À droite, l'école et ses élèves normaux, comme tout le monde.À gauche, le centre de redressement pour jeunes dangereux.Maintenant réunis, pour le pire.
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



Votez pour le forum

~ Étendez l'expérience ~

 :: ISS - Bâtiment A :: RDC : Secrétariat et langues :: Permanence Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Un + Un : Deux. Mais n'oubliez pas la retenue! (PV Blake)

Amaryllis Hanazumi
ISS |:| Quatrième année
avatar
Féminin
Messages : 484
Né(e) le : 05/08/2000
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 17
Niveau d'études/Métier : Troisième année
Situation amoureuse : Célibataire - Karynsexuelle
Nationalité : Française
Voir le profil de l'utilisateur
http://indare-division.forumactif.com/t31-amaryllis-la-pianiste-fini

Mer 10 Mai - 20:02



Un + Un : Deux



En retard en retenue?
Aujourd'hui était un jour plutôt particulier pour moi. Je m'étais levée tôt comme à mon accoutumée , profitant de l'occasion pour prendre une douche matinale, presque seule dans les douches communes.

Il n'était que 6 h 30 après tout et rares étaient les élèves qui daignaient quitter leurs couettes et leurs draps avant 7 h30. Je ne croisais que donc quelques élèves, surtout des quatrièmes années. Je rejoignais mes quartiers après m'être soigneusement habillée, fais les cheveux et parfumée. Oui je prenais un peu plus soin de moi aujourd'hui qu'à l'accoutumée je dois l'avouer. Il n'était pas rare de me voir depuis mon changement vestimentaire dans un état assez déplorable en cours : les cheveux ébouriffés ou pas parfumée. Ce n'est guère pas grand chose pour le commun des mortels mais pour moi si. La raison de ce revirement d'attitude est plutôt simple.
Je me voyais libre, rassurée et apaisée. J'avais envie d'être belle, de m'ouvrir aux autres depuis que j'avais su me débarrasser du poids que j'avais dans le cœur. Les paroles rassurantes de ma directrice ainsi que mes propres mots me revinrent en tête.
Avais-je été trop loin? Je ne sais pas mais je ne regrettais rien. Rien du tout.

Je rentrais de nouveau dans ma chambre, trouvant Ely et Bell' toujours endormies comme des petits loirs. Je réprimais un petit rire maternelle avant de venir déposer tour à tour sur leurs joues un petit baiser et les couvrir un peu. C'était mon rituel du matin lorsque je partais tôt. Elles n'en savaient rien. Elles me trouveraient sûrement bizarre. J'ajustais mon uniforme devant le miroir mural avant de quitter la chambre lentement et sans bruit pour ne pas réveiller les Krysten aux Bois Dormants. Je m'aventurais alors en dehors des dortoirs malgré l'heure. Certes, nous n'avions pas le droit de sortir trop tôt des dortoirs mais mon départ était motivé.

En effet, j'avais à faire en salle de permanence. Une salle où je ne me souvenais même pas avoir mis les pieds. Il faut dire que ceux qui la connaissent le mieux sont les élèves les moins sérieux de l'institution. Ce n'était pas mon cas. Du moins pas habituellement. Disons juste que la punition pour avoir fracassé un clavier portatif sur le dos d'un élève après lui avoir réduit les rêves -ainsi que la virilité - en pièces était des plus justifiés.

Je me dirigeais donc vers le rez-de-chaussée du bâtiment des ISS. J'y étais déjà allée de nombreuses fois, principalement car les cours de langues s'effectuaient à cet étage, aussi il ne me fallut que de temps pour trouver les lieux. Par contre... en ce qui concerne la permanence.. Je ne savais vraiment pas où se trouvait la salle. Je parcourais les couloirs, espérant trouver un élève ou un enseignant pour me guider. Sans réussir. Il allait bientôt être l'heure de ma retenue et en plus de voir mon dossier affublé d'un "Violente" j'aurais le droit à un "En retard" en plus.. Quelle catastro..phe..
Le salut s'offrit à moi par le biais d'un plan. Je m'en enquérais aussitôt. Je notais dans mon esprit le placement de la salle en me référant à la position de la salle de français. J'accourais jusqu'à atteindre la double porte de la permanence. Je m'arrêtais devant celle-ci posant mes mains sur mes genoux pour reprendre mon souffle avant de toquer et d'entrer timidement dans la pièce, juste à l'heure.

-"Bon..bonjour..."




Always all alone


Déesse Ama-Terasu:
 


Finally found my true will:
 


Je parle en #cc66ff.
Revenir en haut Aller en bas
Blake Winchester
Absence longue durée
avatar
Féminin
Messages : 44
Né(e) le : 23/03/1992
Date d'inscription : 16/04/2017
Age : 25
Niveau d'études/Métier : Chef de la sécurité
Situation amoureuse : Célibataire
Nationalité : Anglaise
Voir le profil de l'utilisateur
http://indare-division.forumactif.com/t437-votre-securite-est-entre-mes-mains-blake-winchester

Lun 15 Mai - 14:17

Aujourd’hui, c’est jour de retenue. Je me rendis à la salle de classe bien en avance, après mon jogging matinal et ma douche. Aujourd’hui, j’attache mes cheveux en une grande tresse blanche qui descend dans mon dos. Mon uniforme est propre et parfait. Pour ce que j’en sais, je m’occupe des ISS aujourd’hui, parce que la prof en charge de l’heure de colle est malade. Eh bien, ils apprendront à ne pas refaire de connerie, sous ma tutelle. Après tout, une main ferme pourrait les aider à ne pas répéter leurs erreurs : je n’ai pas envie de les voir traverser dans l’autre bâtiment.

Deux des trois élèves en colle pour des motifs idiots. L’autre, par contre, semblait avoir un potentiel plus dangereux : elle avait agressé un camarade de classe avec un clavier… Il faut croire qu’aujourd’hui, ce serait elle, ma "victime". Mais si je pouvais la remettre dans le droit chemin, je ne me priverais pas. Le premier jeune homme entra dans la classe, sans parler, et alla prendre place, se rendormant presque instantanément. Nuit mouvementée? Pas mon problème. Le second, cinq minutes avant le début de la colle, entra et alla s’assoir près de la fenêtre, regardant vers l’extérieur. Ma troisième invitée arriva pile à l’heure, heureusement pour elle.

-"Bon..bonjour…"

Je claquait ma langue contre mon palais dans un signe d’irritation.

-À l’heure. C’est au moins cela.

Je regardais autour de moi. Sur le bureau, un cartable avait été oublié. Je le pris. Me rendant dans le fond de la classe, je le tappais contre le bureau à côté du jeune endormis, le réveillant en sursaut. Il leva sur moi des yeux effrayés. J’haussais un sourcil avant de retourner à l’avant de la classe.

-Alors. Vous êtes tous les trois habitués à des retenues assez tranquilles, je suppose. Malheureusement pour vous, ce ne sera pas le cas aujourd’hui. Je sortit un sac que j’avais apporté avec moi sous le bureau de l’enseignant et en posait le contenu sur la table. Vous constaterez que les élèves de cette écoles ont les même tendances que partout ailleurs. Dont celle de coller leurs gommes sous les pupitres. Pendant votre heure de colle, vous aller donc nettoyer cela. Les décoller et les jeter. Si vous n’en faites pas assez à mon goût, vous pourrez venir continuer la semaine prochaine et ce, jusqu’à ce que je sois satisfaites. Du coup, mieux vaut ne pas perdre temps.

Mon regard passa d’un étudiant à l’autre, attendant qu’ils se décident à bouger.
Blake Winchester & Amaryllis Hanazumi
Je me suis permise d’ajouter 2 PNJ. Sent toi libre de les jouer aussi!
Revenir en haut Aller en bas
Amaryllis Hanazumi
ISS |:| Quatrième année
avatar
Féminin
Messages : 484
Né(e) le : 05/08/2000
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 17
Niveau d'études/Métier : Troisième année
Situation amoureuse : Célibataire - Karynsexuelle
Nationalité : Française
Voir le profil de l'utilisateur
http://indare-division.forumactif.com/t31-amaryllis-la-pianiste-fini

Lun 15 Mai - 15:09



Un + Un : Deux



"A vos ordres Mademoiselle"
Le bruit qui suivit m'indiqua, si je ne m'en étais guère rendue compte par moi-même, que mon presque retard n'était pas du goût de la jeune femme qui gardait la pièce. Je n'allais pas être sa chouchou il semblerait. Je jetais un regard à la demoiselle tout en entrant timidement dans la pièce. Celle-ci semblait stricte et douce à la fois. Indiscernable. La première chose qui me heurta chez elle était son attitude presque militaire, froide.,sa posture fière et peu naturelle. C'était un peu comme la manière dont agissait la plupart de mes domestiques. Par obligation, omettant cœur et sentiments au vestiaire. Un peu comme moi au piano : technique irréprochable, doigté spectaculaire, mais un manque d’implication personnelle qui sonnait pour les oreilles les plus aguerries comme la pire des dissonances. Un grain de sable dans l'engrenage. Enfin. Mon regard traîna dans la pièce, révélant la présence de deux autres camarades d'infortunes. Je restais un instant, là, essuyant sans un mot la remarque cinglante avant de m'interroger sur la marche à suivre. Devions-nous placer par nous même ou était-ce cette demoiselle qui devait s'y atteler. Tiens,je remarquais alors que l'un de ses yeux était bandé. Je refrénais ma curiosité, décidant de me bouger. Je m'asseyais donc au premier rang en observant la surveillante, histoire de m'assurer que je ne risquais guère de l'offusquer. Cette dernière se dirigea alors vers le fond pour réveiller l'élève du fond avant de revenir faire face à nos trois minois.

-Alors. Vous êtes tous les trois habitués à des retenues assez tranquilles, je suppose. Malheureusement pour vous, ce ne sera pas le cas aujourd’hui.

Je continuais de fixer la jeune femme,hésitant à lui demander ce qu'était une retenue tranquille? Je n'avais en effet aucune idée de ce qui composait une retenue, n'en ayant jamais eu. Après tout je n'étais scolarisée dans un établissement que depuis mon arrivée à Indare et de plus je n'avais jamais rien commis qui puisse m'attirer ce genre de punitions. La seule expérience que j'avais des retenues était celle des commérages, dépeignant cette punition comme la pire des privations. L'ennui sans fond. Ou bien le travail acharnée comme devoir conjuguer des tas de verbes compliqués comme moudre à tout les temps et tout les modes. Bref. Pas la joie. Je ne détournais cependant pas mon attention des paroles de la surveillante.

Elle nous convia -de manière autoritaire- à contribuer à l'entretien des tables de cette pièce en décollant les gommes collées par nos camarades. J'entendis aussitôt dans mon dos des protestations et des soupirs d'agacement tandis que je m'apprêtais à lever la main pour demander si je pouvais en être dispensée. Après tout, l'infirmier m'avait demandé de ménager mes mains, cependant mon regard croisa celui de la jeune femme. Je compris aussitôt que je n'avais rien à gagner à demander. Au mieux, elle me prendrait pour une fainéante, au pire elle prendrait cela comme une atteinte à son autorité et me châtierais plus encore. La règle était la même pour tout le monde et malgré mes bandages je devrais être apte à la tâche. Si encore on m'avait demandé de poncer les tables ma question aurait été compréhensible mais il ne s'agissait pas d'une tache aussi ardue. Et puis je voyais d'ici la jeune femme me dire que je n'avais qu'à réfléchir avant de fracasser un clavier électronique sur un camarade. Certes, ma démarche était motivée et justifiée. Même la Directrice l'avait dit à demi-mots mais je me devais d'assumer mes actes.

Je hochais donc de la tête et leva la main,non pas pour objecter mais pour m'enquérir de la manière de faire. J'attendais donc qu'on me laisse la parole puis je posais ma question tout en reculant doucement ma chaise pour pouvoir inspecter le dessous du bureau me faisant face.

-"A vos ordres Mademoiselle, avec quoi devons-nous faire? Une règle?" demandais-je, un peu novice en la matière.

J'espérais que la bonne foi que je démontrais, me permettrait de remonter dans l'estime de la jeune femme. Après tout, avec un "Agression à coups de clavier" comme motif de retenue et un retard, cette dernière devait me prendre pour la pire des cancres ou une délinquante gâtée pourrie comme certains élèves aisés pouvaient l'être.





Always all alone


Déesse Ama-Terasu:
 


Finally found my true will:
 


Je parle en #cc66ff.
Revenir en haut Aller en bas
Blake Winchester
Absence longue durée
avatar
Féminin
Messages : 44
Né(e) le : 23/03/1992
Date d'inscription : 16/04/2017
Age : 25
Niveau d'études/Métier : Chef de la sécurité
Situation amoureuse : Célibataire
Nationalité : Anglaise
Voir le profil de l'utilisateur
http://indare-division.forumactif.com/t437-votre-securite-est-entre-mes-mains-blake-winchester

Mer 17 Mai - 1:07

-"A vos ordres Mademoiselle, avec quoi devons-nous faire? Une règle?"

J’haussais un sourcil. Avec quoi devaient-ils faire? Je venais tout juste de vider un sac avec des gratoirs sur le bureau servant normalement à l’enseignant. Me prenait-elle pour une idiote? Allons donc. Je pointais le matériel sur le bureau. Ensuite, j’en pris une, que j’allais poser sur son pupitre.

-Avec les gratoirs que je viens de sortir, peut-être, me semble être une hypothèse raisonnable. Avez-vous d’autres questions, mademoiselle? Peut-être souhaiteriez vous que je vous montre comment faire?

Mon ton était absolument et totalement sarcastique. Et ma question était bien entendu réthorique : elle ne nécessitait pas réellement de réponse. Et je n’en voulais d’ailleurs pas. Après tout, je réagissais ainsi pour montrer que son attitude était déplacée. Le gars près de la fenêtre, faisant preuve de bonne volonté, se leva pour prendre un gratoir et se mettre à la tâche. Au moins un qui ne reviendrait pas la semaine prochaine. Le gars endormit, par contre, c’était une autre histoire. Et si la petit qui me prenait pour une idiote avait au moins le mérite d’être alerte, ce n’était pas son cas.

Je retournais vers le bureau pour prendre un autre outil que je m’avançais vers lui. Je laissais tomber cela sur son bureau pour lui faire comprendre qu’il était temps de commencer. Arrogant, il me regarda et se recula sur sa chaise, se mettant à l’aise et me montrant avec son language corporel qu’il ne bougerai pas le petit doigt. J’haussais un sourcil, amusée par tant d’ignorance. Ignorait-il donc qui j’étais? Bon, j’étais arrivée récemment, mais tout de même! J’aurais cru que mon nom avait un peu voyagé dans l’établissement au sein des habituels cancres. Je lui fis signe de commencer, moment qu’il attendait apparement pour se saisir de son sac, se lever et tenter de quitter la salle. Je l’apostrophais toutefois avant qu’il ne puisse le faire :

-Je vous prierais de ne pas oublier qui je suis, jeune homme. Chaque étudiant dans cette école a un certain nombre de règles à respecter, et je suis ici pour m’assurer que ce sera fait. Si vous ne coopérez pas, je serais forcée d’ajouter un autre avertissement à votre dosser et des sanctions plus graves s’en suivront. Si vous ne voulez pas y faire face, je vous suggère fortement de coopérer maintenant.

L’étudiant me regarda, haussa les épaules et quitta malgré tout. Eh bien, un qui devrait non seulement revenir en retenue, mais qui en plus, fera fasse à pire. Tant pis pour lui il faut croire! Qui me cherche me trouve. Je me tournais vers les deux étudiants restant, un peu irritée du manque de respect dont on venait de me gratifiée.

-Cela vaut pour vous deux aussi, tâchez de vous en rappeler et de mettre de coeur à l’ouvrage.

Blake Winchester & Amaryllis Hanazumi
Revenir en haut Aller en bas
Amaryllis Hanazumi
ISS |:| Quatrième année
avatar
Féminin
Messages : 484
Né(e) le : 05/08/2000
Date d'inscription : 02/12/2016
Age : 17
Niveau d'études/Métier : Troisième année
Situation amoureuse : Célibataire - Karynsexuelle
Nationalité : Française
Voir le profil de l'utilisateur
http://indare-division.forumactif.com/t31-amaryllis-la-pianiste-fini

Mer 17 Mai - 16:51



Un + Un : Deux



"Excusez-moi Mademoiselle"


-Avec les grattoirs que je viens de sortir, peut-être, me semble être une hypothèse raisonnable. Avez-vous d’autres questions, mademoiselle? Peut-être souhaiteriez vous que je vous montre comment faire?

Outch. J'avais eu un léger effet de recul en entendant la remarque cinglante de la surveillante. Pour elle c'était une question idiote. Ou bien j'étais idiote tout simplement. Ou pire je cultivais l'insubordination. Pourtant il ne s'agissait ni de l'un ni de l'autre. Mon éducation et ma position faisait que je n'avais eu à utiliser ce genre d'ustensile, aussi je n'avais pas compris leurs utilités. Décidément je faisais très mauvaise impression aujourd'hui. Je me levais donc pour aller m'emparer du petit ustensile crucial pour la tâche à venir avant de me mettre sous ma table. Je suivais cependant la surveillante du regard tout en m'attelant à la tâche qui était la mienne. Tâche plus difficile qu'il n'y paraissait. J'eus une pensée discrète pour mes domestiques trimant nuit et jour dans la grande demeure de mes parents pour que tout soit toujours parfait, propre, irréprochable. Je soupirais, les mains déjà douloureuse après deux gommes décollées. Non pas par lassitude ou désobéissance. Juste par compassion pour mon personnel.

Je n'en demanderais plus autant à mon majordome c'est promis, désolée Rowan pensais-je alors quand un événement interrompit mon travail pénible.

En effet dans le fond de la classe semblait se jouer un conflit entre la surveillante et l'élève récalcitrant du fond. Je pouvais comprendre aisément que la surveillante attendait de lui qu'il effectue son travail comme moi et mon autre camarade d'infortune mais ce dernier ne semblait guère disposer à s'abaisser à ce genre de tâches.

La suite fut des plus évidentes et prévisibles. La surveillante le rappela à l'ordre et le renégat s'empara de son sac et dans une dernière marque d'irrespect laissa l'intégralité de la classe derrière lui avant de claquer la porte. Coup dur. Logiquement, la surveillante bafouée allait vouloir reprendre la situation en main et risquer de se montrer plus sévère avec nous que nécessaire.

-Cela vaut pour vous deux aussi, tâchez de vous en rappeler et de mettre de coeur à l’ouvrage.

Voilà ce que je redoutais. Je continuais un court instant de gratter, décollant petit à petit chewing-gum et gommes laissées sous la table comme autant de trace de vie d'élèves pour certains partis de l'établissement depuis quelques années - vu l'état de certains de ces déchets avant de décider de mettre la situation au clair avec la surveillante. Après tout, je n'avais rien à perdre et j’espérais qu'elle ne prendrait pas mal ma remarque.

-"Excusez-moi Mademoiselle?" demandais-je timidement.

Je relevais doucement la tête pour capter son regard. Au moins, elle comprendrait ou lirait dans mes yeux que je ne faisais pas ça pour contrer son autorité.

-"Je tiens juste à vous faire savoir que, mon camarade et moi.." Je lançais un regard à mon camarade d'infortune qui semblait légèrement paniqué à l'idée de se voir introduit dans l'ensemble avant de continuer "nous ne voulons que faire nos peines et pas plus, loin de nous l'idée de vous importuner Mademoiselle.."

Je soutenais son regard, non par défi, mais juste pour lui montrer mon honnêteté en espérant ne pas avoir attiré les foudres de la jeune femme.





Always all alone


Déesse Ama-Terasu:
 


Finally found my true will:
 


Je parle en #cc66ff.
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Sainte Jeanne-Françoise de Chantal Fondatrice d'Ordre, commentaire du jour "Ils ne sont plus deux, mais un seul"
» AJAC (ajourné admis en compensation), besoin de précisions
» attente de Bourse
» Débats sur les deux Empires : L'expédition d'Egypte
» Progression grammaticale séparée : oui, mais en 3è?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Institution Indarë :: ISS - Bâtiment A :: RDC : Secrétariat et langues :: Permanence-
Sauter vers: