je venais de vivre mais surtout à l'avenir. Que faire de tout ça? Je ne pourrais pas l'oublier ou prétendre que celà n'était pas arrivée. Je ne pouvais tout simplement pas. Je pivotais légèrement la tête, respirant doucement le parfum de Naomi, subsistant sur son col. Je souriais aussitôt bêtement, aux anges. Oui je ne pouvais pas oublier quelque chose d'aussi ancrée en moi. Au fond, je n'avais été que dans ses bras mais c'est comme si nous avions été en communion, ce que certains diraient être faire l'amour. San rien de sexuel cependant. Je n'en avais pas eu besoin. Ce moment serait à elle si elle désirait en disposée mais nous n'avions pas besoin de ça. Au contraire, ça aurait gâché le moment je crois. Et puis.. La soirée avait été éprouvante pour elle aussi. Dans le noir et le silence de notre chambre, elle avait dû accepter mes sentiments, se forcer à me montrer de l'affection malgré son dégoût probable de l'être abjecte que je suis. Elle avait dû assumer tout mes griefs et mes sentiments. Certes, ils étaient aussi beaux que les autres mais aussi lourds à porter aussi.


Je levais les yeux au ciel, pleine d'espoir, me défiant de la pluie battante alors que des larmes coulèrent sur mes joues. Je prononçais quelques mots, espérant que si une entité supérieure existe réellement, elle écoute ma demande aussi humble et sincère que l'était mon amour.

-"Je n'ai qu'une requête .. que tu ne me rejoigne pas sur les rives du désespoir mon ange..."

Je devais désormais me consacrer à trouver une solution pour ne pas sombrer moi aussi, comme je l'avais déjà fait, pas pour moi mais pour son bien. Pour que jamais je ne lui manque ou je ne la rende triste. Jamais elle ne devrait voir à nouveau ma souffrance. Jamais plus, je ne devrais pleurer devant elle et surtout jamais plus je ne devrais lui cacher mes sentiments. Je pivotais de nouveau la tête pour m’enivrer de son parfum avant de fixer l'horizon et Londres sous la pluie, pensive.





Now I'm yours Naomi.. So catch me if you can ♪
J'écris en #ff99cc
Revenir en haut Aller en bas
Melody Williams
ISS |:| Quatrième année
avatar
Féminin
Messages : 612
Né(e) le : 14/10/1999
Date d'inscription : 03/01/2017
Age : 18
Niveau d'études/Métier : Quatrième année
Situation amoureuse : En couple avec Naomi
Nationalité : Ecossaise
Voir le profil de l'utilisateur
http://indare-division.forumactif.com/ http://indare-division.forumactif.com/t88-la-beaute-triste-d-une-fille-perdue http://indare-division.forumactif.com/t726-le-club-des-cliches-screens

Lun 12 Juin - 15:26
Une nuit si particulière..

ft //

ft //



..laisse mourir le monstre que je suis..
Après quelques minutes, je quittais le vague. J'étais désormais pleinement consciente de la réflexion à prendre et des tenants de de cette dernière. J'étais certes honteuse d'avoir dû imposer celà à Naomi cependant je savais que je devais lui dire, même par simple honnêteté. Il est vrai que je l'avais fais dans un tout autre but : celui de prétendre à son coeur. Celui, égoïste de pouvoir libérer mes véritables sentiments à son égard. Des sentiments que je pouvais désormais assumer pleinement, d'une voix retentissante. D'une.. Attends. Je marquais un arrêt dans le train de mes pensées, essayant de remonter les rails de ce dernier. Un sourire s'afficha alors sur mon visage lorsque j'y parvins finalement.

C'était évident. Evident comme l'était mon amour pour Naomi, mais encore une fois, je me devais de me perdre milles fois avant de parvenir à la logique la plus simple. J'avais une voix frêle et fragile qui n'attendait pendant tout ce temps que de s'exprimer, des sentiments profonds et purs que je désirais énoncé pour qu'un jour enfin ils apparaissent dans leurs entièretés à leurs destinataires. J'avais une voie toute tracée. Une voie qui me permettrait de toucher le cœur de Naomi. D'une manière ou d'une autre. Une voie qui me permettrait un jour de compter à ses yeux. Une voie qui me bercerait aussi de l’illusion dont j'avais besoin. Celle qu'elle m'aimait. Il me suffirait d'y croire lorsqu'elle me féliciterais de mes avancées. Il me suffirait d'y croire pour que ce songe devienne un jeu, dans lequel je jouerais mon rôle, pour couvrir au mieux d'un voile opaque mes sentiments véritables.

J'avais finalement réussi à trouver ma voie, une voie sans chemin, sans retour. Une voix où je serais seule avec elle, ou du moins avec son souvenir. Une voie où j'essaierais de lui prendre la main sans jamais pouvoir l'attraper. Mes doigts passant à travers sa paume si douce et chaude. Une voie où je porterais seule ma tristesse. Je baissais le regard pour fixer ma main, essayant de me rappeler de la sensation de ses doigts entrelacés au mien. Impossible. Déjà le cours du temps me reprenait ce don,
effaçant petit à petit dans ma peau la sensation de la sienne. Le temps est si cruel. Le monde aussi. Cette nuit l'était aussi. Elle m'avait accordé mon plus beau souhait. Mon cœur au creux de ses bras. Sa présence près de la mienne. Ses doigts sur ma peau. Ses lèvres sur les miennes. Son amour. Elle comme moi nous le savions toutes les deux. Ça finira par m'anéantir complètement , ou du moins anéantir, déchirer, vaporiser le trou béant dans ma poitrine..

Je me levais, alors que la pluie cessait et que la musique de ma boîte à musiques finissait par s'achever. Je marchais dès lors jusqu'au bord du toi , passant mes doigts à travers les interstices de la grille. Mon regard se perdit en contrebas, dans l'abîme sombre de la nuit avant de relever les yeux vers la Lune, adressant à Naomi un aveu dont j'espérais que le sommeil, la nuit, le vent lui communiquerait.

-"Tu sais mon amour.. j'aurais tout donné pour être seule avec toi sur ce chemin.. seule à tes côtés.. pas seule dans la nuit...effrayée par la perspective d'une vie loin de toi..condamnée à chercher ton attention à jamais sans pour autant l'avoir..une vie spectatrice suppliciée de ton bonheur.. j'aurai tout porté avec toi..j'aurais porté ton nom fièrement, je t'aurais suivi partout.. je me serais dévouée à toi... je le ferais dans l'ombre..je t'aimais de tout mon cœur.. je t'aime de tout mon être.. désormais laissons mon cœur disparaître.. laissons le mourir.. laisse moi devenir une servante de ta personne. laisse moi m'oublier.. laisse moi oublier que je suis seule..seule pour un temps ou pour toujours.. laisse moi m'effondrer... laisse mourir le monstre que je suis.."

Toute la tristesse que je retenais au plus profond de mon cœur finit par le déchirer, s'évacuant par un torrent de larmes alors que mes jambes se dérobaient sous moi, et que je posais ma main sur ma poitrine comme si cette dernière allait l'empêcher de se déchirer, de souffrir. Je suis restée à pleurer là de longues minutes à fixer le vide si proche de moi tandis que les larmes abondaient. Ce vide dans laquelle je n'irais plus jamais me précipiter. J'allais vivre avec ce poids. Vivre pour elle. Vivre pour la rendre heureuse. Je finis par me relever, m'aidant du grillage, puis je balayais du revers de la main, les larmes qui restaient au coin de mes yeux. J'adressais alors un léger sourire à l'astre lunaire avant de tendre les doigts vers ce dernier, comme pour l'atteindre. Cet astre qui, comme Naomi, illuminait mes nuits sans jamais me laisser l'atteindre.

-"Je ne t'atteindrais pas avec ma voix fragile.. je ne veux rien de plus que ta présence et je finirais par la mériter, alors, j'essuierais tout les affronts sans jamais me détourner de toi mon ange.. Tu m'anéantiras peut-être.. mais.. Je t'aime..."







Now I'm yours Naomi.. So catch me if you can ♪
J'écris en #ff99cc
Revenir en haut Aller en bas
Naomi Lawford
Londres |:| Actrice
avatar
Féminin
Messages : 585
Né(e) le : 25/01/1999
Date d'inscription : 03/01/2017
Age : 18
Niveau d'études/Métier : Actrice
Situation amoureuse : Avec Melody ♥
Nationalité : Canadienne
Commentaires/Citations : La peine est comme la neige, elle s'en va avec les premiers rayons de soleil.
Voir le profil de l'utilisateur
http://indare-division.forumactif.com/t89-the-streets-and-sidewalks-are-my-playground http://indare-division.forumactif.com/t503-live-a-live http://indare-division.forumactif.com/t148-pnjs-de-naomi

Jeu 22 Juin - 15:41

21 Mai
2017
Une nuit si particulière

Melody Williams

Il y a quelque chose de différent.
Je me suis endormie en serrant Melody dans mes bras assez fort pour l'étouffer, même si le sommeil m'a fait un peu lâché prise. Mais ce n'est pas ça. Quelque chose... cloche. Ouvre les yeux. Ce n'est pas si simple de s'extraire d'un sommeil qui ne veut pas te laisser partir. Mais j'y arrive, lentement. Et plus le sommeil me quitte, plus je me rends compte que ce n'est pas Melody qui est dans mes bras.
Une peluche. Où est passée Melody ?

Je crois que je ne me suis jamais levée aussi vite de ma vie. Un peu trop, parce que j'ai failli m'écrouler juste après mais non, je n'ai pas le temps pour un étourdissement. Il faut que je la retrouve. Où est-ce qu'elle a bien pu aller, seule au milieu de la nuit ? Mon regard se pose sur les barreaux aux fenêtres. Une demi-seconde. Assez pour instiller une angoisse soudaine. Elle ne ferait pas ça...
Non ? Vraiment ? Même après ce qu'elle a dit hier soir ? Même après ce qu'elle m'a demandé ?
Elle a déjà essayé une fois...

Mon premier réflexe a été de me précipiter vers les douches. Fermées. De toute façon, elle n'a pas le droit d'accéder à des objets tranchants. Est-ce qu'il y en a dans mes affaires ? Non... non, on m'a forcé à tous laisser dans les casiers pour partager ma chambre avec elle. Et si ce n'est pas ça...
Je m'élance en courant dans le couloir, sans penser un seul instant aux surveillants qui sont censés y patrouiller. Et alors ? Si on m'arrête, j'expliquerai. Que je m'inquiète, que je n'ai pas le temps, que je verrai plus tard... N'importe quoi, tant qu'on ne m'empêche pas de vérifier qu'elle va bien.

Mais personne ne m'arrête. Deuxième étage. Troisième. Quatrième. Prend une seconde pour respirer. Pousse la porte.
Attends.

- ...Laisse moi oublier que je suis seule..seule pour un temps ou pour toujours.. laisse moi m'effondrer... laisse mourir le monstre que je suis..

C'est bien sa voix. J'avais raison, alors ?
Non. J'ai glissé ma tête à travers la porte et elle est toujours là, du bon côté de la grille. Même si elle y est un peu trop accrochée pour que mon cœur ne s'inquiète pas. C'est juste pour se relever. Peut-être. Mais si ce n'est pas le cas, je ne peux pas rester là. Il faut que j'aille la voir, que je la ramène.

- Je ne t'atteindrais pas avec ma voix fragile.. je ne veux rien de plus que ta présence et je finirais par la mériter, alors, j'essuierais tout les affronts sans jamais me détourner de toi mon ange.. Tu m'anéantiras peut-être.. mais.. Je t'aime...
- Melo...

Est-ce qu'elle m'a seulement entendue approcher ? Non, je ne pense pas. Ça me brise le cœur de l'entendre dire ça. Est-ce que je peux seulement la forcer à rester à mes côtés ? L'anéantir...
Ce n'est pas le moment de penser à ça. Je passe mes bras autour de ses épaules.

- J'ai eu peur... Ne disparais pas comme ça...

Ma voix est encore éraillée à cause d'hier soir. Mon cœur encore instable. Et l'idée qu'elle ait pu songer à sauter, même une seconde, m'a fait tellement peur... Si je ne la serrais pas contre moi, je pourrais trembler. Ne me fais plus jamais une peur pareille...
© Naomi
paroles en #006600




Revenir en haut Aller en bas
Melody Williams
ISS |:| Quatrième année
avatar
Féminin
Messages : 612
Né(e) le : 14/10/1999
Date d'inscription : 03/01/2017
Age : 18
Niveau d'études/Métier : Quatrième année
Situation amoureuse : En couple avec Naomi
Nationalité : Ecossaise
Voir le profil de l'utilisateur
http://indare-division.forumactif.com/ http://indare-division.forumactif.com/t88-la-beaute-triste-d-une-fille-perdue http://indare-division.forumactif.com/t726-le-club-des-cliches-screens

Jeu 22 Juin - 17:08
Une nuit si particulière..

ft Naomi

ft Naomi



Juliette et Juliette

Melo...

Une voix me sortit de mes rêveries. Une voix comme sortit d'un rêve. Naomi. L'avais-je rêvé? Je ne crois pas. Je ne sais pas vraiment. Je tournais légèrement la tête pour constater la présence de ma bien-aimée sur ce toit auprès de moi. Ses bras passèrent  autour de mon cou, la douceur de sa peau sur mon cou, son odeur fruité et envoûtante. Un mince sourire s'afficha sur mes lèvres tandis que je posais une main sur son bras, caressant ce dernier un moment. Elle tremblait. Je l'avais inquiétée. Quelle idiote je fais.

- J'ai eu peur... Ne disparais pas comme ça...

-"Je suis là tout va bien.. Je ne disparaîtra pas.. tu sais bien que je ne peux pas être loin de toi.." murmurais-je en me retournant doucement vers elle, pivotant entre ses bras, passant mes bras autour d'elle.

Je n'aurais jamais pensé la trouver dans un état pareil. J'étais partie sans un mot, remplaçant ma présence par celle de mon lapin en peluche,espérant que rien ne perturbe le sommeil obtenu dans les larmes et les regrets. Au fond j'espérais presque qu'elle ne se réveille pas, voire jamais. J'aurais pu ainsi la voir heureuse dans la délivrance de Morphée et être la seule gardienne de son sommeil éternel. Quel rêve égoïste. Je déposais un doux baiser sur ses lèvres puis son front tout en relevant le drap et ensuite je rejoignait cet endroit pour penser, faire un constat mais en avais-je besoin? Non, je n'avais besoin que d'être auprès d'elle pour faire ce constat. J'avais besoin d'elle. Suffisamment besoin pour ne pas pouvoir me décider à l'abandonner. Du moins pas pour l'instant, un jour peut-être, je ne tiendrais plus. Je verrais mon cœur se fissurer et je ne serais plus capable de supporter cette situation. Je partirais un jour sans mot dire, un jour je prendrais l'avion et j'irais loin, loin de tout ça. Loin pour ne plus souffrir. Loin pour qu'elle m'oublie, loin pour ne plus encombrer son cœur. Loin car je ne peux abréger cette existence. J'en suis incapable. A chaque fois que cette pensée m'effleure, je revois son visage après ma supplique de tout à l'heure. J'en suis incapable. Je partirais peut-être. Mais pas aujourd'hui, pas demain, peut-être jamais même. Peut-être que je resterais toute ma vie à son service. Peut-être qu'un jour je l'attendrais seule dans cet endroit si particulier, si symbolique. Peut-être que ce jour, je verrais sa silhouette se dégageait des ombres,des arbres, me rejoindre lentement comme le spectre d'un souvenir vaporeux. Je l'entendrais alors me prononcer quelques mots. Juste quelques mots. Des mots libérateurs. Des mots qui changent une vie. Trois pauvres mots dont rien n'égalera jamais l'intensité pour moi. Ou bien.. Non c'est une foutaise, une illusion de mon esprit. Une idylle où je peux me complaire. J'attendrais mais jamais elle ne viendra. Chaque seconde qui passe, je cède un peu de mon terrain à cet inconnu. Chaque seconde je disparais un peu plus. Je ne deviens plus qu'un nom. Je vais me taire. Me taire et seul mes chansons refléteront mes sentiments, je vivrais dans la tristesse et le mensonge pour elle. Je lui dois bien ça. Je mérite bien ça. Tout est incertain désormais... Non .. Certaines choses sont certaines : je ne suis plus la même, je vais changer, je ne veux plus être cette idiote incapable de parler, si faible et si inutile. Je veux servir sa cause, son bonheur. Rien d'autre n'importe.

Je caressais doucement le visage de la blondinette, essayant d'être la plus tendre possible, je la serrais doucement contre moi pour la réchauffer de mon être avant de murmurer doucement à son oreille.

-"Viens on va rentrer... tu vas avoir froid.. Je te laisserais dormir dans mes bras si tu veux.."

Je faisais quelques pas en la gardant près de moi, mon regard se perdant dans la nuit, un sourire mélancholique et fataliste à la fois se gravant sur mes lèvres. Ce soir je pouvais la protéger de sa culpabilité, la protéger de moi-même, de mon égoïsme mais.. Encore une fois elle m'avait trouvé. Trouvé le chemin de mon cœur comme il y'a des mois. Comme chaque jour que nous avions passé ensemble. Certains appellent ça le destin. Moi j'appelle ça la destinée, je sais qu'elle me trouverait où que j'aille, où que je parte, toujours. Je la verrais m'échapper de plus en plus, je la verrais être heureuse quoi que je fasse. Ce bonheur m'envahira toute entière sans pour autant annihiler la douleur que je ressentirais. J'aurais beau me mentir, me dire que je ne l'ai aimée que par dépit, que parce que je ne voulais pas la perdre,  que car je ne voulais pas perdre cette amie qui me donnait enfin envie de sourire. Je pourrais la tromper..je pourrais lui faire croire.. si j'y met suffisamment d'ardeur.. je ne pourrais jamais me tromper.. Je descendais les escaliers doucement avec elle, jusqu'à rejoindre notre chambre, je m'allongeais sans un mot, ouvrant mes bras pour lui laisser une place auprès de moi avant de murmurer en caressant doucement ses cheveux et en l'installant contre mon cœur.

-"Dors Naomi... Oublie ta peur, j'irais bien, tout ça n'était qu'un rêve.."

Oui je devais m'en convaincre moi aussi. Ce n'était qu'un songe, une machination de l'esprit. Je devais me convaincre que son bonheur était fait, que mon sacrifice allait lui assurer la plus belle des vies. Je devais me convaincre qu'aussi haut que s’élèverait mon cœur et ma voix, je ne pourrais lui faire éprouver ce que je ressens. Je devais me convaincre qu'un mur nous séparerait toujours. J'étais Melody mais elle serait toujours la mélodie sur laquelle je voudrais poser mes émotions et ma voix. La pilier de ma vie futur. Je devais me convaincre que tout les regards en coin, les sourires angéliques que je lui avais adressés étaient passés inaperçus. Je devais me convaincre que mon cœur allait fondre si je quittais la chaleur de sa présence. Je devais me convaincre que le monde au dehors ne serait pas aussi hostile qu'il en avait l'air. Seule. A jamais. Je devais me convaincre que je n'avais pas à avoir de regrets.Après tout ce n'était qu'un amour qui n'aurait pu être. Un amour impossible. Transcendant le temps et les cœurs. Juliette et Juliette. Mais je serais la seule à boire le poison de l'indifférence.






Now I'm yours Naomi.. So catch me if you can ♪
J'écris en #ff99cc
Revenir en haut Aller en bas
Naomi Lawford
Londres |:| Actrice
avatar
Féminin
Messages : 585
Né(e) le : 25/01/1999
Date d'inscription : 03/01/2017
Age : 18
Niveau d'études/Métier : Actrice
Situation amoureuse : Avec Melody ♥
Nationalité : Canadienne
Commentaires/Citations : La peine est comme la neige, elle s'en va avec les premiers rayons de soleil.
Voir le profil de l'utilisateur
http://indare-division.forumactif.com/t89-the-streets-and-sidewalks-are-my-playground http://indare-division.forumactif.com/t503-live-a-live http://indare-division.forumactif.com/t148-pnjs-de-naomi

Dim 25 Juin - 22:50

21 Mai
2017
Une nuit si particulière

Melody Williams

Tu ne disparaîtras pas, vraiment ? Même après avoir dit que je t'oublierai ? Même après m'avoir demandé de te tuer ? Je voudrais y croire, je veux y croire, de toutes mes forces, mais je ne peux pas m'empêcher d'avoir des doutes. Si tu voulais disparaître, un jour, est-ce que je serai aussi trop aveugle pour m'en rendre compte ? Est-ce que ça sera aussi trop tard ?
Non. Je prendrai soin d'elle. Même si c'est égoïste. Même si elle finit par me détester. Même si ceux qui l'aiment finissent par me détester. Je sais que je lui fais sûrement du mal mais... je ne peux pas la laisser seule. Et à quel point me détesterait-on, à quel point me détesterais-je, si je ne pouvais pas faire mon maximum pour elle ?

Je sais qu'elle ne va pas tomber en poussière si je la lâche. Qu'elle ne va pas sauter si je m'éloigne. Je sais que ce n'était pas son intention. Mais je ne la lâcherai pas pour autant. J'ai encore trop peur pour elle. Trop peur de ce qui pourrait se passer dans sa tête.

- Viens on va rentrer... tu vas avoir froid.. Je te laisserais dormir dans mes bras si tu veux..

Froid... Je n'ai jamais froid. Ce n'est pas pour ça que je tremble. Ce manteau qu'elle a pris avec elle, je l'ai reposé pour ne pas le remettre aux alentours du mois de février, quand on est revenues d’Écosse. Quand la température était enfin passée au-dessus des 8 degrés nécessaires pour que je porte une simple veste. Il doit faire au moins quinze, et je n'ai même pas enlevé mon uniforme depuis hier. Mais je sais que c'est elle qui veut dormir dans mes bras. Peut-être qu'elle aurait aimé que je lui dise ces mots. Que je lui dise de ne pas rester dehors, de ne pas attraper froid et de venir dormir dans mes bras pour oublier ses problèmes.
Assez difficile, vu que j'en fais partie.

Je la suis dans les escaliers en silence. Maintenant que je sais qu'elle va "bien" et qu'il ne va rien lui arriver, l'adrénaline est retombée et la fatigue est revenue. L'épuisement. Je n'ai pas la force de prononcer un mot de plus, et puis pour dire quoi ? Ce n'est pas le moment pour les conversations sans intérêt. Je sais – j'espère – qu'on pourra retrouver sans trop de difficulté la facilité qu'on avait de parler de tout et de rien dès qu'il y avait un moment de silence, mais je sais aussi que ça va me prendre un petit temps d'adaptation. À surveiller mes paroles pour ne pas involontairement dire quelque chose qui la blesserait ou qui lui redonnerait des espoirs que je ne pourrais que briser plus tard. Mais si je change trop, elle va m'en vouloir. Ou pire, s'en vouloir.
Je suis trop fatiguée pour penser à ce genre de chose. Mes yeux se ferment déjà à moitié. Je m'allonge contre elle sans trop y penser et je suis déjà à moitié partie quand je l'entends murmurer quelque chose. C'est flou. Je ne suis pas trop sûre des mots qu'elle a prononcés. Elle a parlé de rêve ? De peur ...?

Je sais pas trop. Mes pensées frôlent l'incohérence, quand elles ne sont pas juste plus proche de la bouille que des mots. Alors je tends mon bras pour le passer autour d'elle et la garder contre moi en dormant. En m'accrochant à elle. Si elle veut me refaire le coup de disparaître au milieu de la nuit en me remplaçant par son lapin en peluche, il va falloir qu'elle s'accroche.
Un petit sourire parce que je sais qu'elle ne pourra pas disparaître soudainement. Et puis..
On verra demain.  
© Naomi
paroles en #006600




Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» AVOIR FAIM LA NUIT.
» bébé 16 mois se réveille plusieurs fois dans la nuit
» Chaleur: comment habiller bébé la nuit?
» mon fils de 11 mois se reveille ds la nuit
» OVNIS dans le cambrésis - Nuit 21-22 Août 2010

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Institution Indarë :: Dortoir :: Toit-
Sauter vers: