À droite, l'école et ses élèves normaux, comme tout le monde.À gauche, le centre de redressement pour jeunes dangereux.Maintenant réunis, pour le pire.
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



Votez pour le forum

~ Étendez l'expérience ~

 :: Hors-jeu :: Archives :: Rps abandonnés Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Une bouffée d'air. [PV Kô]

Alex Taylor
Invité
avatar

Jeu 26 Jan - 12:24
Alex Taylor
Alex Taylor
Ancien membre
→ Une bouffée d'air.
ft Kô Shimoda - profil

Attention au chien.



*Le bruit sourd d'une radio qui grésille* Aujourd'hui, samedi 21 janvier 2017, le soleil régnera en maître sur Londres et les températures grimperont rapidement avec 11°C d'annoncer! Et tout de suite retrouvez les infos... *grésillement*

Il allait faire beau aujourd'hui. Je buvais mon café, je ne travaillais que jusqu'à 12h aujourd'hui et je n'étais pas de garde. Je soupirais... C'était chiant. J'avais un rythme de merde... Vraiment. Mais le point positif c'est que le week-end prochain, j'avais au moins 4 jours de repos: vendredi, samedi, dimanche et lundi. Enfin une pause dans ce rythme effréné. Il faisait beau aujourd'hui, j'allais surement pouvoir aller en ville, il fallait que je rhabille Lucas, ses vêtements commençaient vraiment à être trop petits. Puis, ses feutres commençaient à être usés, il allait falloir qu'on rachète de la peinture aussi ! Je ne sais pas pourquoi, mais il adore dessiner, pourtant je n'ai jamais eu la fibre artistique, et je ne pense pas que ça mère non plus... Je soupirais. Je ne voulais plus penser à elle.

Mes pas se dirigèrent vers l'évier où je déposais la tasse, calmement, je commençais déjà à voir tout ce que j'avais à faire aujourd'hui, j'espérais que ça soit un samedi calme... Je commençais alors à ranger mon petit déjeuner, préparant la table pour quand elle se réveillera. Oui, je n'avais pas passé la nuit seul, et alors, je suis un adulte, non? Je vis alors la petite bouille de mon ange. J'eu un grand sourire aux lèvres, me baissant pour prend l'amour de ma vie dans mes bras.

- Il faut aller dodo petit coeur, ce n'est pas encore l'heure... expliquais-je en portant Lucas.

Il se frottait les yeux, un vrai petit coeur. Je l'embrassais pour le remmener se coucher, il était beaucoup trop tôt pour lui... Je le couchais à nouveau dans son lit, il serra presque automatiquement son doudou dans ses bras, je le couvrais, déposant un baiser sur son front. J'avais le coeur déchiré à chaque fois que je le laissais, mais bon, il n'était pas seul, tout irait bien. Je retournais dans la chambre, voyant la jeune fille aux longs cheveux noirs encore endormie. Je ne pouvais que sourire en la voyant comme ça... C'est vrai qu'en voyant l'état du lit, elle avait besoin de dormir. Surtout que cet après midi elle avait entrainement et ce soir un match important. Ouais, il ne fallait pas que j'oublie, je devais être à 19h au stade, il y avait un match important pour les demies finales si je me souviens bien... C'était important pour elle, alors j'essayerais d'y être, puis Lucas adorait voir les matchs de basket, il trouvait ça amusant et surtout quand il jouait avec elle pour s'amuser quand on faisait des sorties au parc, il avait l'air d'aimer ça. Peut-être qu'il allait commencer le basket? Enfin bref.

La matinée se passa plutôt tranquillement. Je n'avais pas eu à faire grand chose, ils n'avaient pas cours le samedi, alors c'était assez calmes... J'avais même eu la visite d'Angie qui se plaignait de mal de tête. Elle et juste deux élèves ISS se plaignant de mal de ventre à cause de leurs règles. Rien de très spéciale. J'envoyais des SMS pour savoir comment ça se passait à la maison, il n'y avait pas l'air d'avoir de problème. Tant mieux... J'étais soulagé. Je sais que Lucas est un petit ange, il n'est pas farouche, mais parfois il peut faire des caprices parce que je lui manque. Mais là, ils avaient l'air de s'amuser. Je pouvais finir ma matinée tranquillement.

12h. Je pouvais enfin quitter mon poste. Je me dépêchais pour ne pas à avoir à gérer une urgence, de toute façon, c'était l'heure! Je rentrais rapidement à la maison, ils étaient en pleine séance coloriage... Embrassant la jeune fille puis Lucas, j'enlevais ma chemise pour mettre une tenue plus... Décontractée. Un bon repas tous les trois, un moment passer dans la joie et la bonne humeur... Mais l'entraînement n'attend pas et elle dû partir. Moi je rangeais l'appartement, pendant que Lucas digérait le repas.

- On va se promener? demandais-je à Lucas.

Même si les températures étaient douces, je n'allais pas traîner trop dehors. Un bon petit pantalon, un haut à manche longue avec un débardeur en-dessous, son petit manteau et une écharpe et voilà monsieur était prêt. Je prenais le nécessaire que je collais sous la poussette, ça permettrait de porter nos achats, Lucas était grand, il pouvait marcher... On arpentait les rues, regardant les petits magasins qui s'offraient à nous. Hampstead était le quartier parfait, il était loin de toute agitation et proche en même temps, il offrait un cadre de vie parfait pour les enfants et les petites boutiques pas chère et très diverses offraient un service de proximité très riche.

D'un coup une vitrine attira mon regard, je m'arrêtais pour la voir, croisant une voisine, je me mettais à parler avec elle. Lucas me lâcha la main mais il s'arrêta juste pour jouer avec un chien...

Le chien lécha ses pattes et Lucas se mit à rire, commençant à lécher ses mains pour imiter le chien... Mais le chien lécha Lucas qui se mit lui aussi à lécher le chien, ils se trouvaient derrière Alex, et le chien commença à grogner, pas vraiment content, mais Lucas n'avait pas conscience du danger et voulu caresser à nouveau le chien... Qui lui était près à mordre la main du garçon.




© Codage by Citron - Institution Indare.
Revenir en haut Aller en bas
Kô Shimoda
En attente de mise à jour
avatar
Masculin
Messages : 23
Né(e) le : 30/03/1999
Date d'inscription : 07/01/2017
Age : 18
Niveau d'études/Métier : troisième année
Situation amoureuse : Célibataire
Nationalité : Japonais
Voir le profil de l'utilisateur
http://indare-division.forumactif.com/t128-la-maladie-est-mon-plus-grand-crime

Ven 27 Jan - 11:12
Trois heure du matin, c'était déjà la quatrième fois que je me réveillais. Il y avait des nuits comme ça ou il m'était impossible de dormir, les voix étaient bien trop fortes et m’empêcher de profiter de mon temps de repos, cela peut paraître excessif mais il était très dur de dormir avec plusieurs personnes qui te chuchotent des mots doux comme "Tu vas mourir" " Fais attention à toi" "méfie toi des gens autour de toi"et ici il ne suffisait pas de se boucher les oreilles pour ne plus  entendre. La seule chose qui me sauvais c'était des petites pilules que certaine personne m'avait autorisé fin obliger à prendre. Il m'arrivait de dépasser la dose indiquée sur la boite mais si seulement les gens pouvaient  savoir comme il est agréable de ne plus les entendre, il me laisserait prendre la boite entière. De toute manière au pire des cas cela ne faisait que m'étourdir et c'était bien pratique pour dormir . Je me levais alors brusquement avant de passer  la main sous mon lit pour attraper la boite des précieux cachets. La boite était en carton, je ne l'avais jamais touché avant d'arriver ici. Les gens de cette école ne me voyait pas comme un monstres, eux aussi avait fait des bêtises et eux aussi purgé leurs peines. Le personnel était plutôt sympa et me donnait plein de responsabilités, j'étais bien décider à ne rien faire de mal quitte à me droguer de petite pilules. J'arracha un cachet de la boite espérant faire taire mes pensés. Il m'avait fallut longtemps avant de savoir qu'il n'y avait que moi qui les entendais. j'avalais ensuite le médicament sans difficulté... "Bon que est ce que je peux faire en attendant que cela fasse effet ?" Je me souvenais que aujourd'hui je n'avais pas cours. " Que-est ce que font les élèves le weekend ?" me disait-je avant de me rendormir presque instantanément.  

Même si je ne m'étais pas réveillé de nouveaux pendant la nuit, j'avais eu du mal à me lever le matin, le manque de sommeil et une nausée matinal m'empêcher de quitter mon lit. Je préférer faire comme ci de rien était, j'avais l'habitude de ses nausée surement du à mon traitement, puis je n'aimer pas les docteurs quand je leurs disait que j'avais mal au ventre ils appuyaient dessus comme des sadiques en me répétant "Ici tu as mal ?!". Sa me donnait envie de les taper parfois même de les tuer. Je n'aimais pas rester allonger alors après avoir passé la mâtiné à lire quels que leçon dans la cour de l’établissement, je décida de sortir en ville boire un Bubble tea ! Il n'y avait rien de mieux que cette boisson pour me calmer. Je pouvais tout faire pour en boire même des paries stupides et dangereux. Il ne faisait pas mauvais dehors et le soleil briller, c'était parfait pour sortir ! Vers  quinze heure, Je me faufilais dans le métro, ça sentais la transpiration et les gens se collaient entres eux. les femmes avait posé des mouchoirs sur les barres pour séparer leurs mains du métal, cela arrivait souvent. "Que est ce qui les empêchaient de toucher les barres ?" Le seul moyen de répondre à cette question c'était de touchait la barre, c'est ce que je fis  mais rien ne se passait et tout le monde s'en foutaient. J'étais un peu déçus, mais il était temps pour moi de descendre. Je remonte les escalators de la sortie de métro plusieurs fois pour m'amuser puis mon ventre me rappela dans un bruit sourd qu'il était temps de manger. Je remonta alors la ville doucement écoutant les conversations des gens et en regardant les vitrines des bâtiment à ma droite . J'adorais sortir en ville, car pendant mes cinq années à l’asile  j'avais était privé de sortie, pourtant les voix dans ma tête me paraissaient abstraite dans le brouhaha des gens. L'odeur de la nourriture et du café chaud était agréable, qu'importe les chaînes électriques à mon pied qui me rappeler mon crime et ma maladie, ici j'avais l'impression d'être normal. Il m'arrivait de rentrer dans des boutiques pour regarder ce que je ne pouvais pas acheter, on va dire que cela m'occupait, souvent je calculé en bubulle tea le  prix des articles et cela me suffisait à ne plus me donner envie de l'avoir.

Le samedi avait plutôt bien commencé et je me baladais jusqu'à ce que un bruit que j'avais déjà entendu auparavant retenu mon attention, c'était le grognement d'un chien, j'avais un peu peur de ces bêtes quand j'étais plus jeune un gros chien m'avait mordu très fort alors que je me rendais à l'école, j'étais seul ce jour là et trop petit pour me battre contre lui. Je donnais des coups de pieds j'hurlais dans le village mais la bête ne m'avait lâchait qu'après de longues minutes de torture. Mon père ne pouvait pas me conduire à l’hôpital et j'avais enchaîné infection sur infection. Deux mois à boiter et à souffrir à cause de ce monstre. Le jeune qui était en face du chien était un bambin, il n'avait pas l'air d'avoir peur. Le courage et l’innocence de cette enfant m'avait un peu surpris au début, "si seulement moi aussi je pouvais sourire comme ça quand on m'agressait". Le grognement du chien se faisait de plus en plus fort et il sautilla une première fois sur place comme pour prévenir de son attaque imminente. Tout le monde autour de lui avait l'air occupé même l'adulte juste derrière l'enfant n'avait pas l'air de le remarquer. Sans réfléchir une seconde de plus je sprinta traversant la route  faisant klaxonner une voiture. Je trébucha sur le rebord du trottoir et en profita pour attraper la queue du chien qui se retourna rapidement m'agrippant le bras avec sa gueule, je le mordis à mon tour au niveau de l'oreille mais il m'attaqua au visage, le chien hurlait mais je ne savais pas si c'était de colère ou de peur, je le plaqua au sol de mon autre main le laissant arracher un peu la peau de ma joue. Serrant alors  fort  mes mains comme pour lui demander de se taire. Ma pression était de plus en plus fort alors que le chien crier de moins en moins fort, mais mes mains ne voulaient pas le lâcher mon regard fût alors tourner vers l'homme qui était juste devant moi, "ce ne serait pas l’infirmier du bahut ?" Je me rendis alors compte de la violence don je faisais preuve. "Est-ce que je vais être punis pour ce que j'ai fait ? J’espère qu'ils ne vont pas m'enfermer..." Mes pensées était chamboulé. Le chien qui avait sentit la pression de mes mains sur lui diminué en profita pour s'enfuir. Je tourna la tête vers le bambin qui devait me prendre pour un tortionnaire, "j'ai juste voulus te défendre"me disais-je  suppliant le bébé du regard. Je tourna de nouveau la tête au bout de quels que seconde afin de regarder l’infirmier qui j'avais oublié avait une certaine carrure, il était plutôt grand et musclé  (pas comme cette tapette de chien) il était connut à l'école, beaucoup de filles faisait semblant d'être malade rien que pour allaient le voir. Je ne comprenais pas vraiment leurs techniques de drague, c'est vrai quoi ?! personne ne séduit quand il est malade. Dire à quels qu'un que tu as des problèmes intestinaux et tout sauf attractif... Bref  de toute manière pour moi l'amour était quels que chose que je ne pouvais pas vraiment comprendre  la seule preuve d'amour que j'avais faite m'avait envoyé en prison.  Je suppose que celui-ci allait me renvoyer à l'école immédiatement et je n'osais pas vraiment bouger. Les voix dans tête se moquait de moi. Et j'avais l'impression de repasser au tribunal, j'avalais un peu de salive avant de l'écoute.


Je n'ai absolument pas peur de courir dans les ténèbres.
Mon âme les a parcouru sans jamais s'arrêter..



Revenir en haut Aller en bas
Alex Taylor
Invité
avatar

Ven 27 Jan - 15:12
Alex Taylor
Alex Taylor
Ancien membre
→ Une bouffée d'air.
ft Kô Shimoda - profil

Sauvetage.



La scène avait été tellement... Rapide. Je ne sais pas vraiment ce qui s'était passé, je m'étais retourné en entendant les klaxons de voiture, mon coeur s'était figée en un instant, je ne sentais plus la main de  Lucas mais il n'avait pas quitté mon dos, mais à un instant j'avais pensé l'avoir perdu... Non. Tout allait bien ou plus ou moins, j'avais vu mon fils et un garçon qui s'était jeté sur le chien. Instinctivement j'avais pris Lucas contre moi... Je n'avais pas vu ce qui s'était passé à par le chien qui était parti en courant, mordant le garçon avant. Je restais un peu intrigué puis je reconnaissais le visage du garçon, c'était un élève du lycée... Je ne me souvenais plus de son nom, je savais que je l'avais déjà vu plusieurs fois, dans la salle d'isolement si je me souviens... Comment s'appelait-il? Je sentais alors Lucas se débattre, je le serrais surement trop fort. Le lâchant, je le voyais marcher vers le garçon...

- Ah mon dieu, mais ce garçon est malade dans sa tête! Vous avez vu comment il a attaqué ce pauvre chien?

Je regardais la dame d'un air pas tellement sympa. Avait-elle vu la scène? Je m'approchais alors, prenant une voix calme. Avant que Lucas ne prenne la parole.

- Méchant Waf waf, il a fait grrr sur moi...

Alors c'était ça qu'il s'était passé? Le chien avait grogné sur Lucas et ce garçon s'était jeté pour le mordre? Je soupirais. Je n'étais pas en colère contre le garçon au contraire, mais plus contre moi même, parfois j'étais vraiment un père indigne... Insouciant. Je regardais la dame lui expliquant alors, elle partie en étant choquée de la scène, blâmant le garçon. Rah, il y avait vraiment des imbéciles. Tirant la poussette, je regardais le jeune élève, lui adressant un sourire chaleureux, je lui tendais la main pour l'aider à se relever.

- Je te remercie d'avoir protéger Lucas... J'aurais du faire plus attention...

Oui, c'était naturel de le remercier, il avait quand même porté secours à mon fils, alors que moi, qui était à côté, je n'avais rien vu... Qu'est-ce que je m'en serais voulu si le chien avait mordu Lucas! Mon dieu, je crois que je ne me le serais jamais pardonné... Mais aussi, je crois que j'aurais été bon pour m'expliquer devant le médecin, et pour qui j'allais paraître? Un bon à rien qui ne sait même pas s'occuper de son fils? Je me mordais l'intérieur des joues, quelle honte. Je crois que je devais beaucoup à ce jeune garçon! Comme quoi, vous voyez que tous les élèves d'IRS ne sont pas tous mauvais. J'allais retenir cet acte de bravoure. Je regardais Lucas tendre les bras vers le garçon, peut-être que lui aussi voulait le remercier ? Après tout, Lucas avait du avoir bien plus peur du chien que de l'acte du jeune homme. Du moins, il avait du savoir qu'il l'avait sauvé et que son but n'était pas de lui faire du mal... Lucas était petit, mais il était assez intelligent pour son âge. Je les regardais, souriant, Lucas avait un grand sourire envers le garçon et répétait plein de fois "Merci"...

- Bobo joue! avait-il dit en montrant la joue du garçon tristement

C'est vrai, il avait une légère blessure à la joue. Je me tournais pour prendre dans le sac de Lucas une petite trousse de secours, oui, j'en avais toujours une quand je sortais avec Lucas, il y avait des pansements, du désinfectant, une pince pour enlever les déchets qui se mettrait dans les plaies, des ciseaux, bref, un petit nécessaire de soin. Je regardais alors à nouveau le garçon,

- Je te dois ça... Ne t'inquiète pas, ça fera pas mal, c'est un produit exprès, ça ne piquera pas, je l'utilise sur Lucas quand il se blesse. lui dis-je doucement en sortant le désinfectant en spray.

J'approchais, quitte à me faire mordre par le garçon, la compresse et j'appuyais deux fois avant de tapoter pour nettoyer tout ça avec douceur. Lucas lui prit la main avec un grand sourire, comme s'il voulait le soutenir. Nettoyant correctement la plaie et séchant le contour, je regardais, puis hocha la tête, plus qu'à mettre un petit pansement et c'était bon... Pauvre garçon. Je soupirais, et d'un léger sourire je le regardais,

- Qu'est ce qu'il te ferait plaisir ? C'est pour te remercier!

Je pouvais bien lui acheter un truc, lui rendre un service en retour ou bien l'emmener boire quelque chose, après tout, il avait bien sauver Lucas... Je ne pourrais jamais le remercier dignement.




© Codage by Citron - Institution Indare.
Revenir en haut Aller en bas
Kô Shimoda
En attente de mise à jour
avatar
Masculin
Messages : 23
Né(e) le : 30/03/1999
Date d'inscription : 07/01/2017
Age : 18
Niveau d'études/Métier : troisième année
Situation amoureuse : Célibataire
Nationalité : Japonais
Voir le profil de l'utilisateur
http://indare-division.forumactif.com/t128-la-maladie-est-mon-plus-grand-crime

Ven 27 Jan - 20:13
Comment cela avait t'il pus arriver ce bébé venait de me sauver à mon tour ? J'étais sous le choque pourtant tout c'était retourné contre moi, c'est cette enfant qui avait changé l'affaire.  L’infirmier m'avait tendu la main, un sourire chaleureux, j'ai supposé que c'était son père ils avaient un air de ressemblance.

- Je te remercie d'avoir protéger Lucas... J'aurais du faire plus attention...

Encore un peu sonné je ne répondais pas mais je pouvais lire les remords dans ses yeux, il se sentait coupable de ne pas avoir pus défendre le petit garçon qui venait de reproduire le geste de son père en me tendant la main à son tour.  Tout avait étais si vite je n'avais même pas prit le temps de me rendre compte que je venais de sauver un enfant d'une morsure douloureuse.  Je me releva seul évitant la mains du jeune infirmier. Je n'avais rien contre lui et je le remercier même de ne pas me juger,  je voulais juste lui montrer que j'allais bien et que je pouvais me débrouiller seul. Le petit avait remarqué ma blessure qu'il pointé du doigt en disant :

Bobo joue !

C'était presque drôle, quel gamin  attentif  !  je n'avais pas besoin de lui expliquer qu'il avait tout compris à ce qu'il venait de se passer. L’infirmier sortie une trousse avec du matériel, je supposais qu'il n'était rare de voir  un docteur qui se balade avec des trousses de soins . Je pensais d'ailleurs  que c'était pour le petit Lucas à la base, jusque à ce qu'il pointe son spray sur moi. Je reculais alors de quels que pas surpris et agacé, je déteste que l'on me soigne, je déteste que les gens s'approchent trop prêt de moi. On avait pourtant du lui dire de ne pas s'approcher des psychopathes comme ça.

- Je te dois ça... Ne t'inquiète pas, ça fera pas mal, c'est un produit exprès, ça ne piquera pas, je l'utilise sur Lucas quand il se blesse.

Je tournais un instant les yeux vers Lucas, je savais très bien qu'il mentait tous les médecins disent que ça ne fait pas mal mais  avant même que je puisse réagir il tamponna ma joue du produit. Il avait bien du courage pour oser le faire avec tant  de franchise, c'était surement une habitude pour lui.  Les gestes de monsieur l’infirmier était plutôt délicat et il avait l'air appliqué dans ce qu'il faisait et je n’opposa pas de résistance, il m'arrivait de grogner un peu, c'était gênant et étrange pour moi c'était la première fois que je n'avais pas envie de tuer un docteur. Je sentis la main de Lucas attraper la mienne, je le regardais sans vraiment comprendre mais son sourire marqué sa bienveillance. Il était tellement jeune et innocent, pourtant j'avais l'impression qu'il avait réussis à me comprendre là ou les adultes avait échoué. Ce n'était qu'un enfant et  je me faisais des idées mais qu'importe c'était sympa alors je lui souriais en retour. L’infirmer qui avait apparemment fini me regardait gentillement.

Qu'est ce qu'il te ferait plaisir ? C'est pour te remercier!

Au début je ne voulais rien mais mon ventre me rappela très vite ce que j'étais venu faire en ville.

-Et bien si vraiment sa te tien à cœur de me récompenser j'étais venu boire du bubble tea, j'ai lus dans le journal de l'école qu'il y avait un café qui avait ouvert pas très loin.  Si tu as un peu de temps devant toi et un peu d'argent pour m'acheter une boisson, on pourrait peut être y allez ensembles ?

Si je pouvais avoir du bubble tea gratuit je n'allais surtout pas m'en priver, j'avais scruté plusieurs fois les yeux de l’infirmier, c'était le seul moyen pour moi de comprendre un peu mieux les gens. Il avait le regard franc, mais tout ce que je pouvais voir c'était la culpabilité surement dû au petit accident juste avant.  Je n'avais jamais vraiment ressentis de la vrai culpabilité, la seule chose que je regretté c'était de ne pas avoir connus mes petites pilules plus tôt, j'en prit d'ailleurs une nouvelle que j'avais glissé au font de ma poche. Pour l'instant les voix était supportables mais parfois cela pouvait dégénérer et il était impossible de réfléchir tellement elle parlaient fort, il ne fallait pas prendre le de risque devant l’infirmier et surtout devant Lucas. J'avala la pilule ... "Il faudrait vraiment que je me limite à deux par jours comme c'est écrit sur la boite.... Si je vide la boîte trop vite, ils vont finir par se douter de quels que chose et je n'aurais plus le droit de garder la boite."  Mon regard fût alors attirer sur les couples qui se balader au alentour, je fixa alors le jeune homme seul avec Lucas. "Mais elle est ou la mère de Lucas enfaîte ?  Elle travaille peut être. Je me demande à quoi peut bien ressembler la petite amie de l’infirmier ? Je me demande comment il est avec sa femme." Je pouffa de rire un instant imaginant l'homme prononçant des poèmes à sa douce moitié, pour finir par se rouler des grosses pelles, puis.. Je secoua la tête pour m'éviter d'allez plus loin. Moi est mes pensés alors..  Je souriais du coin des lèvres. Mais la faim me sortie une nouvelle fois de mes pensés.

-Tu attend peut être quels qu'un ? Si c'est cas j'irai seul. J'ai trop faim et surtout soif.

Je ne l'avais même pas écouté juste avant, je m'étais perdu dans mes pensés trop vite et si cela se trouve il m'avait déjà répondu une première fois pour me dire qu'il ne voulait pas allait au café. Tant pis si c'était le cas il allait devoir le répéter. Je regarda Lucas avant de sourire.

-D'ailleurs vu que je ne connais pas ton nom monsieur l’infirmier je t’appellerais machin.

Le jeune psychopathe glissa un léger sourire un peu sadique avant de le fixer prêt à le suivre.


Je n'ai absolument pas peur de courir dans les ténèbres.
Mon âme les a parcouru sans jamais s'arrêter..



Revenir en haut Aller en bas
Alex Taylor
Invité
avatar

Sam 28 Jan - 10:30
Alex Taylor
Alex Taylor
Ancien membre
→ Une bouffée d'air.
ft Kô Shimoda - profil

Bubble tea party !



Dans mon métier, on nous avait toujours appris à être prudents. Là je venais clairement d'ignorer ce passage de formation, certes j'avais affaire à un psychopathe selon les autres, mais pour moi, c'était avant tout un humain, ce n'était pas une bête féroce. Certes, il avait montré de nombreux signes de violence, de schizophrénie, qu'il pouvait tuer quelqu'un... Mais il n'avait pas ce regard dangereux. J'avais fais mes stages d'infirmiers en asile, là où les "vrais" psychopathes sont enfermés. Je les ai beaucoup côtoyés, j'ai beaucoup étudié sur eux, je peux le dire sans trop me tromper qu'ils ont tous un certain regard avant de faire une crise. La pupille de leur yeux se rétracte, un tic avec la bouche, avec les mains, leur expression entière change... Là, il avait l'air plutôt... Calme? Ouais, on pouvait dire ça. Je dirais presque shooté, respectait-il bien les doses que les médecins et moi de l'école lui avions prescrits? N'abusait-il pas? J'étais un peu sceptique, il allait falloir que je le vois à l'école.
Je ne sais pas si on peut dire ça, mais la présence de Lucas avait du beaucoup aider aussi... Pour moi les élèves de l'école, Potion comme Forge ne sont pas des monstres. Je sais qu'il faut prendre des précautions, mais plus on les traite différemment, plus ils se sentiront exclus et plongerons un peu plus dans leur folie... C'est pour ça que j'avais traité ce garçon comme un humain et non un "malade". Puis pourquoi devrais-je avoir peur? Si je commençais à avoir peur, j'allais devoir arrêter mon métier tout de suite, si je n'étais pas capable de voir le côté humains de ces jeunes personnes, qui pourrait le faire ? Je suis d'accord, certains médecins les voient comme des patients, juste des numéros de dossier, des "gens de passages" pour certains. Mais eux, ils avaient besoin d'un peu plus d'attention, dans ce monde où ils étaient déjà délaissés. Enfin, je disais ça, mais je prenais assez de recul aussi pour ne pas m’empêtrer dans le sentimentaliste ou trop m'attacher, ou me laisser totalement aveugler par ce qui me semble le plus juste. Il y avait une éthique, des règles à respectées... Mais bon, certaines étaient vraiment trop connes. Puis, si on le laissait sortir dans les rues, c'est qu'il n'était pas "si dangereux", non? Je ne pense pas que les Ed'Ruecus veulent un scandale: "Ils lâchent "leurs monstres" en ville sans surveillance!". Non.

-Et bien si vraiment sa te tien à cœur de me récompenser j'étais venu boire du bubble tea, j'ai lus dans le journal de l'école qu'il y avait un café qui avait ouvert pas très loin.  Si tu as un peu de temps devant toi et un peu d'argent pour m'acheter une boisson, on pourrait peut être y allez ensembles ?

Un bubble tea? Qu'était-ce donc ce truc? S'il savait qu'on pouvait en trouver là bas, pourquoi pas. Je rangeais les affaires, lui donnant une réponse positive. Lucas souriait et ne semblait pas vouloir lâcher le garçon, d'ailleurs, il le regarda:

- Moi aussi ! Bubu ti !

J'étouffais un rire à sa phrase, refermant la pochette de soin et la rangeant dans le grand sac, je regardais les deux garçons, on allait pouvoir se mettre en route, mais le garçon semblait ailleurs, il cherchait quelque chose? Ou il devait réfléchir avec lui même. Avant qu'il ne s'adresse à nouveau à moi. Attendre quelqu'un? Qui pourrais-je bien attendre? Je secouais la tête négativement.

- Non, je me promenais seul avec mon fils, Lucas, donc on peut y aller, je ne connais pas, ça me fera une bonne raison de connaître !

C'était donc sur ces bonnes paroles que je reprenais la poussette de Lucas, lui tendant la main, je le vis faire son air boudeur, il voulait marcher avec le garçon, j'haussais les épaules, tant que ça ne gênait pas le lycéen. D'ailleurs, c'était quoi son nom déjà?

-D'ailleurs vu que je ne connais pas ton nom monsieur l’infirmier je t’appellerais machin.

Il avait lu dans mes pensées? Je soupirais, à moitié amusé, si ça lui faisait plaisir. Je le reprenais alors me tournant un peu vers lui tout en marchant vers le petit café.

- Si ça te fait plaisir, mais sinon, je m'appelle Alex... Et toi, c'est quoi déjà ton nom?

Ouais, je retenais pas vraiment les noms de tous les élèves, mais en même temps, vu le nombre qu'on avait à charge! Je marchais donc jusqu'au petit café... Je regardais intrigué la vitrine où diverses billes de... C'était quoi? De la gélatine? Surement. Ca m'avait l'air riche en sucre ce machin! J'étais un peu perplexe, mais bon, pour une fois, on pouvait se faire plaisir, non? Surtout que je fumais, alors bon, les morales des médecins, ça va bien cinq minutes hein. Une fois à table, je prenais la carte pour regarder, tout en laissant Lucas regarder avec curiosité les billes à travers la petite vitrine. Je rigolais en le voyant poser doigt sur la vitre et tapoter comme s'il voulait les éclater... Il y avait différents parfum, heureusement qu'il y avait une petite explication, il fallait choisir le thé, les billes, si on voulait du sirop dedans, et d'autres trucs... Mmh. Intéressant. Je regardais alors le garçon,

- Prends ce que tu veux, tu peux même prendre à manger!

J'allais prendre un moyen bubble tea pour Lucas et moi, mais j'allais devoir faire attention qu'il ne s'étouffe pas avec les billes. Pour ce qui est de manger, un gâteau au chocolat pour le petit gourmand et moi... Surement une crêpe. Ouais, c'était bien.




© Codage by Citron - Institution Indare.
Revenir en haut Aller en bas
Kô Shimoda
En attente de mise à jour
avatar
Masculin
Messages : 23
Né(e) le : 30/03/1999
Date d'inscription : 07/01/2017
Age : 18
Niveau d'études/Métier : troisième année
Situation amoureuse : Célibataire
Nationalité : Japonais
Voir le profil de l'utilisateur
http://indare-division.forumactif.com/t128-la-maladie-est-mon-plus-grand-crime

Lun 30 Jan - 13:03
Le petit Lucas avait l'air enthousiaste par l'idée et son père ne mit pas longtemps à donner une réponse positive.

- Si ça te fait plaisir, mais sinon, je m'appelle Alex... Et toi, c'est quoi déjà ton nom?

-Kô.... .

Je n'aimais pas vraiment que l'on m'appelle par mon nom de famille, je n'avais pas de famille à mes yeux alors juste Kô c'était très bien même si il était rare de voir le personnel du bahut m'appeler par mon prénom. On arriva rapidement au fameux café, l'ambiance avait l'air  sympa , le décor était cool et l'enthousiasme du bambin  qui tapé sur la vitrine me faisait doucement rire. J'avais hésiter longtemps mais je fini par choisir un bubble tea au thé et au chocolat.

- Prends ce que tu veux, tu peux même prendre à manger!

Juste un bubble tea me suffisait, mais je devais admettre qu'il était plutôt sympa de me le proposer. On installa rapidement à une table, il y avait beaucoup de monde, surement à cause de l'ouverture qui était récente. Le bubble tea était vachement bon, je me souvenais pas avoir bu un bubble tea aussi bon depuis longtemps.  Plongé dans mes pensés, j'oubliais presque que je n'étais pas seul. Cela faisait un moment que je n'avais pas était invité, je n'avais eu que deux vrai amis dans ma vie et depuis que j'avais arrêté et emprisonné  je n'avais pas eu de nouvelle d'eux. On allait souvent boire du bubble tea ensemble à une époque... Enfin... Pour eux je ne devais être qu'un meurtrier à présent. Des tas de souvenirs me revenait à l’esprit jusque à ce que mon regard retombait sur Lucas. Il avait l'air très intelligent pour son âge,  il savait bien communiquer et je pouvais facilement discerner ce qu'il aimait ou pas. Je me demandais comment était sa vie chez lui, en tout cas son père avait l'air de beaucoup l'aimer, je me demandais souvent aussi ce que c’était d'avoir un père.... Je souriais un peu à Lucas. Sa présence était plutôt bénéfique je n'avais pas entendu mes voix depuis un moment et c'était rare que celles ci s'arrêtent complètement. Je fouilla alors dans ma poche avant de sortir un petit chat noir en plastic pour le tendre à Lucas.

- Tien, on m'a donné ça quand j'étais jeune c'est le seul truc que j'ai réussis à ne pas perdre ou abîmer, je te le donne si tu veux de toute manière je suis trop vieux pour jouer avec.

Je regarda ensuite machin qui n'avait pas encore fini son asiette.

- Désolé j'ai rien pour toi machin, j'avais un super couteaux de collection avant mais la police me l'a enlevé pour faire des analyses et elle ne me l'a jamais rendu... Qui aurait cru que les policiers était des voleurs...

Je soupira une fois avant de tourner les yeux vers la caisse ou les gens attendaient pour commander, j'avais déjà presque vidé ma boisson, ils devraient en mettre plus dans leurs gobelets.  J'aspira la dernière boule puis les dernières goûtes de la boisson avec la paille qui faisait un bruit désagréable.  Je fixa alors Lucas avant de reprendre la parole

- Dis il a quel age Lucas  ? Tu as l'air jeune pour avoir un gamin, c'était un accident ?

Si sa se trouve il était super vieux, je n'en savais rien enfaîte mais Alex ne
ressemblait pas à tout les papa que j'avais pus croiser. La preuve toutes les filles du bahut l'apprécier, c'était donc bien qu'il avait l'air jeune. En tout cas c'était un des seuls docteurs qui ne m'avait pas traumatisé en me soignant, au final quand je repensais à ma blessure je me disais que je l'avais jugé un peu vite. C'est vrai que cela ne me faisait pas si mal que ça, sa changeais de l'asile.  Je me souvenais encore de cette longue table, des sangles... Du regard des docteurs. Je ne pouvais pas m’empêcher de les détester à chaque fois que je repensais à eu j'avais de vrai envie de meurtre. Je mordu alors dans ma paille un grand cou comme pour me détendre, Je fouilla dans ma poche à la recherche d'un cachet. "Non non, l’infirmier m'a vu en prendre un déjà tout à l'heure il faut mieux que je m'en passe" me disais je
Je souriais à celui ci  comme pour lui dire de ne pas s'inquiéter, après tout je lui devais bien ça. Je sortis alors mon portable pour regarder l'heure, il était encore très tôt et les gens continuaient de rentrer en masse dans le café.

- En tout cas merci pour le bubble tea et pour le soins. Je ne t'ai pas demandé mais que est ce que tu faisais dehors ? Tu avais quel que chose de prévus ? Je m'ennuie un peu à l'école, le weekend  il n'y a rien a faire. Puis c'est rare que je croise des gens d'indare

Oui c'était peut être un peu forceur mais en même temps je n'avais vraiment pas grand chose à faire. Puis je n'avais pas envie de rentrer toute suite.

- Et Machin, au faite pourquoi tu as choisis d'être infirmier ? Ce n'est pas trop chiant de s'occuper de gens malades ?


Je n'ai absolument pas peur de courir dans les ténèbres.
Mon âme les a parcouru sans jamais s'arrêter..



Revenir en haut Aller en bas
Alex Taylor
Invité
avatar

Mer 15 Fév - 15:23
Alex Taylor
Alex Taylor
Ancien membre
→ Une bouffée d'air.
ft Kô Shimoda - profil

On va au parc?



Kô... Kô Shimoda. Voilà. J'arrivais enfin à remettre son nom et son prénom sur sa tête... Oui, je me souvenais bien à présent. Je mangeais tranquillement ma crêpe, le laissant boire son bubble tea, je m'assurais plus que Lucas n'en foute pas partout qu'autre chose, il mangeait comme un cochon parfois! Enfin, je pouvais parler, je venais de faire tomber du sucre sur mon t-shirt... Bon, heureusement que ça ne salit pas, je frottais juste pour l'enlever et voilà. Tournant la tête, je voyais Lucas s'agiter, je me demandais pourquoi quand Kô lui tendait ce petit chat. Je souriais, avant d'essuyer les mains de mon fils, je ne voudrais, il avait plein de chocolat... Et sans que je ne dise quoi que ce soit, Lucas se leva et tira un peu sur la manche du garçon pour lui faire un bisou sur la joue.

- Machi Kô!

Je souriais avant de caresser la tête de Lucas qui revenait s'asseoir pour le féliciter, il avait dit merci tout seul. Même si c'était normal, je tenais à lui dire que son action avait été bien... En plus, il était vraiment content, il fit courir le petit chat en plastique sur la table avant de lui donner un bout de chocolat en rigolant puis le mangea avant de dire que le chat avait tout manger! J'étouffais un rire. Puis je secouais la tête suite aux paroles du garçon...

- Merci mais je n'en ai pas besoin, puis c'est un cadeau pour Lucas ! Et effectivement... Il aurait pu le mettre dans une boîte pour le confier à quelqu'un... Mais bon, je pense qu'ils ont fait ça pour ta sécurité!

J'avais secoué les épaules. Ca ne se faisait pas vraiment, mais en même temps, Kô était qualifié de personne "dangereuse", ça ne m'étonnait même pas qu'il lui avait fait ça... On prend bien les lacets et les ceintures des prisonniers pour éviter la pendaison, alors on n'allait surement pas lui laisser un couteau dans les mains.

Je mangeais ma crêpe. C'était sympa de sa part de vouloir me donner quelque chose, mais je n'en avais pas vraiment besoin... Puis s'il pouvait s'amuser en notre compagnie, ça serait déjà bien. Lucas appréciait vraiment le garçon, enfin, il n'était pas difficile et si en plus il lui offrait un jouet! Haha. Je terminais ma crêpe, avant de m'attaquer à mon bubble tea, surveillant Lucas du coin de l'oeil car il buvait le sien... Je n'avais pas spécialement envie de finir aux urgences car il se serait étouffé avec une bubble !

- Dis il a quel age Lucas  ? Tu as l'air jeune pour avoir un gamin, c'était un accident ?

Je plantais mon regard dans celui du garçon... La question était assez compliquée finalement. Lucas n'était pas un accident, c'était un peu cruel d'appeler ça comme ça... C'est comme si j'avais commis quelque chose de grave, ou comme si je cherchais à justifier sa venue au monde: "Oh désolé, tu étais un accident, une capote trouée..." Non. et pourtant, je ne pouvais pas dire qu'il était "prévu", si, mais pas "tout de suite"... Comme si on contrôlait la création et la vie humaine. Je soupirais discrètement, même si le garçon allait le remarquer, mais ma blasitude et mon détachement habituel revenaient rapidement.

- Lucas a trois ans, il aura 4 ans à la rentrée prochaine... Et je ne suis pas tout jeune non plus, j'ai 29 ans! Et non, ce n'était pas un accident, disons qu'il est arrivé quand il a voulu ! expliquais-je avant de boire dans mon bubble tea.

Je vois très bien les mauvaises langues parler d'avortement si on n'en avait pas voulu. Seulement, le délais d'avortement était passé et ni ma femme ni moi ne voulions l'abandonner... On s'en sentait capable si on peut dire. Du moins c'est ce que je pensais, je pense que j'étais le seul qui était réellement préparé à ce qui nous arrivait. Jusqu'à qu'elle nous abandonne... Enfin. On était heureux ensemble, c'était tout ce qui comptait à présent.
Je sortais de mes pensées en regardant le garçon... C'était très bien qu'il n'est pas encore prit cette pilule...

- Attention à l’accoutumance Kô... chuchotais-je

Je n'allais pas lui faire la leçon, ça ne servait à rien, surtout que j'étais là en tant que père et non en tant qu'infirmier. Mais je n'allais pas le laisser faire n'importe quoi devant moi...

- En tout cas merci pour le bubble tea et pour le soins. Je ne t'ai pas demandé mais que est ce que tu faisais dehors ? Tu avais quel que chose de prévus ? Je m'ennuie un peu à l'école, le weekend  il n'y a rien a faire. Puis c'est rare que je croise des gens d'indare

Mais heureusement, la discussion changea totalement, et c'était mieux comme ça. Je regardais Lucas puis la poussette avant de regarder à nouveau Kô, et zieutant Lucas qui jouait avec son petit chat... Il avait l'air de bien l'aimer.

- Mmh, on allait juste au parc et regarder les magasins... Mais je pense que ça fera du bien à Lucas d'aller courir et jouer au parc! expliquais-je avant que Lucas n'intervienne...
- On va au pak? Avec Kô?

J'étouffais un rire avant de lui caresser la tête, lui répondant simplement que si le garçon était d'accord. J'avais jeté un regard à Kô. Peut-être avait-il autre chose à faire que de s'amuser avec un bambin. A sa question, je secouais la tête, commençant à prendre nos affaires, après avoir fini:

- Pourquoi j'ai voulu faire ça...? Très bonne question... Surement pour pouvoir soigner des enfants, des jeunes qui ont toute leur vie devant eux... lançais-je un peu dans le vague.

La vérité, c'est que j'avais fais beaucoup trop de mal dans ma jeunesse... J'avais blessé beaucoup de gens, et j'avais détruis psychologiquement beaucoup de personne. Surement une recherche de pardon... Haha, c'est vraiment con, n'est-ce pas?




© Codage by Citron - Institution Indare.
Revenir en haut Aller en bas
Kô Shimoda
En attente de mise à jour
avatar
Masculin
Messages : 23
Né(e) le : 30/03/1999
Date d'inscription : 07/01/2017
Age : 18
Niveau d'études/Métier : troisième année
Situation amoureuse : Célibataire
Nationalité : Japonais
Voir le profil de l'utilisateur
http://indare-division.forumactif.com/t128-la-maladie-est-mon-plus-grand-crime

Mer 12 Avr - 8:55
Plus le temps passait et plus j'étais à l'aise avec eux, de toute mon existence je ne me souvenais pas avoir déjà rencontré un docteur avec qui j'arrivais à discuter. Dans les yeux de l’infirmier et son fils je me voyais enfin comme une personne normal et non comme un monstre psychopathe que l'on enchaîne et  à qui on fait avaler plus de cachet que de nourriture. Alex avait le regard blasé  d'un forge et semblait jeune au premier abord et d'après ce que j'avais pus comprendre il n'aimait pas trop que l'on dise que son fils était un accident.

- Attention à l’accoutumance Kô... 

Je  regardais de gauche à droite plusieurs fois avant de regarder Alex de nouveau un peu choqué, en vérité je ne savais pas ce que voulais dire accoutumance mais je ne voulais pas passer pour un idiot alors je préféra me taire et simplement faire comme ci je n'avais pas entendu. Alors que la discutions avait repris son cours Lucas me proposa une balade au parc ce que son père ne refusa pas. Il avait l'air intelligent pour un enfant de son age, il savait très bien communiquer et on aurait dit qu'il comprenait plutôt bien les choses, en tout cas beaucoup mieux que moi. Je regardais le docteur s'occupait de son fils, il devait vraiment  l'aimer, ce qui était normal quand on avait un fils comme le jeune Lucas. Je l'envier un peu au fond car chez lui j'imaginais qu'il avait la petite vie parfaite, une vie dont tout le monde pourrait rêver. Des vagues souvenir de mon passé revenaient et me coupa dans la discutions. D'après ce que je pouvais encore entendre en fond Alex était un type bien qui avait choisis son métier car il aimait les jeunes et qu'il voulait les aider, tout le contraire de mon père qui avait pourris mon enfance et même toute ma vie. Je savais bien qu'il ne fallait pas que je pense à ce genre de sujet car je pouvais prendre autant de traitements que je voulais, rien ne pouvais passer mon envie de le tuer. Pour lui c'était une chance d'être en prison car je m'étais promis que des qu'il sortirait je le tuerais, mon cœur se sériait aussi fort que mes poings, à chaque fois que je repensait à mon père je sombrais dans une profonde déprime. Les sons autour de moi changeais petit à petit jusque à ce que je n'entende plus rien mise à part un gobelet qui était tomber par terre, le bruit raisonna comme une explosion dans ma tête. D'un coup tous les bruits autour de nous reprenaient en puissance « Tue, Tue » J'entendais des voix et mon cœur s'accélérer, Tout les gens me regardaient , ils voulaient tous me tuer, Alex aussi. Je secouais la tête essayant de garder mon calme mais il m'était impossible de le faire chaque bruit je l'entendais comme en décalé . Ce n'était vraiment pas le moment…. Ma respiration avait accéléré en même temps que les battement de mon cœur, si je continuais je risquerais de faire peur à l’infirmier et il ne me laisserait plus me balader avec Lucas.

-Je dois allais aux toilettes, je reviens !


Je voulais faire comme ci de rien était mais j'avais l'impression de voir un regard agressif d'Alex, comme pour les gens autour. Je me releva en vitesse avant de trébucher sur le pied de chaise et de tomber avec celle ci lourdement sur le sol, la chute me coupa le souffle, un instant tout devenait floue. Je me releva de nouveau, poussant les gens avant rentrer dans les toilettes pour m'écrouler au sol. Je n'avais plus de cachet  et sans pouvoir faire autrement je me mordis la langue jusque à sentir un goût de sang à l’intérieur de ma bouche. Je n'arrivais pas à me calmer je voyais dans le miroir face à moi mes yeux dilatés et la transpiration qui c'était accumulé sur le haut de mon crane. C'était beaucoup moins fort que avant avec le traitement mais les voix étaient si désagréable qu'il m'arrivait parfois de pleurer voyant que je ne m'en sortais pas. Cela dura plusieurs minutes puis après avoir défoncé ma langue à coup de dents je me releva pour cracher et me rincer la bouche au lavabo. Je n'avais plus trop envie de sortir mais je n'avais pas vraiment le choix, le mieux est de sortir et de faire comme ci j'avais vraiment juste était pissé. Je me rinça la figure avant de sortir des toilettes encore un peu tremblant, Tout avait retrouvé un aspect normal. Je rejoignis alors Alex.

- Excuse moi j'ai étais un peu long. Je disais le parc c'est plutôt sympa je veux bien venir après tout je n'ai rien d'autre à faire.

Je n'osais pas vraiment regardais le docteur dans les yeux après tout ça, du coup je ne pouvais même pas savoir quel regard il avait de moi, peu importe après tout.

- C'est plutôt admirable de ta part de vouloirs sauver des jeunes, ce n'est pas tout le monde qui aurait le courage de le faire.

Je pris les gobelets pour allait les jeter dans la poubelles plus loin.

- En tout cas je te félicite car Lucas à bien de la chance d'avoir un père comme le siens, ça va être quelqu'un de bien plus tard.

Je fonça vers la sortie tête baissé sans prêter attention à ce qu'il pouvait faire ou dire. Je pressé le pas dehors alors que je ne savais même pas ou était le chemin, il y avait beaucoup de monde, je me stopa finalement plus loin pour attendre Alex.

- Je crois qu'il y a un matche important ce soir au stade, regarde les gens achète pleins de trucs inutiles pour les encourager.

Je me retourna pour enfin regarder le docteur me demandant ou il en était.



Je n'ai absolument pas peur de courir dans les ténèbres.
Mon âme les a parcouru sans jamais s'arrêter..



Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Ca y est je suis bouffée
» Bouffées de chaleur, réveillé en pleine nuit et vertiges !!
» Vidéo : Les bouffées délirantes aïgues (magazine de la santé)
» Ochlophobie
» Quel sont vos impréssions ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Institution Indarë :: Hors-jeu :: Archives :: Rps abandonnés-
Sauter vers: