À droite, l'école et ses élèves normaux, comme tout le monde.À gauche, le centre de redressement pour jeunes dangereux.Maintenant réunis, pour le pire.
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



Votez pour le forum

~ Étendez l'expérience ~
Venez voter pour votre rp préféré du mois d'Octobre
C'est l'heure de se déguiser, de s'immerger dans un monde de magie pour Halloween. Ca vous intéresse ?

 :: Hors-jeu :: Archives :: Anciennes présentations Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

So many things to discover [terminée]

Sphaérah Zammit
Absence longue durée
avatar
Féminin
Messages : 19
Né(e) le : 07/03/2000
Date d'inscription : 12/05/2017
Age : 17
Niveau d'études/Métier : IRS 3ième année
Situation amoureuse : Bah.. euh..
Nationalité : Française
Voir le profil de l'utilisateur

Sam 13 Mai - 1:33
Zammit Sphaérah
Surnom(s) :Bae
Âge : 17ans
Date de naissance : 7 mars 2000

Lieu de naissance : Née a Locronan
Nationalité : Française
Orientation sexuelle : Hétérosexuelle

Classe : 3ième année
Groupe : Potion
Raison :Phobie très prononcée du rejet de, l'abandon et de la solitude accompagnée d'une dépression suite a des événements récents.
Caractère

Sphaérah n'est pas quelqu'un de bien méchant elle est assez simplette et vois les choses , peut être pas de la même manière que les autres.
Elle est l'ado un peu du genre rebelle , mais pas parce qu'elle l'est, mais parce qu'elle agis en ce qu'elle croit être bien.
C'est une fille de la campagne elle a beaucoup travaillé a la ferme étant jeune elle résiste beaucoup donc a l'effort.
Ce n'est pas quelqu'un de fainéant et elle ne se dérobe pas au tâches, elle s'occupe beaucoup des autre comme si ils étaient  ses enfants
et ne se gênera pour ranger vos affaires si elle ne les trouvent pas ordonnés.
L'école n'était qu'avant ses 15 ans ses uniques contact sociaux. Puis elle a commencé a beaucoup sortir et a sa sociabilisée avec ses nouveaux amis.
Elle est munie de deux facette , elle est parfois très garçon manquer et  n'a certainement pas sa langue dans sa poche, Il est difficile de l'impressionnée ou de l'intimidée.
Et de l'autre côté, elle est douce et aimante la demoiselle porte de l'attention à tout le monde et pardonne très facilement.
C'est surement son côté un peu naïf qui lui jouera certainement des tours, sa grande empathie lui fais souvent ressentir la peine des gens
Elle adore toute forme de compagnie  même une simple présence lui suffit pour qu'elle se sente bien.
Côté amour elle ne connait pas grand chose après quelque déception elle a finit par laissé tomber, comme les math elle n'y comprend pas grand chose.
La demoiselle est très sensibles aux attention qu'on lui porte. Elle adore la botanique ainsi que les animaux qui font tout deux partie de sa vie quotidienne d'antan.
La cuisine est un domaine qui lui vaut un succès même si ce n'est pas une vocation qui lui plairait
Elle adore également chanté devant un publique très restreint car c'est un des rare domaines ou sa confiance en elle n'est pas totale.

Groupe Potion:

Malheureusement après le décès de ses parents et cette semaine passée en totale solitude lui a provoqué une violente dépression
ainsi qu'une monophobie. Elle ne supporte plus la solitude qui lui provoque des crises d'angoisses et de larmes ainsi que d'un grand nombre de pensée négatives.
Elle est également rongée par le remord d'avoir été dure avec son père, et elle pense avoir une part de responsabilité dans sa mort. Une peur bleue du rejet et de l'abandon se sont également manifesté

Physique

Yeux :Ses yeux sont bleu très claires ce qui ne lui facilite pas la vue des jours ensoleillées
Cheveux :elle arbore une longue chevelure rousse avec une teinture sur les pointes faite a l'encontre  de ses parents
Taille :elle est assez élancée 1m72
Poids :elle pèse 59kg
Corpulence :Elle est plutot mince mais pas sans formes!
Vêtements et/ou style :Elle n'as pas de style vestimentaire particulier, elle porte ce qui lui va
elle a cependant une préférence pour les vêtements court ou léger qui n'entravent pas ses mouvements.Ses cheveux sont souvent attachés car c'est ainsi que la miss les aime, ce n'est que pour dormir ou lors d'une occasion spéciale qu'ils seront mis d'une façon ou d'une autre.
Signe distinctif : Elle a un tatouage en forme de croix a l'oeil gauche, fait également malgré l'interdiction  de ses parents
Autre chose ?Elle a une peau très pâle ce qui la rend sensible une fois de plus au soleil.


Histoire

-Malgré tout tes défauts.. je n'aurai jamais pensé que tu serai lâche.. et dire que tu me faisais la morale..-


Moi c'est Sphaérah! Je suis née et j'ai grandit a la campagne et j'ai été élevée a la dure par mes parents, Florina et Yves Zammit , à qui je tien mon nom.
J'ai été coupée du monde exterieur et n'ai rien connu d'autre que l'école ainsi que le travail a la ferme jusqu'à ma rentrée au lycée.
Ici j'ai appris a vivre avec mon temps, mais ça n'a pas été facile, aussi bien a l'école qu'a la maison pour faire comprendre certain besoins de mes nouveaux a mes parents. Car pour eux, enfin.. mon père, mon seul avenir était dans le travail et uniquement celui de sa ferme, il ne comprenait pas mes envies d'étudier.
Mais il me laissait faire du moment que ma part du boulot était fait. En grandissant ses restrictions me paraissait absurde et  mes amis m'influençaient énormément car leurs parents a eux faisaient cool a côté des miens. Malgré mon côté garçon manqué et mon style qui pouvait paraître aux yeux de certains ringard, je m'étais fais un lot de compagnons. Mes copines étaient toute assez coquette et me faisait découvrir leur monde. Certaines étaient tellement gentille qu'elle m'offrait des nouveaux vêtements et quelque bijoux certes sans valeur mais l'attention qu'elles me portaient me faisait chaud au coeur. elles n'étaient pas du tout du genre a rester en place et avec elles , je faisais les quatre-cents coups. Elles avaient également toute un téléphone portable, chose que mon père prêchait comme le mal incarné et j'étais surement a des siècles d'en avoir un car le simple fait d'évoqué cette idée provoquait une dispute. Je lui en voulais d'être aussi fermé d'esprit.
Mais je n'y pouvais rien lui aussi avait son monde, et je ne pouvais le lui  reprocher son courage et sa détermination , il se donnait un max pour son travail a la ferme
et je me sentais parfois mal de lui mentir sur mes horaires pour passer plus de temps avec les autres,  mais je devais bien aussi vivre de mon côté.
Et contrairement a mes parents moi, je n'avais pas choisis cette vie. Plus tard un autre facteur est entré dans ma routine, les garçons et le concept de l'amour.
Eh.. je crois de ce côté la j'ai pas encore tout pigé, j'ai eu quelque compagnon et a part quelque échange de bisou il n'y avait rien.
Et du jour au lendemain , c'était déjà finit certain était triste, d'autre fachés, je n'ai jamais réellement su pourquoi.

-Pfuh... j'pige rien a l'amour moi!-


Disait-je. Ce n'était que des amourettes sans importance après tout, j'avais toute la vie devant moi pour ça.
Seulement beaucoup de garçon nous abordaient surement pour nous draguer , c'était plutôt flatteur , m'enfin j'imagine, certaine en jouait a leur avantage.
Moi j'ai préférer décliner toute propositions je n'étais vraiment pas intéressée par la plus part, on sait toute très bien ce qu'ils voulaient au fond.
Tout les soirs en rentrant je m'occupais de collette, c'était ma petite brebis et rien qu'à moi, je l'aimais plus que tout et malgré l'interdiction de mes parents ,je la prenais parfois avec moi dans ma chambre pour ne pas qu'elle se sente seule , car elle était l'unique brebis que nous avions, c'était surement le seul caprice auquel mon paternel  avait cédé puisque cela l' arrangeait d'un sens. J'aidais beaucoup ma mère a la cuisine contrairement a mes amies moi ça ne me déplaisait pas , nous avions une grande variétés d'aliments a porté de mains et chaque jours nous avions un plat différent.
Et c'était dans ces moments là que je me rendais compte des ravages qu'avait la dur  labeur de leur travail sur son corps..
Un soir comme parmi tant d'autre je prenais délicatement une de ses mains qui autrefois était si douces..

-Parfois  je me demande vraiment ce qui vous pousse a continuer..-


C'était souvent ce genre de phrase qui provoquait la colère de mon père. En réalité mes parents étaient très différent , ma mère n'était pas vraiment dans le délire campagnard a la base.
Elle s'était laissée entraînée par amour et semblait le regretter plus que tout. Mais elle ne se plaignait pas et se contentait de faire son travail.
C'était la vie qu'elle avait choisie et elle ne lâcherait pas le morceau. Mon père aussi était un gros travailleur.. mais contrairement a ma mère lui, ne faisait que râler, boire il était très souvent violent dans ses gestes et ses paroles, c'était un bien grossier personnage.
Contrairement a lui ma mère après sa dure journée s'occupait des taches ménagères et s'en épuisait.
Mais une fois encore rien ne comptait plus que le travail au yeux de mon père qui n'avait nul compassion pas même pour sa compagne qui souffrait tant.
Après avoir terminé avec elle, comme a son habitude elle sorti fumer sa cigarette et je profitais de l'occasion pour discuter sans la présence et les remarques désagréable de l'homme de la maison. Quand il n'était pas là elle était parfois plus ouverte a ce que je lui disais. Après tout elle aussi avait été jeune.

-Pourquoi tu ne me présenterai pas tes amies?- me disait-elle -tu les inviterai a dormir a la maisons!-

je me grattais derrière la tête en roullant des yeux

-Voyons maman.. c'est la misère ici elles ne vont pas s'amuser.. et puis..-


Je lui pointais mon père du doigt. Elle se mit a soupirer puis s'en suivis d'une quinte de toux, après tout ce n'était pas étonnant.. les récoltes était de plus en plus mauvaise et le stress que lui provoquait le travail et les calcul des fins de moisi lui faisait augmenté la dose de tabac qu'elle s'enfilait.. puis pour ne rien arranger la quantité de pesticide que mon père utilisait sans aucun matériel de protection pour les inhalation et la dose colossale de travail quotidien elle avait de quoi tousser.
Si bien que je lui pris son paquet.

-Eh qu'est ce que tu fais?-


-Regarde toi.. tu n'as même pas encore cinquante ans et t'as la santée d'une octogénaire, freine un peu sur la clope-


Je remarquais que le rebord de ses lèvres étaient teinté de rouge, et le maquillage n'était pas le genre de la maison.

-tu saignes?-


-Ah oui. je me suis mordue la lèvre regarde-

Hmm si ce n'était que ça il n'y avait alors pas de quoi s'inquiéter et pourtant..
Une fois rentrée a la maison j'avais réussis  a convaincre ma mère de me laisser aller passer un week-end chez une amie avec d'autre copines, une espèce de pyjama party. Elle dirait a mon père que nous avions une sortie scolaire pour un exposé sur la culture du blé , avec ça au moins il risquait pas de râler. Ma mère m'avait aussi promis de s'occuper de ma petite Collette durant mon absence. Durant le départ j'avais comme une pincement et des picotements au coeur.
Etait-ce de l'excitation? ou autre chose? J'y avais passé le week end , ça m'avait bien changé de la maison.
C'était dimanche je  n'avais pas vu le temps passé la mère de mon amie Sabrina m'avait déposée devant chez moi.
En rentrant comme d'habitude mon père était la bouteille a la main et me criait dessus en me demandant ou j'étais passée.
J'avais un mauvais pressentiment c'était indescriptible..  

-Ou est maman?-


Lui demandait-je.

-Change pas de sujet!-

il me pris violemment par le bras en me reposant la même question, par réflexe je le repoussait si bien qu'il s'écroula au sol, il était déjà bien saoul.


-T'avise plus jamais de me retoucher! Moi ou maman et dit moi où elle est!-


Il voulait me rendre la pareille mais n'arrivait pas a se remettre debout puis il capitula.

-Elle était malade alors j'ai été voir les voisins lo, et ils ont fait v'nir les docteurs et ils ont emmener ta mère-

Les picotements que j'avais ressentis avant revenait plus fort.

-Qu..Qu'est-ce qu'elle a maman..?-


Il me répondait d'un ton méprisant.

-Trois fois rien, ces docteurs c'est tous des charlatans ils t'inventeraient n'importe quelle maladie pour te soutirer de l'argent.-

Il avait une vision bien arrêter sur les choses, pour lui personne n'était honnête, a par sa propre personne. Il n'aimait personne et ainsi personne ne pouvait l'aimer. Je m'attendais bien a ce qu'il dise ça de toute façon , je pris alors le dernier bus de la journée qui me permettait de me rendre a l'hôpital pour lui rendre une visite.

-Bonjour j'aimerai rendre visite a Florina Zammit-


Une fois la porte indiquée je devais patienter quelque instants avant de pouvoir rentrer. J'avais la gorge serrée tout comme mes poings , j'étais rongée par l'inquiétude, si on se retrouve a l'hôpital c'est que ça dois être grave non?
Après cette longue attente j'étais autorisée a lui rendre une visite de 10 minutes.. c'était court mais elle devait surement se reposer. En entrant j'étais  hébétée  il y avait des câbles reliés de partout elle avait un masque a oxygène et peinait a ouvrir les yeux Je n'arrivais pas a parler j'étais sous le choc, je ne m'attendais pas a la voir si mal en point. Trois fois rien tu parles.. il n'en savait rien du tout cet idiot..
Je n'osais pas la toucher et je tentais de garder la tête froide pour lui rendre la visite plus agréable.

-Hey.. qu'est ce que tu nous fais là?-


Je prenais délicatement sa main entre les miennes.

-Oh.. je me sentais un peu fatiguée c'est tout-

Je m'apprêtais a en demandé davantage, mais je voyais bien qu'elle ne voulait pas qu l'on entame ce sujet, elle reprit.

-Raconte moi plutôt ton week end comment ça s'est passé!-

-Euh.. oui bien-sûr!-


Je commençais a lui raconter toutes les choses que nous avions faite sans trop m'attardé sur les détails pour ne pas perdre les 10 minutes qui nous étaient accordés. Puis au cours de mon récit elle se mit a toussé violemment en y laissant s'échapper des gouttelettes d'hémoglobine.. puis une alarme se mit a retentir.
J'étais prise de panique et vit plein de médecin la prendre en charge en même temps qu'une infirmière m'accompagnait en dehors de sa chambre avant d'y rentré pour aller aider mais je la tenais par la manche

-Qu'..qu..-


Je n'arrivais même pas a parler.

-Tout se passera bien restez ici nous nous en occupons.-


Et je restais encore dans une attente et une tourmente interminable a me demander ce qu'elle avait et a imaginer les pires situations.Quelques temps après un médecin pris le temps de venir me voir. A l'annonce du diagnostique je croyais avoir mal entendu, en faite je ne voulais pas l'entendre.Mais je le savais. Et depuis un moment, je ne réalisais pas et je ne voulais pas non plus le réaliser. Je restais béate les larmes ruisselaient tandis que j'essayais de parler en lui demandant si je pouvais la voir. Mais elle avait besoin de repos je n'avais d'autre choix que de rentrer chez moi et repasser le lendemain.Une fois a la maison, mon père n'avait pas changé de place, mais il avait une autre bouteille a la main ce soir là j'étais rentrée sans dire un mot et je m'étais clôturée dans ma chambre et me serrait de toute mes forces contre mes coussins pour ne pas lâcher un bruit. Une nuit blanche s'annonçait , j'allais lui rendre visite et ne pas aller en cours le lendemain c'était décidé.
Au petit matin je m'étais préparée en vitesse pour retourné la voir quand mon père m'interpellait soudainement.

-Ou que tu vas comme ça ùu sont tes affaires d'écoles lo?!-

-Je retourne voir maman.-


Je lui répondais sèchement sans lui adresser le moindre regard.

-Et euh.. elle a quoi ta mère alors?-  

-Un cancer des poumons..-


Puis je repris ma route vers la sortie, je n'avais à ce moment là aucune compassion envers mon père. J'étais polluée par de mauvaise idées et je me pressais pour arriver le plus tôt possible a l'hôpital pour y retrouvé ma tendre mère. J'avais un droit de visite sans restriction de temps pour cette fois j'étais si heureuse de la revoir avec une meilleure mine que je ne pu retenir les larmes qui n'avaient pas finitde couler de la veille. Je m'agenouillais a son lit en prenant sa main.

-M-Maman.. je suis si heureuse que tu ailles bien.. j'ai eu si peur.-
*snif*

Elle posait sa main délicatement sur le haut de ma tête.

-Mais oui ce n'était rien du tout tu vois! allons souris un peu a ta mère!-

-Arrête.. s-il-te plait.. le médecin m'a tout expliqué hier.. bien-sûr que ça ne va pas ..-


Elle me fit un sourire déchirant et me pris dans ses bras malgré les cables qui la parcourait en m'y accrochant son collier.


-C'est vrai. Ca ne va pas très fort. Tu es une grande fille maintenant j'aurai du te le dire, il est aussi temps..que tu le portes, c'est un cadeau de famille. Ce n'est pas grand chose mais il est a toi maintenant ça te fera un...-


-Arrête de parler comme si..-
 

-Désolée ma chérie , viens là-


Elle me pris fort comme elle ne l'avait encore jamais fais auparavant.Après quelque temps passés a discuté avec elle..

-Tu devrais aller a l'école pour cet après-midi tu n'auras qu'a revenir me voir ce soir! D'accord?-

Je rangeais son collier dans ma poche dans l'idée de le lui rendre le soir même, après tout c'était le sien , elle le portait depuis tout ce temps. J'étais aller a mon après-midi de cours mais je ne les avais malheureusement pas suivis j'étais trop perturbé de tout ce qui se passait et n'attendait que de finir pour retourner la voir.
J'en oubliais même mes amis a qui je n'avais même pas adresser la paroles sans m'en rendre compte, elles s'éloignaient de moi. A la sonnerie de fin de journée je me précipitais prendre le premier bus qui me pouvait me rendre a proximité de ma mère. Une fois arriver je fonçais en direction sa chambre Elle était vide.. Oh alors elle est peut être rentrée! je m'empressais de demandé a l'accueil.

-Excusez moi la patiente de la chambre 19 , Florina zammit ou est-elle? Elle est rentrée?-


La dame de l'accueil me regardait d'un air étonnée.

-Non Madame Zammit est décédée dans l'après midi , vous êtes de sa famille?-

Je m'écroulais par terre.
Je ne pouvais plus réfléchir ou agir de mon propre chef je ne pouvais plus me relever de tristesse si bien que le personnel dû m'aider à rentrer à la maison.
Je m'enfermais dans ma chambre pendant que des gens se chargeaient d'expliqué la situation a mon père que j'entendais pleurer en se noyant d'avantage dans l'alcool.
J'en voulais au monde entier d'avoir pris ma mère et je cherchait désespérément un coupable je me blâmais de ne pas l'avoir aider d'avantage, de ne pas avoir vu avant
a quel point elle était malade. J'en voulais a mon père de la faire travaillée comme personne, de ne plus s'être soucié d'elle à ne pas en avoir soupçonné quoi que ce sois. De ne jamais lui avoir fourni de protection  pendant qu'il rependait ses pesticides cancérigènes a travers tout les champs dans lesquels elle s'efforçait travaillé tout les jours. Je rêvais d'elle.. et je ne voulais plus me réveiller.. a chaque fois..  j'avais le sentiment de la perdre une fois encore, et la douleur revenait de plus belle. Je restais fixé le cadeau qu'elle m'avait offert , je le chérissais a présent plus que tout. Il était trop sacrée a mes yeux pour que je puisse un jour ne serai-ce que le prêter. Allongée sur le dos a fixé le plafond je cherchais encore des réponses a des questions qui n'avaient même pas lieue d'être posée. Puis je regardais mon père par la fenêtre qui continuait de travaillé malgré tout. Et je murmurais a mon petit talisman comme si je lui parlais a elle.


-Tu ne voudrais pas me voir comme ça.. Désolée.. je vais me reprendre, Pour toi je réussirai, Si tel était ton souhait..-


J'enfilais son collier comme une marque d'engagement. Je tentais tant bien que mal de vivre sans elle, je prenais sa place dans les taches ménagères , j'essayais
de suivre mes cours et de travaillé a la ferme, et tout comme elle, je ne me plaignais pas.. bien que la compagnie de mon père venait de moins en moins supportable. Les douleurs qui se faisaient ressentir ainsi que la fatigue m'avait poussé a bout en un temps record, je ne vivais plus mais je retrouvais encore dans les mémoires de ma mère le courage de continuer. Les temps étaient durs et les récoltes mauvaises, le matériel se devait d'être changer et il y avait beaucoup trop de travail pour nous deux a la ferme. Puis après plusieurs longues réflexion j'avais compris que ce n'était pas comme ça que j'allais pouvoir réussir, et par manque de force je pris la décision d'arrêter le travail a la ferme ce qui valut une énorme dispute avec mon père.

-C'est comme ça dans la vie il faut travaillé  pour vivre! Alors tu vas aller ramasser ces fichues récoltes! ET TU TE DEPECHES-


-Non! il faut travaillé pour vivre et pas vivre pour travaillé hors c'est ce que TOI tu fais! Et puis maman n'aurai jamais voulu que jfinisse comme toi!
Ce boulot n'as aucun avenir! une mauvaise periode et c'est la misère! tien on est en plein dedans en plus! regarde nous! on mange que des pâtes et du riz depuis des mois!
C'est un métier de bouseux! ça te va peut être a toi mais pas a moi! ni a maman d'ailleur..-


Il prit de l'élan pour me mettre une gifle qui fit explosé la colère qui s'accumulait depuis trop longtemps,  j'avais un regard noir si bien que je lui fis volte-face en crachant mon venin tout en lui disant ce que j'avais sur le coeur j'en collais presque mon front contre le sien.

-VAS-Y REFRAPPE MOI ENCORE! ALLEZ VAS-Y C'EST BIEN TOUT CE QUE TU SAIS FAIRE!!
ALLER? T'ATTENDS QUOI? Haha.. non mais regarde toi.. t'es fichu a cause de ton boulot.. même contre moi tu pourrais rien faire!-


Je le poussais violament au sol comme la fois précédente.

-REGARDE TOI!... A cinquante ans.. tu mènes une vis misérable avec un taff misérable et un salaire misérable. Et tu veux que je suives tes traces? Haha. Tu rigoles j'espère?! Tu fais quoi a part te niquer le dos et chaque partie de ton corps? Ah oui! Tu bois! Tu râles! Et tu méprises! Mais quel philosophie de vie dis moi! Tu ne connais rien du monde dans lequel on vit! Et tu te crois pourtant au dessus de tout le monde. C'est vrai. Oui c'est vrai,t'avais aussi raison pour maman, elle avait trois fois rien! Tu savais mieux que tout le monde, mieux que les médecins que tu dénigres tant comme beaucoup d'autre.. et tu me dégoûtes a ne rien apprécier de la vie..  à ne penser qu'à toi! Pourquoi tu lui avais pas acheter des protections a maman pour le travail peut être que ça serai pas arrivé tout ça même pas un simple masque! Si tu lui avais pas mis autant de pression elle aurai pas eu besoin de tant se fatigué  d'être aussi stressée et de fumer autant! Tout ça c'est de ta faute! Tu lui rendais la vie impossible a elle comme a moi! Et son corps a fini par lâcher.. Et toi tu bois encore et encore! t'as de la chance d'avoir une santé de fer! Parfois je me dis que c'est toi qui..-

Je me mordais la langue pour ne pas aller plus loin puis pris la fuite de la maison en allant le plus loin possible. Essoufflée je m'installais sur un banc recroquevillée et je jurais.

-Quel connard..-

Et j'essuyais mes larmes de colère. Mon coeur n'était pas apaisé ce n'était au final qu'une dispute de plus parmi tant d'autre. Je passais ma nuit sur le banc en attendant le petit matin et essayais de gardé la tête froide pour rentré a la maison.
Même si il était vraiment un idiot. Il se donnait du mal pour nous nourrir et nous garder un toit alors je rentrais lui faire mes excuses, je prenais énormément sur moi tant je lui en voulais mais ça n'excusait pas mes paroles. Une fois devant le portail, je vis que le travail n'était pas fait. Je rentrais a la maison en essayant de minimiser le bruit, je n'étais pas particulièrement a l'aise avec ce qui c'était passait la veille. Mais il n'était pas a la maison, pourtant sa voiture et son tracteur était toujours a l'entrée. Puis en passant devant sa chambre, je le vis inanimé , avec des petites cordes colorées autour de son cou accroché au lustre de sa chambre.


Je ne me souviens plus réellement de la suite des événements après ça.. je me suis réveillée a l'hôpital.
J'avais sombré dans une espèce de folie j'étais restée 5 jours sans m'alimenté et l'ont m'avait retrouvé allongée au sol mourante lorsque des collègues de mon père était venue chercher la marchandise
Ils avaient appeler les secours. A mon réveil  je ne me souvenais plus réellement des événements et je croyais que mon père viendrai me chercher lorsque le docteur pris le soin
de m'expliqué ce que j'avais tant bien que mal essayé d'effacer de ma mémoire. Puis je murmurais les dents serrées.


-Malgré tout tes défauts.. je n'aurai jamais pensé que tu serai lâche.. et dire que tu me faisais la morale..-

En dépit cette colère apparente j'étais bien malheureuse.
J'étais livrée a moi même et ne savait pas du tout ce que j'allais devenir, et pour ne rien arrangé un diagnostique psychologique avait été établi sur moi.
Ce choc m'avait vraisemblablement provoqué une monophobie, une peur du rejet et de l'abandon, des crises de paniques et d'angoisses certaines images sons ou paroles serai susceptible de les provoqués.
J'étais d'abord envoyée dans un centre psychiatrique mais dans la chambre j'étais seule et cela ne convenait pas a mon traitement, j'avais également besoin d'étudier pour forger mon avenir.
Après quelques rendez vous un groupe de médecins qui s'occupait de moi depuis quelques semaines prit la décision de m'envoyer
à L'IRS Indarë a Londre, ça faisait loin et me paraissait extrême comme décision , mais selon eux c'était la meilleure thérapie , prise en charge de la personne, contact
avec d'autre individus, chambres éventuellement partagées qui comblerai le problème de solitude, des cours adaptés , bref un changement radical de vie qui semblait être pour moi le meilleur.

Malgré les évènements, je reste et je resterai forte. j'irais de l'avant en leur mémoire et je deviendrai la personne que j'ai envie d'être.
Je ne me mettrai aucune barrière. Quand a mes troubles.. je les dompterai un jour ou l'autre.

Un peu de vous

Prénom/Pseudo : Sphaérah
Age : 2 décennies
Tu nous viens d'où ? : top-site!
Un commentaire ? : Bon bah Sphaé s'est trompée d'uniforme!



Dernière édition par Sphaérah Zammit le Sam 13 Mai - 17:08, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Lana C. Thomson
IRS |:| Deuxième année
avatar
Féminin
Messages : 291
Né(e) le : 14/02/2000
Date d'inscription : 12/03/2017
Age : 17
Niveau d'études/Métier : 2ème année
Situation amoureuse : Célibataire
Nationalité : Anglos-russe
Commentaires/Citations : Elle parle en #006699 et ronchonne en russe en #ff3333
Voir le profil de l'utilisateur
http://indare-division.forumactif.com/t326-hello-i-m-kitty-fini

Sam 13 Mai - 2:15
Ma Sphaééééééééééééééééééééééé *va faire le chien de garde /pan/*
Bienvenue 8D


Revenir en haut Aller en bas
Martel Ed'Ruecus
PNJ |:| Directrice
avatar
Féminin
Messages : 528
Né(e) le : 12/09/1981
Date d'inscription : 12/11/2016
Age : 36
Niveau d'études/Métier : Directrice d'Indarë
Situation amoureuse : Veuve
Nationalité : Britannique (origine Allemande)
Voir le profil de l'utilisateur
http://indare-division.forumactif.com http://indare-division.forumactif.com/t24-pnj-martel-ed-ruecus

Sam 13 Mai - 23:24
Bienvenue dans le programme de réhabilitation psychologique Potion, chère élève.
Vous êtes officiellement admise dans notre établissement pour soigner votre dépression et vos phobies.

Voici les règles spécifiques qui s'appliquent à ton personnage, en plus du règlement de l'école :
-  Sphaérah ne doit pas être laissée seule. Elle ne pourra rejoindre sa chambre que si au moins une de ses colocataires s'y trouvent, sinon elle devra se trouver dans la salle commune des dortoirs.
- Obligation de rendez-vous hebdomadaire avec un psychiatre de l'établissement pour traiter sa dépression et commencer une thérapie pour sa phobie.
- La surveillance de sa dépression pourra entraîner d'autres interdictions en cas de survenue d'envies suicidaires.


Voici les liens qui te seront utiles pour tes premiers pas sur le forum :
Listings, pour les classes, les chambres et l'avatar
Suivi psychologique et dossier scolaire, pour tenir compte des notes, éventuelles punitions, soins et autres choses affectant le parcours scolaire de ton personnage (et pour mettre tes bulletins de note de première année si tu as envie)
Demandes de rp (faut bien commencer)
Friendships & Adventures, pour répertorier tes rps et tes relations
Internet & sms, si tu veux créer un compte S'Peach ou un téléphone
N'oublie d'ajouter le lien vers ta présentation à ton profil.

J'espère que tu te plairas dans notre école et que nous saurons t'aider à surmonter tes phobies et à reprendre goût à la vie,
Martel Ed'Ruecus, directrice de l'IRS

PS : je ne connaissais pas cet emploi de "à l'encontre", je pensais que ça ne s'appliquait qu'à des projets et pas à des personnes .o.
Et je vois que tu as aussi été victime du bug qui fait parfois sauter des lignes quand on met un simple espace.
Revenir en haut Aller en bas
Sphaérah Zammit
Absence longue durée
avatar
Féminin
Messages : 19
Né(e) le : 07/03/2000
Date d'inscription : 12/05/2017
Age : 17
Niveau d'études/Métier : IRS 3ième année
Situation amoureuse : Bah.. euh..
Nationalité : Française
Voir le profil de l'utilisateur

Dim 14 Mai - 1:13
Chouette! Et oui j'ai pas mal galérer de base parce que je ne suis pas douée avec les codes et aussi parce que j'avais fait toute ma fiche a l'avance sur ''block note'' et en faite bah j'avais pas fais attention mais si je revenais pas moi même a la ligne il ne le faisait pas.
Et comme j'étais tellement a fond dans la rédaction quand j'ai fais le copié collé  pour l'intégrer au code bah j'ai vu qu'au niveau de la structure ça donnait n'importe quoi , alors j'ai tant bien que mal essayer de remettre de l'ordre.

Et oui parfois j'utilises des mots en les sortant de leur contexte mais l'essentiel c'est que je sois comprise x)!

Revenir en haut Aller en bas
Naomi Lawford
Londres |:| Actrice
avatar
Féminin
Messages : 498
Né(e) le : 25/01/1999
Date d'inscription : 03/01/2017
Age : 18
Niveau d'études/Métier : Quatrième année
Situation amoureuse : Vous précipitez pas tous, s'il vous plaît
Nationalité : Canadienne
Commentaires/Citations : The only doom that's looming is you loving me to death,
So I'll give you a sec' to catch your breath.
Voir le profil de l'utilisateur
http://indare-division.forumactif.com/t89-the-streets-and-sidewalks-are-my-playground http://indare-division.forumactif.com/t503-live-a-live

Dim 14 Mai - 1:19
Ah mais en l'occurrence tu ne l'a pas sorti de son contexte, je suis allée vérifier parce que j'avais un doute mais "à l'encontre" utilisé pour une personne c'est une façon littéraire de dire "contre l'avis de" ;)




Revenir en haut Aller en bas
Sphaérah Zammit
Absence longue durée
avatar
Féminin
Messages : 19
Né(e) le : 07/03/2000
Date d'inscription : 12/05/2017
Age : 17
Niveau d'études/Métier : IRS 3ième année
Situation amoureuse : Bah.. euh..
Nationalité : Française
Voir le profil de l'utilisateur

Dim 14 Mai - 1:58
Tant mieux alors je passerai moins pour une illettrée  :shock:
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Sandrine ! Terminé pour moi la chasse aux exuvies ! Fini ! !
» Semaine de 4 jours terminée pour 2013...
» déterminé, comme s'il voyait celui qui est invisible
» Occuper les élèves qui ont terminé leur contrôle
» Borgès lecteur de Lovecraft, "There are more things"

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Institution Indarë :: Hors-jeu :: Archives :: Anciennes présentations-
Sauter vers: