À droite, l'école et ses élèves normaux, comme tout le monde.À gauche, le centre de redressement pour jeunes dangereux.Maintenant réunis, pour le pire.
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



Votez pour le forum

~ Étendez l'expérience ~
La rentrée scolaire approche et elle amène plusieurs changements avec elle. Venez vous recenser.

 :: Hors-jeu :: Archives Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

[BAL] La prohibition [feat Logan]

Gordon Sherman
Absence longue durée
avatar
Masculin
Messages : 615
Né(e) le : 07/07/2000
Date d'inscription : 27/01/2017
Age : 17
Niveau d'études/Métier : ISS - Troisième année
Situation amoureuse : Célibataire
Nationalité : Australien
Commentaires/Citations : F7DA19 est ma couleur! Venez danser avec moi!
Voir le profil de l'utilisateur

Ven 3 Mar - 18:31
La prohibition

Take Five
Avec Logan o/

Je suis enfin libre de faire ce que je veux dans la soirée. Les organisateurs m’ont laissé rejoindre les autres élèves, qui commençaient alors à se regrouper vers la scène. De toute évidence, le groupe arrive : j’ai bien envie de voir à quoi ils ressembleront, comment ils joueront en live, ce qu’ils joueront, bref, tous les petits trucs qui font d’un live un live. Mais, surtout, j’ai une terrible envie de jouer moi aussi, et je suis un peu jaloux des Icon For Hire. Bon, d’accord… terriblement jaloux.

C’est dans cet état d’esprit et en chemin vers la scène, au milieu de la foule en train de se former, que je m’arrête face à un panda roux masqué. Enfin, il serait plus correct de dire que je me suis arrêté lorsque lui s’est arrêté. Il me tend un des deux verres qu’il tient, et, sans réfléchir, je le prends en esquissant un « merci » se perdant dans les explosions de joie des autres élèves.

« Plutôt cool ton petit concert improvisé. Si j’étais arrivé plus tôt, je serai bien venu te tenir compagnie avec une guitare ! »

Oh ! Un autre musicien ! Excellent ! Ça fait toujours autant plaisir de croiser l’un des nôtres, c’est un peu la même sensation pour moi que de rencontrer un autre Australien. J’ai une légère pensée pour Caleb, esprit coincé dans le corps de Michael, lui aussi venant du pays des Kangourous. J’offre un immense sourire à cet homme au kigurumi mystérieux avant de goûter au breuvage qu’il m’a donné. C’est l’un des jus de fruits proposés au buffet ; pas mauvais, en soi.

« Moi c’est Logan. Au fait, je crois que ta prestation a tapé dans l’œil d’un ours. Tu devrais faire attention à toi ! »

Attends… un ours ? Est-ce que… est-ce qu’il veut parler de… non… Tina ? J’avale de travers et tousse une seconde, recrachant le jus de fruit. Bon… d’un côté, c’est une bonne nouvelle, ça voudrait dire qu’elle s’ouvre aux émotions, mais… moi ? Brr. Rien que d’y penser, j’en ai des frissons. Je préfère ne pas rester plus longtemps, si elle est là, je risque de la croiser, et je pense que je ne suis pas encore prêt pour ce genre de confrontation avec elle. D’ailleurs, je pense qu’il me faut un autre type de soirée.

« Merci du compliment, Logan ! Je suis Gordy, ravi de te rencontrer ! Hum, ça t’intéresserais de sortir ? J’ai quelques instruments dans ma chambre, et je pense que j’aurai bien besoin d’un verre… enfin, d’une boisson un peu plus… forte. Ça te dit ? »

Je ne connais pas encore ce type, mais il a l’air vraiment sympathique, et puis, s’il se sentait capable de nous rejoindre en impro sur scène, c’est qu’il doit être vraiment bon. Aucune raison de ne pas le croire, donc ! Je me dirige donc vers la sortie alors que le groupe vient d’arriver. La fête a été courte, mais bon, j’ai vu des jolis costumes et j’ai joué un petit Superstition avec un parfait inconnu, alors ce n’était pas du temps perdu !

Je me dirige donc vers ma chambre, accompagné de Logan, afin de m’emparer de quelques instruments. J’ouvre la porte et vois une forme sous les draps de Camiel. Je ne crois pas l’avoir vu au bal, et connaissant sa propension à dormir extrêmement facilement, je suppose que ce doit être son corps et pas un amas d’oreillers. J’entre donc sur la pointe des pieds, faisant le moins de bruit possible, avant de me saisir d’une guitare acoustique et de sa sœur basse. Parce que, oui, j’ai aussi une basse acoustique dans ma chambre, parce que, oui, ça existe.

Je tends donc la guitare à Logan, qui semblait vouloir en jouer, avant de refermer délicatement la porte et de me diriger vers la sortie du bâtiment. Maintenant muni de ma glorieuse basse – car l’envie de jouer de cet instrument ne m’a pas quitté depuis ma petite impro de tout à l’heure –, j’entends un léger Jazz tourner dans ma tête. Rien de plus seyant, si j’ose dire : l’âge d’or du Jazz, son apogée véritable, s’est faite pendant la prohibition aux Etats-Unis. Autrement dit : quand on est jazzman, on sait où trouver de l’alcool. Et, globalement, les boutiques clandestines ne sont pas spécialement bien cachées, quand on sait comment les chercher ; après tout, si elles étaient introuvables, il n’y aurait aucun client.

C’est donc très simplement que je contourne le bâtiment des dortoirs, là où l’on ne peut pas nous voir depuis les résidences Castel ou les salles de classe. En soi, c’est complètement stupide, et c’est le premier endroit où l’on penserait à regarder si l’on voulait trouver des délinquants ou des vendeurs de substance illicites ; mais c’est peut-être si évident que personne n’est jamais vraiment allé voir. Et puis, le point fort de la prohibition, ce n’est pas d’être bien caché, mais plutôt de bien cacher ce qu’on transporte. Tout naturellement, je trouve quelques élèves assis là, sur des boîtes en carton, de toute évidence pleine. Ils se lèvent à mon approche, probablement surpris de voir arriver deux inconnus avec une guitare et une basse – même s’ils pensent probablement que je suis équipé d’une guitare… les basses ont la vie dure.

« Un pack de bière s’il vous plait messieurs. »

Je leur tends un billet avec un grand sourire, et l’un d’entre eux se lève, s’approchant du mur des dortoirs. Il déloge une petite partie du mur, révélant une cavité dont il extrait ma commande. Je la prends, les remercie chaleureusement puis m’éloigne de la boutique. C’est bien connu : on ne fait jamais rien d’interdit dans un endroit interdit. L’alcool ne doit pas rester près d’eux, sinon, cela noierait leur commerce.

« Bon, et bien voilà, on est parés ! Où est-ce que tu veux t’installer, Logan ? »
© Bell




Merci Raven :D :D :D

Mais quel membre actif!:
 

J'ai dit, mais quel membre actif!:
 

J'AI DIT...:
 
Revenir en haut Aller en bas
Logan
Invité
avatar

Sam 4 Mar - 14:33
Logan
Logan O'Connor
Ancien membre

La prohibition

“My music will tell you more about me than I ever will. ”

“We’re just sad kids, who put all of our hope in the fact that putting our headphones in makes us feel like we’re not alone. ”

917 motsParty all nightSleeping all day long
On avait beau dire ce que l’on voulait, les musiciens se comportaient, les uns avec les autres, différemment d’avec n’importe quel autre être humain. C’était probablement normal en fait. Après tout, rencontrer un musicien lorsqu’on jouait, nous aussi, d’un instrument, c’était la garantie d’avoir déjà un point commun important et un sujet de conversation assuré. C’était, à peu de chose près, comme si Slash et Kurt Cobain se rencontraient. Du point de vue de l’individu, ils n’avaient clairement rien à voir l’un avec l’autre, mais il demeurait un sujet sur lequel ils pourraient, de toute façon, débattre pendant des heures : leurs compos’ à la guitare.
Logan ne connaissait en rien ce jeune homme, mais il était heureux de pouvoir avoir quelque chose à lui raconter. Malheureusement, son côté un peu trop direct fit des ravages presque immédiatement lorsque son nouveau collègue musicien manqua de s’étouffer avec sa boisson. Décidément, il allait vraiment falloir que j’apprenne à faire preuve de tact, parce que, vraisemblablement, le petit ours ne le laissait pas de marbre. Ce n'était pas forcément une bonne chose, car toutes les femmes étaient, au choix, sournoises, menteuses ou complètement barrées ! Quoi qu’il en soit, ce n’était clairement pas à Logan de venir faire la leçon à ce nouveau camarade. Il ne le connaissait que depuis quelques minutes et il n’avait pas envie de le faire fuir avec sa façon de penser quelque peu étriquée.


Heureusement pour le jeune homme, sa petite intrusion dans la vie privée de celui qui se présentait comme s’appelant Gordy – sûrement pour Gordon – ne semblait pas avoir jeté un froid. En effet, le jeune homme venait de lui proposer d’aller se faire un petit jam ailleurs et, surtout, de boire autre choses que des boissons pour enfants ! Il n’en fallait pas plus pour intriguer Logan. Peut-être que cela était un peu dommage pour sa thérapie de ne pas essayer de s’adapter au monde des autres, mais Logan avait réellement envie de s’amuser et il se voyait mal rejeter une proposition pareille. Après tout, il venait de tomber sur quelqu'un qui semblait connaître le sens réel du verbe "s'amuser*. Quel soulagement !


Franchement ? Je pense que je peux me passer de cette fête qui ressemble un peu plus à un goûter d'anniversaire qu'à ce que j'appelle une fête... Je te suis ! 


Logan essayait de ne pas faire preuve de mauvaise foi, mais son passé de fêtard compulsif jouait souvent en sa faveur pour cela. Enfin, même si des élèves, probablement un comité, c’était mis en quatre pour travailler main dans la main avec la direction pour pondre le concept de cette fête du carnaval, Logan en avait assez vu. Ainsi, il emboîta le pas de Gordy lorsque celui-ci prit la direction des dortoirs de l’ISS. Logan n’avait jamais eu l’occasion de s’y rendre et il se demandait bien dans quel genre de palace pouvaient dormir les gens « normaux ». Finalement, sa curiosité fut rapidement calmée. Les gens normaux dormaient dans des chambres normales, qui étaient reliées par un couloir normal qui menait à des salles d’eau communes tout à fait normales. La seule différence entre son studio de la résidence surveillée et cette chambre demeuraient là, légèrement ronflante, dans l’un des lits de la chambre. Logan tenta d’imaginer à quoi ressemblerait sa vie s’il partageait son studio avec quelqu’un. Ce serait probablement compliqué pour lui qui appréciait particulièrement le fait de vivre en solitaire. En fait, ce qu'il appréciait réellement, c'était de pouvoir se mettre à son aise, écouter sa musique à font, se balader en boxer en secouant ses cheveux en rythme. Bref, s'il trouvait un jour quelqu'un capable de supporter cette vue, peut-être accepterait-il de ne plus vivre complètement seul.

Il attrapa la guitare acoustique que Gordy lui tendait, la portant ensuite comme une batte de baseball, sur son épaule. Il s’extirpa de la chambre, faisant bien attention à ne pas l’abîmer en touchant les encadrements de porte. Gordon sortit à son tour de la chambre, armé d’une basse acoustique. Ce type était plus intéressant que Logan aurait pu imaginer. Il fut étonné, d’ailleurs, lorsqu’il l’emmena là où se trouvaient ceux qu’il se plaisait à appeler ses sauveurs. Ses fournisseurs chéris. Finalement, les élèves Forge n’étaient pas les seuls à connaître ce genre de planque. Un sourire amusé se dessina d’ailleurs sur les lèvres du jeune homme lorsqu’ils furent en possession d’un pack de bière bien rempli, ne demandant qu’à se faire dépouiller. Il ne restait plus qu’à se trouver une planque. Pas pour être cachés discrètement – après tout, ils allaient jouer de la musique. Pour la discrétion, on repassera – mais plutôt pour être tranquilles.
Logan pointa du doigt un banc qui se trouvait non loin de la fontaine.


Ca me paraît pas mal. L'acoustique devrait être agréable et, surtout, la fontaine permettra de garder les bières au frais. 


Oui, c’était parfait comme squat. Logan posa délicatement la guitare sur le banc, veillant à ne pas l’abîmer. Il libéra les bières de leur prison de carton, en attrapa une qu’il tendit à Gordy avant de s’en prendre une pour lui-même et de mettre les autres bières dans la fontaine. Il attrapa ensuite la guitare et se laissa tomber sur le banc avant de regarder Gordon d’un air mutin. Il attendit que celui-ci vienne prendre place à côté de lui pour faire tinter sa bouteille de bière contre la sienne.


Alors ? Qu’est-ce qu’il vous ferait plaisir mon cher collègue bassiste ?  
©linus pour Epicode

Revenir en haut Aller en bas
Gordon Sherman
Absence longue durée
avatar
Masculin
Messages : 615
Né(e) le : 07/07/2000
Date d'inscription : 27/01/2017
Age : 17
Niveau d'études/Métier : ISS - Troisième année
Situation amoureuse : Célibataire
Nationalité : Australien
Commentaires/Citations : F7DA19 est ma couleur! Venez danser avec moi!
Voir le profil de l'utilisateur

Dim 5 Mar - 13:33
La prohibition

Take Five
Avec Logan o/

Logan me montre un banc à côté de la fontaine. On ne sera pas spécialement discrets, mais bon, il y a peu de chances que qui que ce soit vienne par ici de toute façon.

« Ca me paraît pas mal. L'acoustique devrait être agréable et, surtout, la fontaine permettra de garder les bières au frais. »

Il n’en est pas à son premier rodéo, c’est sûr ! Quatre bières se retrouvent dans l’eau, les deux dernières dans nos mains, et nous voilà installés sur le banc. Logan trinque avec moi avec le regard de celui qui sait qu’il fait quelque chose de mal, et qui en est parfaitement ravi. Je suis aussi coupable que lui, et lui rend son regard avec un sourire amusé.

« Alors ? Qu’est-ce qu’il vous ferait plaisir mon cher collègue bassiste ? »

Je bois une gorgée de bière avant de la poser pour pouvoir jouer de mes deux mains. Mmh… je me sens d’humeur un peu Jazz ou Funk ce soir, mais à la tête de mon nouvel ami, je pense plutôt qu’il est chaud pour du Rock ou ses dérivés. Autant faire un compromis, alors, non ? Entre le Rock et le Funk, rien de mieux que les Red Hot. J’entame une de leurs chansons assez connue et surtout très agréable à écouter.

« Dark Necessities des Red Hot, ça te va ? On peut partir en impro dessus ! »

Cette chanson est particulière, principalement parce qu’elle est uniquement accentuée sur le deuxième temps tout au long des couplets et des refrains. On a pas de batterie pour caler une caisse claire dessus, alors je compense en jouant ce temps-là en slap. Ce qui est sûr, c’est qu’on va pas le rater : c’est au moins deux fois plus fort que le reste de mes notes. Ah, le slap. Le petit plaisir de tous les bassistes. Je joue le reste des notes tout naturellement, les caressant du bout de mon index et de mon majeur, comme n’importe quel bassiste le ferait.

Une question me vient soudain à l’esprit. Logan m’a proposé de jouer de la guitare, mais est-ce là le seul instrument qu’il maîtrise ? Peut-être que, comme moi, il sait se débrouiller avec autre chose qu’une hache, et que nous pourrons jouer des morceaux beaucoup plus exotiques.

 « Tu joues d’autre chose que de la guitare ? Tu chantes, peut-être ? »

Ce serait vraiment sympathique s’il pouvait chanter ! Après tout, improviser, c’est génial, mais chanter des chansons qu’on aime bien avec des amis, c’est encore mieux. Même, se sortir un texte inventé et le poser sur de la musique pour faire rire les autres musiciens, c’est génial aussi ! S’il ne peut pas, qu’importe : après tout, c’est aussi sympathique de gratter les cordes de sa guitare que de pousser sur celles de sa gorge.

Reste à voir comment il se débrouille avec sa six-cordes !
© Bell



HRP: désolé, c'est court, mais je ne savais pas vraiment quoi dire à part que je commençais à jouer x)



Merci Raven :D :D :D

Mais quel membre actif!:
 

J'ai dit, mais quel membre actif!:
 

J'AI DIT...:
 
Revenir en haut Aller en bas
Logan
Invité
avatar

Ven 10 Mar - 22:18
Logan
Logan O'Connor
Ancien membre

La prohibition

“My music will tell you more about me than I ever will. ”

“We’re just sad kids, who put all of our hope in the fact that putting our headphones in makes us feel like we’re not alone. ”

754 motsParty all nightSleeping all day long
Une mélodie mélancolique se répercutait contre les arbres, offrant un léger aperçu de ce qui se passait dans la salle de fête. Logan ne reconnaissait pas vraiment la voix qui animait maintenant la salle de fête. Tout ce qu’il pouvait en dire, c’était qu’il s’agissait d’une fille et que ce n’était pas Ariel. Logan était capable de reconnaître son timbre de voix entre tous et c’était certainement dû au béguin qu’il avait eu pour elle jusqu’à ses 15 ans. C’était la dernière fois qu’il avait été sentimentalement attiré par une demoiselle et que cela ne s’était pas fini en catastrophe ! Bien sûr, cela avait été une amourette d’adolescence ridicule et légèrement irréaliste, mais tellement légère ! Finalement, peut-être que Logan aurait dû se contenter de relations platoniques et impossibles avec ses camarades du sexe opposé ? Il pouvait toujours essayer, maintenant, mais il connaissait maintenant trop d’éléments sur les relations sentimentales homme-femme pour vouloir s’y frotter à nouveau.
Quoi qu’il en soit, la voix d’une fille inconnue résonnait au loin et, peut-être – qui sait ? – que les deux musiciens croiseraient la route des membres d’Icon for Hire eux-mêmes ! Autant leur donner une raison de s’attarder auprès de Logan et de son collègue bassiste.

La concentration de Logan s’était retrouvée momentanément happée par l’idée qu’un groupe célèbre puisse entendre leurs prouesses. Qui savait à quoi cela pouvait mener ? Peut-être que, grâce à leur influence, ils arriveraient à faire sortir les deux jeunes hommes de l’Institut et qu’ils pourraient partir en tournée pour faire profiter le monde entier – ou presque – de leurs talents. Ce serait dément !
Logan reprit contact avec la réalité en entendant la proposition de Gordon. Il secoua sa tête, passant une main dans ses cheveux avec l’air de celui qui a un peu honte d’avoir affiché un air béat et niais pendant probablement assez longtemps pour qu’on le remarque. Il reprit néanmoins un air concerné assez rapidement. Il ne voulait pas que son compagnon ne pense qu’il n’en avait que faire de leur petit concert improvisé.


Très bon choix ! On se trompe rarement avec eux... 


Oui, c’était un bon choix. Logan se rappelait encore, avec une certaine nostalgie, de ses débuts à la guitare. Ceux-ci s’étaient, bien entendu, faits en compagnie des plus grands. « Californication » avait été la première chanson qu’il avait appris à jouer. Quand il s’était senti suffisamment à son aise, il s’était mis en tête d’en apprendre les paroles pour chanter en compagnie de la douce mélodie de sa guitare.

Logan laissa Gordy commencé à jouer. Il prit un instant avant de se demander comme accompagner le bassiste. En effet, la chanson originale ne laissait pas une très grande place à son instrument favori… Logan prit le parti de commencer par assurer l’accompagnement. Autant s’accorder parfaitement à son collègue avant de commencer les envolées lyriques et, surtout, d’arriver au solo qu’il affectionnait tout particulièrement.
Lorsque Gordy lui demanda s’il avait d’autres connaissances lyriques ou musicales, le jeune homme hoche la tête, toujours heureux de pouvoir échanger et partager sur son sujet favoris : la musique. Il avait quelques notions de pianos, car ses parents avaient d’abord souhaité qu’il joue d’un instrument plus « noble » avant de n’être qu’un sauvage qui se trémoussait avec sa guitare.


Je me débrouille au piano, mais je dois t'avouer que la guitare électrique reste l'instrument qui colle le plus à mes intérêts musicaux. 


Effectivement, d’aussi loin qu’il se souvenait, elle avait toujours été là le guider sur le chemin de la musique que se soit pour accompagner Metallica, Alice Cooper Queen, Bon Jovi ou Aerosmith. Logan avait toujours souhaité, un jour, être à la hauteur de ces géants. Chaque moment un peu vide ou tranquille de sa vie était comblé par sa propre voix chantant les chansons composées par ceux qu’il considérait comme de réels génies.


Eh bien… Les rares fois où on a eu l’occasion de m’entendre chanter, on a pu dire que je me débrouillai plutôt bien. Enfin, il faudrait demander à ma douche, s’est certainement celle qui est le plus apte à en juger ! Ce que je sais, par contre, c'est que je n'ai pas le même talent qu'Anthony Kiedis.


Le jeune homme tira la langue, autant amusé par cette remarque que par le fait que des doigts suivaient maintenant automatiquement le rythme qu'il leur avait imposé.


Et toi ? J'ai du mal à croire que ton talent ne s'applique qu'à l'univers de la basse ?  
©linus pour Epicode

Revenir en haut Aller en bas
Gordon Sherman
Absence longue durée
avatar
Masculin
Messages : 615
Né(e) le : 07/07/2000
Date d'inscription : 27/01/2017
Age : 17
Niveau d'études/Métier : ISS - Troisième année
Situation amoureuse : Célibataire
Nationalité : Australien
Commentaires/Citations : F7DA19 est ma couleur! Venez danser avec moi!
Voir le profil de l'utilisateur

Sam 11 Mar - 18:48
La prohibition

Dark Necessities - Red Hot Chili Pepper
Avec Logan o/

Logan commence à m’accompagner avec sa guitare, quelques notes basiques, mais ça rend vraiment bien. Après tout, les vrais le savent, ce qui rend bien, ce n’est pas toujours le plus dur. Bien sûr, « les accords magiques qu’on nous ressort à toutes les sauces » comme le dit un certain Youtubeur français, mais on voit aussi très nettement cette influence du « simple mais cool » dans les groupes de pop-punk, les plus connus étant Blink-182 et Sum 41. Bref : Logan a tout compris, il joue parfaitement comme il faut, j’adore.

« Je me débrouille au piano, mais je dois t'avouer que la guitare électrique reste l'instrument qui colle le plus à mes intérêts musicaux. »

Oooh ! Déjà, première chose à noter, c’est qu’il arrive à me parler aussi naturellement que s’il n’avait pas de guitare entre les mains. Ce n’est pas donné à n’importe quel musicien ; cette fois, c’est sûr, je peux considérer mon nouvel ami comme un véritable gratteux. C’est beau de croiser des gens comme ça. Bon, mais surtout, il joue du piano ! Ce n’est pas incroyable en soi, mais c’est plus important qu’on ne le croie. Le piano, c’est un peu l’instrument de base, le passe-partout. Déjà, parce qu’on peut en mettre dans absolument toutes les chansons, mais aussi parce que presque tous les musiciens du monde savent en jouer quelques notes. C’est un peu le ticket d’entrer vers le monde de la grande musique, comme si savoir quelle touche correspond à quelle note te permettait de comprendre toutes les subtilités des différents genres musicaux. Bref. Le piano, c’est bien.

Le coup de la guitare électrique est intéressant, aussi. Ça n’aurait peut-être pas été la meilleure idée du monde de faire un concert secondaire ici, surtout avec des bières à la main… La guitare acoustique devra lui suffire pour l’instant, mais j’ai hâte de voir ce qu’il sait faire avec une électrique. Et, si elle correspond à ses « intérêts musicaux », alors je pense que nous pourrons nous entendre : je vois bien qu’il aime tout ce qui se rapproche du rock, et il y a toujours de bons trucs à faire avec ce style. Bref : on a même pas joué toute une chanson ensemble, et j’ai déjà envie de le revoir dans de meilleures conditions !

« Eh bien… les rares fois où on a eu l’occasion de m’entendre chanter, on a pu dire que je me débrouillai plutôt bien. Enfin, il faudrait demander à ma douche, c’est certainement celle qui est le plus apte à en juger ! Ce que je sais, par contre, c'est que je n'ai pas le même talent qu'Anthony Kiedis. »

« Mais qui l’a ? »

Je rigole légèrement à ma propre blague. Enfin, blague… après tout, c’est vrai que ce chanteur est absolument incroyable. Chanter à sa place sur une chanson change toujours le résultat, il manque ce truc qu’il y apporte ; il faut un bon chanteur pour que le morceau retrouve un niveau acceptable en comparaison de celui des Red Hot.

« Et toi ? J'ai du mal à croire que ton talent ne s'applique qu'à l'univers de la basse ? »

« Et bien, même si j’aime vraiment la basse, c’est vrai que ce n’est pas le seul dont je joue… sans vouloir me vanter, je me débrouille sur à peu près tous les instruments que je connais, basse, guitare, piano, batterie, violon, djembé, saxophone, harmonica… mais aussi des trucs plus exotiques comme le xylophone ou la harpe ! »

J’ai toujours su que je savais faire des choses que peu de personnes étaient capables de réaliser – jouer d’autant d’instruments. Ça me parait naturel, maintenant, ancré en moi, comme de savoir lire et écrire ; mais, dit comme ça face à Logan, j’ai presque l’impression d’être en train de frotter mon talent sur son visage. Je passe en tapping sur deux mesures, le temps de boire une gorgée de bière, avant de me rendre compte, là encore, que je dois avoir l’air de me vanter sans le dire. Je reprends ma basse à deux mains, de toute façon le rendu n’était pas super à une seule main. Je rougis un peu, c’est vrai quoi, je me sens mal d’agir de la sorte devant mon nouveau camarade de musique ! Il faut que je fasse quelque chose, sinon je sens que je vais mourir de malaise.

« Je chante pas trop mal non plus, on peut toujours chanter ensemble pour voir ce que ça donne ? On part sur un refrain, et puis t’as qu’à faire une petite impro de guitare si tu le sens juste derrière ! »

Bon… au moins, j’ai continué à parler, mais là encore, j’ai l’impression d’avoir étalé mes capacités. « Wow, en plus il sait chanter ! » Bah… ouais. Peut-être que si je chantais entièrement faux, ça aurait brisé le mythe ? Enfin, bref, au moins en chantant à deux, on ne verra pas les petites erreurs, alors il n’a pas à s’inquiéter de sa propre voix. De toute façon, je suis sûr qu’il chante très bien, avec un talent pareil à la guitare ! J’espère qu’il sera partant pour cette impro, pour le coup il est sûrement excellent ! Allez, autant se lancer, je verrais bien ce qui se passera… j’attends la fin de la boucle pour lâcher un « yeah ! » avant de changer ma partition de basse pour marquer la transition. You don’t know my mind…
© Bell




Merci Raven :D :D :D

Mais quel membre actif!:
 

J'ai dit, mais quel membre actif!:
 

J'AI DIT...:
 


Dernière édition par Gordon Sherman le Ven 17 Mar - 22:36, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Logan
Invité
avatar

Ven 17 Mar - 15:55
Logan
Logan O'Connor
Ancien membre

La prohibition

“My music will tell you more about me than I ever will. ”

“We’re just sad kids, who put all of our hope in the fact that putting our headphones in makes us feel like we’re not alone. ”

763 motsParty all nightSleeping all day long
Le talent est, visiblement, une ressource qui n’est pas distribuée équitablement à tout le monde. Lorsqu’il avait 6 ans et que ses professeurs lui demandaient quel était son talent particulier, Logan avait pour habitude d’attraper une mèche de ses cheveux – qui étaient encore plus longs à l’époque – de la glisser sous son nez pour s’en faire une moustache. Il n’était, alors, qu’un petit garçon, mais il avait rapidement compris que cette réponse qui ne satisfaisait pas ses professeurs ne conviendrait certainement pas non plus à ses parents. Après tout, le seul talent de leur fils ne pouvait pas être celui de faire l’andouille en classe. C’était totalement inenvisageable. Ainsi, le petit Logan avait pris ses toutes premières leçons de piano et de chant. Ses mentors disaient de lui qu’il avait une fibre pour la musique, qu’il apprenait rapidement et qu’il avait une voix d’ange. Quoi que mieux pour rassurer des parents inquiets de la réputation de leur progéniture ?

Cependant, si sa sœur avait, elle, continué à coller aux attentes de leurs géniteurs, son petit frère n’eut pas la même destinée. En effet, à l’âge de 10 ans, le petit Logan partait du principe que, pour attirer l’attention sur lui, il lui suffisait de faire n’importe quoi à l’école. C’est ainsi qu’il s’attira les foudres de son professeur de mathématique qui passa la presque totalité de l’année à lui donner des heures de colle. Contre toute attente, ce vieux professeur, metalleux dans l’âme, devint le père spirituel de Logan. Grâce à lui, le jeune homme appris à maîtriser ce merveilleux instrument qu’on appelle guitare et il s’ouvrit à de véritables génies de la musique grunge, du rock et du metal.
La voix angélique du jeune homme, devint, avec les années et la cigarette une voix charmante et rauque à la Shaun Morgan. Chopin et Beethoven fuirent en compagnie de cette chère « Für Elise » laissant place à James Hetfield. La différence pour Logan était que, pour une fois, cette transformation n’était pas une énième stratégie pour attirer les projecteurs vers lui, cette fois, ce qu’il faisait lui plaisait réellement.

Gordon semblait quelque peu mal à l’aise face à Logan. Avait-il peur d’en avoir trop fait ? Logan siffla pour montrer son admiration, ce qui mit certainement encore plus son compagnon dans l’embarras. Pourquoi était-il honteux d’afficher ses compétences ? Logan ne comprenait pas réellement, mais il comprit rapidement en entendant son compagnon que celui-ci essayait de dissiper le malaise en lui proposant de chanter avec lui. Logan hocha la tête, prenant un faux air timide et peu sûr.


Avec plaisir ! En plus, si tu chantes avec moi cela sera peut-être moins terrible ? 

Évidemment, Logan se moquait quelque peu de Gordon à son insu et il espérait que cela ne le fâcherait pas, mais il était désireux de lui montrer qu’il n’était pas quelqu’un du style à se prendre la tête et à tout prendre au sérieux. Du moins, c’était l’image qu’il voulait donner de lui aux autres.

Le roux cessa de se laisser distraire par ses pensées et enchaina sur un slide pour suivre Gordon lors de sa transition. Il commença à chanter, lui aussi, forçant sa voix pour donner l’impression d’une chouette sous extasy qui ulule. Il dut se retenir très fort, mordant l’intérieur de ses joues entre chaque phrase pour ne pas éclater de rire.
Finalement, lorsqu’il décida qu’il avait suffisamment torturé Gordy, il reprit sa voix « normale », révélant sa tonalité rauque et plutôt agréable à l’oreille. Il adressa un sourire amusé à son collègue, enchainant comme si rien ne s’était passé. Finalement, lorsque l’opportunité se présenta, il partit pour un petit solo à base de sustain visant à faire vibrer et durer certaines notes, il monta peu à peu dans les aigus usant de Hammer, laissant finalement la dernière note de son solo vibrer et s’éteindre doucement enchainant ensuite avec les accords de base composant la mélodie. Il posa ensuite son regard sur Gordy, plissant les yeux et lui tirant la langue certainement pour s’amuser de lui gentiment.

Lorsque la mélodie s’évanouit entre les deux instruments, signe que la musique touchait à sa fin, Logan attrapa sa bière, déversant un flot libérateur dans sa gorge. Il ne pouvait pas dire que sa prestation vocale l’avait mis à mal, mais c’était une bonne excuse pour boire de la bière. Il attrapa ensuite une nouvelle cigarette qu’il s’alluma avant de faire quelques accords aléatoirement.


Dis voir, on dirait que tu es le beau gosse de ces dames ! Qui était cette demoiselle qui t'a déclarer son amour à la fête ? Une groupie ?


Logan ne savait pas réellement faire preuve de finesse. En fait, il était tellement curieux de tout que cela l’amenait souvent à mettre les pieds dans le plat. Seulement, il savait maintenant de Gordon qu’il était un merveilleux musicien, un mélomane ! Que pouvait-il apprendre d’autres sur lui ? Après tout, quelqu’un qui parvenait à se dépatouiller aussi bien pour avoir de l’alcool et qui possédait de si bons goûts musicaux devait être quelqu’un digne d’être connu.
Cependant, vu la tête de Gordon, il y avait peut-être été un peu fort cette fois. Logan s'empressa d'ajouter, d'un air décontracté :


Si cette question te gêne, tu pourras toujours me rendre la pareil en me demandant quelque chose d'embarrassant, tu sais ?
©linus pour Epicode

Revenir en haut Aller en bas
Gordon Sherman
Absence longue durée
avatar
Masculin
Messages : 615
Né(e) le : 07/07/2000
Date d'inscription : 27/01/2017
Age : 17
Niveau d'études/Métier : ISS - Troisième année
Situation amoureuse : Célibataire
Nationalité : Australien
Commentaires/Citations : F7DA19 est ma couleur! Venez danser avec moi!
Voir le profil de l'utilisateur

Ven 17 Mar - 22:34
La prohibition

Dark Necessities - Red Hot Chili Pepper
Avec Logan o/

« Avec plaisir ! En plus, si tu chantes avec moi cela sera peut-être moins terrible ? »

Moins terrible ? Comment ça ? Il n’était sûrement pas si mauvais que ça… Beaucoup de gens se déprécient simplement parce qu’ils ont peur du regard des autres, ce que je trouve toujours un peu dommage. Je n’ai aucune idée du cas de Logan, mais je vais bien voir, j’imagine ! Après tout, je vois déjà qu’il est bon à la guitare, il sait très certainement faire deux-trois trucs à la voix. Bon, ce n’est pas systématique, mais les musiciens savent – globalement – à peu près chanter. Et puis, s’il a l’habitude de chanter sous la douche, il sait sûrement suivre une chanson. On ne le dit pas assez, mais le meilleur entrainement, c’est de chanter très souvent. Et la douche, et bah… c’est quand même plutôt souvent.

Notre refrain commence, et j’entends enfin le chant de mon partenaire. Le… chant ? Je ne sais pas exactement ce qu’il essaye de faire comme effet, mais j’ai plutôt l’impression d’écouter quelqu’un se faire marcher sur le pieds, ou pire : frapper dans les couilles. En bref, ce n’est pas spécialement glorieux. Je continue à chanter avec lui, le visage imperturbable, tout de même content d’avoir trouvé un partenaire musicien. Guitariste. Restons sur la guitare. Ah… je ne sais pas comment je vais faire pour lui dire que, quand il chante, les criquets se suicident. J’espère qu’il n’est pas trop fie…

Woh.

D’un coup, sa voix change complètement. Cette fois, c’est bien plus agréable, bien plus rock, bien plus naturel. Une voix de fumeur, ça, c’est certain, et qui respecte beaucoup plus le style de la chanson. Enfin… qui respecterait bien plus le style de n’importe quelle chanson, à part peut-être un chant sacrificiel Inuit. Surpris par ce changement radical, je lève la tête vers mon collègue, qui fait comme si de rien n’était, si ce n’est qu’il porte un petit sourire amusé sur les lèvres. Ah… un farceur, hein ? Honnêtement, c’était bien joué ! Je ne m’y étais absolument pas attendu, et le voir se foutre de moi aussi facilement me fait bien rire aussi. D’ailleurs, je rigole lorsque nous arrivons à la fin du refrain, le laissant enchaîner sur solo dûment mérité.

Un solo très agréable, d’ailleurs. Parfaitement en accord avec la chanson, pas trop long ni trop court, mais transportant l’auditeur aussi facilement qu’une crue du Nil. Logan me rejoins alors sur la mélodie de base, et d’un accord commun tacite, nous terminons cette petite variation du morceau des Red Hot, tranquillement, sans explosion finale. Très clairement, le guitariste est fier de sa blague – et il peut l’être ! Après tout, j’y ai vraiment cru pendant un moment. Une fois les mains libérées de leur carcan, il descend une bonne partie de sa bière et s’allume une cigarette. La voix de fumeur, donc… Une fois à nouveau en pleine possession de ses moyens, il se remet à jouer quelques accords, de toute évidence improvisant au fil de ses pensées. Je le laisse faire et savoure les sons qu’il émet, sans pour autant m’interposer.

« Dis voir, on dirait que tu es le beau gosse de ces dames ! Qui était cette demoiselle qui t'a déclaré son amour à la fête ? Une groupie ? »

Tina.

Je sens mon air joyeux disparaitre de mon visage, des sueurs froides coulant immédiatement dans mon dos. 4’33… brrr. Vraiment, elle me terrorise. Je me demande bien comment elle peut faire pour vivre sans être liée à la musique… J’espère seulement que je réussirais un jour à la faire réagir, à lui faire prendre vie en quelque sorte. Reste à savoir si c’est seulement possible…

« Si cette question te gêne, tu pourras toujours me rendre la pareil en me demandant quelque chose d'embarrassant, tu sais ? »

« Ce n’est pas embarrassant. »

Ma voix et mon regard sont on ne peut plus sérieux. Je lève la tête vers le ciel étoilé, perdu dans un monde lointain. L’univers de la musique. Cette soirée est, pour nous deux, l’occasion de jouer avec nos instruments : il ne me reste plus qu’à conter l’incroyable épopée de ma relation avec Tina. Mes doigts se mettent à jouer un rythme pesant et guerrier, parfait pour le récit de ce terrible combat.

« Tina. Elle est élève en Potion.
Tina. L’avatar de la destruction.
4’33. Est le nom sous lequel je la connais…
…car de la musique elle est délaissée.

Tina. Sincèrement elle me terrifie.
Tina. Mais de mes peurs je dois faire fi.
4’33. Je dois pouvoir me montrer fort…
…pour la ramener d’entre les morts.

Emotions et sentiments,
Tina a toujours vécu sans.
Son cœur est vide comme sa voix…

Tina. C’est ma mission de la sauver.
Tina. Bien qu’elle aime me terrifier.
4’33. A chaque fois qu’elle s’approche de moi…
…je commence à perdre la foi.

Tina. Est prisonnière de sa condition.
Tina. Et alors je veux prendre action.
4’33. Mais peu importe ce que je fasse…
…d’un mot tous mes espoirs s’effacent.

Face au 4’33. »


J’arrête la musique abruptement avant de fermer les yeux en soupirant. Je pense que j’ai plutôt bien exprimé mes sentiments contradictoires… après tout, j’aimerais beaucoup aider cette pauvre fille coincée loin de toute émotion, n’ayant aucun accès possible à la musique, pourtant essence de chaque chose, mais sa simple présence me terrifie. A chaque fois, c’est une épreuve, un aperçu de la mort ; et on ne s’y habitue jamais. Dans sa voix, dans ses yeux s’ouvre un vide sans fond où j’ai toujours l’impression de tomber, sans fin, dans un silence absolu. Un silence de mort.

J’espère que Logan aura compris ce que je voulais dire avec ma petite épopée…
© Bell



HRP : je t’aurai bien fait un petit cover de Crom comme je l’avais fait pour Epheris, mais je ne pense pas qu’il y ait de version instrumentale de cette chanson où que ce soit, et je ne sais pas jouer de guitare ou de basse, et de toute façon il est 22h quand j’écris ça donc bon… x) Bref, je ferais peut-être un cover rigolo pour faire chier la sympathique Tina, avec l’aide d’un de mes amis, et en faisant une version étendue maaaaais d’ici là, il faudra se contenter de ces quelques paroles. ^^



Merci Raven :D :D :D

Mais quel membre actif!:
 

J'ai dit, mais quel membre actif!:
 

J'AI DIT...:
 
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» La prohibition
» Des textes ou tableaux en lien avec la Prohibition?
» Panne de feux
» Drogues, quelles sont les meilleurs mesures : la légalisation, ou la prohibition.
» Les empêchements.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Institution Indarë :: Hors-jeu :: Archives-
Sauter vers: