AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


Votez pour le forum

~ Étendez l'expérience ~
Pour la rentrée 2018, Indarë organise une semaine d'Intégration pour les nouveau élèves et les moins nouveaux.

 :: North London :: Hampstead Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Twenty-one pilots [PV Issou]

Aller à la page : 1, 2  Suivant
Caitlyn
Invité
avatar

Jeu 23 Mar - 23:10
Caitlyn
Caitlyn Wesker
Ancien membre

「 TWENTY ONE PILOTS 」

Issou
Quelle journée. Mais alors, quelle journée...

Il n'était ici pas question de qualité, car sur ce point, il n'y avait pas grand-chose à dire. Il faisait gris, certes, cependant le week-end débutait enfin. Sa mère avait décidé de se disputer sans raison avec elle, d'accord, mais une barre chocolatée s'était gratuitement rajoutée à celle commandée au distributeur, simplement bloquée dans la machine. Elle n'avait plus de clopes, bien sûr, or cela lui laissait l'occasion de découvrir la ville en cette fin d'après-midi. Bref, au final, une situation relativement homogène.

Sauf que voilà, ce qui était censé n'être qu'un simple samedi s'était avéré devenir une course contre la montre : finaliser de la paperasse à l'administration, récupérer des documents au professeur d'Anglais, imprimer un devoir à la bibliothèque, donner un cours particulier d'espagnol improvisé dans la cour, puis rencontrer le psychologue de l'école. Caitlyn considérait donc l'appel de la nicotine comme une fleur, une raison de s'aérer la tête en se baladant tranquillement, à son rythme.

Et effectivement, cette sortie en vue de l'obtention du précieux bien l'avait apaisé, jusqu'à ce que la jeune femme se décida à regarder son portable : vingt et une heure quarante.

Non, c'était impossible. Elle n'avait pas pu être dehors depuis deux heures, puisqu'elle ne s'était rendue qu'au tabac. Enfin, elle avait aussi fait un crochet par le parc, juste histoire de voir ce dont il avait l'air. Et puis, il y avait ce bar qu'elle avait tenu à localiser après en avoir entendu beaucoup de bien de la part de ses camarades de classe. Ah, et le saut au supermarché, aussi...

Bon, le problème n'était pas là, mais dans le fait qu'il ne lui restait qu'environ 45 minutes avant le couvre-feu. Les règles, Caitlyn n'était pas du genre à les suivre à la lettre, dans la limite de l'acceptable. Mais elle avait rejoint l'établissement il y a peu et savait pourtant déjà parfaitement que faire partie de l'IRS n'était pas anodin : à quel point le règlement était-il sévère ? Si elle n'arrivait pas à sa chambre à temps, quelles seraient les conséquences, aussi bien sûr l'instant que sur le long-terme ?

Le simple fait d'être une Forge lui privait déjà de bien trop de libertés à son goût, et si ce retard était sur le point de les renforcer, et cela une semaine seulement après son arrivée, les nerfs de la demoiselle au sang-chaud risquaient de ne pas le supporter.
Une seule solution : mettre l'apprentissage tiré de nombreuses années de sport intensif en œuvre dans le but d'arriver à temps. Et pour cela, tous les moyens étaient bons, même celui consistant traverser en plein milieu de la route comme une flèche.

Après tout, le décès était une excuse valable pour justifier un retard, donc il n'y avait rien à perdre.
j'ai placé sangcho en vrai


Dernière édition par Caitlyn Wesker le Sam 13 Mai - 11:56, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Issou
Invité
avatar

Ven 24 Mar - 19:56
Issou
Issou Adore
Ancien membre

« PUTAIN ISSOU! Il est déjà 19h... TU VAS SORTIR DU PIEU MAINTENANT! »
La voix affûtée de sa génitrice lui vrilla les tympans sans plus de cérémonie. La bouche vaseuse, la tête pas franchement bien en place, sensationnellement parlant; le plus jeune des Adore se caressa tranquillement les tempes, ne semblant pas plus que ça touché par les paroles de sa mère.
« J'ai vécu une bonne partie de la matinée, tu peux pas m'en vouloir... » Lui rétorqua-t-il, se moquant bien de sa réponse.
Issou se saisit sans plus de cérémonie de son paquet de cigarette, faisant fi des tentatives de sa mère pour se mettre au travers de sa route et s'enferma dans la douche après une chevauchée incroyable dans sa chambre d'un état désastreux.
« Et merde, mes affaires... » Soupira-t-il...
« ISSOU BLABLABLA... » Hurla-t-elle à travers la porte.
L’effronté tenta vainement de se rappeler de la veille, des prénoms lui vinrent rapidement sans qu'il ne se rappelle de beaucoup plus que de leurs premiers squattes. La musique perçait l'aphasie nuptiale, plusieurs groupes de jeunes se réchauffaient autours d'un feu créé, un peu, au milieu de la nuit. Leurs groupes avaient passés la soirée à faire connaissance, avant de bouger à plusieurs endroits. L'Adore se revoit chez lui, quelques heures plus tard, les affaires en lambeaux et quelques tâches sanguines sur sa chemise de marque. Il soupira à nouveau, c'était sa préféré. Le jeune homme passa par la fenêtre, s'assayant sans plus de cérémonie sur le toit qui surplombait sa terrasse; une cigarette entre les lèvres, celui-ci comptait bien terminait sa nuit... Ou débutait son réveil en toute tranquillité.  
« ET N'OUBLIE PAS QUE TU CHERCHES SARAH DANS UNE HEURE A L'ECOLE! » Conclut-elle enfin son long monologue.
« Mais putain, c'est la fille de ta pote! Pourquoi j'me la coltine?! » Hurla-t-il, réagissant enfin aux longues provocations de sa mère. Celui-ci aurait même pu la voire sourire, s'il n'y avait pas eu la porte.
« Roule pas trop vite. » Acheva-t-elle.
Sa mère savait décidément, parfaitement, comment le mettre en rogne dès le matin. Enfin... Le matin, le soleil commençait déjà à cesser de réchauffer la terre de ses rayons. Le physicien aurait bien aimé se tromper, mais connaissant la course de celui-ci sur le bout des doigts, cela ne devait faire aucun doute. Il devait être aux alentours des vingts heures. Un sourire aux lèvres, celui-ci conclut simplement, qu'il avait peut-être abusé.


**


L'ébène passa tranquillement la main dans ses cheveux, la fille de leur copine était à l'ISS aussi. Celui-ci ne se souvenait pas vraiment de son allure, mais Issou était quasiment sûr qu'elle allait le reconnaître. Passant la tête à travers sa cuisine, histoire de passer quand même un petit coucou à ses parents, le presque-affranchi accueilli le regard de sa mère d'un grand sourire.
« J'prends la S1000. » Clos-t-il la discussion débutante, face à sa mère dépitée, celui-ci salua son père de la main.
Sa préférée, clairement, d'une puissance et maniabilité rare, cette sportive lui permettait de s'affranchir des voitures mal-placées sur la route et de gagner un temps fou dans les rues de Londre. Néanmoins, zyeutant rapidement sa montre, il conclut sobrement son retard d'un petit rire. Second avantage? La selle arrière était petite, cela allait obliger cette jeune femme au corps appréciable à s'appuyer comme il le fallait contre lui.

De plus, le retard allait aisément être rattrapé. Chevauchant sa monture sans plus de cérémonie, le contact exécuté, le grognement rauque du quatre reçu une petite caresse de son dompteur. La première enclenchée, Issou fila comme le vent, se délaissant presque immédiatement de ses soucis ou de ses rancœurs, ne laissant que son désir de sensation prendre le pas. Limitation de vitesse il n'existait pas pour le pilote réaction.

Quand même plutôt loin de l'académie, l'étudiant dû subir la circulation induite par le centre-ville. Se faufilant entre les voitures arrêtées au feu rouge, l'Adore attendit que le feu piéton passe au "red flags" puis accéléra. L'idiotie humaine, néanmoins, dépassait clairement les limites du raisonnable... Ou même de ce qu'il fallait simplement pour survivre. La situation, malheureusement connue, d'Issou lui permis d'éviter la jeune femme qui semblait ne pas discerner les couleurs clairement. Néanmoins, la manœuvre, plutôt bien exécutée, fit heurter son rétroviseur contre la première voiture de la file, laquelle ne sembla pas le regarder. En effet, le groupe de jeune semblait plus occuper à mater les photos, certainement interdit -18, du passager qu'à s'occuper de la route. De plus, la musique ne devait pas les aider à avoir entendu l'impact...

Néanmoins, la fatigue d'Issou et la chaleur qui lui était monté à la tête lors du trajet, en plus de savoir que s'il n'avait pas son expérience il aurait pu payer l'handicape de cette ... déjà handicapée, jeune fille le fit monter dans les tours. La moto se casa sans plus de cérémonie sur le trottoir inverse, gros avantage du deux roues, où il accueillit la jeune femme d'une série d'hurlement virile.
« T'es quoi comme genre d'handicapée? C'est d'la faute de tes parents? T'es conne de nature ou tu l'es devenu?! » La moucha-t-il, son casque encore sur la tête, mais visière relevée.
L'emblème de son académie parfaitement apposée sur sont torse, celui-ci n'avait que du casque et des gants l'apparence d'un motard. Néanmoins, même pour un civil lambda, la qualité de ceux-ci ne devait pas opposer le moindre doute.
« Nan, mais franchement, faut me répondre... A MOINS QUE.. Tu sois assez cruche pour vouloir crever comme ça. » Finit-il, relativement proche d'elle, souhaitant clairement l'intimider pour lui donner une leçon.
Néanmoins, Issou ne s'y trompa pas; la tenu de la demoiselle ne faisait pas de doute. Elle ne se laissera pas faire ce qui, franchement, allait le combler. Cependant, le temps était passé peu vite et il l'agressait carrément. Il fallait le comprendre, cette idiote n'était pas la seule qui risquait de finir en fauteuil avec un choc à la vitesse qu'il comptait atteindre assez rapidement s'il ne l'avait pas vu, par chance. En effet, un lampadaire qui clignotait, près du trottoir de l'autre côté, avait attiré son attention. Il avait alors été agressé par la tignasse bleu de la demoiselle.
« REMERCIE TON BALAIS BROSSE DE POUVOIR MÊME ATTIRER L'ATTENTION D'UN AVEUGLE. » Finit-t-il en beauté.
Revenir en haut Aller en bas
Caitlyn
Invité
avatar

Sam 25 Mar - 16:28
Caitlyn
Caitlyn Wesker
Ancien membre

「 TWENTY ONE PILOTS 」

Issou
Sans même avoir eu le temps de procéder l'effet papillon provoqué ni plus ni moins par la faute de la jouvencelle, le motard qui avait bien failli la renverser était déjà planté en face d'elle en train de lui cracher des insultes plus excessives les unes que les autres. Il n'en fallu pas moins à Caitlyn pour afficher un air limite outré, bouche entrouverte et index levé, comme pour couper court aux déblatérations du jeune homme qui s'imposait un peu trop à son goût.

"... Heum... Excuse-moi ?" lâcha-t-elle, s'interrompant un instant pour rire ironiquement avant de reprendre : "D'où tu te permets d'ouvrir ta gueule en fait, connard ?"

Du point de vue de l'adolescente, opiniâtre comme pas deux, vouloir lui faire porter le blâme pour la situation était inconcevable. Elle estimait qu'il était absolument dans le tort, alors se permettre de l'attaquer de la sorte, c'était bien trop énorme pour que Wesker agisse avec maturité et réflexion.
Elle s'avança d'ailleurs un peu plus de l'inconnu, perdant son expression offusquée pour lui adresser un regard noir en profitant du fait que leur taille soit relativement semblable, puis continua en haussant le ton :

"Non mais, sérieux, tu te fous de moi hein ? T'es un putain de danger public ! J'pense qu'ils se sont trompés d'uniforme, parce que si t'as l'habitude de conduire comme ça, j'veux même pas savoir combien t'as tué de gens, ESPÈCE D’ATTARDÉ !"

En effet, Caitlyn n'avait pas manqué de remarquer l'origine de cet uniforme rouge, et l'idée qu'elle risquait de recroiser cet énergumène aux alentours ne l'enchantait pas particulièrement.
Néanmoins, alors qu'elle s'apprêtait à continuer d'aboyer contre son presque-meurtrier, un homme dans la cinquantaine sorti de l'une des voitures jusqu'ici arrêtées au feu rouge, prenant très probablement l'initiative de calmer ce conflit pour pouvoir rentrer chez lui plutôt que pour la sécurité des deux jeunes gens.

"Bon, les gamins-..."

"ALORS TOI, FERME BIEN TA GROSSE GUEULE ET VA SUCER TON PERE, PUTAIN DE CONSANGUIN DE MERDE !"

Certes, c'était sûrement un poil trop violent. Mais il fallait comprendre la demoiselle qui, entre son trouble de la colère et ce réglage de compte, était un peu... A fleur de peau.


Tandis que l'homme retourna s'asseoir dans son véhicule sans un mot, n'ayant rien trouvé à répondre, Caitlyn poussa un soupir frustré et se mit à se masser les tempes dans le but de se calmer. La situation risquait de devenir hors de contrôle, et elle savait parfaitement qu'elle ne serait pas apte à se contrôler si cela devait arriver. D'ailleurs, reprendre ses esprits lui permit de se recentrer vers son problème principal : le couvre-feu.
Sans même prêter attention à son "adversaire", elle se hâta de sortir son téléphone pour le consulter à nouveau et remarquer qu'un bon quart d'heure s'était écoulé. Désormais, l'alternative de la course contre la montre n'avait que très peu de chance de la sauver.

*Merde.*

Wesker se pinça les lèvres en détournant le regard, comme à la recherche d'une solution miracle, ce qui l’amena à poser ses yeux sur la moto envoyée balader par sa faute. Tilt...

Oh, non. Non. Il devait y avoir une autre solution. Enfin... Y en avait-il vraiment une ? Le temps continuait de lui filer entre les doigts, et elle était arrivée bien trop récemment pour pouvoir donner les directions de l'Institution à un inconnu, tout en assumant que quelqu'un la prendrait en stop dans les dix prochaines minutes. Bon, une fois de plus, elle n'avait rien à perdre. Il fallait juste faire passer une requête de la sorte pour quelque chose d'acceptable, mais c'était désormais clair : son dernier espoir pour arriver à temps n'était autre que le jeune homme lui faisant encore face.
Elle leva la tête vers lui à nouveau, bras croisés, et se concentra sur son ton pour le rendre le moins agressif possible.

"Bref, on oublie, mais t'as failli me tuer, quand même. J'pense que je mérite un service en échange."

Oui, c'était désespéré. Mais l'espoir fait vivre, comme on dit.
Revenir en haut Aller en bas
Issou
Invité
avatar

Dim 26 Mar - 22:37
Issou
Issou Adore
Ancien membre


« C'est quoi ton putain de soucis? TON FEU était rouge!» Lui rétorqua-t-il, prêt à monter dans les tours encore plus vite que la bécane derrière lui.
Les deux jeunes gens n'étaient plus séparés que de quelques centimètres, l'un et l'autre n'hésitaient pas à hausser le ton pour faire entendre raison à l'autre; mais le soleil couchant au loin n'allait tarder à interrompre leurs conversations.

Aoutch! Son coeur loupa un battement, sa face perdit l'espace de quelques secondes ses couleurs et son regard se fit plus mauvais. La "pouffiasse" avait tapé juste. D'assassin qu'elle le traitait, dieu savait qu'elle ne se trompait qu'à peine. En d'autres circonstances, cela ne l'aurait pas touché, mais la ressemblance entre les deux situations étaient immenses... DANS LE FAIT QU'AUCUNE DES DEUX GONZESSES N'AURAIENT DÛ SE TROUVER LA.
« On m'a déjà proposé d'porter le tiens, mais mon teint n'allait pas avec. » Se défendit-il simplement, mimant un mouvement de la main démontrant son rien à foutre face à cette provoc' de gamine.
Et pourtant, son calme n'avait rien à voire avec un quelconque contrôle de la situation, la gamine l'avait bien fait redescendre sur terre. Exact, il avait déjà manqué de tuer quelqu'un. Bien que sa raison lui hurlait, en son fort intérieur, qu'Issou n'aurait jamais rien pu y changer... Son cœur, sa conscience, eux, n'oubliaient jamais. D'ailleurs, il le sentait se serrer dans sa poitrine.
« Bon les gamins... » S'exclama une voix un peu plus loin.
« TOI TU FERMES TA GUEULE! » Sans commentaire.
« ALORS TOI, FERME BIEN TA GROSSE GUEULE ET VA SUCER TON PERE, PUTAIN DE CONSANGUIN DE MERDE ! » ... Encore moins de commentaire?
Choqué, la main devant le casque, un mutin sourire commençant doucement à pointer le bout de son nez; bordel, qu'elle avait le sang chaud celle-là. Issou observa le vieux monsieur retourner s'asseoir dans sa voiture.
« T'aurais pu rester dans les normes quand même, le pauvre. » Rigola-t-il un petit coup.
Peut-être que finalement, c'était-elle qui était monter dans les tours le plus vite des deux. Le jeune homme rebroussa chemin, se préparant à reprendre sa route; n'estimant plus vraiment nécessaire de se prendre la tête avec la bleuette. Le soupire de l'explosive parvint à ses oreilles, autant que son petit manège. Retirant son casque, laissant entrevoir un sourire joueur.
« Je me souviens pourtant avoir feu vert et... Que tu étais au milieu de la route? » Continua-t-il sa phrase, sachant parfaitement qu'il ne pourra perdre.
Le règlement était stricte, son uniforme bleu sautait aux yeux du Adore, il savait très bien ce qu'il devait se passer dans sa tête. La moue de la jeune fille, presque craquante, le fit encore plus sourire. Le calme après la tempête? Bien impatient d'entendre les autres arguments de la demoiselle. Des excuses peut-être?  Prenant son téléphone, mimant un air désintéressé, il s'intéressa simplement à la limite de temps qu'il avait pour la faire chanter.
« Ça se tient... sauf que tu as risqué ma peau autant que la tienne... J'mérite donc aussi quelque chose en échange? » Lui dit-il avec un sourire victorieux profondément encré au visage. « Et puis... Je suis un danger public qui a tué des gens... J'voudrais pas ajouter ton nom à cette liste, tu vois? C'est dommage, le couvre-feu c'est 23:30 de toute façon, non? T'as le temps... »
Alors là... C'était décidément l'un des meilleurs moments de la journée; pourtant la gentillesse du garçon l'avait depuis longtemps amené à accepter. Bien sûr qu'il allait l'emmener.
Revenir en haut Aller en bas
Caitlyn
Invité
avatar

Lun 27 Mar - 0:02
Caitlyn
Caitlyn Wesker
Ancien membre

「 TWENTY ONE PILOTS 」

Issou
Grillée.

S'il y avait une chose que Caitlyn détestait plus que d'avoir tort, c'était bien de se retrouver dans une telle position de faiblesse. Elle aurait bien aimé lâcher un "ça va, tu veux pas que j'te suce, aussi ?" ou quelque chose du genre, mais en vue de la situation, il valait mieux pour la Forge qu'elle se calme un peu.

"Et puis... Je suis un danger public qui a tué des gens... J'voudrais pas ajouter ton nom à cette liste, tu vois ? C'est dommage, le couvre-feu c'est 23:30 de toute façon, non ? T'as le temps..."

Évidement, il ne se privait pas pour en rajouter... Vu la position de force dans laquelle il était presque malgré lui, l'inverse aurait été étonnant.

Wesker se contentait de trépigner en écoutant le jeune homme sans quitter son joli minois des yeux, bras toujours croisés, en train de réfléchir à une alternative. Mais il fallait se rendre à l'évidence, la seule et unique chose qu'elle pouvait faire à présent, c'était de tenter de convaincre le brun qui était parfaitement au courant de sa requête.
Après avoir poussé un faible grognement en roulant des yeux, elle donna un petit coup dans l'épaule de l'inconnu, comme pour légèrement apaiser sa frustration.

"Ok, ok, ça va, j'ai compris !"


À ce stade, il n'y avait plus grand chose à faire. La fierté légendaire de la jeune femme était au plus bas, et de toute évidence, cela la mettait mal à l'aise. Elle était partagée entre accepter les conséquences de son retard et se plier aux ordres de l'arrogant... Était-ce vraiment un choix, sachant qu'elle avait déjà pesé le pour et le contre de vouloir se débrouiller seule ?

Le quidam en face d'elle avait l'air de bien savourer la situation, mais, pour rester optimiste, ce n'était pas nécessairement un désavantage : il aurait aussi très bien pu l'ignorer et partir, mais il avait décidé de rester planté là, curieux quant au déroulement de cette mésaventure.

"... Bon, j'suis désolée, j'ai été conne de t'insulter comme ça... Mais là j'ai, genre, une demi-heure pour rentrer et c'est vraiment chaud."

Décrocher ces paroles lui avait arraché la gorge, néanmoins, ça avait le mérite d'être totalement honnête. Caitlyn n'avait pas cessé de fixer le jeune homme, mais son regard reflétait une once de regret qui donnait à ses propos une certaine crédibilité.
Cet inconnu n'avait pas l'air d'un mauvais bougre, bien que c'était dur à dire après la crise qu'il venait de piquer. Cependant, il ne semblait pas totalement réticent à l'idée de sauver la demoiselle en détresse... Il fallait juste savoir à quel prix.
Revenir en haut Aller en bas
Issou
Invité
avatar

Lun 27 Mar - 18:57
Issou
Issou Adore
Ancien membre

Si tu veux voire à quoi elle ressemble, par hasard, c assé sobr tkt
Spoiler:
 

Toujours ce sourire mutin solidement accroché au visage, le temps passait; poursuivant son écoulement habituel. Pourtant, Issou était sûr que pour la demoiselle, celui-ci passait étonnement lentement. Lui? Continuait son petit jeu, bien décidé à faire monter la stroumpfette sur son "bolide". Néanmoins, le jeu lui plaisait actuellement trop pour que celui-ci ne se stoppe, jetant tout de même un coup d’œil attentif à l'heure, ne souhaitant pas que celle-ci ait un quelconque problème, il comptait bien faire durer le jeu aussi longtemps que possible. Enfin... Le "jeu", pour lui du moins.
Agitée, son visage passant d'une teinte à une autre sans jamais se fixer, le jeune homme ne s'en remettra pas. Il fallait dire que son espièglerie n'avait pas de limite, le plus souvent de bonne humeur bien qu'un peu introvertie, celui-ci n'hésitait pas à en faire voire de toutes les couleurs à ses connaissances une fois le premier pas effectué. Et quel premier pas!

La demoiselle ne semblait pas vouloir le quitter des yeux, soit, les yeux d'ébènes du brun ne la quittèrent alors pas non plus; jetant un coup d'oeil désintéressé à sa moto, derrière lui, celui-ci s'assura de la présence de son casque passager. En effet, ayant prévu de ramener la fille de la collègue à sa mère, celui-ci avait donc ramener la protection principale qui allait avec... Néanmoins, il avait compté rouler comme un, pour le dire, véritable salopard sur le trajet pour avoir sa dose d'action.
Heureusement, l'explosive ne semblait pas être une chochotte. Finalement, elle s'activa, se rapprochant de lui pour lui donner un léger coup sur l'épaule; la situation avait atteint un paroxysme au niveau de sa position. Le suc*r... Voilà bien ce qu'il lui restait à faire.

Loin d'être un garçon de ce genre, mais plutôt du genre bien gentil; celui-ci profita des, peut-être, humbles excuses de la demoiselle pour se retourner. Son sourire allait d'une oreille à l'autre. En effet, tel un magicien prêt à abattre son atout maître, Issou leva la main.
« Et bien merci, stroumpfette, voilà bien ce que je souhaitais entendre. Je te dis à la prochaine! »
L'apogée de sa petite blague, la voila bien, mimant de mettre le contact; celui-ci se prépara à partir avant de stopper son mouvement. Il imaginait, sans se retourner, l'expression mi-outrée mi-colérique de l'explosive. Autant sa moue pouvait être mignonne, autant ses explosions de colère étaient... Comment dire... Peu de personnes devaient lui arriver à la cheville. Ou alors, c'était comme ça dans son petit monde. Les excuses devaient lui avoir arracher la gorge; c'est pourquoi, sa blague faite, le jeune homme se saisit de son casque passager qu'il enfonça presque sur sa tête. S'assurant de la bonne taille de celui-ci tout en réglant le tour de cou -puisque c'est assez compliqué de le faire seul sur un casque inconnu-, comme le ferait un bon grand-frère, il lui tapa finalement un bon coup sur le dessus du crane tout en allumant le dispositif bluetooth assurant la liaison entre le conducteur et son passager.
« Bouh! »
Hurla-t-il, sans réel conviction.
« Bon... T'es déjà monté sur un autre deux roues que ton vélo ou pas, Pénéloppe? »
Bien sûr que non que ce n'était pas son nom, mais la complète maîtrise de la situation lui permettait bien de la taquiner encore un peu, non? CHEVAUCHANT SA MONTURE, Issou attendit patiemment une réponse tout en réglant son rétro-viseur ayant tapé la voiture.



Vraiment cette fois:
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Caitlyn
Invité
avatar

Mer 29 Mar - 22:27
Caitlyn
Caitlyn Wesker
Ancien membre

「 TWENTY ONE PILOTS 」

Issou
En voyant le damoiseau rejoindre sa bécane en la saluant, le sentiment qu'expérimenta Caitlyn était à la limite de l'indescriptible. Sourcils froncés et lèvre légèrement retroussée, elle eut l'impression que toutes les insultes de tous les langages qu'elle connaissait convenaient de s'attribuer au motard. Elle s'imaginait déjà le retrouver pour lui faire la peau, le plier en deux, lui faire connaître la castration sans anesthésie, et autres techniques tout aussi diverses et variées... Tout cela prit rapidement fin lorsqu'un casque lui tomba tout simplement sur la tête. Toujours sans voix face à la situation, elle laissa le brun ajuster son casque à la bonne taille tandis qu'elle hurlait intérieurement.

"Bouh !"

Alors que tout le respect semblait avoir été enterré, le joyeux luron décida pourtant de creuser encore plus. En temps normal, une blague de ce genre n'avait strictement aucun effet sur la jeune femme... Or, le port du casque étant déjà un artifice auquel Caitlyn n'était pas habituée, cela lui ayant d'ailleurs valu un accident par le passé, le dispositif qui était intégré dans celui-ci lui donnait l'impression d'être une fonctionnalité futuriste. D'où le sursaut que ce cri lui provoqua.

Comme réponse simple, l'étudiante se contenta de le frapper à nouveau au même endroit qu'avant, se montrant un peu plus violente sans pour autant tenter de lui déboîter l'épaule.

"T'es con !"

En comparaison avec la jolie ribambelle de grossièretés auxquelles elle avait habitué l'inconnu, cette injure portait une consonance presque amicale. Sur le coup, elle était plus proche de l'adolescente qui voulait sauver son ego que de la drama queen prête à briser des nuques -aspect non négligeable de sa personnalité qu'elle avait révélé il y avait de cela environ dix minutes.


Le trafic routier reprenait son cours alors que toute la tension de la scène semblait s'être évaporée tout aussi naturellement qu'elle était arrivée. Au final, le caractère des deux jeunes gens était relativement similaire sur beaucoup d'aspects, ce qui pouvait sembler difficile à entendre en sortant tout juste de ce "règlement de comptes". La raison du retard avait été l'élément qui déclencha ainsi que résolu cette histoire qui semblait déjà appartenir au passé. Il suffisait à la jouvencelle de prendre un peu de recul pour déjà réaliser l'aspect comique de la situation que l'on pourrait définir comme plutôt cocasse, et cette pensée suffit à lui décrocher un sourire que l'on pouvait deviner par son regard rieur. Quel bon duo de gamins.


D'ailleurs, le jeune homme l'arracha de ses pensées en lui demandant d'un arrière ton amusé si elle avait déjà été passagère d'un tel engin. C'était évidemment le cas, et bien que l'idée de devoir faire le trajet avec celui qui avait manqué de la tuer pouvait sembler pour le moins inquiétante, Wesker préférait de loin ce scénario au souvenir de sillonner les routes à bord du scooter bruyant d'un Jean-Karim, dealeur du dimanche.

Cependant, la formulation de la question lui fit lever les yeux au ciel avant de rabattre sa visière d'un air presque désespéré, apparemment déjà en overdose de vannes.

"Tsss... Oui monsieur, t'inquiète."

Elle prit donc place derrière lui, comme conviée, bien qu'elle se sentît légèrement à l'étroit. Mais très honnêtement, en vue de l'urgence de la situation, elle aurait sûrement accepté d'effectuer le voyage dans un coffre de voiture si cela était nécessaire à ce qu'elle arrive à temps.
Revenir en haut Aller en bas
Issou
Invité
avatar

Jeu 30 Mar - 14:56
Issou
Issou Adore
Ancien membre

L'ajustement se passait sans encombre, étonnant vis à vis du caractère explosif de sa compagne du soir, c'est pourquoi celui-ci ne pu que se tenir vigoureusement l'épaule lorsqu'il exécuta la blague de trop. Lui hurler dans les oreilles n'étaient, peut-être pas, des plus drôles, enfin de son point de vue. Le sursaut que la demoiselle effectua de manière inconsciente valait tout l'or du monde et celui-ci s'esclaffa, pendant quelques secondes, de sa bonne blague. Néanmoins, son épaule le rappela vite à l'ordre. "Pas drôle" pensa-t-il tout en ce massant; il semblait qu'Issou venait de frôler le maximum que la stroumpfette pouvait endurer. Son insulte, d'un niveau accablant par rapport aux bêtises qu'elle sortait il y a à peine quelques minutes le firent sourire. Qu'il était gentil, quand même, ce petit Issou.

Donc, soit disant, la demoiselle savait monter en moto; soit. Le contact mit, Issou alluma son moteur en donnant quelques coups d'accélérateur afin de s'assurer du bon démarrage de celle-ci.
« Bon, tu n'échapperas pas à quelques règles très simple. Je ne te connais pas, les mains, c'est autours de moi. J'suis pas ta mère, tu peux serrer. Ensuite... » Petite respiration. « Tu restes droite ou tu me suis entièrement, pas d'entre deux et tu bouges pas brusquement, j'veux pas que tu m'emmènes avec toi... »
Consignes de base, mais obligatoire; nombreux étaient ceux qui ne savaient pas monter en moto réellement et la conduite d'Issou -restant relativement peu douce- risquait de mettre à mal ses nerfs si elle ne se positionnait pas correctement.

Immobile, le jeune pilote attendit patiemment que la jeune fille daigne monter sur son moyen de locomotion.
« La selle est petite pour toi j'pense, c'est dommage, faudra te coller d'autant plus. »
Glissa-t-il avec un sourire au micro, pouvait-elle déjà imaginer le sourire mutin qui habitait son visage? Se déconcentrant pendant un temps de sa collègue pour faire en sorte que la jeune femme arrive à l'heure, Issou fit comme à son habitude. Passant entre les voitures du centre ville de Londre, accélérant pour dépasser et se glissant dans chaque petite place pouvant le lui permettre. Il l'aidait, mais si le comportement de la jeune femme allait de paire avec ses goûts, celle-ci devrait certainement se sentir aussi libre que lui. Voilà bien ce qui lui a toujours plus avec les deux roues, une espèce de sensation de toute puissance impossible à comprendre pour n'importe qui n'étant jamais monté dessus. A peine tourne-t-il la poignée que la vision périphérique se brouille, ne laissant place qu'à une horizon rougit par le soleil couchant. Les vingt-deux heures pointaient leurs petits nez, la route se passa sans encombre. Issou ne se retint pas de passer à un feu vert, glissant un joueur;
« Quand les piétons respectent le code de la route, c'est beaucoup plus sécurisant un feu vert... »
. La route se passa sans plus d'encombre jusqu'à la porte de l'institution. L'ébène esquiva les voitures garés sur les côtés pour se mettre sur le trottoirs, juste à côté de la porte, sans plus de vergogne.
« Alors Pamela, tu me donneras ton nom pour m'remercier de ce magnifique voyage, ou ton ingratitude ira jusque là. »
Lui demanda-t-il, tout sourire, tout en enlevant son casque.

Revenir en haut Aller en bas
Caitlyn
Invité
avatar

Lun 10 Avr - 12:46
Caitlyn
Caitlyn Wesker
Ancien membre

「 TWENTY ONE PILOTS 」

Issou
Malgré sa tête de mule, Caitlyn ne manqua pas d'écouter attentivement les consignes données par le damoiseau, non sans pouffer de rire au commentaire peu distingué qu'il y glissa. Pas qu'il ne lui en fallait plus.

"La selle est petite pour toi j'pense, c'est dommage, faudra te coller d'autant plus."

Comme à son habitude, la jeune femme fit claquer sa langue en haussant les sourcils, bien qu'un petit sourire amusé s'encrât sur ses lèvres. La ressemblance entre les deux jeunes explosifs ne faisait que se concrétiser de par leur humour semblable : après tout, cette rencontre fortuite s'était annoncée plus positive qu'ils ne l'avaient sûrement prévue.

Le trajet débuta enfin, cela décrochant un léger soupir rassuré à la jouvencelle. Bien que la conduite endiablée du motard n'était pas inattendue après l'accident, Wesker ne sourcillait absolument pas, au contraire. Elle retrouva le sentiment agréable que provoquait le deux-roues à ceux qui savaient apprécier l'adrénaline pour ce qu'elle était, et la jeune femme se retrouva d'ailleurs à passer un bien meilleur moment qu'elle ne l'aurait imaginé, cette "balade" n'étant qu'en réalité un simple moyen de retrouver sa chambre à temps.

Contre toute attente -sentez l'ironie, le zani ne se priva pas de glisser une nouvelle remarque concernant le code de la route. Bien que cachée par son casque, Caitlyn ne put se retenir de lever les yeux au ciel, balançant légèrement sa tête en arrière.

"J'te jure, si j'avais pas le risque de tomber en te lâchant une milliseconde, sale chauffard là... J't'aurais encore frappé."

Une fois de plus, il fallait ici discerner une once de bienveillance. Trois coups en moins d'un quart d'heure de rencontre, bien que l'un d'entre eux ne soit qu'hypothétique, c'était déjà une belle preuve d'amitié naissante.


C'est sur cette note que le parcours prit fin, et cela en lui laissant quelques minutes de répit avant l'heure tant redoutée, lui permettant d'échanger encore un peu avec son chevalier en armure.

Elle descendit du bolide tout en enlevant son casque, le glissant sous son bras pour passer une main dans sa crinière, histoire de lui redonner forme. Au même moment, l'inconnu lui demanda son nom avec un sourire, non sans manquer de lui attribuer un nouveau sobriquet. L'air pensif, Caitlyn regarda dans le vide, prenant une grande inspiration avant de lui répondre :

"Mh... Je sais pas trop. J'aime bien Pamela..." Elle lui rendit son casque ainsi que son sourire, puis continua. "Mais bon, tu peux m'appeler Caitlyn aussi. Et toi, on reste sur espèce d'attardé ou... ?"

Après la réponse du brun, la demoiselle, qui comptait bien lui donner le coup promis, fut traversée par un éclair de génie. Innocemment, elle fit un petit pas vers lui, désignant quelque chose de sa main droite.

"Ah, oublies pas ça, aussi..."

L'objet en question n'en était en fait pas vraiment un. À la place, sa main vide formait simplement un rond dessiné par son pouce et son index ; celui-ci étant situé sous la ceinture, dans les règles de l'art. Un peu puéril, certes, mais s'il daignait de regarder, la dernière atteinte qu'il manquait pour détruire son épaule serait absolument justifiée.
tu me fais un rond hrp j'te fais un rond inrp, g peur de rien moa
Revenir en haut Aller en bas
Issou
Invité
avatar

Lun 10 Avr - 15:50
Issou
Issou Adore
Ancien membre

Issou accueillit comme preuve indéniable que son humour était d'un goût distinguée quand la damoiselle pouffa de rire à sa blague. Néanmoins, il ne rigola absolument pas à la tentative enfantine de la jeune fille de lui coller une dernière tarte; la technique du rond c'était démodé. Comme pour se dédouaner d'un quelconque regard dans le dit rond, qu'il avait bien entendu regardé, le jeune Adore leva les mains aux cieux; priant le bon dieu de le croire. "Je n'ai pas regardé." Fit-il, en jetant un regard désabusé par-dessus son épaule, les bras rapidement replié en croix contre sa poitrine.

"Baisé ou violé?" S'entendit-il rapidement pensé. Quelle gamine, pensa-t-il rapidement, mais totalement à son niveau, il ne rechigna pas à lui tendre rapidement son épaule; comme pour effacer une quelconque dette. "T'oublieras pas de me rendre mon casque, Pamela." Répondit-il rapidement, oubliant rapidement le prénom qu'elle lui énonça plus tôt. N'avait-elle pas dit qu'elle aimait? Son petit surnom lui seyait à ravir.

"OH!" Nouveau sourire mutin accroché au visage. "Je trouve qu'espèce d'attardé me va à ravir, au moins, tu ne pourras pas me donner une mauvaise réputation en commérant avec tes copines; Caitlyn." Le prénom avait volontairement été écorché; Kétlin qu'on avait pu entendre. Néanmoins, une chose lui restait au travers. "T'as quand même traité ce vieux monsieur de consanguin qui baise sa soeur, ou un truc du genre, t'es vraiment mal éduquée." La charia-t-il une dernière, oubliant l'espace de quelques instants que la demoiselle était pressé; Issou ne se rendait pas forcément compte qu'elle se mettait petit à petit dans une merde plus noir que son pote Akbar.

Et puis, tant qu'à faire. "Sinon tu peux aussi me remercier, on se donne rendez-vous où et à quelle heure le temps que j'trouve un service que j'estime adapté que tu puisses me rendre?"'

Revenir en haut Aller en bas
Caitlyn
Invité
avatar

Lun 10 Avr - 18:50
Caitlyn
Caitlyn Wesker
Ancien membre

「 TWENTY ONE PILOTS 」

Issou

"Je n'ai pas regardé."

"Fous-toi de ma gueule."

Vu la manière dont Caitlyn fixait sa réaction, elle était loin d'avoir manqué le regard rapide qu'il avait lancé vers le bas. Cependant, il restait bon joueur, puisqu'il lui tendit légèrement son épaule sur laquelle l'adolescente n'hésita pas à tracer une croix avant de donner un puissant coup de poing, non sans essuyer après : elle aurait mis sa main à couper que, si l'occasion d'un pointage de faute avait été possible, il n'aurait pas manqué à répliquer avec les deux coups réglementaires.

Apparemment, le surnom Pamela était destiné à rester. Soit, qu'il en soit ainsi. A l'inverse, le "espèce d'attardé" resterait lui aussi, ce qui ne manquait pas de faire plaisir à la demoiselle : c'était tendre le bâton pour se faire battre, ou ici tendre la vanne pour se faire charrier, et cela lui décrocha un nouveau sourire.

"C'est vrai que ça te va bien."

Le souvenir de la jolie insulte destiné au vieillard de tout à l'heure ne manqua pas de la faire rire, plus longtemps qu'elle ne l'aurait imaginé. Il suffisait d'un peu l'énerver pour qu'elle se mette dans un état pas possible, et cette action ne faisait que le confirmer.


Une fois calmée, l'inconnu lui proposa de se revoir. Elle n'était pas contre, au contraire : avec une rencontre de la sorte, ça serait dommage de couper court à leur relation maintenant. D'un air amusé, Wesker désigna l'établissement derrière elle avec un léger coup de tête.

"J'en sais rien... Ici, vendredi prochain ?" Cette date l'arrangeait pas mal, puisqu'elle finissait relativement tôt. Néanmoins, elle ne se priva pas d'apporter une précision, souriant de plus belle. "Par contre, faudrait qu'on soit rentrés avant 22 heures, si possible..."

Au fil de sa phrase, elle sentit sa voix se perdre doucement au fond de sa gorge. Sans rien dire, elle jeta un coup d'œil sur son téléphone, qui indiquait qu'à force de discuter, elle était en retard de déjà trois minutes. Pour sûr, le surveillant devant le grillage, qui avait pourtant dû la voir arriver avec son uniforme, était rentré sans un mot.

"... MAIS D'OÙ ? MAIS D'OÙ ?!"

L'élève passa ses mains sur son visage décomposé en poussant un long soupir, faisant désormais face au bâtiment. Bon, personne ne risquait de contacter la police, mais si le destin choisissait de jouer en sa défaveur, elle était partie pour se prendre plusieurs heures de colle bien senties.
Faisant immédiatement volte-face au jeune homme, elle le pointa du doigt avec un regard meurtrier, brisant un peu son effet de par un léger sourire en coin involontaire provoqué par l'ironie de la situation.

"Et toi, interdiction de rigoler, sinon c'est pas juste l'épaule que j'vais te casser."

Toujours avec un sens des priorités à toute épreuve, évidemment.
Revenir en haut Aller en bas
Issou
Invité
avatar

Mar 11 Avr - 22:47
Issou
Issou Adore
Ancien membre

... Quel mot? Voilà bien la question qu'il se posait. Quel putain de mot pouvait convenir à cette saloperie aux cheveux bleus? Déjà qu'elle l'enfilait, non sans dureté, mais en plus de ça elle ne se trompait dans aucun code. Cela faisait qu'il... Restait sur sa faim, l'épaule douloureuse, le visage aigri. "Les gens normaux me remercient, putain... T'as abusé." L'ironie du sort? C'est que celui-ci -le sort-... Et bah il tournait, ce p'tit enfoiré. Et bien heureusement, d'ailleurs; un sourire mutin s'afficha rapidement sur le visage d'Issou.

Quelqu'un qui ne le connaissait pensait certainement que c'était par rapport au rancard qu'elle semblait lui accorder, bien gentiment. "J'comprends j'comprends, tu ne voudrais pas revivre la folle nuit que tu vas passer..." Incompréhension? Prise de conscience; réaction vive et fulgurante... Explosive, comme il l'avait escompté. "Vendredi prochain, sans soucis Pamela, on se revoit à c'te date." Lui prononça-t-il alors calmement, une main dans la poche, l'autre levée en l'air. En effet, bien décidé à ne plus rendre un seul service à cette fille ingrate qui; non seulement ne le remerciait pas, mais le frappait en plus de ça.

Et dieu sait qu'Issou et le sport/ou la musculature, ça faisait autant qu'il avait de testicule. C'est-à-dire... Trois.  -#bon piss la blag- Il l'entendit hurler et se retourna légèrement, visiblement, celle-ci n'avait même pas pris son départ en compte et semblait s'en rendre compte alors même qu'elle semblait lui crier des inepties. Pourtant, c'était vers une jolie rousse que le Don Juan de ces dames -askip- se dirigea.

"Salut... Pamela." Parce que oui... Voici la vraie Pamela. Celle-ci lui offrit le genre de regard qu'on ne lui donnait pas deux fois. Mi-chaud, mi-froid; l'Adore avait toujours été incapable de décortiquer la jeune femme, souvent à ses petits soins lors des repas; celle-ci semblait aujourd'hui d'une humeur implacable. L'Adore passa sa main dans sa poche arrière, tic qu'il faisait souvent lorsqu'il était gêné tout en passant sa main dans les cheveux. Il avait compris, quelque chose n'allait pas. Coup fourré de sa mère, 100% d'chance.

Plusieurs longues secondes de banalités sans fond, des p'tits ça va? Regard en coin, Issou était loin d'ignoré qu'après les soirées passées -super joyeuse soit dites en passant- où sa mère le priait d'emmener et ramener la fille de sa collègue afin de pouvoir passer une petite nuit collègue/fille/mère/fils. L'Adore soupira. "Y a ma pote la-bas, Caitlyn ou un truc comme ça... Elle est d'l'IRS..."
"Tu recommences à squatter avec ce genre de personne?" Voilà exactement pourquoi... Il ne pouvait la supporter. Enfin bon, l'Adore prit sur lui.
"Ecoute, elle est bloquée dehors, j'te revaudrais ça si tu me files rapidement de quoi la faire passer. Oh et ton badge étudiant... Je te le rendrais!"

Nombreuses, en plus de looooongues, minutes d'explication. Les deux jeunes gens arrivèrent finalement à une conclusion. "D'accord." P'tit soupire; Issou jeta un coup d’œil par-dessus son épaule, l'imbécile était toujours là. Les deux durent s'isoler quelques instants, après quoi l'Adore revint, les joues rougies et dévêtue de sa veste. "Dépêche par contre." Bah ouais, de toute manière il devait se casser.

"Enfile ça, Pamela et prépare toi." Les cheveux bleus, ça allait être compliqué... Le regard dirigé vers ailleurs, l'Adore évitait soigneusement de croiser le regard de Caitlyn, encore secoué par ce qu'il venait de se passer. Les conditions demandées par la fille de la collègue à sa mère était simplement inhumaine. Enfin...
De son point de vue. "Tu me le payeras, par contre!" Gromela-t-il notamment, au milieu d'une dizaine d'autres insultes emmitouflées dans sa barbe.

Il s'avança jusqu'au portillon, attendit quelques secondes et hurla; "Pamela!
Les portes vont fermés, tu viens?!
" et cela, bien sûr en face du vigile gardant les portes.
Revenir en haut Aller en bas
Caitlyn
Invité
avatar

Sam 15 Avr - 14:41
Caitlyn
Caitlyn Wesker
Ancien membre

「 TWENTY ONE PILOTS 」

Issou
Un air désespéré tirait toujours les traits du joli minois de la demoiselle dépitée. Si elle s'attendait à ce que toute cette histoire finisse par le scénario redouté dans tous les cas, elle n'aurait pas eu besoin de passer par toutes ses épreuves pour le moins abracadabrantes.

Ne portant même plus attention au désormais prénommé "Espèce d'Attardé", elle fut comme reconnectée au monde extérieur lorsque ce dernier se présenta devant elle en lui tendant l'uniforme de l'autre école.

"Enfile ça, Pamela, et prépare toi."

Lèvres entrouvertes, le regard de Wesker alterna entre le vêtement et le brun pendant une poignée de secondes. Le plan proposé était simple à comprendre, mais la raison de son exécution, quant à elle, lui échappait : pourquoi était-il en train de l'aider ?

Elle finit par prendre ce qu'il lui tendait, troquant son air interrogatif par un maigre sourire en baissant les yeux, se sentant -presque- touchée par ce second sauvetage, bien qu'elle savait parfaitement qu'un retour de service allait s'avérer nécessaire.

Sans hésiter, elle échangea son attirail bleu par celui donné : par chance, elle n'eut qu'à changer le nœud de sa chemise et sa jupe, les deux uniformes n'étant au final pas si différents. Le problème restant, et pas des moindres, c'était sa tignasse. La belle rousse qui avait accepté de prêter son identité contrastait bien avec le look de notre protagoniste, qui fut néanmoins frappée par un éclair de génie. Dégainant son propre pass, elle réussit à simplement échanger momentanément les photos figurantes sur ceux-ci, sachant déjà que le vigile ne l'était pas tant que ça.


Une fois que l'appel de son héros ait retenti, elle lui sourit en s'approchant de lui, en profitant pour glisser en mèche basse avant de s'avancer vers le bâtiment :

"J'arrive pas à croire que tu fais vraiment ça. merci, t'es un ange."

Finalement, la jeune femme se rendait compte qu'elle avait été une vraie peste aujourd'hui, et cette révélation eut le mérite de la frustrer. Même en ayant fait valser sa bécane, l'avoir insulté de tous les noms, avoir été plus généralement ingrate et lui avoir carrément à moitié déboîté l'épaule, il était encore là, à l'aider. Ça avait de quoi la faire se sentir pourrie-gâtée ; et ça, elle n'en avait pas l'habitude.


Habituée aux fraudes diverses et variées, Caitlyn évita innocemment le regard du surveillant et rentra sans plus de complications. Elle avait beau être sûre d'elle-même, entendre ses premiers pas claquer contre le carrelage du hall lui décrocha un soupir rassuré.

Machinalement, elle leva les yeux vers l'horloge pour se tenir au courant du temps qui s'était écoulé. Le nouveau couvre-feu qui lui était accordé n'était évidemment pas déjà dépassé, mais la demoiselle, ayant déjà fait un peu de repérage, était au courant que des surveillants étaient en train d'arpenter les couloirs des dortoirs, histoire d'attraper les quelques élèves qui n'auraient pas de plan miracle pour passer à travers le règlement. Elle fit volte-face vers le jeune homme en passant une main dans ses cheveux, se remuant les méninges pour trouver une nouvelle solution.

"Bon, on est passés... Mais maintenant on fait quoi pour les pions, Roméo ?"

S'il l'aidait depuis tout ce temps, la Pamela ne comptait pas s'arrêter en si bon chemin. Après tout, elle avait apparemment un génie du crime sous la main, et la quitte à lui devoir une dette astronomique... Autant en profiter.
Revenir en haut Aller en bas
Issou
Invité
avatar

Dim 16 Avr - 15:01
Issou
Issou Adore
Ancien membre

Où étais le soucis? C'était bien simple, il semblait à peu près présent partout. Dire que c'était ses couilles plus que sa tête qui l'obligeait à l'aider était erroné, il se sentait plus proche d'elle du fait de leurs comportements presque similaire -bien qu'il douta du fait que celle-ci l'aiderait si les situations étaient inversées- que comme d'une quelconque conquête. En effet, ça se rapprochait plus d'un vulgaire caprice qu'autre chose, rencontrer ses camarades de piaule? Il n'en avait rien à faire, ces personnes profitaient inconsciemment de son argent pour squatter une chambre de trois à deux. Pour dire... Il ne les connaissait pas.

Plus la situation avancée, plus le comportement de la bête devenait tendre; celle-ci se sentait petit à petit redevable. Cela ne l'arrangeait pas d'avoir un toutou à ses pieds; Issou préférait de loin le comportement explosif de la jeune femme. Un sourire mutin étira progressivement les traits de son visage, jusqu'où allait-elle se sentir redevable? Avant d'exploser... Le jeune Adore commença à imaginer moule scénario, en effet, peut-être qu'il allait dormir dans sa chambre, pour une fois.

"T'inquiètes." Lui répondit-il simplement, les mains dans les poches et le regard droit, Issou tentait vainement de se diriger vers sa piaule une fois les divers surveillants. Pour répondre à la question de la jeune femme aux reflets bleus, l'Adore sortit simplement une vieille clef de sa poche. "J'ai jamais dormi dedans, je ne sais pas vraiment ce qu'il nous y attend. Enfin bon, c'est à l'étage quatre."

Et on se dirigeait petit à petit vers le problème. Issou avait prit l'escalier côté gauche. Cela faisait qu'il n'avait que deux chambres à passer pour arriver à la sienne. Mais... Si par malheur il y avait un surveillant dans les escaliers ou le couloir, les stratagèmes allaient être infernaux pour tenter de s'en sortir. Cela pouvait même plausiblement amener des examens approfondis de leurs identités. Les gonzesses n'avaient pas vraiment le droit d'squatter les étages des mecs.

D'ailleurs, l'Adore trouvait quand même la sécurité des personnes de l'IRS très moindre à celle qu'il imaginait. Aucun appel, rien, visiblement Caitlyn ne semblait pas s'inquiéter de quoi que ce soit d'autres que de trouver un endroit pour dormir dans l'enceinte de l'établissement. L'Adore haussait un sourcil, par contre... Lui devait se casser de l'établissement avant que celui-ci ne ferme. Et même assez vite, sinon les revendications de la dites Pamela allait perdre du leste et cela allait commencer à devenir risquer.

Alors qu'il se trouvait au palier 3, il ne restait que deux escaliers pour accéder à l'étage 4; Issou entendit distinctement du bruit venant de l'étage et du haut de l'escalier. Il crut entendre une voie trop grave venant du dessus pour être celle d'un individu à peine majeur. L'Adore jeta un coup d'oeil à Caitlyn. Comment? "Si jamais ça pue, hurle moi dessus, pour une raison quelconque. J'crois que t'as pas le droit de te pointer dans les étages des mecs."
Revenir en haut Aller en bas
Caitlyn
Invité
avatar

Lun 17 Avr - 19:03
Caitlyn
Caitlyn Wesker
Ancien membre

「 TWENTY ONE PILOTS 」

Issou
Suivant silencieusement le brun après avoir pris sa clé, Wesker semblait satisfaite de son idée. Certes, c'était un peu dangereux et elle ne savait pas à quoi s'attendre quant aux potentiels colocataires avec lesquels elle devrait partager sa nuit, mais ce léger pic d'adrénaline ne lui déplaisait pas pour autant.

Alors qu'elle se dirigeait vers les escaliers, elle eut le temps d'apercevoir son reflet dans une fenêtre pendant une poignée de secondes. Se voir avec l'uniforme des plus sages était étrange, mais la seule pensée qui lui traversa l'esprit fut que ce rouge était bien plus flatteur que le bleu marine ennuyeux auquel elle était habituée. "Pas juste".

C'est tandis que les deux jeunes étaient déjà près du but que leur plan commençait à réellement se compliquer. En effet, comme la jeune femme l'avait prédit, les surveillants étaient en pleine ronde, et quiconque la verrait à cet étage ne manquerait pas de la réprimander. Et ça, vu la situation, Caitlyn ne pouvait pas se le permettre, risquant d'avoir bien plus de problèmes qu'elle ne l'aurait prévu. D'un l'autre côté, il était trop tard pour reculer...

"Si jamais ça pue, hurle-moi dessus, pour une raison quelconque."

La vivacité de son camarade décrocha un sourire en coin à la demoiselle, une fois de plus satisfaite de la fourberie dont il faisait preuve.

"T'es sûr que t'es pas un Forge caché, toi aussi... ?"

Blague à part, l'idée du garçon était bonne, mais risquée pour lui. Au final, si cela venait à arriver, la grandeur du service à rendre ne ferait que prendre de l'importance. Enfin, en même temps, rien n'affirmait que Caitlyn comptait absolument lui rendre la pareille. Tout dépendait de ce qu'il recherchait...


"Putain mais t'es lourd ! Rentre chez toi !"

Laissant place à la panique plus qu'à la raison, la jouvencelle n'avait pas trouvé de meilleure réaction à avoir lorsque le surveillant se dirigea vers eux. Alors qu'elle venait de hurler sur le pauvre brun qui n'avait rien demandé, le pion fronça les sourcils en les regardant à tour de rôle :

"Qu'est-ce qu'il s'passe là ?"

"Ce gros con veut que j'aille dans sa piaule... C'est un malade lui !"

Sans avoir besoin de plus de preuve, l'homme s'avança vers l'accusé, commençant à lui expliquer qu'il avait intérêt à retourner à sa chambre -seul.

"Nan mais c'est bon, il va rentrer sagement chez sa daronne et c'est tout."

Le gardien hocha la tête en jetant un regard plein de jugement au brun, lui faisant signe de le suivre pour quitter l'établissement. Visiblement amusée, Caitlyn profita que son Roméo lui adresse un dernier regard pour qu'elle lui envoie un baiser suivi d'un petit signe de la main, tirant un sourire jusqu'aux oreilles. Elle n'avait maintenant plus qu'à attendre que le gorille accompagne son héros en bas pour se diriger tranquillement vers sa chambre de remplacement. Aucun regret.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
Sujets similaires
-
» Twenty-one pilots [PV Issou]
» (2010) Leslie Kean - UFOs - Generals, Pilots & Government Officials Go On the Record
» ISSOU ADORE « DON'T WASTE MY TIME
» blagues téléphoniques

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Institution Indarë :: North London :: Hampstead-
Sauter vers: