À droite, l'école et ses élèves normaux, comme tout le monde.À gauche, le centre de redressement pour jeunes dangereux.Maintenant réunis, pour le pire.
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



Votez pour le forum

~ Étendez l'expérience ~
C'est l'heure pour les couples de se présenter pour être élus rois du bal !
Venez voter pour votre rp préféré du mois de Juin

 :: IRS - Bâtiment principal :: 2e étage : langues et arts :: Salle de musique Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Lorsque la musique nous libères ~ [Libre]

Sébastien Nadeau
IRS |:| Sous surveillance médicale
avatar
Masculin
Messages : 73
Né(e) le : 24/11/1999
Date d'inscription : 19/04/2017
Age : 17
Voir le profil de l'utilisateur
http://indare-division.forumactif.com/t454-rien-n-est-impossible-seulement-besoin-de-determination-finis

Ven 12 Mai - 7:44
Je me suis réveillé ce matin, normalement, je ressens un vide à l'intérieur qui me rentre un poignard dans le cœur a chaque fois, chaque matin, chaque moment seul, chaque jour, chaque année. Cette fois-ci, ce matin était agréable, le soleil à la fenêtre. Le psy m'avait demandé de le voir ce matin, avant que les cours commencent, il pensait avoir une piste pour m'aider. Ils disent tous cela, pour en finir que ça ne m'a rien servi à la fin. J'ai pris mon temps pour m'habiller a la tenue vestimentaire de l'école, je n'ai pas mis ma veste carottée, car elle était encore tachée, la tache ne veut pas partir, donc une chemise blanche avec la cravate bleue comme d'habitude. Je me suis senti énergique et je n'ai pas mis mes écouteurs ce matin, ce qui est très rare ! Normalement, je les ai toujours dans mes oreilles a ignorez les gens. De peur que quelqu'un vienne de me dire une poignée de bêtise. J'ai le goût de me défendre, défendre d'un truc, d'une personne qui me veut du mal pour me libérer, défendre quelqu'un, quelqu'un qui je tiens ... Non, pense pas à ça, ce n'est pas le temps, là, je dois aller voir le psy, je dois laisser mon passée derrière et avancé, même s'il est très difficile. J'ai beau me dire cela, mais il est très difficile d'oublier un passé sans amour, sans sécurité, mes amis qui t'abandonne, rien seulement moi-même, j'ai déjà moi à m'occuper, je ne serais pas capable d'occuper quelqu'un. Pourtant, mes grands-parents arrivaient à m'aider, mais j'étais trop aveugle pour m'en apercevoir qu'ils voulaient m'aider alors que je sortais toujours dans mon coin. Lorsqu'on me dit : fait attention a toi, on fera quelque chose ensemble, tout ça, n'a aucun effet sur moi. Est-ce que je dois ressentir quelque chose ? Je l'ignore. J'ai croisé un couple qui se chuchotait des mots doux avec des : je t'aime. Comment ça ce fait qu'une personne puisse autant s'attacher à un autre ? Je me le demande si ça existe belle et bien l'amour. Est-ce que je l'ai déjà ressenti, est-ce que ça existe réellement ? Des questions que je me pose encore aujourd'hui, que je n'ose pas demander, qu'on me traite de fou. J'ai seulement entendu dire que c'est a double tranchants. Sois, elle peut te détruire ou sois être le remède magique à tous tes problèmes avec la bonne personne. Très difficile à y croire. Peut-être, car je l'ai jamais vraiment vécu.

Je me rendais au bureau de mon psy, le matin au pensionnat était très calme, je devrais plutôt venir le matin que le soir, car les gens ce couche-tard et ne se réveille pas le matin. Je n'y avais pas pensé à celle-là. Très agréable, ce qui m'a permis d'entrer dans le bureau de mon psy avec le sourire, après avoir cogné a la porte bien sûr. Je m'attendais à voir le psy y faire une remarque, mais il a seulement haussé les sourcils, quelque seconds après le retour de son regard habituel. Sérieux comme toujours. Il m'a plutôt fait la remarque que j'avais toujours mes écouteurs a l'oreille et dès qu'une journée que je ne les ai pas. Je perds le contrôle facilement, je croyais qu'il le savait depuis le tout début. Il avait une radio sur sa bibliothèque à côté de nous sur ma gauche. C'était sur un CD, normalement, il écoute jamais de musique. Surement pour une occasion spécial où l'aider a ce réveillé, je l'ignore. On s'est mis à parlé à propos du gym avec les rubans, il a détourné ma question lorsque j'y ai demandé pourquoi. Je m'attendais à une blague ou un petit sourire, non, rien, vraiment bizarre cette personne. Après un instant, la musique a la radio était joyeuse et plus le temps passait, les styles changent, sa passe du pop, ensuite jazz, rap, pour finir le rock. Il y avait trois musiques, une après l'autre. La première, le refrain m'ouvrait le cœur avec une énergie triste, le deuxième, les paroles encore qui me serre le cœur, sauf la musique me donnait le goût de bouger, donc ça me faisait mal à la tête, aux sentiments. La dernière, le même chanteur que la deuxième musique, les images a la tête m’apparais avec la musique qui se mélange. Je retenais fortement mes émotions, mes sentiments me brûlaient à la tête. Qu'est-ce que je peux faire p-

Sébastien ! Je te parle !

J'ai sursauté, je le regardais surpris, je n'avais pas remarqué qu'il me parlait. Il me regardait, il avait l'air à m'observer, d'un mouvement sec, il s'est relevé de la chaise et il est allé regardé la radio avec le disque. Il est allé prendre des notes avec un petit carnet, retiré le disque et il est revenue sur sa chaise avec son ordinateur portable.

C'est tout pour ce matin, repasse devant ma porte une fois les cours terminées, tu veux ?

Mais on n'a rien fait ..

Non, tu dis rien, c'est ça, mais ton corps a tout dit, donc revient plus tard, je vais te demander de quoi à faire pour ce soir, a un certain moment, je vais venir faire un tour si tu fais ce que je te demande.

Je le regardais surpris, je ne m'y attendais tellement pas a ce que tout change en une fraction de seconde. Cette radio, ces musiques, c'était juste un test pour voir comment j'allais réagir ? Je n'en croyais pas mes yeux. Je me suis retourné, mon visage légèrement rouge avec les yeux rouge, larme sur le bord. J'ai essuyé mes yeux et j'ai sorti. J'ai pu reprendre ma couleur normale du visage. Je me posais maintenant la question : qu'est-ce qu'il va faire de moi maintenant ?


La journée, ces biens passés, écouteur a l'oreille, dans ma bulle toute la journée. J'ai passé devant le bureau de mon psy et il avait laissé une note : rejoins-moi a la salle de musique. Ok ? Je me suis changé dans mon dortoir pour prendre mes vêtements de d'habitude, un débardeur noir au collet roulé, pantalon noir avec souliers noir. Je faisais foncer, mais j'aimais bien. J'ai retrouvé mon psy devant le local de musique, il me tend la clef de la salle avec un CD à la main.


Pratique-toi et joue moi un de ces 3 musiques, je vais passer de temps en temps et je veux t'entendre pratiquer, chanté à la limite.

Chanté ?

Tu es capable, tes cordes vocales marchent donc vas-y, si tu aimes tant la musique, prouve-moi-le, sa fait partie de ton suivi.

Je l'ignore si je devais être heureux ou bien réagir autrement. Lorsque je suis rentré, il avait 3 paquets de feuilles, le titre de la musique avec les notes et les paroles dans chaque. La radio qui se trouvait dans son bureau était devant moi. Lorsque j'ai appuyé sur jouer.

La première musique qui jouait tantôt. :
 

J'ai donc mis la deuxième tout de suite, je ne voulais pas retomber dans ces sentiments.

La deuxième qui reste la même.:
 

Ho non.

Exactement ce que je pensais, la troisième musique.:
 

Ce psy veut ma mort, veut que je me détruise de l'intérieur avec ces musiques pour que je m'ouvre a lui. Il fait juste creuser la plaie ... Bref, j'ai écouté les trois musiques avant d'en prendre un. J'ai décidé de prendre la dernière, vus que c'était sur un acoustique, un jour surement, je me pratiquerais pour les 2 autres vus qu'ils restent bonne. Malgré leur parole qui me blesse. J'ai remarqué dans le petit étui pour le CD, il en avait un 2er en gris, écrit en noir épais : pratique. J'ai mis le CD et c'était les 3 même musique, sauf sans vocal et guitare. J'y avais déjà dit que je jouais de la guitare de temps en temps. Il s'y est donné à fond, il en a profité pour m’entraîner à m'ouvrir l'esprit et de soigner mes blessures au lieu de me renfermer, je vois maintenant le pourquoi. J'ai regardé les feuilles et j'ai pris le troisième, celui que j'ai choisi. J'aimais bien le mélange de rock avec un acoustique, les paroles me donnais des images à la tête qui me donnais mal a l'intérieur. Je croyais que j'aurais encore mal en la pratiquant, mais plus que je la jouais, plus que ma cicatrice se refermait et me solidifiait. M'ouvrir l'esprit en suivant le rythme de la musique. J'ai écouté plusieurs fois le CD pratique et celui avec la musique complète en suivant les notes de guitare écrites dessus. J'ai passé toute ma soirée a pratiqué, je n'ai pas entendu le psy venir. J'arrivais maintenant à jouer la musique avec le CD, sans, c'était autre chose, car je n'arrivais pas à tout faire suivre ensemble. J'avais encore besoin de pratique, mais j'avais tellement le goût de le faire en chantant. Difficile de se retenir, surtout lorsqu'on est seul, libre dans un local. J'étais correct niveau couvre-feu, on a encore le temps, il restait 2 heures avant de retourner au dortoir. Donc j'ai raclé ma voix, commencé la musique sur la radio et j'ai pris l'acoustique. La musique suivait bien ma guitare, je l'ignorais si je chante bien, surement pas, mais au moins la voix du mec n'était pas autant aigu que celui de la première musique. J'avais beaucoup plus de facilité dans celle-là, c'était plus mon genre. Ma voix pouvait marcher avec cette musique. J'étais tellement encré dans la musique que je n'avais même pas faite attention depuis le début s'il a quelqu'un qui m'observe, j'avais laissé la porte déverrouillée.


Always keep your colors ~  :
 
Besoin de gens pour 2 événement de ma part, cliqué Ici pour plus de renseignement.
Revenir en haut Aller en bas
Melody Lawford
IRS |:| Classe Delta
avatar
Féminin
Messages : 284
Né(e) le : 14/10/1999
Date d'inscription : 03/01/2017
Age : 17
Niveau d'études/Métier : Troisième année
Situation amoureuse : Mariée
Nationalité : Ecossaise
Commentaires/Citations : Veut DEFINITIVEMENT tuer un élève des Forge selon une rumeur sur lui et ma colocataire
Voir le profil de l'utilisateur
http://indare-division.forumactif.com/t88-la-beaute-triste-d-une-fille-perdue

Mar 13 Juin - 22:37
Une nuit si particulière..

ft Sebby

ft Sebby



Mince j'avais encore gaffé.
La journée avait été longue. Longue car les sentiments qui m'oppressaient de plus en plus depuis quelques jours ne faisaient que s'imposer à moi depuis un moment, me criant de sortir du silence et cela depuis ma rencontre avec mon ami Red. Je sentais que mon cœur se devait de se libérer. Devais-je me mettre à nu de nouveau? Devais-je troubler la tranquillité de la relation présente? Jouer notre amitié au lancer de dés en tentant l'inespéré? Mon cœur semblait penser que oui s'obstinant à me rappeler cette triste situation sous la forme d'une douleur sans fin. Un peu comme si ce dernier ne cessait de rétrécir à chaque minute de plus à taire ce qui le faisait battre. Cette douleur devenait même insupportable à chaque fois que mon regard se posait sur ma dulcinée ; aussi, j'avais donc passé la journée à peser le pour et le contre, le regard plongé dans le ciel nuageux londonien, oubliant toutes notions de temps et d'espace. Les secondes s'égrainant comme des heures, les minutes comme des décennies, les heures comme des millénaires.

Ainsi une fois que la cloche retentit, je me levais prestement, m'emparant de mon sac, pressée de quitter cette prison de pensées. Ma décision était prise je le savais. C'était du moins ce que je me disais en fendant la foule rapidement dans les couloirs bondés sans prêter attention aux regards qui se posaient sur moi. Non, j'en faisais fi plutôt. J'avais besoin d'un conseil, d'un avis extérieur. Je ne pouvais décemment pas exiger de Monsieur Ueda qu'il ne me reçoive et son avis serait-il probant? Ce dernier ne verrait que mon bien-être. Celui de sa patiente. Une patiente dépressive qui nourrissait de plus en plus d'angoisse à cause d'une fille qui ne la regarderait jamais. Voilà ce qu'il penserait. Je savais déjà sa réponse. Non, j'avais besoin d'un avis extérieur. Celui d'une amie. A qui donc demander? Amaryllis. Il n'y avait qu'elle. Qu'elle pour m'écouter et comprendre. Pour posément établir la meilleure des analyses. Du moins tant que je ne pouvais en parler avec Naomi. Je me dirigeais donc en hâte vers sa pièce fétiche où j'étais presque certaine de pouvoir la trouver : les salles de musique.

J'y parvins en peu de temps, quelques minutes tout au plus. J'entendais dès lors de la musique sur tout l'étage cependant il ne semblait pas qu'Ama en soit la cause. Je reconnais sans mal le bruit d'une guitare acoustique, étant pratiquante de l'autre type de guitare. Or, Ama ne pratiquait, envers et contre tout, que le piano des heures durant. Curieuse, je fis quelques pas, cherchant l'émetteur de cette musique, jusqu'à apercevoir une porte ouverte. C'était là. Je passais la porte par l’entrebâillement et j'y vis un jeune homme aux cheveux bleus jouant de la guitare, seul, d'un air plutôt mélancholique, chantant parfois. Je restais ainsi à écouter un moment jusqu'à ce que le musique ne s'interrompe ; j'avais été imprudente. En effet, le jeune homme semblait m'avoir remarqué . Du moins je ne voyais pas d'autre raison pour que la musique ne cesse aussi, je prenais les devants, confuse et gênée d'interrompre une telle session musical.

-"Dé...dé..désolée je voulais pas déranger ! " bredouillais-je avant que le silence ne reprenne ses droits pendant un léger instant.

Un instant trop long pour que le jeune homme ne puisse avoir été au courant de ma présence. Mince j'avais encore gaffé. Décidément cette journée était contre moi.







We will always be friend, just friends..
J'écris en #ff99cc
Revenir en haut Aller en bas
Sébastien Nadeau
IRS |:| Sous surveillance médicale
avatar
Masculin
Messages : 73
Né(e) le : 24/11/1999
Date d'inscription : 19/04/2017
Age : 17
Voir le profil de l'utilisateur
http://indare-division.forumactif.com/t454-rien-n-est-impossible-seulement-besoin-de-determination-finis

Mer 14 Juin - 5:08
Je faisais les dernières notes sur la guitare jusqu'à ce que j'entende une toute petite voix, je croyais que c'était la radio qui déconne, elle ne semblait pas neuve donc c'est ce que je pensais. Jusqu'à ce que je me retourne la tête dans le calme et que je vois une demoiselle au cheveu rose dans l'entrée, je n'ai pas pu m'empêcher de sursauter par la surprise et ... De rougir vus qu'elle doit m'avoir entendu chanter et jouer de la guitare. Je croyais être seul, mais finalement, j'avais quelqu'un qui m'espionnait, cela ne me choque pas, je suis plus surpris. Cela m'avait fait sortir de ma bulle, mais au moins tous mes sentiments qui me faisaient mal ont disparu suite à cette petite surprise. J'ai repris un petit sourire, je ne pouvais m'empêcher de rougir, ça ce fait tout seul. Elle doit avoir dit qu'elle est désolée, c'est ce que j'ai entendu vaguement, mais pas au complet, je ferais comme si j'ai entendu dans ce cas.

Ne t'en fais pas, tu peux entrer si cela te fait plaisir, ça ne me dérange pas.

Je vais devoir laisser tombé pratiqué ces musiques, enfin, je pourrais toujours, juste que la gêne m'en empêche. J'ai pris un petit moment pour la regarder, elle n'avait pas tout à fait l'air d'être dans son assiette. Je pourrais surement l'aidé, au moins juste y donner un petit sourire pour qu'elle aie mieux. Cela fait toujours du bien de sourire, sa je l'avoue, surtout après une mauvaise journée. J'avais déjà assez d'énergie négative avec ces musiques, que ça ferait du bien. J'appuie la radio sur pause vue que le CD allait rejouer et je me suis retourné vers la demoiselle une deuxième fois. Pour ce pointé ici, elle doit surement bien-aimé la musique. J'ai pu reprendre ma couleur de peau normale *Enfin* je ne ressentais plu la chaleur envahir mon visage donc voilà comment je fait pour savoir si je rougis. J'ai affiché un sourire amical pour aider à se mettre à laisse.

À lire ton physique, tu as l'air d'avoir eu une journée chargée, un peu de musique dans un local tranquille comme ici pourra te faire du bien, te libérer un peu de ta journée.


Petite musique tranquille ~ :
 
J'ai détourné mon regard sur ma guitare pour rejouer quelque note tranquille au ralenti, frôlant les cordes sur le bout de mes doigts. J'aimais bien ces accords, je trouve que sa fait une petite ambiance tranquille qui m'aide à entré dans ma bulle. J'espère au moins avoir la chance un peu de faire afficher un sourire sur une personne, comme ça cela me rendrait heureux. Un petit défi personnel que je me lance à chaque fois. Faut bien que je commence quelque part, être capable de socialiser avec les gens, sans devoir faire affaire à mon autre côté qui me dérange à chaque fois. Pour l'instant, je suis bien, bon, un peu stressé par le sursaut que j'ai eu, mais ça va passer. Toutes mes mauvaises pensées sont parties, seulement mon cœur qui me brûle encore un peu de douleurs, mais je m'y fais, j'ai pris l'habitude vue que je dois vivre avec presque à chaque jour. Je ne m'en rappelle plu, c'est quoi une journée sans avoir mal à l'intérieur. J'ai hâte à ce jour.  


Always keep your colors ~  :
 
Besoin de gens pour 2 événement de ma part, cliqué Ici pour plus de renseignement.
Revenir en haut Aller en bas
Melody Lawford
IRS |:| Classe Delta
avatar
Féminin
Messages : 284
Né(e) le : 14/10/1999
Date d'inscription : 03/01/2017
Age : 17
Niveau d'études/Métier : Troisième année
Situation amoureuse : Mariée
Nationalité : Ecossaise
Commentaires/Citations : Veut DEFINITIVEMENT tuer un élève des Forge selon une rumeur sur lui et ma colocataire
Voir le profil de l'utilisateur
http://indare-division.forumactif.com/t88-la-beaute-triste-d-une-fille-perdue

Mer 14 Juin - 11:58
Une nuit si particulière..

ft Sebby

ft Sebby



Peace of soul
Je m'étais clairement fait repérée. Effectivement, je n'étais pas là en mission d'espionnage ou un truc de ce genre aussi, cela importait peu mais disons que j'aurais préféré ne pas me faire voir. Pourquoi? Pas par manque de fibre social. Je pouvais être adorable et gentille avec quiconque, du moment que la personne ne se montrait pas méchante avec moi mais.. Tout est dans le "mais". Je n'avais pas envie qu'on m'aborde, qu'on me parle, ou plutôt je n'avais pas envie de parler c'était plus juste ainsi. Je n'avais pas le cœur à me montrer ouverte .

À lire ton physique, tu as l'air d'avoir eu une journée chargée, un peu de musique dans un local tranquille comme ici pourra te faire du bien, te libérer un peu de ta journée.

Si tu savais. J'acceptais, sans trop savoir pourquoi son invitation. Si je le savais parfaitement au fond, je l'acceptais tout simplement car il n'avait pas tort du tout. Il avait même visé juste. J'entrais donc, passant ma main dans mes cheveux pour ajuster une mèche de cheveu, avançant de quelques pas avant de me laisser glisser le long du mur, m'asseyant sur le sol et m'adossant à ce même mur, les mains sur ma jupe pour ne pas laisser mes dessous apparents. Je prêtais l'oreille aux accords qui suivirent Ils étaient profonds, mélancholiques, fuyants. Un peu comme le bonheur que je ressentais auprès de Naomi. Un bonheur éphémère, plein de sens mais aussi condamné à l'exil dès que son absence se faisait sentir. Comment en étions nous là? Je ne sais pas. Je n'y prêtais cependant plus attention pendant un court instant, fermant les yeux et laissant mon esprit vagabondé au gré des sons. Je me sentais vide et libre à la fois. Cette douleur constante s'effaçait petit à petit pour disparaître enfin. Temporairement à n'en pas douter. Était-ce vraiment ça que la paix? Était-ce la fin de mon supplice? Cette sensation de plénitude et d'absence de sensations ne me rappelait qu'une chose : la presque inconscience. Celle que j'avais connu lorsque la lame froide avait entaillé mes poignets et que le sang chaud avait coulé sur mes bras, me vidant de mon essence petit à petit, ou lorsque de manière plus tenu encore, j'avais enfoncé cette même lame dans ma chair, laissant s'échapper à plus grand flot encore ma colère, ma tristesse, mon amour pour ce garçon. Oui ma vie en somme. Cette vie qui teintait ma peau, mes vêtements, le plancher de rouge carmin.Cette vie qui se répandait sous mes yeux alors qu'il se voilaient et que je commençais à avoir froid. Si froid. Ressentirais-je cette même paix en lui avouant tout ce que j'ai sur le cœur? Je l'espère.

J'ouvrais les yeux subitement, conscience d'avoir somnolé à demi au cours de ce morceau tandis que mon esprit avait cru bon de me rappeler à mes démons intérieurs. Je fixais dès lors le plafond, pensive. Je voulais ressentir cette paix à nouveau, une paix partagée, avec elle.

-"C'est vrai que ça apaise.." dis-je pensive.





We will always be friend, just friends..
J'écris en #ff99cc
Revenir en haut Aller en bas
Sébastien Nadeau
IRS |:| Sous surveillance médicale
avatar
Masculin
Messages : 73
Né(e) le : 24/11/1999
Date d'inscription : 19/04/2017
Age : 17
Voir le profil de l'utilisateur
http://indare-division.forumactif.com/t454-rien-n-est-impossible-seulement-besoin-de-determination-finis

Jeu 15 Juin - 6:03

Je continuais de même à jouer cette douce petite mélodie à la guitare, cela m'avait permis de me reposer mentalement, libéré un peu mon esprit. J'ai laissé mon esprit se promener un peu partout, au travers de mon monde mental. Je ne voyais qu'un vaste paysage, magnifique, coloré et tranquille, tandis que derrière moi, c'était une ville en ruine, grise, dévasté et poussiéreuse. Je marchais entre ces deux paysages, profitant de la vue et des sentiments dégagés par ces deux mondes. L'un donnait l'envie de s'aventurer, d'être heureux, être libre. L'autre donnait la solitude, la tristesse et l'envie de ce sauvé. Je me dois faire l'équilibre entre ces deux mondes, pour être capable d'avoir le contrôle sur mes sentiments et mieux vivre après. Si je venais à basculé dans un monde, je vais retomber dans l'autre juste après, comme une personne qui saute sur une trampoline. Pour le moment, je suis tranquille, je suis bien à l'intérieur, il y a quelqu'un qui me tient compagnie à écouté la musique, j'ai détourné mes yeux quelque seconde vers elle, elle semblait bien partie dans ces pensées, ce reposée dans son coin. Heureux de voir que ça la reposait, espérant qu'elle ait mieux par la suite. J'ai détourné mes yeux sur ma guitare, mes doigts continuaient le petit morceau que je faisais répéter en boucle, vus que normalement, elle était courte. J'ai pris mon temps pour faire le vide intérieur. Tout ce que j'avais de besoin, n'était pas de jouer de la musique en chantant, non, j'avais seulement besoin de jouer cette petite mélodie que mon grand-père m'avait montrée, il l'avait enseigné à ma mère, c'était de génération en génération. Hélas, ma mère n'a pas pu me le montré, elle a quitté ce monde en même temps que je suis arrivé, mon père ne semblait pas le connaitre, de toute façon, il était trop concentré à jeté sa colère violente sur moi à chaque jour. J'ai ouvert les yeux, aux premières paroles par la demoiselle dans son coin, je me suis retourné un peu la tête vers elle, montrant un petit sourire, un air tranquille.


Heureux que ça t'apaise, sa fait du bien de temps en temps ce reposée ainsi.

Je continuais tout de même à jouer ces petites notes. J'aimais la sensation d'avoir un instrument à ma porté et de pouvoir crée une petite mélodie qui permet d'alléger l'énergie autour, même d'alléger certaine personne qui prend la peine de l'écouter. La musique, c'est une vie pour moi, il suffit de bien la manié avec un instrument et on peut faire basculer les gens dans leur bulle avec les sentiments que la musique nous donne. J'ai toujours eux un talent pour les musiques tranquilles sur l’acoustique. Le prof de musique aimait bien ce style, normalement les gens vont écouter de la musique qui donne le goût de danser et de bouger, tandis que moi, j'adore celle qui nous relaxe, qui permet à notre âme de ce reposée. J'ai levé les yeux une fois de plus vers la fille au cheveu rose.

Rien de mieux que de reposer une âme douloureuse avec cette petite musique. Ce déconnecté du monde pendant un petit instant, sinon ça va mieux ?

Mes doigts continuaient de jouer cette petite mélodie. J'avais toujours cet air tranquille avec un petit sourire, me sentant libéré à présent, pour quelle durée ? Je l'ignore, mais je ne fais que profité du moment que je suis bien à l'intérieur.


Always keep your colors ~  :
 
Besoin de gens pour 2 événement de ma part, cliqué Ici pour plus de renseignement.
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Quand l'informatique nous lâche..........
» « Atelier de lecture » - Thomas d’Aquin, Somme théologique – La loi (Prima secundae, questions 90 à 99)
» La Foi en Jésus nous rend libre
» la musique que nous aimons!
» Le libre arbitre

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Institution Indarë :: IRS - Bâtiment principal :: 2e étage : langues et arts :: Salle de musique-
Sauter vers: