À droite, l'école et ses élèves normaux, comme tout le monde.À gauche, le centre de redressement pour jeunes dangereux.Maintenant réunis, pour le pire.
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



Votez pour le forum

~ Étendez l'expérience ~
Le bal a commencé ! Venez rp dans le sous-forum dédié !
Elèves, professeurs et civils partent en voyage en France ! Ca vous tente ?

 :: Hors-jeu :: Archives Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Hallucination musicale [avec Kô]

Gordon Sherman
Membre absent
avatar
Masculin
Messages : 615
Né(e) le : 07/07/2000
Date d'inscription : 27/01/2017
Age : 17
Niveau d'études/Métier : ISS - Troisième année
Situation amoureuse : Célibataire
Nationalité : Australien
Commentaires/Citations : F7DA19 est ma couleur! Venez danser avec moi!
Voir le profil de l'utilisateur

Ven 10 Fév - 17:33


Je suis assis dans la salle de musique – celle des ISS, parce que j’ai récemment découvert qu’il y en avait une de chaque côté – et les choses ne me semblent pas exactement normales. Déjà parce que je n’ai absolument aucun souvenir de comment je suis arrivé ici, ce qui est assez perturbant, mais aussi parce que la pièce est en train de tourner autour de moi.

Ah oui. Et aussi parce que d’étranges fleurs colorées éclosent devant mes yeux.

Je ne sais pas pourquoi, mais depuis que j’ai repris connaissance dans cette salle, les couleurs font un peu ce qu’elles veulent, et se baladent un peu partout autour de leur objet d’origine. La raison m’en échappe, mais honnêtement, ce n’est pas ça qui me semble le plus anormal, aujourd’hui. Ce qui me semble vraiment étrange, c’est que j’entends Jimi Hendrix chanter à côté de moi. En soi, ça pourrait expliquer les couleurs, mais avec Jimi, on ne sait jamais trop. Et, ce dont je peux être parfaitement sûr, c’est que les magnifiques sons de sa guitare m’invitent à jouer avec lui.

Sans plus attendre, et comme l’aurait fait n’importe quel bon guitariste, je branche quelques micros et m’installe sur la batterie. Ça peut sembler étrange, dit comme ça, mais en fait, pas du tout. Je joue un petit backing sympa qui s’engouffre dans les micros, prêt à être joué autant de fois que nécessaire. Je branche ensuite une basse et la place aussi bas que possible – le plus important, à la basse, c’est bien la position. Mes lèvres forment le fameux duckface de bassiste, je plisse les sourcils comme il faut et cale une ligne bien grave sur le même tempo que le kit. Tout est enregistré : je mets tout ça en repeat sur un ampli qui traine par là et laisse la musique me porter jusqu’à une guitare.

Je regarde les quelques amplis qui trainent avant de choisir celui qui m’amènera là où je le veux. Celui avec le plus d’effets. Les effets les plus dingues. J’installe ce qu’il faut pour jouer du Hendrix, rajoute la pédale nécessaire à la réalisation finale, et voilà. La guitare est prête – enfin, plus ou moins. Une guitare n’est jamais parfaitement parée à recevoir les sons de ce génie. Un micro se promène au milieu de la salle, un tourbillon de vert, rouge, bleu et jaune l’entourant. C’est comme s’il m’appelait.

Je me lance dans un riff tranquille, sans trop de présence, juste ce qu’il faut pour être intéressant. La voix d’Hendrix sonne de plus en plus fort, comme s’il chantait un premier couplet, comme revenu d’entre les morts. Je l’accompagne en faisant gagner de l’intensité à ma gratte, les accords laissent place à quelques arpèges pour épicer un peu les choses. Je sens que c’est le moment de sortir un solo : et c’est ce que je fais. Pour l’instant, pas trop d’intensité, rester assez calme, posé, tranquille, commencer à faire vibrer les cœurs sans faire exploser les têtes. Le solo remplit la pièce, je peux presque voir le son faire bouger les couleurs qui flottent autour de moi. Il visite la salle de musique, à la recherche de quelque chose – et finit par le trouver. Autour des fenêtres, le solo s’accumule, cherchant à s’échapper. Je le termine, mais il continue à voler contre les vitres, dans une trainée de couleurs agitées, un son visible.

Je m’approche de la fenêtre sans lâcher mon riff de base. La musique veut s’échapper, je le sens ; je dois la laisser sortir de cette salle confinée, lui offrir la liberté. Ma main gauche fait crier les cordes en glissant le long du manche pour se rapprocher du corps. Un nouveau solo commence : après tout, on ne fait pas vraiment du Hendrix sans un tapping de folie. Ma main droite se libère et laisse l’intérieur pénétrer l’extérieur. Un nouveau monde se présente devant mes yeux : la nature ne m’avait jamais parue aussi colorée qu’aujourd’hui. De gigantesques fleurs de toutes les couleurs dansent dans une ronde sans fin, uniquement perturbée par le passage de quelques élèves, fermés à leur beauté surnaturelle, les traversant sans même le savoir. Vraiment, tout est magnifique. Une chaude paix emplit tout mon corps alors que je retourne vers le micro.

La voix de Jimi Hendrix semble avoir disparue. Mais sa présence est toujours là, comme guidant mes doigts sur la guitare, m’indiquant comment jouer, quoi jouer, quand le jouer. Ma main droite se remet à gratter quand j’abandonne le tapping et approche mes lèvres du micro. C’est probablement le bon moment pour improviser un petit couplet sympathique, tout droit sorti du monde d’Hendrix, synthétisé par mon esprit en plein voyage interdimensionnel.

The only times that I look at the floor…
Are when I wanna check out the flowers !
But then I look up to the sky…
And they blossom right in front of my eyes !
For I’m no wizard but I’m
Just a man craving to see the sun
Yeah I’m no wizard but I’m
Craving to see all the stars at night !

Et c’est parti pour un petit solo nostalgique et énergique en même temps. Rien de tel qu’une chanson de rêveur pour exprimer ce que je ressens en ce moment même : l’impression d’être perdu, mais en même temps d’avoir parfaitement ma place, peu importe où je suis. Comme si je ne faisais plus qu’un avec l’univers. Mes doigts accélèrent alors que mes émotions sont transmises par la gratte, au travers de l’air, jusque dans la cour au pied du bâtiment. Je suis sûr que quelqu’un doit m’écouter, quelque part, et ressentir quelque chose avec ma musique. Peut-être pas du tout ce que moi j’en pense, mais après tout, ce n’est pas ça le plus important, pas vrai ?

Mon solo se transforme en outro au fur et à mesure, sans que je ne m’en rende vraiment compte. La chanson est sur le point de se terminer, cet univers sur le point de se refermer, laissant la place à une autre fleur pour qu’elle puisse éclore. Et, pour terminer en beauté, je laisse ma dernière note flotter, lui donnant un dernier sursaut de vie avec un petit coup de vibrato. J’éteins la boucle qui passait la batterie et la basse en fond – c’est toujours le problème de jouer seul. On ne peut pas tout finir d’un coup, en beauté. De toute façon, la musique, c’est le partage : c’est toujours mieux d’en faire à plusieurs, ou d’avoir un public. De transmettre quelque chose. De voir les mêmes couleurs par des yeux différents.



Merci Raven :D :D :D

Mais quel membre actif!:
 

J'ai dit, mais quel membre actif!:
 

J'AI DIT...:
 
Revenir en haut Aller en bas
Kô Shimoda
Membre absent
avatar
Masculin
Messages : 22
Né(e) le : 30/03/1999
Date d'inscription : 07/01/2017
Age : 18
Niveau d'études/Métier : troisième année
Situation amoureuse : Célibataire
Nationalité : Japonais
Voir le profil de l'utilisateur
http://indare-division.forumactif.com/t128-la-maladie-est-mon-plus-grand-crime

Dim 12 Fév - 8:29
Voilà un petit moment que je fréquentais le bâtiment de l'IRS, j'avais rencontré des gens sympa, certains avait des soucis psychologiques mais il était beaucoup moins bizarre que dans mon asile, ici tout le monde avait plus ou moins mon age. Certains avait comme moi commis des crimes du coup on pourrait croire que l'on se tape dessus mais non c'était plutôt une bonne ambiance malgré tout. J'avais eu l'autorisation de sortir et j'aimais passer du temps dehors à flâner et à boire du bubble tea, toute cette liberté que l'on m'avait interdit toutes ses années étaient derrière moi et je me voyais bien rester un peu de temps ici. Non loin de chez nous, il y avait un autre bâtiment à coté des dortoirs et on avait pas vraiment le droit de nous y rendre on était mal vu car la bas il n'y avait que des gens normaux voir surdoué.  J'aimais bien voir les élèves rentrer à l’intérieur, ils n'avaient pas le même uniforme et n'osaient jamais vraiment nous parler ou nous regarder. Ce matin là était particulièrement agréable et comme à mon habitude je m'étais assis sur un mur pour regarder les gens passer, les voix que j'entendais, personnes ne pouvait les entendre, j'étais le seul à les écouter et souvent elles se moquaient de moi ou des autres, on pourrait croire que c'est un super pouvoir mais pas du tout, j'avais besoin de beaucoup de concentration et de sang froid pour faire comme ci de rien devant les autres, parfois elles me demandaient de tuer et me harceler jours et nuits. Les gens passaient devant moi et m’ignorer parfois je pouvais entendre la musique qu'ils écoutaient dans leurs écouteurs mais ceux qui me restait le plus c'était leurs odeurs, j'avais développer un sacré odorat et à chaque fois je m'amuser à essayer de deviner leurs parfums. C'est de la musique ? J'entendais une drôle de musique que je n'avais jamais entendu, cela venait de l'autre bâtiment. C'était étrange mais bien, chaque notes résonnait terriblement bien dans mes oreilles, c'était sûrement des surdoués, les étudiants qui n'avaient pas d'écouteur étaient comme attirés par le sons et parfois même dansaient un peu. J'avais comme un frison qui me parcourait le dos a chaque note que le groupe jouait. Sans plus attendre je me faufilais alors hors de l'école pour rejoindre le bâtiment à coté, L'ISS plus exactement et on pourrait croire que j'étais pas vraiment la bienvenue, les gens me regardait du coin de l’œil et je ne sais pas si c'était l'uniforme, le bracelet électrique autour de ma cheville  ou le fait que je sois du bâtiment des tueurs mais leurs visages n'était pas super accueillant. Après avoir passer par dessus le grillage de derrière, je fixa la fenêtre par la quel sortait la musique, je commença une ascension prieuse, grimpant aux arbres et m'accrochant au mur comme je pouvais je devais atteindre cette salle ! Arrivé en haut je m'attendais à voir un groupe de musique de gens surdoués mais non c'était juste un gars tout seul qui faisait un gros tripe sous lsd, il fallait tout de même admettre qu'il était plutôt doué et je me demandais comment il arrivait à faire tous les instruments en même temps, j'avais du m'accrocher au bord de la fenêtre et mes pieds était soutenue par un morceau de branche  j'étais d'ailleurs très mal installé, il avait quels que chose d'étrange et d'original mais j'aimais bien les gens différents. Je l’observai quels que minutes, il avait l'air ailleurs comme ci il n'avait plus la notion de la réalité et je me demandai si j'étais pareil lors de mes crises de folie… Je devrais peut être lui donner un peu de mes médicament mais alors que le jeune homme commençait son solo je sentis un léger craquement sous mes pieds, j'avais à peine eu le temps de me poser des questions que la branche sur la quel j'étais appuyé céda et tomba lourdement sur le sol, me laissant pendre au bord de la fenêtre. Je m'accrochais temps bien que mal au rebord glissant, mes pieds voulaient prendre appuie sur le mur mais impossible de trouver une accroche, je sentais mes mains glisser et je n'avais pas envie de finir exploser comme cette pauvre branche.

- J'aurais du me calmer sur le bubble tea !

Je n'avais pas d'autre solution je devais essayer de remonter, malgré l'imprudence je lâcha d'une main le mur pour essayer d’atteindre le rebord de la fenêtre, quand enfin je réussis à prendre appuie sur celle-ci je poussa  sur ma main afin de me propulser dans la fameuse pièce, je glissa sur le parquet avant de me cogner contre la batterie, la cymbale me tomba dessus gâchant la fin du solo du jeune homme.

-OUF ! C'était moins une…. Désolé de mon interruption mais j'avais un peu de soucis dehors. Sympa la musique !  

Je poussa violemment la fameuse cymbale qui explosa dans le mur, puis je me relevai comme ci de rien était.

-  Enchanté moi c'est Kô et toi ce sera …. Le gars qui fait de la musique bizarrement. J'imagine que tu es un surdoué vu ton uniforme et ton talent étrange.

Je me dirigeais vers la fenêtre pour jeter un œil à l'arbre, dans tous les cas je n'allais pas pouvoir redescendre par ici. Les grilles au loin avait étaient fermés et je sentais que la route tu retour vers mon école allez être compliquer.

Je me retournai alors vers «  le gars qui fait de la musique bizarrement ».

- Voilà le topo, suite à un petit accident je me retrouve ici, sauf que mon école comme tu le vois à mon uniforme est là bas et si je me fait chopper je risque gros tu vois et la vu que les porte sont fermé ça va être difficile pour moi sortir mais comme  que tu es surdoué je suis sur que tu vas me trouver un petit truc sympa pour m'aider à sortir. Je te trouverais bien une petite récompense… Un cailloux ou une feuille d'arbre.

Je m'avançais alors vers le jeune ISS attendant une réponse, il était plutôt petit en tout cas il n'avait pas la tête d'un surdoué, mais je sentais que cette journée allait être une vrai partie de jeu.


Je n'ai absolument pas peur de courir dans les ténèbres.
Mon âme les a parcouru sans jamais s'arrêter..



Revenir en haut Aller en bas
Gordon Sherman
Membre absent
avatar
Masculin
Messages : 615
Né(e) le : 07/07/2000
Date d'inscription : 27/01/2017
Age : 17
Niveau d'études/Métier : ISS - Troisième année
Situation amoureuse : Célibataire
Nationalité : Australien
Commentaires/Citations : F7DA19 est ma couleur! Venez danser avec moi!
Voir le profil de l'utilisateur

Dim 19 Fév - 17:25


Un bruit lourd et disharmonique me fit me retourner, surpris, vers la fenêtre. Un élève venait de grimper par la fenêtre ouverte et de s’inviter à mon petit buff en solo. Le bruit s’était élevé d’une cymbale qu’il avait fait tomber en entrant ; mais, en se relevant, il ne se prive pas de refaire du bruit en la jetant plus loin, laissant une fleur de son rouge s’ouvrir violemment contre un mur au moment de l’impact. Cette attaque inattendue ma laisse bouche bée.

« OUF ! C'était moins une…. Désolé de mon interruption mais j'avais un peu de soucis dehors. Sympa la musique ! Enchanté moi c'est Kô et toi ce sera …. Le gars qui fait de la musique bizarrement. J'imagine que tu es un surdoué vu ton uniforme et ton talent étrange. »

Wow… ce type est vraiment étrange. Mais au fond, qui suis-je pour le juger ? Au moins, il aime bien la musique ! Peut-être qu’il a simplement du mal à s’exprimer, et qu’il a grimpé le bâtiment pour cette raison. Ceci dit, il trouve que je fais de la musique bizarrement… bah, c’est pas totalement faux. En fait, ça me correspond plutôt bien… il est sûrement juste un peu maladroit. Comme un éléphant.

Elephant’s Foot se dirige vers sa porte d’entrée peu conventionnelle et semble évaluer la situation pendant quelques instants. Il a l’air concentré, je préfère ne pas le perturber pour l’instant, il est sûrement en train de réfléchir à fond. On ne brise pas une concentration pareille. Probablement satisfait, il se retourne enfin vers moi :

« Voilà le topo, suite à un petit accident je me retrouve ici, sauf que mon école comme tu le vois à mon uniforme est là bas et si je me fait chopper je risque gros tu vois et la vu que les porte sont fermé ça va être difficile pour moi sortir mais comme  que tu es surdoué je suis sur que tu vas me trouver un petit truc sympa pour m'aider à sortir. Je te trouverais bien une petite récompense… Un cailloux ou une feuille d'arbre. »

Je réfléchis un instant. Un caillou ou une feuille d’arbre ? C’est une magnifique métaphore ! Je suis sûr qu’il veut dire qu’il est prêt à m’offrir toute la nature, que c’est toute sa gratitude qui s’exprime là. Wow. Vraiment, un être incroyable, simplement un peu maladroit… Kô s’est approché de moi. On dirait qu’il attend que je fasse quelque chose, peut-être qu’il espère que je le téléporte directement dans sa chambre. Quoi qu’il en soit, c’est le moment d’agir.

« Hey Kô, je suis Gordy mais tu peux m’appeler ‘le gars qui fait de la musique bizarrement’ ! Bon… ce sera difficile de te sortir d’ici en toute discrétion… je pense avoir une ou deux idées mais ce sera pas très facile. Bon ! Pas de temps à perdre ! »

Sans lui donner plus d’explications, quittais la salle en lui indiquant de me suivre. Notre direction : le local technique. On aura pas mal d’obstacles sur notre route, notamment réussir à ouvrir le local en question, mais aussi à arriver jusque-là sans nous faire repérer. A cette heure, il n’y a personne dans les couloirs ; c’est une véritable chance, l’univers est carrément avec nous. Aussi bien, on ne croisera personne jusqu’au local !

Mais, à un angle du couloir, j’aperçois un professeur s’approcher. Je pousse Kô pour qu’il reste derrière le couvert du mur. L’escalier est visible de là où je suis, nous étions si près du but ! Mais d’un coup, je me rends compte que je connais ce professeur. Il enseigne la musique ! Quelle chance ! Au final, nous sommes sauvés ! Je vais pouvoir faire une diversion et permettre à Elephant’s Foot d’arriver jusqu’à l’escalier. Sans hésiter une seconde, j’aborde donc mon professeur d’une voix très forte, pour être absolument certain que mon ami l’intrus comprenne la situation.

« Ha, monsieur ! Comment allez-vous ? Bien ? Oui ? Parfait ! Donc j’aurai une question à vous poser par rapport au reste du programme, vous savez, les styles musicaux que nous pourrions étudier, je pense que nous devrions nous diversifier, après tout la musique évolue et il serait intéressant de pouvoir découvrir ce qui se fait de nos jours ou même pendant les dernières décennies, tout le monde ne connait pas tout ce qui s’est fait et c’est vraiment dommage vous comprenez ? Bien sûr que vous comprenez, vous savez exactement ce que je veux dire, d’ailleurs tout à l’heure j’ai joué de la musique style Hendrix, vous avez entendu ça depuis la cour pas vrai ? J’espère que vous avez entendu, j’en étais assez fier et puis, c’était vraiment un très grand musicien, on devrait travailler sur son œuvre, je suis sûr que ça apporterait beaucoup à la classe… »

Tout en parlant, je me déplace vers un côté du couloir, de façon à ce que mon prof de musique tourne le dos à Kô, qui pourra alors passer tranquillement derrière lui. Je continue mon soliloque face à ce professeur désemparé devant un tel flot de parole ininterrompu. J’espère que mon coup a réussi, parce que je vois bien qu’il essaye de se soustraire à la conversation. Je n’ai pas remarqué si Elephant’s était passé ou pas, concentré comme je l’étais sur mon discours improvisé ; le terminant par un magistral « Wow, merci de m’avoir écouté monsieur, bonne fin de journée ! », je me dépêche d’atteindre l’escalier, laissant derrière moi un homme décontenancé par cette attaque surprise au milieu du couloir.

J’espère juste que Kô aura compris qu’il devait aller jusqu’au rez-de-chaussée…



Merci Raven :D :D :D

Mais quel membre actif!:
 

J'ai dit, mais quel membre actif!:
 

J'AI DIT...:
 
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» IPad : applications/utilisation pour l'Education Musicale ?
» KAZOO!!
» idee de chant musique et metissage
» Pompe à vélo musicale
» Des ouvrages en cycle 2 avec un loup victime ...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Institution Indarë :: Hors-jeu :: Archives-
Sauter vers: