À droite, l'école et ses élèves normaux, comme tout le monde.À gauche, le centre de redressement pour jeunes dangereux.Maintenant réunis, pour le pire.
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



Votez pour le forum

~ Étendez l'expérience ~
Le bal a commencé ! Venez rp dans le sous-forum dédié !
Elèves, professeurs et civils partent en voyage en France ! Ca vous tente ?

 :: IRS - Bâtiment principal :: 2e étage : langues et arts :: Escaliers Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Mais pourquoi tout ce bordel ? [Pv Violette]

Sébastien Nadeau
IRS |:| Sous surveillance médicale
avatar
Masculin
Messages : 78
Né(e) le : 24/11/1999
Date d'inscription : 19/04/2017
Age : 17
Voir le profil de l'utilisateur
http://indare-division.forumactif.com/t454-rien-n-est-impossible-seulement-besoin-de-determination-finis

Lun 5 Juin - 7:41
J'étais supposé remettre un travail au professeur aujourd'hui, cours d'anglais. J'étais supposé être en équipe avec une demoiselle dans la classe, mais je n'y ai pas prêté attention. Elle était nouvelle, j'avais oublié son nom. J'étais trop concentré sur mon sort, difficile de ce concentré sur le cours lorsqu'on a seulement la famille dans la tête, celle qui est partie au ciel. Je veux me concentrer sur mon cours, mais ces impossibles, j'ai beau me concentrer, mais mon corps refuse d’obéir. Enfant unique, sans parent ni grand-parent, je dois me contenter de faire face à la vie seule. Réglé, mes problèmes seuls. Je devrais me montrer face au autre au lieu de me cacher dans mon coin. Faire connaissance, me faire, changer les idées. J'ai mon deuil, enfin, mes trois deuils à supporter. Sa fait mal au cœur de supporter tout cela, juste ma vie que je dois supporter à chaque jour devrait me détruire en mille morceaux. Ce n'est pas le cas, je suis sûr que mon psy le demande comment je fait pour ne pas penser au suicide. La réponse est simple, je ne veux pas abandonner la vie comme mon sale père là fait. Au lieu de purger sa peine de prison pour avoir passé 13 ans à me battre chaque jour et me tatouer ce truc au visage de force, il a préféré ce suicidé comme un lâche.

Cours d'anglais ? Bon, j'ai fait mon travail seul. Je ne sais pas si la fille à fait de même, j'espère qu'elle ne m'en voudra pas trop de l'avoir laissé seule. J'ai tellement de la difficulté avec le social lorsque je dois faire les premiers pas. J'ai l'habitude que tout ce fait seul, je n'aime pas vraiment faire les premiers pas, car j'ai peur qu'on me rejette par la suite. J'ai pris mes trucs dans ma case, mes cahiers avec mes crayons. Je l'ai remarqué que depuis l'événement qui ces produites, les gens s'éloignent de moi, surement, car je suis plus blanc que jamais, que j'ai rarement mon sourire, que je reste dans mon coin plus seul que jamais, il n'a pas eu une journée que j'allais bien, pas étonnant que j'ai toujours l'air malade. J'ai gravi les escaliers pour me rendre au cours d'anglais. J'étais dans ma bulle, déposé mon casque d'écouteur noir sur mes épaules. J'étais rendu devant la porte du cours d'anglais que j'ai entendu des bruits brusques dans les escaliers, mais qu'est-ce qui se passe ? J'avais vu dans l'entrée de la classe que la nouvelle n'était pas là, enfin, plusieurs personnes n'étaient pas là, mais quelque chose me disait d'aller faire un tour pour voir. Je n'aimais pas la sensation qu'il se passe un truc, encore moins dans les escaliers et personne semble l'entendre. Je dois surement halluciné, je dois absolument prendre du repos. Non, c'était vraiment pour de vrai, un groupe de personnes dans les escaliers qui fait du bruit violent. Je n'aime pas ça, le stresse ma envahis d'un coup, j'ai laissé mes cahiers tombé au sol sur le bord de l'entrée de la classe, les élèves ont relevé la tête dû au bruit que j'ai fait et je suis allé voir dans les escaliers. Plus que les secondes s'écroulent, moins j'aimais le bruit qui se passait dans le corridor. Un groupe de personnes, je pouvais l'admettre, mais que faisaient-ils, j'en ai aucune idée. Je me demande si ce n'est pas ma musique qui jouait et qui me faisait jouer des tours, ce n'était pas cela, car la musique était sur pause. J'entendais des voix, mais j'ignorais ce qu'ils disaient, mais une raison de plus de laisser mes poings serrés avec mes sourcils rabaissés sur mes yeux. L'IRS, doué pour avoir des surveillants lorsqu'on n'a pas de besoin, mais lorsqu'il se passe un truc, ils sont jamais là, sauf si on décide d'enfreindre un simple règlement. Là, cette fois-ci, c'est moi qui vais s'en mêler, enfin. Si ce n'est pas un groupe de personnes qui s'amuse, sauf que ça a l'air trop brusque pour juste sembler s'amuser.


Always keep your colors ~  :
 
Besoin de gens pour 2 événement de ma part, cliqué Ici pour plus de renseignement.
Revenir en haut Aller en bas
Violette H. Swan
IRS |:| Classe Delta
avatar
Féminin
Messages : 31
Né(e) le : 09/11/2000
Date d'inscription : 24/05/2017
Age : 16
Niveau d'études/Métier : 3ème année
Situation amoureuse : IN LOVE DE SON PSY ( Ethan ♥ )
Nationalité : Écossaise.
Commentaires/Citations : * Normal people scare me*
Voir le profil de l'utilisateur

Lun 5 Juin - 20:32
Violette avait passé la nuit à lire le bouquin de la prof d'anglais pour rendre un travail correct. Heureusement, Orgeuil et Préjugé n'était pas une plaie à lire, elle aimait bien Jane Austen. De base, ce travail elle devait le faire avec un gars de sa classe, qui ne lui en avait pas adressé une, restant dans sa bulle. Il était Potion comme elle , et elle avait juste retenu qu'il s’appelait Sébastien. Enfin, elle avait finit sa partie du travail et traînait dans les couloirs, attendant son cours d'anglais en pianotant un message pour sa mère. Il n'était pas rare que la blonde prenne de ses nouvelles, elle envoyait un texto tout les deux jours et appelait les dimanches. Vio' était plongé dans son texto, les écouteur dans les oreilles et la musique qui criait quand d'un coup, elle tomba par terre poussée par deux gars de son cours qui se battait. La tête de la blonde cogna par terre, et son téléphone et ses feuilles s'écrasèrent sur le sol. Il se passa quelques secondes avant que la blonde ne comprenne et se relève, aidée par une fille à l'uniforme et aux cheveux rouge. Elle resta quelques seconde sidérée devant le spectacle des deux garçons se frappant avec violence au sol. Le pire était que certaine personne filmait, pariait. On aurait dit un combat de coq. Violette se tourna vers la fille au cheveux rouge :

«  Qu'est ce qui se passe ? Et pourquoi personne intervient.. ?
La fille au cheveux rouges regarda Violette , gênée puis regarda Violette en murmurant
-Mmh d'après ce que j'ai compris le p'tit blondinet à embrasser la copine du grand brun, sa copine c'est la fille brune  là-bas. Et si personne intervient c'est parce que personne n'a envie de finir à l'hosto..T'as pas vu la violence du truc ?

Le point du brun s'écrasa dans la mâchoire du blond devant Violette, elle ne réfléchit pas, elle ne réfléchissait jamais de toute façon elle était juste trop impulsive Violette. Elle ne faisait même quarante kilos, et ne faisait même pas la moitié de la taille du brun. Pourtant, elle s'interposa comme elle le pouvait, le cure-dent de service essayait donc de stopper la baston. Alors la voilà lancée, la petite blonde attrapa le bras du brun, essayant de le retenir de façon totalement inutile, puis il continuait de frapper de plus en plus fort. Puis elle hurlait aussi, elle le suppliait d'arrêter, certes, c'était pas ses affaires, certes elle connaissait pas le blond, mais c'était pas une raison pour ne pas essayer puis elle ne voulait pas rester les bras croisés. Mais la vérité c'est que une fillette de même pas quarante kilos, aussi frêle que Violette n'arrête pas les bagarres, elle les regarde va chercher quelqu'un mais ne les arrêtes pas, pourtant, Miss Swan elle a décidait qu'elle s'en foutait royal et qu'elle allait stopper ça.  

Mais ils n'arrêtaient pas, toujours plus violant et l'adolescente n'aidait pas le moins du monde, quoi qu'elle recevait des coups mal placés à certain moment. Quand tout à coup elle apperçu une touf bleu, elle le connaissait lui ! C'était son partenaire d'anglais et c'était le seul nom qu'elle connaissait dans cette classe alors tant pis, elle tante le tout pour le tout et cri son nom :
« - SEBAAAASTIEN !! VIENS M'AIDER !! »

Tout le monde la regardait bizarrement comme si elle était folle, mais bon elle n'était plus à ça près.
Elle voulait juste de l'aide, et personne jusque là n'avait bougé son cul, elle espérait que Sébastien valait mieux qu'eux.
Revenir en haut Aller en bas
Sébastien Nadeau
IRS |:| Sous surveillance médicale
avatar
Masculin
Messages : 78
Né(e) le : 24/11/1999
Date d'inscription : 19/04/2017
Age : 17
Voir le profil de l'utilisateur
http://indare-division.forumactif.com/t454-rien-n-est-impossible-seulement-besoin-de-determination-finis

Lun 5 Juin - 23:27
J'étais à peine arrivé que j'ai entendu mon nom. Je voyais seulement une petite blondinette, sa doit être elle Violette. Je voyais la baston plus loin d'un grand brun contre un autre blondinet. Le grand brun avait le dessus, l'autre était dans un salle état, lamentable. Un tout petit contre un très grand, injuste, il devrait se battre contre une personne de sa taille. J'arrivais à la marche rapide avec les poings serrés. Les sourcils rabaissés, mon regard sérieux. Elle asseyait de retenir le grand brun mais vu sa petite taille, elle n'y arrivait pas, à voir le visage du grand brun, il n'était pas là pour juste se battre, il avait l'air à tuer le petit, donc vaut mieux y régler son compte avant qu'il soit trop tard. On est dans l'IRS, donc faut bien s'attendre à ce que cette personne ne lâche pas prise si facilement. Je regardais Violette et j'y fais signe de tête qu'elle recule. Je ne voulais pas qu'elle se blesse par ma faute.

Recule ...

Je descendais les escaliers. Les deux mecs au sol en face de moi. Un qui pisse le sang et l'autre qui continue. Cette scène me faisait rappeler mon père et moi, cela venait me chercher au plus profond de moi, je devais les arrêter sinon l'autre va ce ramassé à l'urgence. J'ai senti mon cœur accéléré, l'adrénaline m'a monté à la tête. J'ai accéléré le pas et je me suis donné un élan, faire un crochet de droit sur le visage du grand brun pour le relevé. L'impact de mon poing sur son visage à résonné dans le corridor, suivis d'un coup de coude sur le front qui le fit tomber sur le derrière, je me suis jeté sur lui en le plaquant au sol, le regardant face à face, j'y avait fendu le front avec mon coude et j'y avait tordu le nez avec mon poing.

Lâche le ! Sin-

À peine dit quelque mots qui m'a envoyer un poing sur la mâchoire. Son coup puissant m'avait relevé. L'adrénaline à repris contrôle et mon poing a décollé d'une vitesse de la balle d'un arme à feu, venant frappé en plein milieu du visage du gars, sa tête sous l'impact à rebondis contre le sol, ces membres ont commencé à tremblé. Je venais d'y faire une commission cérébrale dus au dernier coup qui était plus fatal. Couché sur le sol à tremblé, l'adrénaline à disparu. Ça faisait tellement longtemps que je rêvais de frapper quelqu'un comme ça. Ma mâchoire était déplacée dû au coup, j'ai pu le replacer en donnant un autre coup de l'autre côté. J'ai senti une brûlure sur ma mâchoire, mais j'ai pu la replacer. Bien droite. Je me suis relevé contre le gars, l'autre était au sol avec les bras au-dessus de sa tête à tremblé, le sang qui coulait sur son visage, je n'arrivais pas à le reconnaître. Les gens autour ne faisait rien, juste regardé, ma chemise était ouverte, le gars s'était maintenu à ma chemise. Essoufflé des quelques coups que j'ai donnés, mais j'avais tout mis mon énergie dans mes coups. Je ne pouvais pas faire de plus. Le grand brun était aussi grand et massif que moi, mais j'ai pu y replacer la pensé. Je me suis retourné vers la victime, je ne connaissais pas l'histoire, mais j'ai retiré ma chemise tant qu'elle soit brisée, dévoilant mon corps musclé sans une petite couche de gras, les boutons arraché et j'y ai épongé le sang sur le visage, ouvert de partout, le nez croche avec quelque dent manquante. Le pauvre, je me suis relevé et j'ai regardé un gars qui nous regardait.


Toi, va cherché l'infirmière au plus vite, avant qu'il ne perde trop de sang. L'autre va ce replacé, laissez-y un peu de temps avant qu'il reprenne les esprits.

J'ai posé ma main sur ma mâchoire, faire une petite pression vue qu'elle me faisait mal. Sa fait longtemps que je n'ai pas senti de douleurs au visage ainsi. Je me suis senti léger, sa fait du bien de ce défoulé après des années sombres à encaissé, j'ai pu enfin retrouver un sentiment de bonheurs. Je me suis retourné vers Violette, avec un sourire en coin, j'ai laissé ma chemise au petit blondinet pour qu'il s’essuie le visage avec, la chemise est brisée de toute façon, j'irais en chercher une autre dans mon dortoir. Heureusement que je suis allé en cherché une vingtaine. J'ai arrêté de compter combien de vêtements de l'IRS que je brise par les événements qui m'arrivent.

Ça va pour vous ? Désoler pour ça, mais ça se voyait qu'il ne l'aurait pas lâché. Je n'aurais pas plus été capable de le reculer sous sa colère noire, personne d'autre réagissait donc j'ai fait ce qu'il fallait faire.

Je me suis retourné vers le groupe qui me regardait, dont certain qui filmait la scène. Je le savais que maintenant tout le monde va en parler et que les surveillants, direction et tout allaient me voir après. J'ai repris mon air sérieux en les regardant. Je n'étais pas très amusé par ce qui s'était produit, ça me purgeait tellement de voir les gens regardées comme une bande de petits-enfants qui regarde un spectacle et qui juge.

J'arrive pas à le croire ! C'est injuste ! Vous restez tout planté là en faisant rien, à regardé et à mettre tout ça sur les réseaux sociaux. Hahaha ces drôles, un petit gars ce fait massacré par un grand brun ! Juste à regardé, agissez ! Elle au moins *En pointant Violette* elle a réagi, elle pas aussi fort que nous tous, mais elle a réagis, elle s'est donné la peine de les séparer ! Tandis que vous vous êtes resté là à regardé, sans chercher de l'aide, sans réagir. Ce n'est pas grave une personne qui se fait massacrer, jusqu'au jour que vous allez devenir la victime, que vous allez souhaiter qu'il ait une aide, mais que tout le monde regarde, filme et rigole sur votre visage ensanglanté. J'aurais pu simplement le forcé à lâché le plus petit, mais vue que vous n'avez rien faite. J'ai fait ce qu'il fallait faire par mes propres moyens. Donc si quelqu'un vient ce pointé devant moi pour m'insulter, vous n'êtes pas mieux que ces deux-là. Car vous n'avez simplement rien fait, ils auraient pu mieux ce passé, séparé les deux hommes sans violence, mais non. On est à l'IRS, j'ai devant moi des gens qui se sont battus, certains, on même tuer, le courage de tuer, mais pas le courage d'aider, mais certain ont eux le courage de filmer tout ça et le partagé à tout le monde. J'espère que les gens vont vous regarder et vous dire que vous êtes les pires, car vous avez réagi pour votre petit monde.

Je regardais les gens, il n'avait pas un seul qui voulait en rire, ceux qui filmais était concentré sur moi, quelques-uns ont arrêté de filmer et d'autre avait continuer. Je me suis retourné dos à eux, j'ai entendu des pas venir plus loin de plusieurs personnes. Je pouvais en deviner que c'était l'infirmière avec plusieurs surveillants. Le petit blondinet au sol était assis avec ma chemise sur son visage à retenir le sang au sol, les mains y tremblaient, l'autre c'était calmé et avait repris conscience, mais il n'arrivait pas à ce relevé, il avait seulement les mains sur sa tête à respiré fortement. J'ai gravi les escaliers tranquillement, en me sauvant de la scène, torse nue avec ma cravate autour de mon cou encore. Je me suis retourné vers Violette avec un petit sourire en y faisant signe de me suivre.

Viens, j'aimerais te parler un peu.

Par la suite, je me suis retournée pour monter les escaliers. Laissant les autres en bas à regardé la scène qui se déroule sous les yeux. Je voulais seulement que les surveillants ne m'attrapent pas. Je vais juste fuir pendant un instant. Je prendrais la peine d'y laisser une note à mon psy et je vais aller me cacher un peu à l'extérieur. Avec tout mon argent, j'ai assez pour vivre au moins un an dans un petit appartement, mais je vais attendre quelque jours. Le temps que ça se calme. J'avais encore les poings serrés, je ne m'étais pas rendu compte que je les avais encore serré, je suis encore sous le choc des événements qui venaient de se produire. Je m'inquiétais à présent de ce qu'il va suivre. J'espère qu'on sera compréhensif avec moi avec l'histoire, ce qui ces produites. J'avais eu beau sourire, mais tout cela m'avait blessé de voir que personne ne faisait rien, cette situation ressemblais trop à ce que j'avais vécu au paravent, personne venais m'aidé et on me regardais, on fuyais. Voila pourquoi je n'aime pas ce genre de situation, que je réagis à présent.


Always keep your colors ~  :
 
Besoin de gens pour 2 événement de ma part, cliqué Ici pour plus de renseignement.
Revenir en haut Aller en bas
Violette H. Swan
IRS |:| Classe Delta
avatar
Féminin
Messages : 31
Né(e) le : 09/11/2000
Date d'inscription : 24/05/2017
Age : 16
Niveau d'études/Métier : 3ème année
Situation amoureuse : IN LOVE DE SON PSY ( Ethan ♥ )
Nationalité : Écossaise.
Commentaires/Citations : * Normal people scare me*
Voir le profil de l'utilisateur

Sam 24 Juin - 13:01
Sébastien arriva et fit reculer notre frêle Violette, qui profita du fait qu'il s'occupe du brun pour aider le blond. La blonde regarda d'un œil le combat bestial entre ses camarades, c'était bien trop violent. Les coups s’enchaînaient. Avec l'aide de la fille au cheveux rouge, Violette sortit le garçon au cheveux blonds de la foule, le tirant jusqu'à un mur où les deux filles purent regarder de plus près les blessures. Le garçon n'avait franchement pas une tête de vainqueur. Il lui manquait bien quelques dents, et ça c'était sans compter son œil enflé, et le sang qu'il avait partout sur le visage. Il n'était pas inconscient, mais il n'était pas lucide non plus. En même temps qu'elle regardait les blessures du blond, la jolie blonde ne pouvait pas arrêter de  regarder la bagarre entre les deux jeunes hommes, mourant d'envie de leurs foutres une rouste à tout les deux. La violence ne résolvait rien, elle s'attendait à ce que son camarade de classe les sépares, les empêche de se battre et raisonne l'autre brun, puis  fin de l'histoire. Mais non fallait  se taper sur la gueule  pour faire en sorte que deux idiots ne se disputent pas pour une fille qui s'en fiche. Mais bon, ce qui était fait était fait, la blonde et la rousse aidaient le garçon à reprendre ses esprits. Sébastien, pour une raison inconnue au yeux de Vio', décida de retirer sa chemise pour la lancer. Bonne initiative puisque ça permit au blondinet d'essuyer le sang. Double efficacité, cela permit aussi à la copine rousse de Miss Swan de se rincer l’œil sur la musculature du jeune homme. Violette rigola doucement et tapa dans l'épaule de son amie :
«  Tu feras gaffe tu baves un peu..Juste là..
-Rooh ça va Vio' »

Les deux filles échangèrent un sourire complice, avant de se retourner vers la baston, se fut au tours du beau Sébastien d'interpeller la douce Violette, un sourire en coin. « Ça va pour vous ? Désoler pour ça, mais ça se voyait qu'il ne l'aurait pas lâché. Je n'aurais pas plus été capable de le reculer sous sa colère noire, personne d'autre réagissait donc j'ai fait ce qu'il fallait faire. »

Swan fit petit mouvement de tête, accompagné d'un sourire à la fois gentille et désespérée qui ne quitta plus son visage. Il avait raison au fond, mais Violette restait persuadée qu'il y aurait eu d'autre solution que se taper dessus. En même temps, si on écoute Violette, tout le monde doit vivre dans la paix et l’harmonie..Jusque là, Violette pensait sincèrement que Sébastien ne valait pas plus que les deux garçons, mais, au moment ou il se tourna vers la foule et qu'il commença son discours, Violette changea radicalement d'avis. Peut être parce qu'il avait eu le courage de dire tout haut ce qu'elle pensait tout bas.  Elle écouta avec la plus grande attention le discourt du garçon au cheveux bleus, il parla jusqu'à l'arrivé de l'infirmière et de certains surveillants, bizarrement à ce moment là, son ami décida de partir prétextant qu'il voulait parlé avec Vio, la blonde elle pensait surtout qu'il voulait échappé aux problèmes mais passons !

La blonde suivit sans un mot, lançant un dernier regard derrière elle puis monta les escaliers. Elle s'approcha du garçon, elle ne savait pas trop quoi lui dire, elle hésitait entre «  Pourquoi t'as tabassé l'autre » et un «  Je te remercierai jamais assez d'être intervenu.. » Du coup, faute de savoir quoi dire, elle fit un mixe des deux :
« Tu sais, je crois que je ne suis pas en droit de te sermonner, je n'ai rien pu faire pour empêcher ça, mais je m'attendais ps à ce que tu tabasse l'autre sans cervelle..a vrai dire je m'attendais a ce que tu le choppe et le calme..Mais bon là aussi il est calmé hein.. ? En attendant merci d'être intervenu..Il aurait pu le défoncer à mort si personne n'était intervenu... » Violette prit une pause, regardant autour d'elle, les surveillants semblaient en colère et à la recherche de quelqu'un, facile de deviner de qui. Un petit merde s'échappa de ses lèvres. Les ennuis arrivaient. Elle attrapa Sébastien par le bras et serra fermement son poignet :
« Je t'aide à partir et te cacher, c'est ma façon de te remercier, en échange, une fois que t'es planquer, explique moi pourquoi tu as eu l'air de prendre cette baston de façon si personnelle, il n'y avait que quelqu'un qui se sentait concerné pour foncer dans le tas comme ça»

Violette le regardait, ses yeux bleus sondant sa réaction, elle était curieuse, en effet le garçon au cheveux bleus l'intriguait de part son comportement étrange. Un jour il ne la prenait pas un compte, et après, il lui venait en aide pendant  une baston.


Revenir en haut Aller en bas
Sébastien Nadeau
IRS |:| Sous surveillance médicale
avatar
Masculin
Messages : 78
Né(e) le : 24/11/1999
Date d'inscription : 19/04/2017
Age : 17
Voir le profil de l'utilisateur
http://indare-division.forumactif.com/t454-rien-n-est-impossible-seulement-besoin-de-determination-finis

Mer 28 Juin - 0:19
J'avais jeté un coup d'œil au tas de gens qui regardait l'état pitoyable des deux gars au sol. Ils avaient l'air trop occupé donc j'avais un petit moment de libre avant de continuer mon chemin plus loin. La petite Violette à mes côtés, elle semblait vouloir dire un truc, mais je l'ignorais ce qu'elle voulait dire. Mon regard s'était viré vers elle lorsqu'elle ces mises à me parler. Intrigué de sa réaction. J'aurais voulu le calmer aussi, mais je le savais qu'un gars comme ça, ça l'aurait pris autre chose pour le calmer, de l'aide surtout. Je le savais qu'elle aurait été là pour m'aider, mais ça m'aurait pris plus de force. Ça serait méchant de dire qu'elle n'était pas assez forte pour plaquer le grand gaillard au sol et retenir tous ces coups. J'allais y répondre, mais j'ai laissé tombé lorsque j'ai suivi son regard jusqu'à la foule et que je vois les surveillants à la recherche du coupable qui a donné une raclée au grand brun. Une pression sur mon poignet attira mon attention, la petite main de Vio était sur mon poignet. J'étais surprise de remarquer qu'elle avait remarqué que je prenais cette situation au sérieux. Comment elle l'avait remarqué ? Ça semblait-il si évident que je prenais cette situation au cœur ? Enfin, je le sais que j'ai foncé dans le tas, mais je ne pensais pas que c'était juste ceux qui prenaient cela à cœur qui aurait fait ainsi. Bref, il fallait partir au plus vite, j'ai haussé les sourcils. J'en étais surpris de cette réaction. Depuis quand quelqu'un s'intéresse à moi pour avoir réagi ainsi ? Ça ma tellement fait du bien de me défouler ainsi. Je me suis remis à la marche rapide pour s'éloigner du groupe avec les surveillants, je m'en souviens d'en avoir fait trébucher un sur le concierge en le plaquant dans les jambes pour m'enfuir. Ça bien marché, mais là, ils sont plusieurs et encore plus enragé, donc vaut mieux pas prendre de risque. Je montais au étage supérieur, cela va éviter qu'on nous voit de loin. Prendre de la distance. J'avais encore mon air surpris, les sourcils haussés.

Heeeu, d'accord .. Disons que c'est une longue histoire.

J'avais le stress qui me montait à la tête, je n'avais tellement pas l'habitude de parler de mon passé .. Que je veux tant oublier, mais difficile lorsque qu'ont à vécu seulement dans le côté sombre de la vie. J'ai eu plus de moments heureux ici en un mois qu'en 2 ans lorsque j'étais chez moi. Il fallait bien que je m'y habitue à être confortable ainsi. Ces moments de baston me semblaient presque familiers pour moi, mais j'ai tellement de colère que l'adrénaline en sort avec.

Au fait, désoler pour le fait que je ne t'aie pas adressé la parole au cours d'anglais, j'ai de la difficulté à socialisé avec les gens, dans la classe, tu le comprendras aussi pourquoi je réagis ainsi, une fois que je t'aurais tout dit, mais pour l'instant, as-tu une idée ou est-ce qu'on pourrait aller pour ce cacher de ces enragé ?

Bon, je vais en avoir à dire, j'espère que cela ne l'ennuierait pas. En tout cas, je verrais sa réaction, comment elle réagira face à cette histoire que je vais devoir dire, le bon côté des choses, elle arrive à me cacher de ces excitées et avoir la paix au travers de cette école d'enfer. C'est à ce moment que j'allume que je n'ai pas de haut. Torse nu, encore plus louche, il va falloir que je me trouve un truc à mettre.


Always keep your colors ~  :
 
Besoin de gens pour 2 événement de ma part, cliqué Ici pour plus de renseignement.
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Stresser, mais pourquoi??
» VOILA POURQUOI TOUT LE MONDE DOIT SE CONVERTIR A L'ISLAM!!!
» L'alcool dans tout ça! Hips!!!
» y'a des jours où tout m'énerve!!!
» L'accent québécois

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Institution Indarë :: IRS - Bâtiment principal :: 2e étage : langues et arts :: Escaliers-
Sauter vers: