À droite, l'école et ses élèves normaux, comme tout le monde.À gauche, le centre de redressement pour jeunes dangereux.Maintenant réunis, pour le pire.
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



Votez pour le forum

~ Étendez l'expérience ~

 :: West London :: Notting Hill :: Parcs et espaces verts Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Je ne ferais plus jamais de sport ! [PV Mickey ♥]

Aller à la page : 1, 2  Suivant
Raven
Invité
avatar

Mar 7 Mar - 18:13
Raven
Raven L. Lentz
Ancien membre



S.O.S docteur!

3 kilogrammes. Ils avaient réussi à me faire prendre trois PUTAIN DE KILOS ! Et tout ça à cause de leur bouffe sur gras, leur compléments alimentaires à la con ! D'accord, ça ne se remarque pas, mais moi, je le voyais sur cette balance, dans cette infirmerie, avec ce connard d'infirmier qui me regarde tout fier de ma prise de poids.

- Bon, c'est parfait Raven, tu peux te rhabiller... Par contre, je te fais confiance pour cette histoire de coupure... Et arrête de sauter tes repas... Et quelque chose me dit que tu n'as pas mangé ce matin non plus? Tu compte te laisser mourir de faim jusqu'à quand? Ca fait depuis hier matin que tu n'as rien mangé, presque 24h...

Ouais ouais ta gueule. Je remettais mon slim, mon débardeur et ma chemise, sans l'écouter. Je déteste quand Alex me dépouille comme ça, pour voir si je n'ai pas de trace de piqûre de drogue ou ce genre de chose. Et là, il allait presque me faire un sermon parce que je me suis coupée avec mon rasoir en voulant m'épiler... Sérieusement, il faisait chié, j'avais pas fais exprès, ça arrive à tout le monde, nan? Je voulais juste changer mes lames! Tss. Il n'y avait qu'une solution: aller me défouler. Un samedi aussi calme que d'habitude, j'avais pu retourner dans ma chambre. Je troquais ma tenue pour un short de sport, une brassière de course, mes baskets et mon téléphone avec écouteurs, une tenue bien plus utiles.
Passant devant le gymnase, des élèves squattaient déjà les terrains, pareil pour l'extérieur... Je sais que le beau temps revient, mais sérieusement, ils se sont tous donnés le mot ou quoi? Bon, je n'avais plus qu'une solution: aller courir dans les rues de Londres. Je n'aimais pas franchement ça... Mais j'allais pouvoir courir jusqu'aux parcs et espaces vers de Notting Hills, ça me ferait une belle petite promenade et j'allais pouvoir penser à rien. Enfin, je prendrais le bus jusqu'au plus proche, attendez, je ne suis pas suicidaire non plus! Moi qui ne bouge mes fesses que très rarement et le seul sport que je fais sans contrainte c'est dans ma chambre ou plutôt dans un lit (enfin, je le fais partout ce genre de sport). Nan, y a pas moyen que je bouge de ma résidence jusqu'à là bas.

Je prenais donc le bus, tranquillement. Regardant les paysages défiler les uns après les autres, mon arrêt était bientôt. Je me levais pour attendre, puis descendre du bus... Je commençais alors mon petit footing tranquillement. Mon dieu, à peine 20m que j'étais presque au bout de ma vie! Il fallait que j'arrête la clope. Continuant, poussant mon petit corps, même si mes seins ballottaient malgré la brassière de sport, j’accélérais une fois dans le parc et une fois mon rythme trouvé.

Je voyais pas mal de monde se mettre sur la pelouse, il faisait encore froid mes les premiers rayons de soleil étaient vraiment appréciés... Enfin, c'est si rare à Londres, héhé. Je courrais presque au même rythme qu'un mec plutôt mignon, avec de jolis petites fesses. Il avait un chien qui courrait à ses côtés, je n'étais que plus motivée quand je vis cette boule de poils à mes côtés, faisant sourire son maître. Mh, sa tête est aussi mignonne que son cul ! Il tourna pour sortir du parc, malédiction... Je continuais alors mon chemin.

Ca devait faire au moins trente minute que je courrais comme ça... Epuisée... Totalement. En plus, mon manque de nourriture et le fait que mes batteries soient à plat commençait à me donner la tête qui tourne. Ma vision se troubla un instant et je m'écrasais au sol comme un vulgaire caca.

- ACH SCHEISS!!

Je me relevais et après avoir fait deux pas, je retombais au sol... Merde. Ma cheville me faisait mal... ! Et pour que je parle allemand, c'est que je devais bien avoir mal...!
© Codage by Citron. - Institut Indare


Dernière édition par Raven L. Lentz le Mer 15 Mar - 23:59, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Masculin
Messages : 42
Né(e) le : 17/10/1989
Date d'inscription : 09/02/2017
Age : 28
Niveau d'études/Métier : Professeur d'Allemand
Situation amoureuse : Célibataire
Nationalité : Autrichienne
Voir le profil de l'utilisateur

Mar 7 Mar - 23:22
The Run and Go ♛
You'll have to watch me struggle •••

Attention. Aujourd’hui, Bartholomaüs avait décidé de sortir, et ce plus loin que dix mètres hors de ses appartements. Comment, pourquoi, il n’en savait trop rien lui-même. Il prenait rarement de telles décisions. Officiellement parce qu’il avait peur de se perdre, officieusement, parce qu’il avait beaucoup trop la flemme. Non mais le sens de l’orientation, le brun se savait le détenir. Un minimum. Il n’avait, et ne voulait pas non plus, avoir fait deux nettement trop longues à son goût années de scoutisme. Ceci étant dit, il doutait tout autant sortir avec une quelconque carte, et encore moins une boussole. Magie, dans le pire des cas, il aurait son sacrosaint téléphone. D’ailleurs, il avait même pris la peine de le charger juste avant de partir, histoire d’être sûr et certain de ne pas devoir faire face à la loi de Murphy qu’il ne savait jamais loin. Si elle pouvait se tenir tranquille ne serait-ce que durant quelques heures, ça l’arrangerait plutôt bien.

Fort heureusement, le jeune enseignant arriva sain et sauf à l’endroit voulu, et ce, sans même se perdre. Une victoire non négligeable qu’il pourrait définitivement inscrire dans son livre de prouesses inexistant. Parce qu’il était sûr et certain que s’il se décidait un beau jour de le commencer, premièrement il ne ferait que prendre la poussière les trois quarts du temps, et deuxièmement, il arriverait certainement à le déprimer encore plus. Conclusion, inutile de s’encombrer d’une telle choses. Autant profiter du beau temps qui daignait faire son apparition aujourd’hui, en allant occuper un des bancs du parc, de préférence bien au milieu, en posant son sac juste à côté. Et si qui que ce soit ne comprenait pas qu’il avait besoin d’un espace vital équivalent à la surface de la Chine, ou presque, et bien…Il se pousserait en s’excusant au final. Et en feignant de ne pas avoir vu quoique ce soit. Puis ferait très certainement semblant de se souvenir d’une affaire urgente pour changer de banc. Ou d’endroit tout simplement.

Mais là tout de suite, il pouvait définitivement, et pleinement profiter du livre qu’il avait ramené, étant donné que strictement personne n’eut l’impolitesse, ou plutôt l’envie, de partager ledit banc. Magnifique. Et il aurait pu continuer un bon bout de temps comme ça, si seulement son attention n’avait pas décidée soudainement de dévier des pages, pour se poser distraitement sur les quelques courageux en train de courir. Paraît que c’est plutôt bon pour garder la forme, tout ça, tout ça. Lui, il était très bien là, les fesses clouées au rectangle de bois en sachant pertinemment que dès le premier appel de son estomac, il aurait de quoi le faire taire avec l’un des multiples biscuits qu’il avait en sa possession. Bon, d’accord, il avait peut-être quelques remords en les regardant. Quelques. La dernière fois qu’il avait daigné courir, où on l’y avait forcé en fait pour un cours de sport, il avait décidé qu’une fois hors de la vue du professeur, il pourrait tranquillement marcher l’air de rien. Et tout ce serait bien passé, s’il n’avait pas marché sur une châtaigne. Sincèrement, le brun sur le coup avait cru mourir. Même si au final il ne s’agissait que de ligaments froissés, ou quelque chose dans le genre. Assez pour le dispenser du cours jusqu’à la fin de l’année. Ce qui l’avait arrangé. Et ce qui lui avait donné une excuse personnelle pour ne plus jamais essayer de reprendre un quelconque sport.

De toute manière, il en était sûr et certain, ce n’était franchement pas une activité faite pour lui. Après trente secondes, il serait déjà par terre, exactement comme la jeune fille là-b-oh. Peut-être qu’il faudrait aller l’aider. Sûrement en fait. Et en plus, elle parLAIT ALLEMAND. Donc il s’agissait de quelqu’un de bien, cqfd. Ceci étant dit, à peine Bartholomaüs avait rangé ses affaires qu’elle sembla réussir à se relever. Pour mieux retomber. Définitivement, il n’allait pas rester là, les bras croisés. Sans tarder, le brun alla à sa rencontre s’accroupissant non loin, lui tendant une main. Même si elle le dépasserait sans doute, ce n’était pas non plus une raison pour ne pas lui proposer son aide non plus.

« ▬ Vous vous êtes fait mal ? Je peux vous aider à aller jusqu’au banc, si vous le souhaitez et…sûrement de quoi vous redonner des forces. Vous avez à boire ? »

Dans le cas contraire, il trouverait bien un endroit assez proche où ils vendraient de l’eau. Et tant qu’à faire, il en avait profité pour lui parler en allemand. Ce qui l’avait sans doute inconsciemment poussé à lui parler autant aussi. En fixant un quelconque point au-dessus de son épaule, mais un effort à la fois, c’était déjà pas mal.




© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Raven
Invité
avatar

Mer 8 Mar - 11:33
Raven
Raven L. Lentz
Ancien membre



J'ai envie de fumer...

Voilà, je viens de me rappeler pourquoi je déteste le sport... C'est fatiguant, c'est chiant, ça sert pas à grand chose à par s'exploser les poumons, être au bout de notre vie et surtout: SE FAIRE MAL ! Nan. Vraiment pas pour moi. Je me retrouve assise par terre, c'est pas vraiment confortable en plus... Et cette putain de cheville qui ne veut pas me porter. Je m'en fou complètement d'avoir mal, j'y suis habituée, j'ai vécu bien pire. Mais là, j'arrive même pas à vraiment m'appuyer dessus. Allez, on refait une tentative?

Je sens alors une présence, je fusille du regard l'homme qui venait de s'approcher... Il me parlait en allemand. Je clignais des yeux, un allemand, ici? Ah oui, j'avais gueulé en allemand. Je hochais la tête avant de lui répondre, toujours en allemand, un bel accent comme il fallait, ça faisait vraiment bizarre de parler sa langue natale... Moi qui parlais toujours anglais.

- Nan ça va... J'ai rien! Et nan j'ai pas à boire... Mais ça va! J'suis pas en sucre...

J'ai failli me perdre dans mes mots... Je regardais sa main sans la prendre, me relevant comme je pouvais, mais manquant de trébucher, je me rattrapais légèrement sur le bras tendu par l'homme. Il était vraiment petit et frêle, c'est limite si je n'allais pas lui casser son bras. Je serrais la mâchoire, commençant à être agacée... Je n'allais pas dire non finalement à son aide, du moins jusqu'au prochain banc. D'ailleurs, je commençais doucement à m'appuyer sur lui, pour finalement essayer de le lâcher pour aller jusqu'à un banc, par chance, à deux mètres... Un léger soupire de soulagement quand mon royal fessier tombait sur le bois dur du banc, je me penchais alors pour enlever ma chaussure, puis ma chaussette... Tendant ma jambe droite, celle à la cheville blessée, sur le banc, on pouvait facilement voir mon tatouage représentant un micro... Il était petit et discret, je l'aimais bien. Mais bref, on s'en fichait. Je réitérais l'opération avec mon autre jambe qui elle, avait un tatouage avec un oiseau en cage. Mais là encore, mes tatouages ne sont pas la priorité. J'étais pas vraiment une spécialiste, je savais même pas si ce que je faisais ça servait à quelque chose, mais j'avais vu Alex le faire, ainsi que M.Downey quand je mettais déjà fais mal... Je pense que je devais regarder si ça gonflait ou ce genre de chose? Je soupirais. J'en avais aucune idée. Je regardais l'homme, clignant des yeux je détournais le regard, me mordant la lèvre. Reprenant en allemand, parce que ce type devait être allemand, comprendrait-il l'anglais...? Je suppose. Mais je préférais parler dans ma langue natale pour le moment.

- C'est bon, pas la peine de rester... Je vais... Aïe... bien! lançais-je alors que j'avais voulu remettre mes pieds à terre pour renfiler mes chaussettes.

A bien regarder... J'avais la cheville droite légèrement plus grosse que la gauche. Ouais, j'avais du me fouler quelque chose. Haussant les épaules, je forçais pour remettre le vêtement sur mon pied. Quoi? Il fallait bien que je bouge, je n'allais pas rester ici bêtement à regarder les oiseaux passer? Si ? Tss. Oh ! Mon téléphone... Je le sortais pour voir s'il n'avait rien eu. Non, par chance il n'avait rien. Je crois que je m'en serais voulue s'il s'était cassé ou autre... Surtout parce que je n'aurais pas eu les moyens d'en reprendre un tout simplement. Même si mes parents "me payent" pour que je reste loin d'eux, que je ne dépense pas vraiment d'argent, voir uniquement pour mes clopes et une p'tite bouteille de temps en temps... Rarement vu qu'ils fouillent de plus en plus ma chambre. D'ailleurs, ça commence sérieusement à me manquer. J'aimerais bien aller boire sérieusement, j'allais devoir organiser tout ça avec Arai!

Enfin, pour le moment, c'était ma cheville qui me posait problème et non mon envie d'alcool ou de nicotine... Oui, il y a à peine vingt minute je me disais qu'il fallait que j'arrête de fumer, et ma première envie était de prendre une clope. Fuck la logique !
© Codage by Citron. - Institut Indare
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Masculin
Messages : 42
Né(e) le : 17/10/1989
Date d'inscription : 09/02/2017
Age : 28
Niveau d'études/Métier : Professeur d'Allemand
Situation amoureuse : Célibataire
Nationalité : Autrichienne
Voir le profil de l'utilisateur

Mer 8 Mar - 17:02
The Run and Go ♛
You'll have to watch me struggle •••

Ah. Peut-être qu’il aurait mieux fait de rester sur son petit banc. Qui était très bien. Parce que même s’il ne la regardait pas clairement, ça n’empêchait pas Bartholomaüs de sentir le regard meurtrier. L’autrichien avait juste voulu aider, comme à plusieurs reprises. Un jour il arriverait sans doute à prendre les bonnes décisions. Un jour. En attendant, il continuerait de regretter la moitié de ses mouvements. Et actions. Non ce n’était pas la même chose. Soit. Au moins elle parlait bel et bien allemand. Et même si l’anglais ne le dérangeait pas le moins du monde, retrouver ne serait-ce qu’un tant soit peu quelque chose de familier faisait du bien de temps à autres. Enfin. Maintenant elle déclinait son aide. Ce qui était compréhensible dans un sens, après tout lui n’aurait sans doute pas accepté non plus. Peut-être pas pour les mêmes raisons. Parce qu’il avait nettement trop peur de l’inconnu. Et des inconnus surtout. Alors il se contenta de lui sourire légèrement. Ce qui était parfaitement bien aussi. Ceci étant dit, alors qu’il s’apprêtait à se relever à son tour, son interlocutrice sembla avoir quelque peu du mal, et fini par se rattraper à son bras.

Aucun problème. Presque. Parce qu’il ne s’y était pas franchement attendu, et avait failli aussi perdre l’équilibre. Ils auraient eu l’air fin. Très fin. Mais à la place, ils réussirent à atteindre le banc, sans que qui que ce soit ne refasse une charmante rencontre avec le sol. Visiblement, une de ses chevilles semblait lui poser un certain problème. Un minimum, heureusement la jeune fille ne semblait pas aux portes de la mort. Parce qu’à part appeler une ambulance, le brun n’aurait pas su faire grand-chose. Certainement pas la causette. Bon. Il allait la laisser tranquillement enlever ses chaussures ainsi que ses chaussettes. Elle semblait très bien se débrouiller toute seule.  Au passage, elle avait un beau, même deux en fait, tatouages. Sans aucun doute emplis de significations. Ce qui avait réussi à titiller sa curiosité. Peut-être qu’il aurait l’occasion de demander plus tard. Dans cinq ans, le temps qu’il reprenne du courage et de la confiance en lui.

Quoiqu’il en soit, il était encore capable de regarder globalement les chevilles de la jeune fille, ne serait-ce que pour essayer de voir si quelque chose clochait. Alors il était loin d’être médecin, mais il avait pu voir défiler pas mal de chevilles, parfois à contrecœur, même si ce n’était pas le pire. Ceci dit, à peine avait-il songé à la regarder qu’elle se décida visiblement à remettre ses pieds à terre. Peut-être pas la meilleure des idées. Du tout. Ce qui dû d’ailleurs se retranscrire sur son visage, fronçant légèrement les sourcils.

« ▬ Hm, sans vouloir trop m’imposer, je pense qu’il vaudrait mieux que vous restiez ne serait-ce que quelques minutes ici et…vous avez sans doute dû vous fouler la cheville. Vous habitez loin d’ici ? L’idéal serait de vous trouver des glaçons. »

Parce que retourner jusqu’à ses appartements, ce serait peut-être un peu loin. Et difficile. Mais soit, avec un peu de chance elle habitait le quartier. Un peu. Autrement, ils trouveraient bien une solution. Inutile d’aller jusqu’à se déplacer à un hôpital, où on les ferait certainement attendre plus qu’autre chose. Remontant d’un geste machinal ses lunettes, il cligna un instant des yeux, avant de se souvenir qu’il avait de quoi nourrir une armée de hamster pendant au moins deux jours. Plongeant sa main dans une de ses poches, il en sorti un biscuit, le tendant à la jeune fille.

« ▬ Tenez, ça ne pourrait que vous être bénéfique. »

Là, et il ne put s’empêcher de lui sourire légèrement. Normalement, il n’était pas franchement du genre à partager, mais là, il s’agissait d’une situation de crise. Et puis au moins, ce serait ça en moins qu’il ingérerait. Côté égoïste de la chose, mais en même temps son interlocutrice ne semblait pas avoir un quelconque problème de ce côté-là. Ou en tout cas de ce que sa silhouette pouvait montrer. Très belle silhouette d’ailleurs, mais il allait éviter de faire une fixation là-dessus, ce n’était pas non plus la question du jour.



© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Raven
Invité
avatar

Mer 8 Mar - 18:12
Raven
Raven L. Lentz
Ancien membre



Un pervers dans un parc!

Pourquoi il restait là lui? Je plongeais mon regard bleu ciel dans le sien. Ses yeux étaient aussi bleus que les miens, peut-être plus pâle? Ils étaient beaux. Et ses cheveux noirs, ça lui donnait un petit côté ténébreux. Rien à faire, plus je le regardais, et plus je le trouvais chétif. Il avait l'air d'avoir peur. Une souris. Oui, voilà, j'avais l'impression de voir une souris qui voulait aller se planquer dans son trou... Il n'avait pas réellement de prestance... En plus, il ne m'avait même pas regardé dans les yeux. J'avais senti son regard rapide sur mon corps, mais il n'avait pas levé les yeux plus loin. Soit il était vraiment timide soit c'était un putain de pervers... C'était ça?! Il faisait semblant de vouloir m'aider, restant tout à l'écart, profitant de ma vulnérabilité pour mieux me matter? Je fronçais les sourcils. Un sentiment de dégoût naquit en moi... Il avait bien pu profiter, il avait mater mes jambes, et qui sait, surement ma poitrine! Arquant un sourcil, je continue de le regarder... De toute façon, j'arrive pas à remettre ma chaussette.

« ▬ Hm, sans vouloir trop m’imposer, je pense qu’il vaudrait mieux que vous restiez ne serait-ce que quelques minutes ici et…vous avez sans doute dû vous fouler la cheville. Vous habitez loin d’ici ? L’idéal serait de vous trouver des glaçons. »

Le retour du stalker ! Là, c'était sur, il allait me proposer de m'accompagner, puis il me sauterait dessus pour profiter de mon corps ! Bwarf, au moins, il était pas trop mal... Même si j'avais plus l'impression qu'il allait cassé au moindre mouvement! Surtout que j'aime quand c'est brutal ~ Hum pardon.
Je détourne le regard, prenant ma chaussette et l'enfilant d'un coup sur ma cheville blessée, j'allais devoir me mordre la joue encore longtemps si je ne voulais pas rester près de ce pervers. Je le fixais, et lui répondant toujours dans ma langue natale, qui d'ailleurs, lui donnait encore plus l'air psychopathe pervers, c'est vrai que l'allemand, c'est assez moche comme langue finalement! Hum...

- Non, c'est pas très loin... lançais-je en le fixant à nouveau.

Même si j'étais blessée, je n'allais pas me laisser faire. Ou si. Ca dépend. S'il est doué, je ne dirais rien, mais s'il est nul, j'irais surement crier au viol ou je le frapperais. Non, c'est sur que je le frapperais surement! Après la dure épreuve de ma chaussette, c'était ma basket que j'allais devoir remettre. Hum, je ne sais pas si c'est une bonne idée... Au pire, pourquoi ne pas tenter? Si seulement j'avais deux bout de bois et une corde pour faire un semblant d’atèle, enfin, si ça marche vraiment et pas que dans les films! Raah mais merde. Je suis pas une chochotte! Allez Raven! Merde quoi. Serrant mon pendentif en forme de corbeau, je saisissais la dite chaussure avant d'essayer de la mettre, fixant mon pied pour me concentrer et oublier la douleur.

« ▬ Tenez, ça ne pourrait que vous être bénéfique. »

C'est sûr. C'est un pervers... Après le coup du: "Je vais t'aider", "Tu habites où", maintenant c'est "tiens un gâteau"... C'est quoi la prochaine étape: "Viens, j'en ai plein dans ma camionnette?"... Haha. Je ne sais pas pourquoi mais j'avais plus envie de rire de ma propre connerie qu'autre chose. Secouant la tête pour refuser, je le fixais.

- Si votre but est de me droguer pour m'emmener dans votre appartement et abusé de mon corps, sachez que si vous êtes doué, vous n'avez pas besoin de drogue... Mais bon, vouloir abuser d'une blessée, c'est pas très... Classe ! balançais-je d'un coup.

Quoi? Autant être directe, non? J'avais dis ça sur un sérieux et je le pensais vraiment. Nan mais vraiment, si c'est bien fait, pourquoi se plaindre? Je ne prône pas le viol, loin de là... En l’occurrence, moi, ça ne me gênait pas ! Donc autant en profiter. Surtout que ça faisait un petit moment que je n'avais pas... Atteint le nirvana avec quelqu'un. Avec mes doigts commencent à faire trop répétitif...
© Codage by Citron. - Institut Indare
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Masculin
Messages : 42
Né(e) le : 17/10/1989
Date d'inscription : 09/02/2017
Age : 28
Niveau d'études/Métier : Professeur d'Allemand
Situation amoureuse : Célibataire
Nationalité : Autrichienne
Voir le profil de l'utilisateur

Mer 8 Mar - 21:38
The Run and Go ♛
You'll have to watch me struggle •••

Le point positif était qu’elle n’avait pas l’air d’avoir trop mal. En tout cas, elle savait parfaitement bien répondre, des phrases totalement censées. En même temps, son interlocutrice semblait plutôt avoir mal à l’une de ses chevilles, il aurait été vraiment inquiétant qu’elle perde totalement connaissance ou se mette à déblatérer des propos sans queues ni têtes. Et il aurait été encore plus ennuyé. Bien sûr, il n’était pas non plus totalement ennuyé de la situation et n’allait certainement pas se mettre à râler. Pourquoi même. Ce n’était pas comme si c’était de la faute de la jeune fille, et bon, pour une fois qu’il pouvait aider, autant le faire. Une activité plutôt bénéfique en quelque sorte. Et oh, joie, apparemment elle n’habitait pas spécialement loin. Donc ils allaient peut-être pouvoir regagner assez vite sa maison où elle saurait certainement se débrouiller toute seule. Ou rejoindre sa famille aussi. Parce que oui, tout le monde n’était peut-être pas spécialement en froid avec le reste de sa famille, en fait.  Enfin. Le brun imaginait bien qu’il faudrait l’accompagner jusque-là ; histoire d’être sûr et certain qu’elle ne se fasse pas plus mal. Même s’il ne la connaissait pas, ce serait quand même un peu triste de ne pas s’en assurer.

Bref. Il était soulagé. A moitié. Parce qu’elle semblait vraiment déterminée à vouloir remettre ses chaussures. En risquant sans doute de se faire encore plus mal. Mais bon. Il n’allait pas non plus commencer à imposer ses idées. Après tout, il n’était pas elle non plus, et la jeune fille devait sans aucun doute savoir mieux que lui à quel point elle avait mal.  Maiiis, s’il pouvait se permettre, elle n’avait pas spécialement l’air d’aller super bien. Raison de plus de sacrifier un de ses biscuits. La séparation ne se ferait que moins brutale. Quoique. Peut-être qu’il n’y aurait pas de séparation du tout. En tout cas, vu le signe de tête qu’elle venait de f-Pardon.

Pardon.

Ah. Il y avait eu un malentendu. Léger malentendu. Et son sourire s’était évanouit en même temps qu’il avait relâché ledit biscuit, qui finit par se briser à terre. Bon, au moins il pourrait le récupérer plus tard, merci l’emballage. Mais ce n’était pas franchement la première idée de Bartholomaüs actuellement, qui sous l’incompréhension mêlée à la surprise avait même pris la peine de relever le regard vers le sien. Pour le détourner aussi vite, préférant fixer le sol, esquissant un geste de recul.

« ▬ P-Pas du tout ! Je…Voulais s-simplement vous aider, je…Lisais quand vous êtes…Tombée. »

Au moins l’avantage était que, si n’importe qui passait, il aurait du mal à comprendre à moindre de comprendre l’allemand. Sinon, il y aurait eu énormément de chance pour qu’il soit simplement parti. Et il aurait eu l’air encore plus louche en fait. Merci, mais il n’avait pas vraiment envie d’être fiché. D’une manière ou d’une autre. Au pire il aurait changé totalement de coiffure et aurait essayé les lentilles. Voilà. Même s’il savait qu’au niveau de la coiffure il aurait un peu beaucoup de mal. Les lentilles aussi. Tout en fait. Bon. Maintenant il faudrait peut-être qu’il arrive à lui faire croire de son innocence.

« ▬ A v-vrai dire, si c’était le cas, j’aurais eu pas mal de pro-problèmes. Je…suis professeur en fait et...Et voilà.  Je…peux vous montrer ma carte, si vous le souhaitez. Enfin, à la base, je…voulais vous aider à retourner chez vous mais…Mais si vous préférez, je peux parfaitement partir. »

Peut-être que c’était mieux pour tout le monde. Enfin. Maintenant, il lui laissait entièrement le choix. Là, avant il allait récupérer son biscuit quand même. Et faire preuve de bonne foi en le mangeant aussi.

« ▬ En tout cas, je peux vous assurez que ce n’est pas de la drogue, j’aurais certainement fait une overdose depuis longtemps sinon. »

Quel humour. Lui-même se trouvait pitoyable, mais bon, ça c’était naturel. Et il allait clairement passer toute réponse sur ses compétences. Même s’il avait déjà eu plusieurs retours, il préférait clairement les oublier. Et oublier cette partie de sa vie tout court.



© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Raven
Invité
avatar

Jeu 9 Mar - 11:31
Raven
Raven L. Lentz
Ancien membre



Tu veux mon biscuit? ~

Haha ! Vous auriez du voir ça tête. C'était magnifique... Il s'était presque littéralement décomposé. Il en avait même fait tomber son biscuit, je ne vous cache pas qu'un léger frisson d'amusement m'avait parcouru. J'adorais voir la tête des personnes quand je leur disais ça... La plus part écarquillait les yeux, faisait leur petites mijaurées, d'autres rougissaient à vue d'oeil, baissant la tête ou carrément partaient presque en courant... C'était vraiment amusant. Là, j'avais la réaction totalement confuse et paniquée de l'homme en face de moi. Une réaction que j'avais rarement observé, car il avait quand même levé son regard vers moi, comme s'il avait essayé de justifier le contraire. Sans changer d'expression, je continuais à ré équiper mes pieds pour reprendre la route... Mais c'était plus facile à dire qu'à faire. Quel homme altruiste, occupé dans sa lecture pour aider une pauvre demoiselle en détresse... Mais d'un côté dommage. Même si je préfère les hommes plus... Viril en général, je me serais bien amusée un peu.

Je le regarde, il bégaye et semble hyper tendu... Arquant un sourcil je soupire. C'est amusant cinq minute mais pas plus. Je l'écoute, à moitié il faut dire, retenant simplement le fait qu'il était prof... Il ne manquerait plus que ce soit un prof d'Indare! Ah nan, déjà que je les vois la semaine, je n'allais pas encore me les taper le week-end?! Je me mords nerveusement les lèvres, le fixant avant de soupirer et de secouer la tête.

- Un prof? Vous êtes dans quelle école?

En fait, je n'avais pas spécialement envie qu'il me raccompagne. Déjà parce que je pouvais me débrouiller seule, ensuite parce que ça serait la honte que quelqu'un me voit avec un prof pour m'aider et surtout qu'on voit que je suis blessée... Ensuite, j'avais pas spécialement envie qu'il voit que je sois en résidence surveillée. En fait ça, je m'en fou. Déjà qu'il y a de grande chance que s'il apprend que je suis une élève, il m'emmène à l'infirmerie, alors non merci si en plus il me raccompagne jusqu'à ma résidence... Enfin, j'ai envie de dire, avec mon bracelet électronique à la cheville qui a été visible quand j'ai enlevé mes chaussettes, c'est pas spécialement dur de savoir que je suis une "criminelle" comme ils diraient. Contrairement à 95% des Forges, je n'ai tué personne moi. Mais bon, justice Allemande veut que... Enfin, je suis mieux qu'en prison... Enfin je crois.

Je restais un peu perplexe devant la scène, il voulait vraiment que je le mange son biscuit? (huhu perverse  ~) Franchement, on est d'accord que ce n'est pas très logique, j'étais entrain de faire un footing, du sport en gros, je puais la transpiration, je dégoulinais presque (enfin non, mais vous voyez l'image), et il me proposer un putain de biscuit alors que j'essaye de garder la forme?! C'est aussi crédible que les psy qui disent "Je vais vous aider, tenez, prenez ses calmants"... En quoi ça aide? Et en quoi ce biscuit va m'aider?! Bon d'accord, je n'avais pas mangé depuis combien de temps... A peu près 24h? Ouais, ça allait être 11h30, donc oui, les 24h sont passées. Quoi, quand j'ai faim, je peux engloutir toute la bouffe du monde, mais quand j'ai pas envie... Rien ne passe. Même pas un biscuit, ou le truc le plus délicieux du monde. Rien c'est rien.

Quoi qu'à la limite... Au pire s'il voulait vraiment m'aider, je ne dirais peut-être pas non pour aller jusqu'à l'arrêt de bus? Et aussi... Autant en profiter. Je le regardais, semblant réfléchir quelques secondes. Oui, je pouvais au moins lui demander ça...

- Je n'ai pas vraiment envie... Mais, j'ai pas mangé ce matin et j'ai besoin de sucre... Est-ce que vous pourriez m'acheter un coca? demandais-je plus ou moins avec une voix gentille.

Opportuniste? Où est le mal? Je ne lui demandais pas la lune non plus, si? Puis ça passerait toujours mieux que ce biscuit... Je suis pas un hamster quand même! Et au moins, il aura la conscience tranquille.
© Codage by Citron. - Institut Indare
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Masculin
Messages : 42
Né(e) le : 17/10/1989
Date d'inscription : 09/02/2017
Age : 28
Niveau d'études/Métier : Professeur d'Allemand
Situation amoureuse : Célibataire
Nationalité : Autrichienne
Voir le profil de l'utilisateur

Jeu 9 Mar - 12:48
The Run and Go ♛
You'll have to watch me struggle •••

Est-ce qu’il pouvait seulement respirer maintenant. Bien que la réponse soit plus qu’évidente, en tout cas pour tout être normalement constitué, Bartholomaüs n’avait pu s’empêcher, sans aucun doute à cause de son stress, de ne plus accomplir ce mécanisme pourtant si machinal. Si certains affirmaient que certaines personnes étaient à couper le souffle, l’autrichien lui marchait plus pour dire que leurs paroles l’étaient. Et sans doute qu’il aurait bien plus préféré se perdre plutôt que de faire face à un tel malentendu. Sans aucun doute le karma qui lui revenait en pleine face. Mais s’il pouvait le lâcher ne serait-ce qu’un jour ou deux, ça l’arrangerait pas mal. Du tout en fait. Le brun réussissait déjà très bien tout seul à s’accuser de tous les maux de la terre, inutile de lui donner encore plus de raison de se détester. Quoique. Peut-être qu’au final sa vie ne devait être qu’accablement et malheurs, de sorte à ce qu’il se transforme en une espèce de larve dépressive. Comme ça, il pourrait totalement et sans grands efforts couper tout contact avec le monde entier, et se laisser tranquillement périr. Ou pas. Déjà parce qu’il se savait bien trop couard que pour mettre fin à ses jours d’une manière ou d’une autre, deuxièmement, même s’il n’avait aucune estime de lui-même il préférait éviter de totalement le refléter et troisièmement, le malentendu semblait être un minimum passé. Ou en tout cas, il en avait l’impression. Une bonne chose de faite au moins. Alors plutôt que de continuer à se lamenter mentalement sans fin, autant se reprendre un minimum et rassembler les quelques forces gagnées durant sa nuit, pour essayer de dissiper totalement les doutes. Et pour commencer, il pourrait peut-être faire l’effort de continuer de la regarder en lui parlant. Ce qui premièrement était plus poli, et deuxièmement n’allait pas le tuer, bien qu’il déteste ça.

« ▬ A l’Indarë Secondary School, je suis arrivé en début d’année. Et vous ? Vous êtes dans une école européenne ? Simple curiosité, étant donné que vous parlez allemand ! Enfin, vous…N’êtes pas obligée de répondre bien évidemment ! »

Et voilà, son regard fuyait déjà. En même temps, il venait à peine de se décider à lui démontrer qu’il était un homme bien, voir même totalement désintéressé pour effacer tout malentendu, et il arrivait de nouveau à lui poser des questions qui pouvaient être mal prises. Au choix il allait s’auto attribuer un prix de la pire personne de la planète, ou ne plus jamais parler. Au risque de paraître totalement ridicule. Mais même si le ridicule n’était pas censé tuer, il n’avait pas spécialement envie de l’expérimenter tous les jours, en fait. Alors le brun se contenta de légèrement soupirer, plus d’exaspération envers lui-même qu’autre chose. Et allait se contenter de manger son biscuit, ce qui lui éviterait de devoir parler aussi durant quelques secondes. Et penserait à noyer plus tard son soi-disant désespoir dans du café, ou tout ce qu’il avait encore dans ses placards, suivi d’une vaisselle très certainement. Magnifique programme.

Qui allait peut-être être un peu retardé. Ce qui n’allait pas le moins du monde le déranger en fait. Parce qu’au final, elle lui demandait quand même son aide. Il allait enfin pouvoir faire totalement preuve d’altruisme, et il doutait fortement qu’en allant lui acheter un coca, il arrive à se faire passer pour un quelconque criminel. Sauf s’ils étaient tous rangés en une énorme pyramide. Auquel cas, il serait forcé d’en prendre un au milieu, et réussirait à écraser on ne sait quelle personne, voir enfant passant à côté. Oui, bon. Il y avait quand même des certaines limites à la paranoïa que même la sienne ne pouvait pas franchir. Soit. Il ne lui en fallut pas plus pour raccrocher un sourire nettement plus sincère que précédemment, finissant par la même occasion de se relever totalement.

« ▬ Bien sûr ! Je vais vous chercher ça de suite ! »

Là en plus, il venait d’apercevoir un peu plus loin une espèce de superette. Parfait. Où il se rendit sans trop tarder, laissant son sac aux côtés de la jeune fille. De toute manière, il n’avait pas grand-chose de compromettant à l’intérieur. Ni rien de vraiment important, si ce n’était la photo de famille qui lui servait de marque-page. Qui ne devait avoir de valeur pour strictement personne sauf lui actuellement. Le reste, en tout cas ses clefs et son téléphone, trônaient sagement dans ses poches, puis son portefeuille, il avait même pensé à le prendre, magique. Autrement, il aurait eu un peu de mal pour payer la boisson. Et la soupe en sachet surgelée qu’il avait croisée dans les rayons par le plus grand des hasards, qui ferait sans aucun doute d’une pierre deux coup. Premièrement, elle serait utile, ne serait-ce qu’un minimum pour la cheville de la joggeuse, et deuxièmement, il pourrait même la reprendre pour son repas du soir. Revenant aussi vite qu’il le put, sans courir, faut pas pousser non plus, le brun finit par tendre la canette à son interlocutrice.

« ▬ Tenez. Et si vous le souhaitez, j’ai aussi…De quoi mettre du froid sur votre cheville, je suis loin d’être médecin, mais j’imagine que ça ne pourrait pas faire pire. »

Et puis si elle n’en voulait pas, il garderait le sachet à la main, histoire d’éviter de mouiller ne serait-ce qu’un tant soit peu son livre, ou son sac.



© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Raven
Invité
avatar

Jeu 9 Mar - 16:10
Raven
Raven L. Lentz
Ancien membre



Soupe surgelé saveur Coca?

« ▬ A l’Indarë Secondary School, je suis arrivé en début d’année. Et vous ? Vous êtes dans une école européenne ? Simple curiosité, étant donné que vous parlez allemand ! Enfin, vous…N’êtes pas obligée de répondre bien évidemment ! »

Arg. Voilà la réponse que je ne voulais absolument pas entendre...! Merde. Je suppose que c'est un prof d'allemand? Il est bien différent du notre de prof. Il a l'air aussi simple et sans problème que le reste des élèves ISS. Enfin, je juge peut-être trop vite. Je le regarde alors, il n'a pas du faire attention, et il n'a pas l'air de pouvoir penser que je sois quelqu'un de mauvais, enfin, je veux dire, ce n'est pas des cas comme moi qui vont dans des écoles européenne ou internationales, c'est pour les bourges, non? Je soupire, assez agacée, mais je finis par hausser les épaules balançant un: "Un truc du genre"... Quoi, je ne mentais pas vraiment, on avait plein d'élève étrangers dans l'école, on venait de toutes horizons, ça faisait bien une école internationales avec des européens dedans, non? Déjà moi je viens d'Europe ! Donc voilà, je n'avais pas totalement tord non plus.
Enfin, je notais le petit effort pour essayer de me regarder... Mais très vite son regard se baissait. Il faisait ça avec ses élèves aussi? Il ne devait pas être franchement respecté ce mec! Ouais... Il n'avait pas franchement l'air sur de lui. Enfin, j'étais pas là pour faire de la psychanalyse donc je m'en moquais en fait, je voulais juste... Rentrer. Le problème, c'est que je ne voulais absolument pas qu'il m'accompagne.

Je ne pensais pas qu'il accepterait. Je pensais sincérement qu'il allait me dire: "Arrête d'abuser" ou ce genre de chose... Non, là, il y allait. Haha, s'il revenait vraiment, ça serait amusant, à moins qu'il n'en ait profité pour partir. Non, il y a son sac... Il me laisse ses affaires? Mais il est vraiment naïf ce mec? Ou terriblement bête. Bwarf, pourquoi se gêner? Je me penchais avec plus ou moins de difficulté pour attraper le sac, le fouillant. Ouais. Je comprends pourquoi il l'a laissé, à part un bouquin et des biscuits, c'était pas franchement intéressant. Tiens, il a dit qu'il lisait? Je regardais rapidement le livre... Ca avait l'air barbant. Enfin, de base je n'aimais pas lire... Une photo? Tiens... Peut-être était-il marié, il avait des enfants? Nnnh, je le voyais mal faire l'amour ! Ou au mieux, je le voyais gay. Mais rien de tout ça... C'était lui et ses parents? Oh la p'tite famille. Mon dieu, j'étais tombée sur un Tangy qui ne juge que par maman? J'écarquillais les yeux. En fait, il avait 30 et éternel enfant, il vivait toujours chez eux, sautillant de joie quand maman prépare des petits plats, elle lui frotte les cheveux en lui disant: "Allez mange mon chéri"... Brrr. Un frisson me parcouru en imaginant la scène. A vomir... Non pas parce que je n'étais absolument pas proche de mes parents, voir que je leur vouais une haine sans fond, un désir immense de vouloir les tuer. Oui, nul doute que si j'en avais l'occasion, je tuerais ce qui me sert de "beau-père", et j'enverrais cette salope qui me sert de mère dans une orgie infernale... Je sentais des pulsions monter. Calme. Restons calme... Je replaçais la photo, surement pas au bon endroit, je replaçais le livre dans le sac, comme si je ne l'avais jamais touché.
Il fallait que je rentre. Le plus vite possible. Je sais, la solution la plus correcte... J'envoyais un rapide SMS à Arai, elle habitait encore moins loin que l'académie, par chance, elle ne travaillait pas ce week-end! C'était parfait. Lui expliquant la situation, je savais qu'elle jouerait le jeu!

Je tournais la tête avant de voir le professeur revenir. Il m'avait vraiment ramené mon coca! Haha, génial. Si je lui demandais des clopes, il le ferait aussi? Ok, n'abusons pas. En tout cas, il m'avait ramené un sac de soupe congelé, voilà qui ferait bien sur ma cheville! J'acceptais volontier, ça anesthésierais un peu le tout et je pourrais reprendre la route. Je plaçais mes jambes à nouveau sur le banc, mettant le sachet sur ma cheville. Nh, c'est froid et ça fait du bien!

- Je vais attendre un peu et d'ici 10 min je pourrais me remettre en route vers chez moi...

Oui, vous remarquerez surement que je n'ai pas dis merci... C'est pas spécialement dans ma nature de le dire! J'ouvrais la canette avant de boire une gorgée... C'était vraiment apaisant. Plein de sucre. Mais c'était vraiment bon.
© Codage by Citron. - Institut Indare
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Masculin
Messages : 42
Né(e) le : 17/10/1989
Date d'inscription : 09/02/2017
Age : 28
Niveau d'études/Métier : Professeur d'Allemand
Situation amoureuse : Célibataire
Nationalité : Autrichienne
Voir le profil de l'utilisateur

Jeu 9 Mar - 19:36
The Run and Go ♛
You'll have to watch me struggle •••

Bon. Elle ne semblait pas des plus loquaces. En même temps, il n’allait pas trop se plaindre non plus. Après tout, à mieux y réfléchir même si un silence pouvait être extrêmement gênant, Bartholomaüs savait tout autant qu’il pouvait être encore plus difficile de tenir une conversation. Surtout qu’il n’était pas spécialement la personne détenant le plus d’imagination. Encore plus lorsqu’il y avait une quelconque personne dans les parages. D’accord, s’il se disait ça là tout de suite, c’était surtout pour éviter de s’en faire plus, et risquer par conséquent de s’enfoncer, encore et toujours. En même temps, il se doutait bien que quelqu’un dont les futurs plans pour la journée devaient commencer à s’effondrer, tout ça à cause d’une chute, ne devait pas être spécialement de bonne humeur. Raison supplémentaire personnelle pour se convaincre de ne pas faire de sport aussi.

Enfin, ce n’était pas ça qui l’avait non plus dégoûté d’aller chercher ce que lui avait demandé la jeune fille. Aucune raison de ne soudainement plus lui venir en aide après tout. Et puis le brun se serait extrêmement mal vu lui refuser, puis partir comme si de rien n’était. Pas vraiment dans ses principes. Même s’il lui était déjà arrivé de rouler dessus avec l’équivalent d’un bulldozer, il ne l’avait certainement pas fait par gaieté de cœur, et ne comptait pas réitérer de sitôt. Surtout qu’il n’y était pas forcé. Du tout. De plus, sa demande était totalement légitime. Bien qu’il se doutait que même si son interlocutrice lui avait demandé de ramener quelque chose absolument pas en rapport, il s’y serait plié. Couard, peut-être mais visiblement serviable avant tout. Oui, bon une nouvelle fois c’était ce qu’il préférait se dire, plutôt que de voir la vérité en face et s’avouer que s’il l’aurait fait, c’était simplement par peur d’une quelconque représailles.

Par contre, même en essayant d’être de mauvaise foi, il devait bien admettre que finalement l’idée de la soupe congelée, était plutôt une bonne idée. D’autant plus qu’elle avait fini par la prendre, la mettant sur sa cheville. Génial ; il avait rempli correctement sa B.A. de la journée. Sauf que cela faisait depuis bien des années qu’il avait arrêté de recevoir des gommettes à chaque bonne action réalisée. Donc il devrait  se contenter d’autre chose. Quoiqu’il en soit, maintenant elle semblait plutôt bien installée, et n’essayait visiblement plus de se mettre à marcher où que ce soit. Bien que ce n’était pas sorti de ses plans apparemment. Au moins, il aurait la conscience plus ou moins tranquille, étant donné que le brun avait fait tout ce qu’il voyait pouvoir faire. Ou presque. Parce qu’il n’allait pas non plus la laisser comme ça, sans s’être réellement assuré qu’elle était arrivée à bon port. Il ne manquerait plus qu’elle ne retombe en chemin, et se fasse encore plus mal. Certes, il ne le saurait jamais, mais justement, dans le doute, il ne cesserait de se poser la question et se sentirait éternellement mal. Bon. Peut-être pas éternellement. Mais au moins durant trois semaines d’affilées. Soit. Bien qu’elle ne l’ait pas remercié, Bartholomaüs n’allait pas non plus en faire tout un plat. Rien du même au final. Pas non plus comme si elle s’était mise à l’insulter, heureusement.

« ▬ Vous avez l’air de parler Allemand sans trop de difficultés, vous avez des origines germaniques ? A moins que vous ne suiviez un programme immersif particulier ? »

Autant changer un minimum de sujet. Après tout, si elle ne se plaignait pas spécialement de sa cheville, il n’allait pas non plus en faire tout un plat pour elle, ce qui risquerait certainement plus de l’énerver qu’autre chose. Et tant qu’à faire, vu qu’il comptait rester un minimum, sauf si elle lui disait clairement de partir, autant faire connaissance tant qu’on y était. Au moins il essayait. Et puis si jamais elle préférait ne rien dire le temps d’aller un peu mieux, il essayerait de se faire passer au même plan que l’arbre là-bas plus loin. Il était certain qu’avec un peu d’efforts, il y arriverait plus que bien.

« ▬ Ah, je n’y pas spécialement pensé avant, mais vous voulez peut-être que je prévienne quelqu’un ? »

Réaction/20. Mais en même temps, si la situation avait été plus grave, il y aurait certainement pensé tout de suite. Ceci étant dit, juste après avoir formulé sa demande, le brun fronça légèrement les sourcils, pris dans une réflexion presqu’intense. Peut-être qu’elle avait un téléphone, sûrement même en fait. Et peut-être même qu’elle l’avait sorti tout à l’heure, il n’y avait pas franchement fait attention. Bah. Au moins il aurait une nouvelle proposé.




© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Raven
Invité
avatar

Ven 10 Mar - 10:12
Raven
Raven L. Lentz
Ancien membre



Putain de cheville !

La réponse d'Arai fut presque imminente. Un léger bruit de sonnerie me fit tourner la tête. Elle venait de me répondre.

1 NOUVEAU MESSAGE.:
 

Je crois que cette fille est vraiment la meilleure personne du monde! Même si j'allais prendre chère encore. Je m'en fiche. Au moins, j'allais avoir un alibi au cas où ! Un endroit où aller sans retourner à l'école... Puis au moins, je pourrais passer la journée avec elle. Et son mec pourrait me remmener en voiture si jamais j'avais besoin ! Au moins une bonne chose de régler... Et heureusement, car comme je m'en doutais, il allait rester. Je calais la soupe sur ma cheville, essayant de me mettre le plus confortablement possible, c'est horrible comme les bancs sont inconfortables! Enfin, c'est du bois, c'est normal, non? D'ailleurs... Ca me rappelle un souvenir assez amusant. Avec Arai. Comme par hasard. Bref, ce souvenir, c'était lors d'une de nos soirées où contre un paquet plutôt bien dosé de poudre blanche, on avait laissé nos corps à des mecs... Pas franchement doués il fallait l'avouer! Ca avait fini avec Arai et moi plus en démonstration, à se faire des trucs, les mecs totalement en rut, il n'y avait pas d'autres mots, se touchaient pour nous venir dessus. Bah écoutez, c'était plutôt agréable de l'avoir fait avec Arai, puis après on pouvait se laver et prendre notre produit. Donc j'ai envie de dire qu'on était plutôt gagnantes. Et bref, en quoi un banc inconfortable me rappelle ça? Eh bien tout simplement parce qu'après, on devait dormir chez Arai, ou plutôt chez "son maître" à l'époque... Mais ce con était occupée avec une autre, et il l'avait littéralement remplacée. Donc on s'était retrouvée dehors. Pourquoi on est pas rentrée chez moi? Simplement parce qu'on avait élu domicile dans un parc... Je me souviens encore jouer sur les toboggans, une bière qu'on avait choppé à un clodo en discutant avec lui, bref, c'était super amusant. Et on s'était endormie l'une contre l'autre sur une table de ping-pong. Ouais. A se tenir la main, on regardait les étoiles... Ouais. C'était assez cool comme souvenir. Et voilà, ce banc m'avait fait replongé dans mes souvenirs. D'ailleurs, je devais avoir l'air absente ou un peu béa avec ce faux sourire.

C'est la question du professeur qui me tira de ce souvenir... Je le regardais, et reprenant ma voix blasée et mon air totalement détaché, je hochais la tête.

- Ouais, je viens de Berlin...

Et puis qu'est ce que ça pouvait lui foutre? Il voulait qu'on fasse connaissance ou quoi? J'étais pas vraiment du genre à parler de moi. D'ailleurs, je n'aimais pas ça. Surtout que c'était peut-être la première et dernière fois qu'on se voyait, donc bon, ça ne sert à rien de faire ami-ami. Je détournais le regard avant d'attraper mon téléphone pour répondre à Arai.

MESSAGE ENVOYE:
 

Juste au même moment, il me posait ça question, je secouais la tête, levant légèrement mon téléphone.

- C'est bon, j'ai déjà prévenu ma... soeur! Elle va venir me chercher à l'arrêt de bus devant chez nous... Donc si vous voulez vraiment m'aider ça serait au moins jusqu'à atteindre l'arrêt!

Ouais, s'il voulait se rendre utile, je pense que c'était la meilleure chose à faire! Je retirais donc la soupe congelé pour reposer mon pied au sol. Je n'avais toujours pas remis ma chaussure. Ouais. Ca allait être particulièrement difficile. Et au pire, pourquoi ne pas rentrer en chaussette? Je prenais donc ma chaussure avant de m'appuyer sur mon pieds valide et de me relever... Je tenais à peu près en équilibre, ça devait peut-être aller. Je posais alors mon pied, ça faisait mal. Moins, je pourrais surement marcher. Je continuais alors à faire trois pas avant de me rétamer à nouveau au sol. Ma canette se déversa au sol, merde. Bon, j'avais presque fini donc ça allait... Dans un grognement de rage, j'essayais de me relever. J'allais galérer à y arriver seule.
© Codage by Citron. - Institut Indare
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Masculin
Messages : 42
Né(e) le : 17/10/1989
Date d'inscription : 09/02/2017
Age : 28
Niveau d'études/Métier : Professeur d'Allemand
Situation amoureuse : Célibataire
Nationalité : Autrichienne
Voir le profil de l'utilisateur

Ven 10 Mar - 12:39
The Run and Go ♛
You'll have to watch me struggle •••

Le bon point quand même, était le temps clément. Parce qu’ils auraient eu l’air très fin sous la pluie. Même s’il se doutait bien que si le moindre nuage menaçant avait fait son apparition dans le ciel avant qu’il ne se décide à partir, le brun serait bien tranquillement resté chez lui. Et peut-être que la jeune fille ne se serait pas décidée non plus à aller courir. Bien qu’elle donnait l’impression, lui donnait l’impression en tout cas, d’être quelqu’un de plutôt déterminé. Sans doute qu’il ferait bien de prendre des cours. Mais il doutait pouvoir apprendre ça chez qui que ce soit. Evidemment, lors de son adolescence il avait été bien plus facile de laisser son meilleur ami prendre sa défense. Nettement plus efficace aussi. Et maintenant, il avait sûrement bien trop pris le pli d’exécuter ce qu’on lui demandait. Enfin,  il était totalement inutile qu’il commence à se perdre dans de quelconques pensées à ce niveau-là. Même s’il était un peu trop au courant à son goût qu’il n’arriverait pas à effacer le passé, il était toujours temps qu’il essaye d’acquérir une quelconque force de caractère. Ce n’était pas non plus comme s’il était en fin de vie. Et qu’il ne pourrait strictement rien changer. Il y avait toujours moyen ,et il commencerait là tout de suite, en l’aidant.

Et ce même si elle ne semblait pas spécialement des plus loquaces. Ce qui au final, Bartholomaüs pouvait totalement comprendre aussi. Les dernières fois où on lui avait posé des questions trop personnelles, il lui était déjà arrivé de répondre par la météo, ou s’inventait un problème urgent. Bon. Au moins il savait désormais qu’elle était bel et bien Allemande. Ce qui ne l’avancerait pas vraiment à grand-chose. Si. A la connaître un peu mieux. Sans pour autant détenir son prénom. Mais définitivement, il n’allait pas le lui demander là tout de suite. Bigleux peut-être mais pas totalement non plus. Ni suicidaire.

Ah. Aussi, le brun pouvait désormais bel et bien remarquer qu’elle avait son téléphone. Donc sans doute qu’elle avait d’ores et déjà prévenu quelqu’un. Elle le lui affirma même quelques secondes plus tard. Au moins une autre bonne chose de faite ! En plus l’arrêt de bus ne devait pas être spécialement loin non plus. Puis il serait aussi certain qu’elle était entre de bonnes mains. Parfaitement parfait.

« ▬ Pas de problèmes ! »

Il allait finir parchanger son totem de lui-même et se mettre Saint-Bernard. Ou opter pour un autre chien, de préférence pataud. En attendant, pendant qu’elle se relevait du banc, il allait reprendre son sac, histoire de ne pas trop perdre de temps et surtout éviter qu’elle – Ah. Eviter rien du tout, elle venait de retomber. Et il n’allait certainement pas non plus rester là à la regarder et attendre qu’elle se relève. Même si elle ne semblait pas être la personne la plus ouverte, il allait tout simplement oublier ce léger détail, et le grognement qu’elle venait de lâcher. Et se rapprocher d’elle pour s’accroupir à ses côtés, et prendre le bras de la jeune fille pour le passer sur ses épaules. Au moins elle aurait plus de facilités à garder l’équilibre. Et plus de facilité à se relever aussi. D’ailleurs, autant donner le départ, assez doucement pour qu’elle puisse suivre sans se faire plus mal qu’autre chose.

« ▬ N’hésitez pas à vous appuyer si vous en avez besoin. C’est de quel côté ? »

Autant le savoir dès le départ, pour éviter tout malentendu et surtout éviter une nouvelle chute, mais cette fois à deux. Par chance, pour lui surtout, son interlocutrice ne semblait pas le moins du monde lourde. Et pas que sembler en fait, même s’il se doutait bien qu’elle ne s’appuyait pas non plus de toutes ses forces. Et dans le pire des cas, il aurait bien pris sur lui-même. Même s’il le faisait déjà un peu en s’évertuant de regarder droit devant lui et nulle part ailleurs, la situation l’obligeait bien, de son point de vue, s’il voulait éviter tout autre malentendu.



© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Raven
Invité
avatar

Ven 10 Mar - 16:20
Raven
Raven L. Lentz
Ancien membre



Prisonnier du bus !

Tss. Non, décidément, je n'y arriverais pas seule. De toute façon, je n'avais pas plus le choix que ça, l'homme venait de me saisir, un léger grognement sorti de ma bouche avant de la fusiller du regard. No stress. Il m'aidait simplement... Me relevant doucement et m'appuyant sur lui, par chance je ne pesais que 50kg, enfin cinquante trois maintenant, et moins quelques grammes de ma course, oui, essayons de rester positif et que cette chute ne soit pas inutine. Mais comme je disais, de mes petits cinquante kilos - et tout dans les boobs - je ne devais pas être trop trop lourde. Puis il avait qu'à supporter le lourd poids d'aider quelqu'un !
On avait que la moitié du parc à traverser, d'ici dix minutes on y serait. Oui et parce qu'on marche lentement on peut rajouter un peu plus. Mais je prenais sur moi pour essayer d'augmenter la vitesse de marche. Il ne fallait juste pas qu'on s’emmêle les pinceaux et qu'on se retrouve comme deux abrutis à tomber... Surtout quand on voyait ces abrutis de gamin courir dans tous les sens, et deux qui venaient de nous couper la route en courant après un clebs... Tss. Que font leurs parents? Sérieusement, aucune éducation. A cause d'eux j'avais du m'appuyer deux fois sur mon pied... Ahn, c'était définitif, je détestais les gamins! Je crois que je suis maudite avec ces créatures de satan, ils ne méritent qu'une chose: être broyés vivants! Quoi je suis extrémiste?

- C'est par là...

Paye ta réponse, honnêtement. Mais en même temps, il voulait quoi, que je lui indique la direction comme un GPS: "Dans 100m tournez à droite, prenant le passage entre les deux arbres puis continuer sur environ 500m"... "Attention, obstacles sur la route, quelques bouchons peuvent apparaître, occasionné par des sales gosses qui ne regardent pas où ils vont". Sérieusement? C'était vraiment con. Rien que d'y avoir penser. Je suis un peu bizarre parfois... A croire que mon cerveau est contrôlé par quelqu'un. Il n'y a que ça comme explication, pour que ma vie soit aussi pourrie ! Ah non, et je parle pas de l'autre barbu qui est née d'une vierge !
Je continue donc mon ascension plus ou moins douloureuse, m'appuyant sur ma béquille, euh la gentille personne qui avait accepté de m'aider. Mais faut avouer que c'est la honte quand même... Bon. J'espérais juste croiser personne, j'avais un réputation à tenir! (ah bon?)
Par chance, on était arrivé sans encombre... AAAAAAAH SOULAGEMENT ! Enfin. On était sorti du parc. Je montrais rapidement l'arrêt de bus. Merde. C'est pas le bon sens. C'est de l'autre côté qu'il faut le prendre. Eh ouais... Bon bah, il faut traverser. Je le regarde,

- En fait, c'est la même ligne mais de l'autre côté...

Boulet. Cette ligne c'est pour aller à l'académie. La fille qui ne sait même plus rentrer "chez elle". Attendre que le petit bonhomme soit vert, je crois que je n'avais plus fais ça depuis... Mes 10 ans? Voir moins. Mais avec ma cheville, il ne valait mieux pas tenter le diable et surtout, le prof n'allait surement pas traverser au rouge. Bref... On arrivait jusqu'à l'arrêt, par chance le bus arrivait. Et sans vraiment lui laisser le choix, je le forçais à m'accompagner dans le bus, pour qu'il m'aide à m'asseoir. Rien de mieux qu'un siège... Ah. Bonheur... Mais merde. Les portes venaient de se fermer et le chauffeur avait l'air plutôt pressé. Bon baaah... Monsieur le Sauveur était coincé avec moi. Sorry.
© Codage by Citron. - Institut Indare
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Masculin
Messages : 42
Né(e) le : 17/10/1989
Date d'inscription : 09/02/2017
Age : 28
Niveau d'études/Métier : Professeur d'Allemand
Situation amoureuse : Célibataire
Nationalité : Autrichienne
Voir le profil de l'utilisateur

Ven 10 Mar - 18:02
The Run and Go ♛
You'll have to watch me struggle •••

Ne pas regarder, surtout ne pas regarder, parce qu’il savait pertinemment au fond de lui-même, et même pas profondément en fait, que s’il croisait son regard, il serait parfaitement capable de laisser toute once de vie le quitter, et se décider de se laisser mourir là-bas près d’un buisson. Jusqu’à ce qu’il reçoive un message ou un appel de son meilleur ami, qu’il savait parfaitement capable de venir le chercher pour lui botter les fesses, et ce jusqu’à ce que le brun ne se décide à bouger. Et si Bartholomaüs avait décidé de se lancer dans l’enseignement, c’était principalement pour ne plus être totalement un boulet pour Craig et rester à squatter chez lui. Donc il n’allait tourner la tête sous aucun prétexte. Et se concentrer sur le chemin à faire. Se concentrer aussi à marcher correctement et à ne se prendre personne d’autre. Bon, visiblement le beau temps avait fait ressortir pas mal de monde. Principalement des enfants. Rien ne servait de s’énerver ou de se précipiter. Si ce n’était augmenter le risque d’accident. De toute manière, il ne réussirait même pas à s’énerver sans doute.

Mais mis à part ça, le chemin ne semblait pas spécialement difficile. Ni long. Bon un peu quand même, en même temps il ne fallait pas s’attendre à ce que ça se passe à la vitesse de la lumière, mais ça aurait pu être bien pire. Et le métier de soutient n’était pas non plus si horrible que ça. D’ailleurs, elle venait de montrer l’arrêt de bus, qui était exactement le même que celui qu’il était censé prendre pour retourner plus tard. Bah, qu’il reprenne le bus maintenant ou après, cela ne changeait pas grand cho- Ah. Son interlocutrice visiblement, s’était trompée de sens. Mais il y avait juste une rue à traverser. Ils avaient déjà fait la moitié du parc, ils pouvaient bien surmonter ça. Juste attendre que le feu passe au vert. En plus, un bus arriva presqu’en même temps qu’eux. Le sien visiblement. D’ailleurs, elle lui proposa, du moins ce fut ce qu’il se força à penser, de l’aider à monter et à trouver une place. De nouveau, rien de plus normal. Par chance, il y avait un siège de libre là-bas. Comme ça elle serait vraiment bien installée, et il ne lui restait plus qu’à la saluer pour - est ce que les portes venaient de se fermer ? Il ne reconnaissait que trop bien ce bruit. Mais parce qu’on est jamais sûr, Bartholomaüs préféra se retourner, pour remarquer qu’il était bel et bien prisonnier du bus. Génial. Une ligne peut-être pas inconnue, mais il ne l’avait jamais prise plus loin que le parc. Est-ce qu’il était bien parti pour se perdre ? Nooon. Définitivement non, pas tant que l’étudiante aux cheveux roses était dans les parages. Elle retournait chez elle. Donc elle connaissait forcément le chemin. Par contre, hors de question de la quitter maintenant. Pas comme s’il savait aller très loin non plus.

Alors caalmement, il alla près dudit siège, et se décida à se tenir à une barre, se refusant de quitter du regard le paysage défilant devant lui, essayant de s’imprégner de chaque image possible et inimaginable, afin d’avoir une chance, même minime de reconnaître au retour quoique ce soit, et de ne pas rater l’arrêt. Il avait l’horrible impression de se retrouver quelques années en arrière, où il faisait tout autant attention à ce qui se passait à l’extérieur du bus, s’évertuant à prendre un chemin plus qu’illogique, histoire d’être certain que personne ne le connaissant, encore moins ses parents, ne puisse savoir d’où il venait, ou allait. Ce qui exigeait une certaine concentration. Et toutes ses précautions prises pour qu’au final, il livre à ses parents sur un plateau d’argent la magnifique occasion de le jeter dehors. Par contre, s’il pouvait éviter de serrer autant ses doigts autour de la barre, ça arrangerait sa situation. Et éviterait peut-être de le faire passer pour un énorme névrosé, si ce n’était pas déjà le cas.

« ▬ Il semblerait qu’on en ait encore pour un petit temps, désolé. Et je ne me suis même pas encore présenté ! Bartholomaüs Leiser, »

Il allait quand même lui tendre la main. Ne serait-ce que par politesse. Politesse dont ne voulut visiblement pas le bus. Comme s’il avait besoin qu’on l’aide à s’enfoncer encore plus. Bon, en se sentant perdre l’équilibre, il avait réussi à se rattraper in extremis. Ce qui ne l’avait pas empêché d’avoir eu la chance de profiter d’une vue rapprochée de la poitrine de son interlocutrice. Bon il aurait pu faire bien pire. Comme lui tomber totalement dessus. Mais feinter de n’avoir rien vu était peut-être la meilleure des choses à faire, une nouvelle fois.


© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
Raven
Invité
avatar

Ven 10 Mar - 22:42
Raven
Raven L. Lentz
Ancien membre



Enfin sauvée!

Bon baaah... Too late hein? Bah, peut-importe, au moins j'avais atteint le siège de ce bus. En plus, ce con roulait vraiment comme un malade! Sérieusement, il avait eu son permis dans une pochette surprise ou quoi? Je fixais devant moi avant de mordre ma lèvre, nerveuse avant de voir le professeur perdre légèrement l'équilibre... J'ai bien cru qu'il finirait dans ma poitrine. Bah au moins, ça lui aurait fait de magnifique air-bag! Haha. Il venait de se présenter... Arg. Je détestais ça. Pourquoi les gens se sentent forcés de se présenter alors qu'ils ne reverront sans doute jamais la personne...? Je trouvais ça con. Complètement. Puis... Bartho quoi? C'était vraiment bien un allemand! Un nom hypra complexe et imprononçable. Ouais. C'est bien un allemand... Je soupire avant de le regarder, un peu blasée. Non, je ne me présenterais pas. Je ne vois pas pourquoi je devais le faire... Même si on était bloqué ensemble pendant le trajet, je ne voyais pas l'utilité de me présenter. Je répondais un rapide "Enchantée", sans réellement le penser. Après tout, il ne m'avait pas demander "Et toi?" ou un truc du genre, peut-être qu'il n'en avait rien à faire de connaître mon nom? Donc voilà, ça se trouve, il s'en fichait royalement.

Je détournais alors le regard, soupirant plus ou moins bruyamment. Rah quand j'y pense, pour une fois que je bougeais mes fesses, je tombais et en plus je me tapais un prof tremblotant et en plus d'Indare! Alors bon. Voilà, journée de merde quoi. En plus... J'ai renversééééééé mon coca ! Nan mais je pense qu'on ne peut pas faire plus pourrave que ça comme journée. Mais bon, au moins je verrais Arai... Raah elle me sauvait la vie encore une fois. Je baissais la tête en regardant ma jambe, je soupirais. Un arrêt brusque à nouveau, heureusement que j'étais assise ! Je grognais en fixant devant... 'Tain mais qu'est ce qu'il fou?! Et l'autre, il avait réussi à rester sur pied?

Heureusement que c'était le prochain arrêt. Ouais. Je me levais avant de reprendre appuis sur ma béquille.

- On sort au prochain arrêt... indiquais-je.

Par chance, l'arrêt fut plutôt doux. Je pouvais descendre à présent, grâce à Bartho... Bref Barth ! Voilà. Ca resterait ça comme surnom. C'était court mais au moins je le retiendrais, enfin, d'ici une heure, je l'aurais surement oublié. Levant la tête, je le regardais,

- Je n'habite plus très loin...

L'appartement d'Arai était facile à situer, il était juste au-dessus du Kawaii London ! C'était l'entrée juste avant et c'était le premier appartement ! Je commençais donc à avancer là-bas avant de gémir légèrement. Arg merde... Ca commençait à vraiment faire mal. Alors qu'on attaignait la sonnette, j'appelais la dite jeune fille qui descendit nous ouvrir...

- Raven ! Qu'est-ce que tu as encore fais?! s'écria la jeune fille, elle aussi en allemand.
- Rien... Je courrais juste et je suis tombée... Il m'a aidé à venir...

Elle soupira, elle semblait perplexe, elle ne me croyait pas? Mh. Elle avait sans doute raison, alors qu'elle appelait son copain pour m'aider à monter les marche, à vrai dire, il me porta plus qu'autre chose, un gros baraqué tatouer... Arai sourit au jeune professeur,

- Vous voulez prendre un thé? demanda-t-elle en souriant.

Tss. J'en étais sure qu'elle allait l'inviter... Je m'en fou. Moi j'avais atteins le canapé, et maintenant je ne bougerais plus ! Maintenant, ma mission était de la mettre au courant le plus rapidement de mon mensonge...
© Codage by Citron. - Institut Indare
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
Sujets similaires
-
» dispensée en sport ! Il faut donner quoi, quand, de qui ?
» Le sport ne fait pas maigrir: scandaleux!
» Equitation, qu'est que je ferais sans toi ?
» Sport pendant la grossesse
» professeur de sport

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Institution Indarë :: West London :: Notting Hill :: Parcs et espaces verts-
Sauter vers: