À droite, l'école et ses élèves normaux, comme tout le monde.À gauche, le centre de redressement pour jeunes dangereux.Maintenant réunis, pour le pire.
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



Votez pour le forum

~ Étendez l'expérience ~

 :: Hors-jeu :: Rps abandonnés Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

La nuit il fait noir. [beaucoup trop de fou]

Tina Claw
Membre absent
avatar
Féminin
Messages : 103
Né(e) le : 13/01/2000
Date d'inscription : 26/01/2017
Age : 17
Niveau d'études/Métier : 3 ème année
Situation amoureuse : waifu squad ♥
Nationalité : Canadienne
Commentaires/Citations : Row row fight the powa !
Voir le profil de l'utilisateur
http://indare-division.forumactif.com/t163-une-simple-poupee-de-cristal-finis#1146

Ven 10 Fév - 22:46


imgrp
La nuit il fait noir. +Des fous.
Il était presque minuit quand Tina sortit de sa chambre de dortoir. Elle avait pris soin de ne pas réveiller ses camarades de chambres, déjà bien endormie, et avait tranquillement préparé ses affaires. La jeune demoiselle était presque impatiente de cette nuit, qui serait le lieux parfait pour tester les nouveaux jouet qu'elle avait acheté. Evidemment, elle avait pris soin de faire venir d'autres personnes avec elle, jamais la demoiselle ne s'exposerait au danger seule, et puis, elle avait besoin de cobaye. La jeune fille avait d'ailleurs pris soin d'inviter que des nouveaux élèves, qui, ne connaissant pas grand monde, ne risquerait pas de parler de cette soirée à qui que ce soit. Le tout était qu'ils ne se fassent pas prendre lorsqu'ils viendraient ici et repartiraient, le cas contraire serait un peu contraignant. Tina avait d'ailleurs choisit minutieusement ses victimes, une jeune fille bien trop étincelante et débordante de vie du nom de Lua, qui avait eu en bonus un bonbon, au vu de son allure de petite fille ça la motiverait plus à venir, tandis que les deux autres étaient respectivement un nouveau fraîchement arrivé nommé Michael et le seul autre individu à qui elle ai parlé, Gordon.

La jeune résidente arrivait en bas des escalier, il faisait assez noir d'ailleurs, ce qui en soit n'était pas particulièrement dérangeant si ce n'était pour descendre ces foutus marches interminable. Tina zieuta à droite, puis à gauche, et, ne voyant personne, fonça vers la cafétéria tout en faisant le moins de bruit possible. Il était tout pile 23h47 et il ne restait que 13 minutes avant l'arrivé des trois autres, ce qui laissait parfaitement le temps à la jeune fille de toute installé minutieusement. Elle sortit tout d'abord 6 bougies, qu'elle disposa en deux étoiles imbriquées, puis relia les bougies en traçant sur le sol avec une craies les formes des dites étoiles. Une fois cela fait, Tina sortit la table de ouija qu'elle avait plié pour faire rentrer dans son sac, et la posa au centre du tout, sortant par la même occasion un pendentif et un petit bout de bois qu'elle posa sur cette table. La jeune demoiselle sortit finalement des allumettes, avec lesquelles elle alluma les bougies, ainsi que deux cadenas, dont elle se servirait pour verrouiller les portes une fois les "invités" arrivé.
Une première personne entra, simple silhouette dans la pièce sombre, puis une deuxième et enfin la troisième. Profitant de la stupeur des individus, Tina cadenassa les entré, empêchant ainsi toute fuite et sortit de l'ombre, observant les trois individus qu'elle avait réunie, son visage glacial et sans émotions les toisant. La demoiselle avait hâte de voir leurs réactions, ça promettait d'être une soirée des plus intéressante.

Mystérious pour Epicode


Dernière édition par Tina Claw le Mer 1 Mar - 18:19, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Gordon Sherman
Absence longue durée
avatar
Masculin
Messages : 615
Né(e) le : 07/07/2000
Date d'inscription : 27/01/2017
Age : 17
Niveau d'études/Métier : ISS - Troisième année
Situation amoureuse : Célibataire
Nationalité : Australien
Commentaires/Citations : F7DA19 est ma couleur! Venez danser avec moi!
Voir le profil de l'utilisateur

Sam 11 Fév - 19:43


C’est une journée tranquille qui avait commencé. Tout allait parfaitement bien, et j’étais certain que rien ne pourrait entamer ma bonne humeur et mon envie de danser. Et puis, Tina est arrivée. Elle avait cet air absent sur son visage, et le monde s’est immobilisé autour de moi alors qu’elle en absorbait tous les sons dans une stupeur mortelle. Sans dire un mot, elle m’a donné un morceau de papier avant de s’éclipser dans la lumière.

La musique reprend. Mais le rythme enjoué qui m’avait suivi depuis mon réveil ne peut se remettre de cette rencontre. Le monde devient de plus en plus gris, morose, les ombres grandissent alors qu’une atroce litanie infernale s’évertue à réveiller les morts. Je regarde, tétanisé, le papier plié en deux que je n’ose ouvrir. Quelle nouvelle horreur peut s’y cacher ? Ma dernière rencontre avec 4’33 s’était plutôt mal passée, et maintenant la voilà qui revient vers moi d’elle-même. C’est fascinant.

Des sueurs froides coulant sur mon dos, j’ouvre le papier, préparé au pire. Les battements de mon cœur s’accélèrent, mais se font plus faibles, comme au bord de la mort. « Rendez-vous à minuit dans la cafétéria. » Et… et c’est tout ? Pas de malédiction ? Pas de menace de mort ? Une seconde. Peut-être que c’est, en effet, une menace de mort – ou plutôt, une invitation à un duel. Je ne peux pas me permettre de me rendre à ce rendez-vous sans m’y être préparé. Je ne peux pas y aller sans armes.

Je prépare donc mon sac après les cours, dans ma chambre, et y glisse l’instrument auquel nul ne peux résister, l’instrument qui me permettrait de me protéger de n’importe quel ennemi, celui qui saura créer une barrière sans faille me permettant de m’échapper. Le glockenspiel se glisse dans mon cartable sans aucun souci. Tout est prêt – il n’y a plus qu’à attendre l’heure demandée. Et c’est ce que je fais. Sans un geste, j’attends sur mon lit que l’heure tourne. Impossible de dormir, mais je prépare mon corps et mon esprit à l’un de leurs plus grands combats, de leurs plus grandes épreuves. Après tout, je fais face, une fois encore, à ma Némésis.

J’aiguise mes sens. Il ne reste que quelques minutes avant minuit, j’en suis sûr. Aucun moyen de le savoir, je suis dans le noir complet, mais j’ai compté chaque seconde depuis que je me suis installé sur mon lit. Il est temps d’y aller. Sans émettre un seul bruit, seulement suivi de la musique oppressante annonciatrice du combat à venir, je me lève et me dirige vers la porte. Mes colocataires ne peuvent pas même sentir mes mouvements – je suis invisible. Je retiens ma respiration quelques secondes et écoute au-delà de la porte. Je pourrais presque entendre les calmes respirations des élèves de la chambre d’en face. Pas un seul bruit de pas : j’ouvre la porte sans ouvrir mes yeux.

Rien de plus facile que de me diriger. Ma mémoire me guide dans le bâtiment, et il me suffit de claquer doucement des doigts lorsque j’ai un doute. La réverbération du son m’indique la taille de l’espace qui m’entoure – autrement dit, si c’est un escalier ou un couloir. J’arrive sans encombre en bas du bâtiment. Enfin, mes paupières se lèvent. Quelques secondes me permettent de m’habituer à les réutiliser ; la lumière qui filtre au travers des quelques fenêtres du couloir me permet d’arriver jusqu’à la porte du réfectoire, et d’en trouver la poignée.

Je ne vois 4’33 nulle part. Aucune idée d’où elle peut être, mais de toute façon, ce qui saute aux yeux en premier lieu, ce sont les bougies au sol. 6 bougies, deux triangles imbriqués, et un petit objet au centre. Très étrange… ça fait très Doom Metal, Black Metal peut-être. La plupart des gens auraient dit que ça n’augurait rien de bon, mais moi, ça me rend extrêmement heureux. Si c’est là, c’est bien que Tina l’y a mis, et donc qu’elle n’est pas si silencieuse que ça au final ! Il existerait bien un peu de musique en elle ! Enfin. Je l’espère, tout du moins.

Sans faire attention à ce qui m’entoure, je m’attelle alors à la délicate tâche de sortir le xylophone de mon sac sans faire de bruit, de peur d’attirer un surveillant, et de le déposer délicatement sur une table, les deux petites baguettes à côté de lui. Mieux vaut rester préparé à toutes éventualités, et avoir un instrument à portée de main est toujours plus sûr dans un combat contre l’inconnu.



Merci Raven :D :D :D

Mais quel membre actif!:
 

J'ai dit, mais quel membre actif!:
 

J'AI DIT...:
 
Revenir en haut Aller en bas
Michael
Invité
avatar

Dim 12 Fév - 22:01
Michael
Michael Crane
Ancien membre
Michael se réveilla assis à son bureau. Enfin, son bureau, le bureau de la chambre. Mais il avait apparemment réussi à en garder une partie. Il pensa naturellement que ce devait être l’œuvre de son gardien... Caleb ? Oui, ça devait être son travail, et non une simple politesse de ses nouveaux colocataires. Maintenant, question numéro deux, que faisait-il assis là ? La dernière chose dont il se souvenait c'était les cours de cet après-midi. Assez gentiment, Caleb et Cosette le laissait assister à ses cours le plus souvent possible, mais le contrôle du corps n'était pas toujours garanti. Ni vraiment contrôlable, songea Michael, mais c'était peut-être juste pour lui, trop faible pour maitriser quoi que se soit ? En tout cas, en regardant l'heure de son téléphone, il devait l'admettre, il avait perdu 4h et demi de sa journée. Les mains tremblantes, il décrocha la caméra du rebord de son uniforme et la brancha à l'ordinateur pour visionner les images en accéléré.

La faim. C'est ça qui avait appelé Cosette. La petite gourmade n'avait pas su résister à l'heure du gouter, et aussitôt le cours fini, elle avait bondi au contrôle pour sortir en sautillant et aller naturellement vers le réfectoire IRS, le plus proche. La petite pris des pains au chocolat avant d'aller dans la cour de récré les déguster. Elle y resta un moment a jouer dehors. C'est la qu'une fille arriva, et discuta avec la petite fille piégée dans le corps de l'étudiant.

Michael ne pouvait pas comprendre ce que Cosette disait avec l'autre fille à cause de l'accélération, mais vu les tressautements de la camera il se doutait qu'elle sautillait. Il avait l'impression qu'elle sautillait souvent. Ça expliquait pourquoi il avait si souvent mal aux genoux. Continuant la vidéo il vit Cosette écrire quelque chose et le glisser dans leur sac. Puis elle monta jusqu'aux dortoirs, se trompa d'étage vu qu'elle était une fille, avant d'arriver à la bonne chambre ou elle joua avec l'un des instruments de Gordon -heureusement qu'il n'y avait pas de son encore une fois- et s'installa enfin au bureau. Michael stoppa la caméra et la remit à sa place sur sa veste. Puisqu'il était là, autant faire ses devoirs... Et voir le papier fait par Cosette. Il le récupéra dans le sac sans problème, il était très froissé et Cosette avait écrit avec des feutres de couleur :

"Coucou Caleb Coucou Mimi♥
Y a une fille gentille qui et venu nous voir penden le gouter, elle s’apele Tina ! Elle est même tro belle ! Elle voulé se fair des amis et même qu'elle nous invite à une fete se soir a minuit, dans la cafet' commune. C'es tro tard pour moi, mais ce seré bien quon ai des amis non ? Si un de vous peu y alé siouplait en plus que j'é promi en plus. Okey ? MERCI ♥♥♥"



Outre les fautes qui donnaient envie à Michael de s'arracher son œil restant -il faudrait peut-être donner quelques leçons d'anglais à Cosette- le jeune homme sentit monter une vague d’angoisse à l'idée d'aller à une fête... Une fête d'étudiants quoi... D'un autre côté s'il n'allait jamais nulle part il ne pourrait pas progresser. Alors après avoir fini ses devoirs et avoir réglé son réveil, il se coucha avec les écouteurs aux oreilles, pour ne pas réveiller les autres.

Quand la musique réveilla Michael, l'écran de son téléphone le laissa voir une silhouette sortir de la pièce. Il éteignit l'appareil et se prépara dans le noir, en regardant les lits comme il pouvait. Sauf erreur, c'était celui de Gordon qui était vide...Ca ferait un visage familier à la fête.Il descendit à son tour sur la pointe des pieds, pouvant parfois voir la silhouette devant lui. Son cœur battait la chamade. Une fois à la cafétéria la première chose qui le détendit fut la lumière rassurante des bougies. Il n'avait pas besoin de beaucoup de lumière pour voir malgré son unique œil, habitué par son année de... captivité. La seconde fut qu'il n'y avait que Gordon devant lui et la silhouette de la fille 'Tina'. Il s'approcha derrière Gordon et bégaya :

-H-Hey ... C'est euh... Ici la p-partie ou q-quelque chose ?... Je..hem... Je suis Michael... Je c-crois q-que tu m'avais...invité ?

Il espérait juste que ce ne soit pas que pour Cosette... Ni que Caleb ferait des siennes. Comme il ne pouvait pas fumer ici il triturait les boutons de son pyjama avec les mains tremblantes.
Revenir en haut Aller en bas
Lua F. Anew
Absence longue durée
avatar
Féminin
Messages : 73
Né(e) le : 01/12/2000
Date d'inscription : 29/01/2017
Age : 17
Niveau d'études/Métier : Troisième année / Idole
Situation amoureuse : Tina ♥ Tina ♥ Et toujours Tina ♥
Nationalité : Anglo-japonaise
Commentaires/Citations : Don't touch me please
Voir le profil de l'utilisateur
http://indare-division.forumactif.com/t175-get-ready-to-die-of-cuteness-overload-termine

Dim 12 Fév - 23:09
La nuit il fait noir.
« Sauvez-moi... »
ANEW Lua F.
CLAW Tina
&
SHERMAN Gordon
CRANE Michael
Minuit, l'heure du crime. Et ça l'était particulièrement aujourd'hui d'ailleurs, Lua avait reçu une invitation étrange. Ce jour là, tout se passait bien, elle passait une journée des plus banales, le quotidien quoi. Puis, une lettre, une invitation à aller dans la cafétéria à minuit accompagnée d'un bonbon. Le fait que ce soit après le couvre-feu, que l'invitation soit carrément louche mettait légèrement en garde la jeune fille, mais... Vous savez, les bonbons sont son point faible, ça l'attire elle n'y peut rien. C'était donc la principale raison pour laquelle elle allait y aller, si quelqu'un était assez gentil pour lui offrir des sucreries il n'y avait aucune raison pour ne pas répondre présente ! Et si c'était une petite fête pour accueillir les nouveaux ? C'était carrément cool, une pyjama party dans la cafétéria ! Manger des gâteaux, écouter de la musique et chanter.

Lua était remplit d'illusions. Elle se préparait tranquillement dans sa chambre avec son plus beau pyjama et les cheveux divisés en deux petites couettes basses. La jeune idole n'avait plus qu'à attendre qu'il soit l'heure pour se dirigier vers la cafétéria, elle avait alors opté pour une petite sieste d'une demi-heure afin de ne pas s'endormir trop tôt à la petite fête ! Petite sieste pas très tranquille. Elle avait fait un cauchemar : des esprits, des bougies partout, un rite satanique, des rires effrayants. Le réveil de sa petite sieste avait été précipité par un fantôme qui avait voulu la pourchasser dans son cauchemar. Elle n'était plus très sûre d'elle, rêve prémonitoire ? Elle espérait que non, personne n'oserait faire une blague pareille voyons !

Le portable à la main pour s'éclairer, la jeune fille était sur la pointe des pieds dans ses petits chaussons roses se dirigeant vers la cafétéria, très alerte de tout ce qu'il l'entourait pour ne pas risquer de se faire attraper ou même qu'on lui fasse peur. A peine arrivée à la cafet, déjà désilusionnée. WHAT THE FUCK WAS HAPPENING ? Des bougies, une étoile super bizarre qu'elle avait vu dans son rêve et d'autres objets étranges posés. Mais dans quoi elle s'était fourrée... Lua remarqua très rapidement qu'elle n'était pas seule, deux garçons de son âge se trouvaient là, ils semblaient eux aussi être invités et un poil déconcertés.

La jeune fille avançait à petits pas, se mordillant la lèvre inférieure pour se rapprocher un peu des présences rassurantes tout en gardant une bonne distance pour ne pas risquer de se jeter sur quelqu'un et donc toucher la personne juste par peur. Des bruits de cadenas. Une sursaut, volte-face de la jeune fille. Quelqu'un les observait et avait fermé les portes. Lua était devenue blanche comme un linge, elle se laissa tomber sur les fesses.

« Je veux partir...  »

Avait-elle dit, faisant tomber son bonbon de sa bouche tellement elle tremblait, elle était déjà sur le point de pleurer. Mais elle se retenait de crier. Qu'est ce qui allait se passer ? Elle ne voulait pas être impliquée dans des choses bizarres et sa poupée paraissait particulièrement effrayante ce soir.



   
Revenir en haut Aller en bas
Tina Claw
Membre absent
avatar
Féminin
Messages : 103
Né(e) le : 13/01/2000
Date d'inscription : 26/01/2017
Age : 17
Niveau d'études/Métier : 3 ème année
Situation amoureuse : waifu squad ♥
Nationalité : Canadienne
Commentaires/Citations : Row row fight the powa !
Voir le profil de l'utilisateur
http://indare-division.forumactif.com/t163-une-simple-poupee-de-cristal-finis#1146

Sam 18 Fév - 20:06




imgrp
La nuit il fait noir. +Des fous.
Ils étaient tous réunis désormais et ne pouvait plus s'échapper, entièrement à la merci de Tina et de son esprit tordu. Cependant, au moins deux semblaient avoir entendu le bruit du cadenas, ce qui n'était pas bon signe. La jeune demoiselle voulait les voir effrayé, tourmenté par ses actions, mais les esprits étaient bien trop réceptif aux individus terrorisé. Elle devait donc trouvé un moyen d'y remédier. La plus petite était tombée au sol, laissant tomber le bonbon qu'elle avait et que Tina avait fournie avec sa lettre,ce qui l'agaçait. Le rituel n'avait même pas encore commencé que l'un d'entre eux manquait déjà de faire un infractus.

-H-Hey ... C'est euh... Ici la p-partie ou q-quelque chose ?... Je..hem... Je suis Michael... Je c-crois q-que tu m'avais...invité ?

C'était le nouveau qu'elle avait invité, presque entièrement dissimulé derrière Gordon. Lui aussi semblait au bord du coma, vraisemblablement Tina ne pourrait rester silencieuse et utiliser son téléphones, elle les perdrait tous définitivement. Elle toussa donc discrètement pour s'éclaircir sa voix, pourtant sans faille et toujours dénuée de ton et d'émotion :

"Oui, c'est bien toi que j'ai invité Michael ne t'en fais pas. Je vous ai rassemblé ici car nous sommes tous nouveau dans cet établissement et j'ai pensé que ce serait.. intéressant de faire un sort de bonne chance ou quelque chose. Pour que l'on passe tous une bonne année et qu'il ne nous arrive rien de mal. Je l'ai trouvé sur internet et c'était stipulé sans danger."

C'était si facile de mentir comme ça. Nul doute qu'ils allaient gober ses paroles et participer d'eux même à tout ça. Il ne restait plus qu'à sortir le dernier élément, qu'elle avait tiré des jeux "corpse party". Un bout de papier en forme d'une petite poupée, indiquant aux trois individus présent de prendre chacun une partie dans leurs mains. Cela fait, Tina sortit son téléphone et écrivit rapidement :

"Ceci est un charme qui nous permet d'être protégé mais aussi d'être lié entre nous, si l'un d'entre vous n'a pas envie de le faire qu'il se manifeste. Il peut arrêter de lire le reste des explications maintenant. Vous devez répéter "Sachiko, i beg of you" autant de fois qu'il y'a de personnes faisant le charme plus encore une fois. Attention le nombre est très important, ne vous trompez pas ou ça ne marchera pas."

Tina rabaissa son téléphone et observa les trois adolescent tour à tour. Allait-il craquer ou la suivre jusqu'au bout ? Telle était la question.

Mystérious pour Epicode


Dernière édition par Tina Claw le Mer 1 Mar - 18:22, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Gordon Sherman
Absence longue durée
avatar
Masculin
Messages : 615
Né(e) le : 07/07/2000
Date d'inscription : 27/01/2017
Age : 17
Niveau d'études/Métier : ISS - Troisième année
Situation amoureuse : Célibataire
Nationalité : Australien
Commentaires/Citations : F7DA19 est ma couleur! Venez danser avec moi!
Voir le profil de l'utilisateur

Sam 18 Fév - 22:55


Avec une extrême délicatesse, je pose enfin le glockenspiel sur la table. Clarifions les choses : je l’ai appelé « xylophone », mais ce n’en est pas un. Il ne s’agit pas du même instrument, ils ne produisent pas les mêmes sons, et je n’avais pas de xylophone sous la main. Uniquement un petit glockenspiel sympathique. De toute façon, un vrai bon xylophone, c’est trop gros pour être mis dans un sac. Enfin, tout ça pour dire que l’instrument était enfin prêt à être utilisé, et toujours dans le plus grand silence, sans que je n’ai produit le moindre bruit. Personne ne saurait que j’étais là.

« H-Hey ... C'est euh... Ici la p-partie ou q-quelque chose ?... Je..hem... Je suis Michael... Je c-crois q-que tu m'avais...invité ? »

J’ai l’impression que ma colonne vertébrale est jouée à la façon dont j’aurai joué ma petite percu. Un frisson glacé me remonte le dos : j’étais tellement focalisé sur mon instrument que je n’avais même pas fait attention à mon environnement. Il y a quelqu’un à côté de moi, et sa voix ne ment pas. Je me souviens de toutes les voix que j’entends. Et, étrangement, mon nouveau colocataire, Michael, était là aussi. Bon, et bien… tant pis pour la discrétion totale. J’imagine qu’on va pouvoir parler, éventuellement faire un peu de bruit avec mon magnifique glockenspiel. Oui, j’en suis très fier.

Je lui pose donc une main sur l’épaule et m’exclame en chuchotant (mais si, vous savez très bien ce que je veux dire) :
« Michael ! Qu’est-ce que tu fais là ? La mystérieuse Tina t’as aussi invitée à cette étrange réunion ? »

A peine fini de dire cela qu’une fille s’approche de nous. Elle est en pyjama, avec des couettes et des chaussons tous mignons. D’ailleurs, c’est probablement ce mot qui la définirait le mieux : mignon. Elle est toute petite, elle a l’air tout gentil, et elle a franchement l’air d’avoir peur. J’espère que ce n’est pas mon glockenspiel qui l’impressionne – après tout, c’est vrai que cet instrument est très particulier.

Un bruit la fait se retourner dans la direction où regardait déjà Michael ; elle tombe à la renverse. « Je veux partir...  » Ha... Ça commence bien… si tout le monde se met à flipper comme ça, on va finir par se rouler par terre comme des nems qui auraient pris vie. Je regarde dans la même direction que mes deux camarades avant de sentir toute la musique être aspirée hors de moi.

4’33.

La voilà, debout devant nous, toujours sans émotions, comme d’habitude. Toujours aussi terrifiante. Craignant pour ma vie, je donne un léger coup sur mon glockenspiel pour faire repartir mon cœur. La musique se remet à jouer alors que Tina s’approche. J’ai du mal à garder assez de concentration pour ne pas céder à son absence de vie, je dois garder les idées claires si je veux voir le soleil se lever demain matin. Et, honnêtement, quand je vois mes deux camarades, j’ai l’impression que ce n’est pas vraiment sur eux que je pourrais compter pour garder le moral à fond… du coup, je ne peux pas me démonter. Je vais devoir prendre sur moi, et afficher un grand sourire, même face à ma Némésis ultime, celle que j’ai juré de vaincre et de ramener du côté de la vie.

« Oui, c'est bien toi que j'ai invité Michael ne t'en fais pas. Je vous ai rassemblé ici car nous sommes tous nouveau dans cet établissement et j'ai pensé que ce serait.. intéressant de faire un sort de bonne chance ou quelque chose. Pour que l'on passe tous une bonne année et qu'il ne nous arrive rien de mal. Je l'ai trouvé sur internet et c'était stipulé sans danger. »

Elle a parlé. De sa voix silencieuse. De sa voix sans timbre. De sa voix absente. Mon sourire a quelques difficultés à se maintenir en place, mais je tiens bon ; si je lâche maintenant, ils vont probablement s’évanouir sur moi, les deux autres. Donc… un sort de bonne chance, hein ? Etrange que 4’33 nous propose ça. Mais bon, après tout, l’ambiance semble bien être celle permettant de faire de la magie, et puis, c’est peut-être bon signe ! Peut-être que Tina est moins loin de la vie que je ne le croyais, finalement !

Elle nous tend un morceau de papier en forme de bonhomme, nous indiquant d’en prendre un morceau, ce que je fais avec un air parfaitement assuré, ravi de pouvoir enfin trouver quelque joie de vivre au sein de cette entité ténébreuse. Elle nous tend son téléphone – on ne peut pas trop lui en demander d’un coup, j’imagine. Il faut bien qu’elle se repose d’avoir autant parlé, elle a probablement dit plus de mots en quelques secondes que dans les trois derniers mois.

« Ceci est un charme qui nous permet d'être protégé mais aussi d'être lié entre nous, si l'un d'entre vous n'a pas envie de le faire qu'il se manifeste. Il peut arrêter de lire le reste des explications maintenant. Vous devez répéter "Sachiko, i beg of you" autant de fois qu'il y'a de personnes faisant le charme plus encore une fois. Attention le nombre est très important, ne vous trompez pas ou ça ne marchera pas. »

Je regarde les deux autres, qui n’ont pas l’air extrêmement rassurés. Si je ne leur parle pas, ils vont probablement mourir dans le silence qu’ils ressentent autour d’eux, il faut bien que je fasse un truc. Je leur souris donc et indique le petit morceau de papier – j’ai hérité d’un bras lors du découpage de la feuille.

« Bon, et bien, allons-y ! Sachiko, i beg of you. Sachiko, i beg of you. Sachiko, i beg of you. Sachiko, i beg of you. Sachiko, i beg of you. »

Je leur fais assez confiance pour qu’ils me suivent et que je ne rate pas le sort en le disant une fois de trop. Aussi bien, s’ils ne disent pas la même chose que moi, je serais absolument maudit pour le reste de l’année et me mettrais à faire des fausses notes. Ou même, pire : à me transformer lentement en 4’33, moi aussi…



Merci Raven :D :D :D

Mais quel membre actif!:
 

J'ai dit, mais quel membre actif!:
 

J'AI DIT...:
 
Revenir en haut Aller en bas
Michael
Invité
avatar

Mer 1 Mar - 18:31
Michael
Michael Crane
Ancien membre


       
La nuit il fait noir
       
Ft. Gordon, Lua et Tina

Michael a tout juste le temps de remarque une autre personne, une petite bouille inconnue dans ses registres, qu'il sent quelque chose de glacé. Son épaule. Il entends de loin la voix de Gordon, sans remarquer les mots. Sans même regarder il se tétanise en reconnaissant le toucher contre son pyjama. Il retient l'envie de hurler malgré la main toujours sur son épaule. Incapable de tenir une seconde de plus, il se sent partir...

Une demi-seconde plus tard, Caleb envoie son poing droit sur la personne la plus proche. Il a de la force, l'Australien, même dans le corps du petit roux. Il donne une large patate, mû par ce réflexe de protection envers Michael. Et il sait viser. Le nez, sur le coté. Jamais cogner un nez de face pour le briser.

Une fois le contact brisé, Caleb prends le temps d’observer où il est et surtout qui est l’agresseur. Un gosse. Il faut un moment pour qu'il le reconnaisse. C'est l'un de leur colocataires, Gordon. Il se souvient bien de lui car il est également Australien... Caleb soupire :

-Putain Gordy, mate. Tu connais pas la règle ? Pas touche au mioche... Bordel, on est où ? Il est quelle heure ? On fout quoi ici, vous devriez être au lit tout les deux.


Et en preuve de bonne foi, il lui tends un mouchoir. Ils ont toujours un paquet dans la poche, pour Cosette ou les victimes impromptues de Caleb, comme le tit blond. Et d'ailleurs ce n'est pas lui qui réponds à sa question, mais une autre gamine. Celle là c'est sûr, il ne l'a jamais vu. Elle s'adresse à Michael, logique si personne ne lui a parlé de Caleb. Un sort de chance ? Caleb ne croyais pas à ces conneries. La chance le hasard, la magie... Un ramassis d’âneries. Seul l'entrainement personnel et la détermination compte. Il a bien envie de faire demi-tour, et partir en mode "Fuck dis shit i'm out". Mais Il continue d'écouter comment le "charme" fonctionne. Ou plutôt de lire.

« Ceci est un charme qui nous permet d'être protégé mais aussi d'être lié entre nous, si l'un d'entre vous n'a pas envie de le faire qu'il se manifeste. Il peut arrêter de lire le reste des explications maintenant. Vous devez répéter "Sachiko, i beg of you" autant de fois qu'il y'a de personnes faisant le charme plus encore une fois. Attention le nombre est très important, ne vous trompez pas ou ça ne marchera pas. »

Pourquoi diable elle écrivait ? Et donc le nombre était important. Galère. Caleb attache ses cheveux avec un élastique, pour dégager sa vue, et prendre le temps de réfléchir. Cosette devait croire à la magie. Michael, aucune diable idée.

Il regarda les deux fillettes et Gordy qui avait déjà pris le bout de papier. Ils voulaient vraiment y croire hein ? Il n'avait franchement pas envie de briser leurs petits rêves. Avec un soupir agacé il prends la tête de la silhouette :

-Ah vous les gosses. Toujours à imaginer des choses. D'mon temps, on f'sait un pacte de sang. Ca ça claquait. Aller... Sachiko, i beg of you. Sachiko, i beg of you. Sachiko, i beg of you. Sachiko, i beg of you. Sachiko, i beg of you.

De son œil vert brillant, il observe les filles. Plus qu'elles. Et puisqu'il a joué le jeu il y a intérêt à ce qu'elle le fasse aussi. Pour Gordy et Michael s'il croit à ces sornettes.



       
Code by Joy
Revenir en haut Aller en bas
Lua F. Anew
Absence longue durée
avatar
Féminin
Messages : 73
Né(e) le : 01/12/2000
Date d'inscription : 29/01/2017
Age : 17
Niveau d'études/Métier : Troisième année / Idole
Situation amoureuse : Tina ♥ Tina ♥ Et toujours Tina ♥
Nationalité : Anglo-japonaise
Commentaires/Citations : Don't touch me please
Voir le profil de l'utilisateur
http://indare-division.forumactif.com/t175-get-ready-to-die-of-cuteness-overload-termine

Ven 3 Mar - 21:13
La nuit il fait noir.
« Sauvez-moi... »
ANEW Lua F.
CLAW Tina
&
SHERMAN Gordon
CRANE Michael
C'était effrayant, vraiment. Elle ne s'attendait pas du  tout à se retrouver enfermée dans une cafétéria avec des inconnus, ça lui avait fait un effet immédiat et elle était tombée par terre sous la surprise. Elle avait carrément peur et la seule chose qui l'avait tirée de son moment de panique était le grand roux qui était arrivé juste avant elle, il avait donné un énorme coup de poing au blond. Pourquoi ? Sur le coup elle était restée complètement bête, elle ne savait pas comment réagir et avait mal pour la pauvre victime de cet acte de violence. Il lui sembla entendre parler de règle comme quoi il ne fallait pas le toucher ou autre et elle se demandait si ce n'était pas une sorte de phobie, ou alors il était complètement taré et avait certainement d'autres personnalités... ou les deux ? Mais quel mélange ! Elle pouvait juste compatir avec le fait qu'elle n'aimait pas non plus se faire toucher et qu'elle évitait au maximum.

Pendant qu'elle se relevait - il était temps - Tina parlait d'une sorte de sort de bonne chance, c'était la première fois qu'elle entendait aussi longtemps une voix autant monotone et sûrement la dernière fois puisque la jeune rousse avait fini par écrire sur son téléphone portable. Sachiko... Ça lui disait vaguement quelque chose, elle en avait entendu parler au Japon mais ne s'était pas réellement intéressée à la chose ; d'après la poupée c'était un charme pour nous lier et nous protéger... C'était louche, vraiment. Lua en tremblait. Elle ne savait vraiment pas quoi faire, devait-elle participer ? Oui ? Non ? N'allait-elle pas finir dans quelque chose de vraiment dangereux ? Elle avait passé la majorité de sa vie loin du danger et avait fuit le Japon à cause de ça justement, mais elle ne pouvait pas vivre toujours protégée de tout, il fallait qu'elle se bouge un peu et qu'elle prenne des risques.

Alors qu'elle réfléchissait, le dit "Gordy" avait déjà entrepris d'arracher un bout du bonhomme en papier et son geste se suivis des paroles qui étaient apparemment importante et on ne devait pas se tromper dessus... Encore quelque chose qui allait la stresser... Elle observait alors le grand roux s'atteler à la tâche aussi en parlant de pacte de sang... Elle voulait vraiment rentrer, maintenant... C'était quoi ce bordel ? Un genre de test de courage ? Ou alors elle était encore en plein cauchemar ? Elle pris un temps de réflexion avant de saisir avec sa petite main tremblante une jambe de la poupée, mon dieu... Elle avait l'impression de tuer quelqu'un, de faire vraiment quelque chose de mal et elle était terrorisée malgré les bonnes paroles des autres... Elle l'avait arrachée. Elle devait parler.

« Huh... » avait-elle reniflé, les larmes encore aux yeux.« S-Sachiko, i beg of you. Sachiko, i beg of you. Sachiko, i beg of you. Sachiko, i beg of you. Sachiko, i b-beg of you... »

Elle avait paniqué sur la fin mais avait réussi à dire exactement le même nombre de fois que les autres, son cœur battait la chamade et elle avait l'impression qu'il allait sortir de sa poitrine à tout moment, son regard était fixé sur la petite jambe de papier arrachée et elle essayait de contenir ses tremblements en attendant que leur maîtresse de cérémonie finisse, plus vite elle le faisait et plus vite Lua allait pouvoir rentrer dans sa chambre et se cacher sous la couette. Du moins, c'est ce qu'elle pensait, mais elle sentait bien que quelque chose de pire allait arriver... Elle était assez naïve pour croire aux paroles de Tina mais elle avait également un étrange pressentiment qui l'obligeait à se méfier.





   
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» La vie....c'est beaucoup trop Charlie Chaplin
» dit papi la nuit il fait noir ???
» [Slate] : "Vos élèves lisent beaucoup trop", L. Tourret
» je dors beaucoup (trop)
» le tir à poudre noire fait il beaucoup de bruit ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Institution Indarë :: Hors-jeu :: Rps abandonnés-
Sauter vers: