À droite, l'école et ses élèves normaux, comme tout le monde.À gauche, le centre de redressement pour jeunes dangereux.Maintenant réunis, pour le pire.
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



Votez pour le forum

~ Étendez l'expérience ~
Venez voter pour votre rp préféré du mois d'Octobre
C'est l'heure de se déguiser, de s'immerger dans un monde de magie pour Halloween. Ca vous intéresse ?

 :: Hors-jeu :: Archives :: Anciennes présentations Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

"Say something meaningful, say what you're trying to hide" - Logan O'Connor

Logan
Invité
avatar

Lun 27 Fév - 23:22
Logan
Logan O'Connor
Ancien membre
Logan O'Connor
Surnom(s) : Gaga ou Lolo (autant dire qu'il n'apprécie pas spécialement celui-ci)
Âge : 17 ans
Date de naissance : 04.01.2000

Lieu de naissance : Glasgow
Nationalité : Ecossais
Orientation sexuelle : Hétérosexuel

Classe : 3ème année
Groupe : Forge
Raison : Logan s'est vu privé de sa liberté à cause de violences extrême envers des pairs, ainsi que de consommation et de vente de produits illicites.
Caractère

Est-il réellement possible de caractériser quelqu’un et de tout connaître de lui en posant simplement une poignée de mots sur papiers ? Est-ce que la condition humaine n’est pas trop complexe pour cela ? Enfin, je veux bien vous faire plaisir et essayer de vous expliquer ce que je suis. Après tout, vous êtes là pour ça et je m’en voudrais de vous faire perdre votre temps.

Je n’aime pas parler de moi, mais je sais que les autres aiment bien ça. On devrait les laisser s’en charger, non ? Après mon arrestation, la plupart des gens de mon quartier se sont penchés sur mon cas. Personne n’en avait que faire du jeune homme que j’avais pu être avant. En fait le garçon empathique qui pouvait rester des heures à écouter les autres – mêmes de sinistres inconnus – parler de leur vie et de leurs problèmes afin de les aider à trouver des solutions… Non, tout cela était sans intérêt aucun. Tout ce qui importait c’était ça, une petite abréviation de trois lettres : TEI ou trouble explosif intermittent. Ouais. C’était plus palpitant de dire aux voisins que le rouquin d’à côté ne savait pas gérer sa colère et qu’il pouvait devenir violent  de manière complètement disproportionnée. En même temps, je ne peux pas leur donner tort. Oui, la colère est quelque chose que je n’ai jamais su gérer. En fait, l’hypocrisie, l’injustice et le mensonge ont le don de me mettre en colère et je pourrais tout à fait me mettre à vous tabasser parce que vous m’avez menti sur quelque chose de ridicule comme, par exemple, sur vos sentiments à mon égard. Ce que les journaux disaient, c’était que je perdais complètement le contrôle durant ces épisodes de rages et que je pouvais ressentir un certain plaisir à infliger la souffrance. Ce dont ils n’ont jamais parlé, en revanche, c’était de la culpabilité que je ressentais systématiquement après ces épisodes de violence. Cette culpabilité qui me faisait me rouler en boule dans mon lit, pleurer et trembler d’effroi face à ce que j’étais.

J’ai essayé de changer les choses. Je ne voulais pas rester le monstre qui n’avait jamais su contrôler sa colère. J’ai toujours lutté pour montrer ce que j’étais d’autre : un gars social et créatif, qui aime passer du temps avec les autres, jouer de la guitare et qui passe des heures à dessiner dans l’espoir de devenir tatoueur.  Non, ce n’était pas parce que j’avais besoin de passer beaucoup de temps seul pour me vider la tête que je ne pouvais pas être sociable et apprécier de faire la fête !
Pour changer les choses, je n’avais pas de très nombreuses solutions. Ma gestion de mes émotions était catastrophique et une vie sociale implique obligatoirement des émotions et, souvent de la colère. J’ai bien essayé le sport. Je fais de la boxe aussi souvent que possible. Cela me permettait de me défouler, d’essayer d’apprendre à retenir mes coups. C’est aussi devenu un moyen de me faire mal et de me punir pour toutes ces fois où je ne parvenais pas à rester calme et juste normal.

Le sport, c’était sympathique, mais cela ne marchait pas vraiment. Ce qui marchait, en revanche, c’était le cannabis. Alors oui, ce n’était pas la joie de passer pour le drogué de service, mais les autres m’appréciaient certainement mieux comme ça. Après tout, j’étais le Logan normal. Je ne m’énervais pas, je n’étais pas stressé… C’était la solution idéale. En plus, j’avais trouvé la magouille idéale pour m’en procurer. J’en vendais pour un ami à moi et, en échange, il me filait une partie gratuitement. Je savais bien que c’était illégal, mais cela en valait la peine.

Pour ce qui est de ses relations avec les autres. Il arrive plus ou moins à maintenir des relations saines avec ses pairs, même s'il est un peu perdu dès qu'une relation devient un peu plus profonde. Il est encore en plein apprentissage au niveau relationnel. Il se méfie beaucoup des femmes, surtout quand un enjeux amoureux est impliqué. De plus, il n'est pas habitué à l'affection. Il peut se sentir mal à l'aise si on lui fait un câlin et prendre une couleur rougeâtre si on est trop affectueux avec lui.

Physique

Yeux : Bruns avec des éclats dorés
Cheveux : D'un roux tellement intense, qu'on dirait qu'ils sont rouges
Taille : 1 mètre 89
Poids : 75 kilos
Corpulence : Svelte
Vêtements et/ou style : Mon look est inspiré du grunge. En fait, je ne cherche pas vraiment à suivre la mode et je passe mon temps dans des jeans et des sweat-shirts ou des t-shirts noirs qui sont à l'effigie de mes groupes préférés ou qui restent très sobres. Je me balade presque tous les jours avec mon blouson en cuir. Néanmoins, si la situation l'impose, je peux faire d'immense efforts et me transformer en "joli garçon".
Signe distinctif : Logan a un tatouage tribal sur le haut du dos.
Autre chose ? Ce jeune homme fume depuis l'âge de ses 14 ans. Vous le croiserez donc souvent une cigarette à la main.

Me décrire physiquement ? Donc en plus d'avoir un dossier complet sur toutes les frasques que j'ai pu connaître pendant l'intégralité de ma jeunesse, vous voulez que je vous donne l'occasion de pouvoir me reconnaître dans la rue ?

Très bien, pas la peine de se montrer si agressif… Eh bien… Disons que la première chose que vous noterez sûrement en me voyant, c'est que je suis plutôt quelqu'un d'équilibré. Je pèse un poids idéal pour ma taille qui est plutôt… imposante, en fait.  Il faut dire quand on fait un mètre quatre-vingt-neuf, on ne  passe pas vraiment inaperçu, je vous l'accorde. Par contre, je ne peux pas vraiment vous expliquer d'où ma grande taille me vient. Ma mère était une vraie naine et mon père ne la dépassait que d'un ou deux centimètres. Puisqu'on en est sur le délicat sujet des parents. Il faut aussi que je vous dise que j'ai toujours su comment les rendre complètement dingues. En fait, je crois que le tatouage que je me suis fait faire à 14 ans n'a pas vraiment arrangé les choses…  mais bon, si j'avais été créé pour satisfaire les désirs de mes parents en devenant le fils parfait, les choses auraient été bien différentes aujourd'hui, n'est-ce pas ?

Bref, arrêtons les dégâts et passons à mon faciès. J'ai hérité  de la chevelure flamboyante de ma mère et je me retrouve donc avec une crinière rouge. Mes cheveux sont donc mi-longs et sont coiffés en bataille. Oui, j'ai déjà sérieusement pensé à passer un casting pour jouer Simba du Roi Lion, mais, allez savoir pourquoi, cela ne s'est jamais fait ! J'ai au moins hérité une chose de mon cher père : ses yeux. Bruns, sans aucune originalité. Un peu comme lui en fait. Enfin, cela me sert à voir, donc on ne va pas cracher dessus, n'est-ce pas ?


Histoire

Deuxième enfant du PDG d'une grande entreprise informatique et d'un mannequin réputé autant par sa beauté que pour son tempérament de feu, j'avais tout en main pour vivre une belle vie. Cela explique certainement pourquoi j'ai toujours eu cette impression de cheminer, dans la vie, sur une base solide, mais de pouvoir tout à fait chuter en m'approchant trop du vide.

Mes parents n'étaient pas très présents. Ils avaient tout deux de quoi faire dans la vie et faire deux enfants avait certainement été leur manière à eux de rendre leur vie encore plus parfaite en apparence. Cependant, s'ils avaient été nominés, ils n'auraient clairement jamais reçu l'oscar des parents de l'année. Ma mère, belle et flamboyante, nous avait pondus, ma sœur et moi, avant de nous poser directement dans les bras de nos nounous respectives. Elle s'était ensuite envolée, dans son jet privé, vers d'autres horizons pour garantir sa carrière au niveau international. Heureusement, elle pensait à revenir pour passer Noël en compagnie de sa famille et, surtout, des nombreux actionnaires de l'entreprise de mon père. Ce dernier n'excellait, d'ailleurs, pas tellement plus qu'elle dans le rôle de parent. Il passait le plus clair de son temps au travail  ou en compagnie de ses nombreuses maîtresses… Comme quoi, quand on est un éternel insatisfait, on a beau se montrer au bras de la plus belle femme du monde, on reste le même.

On ne peut pas vraiment dire que mes parents m’ont manqué. Cependant, lorsque j’étais petit et que les premières crises de colères sont apparues, on a posé l’hypothèse que tout cela était lié à l’absence quasi permanente de mes géniteurs. Les nounous pensaient que les hurlements que je poussais et que les coups que je donnais avec mes petits points contre le mobilier et, plus rarement, contre elles, étaient ma façon à moi de montrer au monde et à mes parents que j’existais. Etant donné ma situation actuelle, vous vous doutez certainement que cela n’a pas fonctionné. En effet, mes parents considérant cela comme des caprices demandèrent au personnel de maison de ne pas leur parler de mes exploits et de se contenter de remplacer les meubles abimés sans me porter la moindre attention. Cela passerait certainement ainsi !

Les années passèrent et j’étais devenu le fils à papa qui ne peut pas s’empêcher de piquer une colère pour tout et n’importe quoi. Heureusement, l’argent a tant de pouvoirs merveilleux. Les amis que j’avais à cette époque ne restaient mes amis que par le paiement que mes parents versaient  dès que je dépassais les limites. Ainsi, je pensais avoir les meilleurs amis du monde. Fidèles et compréhensifs. Ils ne me laissaient pas et essayaient d’être là pour moi, malgré mes « sautes d’humeur » parfois difficiles à vivre pour eux. Quelle belle illusion ! C’était pareil pour l’école. Si mes parents n’avaient pas versé de nombreux pots de vin à la directrice, mon parcours scolaire aurait certainement été moins long.

Finalement, je m'en sortais plutôt bien aux yeux de mes parents. Je cassais, ils réparaient. Ils ne furent que plus heureux lorsqu'ils n'eurent plus rien à payer pour moi. Ils ne se sont pas demandés d'où venait ce miracle. Ce qu'ils ne savaient pas, c'est que je vivais ma vie de tous les jours plus difficilement qu'eux. Je m'en voulais et, surtout, je ne comprenais pas quel était mon problème. Tout le monde avait des émotions, ils les vivaient tous différemment, mais ils les géraient. Pas moi. Heureusement, lors d'une fête d'étudiant, mon salut arriva enfin : Zac. C'était un pauvre gars. Il avait un style étrange et peu de personnes traînaient avec lui à l'école, mais, paradoxalement, c'était lui qui allait me sauver la vie.

Mon premier joint fut comme une délivrance. Mes émotions et, surtout, la colère se détachaient complètement de mon corps. Plus rien de négatif ne m'atteignait, plus rien ne me faisait du mal. J'arrivais enfin à vivre des relations saines avec les autres. Je pouvais rire de moi, des autres, ignorer des insultes et rester serein quoi qu'il arrive.

Bientôt, j'étais devenu complètement accro. Cependant, je ne pouvais plus payer Zac. L'argent ne manquait pas, bien sûr, mais mes dépenses devenaient suspectes pour le banquier de mes parents. Pris de panique à l'idée de perdre mon unique soulagement, j'avais immédiatement dit oui lorsque Zac m'avait proposé de vendre pour lui en échange de cannabis gratuit. Vous vous doutez certainement que ce n'est pas la décision la plus intelligente que j'ai pris de ma vie. En fait, mon esprit embrouillé n'avait pas vu qu'en étant le fils de deux célébrités tels que mes parents, je ne pouvais pas vendre du cannabis et que cela passe inaperçu. Cette histoire remonta aux oreilles de mes géniteurs qui, effrayés pour l'image que je donnais à la famille, décidèrent d'agir et de m'envoyer en cure afin d'éviter la honte d'avoir un fils en maison de redressement.



C'était voué à l'échec. L'équipe médicale, informée uniquement de ma dépendance au cannabis et pas de mes troubles psychiques, ne pouvait pas m'aider. J'avais trop de liberté et c'est comme cela que tout arriva.

La cure n'avait eu de positif que de me faire rencontrer une charmante jeune fille : Grace. Elle était petite, blonde et adorable. Elle m'appréciait et passait énormément de temps avec moi, me soutenant quand l'abstinence devenait trop dure… Enfin, mes sentiments pour elle étaient confus. Je n'avais jamais été amoureux avant et je n'étais pas au courant qu'il était possible de porter autant d'amour à une seule personne. Malheureusement pour elle, elle ne partageait pas mes sentiments. C'était des mensonges. Elle mentait. Je voyais dans ses yeux, lorsqu'elle me regardait, que quelque chose s'y passait. Cela ne pouvait pas être de la simple amitié, comme elle l'affirmait. Elle mentait et elle a osé me tromper avec ce garçon. Ce type ridicule qui venait lui rendre visite tous les soirs à la clinique et qu'il déposait tendrement un immonde baiser sur ses lèvres.

Un jour, cette vision devint insupportable. J'avais senti la chaleur monter, mes poings se serrer. J'avais poussé la porte de sa chambre et mon poing s'était abattu sur le visage de ce gars une fois, deux fois… Mes oreilles bourdonnaient et j'entendais à peine les hurlements de Grace. Quand cet idiot fut hors d'état de nuire, je m'étais tourné vers elle et avait passé ma main sur sa joue, lui chuchotant de cesser de se voiler la face et de m'avouer ses réels sentiments.

« Ne me touche pas ! Tu n'es qu'un monstre. Je te hais ! »





Après que la police soit venue me chercher chez moi en pleine nuit, réveillant, par la même occasion, la moitié du quartier, la presse s’est emparée de mon cas. Tout le monde voulait, en se levant le matin et en dégustant un copieux petit déjeuner, ouvrir son journal et tomber sur une photo de ma tête soulignée par trois mots simples : Toxicomane Dangereux Attrapé.
Ouais, moi, le fils à papa, j’étais devenu une star dans mon quartier. Tout le monde se fichait de savoir qui Rihanna avait sauté pendant la Fashion Week. Maintenant, on voulait savoir pourquoi ce gars pourtant voué à un bel avenir finissait en maison de redressement.  Pourquoi avait-il sombré dans la drogue ? Était-ce cela qui l’avait poussé à tabasser une jeune femme et son fiancé ? Certains racontent qu’il riait aux éclats quand il a pris une chaise avant de l’écraser sur la demoiselle…

Plus personne ne pouvait le nier maintenant. Tout le monde connaissait ma vraie nature. Mes parents ne pouvaient plus étouffer l’affaire et mon placement en maison de redressement était inévitable.

Un peu de vous

Prénom/Pseudo : Sayuri
Age : 20 ans !
Tu nous viens d'où ? : Un partenaire de je ne sais plus où >.<
Un commentaire ? : Ce forum a vraiment l'air sympathique *-* J'ai hâte de pouvoir rp avec vous !



Dernière édition par Logan O'Connor le Mar 28 Fév - 0:13, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Gordon Sherman
Absence longue durée
avatar
Masculin
Messages : 615
Né(e) le : 07/07/2000
Date d'inscription : 27/01/2017
Age : 17
Niveau d'études/Métier : ISS - Troisième année
Situation amoureuse : Célibataire
Nationalité : Australien
Commentaires/Citations : F7DA19 est ma couleur! Venez danser avec moi!
Voir le profil de l'utilisateur

Lun 27 Fév - 23:29
Bienvenuuuuuuuuuuuue! :D
Je vous aime bien, vous les Forges, vous êtes tous des gentils en vrai.
Hâte de pouvoir RP avec toi aussi o/



Merci Raven :D :D :D

Mais quel membre actif!:
 

J'ai dit, mais quel membre actif!:
 

J'AI DIT...:
 
Revenir en haut Aller en bas
Logan
Invité
avatar

Lun 27 Fév - 23:32
Logan
Logan O'Connor
Ancien membre
Merci :pillow2:
Hahaha, disons sympathique, mais potentiellement dangereux :P :roll:
Revenir en haut Aller en bas
Sylvia Zoltar
IRS |:| Troisième année
avatar
Féminin
Messages : 64
Date d'inscription : 23/02/2017
Niveau d'études/Métier : Elève de seconde année
Situation amoureuse : Celibataire
Voir le profil de l'utilisateur
http://indare-division.forumactif.com/t269-voici-une-nouvelle-sylvia-termine

Lun 27 Fév - 23:56
ouais, comme moi quoi XD

Bienvenue à toi



Revenir en haut Aller en bas
Kira Mitchell
Absence longue durée
avatar
Féminin
Messages : 73
Né(e) le : 31/10/2000
Date d'inscription : 15/02/2017
Age : 16
Niveau d'études/Métier : 3ème année
Situation amoureuse : Célibataire :p
Nationalité : Anglo-Américaine
Commentaires/Citations : The most dangerous of weapons is the smile of a virgin...~
Voir le profil de l'utilisateur
http://indare-division.forumactif.com/t224-et-un-et-deux-et-trois-action

Mar 28 Fév - 0:54
Bienvenu à toi jeune forge ! :fire:



Revenir en haut Aller en bas
Logan
Invité
avatar

Mar 28 Fév - 1:20
Logan
Logan O'Connor
Ancien membre
Merci les filles :D
Revenir en haut Aller en bas
Martel Ed'Ruecus
PNJ |:| Directrice
avatar
Féminin
Messages : 528
Né(e) le : 12/09/1981
Date d'inscription : 12/11/2016
Age : 36
Niveau d'études/Métier : Directrice d'Indarë
Situation amoureuse : Veuve
Nationalité : Britannique (origine Allemande)
Voir le profil de l'utilisateur
http://indare-division.forumactif.com http://indare-division.forumactif.com/t24-pnj-martel-ed-ruecus

Mar 28 Fév - 15:19
Bienvenue dans le programme de réinsertion Forge, cher élève.
Vous êtes officiellement admis dans notre établissement pour purger votre peine, soigner votre dépendance et apprendre à contrôler votre trouble psychologique.

Voici les règles spécifiques qui s'appliquent à ton personnage, en plus du règlement de l'école :
- Placement en résidence surveillée
- Autorisation de fumer dans la cour de l'école, mais il devra se procurer ses cigarettes auprès de l'administration pour s'assurer de leur composition
- Ses affaires seront fouillées quotidiennement à l'entrée et à la sortie de l'école et de sa résidence pour s'assurer de l'absence de substances illicites
- Obligation de rendez-vous deux fois par semaine avec un psychiatre de l'établissement.
- Interdiction de quitter l'établissement hors sorties scolaires, ou uniquement sous surveillance.


Voici les liens qui te seront utiles pour tes premiers pas sur le forum :
Listings, pour les classes, les chambres et l'avatar
Suivi psychologique et dossier scolaire, pour tenir compte des notes, éventuelles punitions, soins et autres choses affectant le parcours scolaire de ton personnage (et pour mettre tes bulletins de note de première année si tu as envie)
Demandes de rp (faut bien commencer)
Friendships & Adventures, pour répertorier tes rps et tes relations
Internet & sms, si tu veux créer un compte S'Peach ou un téléphone
N'oublie d'ajouter le lien vers ta présentation à ton profil.

J'espère que tu te plairas dans notre école et que nous saurons t'aider à surtmonter ton trouble et à te réintégrer dans notre société,
Martel Ed'Ruecus, directrice de l'IRS
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» O CONNOR (Arthur) Général de division
» Panne de feux
» docteur jekyll et mister hyde les personnalités cachées
» Hide and Seek
» Des armes de la famille "de Grouchy".

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Institution Indarë :: Hors-jeu :: Archives :: Anciennes présentations-
Sauter vers: