À droite, l'école et ses élèves normaux, comme tout le monde.À gauche, le centre de redressement pour jeunes dangereux.Maintenant réunis, pour le pire.
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



Votez pour le forum

~ Étendez l'expérience ~

 :: Hors-jeu :: Rps abandonnés Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

La sirène et le violoncelle dormeur [PV Lua F. Anew]

Camiel
Invité
avatar

Mer 8 Fév - 19:26
Camiel
Camiel Valenz
Ancien membre
Le violoncelle sur le dos, Camiel entrait dans l'auditorium d’Indraë. D’un côté, il y avait les innombrables rangées de fauteuils rouges plongés dans la peine ombre, de l’autre, il y avait la scène illuminée par des projecteurs. Le jeune adolescent s’arrêta quelques instants, impressionné. Jamais il n’avait vu d’auditorium aussi grand, et cela lui confirma son choix d’aller jouer dans cette salle. N’étant pas un élève Exchange, il savait qu’il n’aurait que très peu d’occasions pour le faire, étant données qu’il était également très demandé par les élèves de théâtre.

Camiel monta sur scène côté cour. La scène était faite d’un bois clair, ce qui contrastait avec l’obscurité du côté des spectateurs. Le jeune Valenz fit un pas, deux pas, puis une dizaine d’autres avant de s’arrêter dans un coin qu’il aimait bien. Il installa un pupitre et une chaise noirs, puis, tout près, il sortit son précieux violoncelle de son étui avec une lenteur calculé, ayant peur de l’abîmer, avant de prendre des partitions un peu au hasard et de les installer sur le pupitre.

Camiel s’installa alors sur le siège, le violoncelle entre de ses jambes, et commença à jouer les premières notes de la partition. Doucement, avec sûreté, la partition prit vie, sous l’impulsion de l’archer du violoncelliste. La musique commença timidement, puis elle sautilla quelques instants avant de devenir douce et rêveuse. Le jeune musicien, si on pouvait l’appeler ainsi, aimait beaucoup cette mélodie qui chantait à ses oreilles, comme toutes celles qu’il jouait ou avait pu jouait. À travers celles-ci, il pouvait enfin imaginer, créer, rêver, et faire tout ce qu’il ne pouvait pas dans la réalité.

Une fausse note.

La musique était magique. C’était ce qu’il avait toujours cru, plus jeune. Il pouvait alors en jouer durant des heures, plongeant dans des aventures plus farfelues les unes que les autres. Il jouait cendrillon, la servante qui était devenue princesse. Il devenait alors d’Artagnan, mousquetaire à la cour de roi de France. Il était alors tout ce qu’il voulait, sans avoir à se soucier des contraintes du monde réel. Et il aimait bien ça, alors même si, maintenant, il en jouait beaucoup moins souvent, il y avait toujours des solutions, comme dormir plus souvent pour rêver plus longtemps.

Trois autres fausses notes.

Puis, petit à petit, alors que Camiel contait une histoire avec sa musique, une douce sensation pareille au barba papa s’empara de lui. Il bâilla, et ses yeux commencèrent à fatiguer, faisant danser les notes de la partition. Les dissonances ainsi que les fausses notes s’enchaînaient, au malheur de ses pauvres oreilles. Il fallait qu’il s’arrête un moment, pour reprendre après, sinon, il allait s’endormir sur son violoncelle.

L’adolescent posa donc son instrument à cordes à côté de lui, puis alla s’étaler à même le sol, en peu plus au fond sur scène. Il pensait aller se reposer quelques minutes, avant de reprendre la musique. Oui, c’était une bonne idée. Dormir. Dormir et plonger dans le monde des rêves. Dormir, pour ensuite jouer de la musique et entrer dans un monde fantastique. Son monde à lui, et non celui des autres comme offre la réalité.


Dernière édition par Camiel Valenz le Ven 10 Fév - 16:29, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Lua
Invité
avatar

Mer 8 Fév - 21:36
Lua
Lua F. Anew
Ancien membre
La sirène et le violoncelle dormeur.
Peut-on appeler ça un réveil en douceur ?
ANEW Lua F.
&
VALENZ Camiel
Du temps libre. Que du temps libre. Elle venait à peine d'arriver et déjà rien à faire ! Pas que ça la dérangeait, bien au contraire ! Elle pouvait se balader et garder allumé son lecteur mp3 une bonne partie de la journée, elle n'avait pas non plus eu de directives par rapport à son travail au Japon ce qui la rendait d'autant plus libre de faire ce qu'elle désirait ! Mais... Elle désirait faire quoi, au juste ? Rien de spécial, les cours ne lui prenaient pas tant de temps que ça et hors s'exercer au chant ou traîner dans la salle commune elle ne trouvait rien de fou à faire.

Elle tournait en rond. Faire un jogging ? Déjà fait, mais son énergie était débordante aujourd'hui et notre petite idole n'était pas prête de se reposer ou juste s'asseoir et se poser, non non. Il lui fallait quelque chose de transcendant, qui allait faire monter son adrénaline et la faire se sentir bien, à l'aise et contente d'avoir fait quelque chose de sa journée. Que faire ? Lua se creusait les méninges, elle faisait les cents pas dans sa chambre ; quelque chose qui lui plaît et qui peut la rendre heureuse pour la journée... Hors pour le travail, elle aimait chanter non ? Pourquoi pas partir sur ça ? Oui, bonne idée. Ça pouvait le faire !

Aussitôt décidée, jeune fille aussitôt partie ! Elle s'était juste munis d'un CD et se dirigeait vers l'auditorium. Pourquoi l'auditorium ? Pas logique pour vous ? Une scène, c'est une élève d'Exchange donc libre accès et prioritaire même ! Elle allait pouvoir se sentir comme à la maison, bien que la salle sera vide. Lua déambulait dans le campus, chantonnant et ravie d'avoir eu une si bonne idée ! Il lui semblait déjà entendre quelques sons mélodieux et des fausses notes. Son imagination ? Sûrement, elle était dans son monde et attendait juste d'arriver pour faire sortir sa voix qui était restée muette pendant bien trop longtemps : deux, trois heures quoi... Ah ! La voilà, l'entrée de l'auditorium, enfin ! Elle pris une grande inspiration et entra dans le bâtiment.

Il était vraiment grand, plus petit que les scènes qu'elle avait fait, mais ce n'était pas comparable et vraiment impressionnant pour une école. Digne du programme Exchange en fait. La jeune fille sautillait tout en balayant la salle du regard, elle voyait les sièges et bondissait littéralement jusqu'à la scène. Des projecteurs bien placés, une scène claire contrastant avec l'endroit destiné aux spectateurs, elle se sentait bien, elle la connaissait cette sensation. Que des souvenirs, elle respirait à plein poumons l'air de cette salle qui était maintenant sa salle de concert. Elle avait repéré un violoncelle mais n'y avait pas vraiment prêté attention, bien trop enthousiasmée par l'auditorium.

Le dos droit, au devant de la scène et face au public (inexistant... pensait-elle), elle entrait en mode idole. Le CD en route, choix de la chanson relativement calme ceci-dit. Une grande inspiration, un léger sourire et la voix de l'adulée du Japon Fuu-chan commençait à résonner. Une chanson qui commençait en douceur et au refrain un peu plus rythmé, un texte portant sur l'amour.



Pas eu besoin de micro. Une voix assez forte, le lieu aidant beaucoup. Elle était resplendissante, on ne pouvait pas nier le fait qu'elle était bel et bien une idole ; elle avait cette aura qui la rendait quasiment brillante. Si elle s'arrêtait, le monde s'arrêtait et toute cette atmosphère créée le temps d'une chanson disparaissait. Lua eu un petit rire, ça faisait longtemps ! Etirant ses bras, elle faisait volte-face et resta un instant toute bête. Quelqu'un ? Est-ce qu'elle voyait bien ? Elle en doutait. Un seul son sorti de sa bouche, qui n'avait rien à voir avec ce qu'elle pouvait faire en plein concert.

« Ah ! »

Un petit cri de surprise. Un fantôme ? Elle ne s'était pas préparée à voir quelqu'un d'autre ici. Elle ne savait pas non plus comment réagir, il dormait, non ? Elle l'avait réveillé ? Trop de questions, pas assez de temps. Elle ne bougeait plus, les yeux grands ouverts. Faites que ce ne soit pas un fantôme s'il vous plaît !

Revenir en haut Aller en bas
Camiel
Invité
avatar

Ven 10 Fév - 14:53
Camiel
Camiel Valenz
Ancien membre
Camiel dormait, un sourire sur son visage, plongé dans un rêve comme il appréciait tant, où il était devenu le héros d’une histoire connue de lui seul. Il était dans un bâtiment, un bâtiment en flammes. Il courrait dans les couloirs, le feu à ses trousses. Il devrait avoir peur, peur du feu, peur de mourir, mais, confiant, il continuait à courir comme s’il savait ce qu’il allait se passer. Il n’avait pas à avoir peur puisque le destin était avec lui. Après tout il était le plus puissant des magiciens, le héros.

Le jeune héros arriva alors devant un escalier, et entreprit de le monter le plus rapidement possible. Derrière lui, le feu était devenu un être noir, maléfique. Un monstre. Un monstre qu’il devait abattre, loin de la civilisation, loin de toute forme de vie. Vers cette étendue d’eau qu’il détestait. Cependant, les sorts, aussi lumineux soit-ils, ne détruisaient l’ennemie et ce dernier en profitait pour tout détruire sur son passage.

Les escaliers passés, il se trouvait désormais sur le toit. Là, il pourrait vaincre le monstre, l’éliminer. Seulement, l’être maléfique, malin, fit venir l’océan à lui et l’eau salée les entourait désormais. Le vent marin souffla alors, sous l’impulsion de l’être noir, et le magicien, bien que fort puissant, ne put résister face à la force du pouvoir du monstre maléfique. Le pauvre magicien ne pouvait faire que reculer, reculer dangereusement vers le bord du toit. Vers la mer, vers l’océan. Vers cette étendue d’eau qu’il détestait. Car si le héros avait une faiblesse, ce serait l’océan : il ne savait pas nager.

Et le magicien tomba dans l’eau tumultueuse, qui voulait l’engloutir. Pendant quelques instants, il réussit à tenir la tête hors de l’eau, à respirer, mais ses efforts furent vains : le magicien, trop lourd, trop paniqué, sombra dans les eaux profondes et glaciales de l’océan. Le magicien ne voyait rien. Le magicien avait froid. Le magicien était pris au piège et ne pouvait rien faire. Le monstre était vainqueur et rigolait bien de la faiblesse du magicien. Ce dernier était ridiculement faible.

Mais le magicien n’avait pas dit son dernier mot et alors qu’il était à l’article de la mort, une étrange lueur l’entoura, le réchauffant, le maintenant en vie. Une chanson atteint les oreilles du héros. Une chanson vive, puissante. Qui la chantait ? Pourquoi ?

Un cri apeuré.

Le monstre.

« Hein ? Une sirène ? Ne t’inquiète pas, je vais tuer le monstre. » déclara Camiel, endormi, en ouvrant lentement les yeux.

Allongé au sol, Camiel se releva précipitamment, le diable à ses trousses. Devant lui, il y avait une jeune femme, celle qui chantait, vraisemblablement. Il prit alors un air catastrophé.

« Il ne faut pas que tu restes là, le monstre va te tuer ! Même ta chanson ne suffira pas ! »

Camiel jeta un coup d’œil autour de lui.

« Caches-toi, je vais m'en occuper! »

Visiblement, même éveillé, Camiel était toujours dans son rêve.
Revenir en haut Aller en bas
Lua
Invité
avatar

Sam 11 Fév - 1:18
Lua
Lua F. Anew
Ancien membre
La sirène et le violoncelle dormeur.
Peut-on appeler ça un réveil en douceur ?
ANEW Lua F.
&
VALENZ Camiel
Bon. Déjà, ce n'était pas un fantôme, la voilà un poil rassurée. C'était un humain, un garçon qui semblait avoir voulu faire une petite sieste dans le fond de la scène, Lua ne savait pas comment réagir elle pouvait juste déduire que c'était un élève d'ici et qu'il était musicien. Ou pas ? Ce doute s'était amplifié pendant qu'elle voyait le jeune homme se lever brusquement comme si quelque chose le pourchassait ; et s'il y avait vraiment quelque chose derrière lui ? Si elle avait réellement vu un fantôme ? Ou... Un monstre ? D'après son interlocuteur, un monstre était à leurs trousses pour les tuer et il fallait absolument qu'elle ne reste pas plantée là ! Son petit commentaire sur sa chanson la laissa un instant toute bête et presque triste que ça n'ai pas été efficace...

Elle gonfla les joues, un petit instant vexée puis repris ses esprits en voyant l'air complètement catastrophé du garçon, elle réalisa alors qu'il était bien réveillé. Et si c'était elle en fait ? N'était-elle pas en train de rêver au final ? Peut-être qu'elle n'avait jamais quitté sa chambre et qu'elle était en plein milieu d'un rêve, très réel mais un rêve quand même ; vous aussi vous les connaissez ces rêves qui, au réveil, vous laisse tout penaud et vous vous questionnez sur la véracité de ce qui s'est produit. Eh bien, c'était exactement cette sensation qui la parcourait et dans un certain sens, c'était... Rassurant ? Excitant ? Elle ne savait pas trop. Mais si c'était un rêve, elle n'avait pas à se retenir, tout ce qu'elle avait à faire c'est jouer le jeu !

Lua entrepris une petite course pour se cacher derrière les rideaux, comme si c'était la meilleure cachette au monde. Le jeune homme avait l'air sûr de lui, il semblait prêt à combattre le fameux monstre. Tout ce qu'elle pouvait faire, c'était regarder. Mais... Regarder quoi ? Cachée derrière son rideau, elle laissait dépasser sa petite tête, ou plutôt ses yeux pour observer la scène. Il lui fallut bien une bonne dizaine de minutes pour réaliser qu'il n'y avait absolument rien. Elle voyait juste un garçon d'à peu près son âge sur scène, jouant les héros. Devait-elle lui dire la vérité maintenant qu'elle se  rendait compte ? Ou allait-elle continuer à jouer le jeu ? D'un certain côté, elle trouvait ça adorable de continuer à vivre son rêve même éveillé, et puis il allait forcément finir par s'en rendre compte.

« Ne baisse surtout pas ta garde ! »

Étonnamment, ces mots étaient sortis avec une puissance incroyable, comme si elle voulait réellement le prévenir d'un quelconque danger qui pouvait survenir, elle l'avait entendu parler de sirène, et si elle jouait le rôle de la gentille sirène qui encourage le héros ? s'il ne voulait pas croire au pouvoir de la chanson, elle allait lui montrer qu'elle pouvait vaincre ou aider pour la victoire ! Même si son partenaire de rêve semblait certain de pouvoir tout faire tout seul, un peu de travail d'équipe ne faisait pas de mal.

« Je reste en soutien ! Crois en moi, et en la musique, petit héros ! Ce monstre ne fera pas long feu !»

Pendant qu'elle disait ces mots d'encouragements pleins de sincérité, elle s'était décidée à jouer le jeu et courait maintenant sur la scène pour trouver un endroit où se percher et faire résonner sa chanson pour les amener à la victoire. Pas perchée bien haut, elle s'était juste mise sur le petit siège qui avait servi pour le violoncelle, assez reculée pour ne pas se faire attaquer par le monstre tout en offrant un soutien des plus impressionnants. Elle entrait dans le rêve du garçon, elle pouvait dès à présent voir le méchant. s'il s'approchait, elle se cacherait mais recommencerait autant de fois qu'il le faudra pour aider son partenaire. Elle espérait qu'il allait croire en elle et suivre son chant de sirène comme le ferait les marins.




Elle y avait mis toute son énergie, elle essayait de faire parvenir tout son soutien et sa force au "héros". Est-ce que ce sera suffisant pour vaincre le monstre et sortir de ce monde de songes ? Avait-elle pu utiliser un peu de son "pouvoir" d'idole pour changer la donne ? Beaucoup de doutes, elle priait pour que sa nouvelle rencontre s'en sorte afin qu'ils puissent fêter la victoire... Ou aller chez une psychologue pour hallucination. A voir.

Revenir en haut Aller en bas
Camiel
Invité
avatar

Dim 12 Fév - 19:23
Camiel
Camiel Valenz
Ancien membre
Le magicien regardait autour de lui, méfiant. Et cette fille, cette sirène qui avait essayé de le sauver, était également ici, coincé avec lui dans ce lieu maléfique où le monstre régnait en maître. Où était-il ? Pourquoi se trouvait-il en ce lieu inconnu ? Était-ce l’effet d’un sort de l’être maléfique ? Ou tout simplement son imagination ? Il ne reconnaissait pas les couloirs et les pièces qu’il avait traversées pour éliminer le monstre. Il ne retrouvait pas cette étendue d’eau marine qui entourait le toit. Il était perdu, dans un lieu étrange, à la merci du monstre et ce n’était que fort peu réjouissant. Sur ce coup-ci, l’être noir avait bien joué.

Et cette fille, cette sirène qui avait essayé de le sauver, était également ici, coincé avec lui dans ce lieu maléfique où le monstre régnait en maître. Elle était joyeuse, vive, et innocente. Il ne fallait pas que le monstre vienne et lui arrache sa douce lumière. Une lumière encore plus puissante que la sienne, trop entachée par les multiples créatures des ténèbres qu’il avait affrontées par le passé. Voilà pourquoi il n’avait pas pu anéantir l’être maléfique. Il serra les dents, angoissé. Où était le monstre ? Le magicien ne le sentait plus, il était comme volatilisé.

Cette sirène, malgré avoir été emporté avec lui par un mauvais sort continuait de croire en plus. Au lieu de s’enfuir, elle lui conseilla de rester sur ses gardes ainsi que de croire en elle, en la musique. Avec tout cela, le monstre ne tarderait pas à périr. Le magicien sourit. Il avait déjà confiance en elle. Elle avait toute sa confiance depuis qu’il avait entendu sa chanson. Alors pourquoi s’en faire ? De toute façon, avec ou sans elle, il exterminerait le monstre.

Puis, énergique, elle alla au centre de la pièce, monta sur une chaise, et chanta. C’était une chanson à son image, une chanson à l’image de la première qu’il avait écoutée. Il ne comprenait pas les paroles, mais elle était remplie d’espoir et de rêve. Oui, c’était vrai. Le magicien, le monstre, la sirène, tout cela n’était qu’un rêve, une partie de son monde imaginaire qui n’avait pas de place dans la réalité. Ce monde-ci n’avait pas besoin de ses créations, de son imagination, de son monde presque illusoire qu’il était le seul à pouvoir réellement tâter de ses propres mains.

Et Camiel se réveilla de son rêve éveillé.

Pendant un court instant, ses yeux flottant dans le vague, il fut hermétique au monde réel. Puis, comme électrifié, il sursauta avant de se tapoter les joues.

Camiel était de retour dans le monde réel.

Il s’approcha alors timidement de la jeune fille, gêné. Il se sentait mal à l’aise face à elle. Elle avait perçu quelque chose qui lui était réservé habituellement à lui seul. C’était la première fois que cela lui arrivait. Il passa alors une main dans ses cheveux.

« Désolé, je crois que je me suis un peu égaré. J’ai toujours eu le réveil difficile. Les rêves sont tellement réalistes, que j’ai parfois du mal à en immerger » s’excusa lentement Camiel.


Il fit une petite pause, puis esquissa un sourire.

« J’ai bien aimé t’entendre chanter. Tu as une voix magnifique, comme une sirène ! » S'extasia-t-il.

Mais son égayement fut de courte durée. Son regard se portant au sol, comme prit en faute, Camiel se mordilla la lèvre inférieure.

« Tu as pu le voir, n’est-ce pas ? » Demanda-t-il, sans espérer de réelle réponse.

Tu as pu voir mon monde imaginaire que je garde jalousement secret, n’est-ce pas ? Sous-entendait-il à cet instant.
Revenir en haut Aller en bas
Lua
Invité
avatar

Jeu 16 Fév - 14:10
Lua
Lua F. Anew
Ancien membre
La sirène et le violoncelle dormeur.
Peut-on appeler ça un réveil en douceur ?
ANEW Lua F.
&
VALENZ Camiel
La fin d'une chanson. Une mélodie qui s'arrête et entraîne la fin d'un rêve. La chute de l'histoire, Lua descendit de son perchoir et s'étira, elle s'était particulièrement donné pour cette chanson et elle était légèrement triste de s'être "réveillée". Le monstre n'était plus et le héros était redevenu un simple humain, tout comme la sirène était redevenue une humaine (sans perdre sa voix). La petite idole observait son acolyte, il avait l'air extrêmement gêné et elle pouvait le comprendre à cent-pour-cent, ce qui venait de se passer était effectivement assez gênant et difficile à faire passer incognito.

La jeune fille l'observait s'approcher, silencieuse. Elle percevait le malaise grandissant, pourtant elle ne sentait pas une once de gêne en elle ; elle s'était bien amusée et ça l'avait rafraîchit ! Le petite héros du rêve s'excusait, une main dans les cheveux lui expliquant qu'il avait du mal à se réveiller complètement de ses rêves. Lua ne pouvait pas le blâmer, elle s'était complètement prise au jeu, sa seule réaction face à son explication fut un petit sourire qui se voulait rassurant. Elle ne voulait pas qu'il s'en veuille ou même qu'il soit gêné. Elle n'avait pas pris la peine de faire un commentaire et prenait juste le temps d'écouter le jeune homme.

Un compliment, un sourire. Un faible rougissement des joues, bien que ce n'était pas rare qu'elle se fasse complimenter sur sa voix c'était tout de même un peu embarrassant et elle ne s'y attendait pas vraiment. Le rouge de ses joues avait disparu aussi vite qu'il était apparu, juste le temps d'un clignement des yeux. La petite sirène éveillée sentait un sentiment de joie monter en elle, après tout on peut dire ce que l'on veut, que l'on n'aime pas les compliments, tout ça... Mais ça fait toujours extrêmement plaisir ! Surtout qu'elle voyait que le jeune homme était sincère et super enthousiaste pendant qu'il complimentait sa voix, ce qui la rendait d'autant plus heureuse et gênée. Elle ne pouvait pas juste rester plantée là et ne pas le remercier, c'était la moindre des choses de lui dire merci. Elle laissa alors apparaître un grand sourire sur son visage avant de se lancer.

« Merci ! Je dirai que je suis soulagée de l'entendre parce que ça fait partie de mon travail et surtout de la raison de ma présence ici, héhé. »


Notre petite chanteuse avait dit tout cela très naturellement, avec un petit rire gêné tout de même qui montrait qu'elle était quand même assez modeste mine de rien, bien que consciente de son talent. A peine elle eût fini de le remercier, l'atmosphère avait complètement changée. Son interlocuteur avait baissé les yeux, comme s'il avait fait une énorme bêtise. Sur le moment, elle l'avait comparé à un petit chiot tout mignon qui avait été pris en flagrant délit mais elle chassa vite cette pensée bien qu'elle trouvait cela adorable. Une question. Vague mais pleine de sens. Elle ne savait pas quoi répondre. Il n'avait sûrement pas envie d'avoir une réponse d'ailleurs, ou du moins pas une super honnête.

Qu'est ce qu'elle devait faire à ce moment précis ? Plusieurs types de réponse étaient passés dans son esprit et elle devait essayer de choisir de quelque chose d'assez neutre sans devoir mentir en disant qu'elle n'avait rien vu du tout. Lua porta une main à son visage, posant un doigt sur sa propre joue comme si elle réfléchissait, faisant mine de ne pas savoir de quoi il parlait réellement. Elle n'allait pas mentir, elle ne pouvait pas.

« Ce qui s'est passé ici restera entre ces murs. On a tous notre propre monde, tu as vu un peu du mien et j'ai vu un petit peu du tiens. On peut dire que c'est rassurant ? Ou équitable ? Je ne compte pas m'interposer et je peux même oublier tout ça pour que ce soit plus confortable pour toi ! »

Elle avait pris une grande inspiration, en réalité elle ne savait pas si elle allait pouvoir oublier ce qui s'était passé car c'était la cause d'une rencontre et qu'elle ne pouvait tout simplement oublier la façon dont elle avait fait connaissance avec quelqu'un. Mais Lua se disait qu'elle ne pouvait pas laisser le garçon être gêné, elle réfléchissait à ce qu'elle pouvait dire ensuite pour se montrer rassurante et pouvoir passer à autre chose pour lui faire oublier ce petit instant gênant. Son choix se porta sur l'expression de son ressenti et une petite présentation car en effet, aucun nom n'avait été dit, ils étaient le magicien et la sirène. Plutôt embêtant.

« Je me suis beaucoup amusée, ça faisait longtemps que je ne m'étais pas donnée à fond ! Merci. » Murmura-t-elle, un remerciement pour l'avoir fait découvrir un petit bout de son monde. Elle n'insisterait pas mais elle voulait absolument lui montrer sa gratitude pour l'avoir fait sortir de son ennui journalier.

« Ah ! Anew Lua, troisième année, Exchange section musique et plus précisément  chant. Tu peux m'appeler Lua, enchantée ! Quel est le véritable nom du héros ? »

Tous ses mots avaient été dit de façon mélodieuse, ravie de pouvoir enfin se présenter et connaître le nom du garçon. Elle attendait la réponse avec impatience et observait ses réactions, les mimiques de son visage. Le regard de la jeune fille se posa toutefois sur le violoncelle, pour la seconde fois de cette journée. Elle montra l'instrument avec sa main et lança un regard interrogateur suivi d'un léger sourire à sa rencontre du jour.

« Tu joues ? »


Elle se doutait de la réponse, mais c'était plus une incitation à jouer ou à tout simplement lui raconter un peu son histoire pour apprendre à le connaitre un peu plus en passant par la musique. Bien plus simple.
Revenir en haut Aller en bas
Camiel
Invité
avatar

Jeu 2 Mar - 21:50
Camiel
Camiel Valenz
Ancien membre
Celle que Camiel avait pris pour une sirène dans son rêve avait une très jolie voix forte et brillante. Elle était parfois un peu trop éclatante pour ses oreilles, mais ce n’était qu’un petit détail parmi tant d’autres. Chacun avait son style, et celui de la jeune fille était sans doute assez strident pour donner assez de punch au jeune garçon qui en avait bien eu besoin. Si elle n’était pas là, il aurait bien continué à jouer le magicien se battant contre le monstre pour sauver la vie d’innocents. Il aimait beaucoup le monde qu’il s’était créé, voulait y rester le plus longtemps possible et surtout, même si cela n’était que pure illusion : pouvoir y passer des jours entiers sans retourner dans le monde réel. Pourquoi le quitter, alors qu’il s’y sentait si bien ? En partie à cause de l’étudiante. Elle méritait bien son rôle de sirène. La sirène entraîne les marins vers leur perte grâce à leurs mélodies enchanteresses ; la fille l’avait sortie de son joli rêve par son chant, lui faisant reprendre conscience avec le monde réel.

Et évidemment, dans le monde réel, la jeune fille était chanteuse. C’était son métier. Camiel se renfrogna légèrement, sans savoir précisément pourquoi. Parce que souvent, les chansons des stars de la musique étaient vides d’émotions. Des chansons mécaniques prétextent pour le profit ! Rien qui ne faisait rêver, rien qui transportait ceux qui les entendaient… Une parodie de musique. Cette fille n’avait pas encore cet horrible défaut, du moins, l’espérait-il. Le jeune Valenz ne connaissait pas le visage de la chanteuse, peut être venait-elle de débuter ? Il haussa les épaules, ne voulant pas chercher plus loin que les faits et les mots qui s’étaient réalisés depuis le début de leur échange. À quoi cela servirait-il de toute façon ? Il avait été tiré de son sommeil, n’avait pas pu apercevoir la fin de son rêve, il se demandait même pourquoi il n’arrivait pas à se mettre en colère contre elle, elle pour avoir aperçu son précieux monde imaginaire sans son autorisation.

Son jardin secret.

Alors que Camiel baissait les yeux, embarrassé, la jeune chanteuse proposa que l’événement quelque peu étrange reste en ces lieux. Comment ça, cela va rester ici, sans que personne ne soit au courant ? Il ne la connaissait pas, elle pourrait révéler son monde à d’autres par mégarde. Le contraire était vrai également. De plus, même si elle trouvait ce pacte équitable, ce n’était certainement pas le cas de Camiel qui, se mordant la lèvre inférieur, pensa sérieusement à une autre proposition de la chanteuse : l’oubli. C’était sans doute mieux, plus rassurant pour lui que de savoir qu’il était le seul à connaître le monde des rêves.
« Peux-tu oublier s’il te plaît ? Je… Je préfère garder ça pour moi. En échange, je me souviendrais uniquement de la sirène. »
Je me souviendrais uniquement du rôle que tu as pris dans mon rêve, celle de la sirène, pensa-t-il en cet instant.

Puis, étrangement, la jeune étudiante le remercia, prenant Camiel de court. Que répondre ? Comment agir ? Pourquoi ? Il ne savait pas et il se sentit confus. Indécis sur que lui rétorquer, il hocha perceptiblement la tête. Ainsi, il espérait être le plus poli possible au vu des circonstances. Au pire, il se rattraperait avec une pirouette de son cru. Il n’aimait pas contrarier les autres, particulièrement la gente féminine : sans pouvoir réellement, cela le gênait énormément, presque autant que s’il avait dévoilé son intégrité.

Par la suite, la chanteuse se présenta comme Anew Lua, élève de troisième année, Exchange section musique. Cela n’étonna pas Camiel, au vu de la prestation qu’il avait entendu quelques minutes plutôt, alors qu’il était encore dans le monde des rêves. Elle lui demanda son nom à lui, au héros d’il y a quelques instants. Son regard posé sur l’instrument, elle lui demanda également s’il en jouait ou plutôt, s’il pouvait jouer. Le plus naturellement du monde, il lui répondit en s’inclinant :
« Camiel Le Magicien, pour vous servir, demoiselle. »
Il ne voulait pas que le rêve se finisse, mais il n’avait pas le choix. À partir de maintenant, il n’était plus le magicien. Il était juste Camiel. Camiel Valenz.

Il s’approcha du violoncelle, le prit dans ses mains, s’installa sur l’unique chaise de la scène, face au pupitre. Il regarda la partition, puis commença à jouer les premières notes du morceau. On pouvait facilement reconnaitre la mélodie qu’il jouait avec entrain. "Let it go", de La Reine des neiges. Un Disney que le jeune musicien avait beaucoup apprécié.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» connextion d'une sirène ext solaire à une POWERMAX
» sirène extérieur
» thème marin (baleine, poisson, sirène) en poésie pour la 6ème
» powermax + et sirène echo 3
» Sirène faible sur veritas R8+

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Institution Indarë :: Hors-jeu :: Rps abandonnés-
Sauter vers: