AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


Votez pour le forum

~ Étendez l'expérience ~

 :: ISS - Bâtiment B :: RDC : Gymnase et ateliers :: Piscine Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Défier pour se faire remarquer [Pv. Mathieu ]

Aller à la page : 1, 2  Suivant
Ailis Neil
ISS |:| Troisième année
avatar
Féminin
Messages : 76
Né(e) le : 03/02/2001
Date d'inscription : 31/03/2018
Age : 17
Niveau d'études/Métier : 3eme Année (3°1)
Situation amoureuse : Célibataire
Nationalité : Irlandaise
Commentaires/Citations : <<Je ne peux rien dire, je suis muette>>
Voir le profil de l'utilisateur
http://indare-division.forumactif.com/t1359-vous-avez-deja-essaye-de-me-parler-finish http://indare-division.forumactif.com/t1363-pnj-d-ailis-neil

Dim 13 Mai - 23:00
Ailis n'était pas spécialement bonne en sport. Elle faisait un peu partit de ces gens qui ont de superbes notes mais qui, de l'autre côté, restent moyen dans les activités physiques. Néanmoins, elle restait rapide en natation. Mais plus par sa compréhension des techniques de nage que part sa force. La force, elle la perdait de plus en plus et se mettre en maillot de bain était devenu une angoisse, savant très bien qu'elle avait encore maigris. On ne pouvait pas encore dire qu'elle était maigrichonne mais cette perte de poids commençait à se voir et elle avait déjà eu le droit à quelques inquiétudes. Mais elle n'en voulait pas, elle ne supportait pas qu'on aille se mêler de ses affaires qui, bien sûr, ne regarde qu'elle. Aussi difficile que soit sa situation. Bref, c'était un vendredi et la classe devait faire face à l'eau de la piscine. Mais finalement, c'était plutôt agréable: il commençait à faire chaud et rafraîchir n'était pas de refus, surtout pour la rouquine qui n'était pas habituée à ces températures. Cependant, malgré le fait qu'elle soit plutôt bonne dans cette activité, elle avait du mal avec le fait que c'était encore plus dur pour elle de communiquer. Elle ne pouvait pas emmener son ardoise dans l'eau et c'était plutôt logique mais c'était toujours assez frustrant comme situation.

La rouquine posait donc tout le matériel sur le banc, se glissant vite dans l'eau, ne supportant pas montrer ainsi son corps à tout le monde, très gênée. L'eau était plutôt fraîche en comparaison avec la température ambiante mais elle allait très vite s'y habituer. La mer en Irlande est bien pire que cela. Le cour avait commencé et la rouquine se trouvait vers les premiers. Pas tout à fait mais presque. Elle aimait cette sensation de se dépenser, lui faisant oublier tous ses problèmes pendant seulement quelques battements de bras et de jambes. Rien d'autre n'existait, seulement son souffle saccadé et cette douce sensation de manquer par moment d'air. Elle faisait tout pour dépasser ses limites, aller le plus loin possible, quitte à ne plus tenir debout après. C'était comme si on la lavait de tout le reste.

Au bout d'une demi-heure, le professeur, alors qu'il expliquait certaines choses, reçu un appel qu'il prit. Cela parut urgent et sans en dire plus, il dit à la classe d'attendre son retour et de continuer à s'entraîner. De toute façon, il y avait toujours les maîtres nageurs. Cet ordre fonctionna pendant dix minutes puis l'ambiance générale commença à être dissipée jusqu'à ce que très peu de personnes continuent à travailler. La rouquine en faisait partie, ignorant tous les possibles commentaires qu'elle pouvait entendre. Mais au bout d'un certain nombre de longueurs, lorsqu'elle arriva dans la partit où elle avait pied, un groupe d'élève lui demanda une course. La rouquine refusa au dépars, le montrant par un signe de tête et un léger sourire, mettant ses lunettes sur sa tête. Mais le groupe commença à se moquer d'elle, insinuant qu'elle avait peur. Et Ailis, ne voulant surtout pas se faire d’ennemis finit par accepter. La première course fut lancée, et elle gagna. La deuxième, elle perdit et la troisième elle gagna à nouveau. Des rires éclataient et les élèves semblaient se détendre. La rouquine était épuisée, trois courses d'affilées lui avait lessivé ses forces. Puis finalement, le groupe s'éloigna un peu d'elle, la laissant souffler un bon coup. Après ça, elle se demandait comment elle allait suivre les cours de l'après-midi.

Mais lorsqu'une nouvelle personne lui demanda une course, ce Mathieu si elle se souvenait bien, son visage prit un léger air de méfiance malgré ce sourire qu'elle se forçait à garder.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Mathieu Dorin
ISS |:| Troisième année
avatar
Masculin
Messages : 19
Né(e) le : 10/06/2000
Date d'inscription : 03/05/2018
Age : 17
Niveau d'études/Métier : Troisième année
Situation amoureuse : Célibataire
Nationalité : Française
Commentaires/Citations : Moi j'ai appris à lire, ben je souhaite ça à personne.

« Qu’y a-t-il de plus repoussant que de se nourrir continuellement de chair de cadavre ? »
Voltaire.

« Tant qu’il y aura des abattoirs, il y aura des champs de batailles. »
Léon Tolstoï.
Voir le profil de l'utilisateur
http://indare-division.forumactif.com/t1442-mathieu-dorin-un-francais-dans-la-ville#13507

Lun 14 Mai - 15:36
Ah, la piscine ! Quel meilleur endroit pour se faire remarquer, pour bomber le torse, montrer ses muscles, jeter des regards complices aux nageuses du dimanche pour se donner de l'assurance dans un monde aussi superficiel ? Malheureusement pour lui, Mathieu n'avait rien de tout cela, pas vraiment de muscle, un regard banal avec ses yeux noisettes, une assurance approximative puisqu'il ne connaissait personne. Son seul atout, ses cheveux violets, dont la couleur ne pouvait passer inaperçu au milieu de tous ces bonnets de bain. Au moment où il avait vu le professeur s'éclipser, il avait retiré le sien d'un coup sec qui lui arracha quelques cheveux. Aïe. Tant pis, au moins il ne ressemblait plus à ces monsieurs et madames tout le monde.

Là où tout le monde se mit immédiatement à enchaîner les longueurs en groupe d'amis dans une ambiance très enfantine, le jeune homme préféra aller s'asseoir sur un banc en regardant le temps passer. Ça n'était pas son truc, la piscine. D’ailleurs, à peu près aucun sport n'était son truc. Il n'était pas très fort, ne courait pas très vite, n'étais pas très endurant. Et puis la natation, c'était boire la tasse une brasse sur deux, c'était les autres qui jugeaient scrutaient les physiques de tout le monde et qui faisaient de stupides courses pour savoir qui allait le moins lentement. Et puis, qu'est-ce qu'ils y connaissaient, ces, Anglais à la natation ? Ils n'ont pas nos Manaudou, et autres Alain Bernard...

Il se souvenait de ses cours en France, où le principal intérêt était le dernier quart d'heure, où ils pouvaient faire à peu près tout et n'importe quoi. Les garçons faisaient le concours du plus beau plongeon pour attirer le regard des filles, d'autres faisaient des bombes pour éclabousser le plus de gens possibles. Lui préférait les concours d'apnée, c'était là qu'il était le plus fort. En même temps, c'était aussi la chose la moins physique, ce qui lui allait parfaitement. C'était moins impressionnant, certes, mais au moins il pouvait se vanter de battre la plupart de ses camarades à ce petit jeu dangereux.

En regardant ses nouveaux camarade de classe remplacer les longueurs par des jeux, il se dit qu'il pourrait peut être les surprendre comme cela, en les abordant. Non, ça ferait trop étrange d'aller voir quelqu'un pour lui demander combien de temps il tient sans respirer, il passerait pour un adolescent étrange. L'un des garçons de sa classe lui fit signe de venir jouer avec eux, mais il fit mine de ne pas le voir. S'il savait se donner des airs sûrs de lui en temps normal, c'était tout autre chose quand il devait aborder des gens qu'il ne connaissait pas. Néanmoins, le spectacle sous ses yeux allait tourner au pugilat, tout le monde lançait de l'eau sur tout le monde, et de véritables joutes avec des frites prenaient place sous l’œil lassé des maîtres nageurs.

Il alla s'installer de l'autre côté du bassin, là où un groupe semblait faire des courses. Enfin, voilà quelque chose d'intéressant ! Il vit tout d'abord les compétiteurs se mettre en place, dont la jeune fille muette qu'il avait déjà vu en classe avec son ardoise. Avec ses cheveux roux qui dépassaient de son bonnet, il n'y avait pas de doute, c'était elle. Toute frêle au milieu d'un petit groupe dont l'une des filles paraissait plutôt sportive, il ne donnait pas cher de sa peau. Au top départ pourtant, il fut surpris de sa vitesse et de son agilité dans l'eau. Elle semblait s'y mouvoir aussi facilement qu'un coureur sur une piste de stade. L'autre fille, plus sportive sembla aussi surpris que Mathieu, et tenta de la rattraper sur la fin de sa course, mais sans succès. A la deuxième, la rouquine sembla avoir pris un mauvais départ et ne put pas rattraper sa rivale. Sélection naturelle, pensa-t-il. Pourtant, après une troisième course, elle s'imposa assez largement sur la sportive qui avait nettement ralenti à mi-parcours, essoufflée. Impressionnant, tout de même. Comment une fille aussi frêle arrivait à aller aussi vite ?

Alors que le groupe s'éloignait de la gagnante après l'avoir félicitée, une idée lui vint soudainement en tête... Maintenant qu'elle était essoufflée, il avait peut-être une chance de la vaincre, et de passer pour un garçon sportif ! Il sourit alors intérieurement et pris son courage à deux mains pour aller aborder cette jeune fille.

"Salut ! J'ai vu tes courses, c'est impressionnant, je n'aurais pas cru que tu te serais aussi bien débrouillée. Ça n'te dérange pas d'en faire une contre moi ? Je ne suis pas un bon nageur, mais j'aimerais bien voir ce que je donne en course."

Sans même lui laisser le temps d'acquiescer de la tête ou non, il alla se placer sur la ligne d'eau à droite de la jeune fille et commença à se positionner pour partir, comme il l'avait vu faire juste avant.

"Prête ?"
Revenir en haut Aller en bas
Ailis Neil
ISS |:| Troisième année
avatar
Féminin
Messages : 76
Né(e) le : 03/02/2001
Date d'inscription : 31/03/2018
Age : 17
Niveau d'études/Métier : 3eme Année (3°1)
Situation amoureuse : Célibataire
Nationalité : Irlandaise
Commentaires/Citations : <<Je ne peux rien dire, je suis muette>>
Voir le profil de l'utilisateur
http://indare-division.forumactif.com/t1359-vous-avez-deja-essaye-de-me-parler-finish http://indare-division.forumactif.com/t1363-pnj-d-ailis-neil

Lun 14 Mai - 18:01
Si Ailis faisait la course, ce n'était pas pour montrer qu'elle était forte ou non. Ce n'était peut-être pas non plus responsable, elle mangeait peu en ce moment et une hypoglycémie pouvait vite arriver. Elle le faisait pour ne pas contredire, éviter qu'elle ai une basse réputation. C'était important, survivre dans le monde sociale qui contenait beaucoup trop de critères stupides. Mais elle voulait y survivre pour éviter de vivre la même situation de sa jeunesse. Ce n'était pas par plaisir la victoire, ce n'était pas une nécessité et au moins, elle était forte dans un sport. Mais là, la rouquine de sentait fatiguée et sans force elle espérait vraiment qu'on la laisse tranquille. Elle respirait fortement, essayant de se calmer, elle méritait une pause. Mais voilà que ce Mathieu lui avait imposé tout le contraire. C'était rare que la rouquine parte avec des à priori sur les gens mais avec ce jeune homme, elle voyait clairement qu'il jouait un sorte de jeu à la popularité, qu'il ne se montrait pas lui même. Et ça, elle n'aimait pas. Mais c'était surtout ironique, Ailis mentait souvent pour n'avoir personne sur le dos, mais elle ne cherchait pas à être aimé, c'était seulement par sécurité de survis. Elle ne connaissait pas sa vie.... Mais il semblait seulement vouloir la population autour de lui. Donc, la rouquine ne voulait pas être trop proche de ce type . Une grande méfiance se lisait dans ses yeux et c'était peut-être la seule personne avec qui elle montrait une plus grande froideur, elle voyait clair en lui et malgré sa politesse, elle partait vite de son périmètre. Les fois où il avait pu lui parler, elle faisait tout pour arrêter cette conversation.

Donc, elle l'observa un moment pendant quelques instants d'un visage neutre lui exprimant toute sa méfiance. Il se mettait en place sans vraiment attendre sa réponse. Mon dieu, ce qu'elle aimerait refuser. Mais elle se mit se prépara. Là, elle ne devait pas perdre. Pour lui, c'était juste une excuse pour pavaner. Elle ne lui donnerait pas ce plaisir. Un dernier effort et elle se poserait après. Elle en est capable. Si elle gagne en était fatiguée, il serait obligé de lui foutre la paix.

Quand le go résonna, elle se démena, allant même plus vite qu'avant, poussée par la fierté. Elle allait le faire. Elle faisait glisser l'eau contre son corps, ne regardant même plus où elle en était. La rouquine utilisait ses dernières réserves puis d'un coup, elle tendit la main et toucha le bord. Ailis s'arrêta. Elle avait gagné. Encore. Sa respiration était rapide, presque paniquée. Quand Mathieu arriva, elle lui fit seulement un grand sourire, mesquin, il avait échoué.

Mais la rouquine en avait trop fait et elle n'avait pas mangé ce matin. Sa vision commença à se troubler. Elle se tennait d'une main et se frotta les yeux. Elle jura intérieurement et commença à se diriger vers l'échelle lentement, mais elle perdait pied. Il lui semblait voir l'eau passer par dessus son visage doucement mais elle n'en était pas sûre. Ailis se tint à la ligne d'eau, mais doucement sa main glissa. Blanche et sans force, elle montrait toute l'inconscience de son geste.

Ailis perdait connaissance, son corps épuisé par cela, bougeant vaguement les bras et jambes sans arriver à rien faire. S'enfonçant dans l'eau. Quelle journée de merde.



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Mathieu Dorin
ISS |:| Troisième année
avatar
Masculin
Messages : 19
Né(e) le : 10/06/2000
Date d'inscription : 03/05/2018
Age : 17
Niveau d'études/Métier : Troisième année
Situation amoureuse : Célibataire
Nationalité : Française
Commentaires/Citations : Moi j'ai appris à lire, ben je souhaite ça à personne.

« Qu’y a-t-il de plus repoussant que de se nourrir continuellement de chair de cadavre ? »
Voltaire.

« Tant qu’il y aura des abattoirs, il y aura des champs de batailles. »
Léon Tolstoï.
Voir le profil de l'utilisateur
http://indare-division.forumactif.com/t1442-mathieu-dorin-un-francais-dans-la-ville#13507

Lun 14 Mai - 19:49
La stratégie du bluff ne semblait pas fonctionner avec cette Ailis, qui lui jetait des regards qui ravivaient de mauvais souvenirs à Mathieu. Le souvenir des derniers mois qu'il avait passé avant de devoir quitter la France. Le regard désapprobateur de celle qui lit dans le jeu des gens un peu trop prétentieux. Mmmmh, elle avait l'air plus intelligente qu'elle en avait l'air, moins innocente aussi, peut-être. Raison de plus pour essayer de ne pas perdre la face contre elle. Quelques regards curieux s'étaient tournés vers eux deux, alors qu'ils attendaient tous les deux le top départ, le baptême du feu pour lui. Elle allait voir ce qu'elle allait voir, même s'il était un piètre nageur, il pouvait bien vaincre cette rouquine qui le regardait de travers.

Au moment où le "GO !!" a retentit, Mathieu fut surpris, et pris déjà une demi-seconde de retard sur sa rivale du jour. Merde. Il allait falloir rattraper ça. Alors il s'élança en poussant de toutes ses forces sur ses jambes, en misant sur sa vitesse sous l'eau en retenant sa respiration le plus longtemps possible. Lorsqu'il ressortit pour prendre une grande bouffée d'oxygène, il eut à peine le temps d'apercevoir qu'il était quasiment au niveau de la jeune fille. Pourtant, son crawl se révéla beaucoup plus approximatif que celui d'Ailis, et il le ressentait aux éclaboussures qui venaient lui heurter le visage à chaque respiration. Il tira, tira de toutes ses maigres forces sur ses bras pour tenter d'aller plus loin, plus vite. Lorsque sa vision se troubla à cause de l'eau, il ferma les yeux et pria pour toucher l'autre bord, du côté le plus profond, avant elle. C'est tout ce qu'il lui restait à faire. Re-merde, même après avoir enchaîné les longueurs, elle en avait encore en réserve.

Lorsque sa main toucha enfin le bord de la piscine, il releva la tête pour prendre un grand bol d'air et pour nettoyer ses yeux, qu'il frotta énergiquement. Quand il les rouvrit, c'est une Ailis haletante mais arborant un sourire narquois qui la regardait. Il avait perdu une occasion de se taire, il n'était définitivement pas fait pour le sport, même une jeune maigrichonne se permettait de l'humilier comme cela.

Soudain, après avoir arrêté de se dire qu'il aurait mieux fait de la fermer une fois de plus, il aperçut en coin le visage paniqué mais silencieux d'Ailis couler rapidement, alors même que sa main lâchait la ligne d'eau qu'elle tenait mollement. Mathieu devint blanc en un quart de seconde. Il n'avais jamais eu à affronter ce genre de situation. Instinctivement, il leva rapidement les yeux vers un maître nageur de l'autre côté de la piscine, et hurla de tout ce que ses poumons pouvaient dégager comme son un gigantesque "A L'AIIIIIIDE !!" afin de couvrir le bruit ambiant.

Puis, sans même réfléchir, il prit une grande respiration et se propulsa dans l'eau en s'appuyant sur le rebord assez maladroitement. Ses yeux le piquaient, mais il parvint à les maintenir entrouverts pour discerner une silhouette qui tombait lentement vers le fond. A taton, il agrippa ce qui lui semblait être un bras et chercha à se propulser en sens inverse avec le fond du bassin. Pourtant, il ne trouvait pas ce fond et commença à paniquer. Il ne distinguait plus sa gauche et sa droite. Il entendu soudain un "SPLASH" aquatique, qui semblait venir de sa gauche. Il nagea tant bien que mal, mécaniquement dans cette direction, les yeux fermés et la gorge en feu : il ne tiendrait plus très longtemps à ce rythme là.

Heureusement, après quelques secondes de panique, sa tête émergea et, après une demi-seconde de surprise, il se débrouilla pour faire ressortir celle d'Ailis aussi. Il cria d'une voix peu assurée et beaucoup plus faible un autre "A l'aide... !", aveuglé par ses yeux remplis d'eau chlorée. Il sentit soudain deux paires de bras musclés l'enserrer et le ramener vers le bord le plus proche, lui retirant avec difficulté le bras de la jeune fille de la main tant celle-ci était contractée par la panique. Alors qu'un maître nageur étendaient la jeune fille au sol, Mathieu réalisa enfin qu'il était en sécurité, et poussa un long soupir de satisfaction en s'appuyant sur le bord du bassin.
Revenir en haut Aller en bas
Ailis Neil
ISS |:| Troisième année
avatar
Féminin
Messages : 76
Né(e) le : 03/02/2001
Date d'inscription : 31/03/2018
Age : 17
Niveau d'études/Métier : 3eme Année (3°1)
Situation amoureuse : Célibataire
Nationalité : Irlandaise
Commentaires/Citations : <<Je ne peux rien dire, je suis muette>>
Voir le profil de l'utilisateur
http://indare-division.forumactif.com/t1359-vous-avez-deja-essaye-de-me-parler-finish http://indare-division.forumactif.com/t1363-pnj-d-ailis-neil

Lun 14 Mai - 20:43
Elle se maudissait de cette faiblesse mais il fallait avouer que là, elle n'y pensait pas non plus beaucoup. Sa vie était en danger et le plus drôle était qu'elle ne le sentait qu'à moitié. A vrai dire, en perdant ainsi connaissance, cela n'était pas tellement étrange et sa fatigue faisait qu'elle ne ressentait pas le danger. Ailis avait ce côté inconscient, ce fait qu'elle n'avait peur que de son protecteur. Cette sensation de sombrer était étrange, ni agréable, ni désagréable. En fait, la rouquine ne pensait plus vraiment et c'était certainement compréhensible. Pourtant, il lui sembla sentir du mouvement dans l'eau et son bras fut comme attrapé. De toute façon, elle était dans les vapes, sans souffle.

Ce qu'elle se souvient fut cette sensation d'être d'un coup sortit de quelque chose, des bruits autour d'elle alors qu'elle fut posée sur le sol. Ailis entrouvrit les yeux, tout était flou, son cœur lui faisait atrocement mal, tout ça lui donnait des nausées. Le son, trouble, était étouffé mais elle pouvait clairement comprendre qu'elle était toujours sur terre, toujours présente à son poste pour le meilleur et pour le pire. Elle respirait grandement puis cracha de l'eau. Le maître nageur était proche d'elle puis dit à son collègue que ce n'était pas la peine d'appeler les urgences, elle devait juste reprendre son souffle et sa lucidité. La demoiselle commençait un peu à comprendre la situation, elle avait coulé comme une idiote et tous le monde l'avait certainement vu. Petit à petit, ce fut la honte qui commença à grimper comme araignée, le fait de se faire remarquer. 


-Tu as mangé ce matin gamine ?

La demoiselle pu enfin entendre à peu près bien les mots de l'homme. Elle le regarda et secoua la tête. Il demanda alors à l'autre homme d'apporter quelque chose de sucré et insita les autres à reprendre leur activité voyant très bien son mal-être d'être vu dans cette situation.  De toute façon elle avait besoins de respirer. Il revint avec une barre très sucrée, certainement pour les sportifs qu'elle grignota très doucement sans aucune envie. La rouquine retira son bonnet et ses lunettes puis réfléchit. C'était certainement ce Mathieu qui lui avait attrapé le bras. Elle se maudissait, elle n'avait pas envie de lui être redevable. Elle avait peur qu'il en profite pour encore plus pavaner. Ailis mangea la moitié puis posa le reste, écœurée. Elle remmena ses genoux vers son visage puis releva sa tête pour regarder celui qui l'avait sauvé. Elle l'observa jusqu'à ce que lui croise son regard. Alors là, elle détourna le sien, gêné par la situation, un peu rouge. S'il venait comme un prétentieux la voir, gratitude ou pas, elle ne répondrait plus de rien. D'ailleurs, elle se disait qu'il faudrait qu'elle récupère son ardoise et une serviette, commençant à avoir froid. La rouquine commença à se lever avec difficulté pour débuter une inconsciente marche vers les bancs difficilement.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Mathieu Dorin
ISS |:| Troisième année
avatar
Masculin
Messages : 19
Né(e) le : 10/06/2000
Date d'inscription : 03/05/2018
Age : 17
Niveau d'études/Métier : Troisième année
Situation amoureuse : Célibataire
Nationalité : Française
Commentaires/Citations : Moi j'ai appris à lire, ben je souhaite ça à personne.

« Qu’y a-t-il de plus repoussant que de se nourrir continuellement de chair de cadavre ? »
Voltaire.

« Tant qu’il y aura des abattoirs, il y aura des champs de batailles. »
Léon Tolstoï.
Voir le profil de l'utilisateur
http://indare-division.forumactif.com/t1442-mathieu-dorin-un-francais-dans-la-ville#13507

Lun 14 Mai - 21:03
Tous les regards étaient portés sur la jeune noyée, auprès de laquelle s'afféraient les secouristes. Elle reprenait vite conscience, ouf. Mathieu avait beaucoup de mal à reprendre son souffle, et quand un baigneur s'approcha pour lui demander comment il allait, il ne l'entendit pas, trop occupé à chercher sa respiration. Au moment où Ailis se mit à cracher de l'eau, il détourna le regard, par pudeur mais aussi par dégoût, instinctivement. Apparemment, elle avait l'air d'avoir fait une crise d'hypoglycémie, d'après le maître nageur. Mouais. Mathieu voyait les choses autrement, et il repensa à la culpabilité qu'il avait eu jadis. Il avait failli noyer malgré lui une personne, juste pour pouvoir gagner en notoriété auprès d'autres personnes qu'il ne connaissait même pas. A cette pensée, il déglutit avec difficulté. Quelques camarades lui tapèrent doucement sur l'épaule, voyant qu'il était lui aussi en état de choc, agrippé au rebord de la piscine. Il avait évité le pire, mais il avait aussi failli le provoquer...

Après qu'Ailis ait englouti sa barre chocolatée avec difficulté, il la suivit du coin de l’œil et s'aperçut qu'elle esquivait son regard, avant de devenir rouge et de commencer à se relever en titubant. Elle était folle, où pensait-elle aller en étant si faible ? Et surtout, comment pouvait-elle tenir debout juste après ce qu'elle venait de vivre ? Mathieu avait encore les jambes légèrement tremblantes, mais il s'efforça de se sortir de l'eau en ramassant le bonnet et les lunettes que la rouquine avait oubliés derrière elle pour les lui ramener. Elle ne savait pas vraiment ce qu'elle faisait, pour Mathieu. Il commença à la rattraper en marchant plus rapidement qu'elle, et se tint prêt à la rattraper si elle titubait trop.

"Euh... Je... Tu es sûre que tu vas mieux ? Tu n'as pas l'air bien, tu devrais te poser un peu..."

Devant le silence qui lui fit face, il mit quelques secondes avant de se souvenir du handicap de la jeune fille, et tenta de rattraper le coup.

"Ah, oui, désolé, j'avais oublié... Je suis désolé de t'avoir poussé à faire la course, j'espère que tu m'en veux pas ? Attends, tu devrais vraiment t'asseoir cinq minutes, tu ne marches même plus droit..."

Il la poussa à s'asseoir, alors que de son côté, Ailis semblait totalement l'ignorer jusqu'à présent...
Revenir en haut Aller en bas
Ailis Neil
ISS |:| Troisième année
avatar
Féminin
Messages : 76
Né(e) le : 03/02/2001
Date d'inscription : 31/03/2018
Age : 17
Niveau d'études/Métier : 3eme Année (3°1)
Situation amoureuse : Célibataire
Nationalité : Irlandaise
Commentaires/Citations : <<Je ne peux rien dire, je suis muette>>
Voir le profil de l'utilisateur
http://indare-division.forumactif.com/t1359-vous-avez-deja-essaye-de-me-parler-finish http://indare-division.forumactif.com/t1363-pnj-d-ailis-neil

Lun 14 Mai - 21:48
Elle savait que la classe l'avait vu dans un état lamentable et elle qui voulait cachait sa faiblesse, c'était une grand défaite après une victoire aussi petite qu'une course. Mais la honte s'accrochait en elle et la jeune femme se dit qu'elle avait envie de pleurer. Mais bien sûr, elle ne pouvait que se retenir, il était plutôt impensable de se laisser aller devant tout le monde. Rester forte pour survivre, le seul mot d'ordre. Mais elle ne pouvait rien cacher, en maillot de bain, exhibant son corps faible, ses jambes tremblantes, la peau encore plus pâle que d'habitude. C'était véritablement gênant et elle prendrait bien un mois avant d'oublier cet incident. Ailis avait donc décidé d'aller au moins chercher son moyen de communication et sa serviette pour parler, se couvrir. Mais voilà alors qu'elle commençait à s'avancer qu'elle aperçu Mathieu aller rapidement vers elle. En l'observant, il semblait assez mal lui aussi et elle avouait ne pas comprendre pourquoi il semblait avoir changé en à peine quelques temps. Bon la scène qui venait de se passer était loin d'être banale. En tout cas, lorsqu'elle entendit sa voix, elle sursauta et faillit tomber sous le coup, un peu sensible encore. Par reflex, elle s'accrocha à son épaule pour ne pas tomber. Se rendant compte de comment elle avait agit, elle se redressa et détourna directement le regard très gênée et méfiante. 

Mais finalement, il finit par lui demander si elle était sûre d'aller mieux, lui indiquant qu'elle ferait mieux de se reposer. Ailis regardait toujours ailleurs. C'était peut-être la première fois qu'elle ne souriait pas par politesse. Mais il reprit la parole, s'excusa de l'avoir poussé à faire la course, insistant sur le fait qu'elle devait s'asseoir. Elle le regarda un moment, le fixant profondément comme si elle cherchait à voir s'il était honnête mais elle avait du mal à le savoir après autant de méfiance. Mais Ailis sembla flanchée un peu et s'appuya à nouveau sur lui. Merde, si elle devait encore s'en servir de canne, autant qu'elle se pose pour de vrai. La jeune femme détourna alors encore le regard, les joues un peu rosées et se mit en boule contre le mur, assit. Elle le regarda et lui pointa sa serviette et son ardoise sur le banc mimant également par la même occasion. C'est plus qu'une demande, c'était un ordre, pour se faire en quelque sorte pardonné de l'avoir mit dans cette situation. 

S'il ne le fait pas, elle demandera à quelqu'un d'autre mais dans tous les cas, elle finit par avoir ses affaires. La jeune femme s'enroula autour de sa serviette puis prit son ardoise avant de noter la phrase suivante, une simple phrase mais qui traduisait bien l'état d'esprit qu'elle voulait implanter dans l'esprit des gens depuis longtemps: 

"Je vais bien."


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Mathieu Dorin
ISS |:| Troisième année
avatar
Masculin
Messages : 19
Né(e) le : 10/06/2000
Date d'inscription : 03/05/2018
Age : 17
Niveau d'études/Métier : Troisième année
Situation amoureuse : Célibataire
Nationalité : Française
Commentaires/Citations : Moi j'ai appris à lire, ben je souhaite ça à personne.

« Qu’y a-t-il de plus repoussant que de se nourrir continuellement de chair de cadavre ? »
Voltaire.

« Tant qu’il y aura des abattoirs, il y aura des champs de batailles. »
Léon Tolstoï.
Voir le profil de l'utilisateur
http://indare-division.forumactif.com/t1442-mathieu-dorin-un-francais-dans-la-ville#13507

Lun 14 Mai - 22:31
La jeune fille n'allait pas bien, ça, c'était sûr. Pourtant, elle agissait étrangement, comme si elle avait honte de quelque chose, ce qui le vexa un peu. Quoi, il était si bizarre que ça ? Il venait s'excuser, et tout ce à quoi il avait droit en retour, c'était des regards évités et une rouquine qui lui appuyait sur l'épaule pour ne pas s'effondrer. Tout à coup, il sentit un regard sur lui, qui tentait de scruter ses pensées, comme si quelqu'un voulait vérifier quelque chose sur lui, quelque chose d'intime. Il se sentit dévisagé et tourna sa tête vers Ailis, au moment où elle se remit à trébucher.

Il réussit finalement à la faire s'asseoir, mais elle se roula en boule, comme pour se protéger de quelque chose, de quelqu'un. Il en déduisit qu'elle se protégeait de lui. Merde alors, pour une fois qu'il était sincère, il fallait qu'elle se méfie alors qu'il ne la connaissait que de vue. M'enfin bon, qu'elle pense ce qu'elle veut après tout. Après qu'elle a pointé du doigt son ardoise et sa serviette, il alla lui chercher, pensant que cela pourrait peut être la réconforter et la rassurer, puisque personne n'avait l'air de se soucier d'elle depuis que les maîtres nageurs avaient ordonné aux autres de reprendre leur activité normale.

Étrangement, son "Je vais bien" parut tout sauf rassurant à Mathieu. Il ne la croyait pas, mais voulu la laisser tranquille. Pourtant, alors qu'il commençait à s'éloigner, il se rendit compte que ses camarades étaient tous en train de s'amuser par petit groupe. Impossible de s'immiscer discrètement sans passer pour le pire des forceurs. Il jeta un oeil derrière lui et alla chercher sa propre serviette. Il se disait qu'il pourrait attendre la fin du cours avec Ailis, il ne voulait pas être seul et elle est la seule personne avec qui il a pu... mmmh... parler, de la journée.

Il ne lui demanda pas sa permission mais posa délicatement sa serviette par terre et s'assit dessus en tailleur, en s'appuyant contre le mur. Après quelques secondes de silence pendant lesquelles il la sentit le dévisager avec une certaine hostilité, il lui lança un banal

"Depuis combien de temps tu es ici, toi ?"
Revenir en haut Aller en bas
Ailis Neil
ISS |:| Troisième année
avatar
Féminin
Messages : 76
Né(e) le : 03/02/2001
Date d'inscription : 31/03/2018
Age : 17
Niveau d'études/Métier : 3eme Année (3°1)
Situation amoureuse : Célibataire
Nationalité : Irlandaise
Commentaires/Citations : <<Je ne peux rien dire, je suis muette>>
Voir le profil de l'utilisateur
http://indare-division.forumactif.com/t1359-vous-avez-deja-essaye-de-me-parler-finish http://indare-division.forumactif.com/t1363-pnj-d-ailis-neil

Lun 14 Mai - 23:00
Ailis n'aimait pas se montrer hostile envers les autres, peut-être qu'elle en avait besoins, pour cracher un peu la colère qu'elle ressentait. En tout cas, elle finit par se dire qu'elle y était allée  peut-être un peu trop fort et qu'elle allait essayer de se calmer. Mais au moins, elle lui avait montré qu'elle voyait dans son jeu, que ça ne servait à rien de se prendre pour elle ne sait pas qui. Mais il était vrai que ce type ne lui avait finalement rien fait de mal et la rouquine décida alors de laisser un peu passer. De plus, il lui rapporta son ardoise et sa serviette, ce qui était un bon point. Ailis se frotta rapidement les cheveux puis s'enroula grelottant un peu. Elle pensait que le jeune homme allait vouloir partir mais elle finit par le voir revenir, poser sa serviette au sol et s'asseoir en tailleur. La jeune femme l'observa, il ne voyait pas où aller d'autre ? Dans tous les cas, elle pensait avoir un peu brisé son image de vantard voulant se faire remarquer et il n'était clairement pas dans cette optique là pour l'instant. De plus, le moment de sensibilité extrême c'était un peu dissipé, elle était prête à être calme envers une autre personne malgré ses erreurs. Elle n'était pas une personne cruelle, voir un bourreau. 

Il lui demanda alors depuis combien de temps elle se trouvait ici. La jeune femme prit son ardoise puis commença à noter: 

"Je suis arrivée en mars. J'étais en Irlande avant" 

Mais on ne parlera pas de la raison qui a poussé ses parents à l'emmener dans cet endroit... En tout cas, elle était bien appuyée contre le mur, observant l'eau d'un air plus calme. Finalement, Ailis lui jeta un œil puis sourit doucement d'un air plus amicale contrastant avec cette méfiance qu'elle portait sur son visage depuis le début. Elle effaça le contenu de son ardoise, il était vrai que Mathieu était arrivé après elle et il devait certainement être aussi paumé que la rousse. Il cherchait seulement à établir le contact. La rouquine nota alors :


" Pardonne mon comportement. Je ne t'en veux pas, ça m'a un peu chamboulé et j'ai eu besoins de passer un peu mes nerfs"

Ce n'était pas tout à fait juste. L'accident l'avait rendu plus sensible, partie qu'elle voulait cacher des autres. Le fait que ce soit lui qui l'avait fait l'avait donc un peu agacé. Mais Ailis n'avait pas vraiment fait passé ses nerfs. Le jour ou ça arrivera, ce sera certainement violent...Et ridicule sans sa voix. Vous avez déjà vu une muette qui se met en colère ? Ce n'est pas la chose la plus crédible du monde. La rouquine se frotta le visage ayant un peu posé son bout de plastique, elle se sentait faible mais elle devait un peu relativiser. Elle finit alors par noter avec son calme toujours présent: 


" C'est toi qui m'a rattrapé non ? Merci."


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Mathieu Dorin
ISS |:| Troisième année
avatar
Masculin
Messages : 19
Né(e) le : 10/06/2000
Date d'inscription : 03/05/2018
Age : 17
Niveau d'études/Métier : Troisième année
Situation amoureuse : Célibataire
Nationalité : Française
Commentaires/Citations : Moi j'ai appris à lire, ben je souhaite ça à personne.

« Qu’y a-t-il de plus repoussant que de se nourrir continuellement de chair de cadavre ? »
Voltaire.

« Tant qu’il y aura des abattoirs, il y aura des champs de batailles. »
Léon Tolstoï.
Voir le profil de l'utilisateur
http://indare-division.forumactif.com/t1442-mathieu-dorin-un-francais-dans-la-ville#13507

Mar 15 Mai - 0:00
Mathieu fur d'abord surpris par le calme qui saisit soudain la jeune fille aux cheveux roux, qui semblait étrangement plus sociable qu'avant lorsqu'il posa sa serviette. Elle semblait baisser sa garde, en comprenant que c'était inutile et qu'il souhaitait juste ne pas se retrouver seul au bord de la piscine. Il la vit écrire sur son ardoise le mois où elle était rentrée. Mars, tiens donc, elle n'est pas là depuis beaucoup plus longtemps que lui. Une irlandaise ? Cela explique la couleur des cheveux. Néanmoins, lorsqu'elle lui montra son ardoise, il comprit rapidement qu'il ne devait pas lui demander le pourquoi du comment. Tant mieux, pensa-t-il, il n'aurait pas à lui exposer sa situation non plus, ils seront quittes.

"Moi, je viens de France. Une petite ville dans l'Ouest, mais je suis né à Paris. Je viens d'arriver il y a quelques semaines seulement."

Cela n'avait pas l'air de plus l'émouvoir que cela, puisqu'elle avait le regard perdu dans l'eau devant elle. Lorsqu'elle présenta ses excuse, il eut un petit rire étouffé, content que les deux parties aient reconnus leurs torts. Bien, elle semblait plutôt sympathique finalement, derrière ses airs de méfiance ! Après son dernier message, Mathieu renversa sa tête en arrière et pris une grande inspiration, puis expira longuement.

"Ouais, si on veut... Disons que j'ai paniqué plus qu'autre chose, je croyais pas que j'allais pouvoir remonter un jour. La prochaine fois, on fera tous les deux plus attention, et ça ira mieux !"

Après un silence, il reprit :

"Ça me fait plaisir de parler à quelqu'un. C'est pas facile d'arriver en fin d'année, tous les groupes sont déjà soudés. Regarde les, ils barbotent chacun dans leur coin sans se parler entre groupes."

C'était un constat fait à haute voix, mais qui angoissait le jeune homme. Il angoissait à l'idée d'être une sorte de vilain petit canard, celui à qui personne ne parle et qui restait une énigme tout au long de l'année. Il était déterminé à rencontrer de nouvelles personnes, mais se retrouver lâché du jour au lendemain seul dans un nouveau pays était difficile. Il se mit à rêvasser comme le faisait la Ailis à côté de lui, à regarder l'eau, et à se remettre de ses émotions.
Revenir en haut Aller en bas
Ailis Neil
ISS |:| Troisième année
avatar
Féminin
Messages : 76
Né(e) le : 03/02/2001
Date d'inscription : 31/03/2018
Age : 17
Niveau d'études/Métier : 3eme Année (3°1)
Situation amoureuse : Célibataire
Nationalité : Irlandaise
Commentaires/Citations : <<Je ne peux rien dire, je suis muette>>
Voir le profil de l'utilisateur
http://indare-division.forumactif.com/t1359-vous-avez-deja-essaye-de-me-parler-finish http://indare-division.forumactif.com/t1363-pnj-d-ailis-neil

Mar 15 Mai - 20:20
La jeune femme avait récupéré son moyen de communication, elle se sentait moins frustrée. Il n'y avait rien de pire pour quelqu'un de se sentir impuissant, ne pouvant rien exprimer. Et même si son regard avait finit par devenir assez expressif et qu'elle pouvait parfois parler avec lui seul, cela ne suffisait pas. Elle avait besoins d'écrire. Parfois, la rouquine se demandait si elle regrettait sa voix et son ambition de chanter. Parfois ça lui faisait si mal lorsqu'elle avait du mal à s'empêcher de tenter. Sa gorge devenait d'un coup brûlante et les larmes prenaient ses yeux presque intensément. C'est pour ça qu'elle ne faisait plus de musique, pour éviter tous essais vains. En tout cas, la rouquine se montrait plus ouverte à la discussion dès qu'elle pouvait tout simplement discuter.

Il lui dit alors qu'il venait de France et Ailis se contenta seulement de sourire en regardant l'eau bouger sous les mouvements des jambes et des bras des autres. La demoiselle le remercia de l'avoir remonté et il avoua qu'il avait surtout faillit couler et que la prochaine fois, il fallait faire plus attention. La prochaine fois, il fallait surtout qu'ils arrêtent de lui proposer des courses comme cela. Et peut-être faire un effort pour manger un peu plus, au moins avant la natation pour éviter de mourir, tout simplement. La miss prit son ardoise puis nota avant de lui montrer: 

" Le principal, c'est que tu m'ai remonté, c'est tout"

Ailis sourit gentiment avant de tout effacer. Il avait déjà enchaîné pour parler de la difficulté d'adaptation à cause des nombreux groupes formés. Elle avait surtout envie de lui dire qu'il n'y arriverait pas mieux s'il se pavanait devant les autres mais comme à son habitude, elle préférait se  taire pour éviter au maximum les relations toxiques. Elle en avait déjà une chez elle, cela suffisait grandement, pas besoins de plus. La rouquine réfléchit alors sur ce qu'elle devait dire puis écrit à nouveau sur son bout de plastique, en plus petit, pour avoir le plus de place que possible.


"C'est normal ça. Tu n'as qu'à te dire que tu tâte le terrain pour l'année prochaine et que tu seras encore mieux préparé que les nouveaux." 

Ailis elle ne cherchait pas spécialement à avoir des amis. Disons qu'elle était plus dans l'optique d'aller dans le sens des autres pour ne pas se faire d'ennemies. Elle foutait du reste, tant qu'elle arrivait à tenir le rythme des cours et puis, elle ne pouvait pas traîner dehors avec son protecteur, sinon il l'engueulait. Surtout après ses dernières escapades. La jeune femme observa alors les autres qui s'amusaient dans l'eau, très peu encore faisait les exercices. Mais c'était compréhensible. Les élèves arrivaient à la fin de l'année, l'été s'approchait de plus en plus. 

Mais voilà que le professeur était revenu. Il vit vite le bordel qu'il se passait et se frotta les yeux, faisant entendre sa voix. Il attendait de nouveau à avoir un peu d'ordre et la plupart des élèves se calmèrent sous ce ton fort. Le maître nageur se dirigea vers celui-ci pour lui notifier de la situation de la rouquine. Elle sentit les regards peser contre elle puis il s'approcha d'elle. Il la regarda puis Mathieu. 


-Bon. Tu t'arrêtes là... Tu as besoins qu'il reste ?

La jeune femme n'en avait pas spécialement besoins au niveau de la santé mais elle préférait avoir de la compagnie, il l’interrogea du regard et selon celui qui lui donnera, elle accepterait ou refuserait, ça dépendait de lui. 

-Bien. Ailis, tu viendras me voir après le cours, il faut qu'on parle.

La rouquine déglutit. Elle était finit, il avait remarqué quelque chose. Quelque chose qui allait se faire savoir par Joshua.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Mathieu Dorin
ISS |:| Troisième année
avatar
Masculin
Messages : 19
Né(e) le : 10/06/2000
Date d'inscription : 03/05/2018
Age : 17
Niveau d'études/Métier : Troisième année
Situation amoureuse : Célibataire
Nationalité : Française
Commentaires/Citations : Moi j'ai appris à lire, ben je souhaite ça à personne.

« Qu’y a-t-il de plus repoussant que de se nourrir continuellement de chair de cadavre ? »
Voltaire.

« Tant qu’il y aura des abattoirs, il y aura des champs de batailles. »
Léon Tolstoï.
Voir le profil de l'utilisateur
http://indare-division.forumactif.com/t1442-mathieu-dorin-un-francais-dans-la-ville#13507

Mar 15 Mai - 23:26
Même s'il ne voulait pas se l'avouer, au fond de lui, Mathieu était heureux qu'Ailis le remercie, elle qui avait pourtant l'air si méfiante. Il lui sourit légèrement, même s'il sentait que la sensation de peut qui l'avait étreint alors qu'il cherchait la surface l'angoisserait la prochaine fois qu'il devra plonger. Au moins, il pouvait se targuer d'avoir fait une bonne action, ce qui était relativement rare dernièrement. Son deuxième message sur son intégration ne le rendit cependant que plus sceptique. Il ne voyait pas de raison à ce qu'il s'intègre mieux à la rentrée que maintenant, il n'y croyait pas réellement. Il espérait pouvoir sympathiser avec les nouveaux, c'est vrai, mais depuis ces quelques semaines, il avait perdu une partie de sa motivation. Au moins, il trouvait agréable d'avoir un peu de compagnie. Même si elle ne parlait pas, Mathieu profitait de ce moment de non-solitude qu'il appréciait beaucoup.

Lorsque le professeur réapparut et que le sauveteur lui eut parlé, il s'approcha à pas rapide vers Ailis, en lui sommant d'arrêter et lui demanda si Mathieu devait rester avec elle. Surpris, il attendit d'abord une réponse de la part de la jeune fille, puis se rappela qu'elle était muette, et tourna son regard vers elle. Elle cherchait apparemment elle aussi à savoir ce que l'autre en pensait. Mathieu haussa les épaules, feignant l'indifférence, puis, après quelques secondes de réflexion, hocha la tête en se disant qu'il n'avait de toute façon rien de mieux à faire.

Bien. Ailis, tu viendras me voir après le cours, il faut qu'on parle.

A ces mots, Mathieu sentit la jeune fille trembler très légèrement. Sûrement le froid, se dit-il, elle n'était pas encore complètement sèche et gardait sa serviette trempée autour d'elle. Sur les recommandations du professeur, qui allait s'occuper de la fin de son cours, il raccompagna Ailis jusqu'aux douches, lui donnant rendez-vous à la sortie des vestiaires pour attendre le reste du groupe, à moins qu'elle ne doive rencontrer le professeur autre part.

Il la questionna d'un regard pour savoir si tout allait bien, mais la jeune fille semblait blêmir légèrement. Bizarre, elle avait pourtant dû reprendre des forces avec la friandise qu'elle avait mangé... A l'évidence, il allait devoir attendre un peu avant d'aller prendre une douche bien chaude, sinon elle allait encore s'effondrer sur place. Pourtant, même s'il voulait lui demander ce qui se passait pour qu'elle réagisse comme ça, il n'osa pas. Il ne la connaissait que depuis une demi-heure, ça ne le regardait pas. Un peu gêné par le silence qui commençait à se prolonger, il lâcha du bout des lèvres :

"Erm... T'es sûre que ça va, t'es toute blanche... ?"
Revenir en haut Aller en bas
Ailis Neil
ISS |:| Troisième année
avatar
Féminin
Messages : 76
Né(e) le : 03/02/2001
Date d'inscription : 31/03/2018
Age : 17
Niveau d'études/Métier : 3eme Année (3°1)
Situation amoureuse : Célibataire
Nationalité : Irlandaise
Commentaires/Citations : <<Je ne peux rien dire, je suis muette>>
Voir le profil de l'utilisateur
http://indare-division.forumactif.com/t1359-vous-avez-deja-essaye-de-me-parler-finish http://indare-division.forumactif.com/t1363-pnj-d-ailis-neil

Mer 16 Mai - 20:16
Ailis ne voulait pas que ses soucis fassent des allés-retours école-maison. Ils devaient rester au foyer mais vers la fin de l'année, on commençait à reconnaître sa fatigue et le fait qu'elle se relâchait. Mais plus elle pensait aux vacances d'été et plus elle se disait qu'elle ne tiendrait pas deux mois seule avec lui. Elle avait déjà prévu de s'inscrire aux cours d'été malgré le fait qu'elle n'en avait pas besoins. Lorsqu'un professeur demande de la voir, elle sait très bien ce que ça veut dire: ils ont remarqué sa situation. Et ils finiraient par en parler à Joshua qui voudra lui demander pourquoi, insistant encore plus, créant ainsi un cercle vicieux qui ne s'arrêterait seulement lorsqu'elle aura craqué et hurlé ce qu'il ne va pas. Dans tous les cas, elle ne voulait pas discuter de tout ça et elle savait qu'elle ne dirait rien. Malgré toute la bienveillance qu'il pouvait avoir, elle ne le voulait pas. Finalement, on finit par l'accompagner aux douches et la demoiselle en profita pour faire un peu le vide dans sa tête, elle devait nier comme d'habitude et ne pas laisser la moindre expression suspecte dans son regard.

Quand elle était sortie, elle s'était déjà remit dans son uniforme bien que toujours pied nue. Ainsi vêtue, elle était déjà beaucoup plus à l'aise qu'en maillot de bain. A la sortie des vestiaires, elle vit Mathieu qui l'attendait, elle fit un léger sourire bien qu'elle appréhendait l'arrivé du professeur. Elle se frotta le visage pour toujours se montrer forte, comme elle aimait bien le faire. En tout cas, elle devait être un peu pâle car il finit par lui demander si elle allait bien. La rouquine le regarda un moment dans les yeux puis prit son ardoise qu'elle avait sous le bras puis nota sur le plastique: 


"Ouai t'inquiète, je suis toujours blanche"

C'était vrai et faux. Mais hors de question de montrer ce genre de chose. Le professeur appela alors la fin du cour et les différents élèves commencèrent à rentrer dans les vestiaires à leur tour. Lui, il se changea très rapidement puis arriva. Il fit signe à Mathieu qu'il pouvait aller se changer, excuse pour qu'ils les laissent seuls. Le professeur soupira quand il ne fut plus visible et commença à parler à la jeune femme: 

- Ecoute Ailis. On sait pas ce qu'il se passe mais les collègues et moi-même sommes d'accord pour dire qu'il y a un problème. Déjà tu sembles avoir...Maigris, t'as l'air crevé et on m'a rapporté que tu as dormis en cours la dernière fois. Cela ne te ressemble pas.  J'veux que tu passes voir un des psychologues. 

La jeune femme détournait le regard, elle ne voulait pas. 

- Je demanderais confirmation si tu l'as bien fait. Sinon je serais obligé d'en parler à ton tuteur légal ok ?

Ailis le fixa d'un coup dans les yeux, réagissant à cette possibilité là. Qu'elle terrible chose qu'ils s'en viennent à cette extrémité ! Bon, elle allait bien devoir aller voir un des psychologues. La rouquine soupira longuement puis hocha la tête. Le professeur lui fit signe qu'elle pouvait disposer et la jeune femme sortit du bâtiment d'un air agacé avant de se poser contre le mur à côté de la porte d'entrée, attendant tout de même Mathieu par politesse, après ce qu'il avait fait pour elle...


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Mathieu Dorin
ISS |:| Troisième année
avatar
Masculin
Messages : 19
Né(e) le : 10/06/2000
Date d'inscription : 03/05/2018
Age : 17
Niveau d'études/Métier : Troisième année
Situation amoureuse : Célibataire
Nationalité : Française
Commentaires/Citations : Moi j'ai appris à lire, ben je souhaite ça à personne.

« Qu’y a-t-il de plus repoussant que de se nourrir continuellement de chair de cadavre ? »
Voltaire.

« Tant qu’il y aura des abattoirs, il y aura des champs de batailles. »
Léon Tolstoï.
Voir le profil de l'utilisateur
http://indare-division.forumactif.com/t1442-mathieu-dorin-un-francais-dans-la-ville#13507

Jeu 17 Mai - 20:57
"Ouais t'inquiète, je suis toujours blanche"

Mathieu n'y croyais pas vraiment. Il ne savait pas quoi, mais quelque chose ne semblait pas tourner rond dans la tête de cette jeune fille, au regard soit fuyant soit fixe, mais jamais neutre. Certes, ses gênes d'irlandaise ne devaient pas lui être très utiles pour bronzer, mais tout de même. Lui aussi avait remarqué la minceur d'Ailis, même s'il ne s'en inquiétait pas plus que ça. A cet âge, les filles sont influencées par les top models et veulent leur ressembler, ça devait sûrement être son cas. Et puis, lui aussi était maigrichon, et pourtant en plutôt bonne santé.

Après le signe du professeur, il prit le temps de se doucher longuement, toujours un peu secoué par les événements qui s'était produits dans la matinée. Les camarades autour de lui lui jetaient parfois des coups d’œils interrogateurs qui le rendaient mal à l'aise. Il ne sentait mis à nu, pas même protégé par son maillot de bain. Le jeune homme sûr de lui et confiant s'effaçait au profit du Mathieu timide et inquiet. Portant, il ne se dérobait pas à sa douche, trop content de profiter de l'eau chaude qui lui procurait une sensation agréable. Il se questionna sur ce que le professeur avait en tête pour interroger Ailis de la sorte. Ce professeur ne semblait pourtant pas si impliqué que ça pour sa classe, mais il semblait porter un intérêt tout particulier à elle. Il haussa les épaules et se dit qu'il l’interrogerait une autre fois, ou alors elle lui dirait peut-être lorsqu'il la reverra.

Une fois sec et rhabillé, il fut surpris de voir la jeune fille l'attendre, l'air agacée. Elle a dû se faire engueuler par le professeur à propos de tout à l'heure, pensa-t-il. Il lui sourit en la remerciant de l'avoir attendu.

"Pas trop sec avec toi le prof j'espère ? Il avait vraiment pas l'air de bonne humeur..."

Ailis semblait pourtant ne pas vouloir en parler au vu du regard peu avenant qu'elle lui lança. Pourtant, après cette séance de natation plus que mouvementée, Mathieu commençait à avoir très envie de manger. Il se souvenait que la rouquine n'avait pu manger que la moitié de sa barre de chocolat, et se dit qu'elle aussi devait avoir envie d'aller acheter quelque chose à grignoter avant les cours de l'après-midi.

"Ça te dit d'aller manger quelque chose à la cafet' ? J'commence à avoir faim après toutes ces émotions..."


Confiant dans la réponse de la jeune fille, il la devança de quelques pas en attendant qu'elle le suive.
Revenir en haut Aller en bas
Ailis Neil
ISS |:| Troisième année
avatar
Féminin
Messages : 76
Né(e) le : 03/02/2001
Date d'inscription : 31/03/2018
Age : 17
Niveau d'études/Métier : 3eme Année (3°1)
Situation amoureuse : Célibataire
Nationalité : Irlandaise
Commentaires/Citations : <<Je ne peux rien dire, je suis muette>>
Voir le profil de l'utilisateur
http://indare-division.forumactif.com/t1359-vous-avez-deja-essaye-de-me-parler-finish http://indare-division.forumactif.com/t1363-pnj-d-ailis-neil

Ven 18 Mai - 22:34
L'idée du psychologue était loin de lui plaire mais Ailis pouvait comprendre la crainte des professeurs. Cependant, elle voulait bien y aller mais elle allait certainement rien dire. Ou le mieux serait de s'inventer un problème: le coup classique de la tête qui stresse beaucoup trop, n'ayant plus d'appétit. C'était plutôt banal et il y avait des chances qu'ils ne cherchent pas plus loin. Ils avaient des tas de gosses avec de vrais problèmes, ils n'allaient pas trop s'embêter pour une ISS. Que croyez-vous ? Mais ça l'arrangeait grandement et avec de la chance, cela ne monterait pas jusqu'au fameux tuteur légal. La demoiselle attendait alors contre le mur d'un air assez calme, son ardoise toujours en main. Et si elle chantait à nouveau un jour ? Cela serait douloureux ou le contraire ? Des questions qui lui venaient parfois, de temps à autre. 


Mais finalement le jeune homme la rejoint, lui demandant si le professeur n'avait pas été trop sec car celui-ci semblait énervé. La demoiselle sourit doucement et nota de sa vitesse habituelle (soit très rapide): 


"Non, il s’inquiétait juste pour l’hypoglycémie."

C'est ce qui s'appelle raccourcir une discutions au point d'oublier certains autres détails. La jeune femme fouilla dans sa poche et trouva un élastique, elle attacha rapidement ses fins cheveux roux en un chignon, laissant quelques mèches dépasser de part et d'autre. Finalement son interlocuteur lui proposa d'aller manger quelque chose, prenant avance sur elle. La jeune femme n'avait pas plus envie que ça d'aller à la cafétéria mais puisqu'il avait décidé de son chemin, elle le suivit d'un léger sourire. Et puis ce n'était pas le moment de tomber encore dans les pommes à cause de conneries sur un manque de sucre. La jolie rouquine marchait alors d'un pas modéré se sentant un peu fatigué à cause de l'eau et ce qu'il venait de se passer. Arrivé au lieu, la jeune femme ne prit qu'une sorte de barre de céréale et elle s'assit sur une table. Elle grignotait doucement, observant le monde qui marchait autour d'elle. La demoiselle semblait un peu pensive puis lorsqu'elle eu finit enfin sa petite réflexion, elle nota sur son ardoise pour son interlocuteur: 

" Je vais voir si je vais pas aller à un concert ou voir un film dans pas longtemps..."

Elle avait une envie irrésistible de défier son protecteur qui l'empêchait d'aller où elle voulait. Elle avait envie de le rendre totalement fou. Pour voir son vrai visage. 

"Tu t'y connais en groupes de musique ? Faut que je choisisse mais je ne sais pas trop."


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Institution Indarë :: ISS - Bâtiment B :: RDC : Gymnase et ateliers :: Piscine-
Sauter vers: