À droite, l'école et ses élèves normaux, comme tout le monde.À gauche, le centre de redressement pour jeunes dangereux.Maintenant réunis, pour le pire.
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



Votez pour le forum

~ Étendez l'expérience ~
C'est l'heure pour les couples de se présenter pour être élus rois du bal !
Venez voter pour votre rp préféré du mois de Juin

 :: North London :: Camden Town :: Les entrepôts désaffectés Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

'Cause i'm not the solution [pv nylia]

Aller à la page : Précédent  1, 2
Nylia J. Swann
IRS |:| Classe Epsilon
avatar
Féminin
Messages : 564
Né(e) le : 28/06/1999
Date d'inscription : 16/02/2017
Age : 17
Niveau d'études/Métier : 4°A
Situation amoureuse : Coeur à prendre ~
Nationalité : Anglaise.
Commentaires/Citations : Madness is Genius ~
Nylia vous parle en #0099FF !
Voir le profil de l'utilisateur
http://indare-division.forumactif.com/t227-almost-dying-changes-nothing-dying-changes-everything-nylia-j-swann#1676

Jeu 11 Mai - 22:21

'Cause I'm not the solution

I don't know if I'm mentally ill, but there's no doubt on the fact that I love to play...

≈ 1300 motsNylia essaie de s'en sortir en #0099FF
Nylia appréciait d’avantage que ce qu’elle ne voulait l’avouer le sourire taquin de son interlocuteur. La blondinette fut légèrement surprise lorsqu’elle vit Issou recommander un whisky au barman irlandais. Décidément, il n’avait pas peur. L’étudiante s’était inquiétée deux secondes avant de decider de faire confiance au brun. Selon elle, il savait ce qu’il faisait, et c’était une raison valable pour ne pas se faire du mouron.

Puis, le moment fatidique de l’addition arriva. La blondinette en fut très gênée. En temps normal, elle aurait payé sa part et n’aurait absolument pas attendu un quelconque geste de la part d’Issou. Mais là, ce n’était pas comme si elle avait le choix – elle n’avait rien sur elle, sauf son portable (qu’elle fut d’ailleurs rassurée de trouver dans une de ses poches). Nylia espérait de tout coeur trouver toutes ses affaires dans son dortoir, à l’Institution, lorsqu’elle y retournerait. C’est donc les joues rougies qu’elle fixait l’addition, embarrassée, alors qu’Issou n’hésita pas à tout payer de sa poche avant de faire une remarque… A la Issou.

J'aurais dû hésiter à payer, pour ne pas que tu saches que j'ai de l'argent, cela parce que je n'ai pas envie que tu penses à tort que je suis un enfant pourri-gâté qui va passer plus que nécessaire dans des consommations.
- Ne t’inquiète pas, je n’ai pas une seule seconde pensé à ça.

Elle aurait voulu s’excuser dans la foulée de ne pas avoir pu payer elle-même pour ses consommations, mais elle n’en eut pas la force tout de suite. Elle aurait été obligée de penser au fait qu’elle ne savait pas du tout comment elle s’était retrouvée dans la soirée de toute à l’heure, et elle voulait éviter ce sujet comme la peste, du moins pour l’instant.

Je ne suis pas pourri-gâté de ma famille ou d'une quelconque autre personne. Se justifia-t-il en lui accordant un clin d’oeil.
- Et moi, je ne suis pas pauvre au point de devoir me faire inviter quand je sors boire deux Iced Tea, commença-t-elle en rigolant. Je n’ai juste pas mes affaires ce soir… Du coup, il faudra qu’on se revoie pour que je puisse t’offrir ta consommation ! Dommage, hein ? On ne se débarrasse pas aussi facilement de Nylia Jill Swann…

Une fois de plus, la blondinette était fière d’avoir tellement de répondant. L’épisode de l’addition l’avait gênée, mais il était hors de question qu’elle reste coincée pour autant. Au contraire, elle l’avait dit ; avec Issou, elle avait le sentiment de pouvoir être elle-même, et elle se promit de ne gâcher ça pour rien au monde. Le rire qui retentit après les propos de l’ébène avaient donc pour vocation de lui faire comprendre qu’il n’y avait pas à s’inquiéter, qu’elle n’attendait aucune explication.

Lorsque la main d’Issou atterrit délicatement sur sa chevelure, cependant, ce fut une toute autre histoire. Nylia ne faisait plus la maline. Elle aurait pu faire une blague pour casser la beauté du moment, elle aurait pu se décaler légèrement pour éviter le contact. Elle ne fit rien de tout ça. La jeune Swann se contenta de boire les paroles du jeune homme qui la rassurait sur le fait qu’il ne comptait pas s’en aller et qu’il ne la jugerait absolument pas selon le programme qu’elle suivait à Indarë. Quelle importance, de toute façon ? Dans un peu plus d’un mois, elle ne serait plus élève, après tout.

La blondinette adressa son plus beau sourire à l’ébène lorsqu’il se mit à lui chatouiller doucement le menton. Elle rit un peu ; elle était très chatouilleuse… Malgré tout, Nylia ne perdait pas le nord. Depuis leur rencontre, tout n’avait été que jeu, et il aurait été trop dangereux de sa part de considérer qu’Issou l’appréciait autrement que de cette manière. Certes, il lui avait dit que sa présence lui plaisait, mais comment pouvait-elle être certaine que le brun ne jouait pas un rôle depuis le début de la soirée ? Après tout, elle ne savait rien de lui. Mais voilà, la jeune anglaise avait beau vouloir rester sur ses gardes, les yeux de l’ébène avait raison d’elle.

Regarde-moi. Je pense que tu accordes trop d’importance à ce que tu m'as dit avant. Tu te sens libre avec moi et tu m'apparais vraiment... comment dire... rayonnante. Et je ne pense pas que cela soit une raison pour être Potion, s’engagea-t-il, la fixant inlassablement. Mais tu vois, je pense que tu n’as juste pas les bonnes personnes à tes côtés.

Nylia tomba d’une marche dans son esprit ; il avait raison. Du moins sur le fait qu’elle accordait trop d’importance à ces programmes de pacotille. C’est juste que la jeune Swann manquait cruellement de confiance en elle. Elle avait une opinion sur sa propre personne qui était la pire au monde, et pourtant, Issou la trouvait “rayonnante”. La jolie blonde avait frémit à ce mot. “Merci”, avait-elle pensé.

Et toi… Que penses-tu de… commença le brun, hesitant. Comment tu m’imagines, ailleurs, dans la vie de tous les jours ?

Nylia salua l’originalité du jeune homme, pour poser sa question. Ceci dit, elle dut à nouveau réfléchir quelques instants avant de lui fournir une réponse qui lui semblait juste ; dans le sens où elle voulait être sincère avant tout et surtout, ne pas répondre bêtement. Pendant sa réflexion, l’étudiante se rendit compte qu’elle avait chaud et décida donc de retirer le gilet qui lui couvrait les épaules et les bras, avant de réaliser qu’elle était habillée de façon… Plutôt féminine, comme qui dirait. En effet, la jeune fille arborait un décolleté laissant apparaître ses jolies formes. Nylia espérait simplement qu’Issou n’interprète pas ce geste à tort ; elle ne savait même plus comment ni pourquoi elle s’était habillée de cette façon, ce soir-là…

Bonne question, commença-t-elle en repoussant sa chevelure d’or dans son dos. A vrai dire, je ne t’imagine pas autrement que comme tu m’apparais là maintenant. Je n’ai aucune raison de t’imaginer différent, et puis de toute façon, j’ai pour habitude de prendre les gens comme ils me viennent, et de les aimer pour qui ils sont, quels qu’ils soient. Alors même s’il s’avérait que tu sois le mec le moins fréquentable au monde, tu ne pourrais pas m’échapper,finit-elle en laissant retentir son rire cristallin une nouvelle fois.

La jeune Swann était satisfaite : elle avait réussi à être sincère, et c’était la seule chose qui lui importait lorsqu’elle répondait à son interlocuteur. Tout en souriant, Nylia se mit à réfléchir à une question pour le jeune homme, alors qu’elle enroulait une mèche de cheveux autour de son index. Une fois la question trouvée, elle s’empressa de chercher le regard d’Issou et de plonger ses iris azurés dans les prunelles brunes de l’ébène.

Est-ce que je peux rester avec toi ce soir, jusqu’au bout de la nuit ?

Question risquée ; pourtant, Nylia n’avait rien derrière la tête. A vrai dire, la blondinette ne voulait juste pas être seule, et étant donné qu’elle appréciait grandement la compagnie d’Issou, il paraissait naturel qu’elle se pose cette question. Elle ne savait toujours pas quel jour de la semaine on était, donc elle ne savait pas où Issou comptait se rendre pour dormer et surtout, elle ne savait pas où elle irait, elle…

Désolée si la question te parait déplacée, ce n’est vraiment pas mon intention. Je comprendrais que tu refuses, ajouta-t-elle. Et sinon… J’aimerais en savoir plus sur ton orientation sexuelle, Issou ! Enfin… Si ça ne te dérange pas, bien sûr.

Nylia n’arrangeait pas les choses en rajoutant ce type de question, mais après tout, ils étaient là pour apprendre à se connaître, non ? Vu qu’elle était ouverte d’esprit, en plus, aucune question ne lui faisait vraiment peur. Ni aucune réponse, d’ailleurs.
©linus pour Epicode






Dernière édition par Nylia J. Swann le Lun 19 Juin - 16:27, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Issou Adore
IRS |:| Classe Delta
avatar
Messages : 308
Date d'inscription : 18/03/2017
Situation amoureuse : Célibataire
Nationalité : Anglaise
Voir le profil de l'utilisateur
http://indare-division.forumactif.com/t372-issou-adore-don-t-waste-my-time

Dim 14 Mai - 14:41


« Du coup, il faudra qu’on se revoie pour que je puisse t’offrir ta consommation ! Dommage, hein ? On ne se débarrasse pas aussi facilement de Nylia Jill Swann… »

L'ébène ne lui répondit que par un beau sourire.
Mettait-elle déjà en place leurs prochains rendez-vous? Loin de comprendre l'attache qu'elle avait d'un seul coup à son propos, celle-ci semblait s'accrochait à fur et à mesures; cela retira un fin sourire à Issou. Celui-ci caressa ses poches; jugeant le moment le plus amène à amener l'une des obligations que lui demande son addiction, à quand la prochaine pause clope.
Pourquoi tant de "peur" vis à vis de celle-ci? Cela s'était plus d'une fois conclue par une soirée conclut trop rapidement et ce n'était pas l'envie du bad boy.

Alors il se contint, couvant la blonde de cette tendresse qu'il n'arrivait pas à retenir face à l'éclosion de la jolie fleur. Il semblait d'ailleurs à l'ébène que celle-ci ne cessait de mûrir, devenant à mesure que la soirée progressait, une vraie rencontre fortuite inespérée.

Il rebattit ses cheveux vers l'arrière, comme à son habitude, et les plaça d'un geste qu'il s'était entraîné à faire plus jeune. En effet, la gestuelle avait une part importante dans l'apparaître et l'Adore savait que les hommes se forgeaient souvent une relation en fonction de la première impression. Issou se forçait d'être toujours mieux que présentable de façon à ce que la dite "première impression" soit toujours, au minimum, la bonne.
Alors il se rendit compte qu'il la captiva; elle ne réagit pas à ses paroles, se contentant dans un premier temps de verrouiller son regard. Tout chez elle semblait l'amener à la protéger, c'était la seule envie qu'il avait à chaque fois qu'il se perdait dans ses azurés.

« Quel honneur. » La gratifia-t-il lorsqu'elle enleva sa veste. La miss était vraiment tout en beauté, il aurait été ingrat de ne pas l'avouer. Issou reprit une bonne gorgée du liquide ambrée, zieutant pendant quelques minutes le bar afin de visualiser une éventuelle zone fumeur; ou peut-être pour éviter de se sentir attirer par le décolleté de sa douceur de la soirée.
L'ébène lui glissa un petit clin d’œil, signifiant l'humour contenu dans sa remarque, il n'était absolument pas sérieux. Bien qu'un peu, cela lui allait très bien. « Pour quelqu'un qui n'attendait rien de sa soirée, on ne peut pas dire que tu n'es pas tout en beautée, Nylia. » La complimenta-t-il.

C'était d'usage, pas vrai? Pourtant, il avait simplement eu envie de lui faire remarquer. Loin de lui l'envie de la faire rougir, qu'elle détourne le regard ou qu'elle se sente agressée d'une quelconque façon; cela l'importait un peu. Le soucis était que l'attachement l'empêchait de rester cette personne libre. Pour Issou, contrairement à ce qu'avait dit Nylia plus tôt, c'était bien l'attachement envers d'autres qui empêchaient la Liberté, la peur de perdre une personne chère à cause de parole trop brusque ou malvenue. On a pas ça, lors d'une rencontre d'un soir. Nylia n'aurait pas dû l'avoir, après tout si l'ébène était parti... Elle s'en serait trouvé un autre sans soucis, pour sûr.
Mais peut-être pas aussi droit que l'était l'Adore. « Alors même s’il s’avérait que tu sois le mec le moins fréquentable au monde, tu ne pourrais pas m’échapper. »

Issou ne retint pas son rire, lequel se transforma doucement en ricanement. Vraiment? Peut-être devrait-elle le dire à ses deux potes qui n'auraient certainement pas hésité pour lui en faire voire niveau fréquentabilité. C'est pourquoi il se rapprocha d'elle, jusqu'à ce qu'elle puisse enfin sentir son souffle au niveau de ses lèvres. Murmurant tranquillement. « A moins que... Cela ne soit toi qui ne puisse t'échapper? »

Cela lança comme une bombe; Nylia lui demanda plusieurs choses. D'abord quelque chose qui s'apparentait à une demande de co-location pour la nuit. En soit, elle ne savait absolument pas où elle était et avait besoin de son aide pour trouver un logement.
Il pouvait concevoir que la situation de sa douce était compliquée. Puis il hoqueta à la dernière question de la blonde. Rien n'avait-été prouvé; mais il concevait un intérêt certain de la blonde envers sa personne. « Je suis homosexuel. » Balança-t-il, toisant intensément la réaction de sa compagne.

Faux, faux et archi-faux, bien entendu; mais personne n'avait dit que la vérité était de mise et; sa douce, semblait esquiver la plupart de ses questions en répondant jamais totalement à ses questions. Esquivant, par ailleurs, toutes les parties les plus amusantes. Comment allait-elle réagir? Il accouda ses coudes sur la table et posa son menton sur ses doigts, la lorgnant d'un regard haut en sensualité. Allait-elle y croire, même l'espace d'une seconde ou pas? « Tu veux dire que tu veux dormir chez moi une fois la soirée fini? » Sourit-il?

Alors, qu'allait-elle croire? Ce qu'elle entendait, ce qu'elle ressentait? L'Adore se plaisait à jouer ainsi avec elle, mais il y avait une question auquel il n'avait toujours pas la réponse. Qu'était-elle vis à vis de sa personne? Quels étaient les raisons des regards tendres qu'il ne pouvait s'empêcher de lui poser?
Revenir en haut Aller en bas
Nylia J. Swann
IRS |:| Classe Epsilon
avatar
Féminin
Messages : 564
Né(e) le : 28/06/1999
Date d'inscription : 16/02/2017
Age : 17
Niveau d'études/Métier : 4°A
Situation amoureuse : Coeur à prendre ~
Nationalité : Anglaise.
Commentaires/Citations : Madness is Genius ~
Nylia vous parle en #0099FF !
Voir le profil de l'utilisateur
http://indare-division.forumactif.com/t227-almost-dying-changes-nothing-dying-changes-everything-nylia-j-swann#1676

Mer 17 Mai - 12:56
Le temps passait, et les questions aussi. Mais il y en a une qui stagnait dans l’esprit de la petite blonde, et ce depuis un bon moment déjà… A quoi jouaient-ils ? Les limites du jeu avaient-elles été dépassées ? Avaient-ils seulement joué, depuis le début ? Ou au contraire, avaient-ils été plus vrais que jamais ? Une question en amenait une autre, de même pour les réponses.

Quel honneur, commença-t-il en lui adressant un clin d’oeil. Pour quelqu'un qui n'attendait rien de sa soirée, on ne peut pas dire que tu n'es pas tout en beauté, Nylia.

La jeune Swann était flattée ; elle ne s’était pas attendue à un compliment de ce genre, même si elle notait la tendance d’Issou à faire des phrases negatives pour complimenter, ce qui était caractéristique d’un mécanisme de défense léger, mais notable. Cela ne la dérangeait pas, au contraire, c’était plutôt amusant. Nylia se contenta de lui adresser son plus beau sourire en guise de remerciement, comme à son habitude. C’était le langage de la jeune fille… Et visiblement, son interlocuteur l’avait appris rapidement.

A moins que... Cela ne soit toi qui ne puisse t'échapper ?avait-il murmuré.

Les joues rougissantes dues à la proximité d’Issou, la jeune fille avait seulement répondu par un sourire en coin plus que charmeur, alors que son regard s’était plongé dans les yeux de l’ébène. Son coeur avait sûrement dû battre très fort, tellement que pendant quelques secondes, elle eut peur que son ami le découvre.

Puis, avaient suivies les deux questions de la jeune fille, qui s’était empressée de combler le silence qui lui faisait un peu peur. Habituellement, Nylia n’était pas effrayée par le silence et au contraire, elle le trouvait souvent nécessaire, et même plus intéressant que certaines paroles. Ici, elle adorait le silence et le simple souffle d’Issou qu’elle pouvait sentir très légèrement sur ses lèvres. C’est bien pour ça qu’elle s’était décidée à renchérir sur des questions ; quelques secondes de blanc de plus et elle aurait sûrement embrassé le brun, risquant de tout gâcher. Heureusement, l’Anglaise s’était sauvée elle-même. Puis…

Je suis homosexuel.
- Menteur.

Elle éclata de rire. Que venait-elle de dire ? Pour le coup, elle s’en voulut tout de suite, et pas qu’un peu. L’ébène s’était accoudé au comptoir, posant son menton sur ses mains, adressant un regard plutôt sensuel à la blondinette. Lui, homosexuel ? Impossible. C’était incohérent. Du moins, c’est ce que Nylia pensait et espérait. Elle décida cependant de masquer sa culpabilité en se contentant de défier le beau brun du regard. Tant pis, c’était trop tard : elle avait misé. Au pire, il lui répondrait que c’était la stricte vérité, et elle l’accepterait. La jeune Swann n’était en aucun cas homophobe, et d’ailleurs elle ne concevait même pas qu’on pouvait l’être.

Tu veux dire que tu veux dormir chez moi une fois la soirée finie ?lança-t-il alors, un grand sourire aux lèvres.

La jolie blonde ne laissa rien paraître, mais elle était désormais persuadée qu’Issou n’était pas homosexuel. Ou alors, il était nouveau dans le domaine. Elle ne put s’empêcher de sourire à cette pensée stupide, juste avant de se mordiller la lèvre inférieure, lui donnant un air à la fois mignon et indéniablement sexy. Nylia se rapprocha alors de nouveau un peu d’Issou, ne le quittant pas des yeux, parlant d’une voix sensuelle.

Oui, Issou, insista-t-elle, c’est ça que je veux dire.

Peut-être était-il déstabilisé, au fond, mais une chose était sûre, c’est qu’il n’en avait pas l’air, et cela plaisait à la jeune fille, qui n’avait pas dit son dernier mot. Elle zieuta l’extérieur un instant, il faisait toujours nuit noire, et intérieurement, Nylia jubila. Elle avait encore un peu de temps avec Issou. Puis une autre pensée traversa son esprit anormalement vif, aussi tardivement.

Tu veux qu’on sorte un peu ? Je parie que tu as besoin d’une ou deux clopes.

Là aussi, la blondinette était presque certaine d’avoir raison ; elle avait grandi avec des parents fumeurs, aussi connaissait-elle l’appel récurrent de la cigarette, même si elle n’avait jamais fumé. Et puis, ça ne pouvait pas leur faire du mal que de prendre un peu l’air, cela faisait maintenant un moment qu’ils s’étaient installés au bar. Puis, soudainement :

Ce soir, c’est toi qui mènes la danse. Si ça ne te dérange pas, bien sûr…lança-t-elle mystérieusement.

Que voulait-elle dire par là ? Seule elle en était consciente. Au fond, elle espérait qu’Issou comprenne. Qu’ils soient sur la même longueur d’onde. Elle ne savait pas ce que c’était, mais la blondinette adorait ce sentiment. A l’affût de la moindre réaction du jeune homme, elle continuait de plonger inlassablement son regard dans le sien.



Revenir en haut Aller en bas
Issou Adore
IRS |:| Classe Delta
avatar
Messages : 308
Date d'inscription : 18/03/2017
Situation amoureuse : Célibataire
Nationalité : Anglaise
Voir le profil de l'utilisateur
http://indare-division.forumactif.com/t372-issou-adore-don-t-waste-my-time

Jeu 18 Mai - 18:16


« Menteur. »
Rigola-t-elle tant dis qu'il se disait aimer les garçons. L'ébène n'eut aucune réaction si ce n'est de la fixer, toujours plus intensément. Il commençait à avoir peur, ne l'avait-elle pas dit? Avec lui, elle était libre, avec les autres elle n'était donc pas comme ça or... Le soucis était qu'il commençait à l'apprécier ainsi et qu'il aurait dû mal à la voire se recroqueviller de quelconque façon que ce soit.
Son menton toujours poser dans le creux de sa paume, il ne lâcha pas la blonde du regard; s'autorisant toujours cette tendresse bien au fond des pupilles, camouflé sous des tonnes de malices et de joie de vivre. Parce qu'il était ainsi Issou, impossible de le décrire autrement.

Puis elle l'acheva, sans plus de préparation; ses pupilles ne fixèrent plus que cette petite moue qu'elle adopta tant dis qu'elle se rapprochait de lui. Son premier réflexe aurait été d'hoqueter, de se reculer, instaurer une espèce de distance de sécurité pour sa personne; c'était la stratégie standard. En effet, l'Adore appréciait cette technique qui mettait l'autre partie mal à l'aise, ou pire, mais détestait bien qu'on l'utilise sur lui.
Mais il ne fit pas. Se contentant de fixer l'azur de la douce. Et finalement, leurs proximités s'épancha, petit à petit, tant dis que l'ébène se relevait. Il passa rapidement sa main dans ses cheveux, se coiffant comme à son habitude tout en évaluant l'intensité d'alcool consommé. Pas de tête qui tourne, pas de haut le coeur alors qu'il s'était levé brusquement. Une seule conclusion, tout allait bien.

Et sa main passa de sa chevelure à celle de Nylia, qu'il caressa sans plus de précaution tout en se mettant à son niveau, une nouvelle fois bien trop proche. « Exactement! Ca c'est quelqu'un qui pense aux autres! » S'exclama-t-il, bien heureux de ne pas devoir demander lui-même cette cigarette; la différence? Il n'en avait pas ressentit le besoin, et n'en avait pas fait part à sa compagne, mais celle-ci la lui accordait comme un droit.
Un espèce de "C'est bien Issou, t'as été gentil, va fumer ton cancer maintenant."

« Ce soir, c’est toi qui mènes la danse. Si ça ne te dérange pas, bien sûr… »
Profitant du fait que la blonde s'était levé, tout sourire, l'ébène se détacha du regard de Nylia pour tranquillement passer son bras autours de ses épaules, s'accoudant tout bonnement à elle. Celui-ci lui glissa, avec toute la classe possible et imaginable d'un jeune Anglais, de ses cordes vocales abîmées, par l'alcool et la cigarette, un rauque: « Hors de question, tu domines, on peut faire ce qu'il te plaît. » Rauque ou suave? Difficile à savoir. Mais une chose de sûr, n'était-il pas homosexuel?

Une fois l'air frais emplissant l'atmosphère, la luminosité du bar un peu plus loin, Issou s'adossa sans tarder sur le premier mur qu'il trouva. Fixant l'ombre déformé par le lampadaire en contre-jour, mais imaginant assez clairement le visage de la blonde. Ce qu'il lui plaisait? Pas vrai?
L'adore retint un sourire mutin. Peut-être que sa douce allait dormir chez lui ce soir,  mais l'ébène voulait être certain que tout ne s'arrêterait pas au petit matin. Cela lui était arrivé plusieurs fois, mais cette fois-ci, un espèce de truc lui serrait l'estomac lorsqu'il y pensait.
Quoi? Qu'importe, cela n'était pas un soucis pour lui, il n'y avait qu'une chose de sûr et certaine. Il ne voulait pas. Et c'était sa liberté à lui que de faire en sorte que cela ne se produise pas.

Son tube cancérigène atterrit naturellement entre ses lèvres, la nicotine le satisfit autant machinalement que chimiquement. Puis... « Mais du coup, la belle blonde est en quatrième année. » Conclut-il, un sourire aux lèvres. Cela sonnait la fin de la scolarité incessamment sous peu. « Qu'est-ce que t'as trouvée pour l'année prochaine? » Demande-t-il, soucieux d'en apprendre un peu plus sur elle. Puis; assez rapidement, il jeta un coup d’œil à sa montre: "4:26" affichait-elle assez clairement.

Peut-être demander un taxi, ou quelque chose comme ça pour rentrer? Ou bien attendre la reprise des divers bus et tram d'ici plus de 5:00 du matin, cela pour rentrer assez rapidement et peu chère chez eux? L'Adore sourit, ils allaient attendre. Bizarrement, Issou ne regretta qu'une chose, leurs proximités de tout à l'heure. Puis, après une petite inspiration, celui-ci lâcha une pique à la blonde. « Tu sais, douce, pour ce soir je ne te propose qu'un lit. La douceur de mon corps ce sera pour une prochaine fois, mes excuses. » La charia-t-il gentiment; il se préparait néanmoins à devoir tendre sa veste à la demoiselle. C'était connu, les femmes étaient frisquettes. Néanmoins... Lui était pire qu'une femme et devoir assumer le rôle d'un homme avec un temps pareil, c'était tout bonnement... Affreux.

Puis Issou se rapprocha après avoir dégager sa cigarette, quelques dizaines de minutes plus tard, touchant doucement le bout des doigts de Nylia tout en plongeant son regard dans le sien. « Même si égoïstement, j'aurai préféré te faire rester plus longtemps et rejoindre un arrêt de bus ou trame. Je peux éventuellement appeler un taxis, si tu n'as pas envie de marcher parmi les entrepôts, ce que je comprends. Si jamais ça te va, on peut appeler un taxi... Mais plus tard. » Finit-il, tout sourire, toujours entrain de caresser sa main doucement.
Le jeu était fini? Peut-être bien.
Revenir en haut Aller en bas
Nylia J. Swann
IRS |:| Classe Epsilon
avatar
Féminin
Messages : 564
Né(e) le : 28/06/1999
Date d'inscription : 16/02/2017
Age : 17
Niveau d'études/Métier : 4°A
Situation amoureuse : Coeur à prendre ~
Nationalité : Anglaise.
Commentaires/Citations : Madness is Genius ~
Nylia vous parle en #0099FF !
Voir le profil de l'utilisateur
http://indare-division.forumactif.com/t227-almost-dying-changes-nothing-dying-changes-everything-nylia-j-swann#1676

Lun 19 Juin - 16:29

'Cause I'm not the solution

I don't know if I'm mentally ill, but there's no doubt on the fact that I love to play...

862 motsNylia essaie de s'en sortir en #CC0000
La blondinette frémit alors que son ami caressa ses cheveux, un court instant qui n’en fut pas moins intense. Elle hésita. Etait-ce un prétexte à cette proximité soudaine, ou juste une envie innocente de toucher la tignasse de l’étudiante, qui avait poussé Issou à agir ainsi ?

Exactement! Ca c'est quelqu'un qui pense aux autres!s’exclama-t-il avec un grand sourire.

Ces propos eurent pour effet de faire sourire la demoiselle, qui pour le coup, ressemblait à un enfant qui venait de recevoir le cadeau qu’il avait commandé à Noël. Elle était heureuse, en compagnie de l’ébène. Un bonheur simple qu’elle n’expliquait pas mais qu’elle prenait plaisir à ressentir. C’était bizarrement magique. Elle avait l’impression de connaître Issou, tout en le trouvant imprévisible – ce qu’elle appréciait grandement. Ainsi, elle ne s’attendait pas à ce qu’il passe son bras autour d’elle alors qu’ils se dirigeaient vers la sortie du bar.

Hors de question, tu domines, on peut faire ce qu'il te plaît.

Sourire instantané. Avait-elle déjà souri autant dans sa vie qu’elle avait souri durant cette soirée avec Issou ? Et encore, la nuit n’étais pas tout à fait finie. Cette pensée la rassura – elle angoissait à l’idée de devoir lui dire au revoir. Une chose était sûre, Nylia voulait que le jeune homme fasse partie de sa vie. Tout ce qu’elle espérait, c’était que ce soit réciproque. Elle ne voulait pas juste être une anecdote sympa…

Mais du coup, la belle blonde est en quatrième année. Qu'est-ce que t'as trouvé pour l'année prochaine?

Encore une fois, la demoiselle sourit à la périphrase qu’Issou venait d’employer, puis la blondinette leva les yeux au ciel alors qu’elle réfléchissait, alors que d’habitude, c’était le sol qu’elle fixait. Ce qu’elle allait faire l’année prochaine… Nylia le savait déjà, ce qui lui facilita la tâche. L’étudiante était consciente de la chance qu’elle avait de savoir ce qu’elle voulait faire plus tard – professeure de literature, et plus précisément de littérature anglaise. Ce sujet l’avait toujours passionnée et l’idée de pouvoir l’enseigner la ravissait. Au fond d’elle, elle espérait, dans le futur, pouvoir obtenir un poste à Indarë.

Je suivrai des cours d’été pour préparer mon entrée à l’université. Je suis passionnée de littérature anglaise !

C’était clair, net et précis. Il n’y avait pas besoin d’en dire davantage – il suffisait d’être honnête. C’était le credo de la jeune fille. Depuis le début de la soirée, elle avait essayé de l’être avec Issou, et pour l’instant, c’était plutôt réussi. Pour le coup, Nylia ne connaissait pas l’heure. Elle priait juste pour qu’il leur reste un peu de temps… Une nouvelle prise de parole de l’ébène la sortit de cette prière intérieure.

Tu sais, douce, pour ce soir je ne te propose qu'un lit. La douceur de mon corps ce sera pour une prochaine fois, mes excuses. la charia-t-il.
- Tant qu’il y a une prochaine fois… se permit-elle en lui faisant un clin d’oeil.

Un frisson lui parcourut tout le corps. Avait-elle vraiment osé dire ça ? Apparemment, oui. Ca faisait du bien… Même si Issou l’avait chariée, elle espérait que la suggestion qu’elle avait faite était passé crème, comme on dit. La blondinette décida d’arrêter de se prendre la tête avec ça ; après tout, s’il avait fait cette blague, c’est qu’il savait ce qu’il insinuait. Lorsqu’il se leva, jetant sa cigarette un peu plus loin, et qu’il se rapprocha d’elle, la jeune Swann sentit son coeur battre un peu plus fort. Sûrement la fatigue… Puis il frôla sa main, la caressant doucement. Ses joues devaient certainement être un peu rougies, mais elle espérait qu’Issou ne le remarque pas.

Même si égoïstement, j'aurai préféré te faire rester plus longtemps et rejoindre un arrêt de bus ou tram. Je peux éventuellement appeler un taxi, si tu n'as pas envie de marcher parmi les entrepôts, ce que je comprends. Si jamais ça te va, on peut appeler un taxi... Mais plus tard.

Le coeur de la blondinette s’arrêta de battre un instant à la fin des paroles de son ami. Pour le coup, elle était rassurée. Il n’allait pas simplement la laisser dans un bus, tram ou taxi après tout ça, quand même, si ?

Oui, plus tard. Je veux rester avec toi jusqu’à ce que tu doives me demander de partir, à vrai dire.

Puis, elle attrapa sa main plus fermement et la serra fort dans la sienne (qui d’ailleurs était bien plus petite). Le plus tard possible. Il fallait qu’elle parte le plus tard possible. Il fallait qu’elle reste en compagnie d’Issou aussi longtemps qu’il le lui permettrait. Elle le savait ; c’était désormais son objectif. Ne sachant pas trop quoi faire, ou quoi dire, au risque de paraître trop émotive, elle se rapprocha de lui jusqu’à poser sa tête sur son torse. Puis, Nylia lâcha la main d’Issou… Seulement pour pouvoir l’enlacer pleinement, de ses deux bras. L’étudiante ferma les yeux un instant : qu’est-ce qu’on s’y sentait bien, dans ses bras… Ne voulant pas passer pour la fille collante, elle se détacha finalement de lui, restant tout de même proche… Un peu trop proche.
©linus pour Epicode




Revenir en haut Aller en bas
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
Sujets similaires
-
» résolution d'équations
» IMM n\'a pas de SITE WEB ! ICI LA SOLUTION !
» La spiruline: peut être la solution!!
» mode d'emploi de "proactiv solution"
» quelle solution choisir

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Institution Indarë :: North London :: Camden Town :: Les entrepôts désaffectés-
Sauter vers: