AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


Votez pour le forum

~ Étendez l'expérience ~
Pour la rentrée 2018, Indarë organise une semaine d'Intégration pour les nouveau élèves et les moins nouveaux.

 :: Hors-jeu :: Rps abandonnés Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

J'aurais essayé de m'envoler [Pv. Tess]

Asher
Invité
avatar

Ven 23 Fév - 17:50
Asher
Asher Sharp
Ancien membre
Le temps était triste aujourd'hui. Les nuages couvraient disgracieusement le ciel. Il avait plu toute la mâtiné. Alors oui, tout était gris. Et tout le monde s'en foutait. La tristesse était habituelle en hiver. Puis ça se transmettait dans les esprits et les hommes, les femmes se mettaient à porter des manteaux noir, des grandes écharpes et tout le monde devenait une sorte d'âme errante parcourant les rues à vive allure pour ne pas fréquenter trop longtemps le froid austère.

J'avais finis les cours depuis longtemps. Quelques professeurs absents faisaient vite la différence. Mais ça ne m'empêchait pas de retourner à nouveau dans le cloître d'une salle de classe froide et uniforme. Le surveillant en face de nous regardait un livre, un bouquin. Je m'imaginais qu'il était de Victor Hugo. Derrière moi, une petit groupe d'élèves qui parlaient assez fort. Là, je ne pouvais démolir leur conversation pour en imaginer une autre. Leurs mots étaient trop forts. La permanence était ainsi assez bruyante. C'était d'ailleurs bien étrange comme ce lieu ne cessait de changer. Parfois sonore, parfois mort. Tout dépendait de la tolérance de la personne en face de soit.

Enfin bref, je retournait sur ma feuille, mon crayon de bois en main pour gratter le papier à nouveau.

A la tombé de la nuit
Je n'ai entendu qu'un bruit
Un bruit torturé, un bruit qui grattait
Les murs des maisons...


Je m'arrête un moment. Comment continuer cette phrase ? Il lui manquait une rime. Ce n'était pourtant pas celles qui manquaient... Un élève passa à côté de moi, je me referma un peu plus autour de ma feuille pour que personne ne plus glisser un oeil dessus. L'ennuie était déjà partenaire de ma vie. Il ne manquerait plus que les brimades le soit aussi. Je voulais du calme. La prison de cette école était insupportable autant pouvoir rester tranquille dans ce cas.  Je détestais cet endroit dès que j'y avais mis les pieds. Dès même qu'on m'en avait parlé.

Je soupirais longuement entre mes bras. Je souhaitais que plus personne ne me parle. Et le psychologue avait beau dire que je m'enfermais dans une "bulle", ce n'était pas les mots d'une femme sans vie et d'un air aussi morne qui allait m'apprendre à être heureux. Faite moi sortir de là avant et on verra !

J'entendis alors vaguement un murmure qui me fit relever les yeux. En fait, le sujet de discussion du groupe  avait dérivé sur quelque chose de plus sombre. Ils parlaient du viol. Des agressions. Des nombreuses personnes étaient entré en potion par ce traumatisme là. Ces mots là me piquaient la gorge et cela alors que je n'en étais même pas le propriétaire. Mon regard dériva à la fenêtre transparente et sa silhouette apparue. Une silhouette fine mais grande. Une chevelure calme et lisse qui glissa le long du carreau. Maria ! C'est elle ! Je l'ai retrouvé ! Je savais qu'elle était dans cette école. Je l'ai vu plusieurs fois ! Mais à chaque fois, elle se met à courir puis s'évapore.

Je me lève d'un coup et je cris son nom dans toute la salle. Il résonne comme il le fait dans ma tête. Je cours vers la fenêtre alors que sa silhouette vient de s'enfuir. Je vois le surveillant se lever, alerté. Je le regarde. J'hésite. Je ne veux pas qu'on me regarde. Mais Maria est juste là ! A deux doigts de prouver mon innocence ! Je lève la fenêtre. Elle est là ! Au loin. Dansant dans le doux vent ! Je passe mon pied sur le bord, je me préparer à sauter mais mon autre pied se prend contre le mur. Je me sens basculer et dans une éternité étrange, le sol se rapproche. Je tombe. Il s'écrase contre moi.

Je sens que j'ai un peu mal à la tête. Je crois un peu saigner mais ce n'est certainement que superficiel. Je reste bloqué au sol seulement par la fatigue de tenter d'attraper une clef qui m'échappe des mains toujours au dernier moment. Je suis fatigué d'être vu comme un criminel sans cœur. Je suis fatigué d'être là.
Revenir en haut Aller en bas
Tess Drake
Univ |:| Licence 1
avatar
Messages : 273
Né(e) le : 05/06/2000
Date d'inscription : 16/07/2017
Age : 18
Nationalité : Américaine
Famille : Jagger (père), Steph' (grand frère), monsieur et madame Drake (parens adoptifs)
Voir le profil de l'utilisateur
http://indare-division.forumactif.com/t777-j-ai-juste-perdu-mon-sang-froid-terminee

Mar 27 Fév - 0:22

ft. Asher

Il ne faut jamais trop s'attacher aux gens. Ils nous bercent d'illusions. Noyé de leur tendre parole et de leurs mots doux, ils nous rendent accroc et paradoxalement heureux. Et l'instant qui suit, ils s'en vont, seul la douleur nous envahi. Les souvenirs. Les larmes. La tristesse. Et notre vie vide qui continue.

J'AURAIS ESSAYÉ DE M'ENVOLER

Une journée assez morne et crise, restant dans la continuité de la précédente. Pourquoi le temps est aussi mauvais en ce moment ? Question rhétorique évidement, c’est ce qu’on appelle l’hiver… C’est assez idiot dit comme ça, demandé comme ça même mais Tess n’arrive plus à bien penser depuis quelques temps. C’est un bordel pas possible dans son esprit, les informations, les nouvelles (plus ou moins bonnes) arrivaient de tous les côtés et elle était assez perplexe quand à tout ceci. Cependant, même les cours n’arrivaient plus vraiment à la rattacher à la réalité. C’est peut être pour cette raison qu’elle marchait dehors, sans but précis et sans faire très attention à ce qui l’entourait. Les derniers profs qu’elle devait avoir à cette heure et à la prochaine n’était pas là donc elle profitait quelques peut de cette tranquillité. Le regard un peu perdu, la jeune checka son portable, lisant un message reçut la veille au soir.

Un simple : « Fait attention, d’après Mathys, le gang de la nana que t’as buté se retrouve en Angleterre. Evite de déconner et prend soin de toi, ‘tite sœur. Steph’. » Rien que ça la faisait légèrement paniquer mais elle n’avait pas vraiment d’autre  choix que de laisser les choses courir. Cependant, si elle se faisait attaquer, la jeune femme ne pourrait pas se défendre comme voulu ! Surtout contre des personnes armées ! Et franchement, contre des membres de gangs, ne pas avoir d’armes ou de quoi se défendre convenablement peut être synonyme de mort lente et douloureuse… Une mort rapide et sans douleur n’est pas vraiment dans leurs habitudes… Ils voudraient sans doute venger leur camarade. Qui ne le ferait pas après tout ? N’importe qui chercherait ça… Elle-même aurait sans doute eut la même réaction si l’un des siens avaient été tué.

Elle soupira doucement, s’arrêtant dans la cours quelques instants en regardant le ciel. Un ciel gris et menaçant.

Bon, après tout, elle serait capable de se débrouiller, c’est un peu ce qu’elle faisait depuis son arrivée ! Que cela soit lors de la fusillade du casino avec Davian, la sortie du parc avec Emilie après que les deux se soient retrouvées enfermées pour des raisons différentes mais restant assez comique, ou encore, lorsque Brook avait voulu retourner dans son enfer… Et lors de la deuxième rencontre avec son père, qu’elle s’était retrouvée dans un Van, kidnappée… Tess passait certaines rencontres volontairement, après tout, toutes les résumer serait bien trop long ! Mais au moins, son visage affichait désormais un léger sourire bien qu’un frisson lui parcouru l’échine, un frisson de froid. Peut être qu’elle pourrait squatter une salle de perm’ ? Ou un couloir, peut être même la bibliothèque… Après tout, rester dehors trop longtemps finirait par avoir raison de sa santé ou d’elle. L’un dans l’autre, cela revenait à peu prêt au même pour ne pas dire complètement !

Tandis qu’elle regagnait le bâtiment histoire de se mettre au chaud, un brusque mouvement la tira de ses pensées, la faisant sursauter, esquissant un brusque mouvement de recul. Un jeune homme se trouvait là, étendue au sol et quelques personnes regardaient la scène, un air inquiet au visage. Quelques fractions de secondes lui suffirent pour s’approcher du garçon qui, visiblement, était passé par la fenêtre.

- Hey ! Tu vas bien ?

Rapidement, la main de l’américaine se tendit vers lui, un air un peu inquiet aussi. Il y avait quelques gouttes de sang qui avaient coulé de son crâne… Mais sa question était vraiment débile par contre. Quelqu’un qui passe par la fenêtre NE PEUT PAS se sentir bien !

- Tu peux te relever ?



Tess discute en #00ccff, se prend la tête en #ff0000 et t'insulte avec un fort accent américain en #0066ff
Revenir en haut Aller en bas
Asher
Invité
avatar

Mar 27 Fév - 12:15
Asher
Asher Sharp
Ancien membre
Je me sentais épuisé. J'avais cette impression insupportable que les yeux me fixaient, que ma chute n'était pas passée inaperçu. Logique, un gosse passant par la fenêtre sans aucune raison apparente....Mais la raison était là mais jamais personne ne la voyait. Pour eux, c'était une hallucination. Je l'avais comprit quand j'avais vu marqué "tendance schizophrène" sur le papier. Donc pour eux, Je n'étais qu'un pauvre gosse perturbé ? Mais était-ce de ma faute si cette fille passait son temps à disparaître ?  C'était quelque chose que  j'avais bien comprit dans ses cours de philosophie. A partir du moment ou personne ne voit, ça n'existe pas. Donc la rationalité voulait que ça ne se passerait que dans ma tête. Je me souviens, quand j'avais lu ces lettres la première fois. Je crois mettre énervé. Beaucoup. J'avais hurlé même en les traitant de menteurs et d'ignorant. Après je ne sais plus vraiment. Ils m'ont dit que j'avais fait "une crise". Comme je déteste ce mot... On dirait qu'on n'est pas normal, qu'on n'est instable.

Je reniflais l'odeur de la terre humide, honteux, les yeux fixé sur cette couleur brune. Je ne voulais pas me relever. Je ne voulais pas les affronter. Leurs yeux qui me jetaient la culpabilité d'une chose que je n'avais pas faite. J'étais un fou perturbé comme il le disait. C'est pour ça que je ne pouvais pas sortir de là. Qu'ils me gardaient ici. Pour ma "sécurité". Tu parles, pour leur "sécurité".

Une voix résonna dans ma tête. Je ne su dire si elle me donna mal au crane mais elle me demanda si j'allais bien. Par reflex, je me recroquevillai un peu  sur moi-même. Je n'affronterais personne. Je ne le voulais pas.  Les regards moqueurs...Qui te disent que tu es étrange. Que ce que tu  fais n'a aucun sens. Comme seule réponse, je répondis  d'un grognement agacé mais surtout fatigué. Laisse-moi crever dans la terre, j'ai pas besoins d'aide. Je veux juste qu'on me laisse tranquille dans ma boue, les gens finiront bien par arrêter de me regarder. Ils finiront par détourner le regard comme ils le font si bien. Comme je le fais si bien...

Le voix résonna une seconde fois. Elle me demandait si je pouvais me relever. Elle insistait ? Qu'elle me laisse, elle continuait à maintenir l'attention sur moi. J'en veux pas.

Bon, il fallait bien que je bouge sinon le surveillant allait me croire évanouit. J'ignorais sa main et me releva difficilement. Mon corps me semblait bien lourd et ma tête tournait un peu. Je du prendre appui sur le mur. Mon regard fixé au sol je soupirais alors:

-Ouai ça va...


Je me mis à fixer droit devant moi. Peut-être qu'elle était là, cachée dans un buisson... Si je me concentrais un peu...Pourquoi elle me torturait ainsi ? Pourquoi elle me laissait avec cette étiquette de coupable ? Je me mis à de nouveau fixer le sol d'un air désespéré. J'avais envie de m'enfuir. Loin. Ma main alla se poser sur ma blessure et je grimaçais par le contact terre-sang que je laissais. Je regardais mes doigts pour voir le liquide rouge dessus. Je jetais un œil à la fenêtre, ils me fixaient encore. Le surveillant s'approcha.

-Ca va pas de faire ça ? Bon tu saignes ? Heu...Jeune fille, vous pourriez l'accompagner à l'infirmerie ?

Pendant un moment, je me mis à le fixer d'un air meurtrier. De quoi il se mêlait ? Qu'il détourne le regard ! Qu'il me foute la paix ! Je n'étais pas face à lui, je ne faisais jamais face aux gens. De trois-quart, je continuais à le regarder.

-Je vous emmerde.

J'avais dis cela de façon très calme mais c'était mon regard qui parlait toujours à ma place. Je me mis à partir d'un pas rapide pour échapper à leurs yeux d'acides. Personne n'allait m'aider. Je n'allais pas bien loin. A une quinzaine de mètre se trouvait des robinets dont je m'approchais. J'étais sale, couvert de cette matière brune qui s'était mélangée à mon sang. J'avais envie de pleurer. Je me retenais. J'ouvris le conduit et m'aspergea d'eau en grimaçant, c'est que ça me faisait mal cette blessure. Je jurai un peu et profitai du liquide froid pour me recouvrir les yeux et me calmer. Je pris ma tête entre mes mains et pour souffler et penser à autre chose, je me mis à réciter un poème de Victor Hugo d'une voix faible, oubliant la douleur.


- Demain, dès l'aube, à l'heure où blanchit la campagne,
Je partirai. Vois-tu, je sais que tu m'attends.
J'irai par la forêt, j'irai par la montagne.
Je ne puis demeurer loin de toi plus longtemps.

Je marcherai les yeux fixés sur mes pensées,
Sans rien voir au dehors, sans entendre aucun bruit,
Seul, inconnu, le dos courbé, les mains croisées,
Triste, et le jour pour moi sera comme la nuit.

Je ne regarderai ni l'or du soir qui tombe,
Ni les voiles au loin descendant vers Harfleur,
Et quand j'arriverai, je mettrai sur ta tombe
Un bouquet de houx vert et de bruyère en fleur.
Revenir en haut Aller en bas
Tess Drake
Univ |:| Licence 1
avatar
Messages : 273
Né(e) le : 05/06/2000
Date d'inscription : 16/07/2017
Age : 18
Nationalité : Américaine
Famille : Jagger (père), Steph' (grand frère), monsieur et madame Drake (parens adoptifs)
Voir le profil de l'utilisateur
http://indare-division.forumactif.com/t777-j-ai-juste-perdu-mon-sang-froid-terminee

Ven 2 Mar - 21:01

ft. Asher

Il ne faut jamais trop s'attacher aux gens. Ils nous bercent d'illusions. Noyé de leur tendre parole et de leurs mots doux, ils nous rendent accroc et paradoxalement heureux. Et l'instant qui suit, ils s'en vont, seul la douleur nous envahi. Les souvenirs. Les larmes. La tristesse. Et notre vie vide qui continue.

J'AURAIS ESSAYÉ DE M'ENVOLER

Le garçon ne bougea pas, pas vraiment et ne semblait pas avoir l’envie de bouger. Il prend un bain de boue ou comment ça se passe ? Avec le temps qu’il fait et la température, rester ici et comme ça n’était pas spécialement bon, surtout pas pour sa santé. Après, s’il souhaite être malade ou autre, libre à lui de l’être mais cela serait sans compter sur la présence de Tess, elle refusait de laisser quelqu’un dans cet état. Si elle n’avait pas été là, il aurait pu, mais les choses étaient totalement différentes. Enfin, l’américaine était toujours présente, le regard passant du jeune homme au surveillant. Du surveillant aux quelques curieux qui regardaient la scène pour ensuite se reporter au garçon, complètement inerte.

Il fallait quand même qu’elle agisse, attendant sagement qu’il saisisse sa main pour se relever, le regardant toujours avec ce sourire bienveillant, légèrement caché et bouffé par cet air inquiet. Elle ne le connaissait pas ? Et Alors ? Cela n’allait pas l’empêcher de lui proposer son aide ! Cependant, l’américaine fut quelques peu… Vexée de se prendre un vent du genre. Elle qui proposait son aide gentiment, sans la moindre once de jugement ou de méchanceté… voilà qu’elle essuyait un refus monumental. Oui, elle avait légèrement été touchée dans son égo. C’est rare mais cela arrive. C’est justement ce refus d’aide qui lui tira un léger froncement de sourcil mais elle n’allait pas se laisser démonter pour autant ! Vu le coup qu’il vient de se prendre sur le crâne, un passage à l’infirmerie ne lui ferait sans doute aucun mal. D’ailleurs, le pion lui demanda de l’emmener à l’infirmerie, ou au moins à l’accompagner… Chose qui semblait déranger le garçon plus qu’autre chose à en juger par son regard et ses mots. Cependant, Tess adressa un simple signe de tête au surveillant, suivant l’inconnu tranquillement, les mains dans les poches, son air changeant un peu tandis qu’elle se mettait en marche.

Elle marchait d’un pas lent mais ne rechignant pas, atteignant rapidement le garçon qui passait de l’eau sur son visage, restant au niveau des robinets, immobile. Durant quelques minutes, l’américaine resta à une petite distance de lui, s’appuyant contre un mur assez proche en attendant un peu. La jeune femme avait maintenant les bras croisés sur la poitrine, le regardant simplement avec une petite mine neutre. Oui, neutre maintenant, plus rien n’était affiché pour le moment.

- Tu sais, aller à l’infirmerie ne va pas te faire de mal, vu le sang qui à coulé, mieux vaut pas prendre de risque. Une infection, ça peut arriver vite, bien plus vite que ce qu’on peut oser imaginer.

Une voix posée et calme, avec ce petit ton amical cependant. Elle attendait tout simplement que le garçon daigne se tourner vers elle, qu’il daigne lui adresser la parole. Même s’il l’envoyait chier, tant qu’il lui parlait, cela serait le principal aux yeux de Tess. Au moins, elle pourrait s’assurer qu’il va vraiment bien et que le coup qu’il a prit sur la tête n’avait pas causé trop de dégâts.

- Qu'est ce qui t'as prit de passer par la fenêtre ?



Tess discute en #00ccff, se prend la tête en #ff0000 et t'insulte avec un fort accent américain en #0066ff
Revenir en haut Aller en bas
Asher
Invité
avatar

Jeu 22 Mar - 21:23
Asher
Asher Sharp
Ancien membre
L'eau coulait et s'éclatait contre la parois de ma chaire. Je faisais doucement couler le liquide pour disparaître toute cette boue qui m'avait bien ridiculisée devant les autres élèves. Je ne savais pas vraiment si j'étais vexé ou honteux, je ne crois pas. J'étais surtout frustré de rester sur ce même point de dépars, entouré de corps ne me croyant pas, me jugeant toujours et encore fou sans chercher à comprendre. Il était simple de me dire fou, ça évitait une enquête plus approfondie. "Il nous faut un coupable !". Un gosse esseulé, n'aimant pas trop le contact humain, venant d'être traumatisé car ayant aperçu son amie se faisant tuer et se faire... Enfin bref, j'étais parfait dans le rôle que je devais incarner. Je détestais cet endroit et ce passé allait certainement être toujours marqué dans mon dossier. Imaginez seulement un futur patron le regarder. "Apparemment, vous avez tué une famille entière avant de crier le prénom de vierge marie...On va vous rappeler hein ?".

Une voix. Je sursautais d'un coup. La même fille que tout à l'heure. Je me retournais vivement pour être bien sûr de mon interlocuteur. Elle avait donc suivit ce que le surveillant lui avait demandé de faire. Mais je n'étais plus vraiment agressif. La présence des autres m'avait poussé à l'être. Pour me défendre des regards dévastateurs qui me blessaient. Enfin, pas tant que ça mais vous pouviez comprendre que ce n'était pas la chose la plus agréable. Je lui jetai alors un oeil quelques secondes avant de répondre:

-Pour lui dire que j'ai sauté de la fenêtre de la perm ? Je tiens à garder mes séances de psy à deux par semaine. Pas plus.

Je ricanai un peu. C'est vrai qu'il allait falloir que j'explique mon comportement à la dame en blanc et vu comment ils me regardaient tous ici, je n'en avais pas la moindre envie. Et voilà que la jeune femme aux cheveux bleus lui demandait également pourquoi ? Mais pourquoi se jeter par la vitre ? Je me ressuyais le front puis frotta mon haut contre mon visage, j'allais vite avoir froid comme ça.

-Parce que je suis totalement cinglé.

Je me mis en face d'elle, gardant tout de même une bonne distance de l'autre être humain et montrai mon cerveau de mon index en le faisant tourner. Comme le geste que nous pouvons faire pour montrer que quelqu'un est fou et que son esprit déglingue.

-Je vois des gens qui sont morts.

Impossible de savoir si je blaguais ou pas. J'avais pris un air mystérieux et presque cynique. Mais de l'amertume persévérait dans ma voix, signe  qu'il y avait une partie de vrai là-dedans. Je rigolais doucement, ironiquement puis continuai à me laver les mains pour finaliser ma toilette.
Revenir en haut Aller en bas
Tess Drake
Univ |:| Licence 1
avatar
Messages : 273
Né(e) le : 05/06/2000
Date d'inscription : 16/07/2017
Age : 18
Nationalité : Américaine
Famille : Jagger (père), Steph' (grand frère), monsieur et madame Drake (parens adoptifs)
Voir le profil de l'utilisateur
http://indare-division.forumactif.com/t777-j-ai-juste-perdu-mon-sang-froid-terminee

Mer 28 Mar - 21:31

ft. Asher

Il ne faut jamais trop s'attacher aux gens. Ils nous bercent d'illusions. Noyé de leur tendre parole et de leurs mots doux, ils nous rendent accroc et paradoxalement heureux. Et l'instant qui suit, ils s'en vont, seul la douleur nous envahi. Les souvenirs. Les larmes. La tristesse. Et notre vie vide qui continue.

J'AURAIS ESSAYÉ DE M'ENVOLER

Tess resta à une légère distance de son interlocuteur, pas par peur de lui, mais plus pour lui laisser son espace personnel… Enfin, elle appréhendait un peu sa réaction vu ce qu’il s’était passé un peu plus tôt. Elle avait les bras croisés, pas de manière à e juger mais plus pour pouvoir en faire quelque chose. Tess préférait les croiser plutôt que les garder ballant, inutiles et pendant lamentablement dans le vide comme deux cordes accroché à une branche. Ouais, la comparaison pouvait sembler étrange mais c’était la première chose qui lui venait à l’esprit en voyant ses bras comme ça.  La réponse du garçon fit doucement sourire l’américaine. Qui avait dit qu’il devrait dire la vérité ? Qui a dit qu’il aurait à dire qu’il avait eut l’envie de passer par la fenêtre de la permanence ?

- Tu n’es obligé de dire la vérité tu sais ? Y’a aucun mal à mentir pour assurer ses arrières !

Mentir pour se protéger ou pour protéger les autres. C’était une ancienne routine pour elle ! Après tout, elle avait bien dû couvrir son gang et dire qu’elle agissait en solo ! De toute façon, personne ne pouvait en témoigner le contraire… Enfin, les seules personnes pouvant en témoigner étaient soient mortes, soit portées disparues, donc elle n’avait pas grand-chose à craindre à ce niveau là ! Cela à parfois du bon, d’être loin de tout ce qu’on a toujours connu, dans une contrée inconnue. Enfin, plus si inconnue que cela finalement, elle avait finit par prendre ses marques, ses repères et pouvait bien se débrouiller ! Elle chassa cette pensée de son esprit aussi rapidement qu’elle n’était arrivée, laissant le jeune finaliser sa toilette.

- Tu vas chopper la mort à te laver dehors... Tu aurais pu profiter d’une eau chaude.

Enfin, s’il avait foncé ici, ce n’était peut être pas sans raison. Peut être qu’il voulait tout simplement éviter les regards interrogateurs des autres élèves ? Peut être qu’il voulait se débarrasser de la boue qui le recouvrait plus rapidement ? C’était probable après tout.

Elle fut néanmoins un peu surprise de le voir s’avancer vers elle, non sans laisser de nouveau une certaine distance entre eux deux. Il avait sauté par la fenêtre parce qu’il était « complètement cinglé » ? Tess ne su pas vraiment comment réagir face à cette révélation, mais une chose était sûre, elle ne pourrait pas le juger.

- Tu vois des gens qui sont morts ? Et c’est pour ceci que tu as sauté par la fenêtre ?

Le ton qu’employait l’ancienne dealeuse était plus curieux et interrogatif qu’autre chose. Elle avait un peu de mal à croire que c’était à cause du fait qu’il était fou et qu’il… Voyait des gens morts. Pour elle, c’était un peu invraisemblable mais elle n’oubliait pas que certaines personnes avaient des hallucinations ou des choses du genre. C’est quelque chose qu’elle a un peu de mal à s’expliquer après, mais elle ne juge pas. Elle ne cherche qu’à comprendre ce qui l’entoure, un peu comme le ferait une enfant…



Tess discute en #00ccff, se prend la tête en #ff0000 et t'insulte avec un fort accent américain en #0066ff
Revenir en haut Aller en bas
Asher
Invité
avatar

Ven 30 Mar - 23:14
Asher
Asher Sharp
Ancien membre
Je n'avais plus vraiment de boue et de crasses sur mon corps mais l'eau froide fit que je sentis rapidement les frissons traverser ma chaire. Finalement, l'hivers était tenace et se retrouver en t-shirt n'aidait pas à me réchauffer. Ce fut l'adolescente aux cheveux bleus qui me dit alors que je n'étais pas obligé de dire à l'infirmière exactement ce qu'il s'était passé. Pour protéger mes arrières. Le ton employé me fit alors rapidement comprendre, qu’apparemment, mon interlocutrice avait déjà du mentir sur quelques points à la brave dame en blanc. Je me mis alors à doucement ricaner en lui jetant un oeil, répondant alors simplement:

-Cela se saura bien. Un gosse qui passe par la fenêtre, les pions vont le rapporter. C'est pas hyper anodin comme comportement.

Et c'était peut-être le plus dur pour moi. Être totalement conscient de mon comportement bien démesuré quand je voyais Maria mais ne pas pouvoir m'empêcher de me faire remarquer dans ces moments là. C'était douloureux de ne pouvoir changer ce qu'il ne va pas chez nous. Mais cette femme m'avait prit ma vie, elle m'a jeté ici sans remord, m'a accusé d'un crime que je n'ai pas commis. Qu'importe qu'ils aient des preuves ADN et tout le bordel. Je sais ce que je suis et donc ce que je suis capable de faire. Et la psychologue aura beau me sortir maintes fois cette histoire d'inconscient et de subconscient comme des formules chimiques apprises à la lettre, je ne céderais pas à leur pression psychologique.  

La jeune femme me parla alors que j'allais certainement tomber malade. Ce qui n'était pas spécialement idiot mais me traîner dans les couloirs du lycée plein de terres avec les regards interrogateurs ne m'attirait pas vraiment "étrangement".

-Nan c'est bon, répondis-je alors seulement en haussant les épaules.

Mais quand je lui dis que j'étais dingue, elle sembla plus dans la curiosité que dans cette pensée de me juger dans la catégorie étrange. Donc, ce qui fait que je bloquai quelques secondes. Je devais lier mes paroles à mon comportement ? C'était pas évident ? Je suis dingue et les dingues font des trucs de dingues. Point. Je m'intègre à la société qu'on me donne. Alors, je soupirais pour dire d'un sourire cynique:

-Si je suis fou, je me comporte comme un fou. Et il n'y a que les fous pour sauter sans raison d'un fenêtre. Peut-être que je croyais que j'allais voler qui sait ?


Je ne pus m'empêcher de rigoler doucement à ma propre phrase. Je n'étais pas sûr de vouloir dire que je voyais une femme qui m'a accusé d'un crime que je n'ai point fais. Et puis, tout le monde me dit qu'il n'y a aucune Maria dans cette institution. Conclusion du psy ? H.A.L.L.U.C.I.N.A.T.I.O.N. C'est le plus simple et je ne suis pas ici un cas à part, ils sont dans leur zone de confort donc.

Je grelottais un petit peu de froid, l'eau coulant un peu contre ma peau, continuant de la rafraîchir.

-Et pour que je sois fou, il me faut un alibi. Et vu que je suis pas original, j'ai décidé de dire que je vois quelqu'un de mort.

J'aurais peut-être du garder la généralité de voir plusieurs personnes mortes et non pas une seule mais j'étais perdu dans mon ironie qui au final dénonçait ce lieu que je ne pouvais que détester.

-Comme ça j'évite à l'administration de se creuser trop la tête sur ma pathologie. C'est pas généreux ça ? Continuais-je d'un ton toujours très calme alors que je regardais si mon téléphone n'en avait pas prit un coup.
Revenir en haut Aller en bas
Tess Drake
Univ |:| Licence 1
avatar
Messages : 273
Né(e) le : 05/06/2000
Date d'inscription : 16/07/2017
Age : 18
Nationalité : Américaine
Famille : Jagger (père), Steph' (grand frère), monsieur et madame Drake (parens adoptifs)
Voir le profil de l'utilisateur
http://indare-division.forumactif.com/t777-j-ai-juste-perdu-mon-sang-froid-terminee

Dim 8 Avr - 13:19

ft. Asher

Il ne faut jamais trop s'attacher aux gens. Ils nous bercent d'illusions. Noyé de leur tendre parole et de leurs mots doux, ils nous rendent accroc et paradoxalement heureux. Et l'instant qui suit, ils s'en vont, seul la douleur nous envahi. Les souvenirs. Les larmes. La tristesse. Et notre vie vide qui continue.

J'AURAIS ESSAYÉ DE M'ENVOLER

Cela se saurait bien ? Pas forcément ! Le pion connaissait-il le nom du jeune homme ? Avait-il bougé ses fesses pour réellement s’assurer que tout allait bien ? Pas vraiment, pas du tout même. Il était resté dans la salle. Bon, après, il était vrai qu’il était surement obligé de surveiller la permanence, ou la salle d’étude, c’était au choix. Elle n’avait jamais spécialement fait la différence entre les deux salles. L’une était là pour permettre aux élèves de travailler tranquillement, l’autre était plus une sorte de garderie où les gens pouvaient faire à peut prêt tout ce qu’ils voulaient tant que cela ne dérangeait pas trop les autres. Ouais, c’est vraiment une garderie en fin de compte, la permanence, mais c’est plus agréable que les salles d’études. Enfin, elle imaginait seulement, elle n’avait pas réellement mis les pieds dans une salle d’étude, autre que pour chercher quelqu’un. Et encore, elle s’était presque faite jetée… Juste à cause u fait qu’elle ne soit pas venue pour bosser comme toutes les personnes qui étaient déjà présentes là bas. Et tout ça pour quoi ? Rien du tout. Elle n’avait pas trouvé la personne qu’elle cherchait. C’était qui déjà ? Tess ne s’en souvenait même plus. Si c’est bon, c’était Morgane ! Une fille de l’ISS qui l’avait prit sous son aile. Ou l’inverse. En tout cas, les deux jeunes étaient assez proches, échangeant souvent sur leur vécu. C’était intéressant et les deux pouvaient apprendre pas mal de chose ! Enfin, je m’égare…
 
Lorsqu’il lui répondit que c’était bon, Tess ne pu se retenir d’arquer un sourcil. Qu’il refuse d’aller faire un tour à l’infirmerie, c’était compréhensible, qu’il dise que c’était bon alors qu’il était trempé avec ce temps… Elle y croyait moyennement. Ce n’était pas spécialement contre lui mais le naturel de l’américaine semblait toujours vouloir prendre le dessus sur sa raison. Pourquoi essayer d’aider et de prendre soin des gens qui n’en ont rien à cirer ? Pourquoi hein ? C’était déjà assez compliqué de s’occuper de sois même par moment, mais prendre soin des autres était tout de même aussi compliqué si ça ne l’était pas plus ! Elle haussa les épaules à son tour.
 
-          Si tu le dis. Mais tu finiras tout de même par choper une connerie à rester dehors.
 
En général, elle aurait proposé de prêter sa veste mais sachant qu’elle n’avait pas grand-chose en dessous… How et puis zut ! Qu’est ce qu’elle risquait à vouloir aider ?! Rien du tout ! Elle retira rapidement sa veste, dévoilant ses bras nus. Quand je disais qu’elle n’avait pas grand-chose en dessous, juste un débardeur assez léger… Elle doit être complètement inconsciente ! Dire que Tess lui faisait la morale d’une certaine façon… La voilà dans une posture assez contradictoire. Bon, mettons ça sur le compte du « fais ce que je dis, pas ce que je fais », c’était sans doute bien mieux ainsi ! Elle la lui tendit, dans un geste lent et pas trop brusque. En fonction de son geste, elle la lâcherait ou la remettrait sur ses épaules.
 
-          Les fous font des trucs de fous. Tu pensais peut être t’envoler… Pas d’originalité…
 
Elle répéta quelques partie de ses phrases, essayant de comprendre mais… Avec les événements récents, c’était presque mission impossible ! Elle soupira intérieurement avant de légèrement secouer la tête. Comme si cela allait lui remettre les idées en place et en ordre. Foutaise. Elle arqua un sourcil, une nouvelle fois, en essayant de voir, de déceler une forme quelconque de plaisanterie avant de finalement se lancer, ironisant un peu.
 
-          Tu fais preuve d’une gentillesse sans pareil, vraiment !
 
Bon, ironie ou sarcasme, c’était à voir maiiiiiiiiiis bon.



Tess discute en #00ccff, se prend la tête en #ff0000 et t'insulte avec un fort accent américain en #0066ff
Revenir en haut Aller en bas
Asher
Invité
avatar

Dim 8 Avr - 16:13
Asher
Asher Sharp
Ancien membre
D'un côté, je savais que c'était pas une très bonne idée de rester tremper mais j'avais des habits dans ma prison et j'aurais bien le temps de me changer plus tard. Je n'allais pas en mourir finalement, il ne fallait pas non plus croire que le froid était mortel, surtout pour un adolescent comme moi. C'était juste un peu humiliant de ressembler à un chien mouillé et ça n'aidait pas à ma bonne humeur. Enfin, je ne pensais pas non plus être désagréable, mon ton était calme et neutre. Mais peut-être trop neutre par rapport à la situation et à la teneur de mes propos. Mais au final, je n'étais pas là pour devenir populaire au près des autres. J'étais mieux dans mon coin et c'était indéniable. Dans mon esprit, je pouvais au moins écrire et rentrer dans cette bulle qui ne cessait d'éclater quand les étrangers montraient leur voix. Mais voilà que la jeune femme lui tendit sa veste, montrant au passage ses bras nus et révélant qu'elle n'était non plus bien habillée à l'occasion du temps d'hivers.

Je la regardais un moment sans rien dire puis un léger sourire apparu sur mes lèvres alors que je levais doucement le sourcil.

-C'est toi qui va chopper la crève si tu me passes ta veste.

Je n'allais bien sûr pas la prendre, il suffit de regarder mon état. J'étais trempé, comment pensez-vous qu'elle allait finir sa veste ? J'allais la salir et ce n'est pas vraiment ce que je voulais. Car j'allais me sentir obligé d'aller la laver ensuite puis j'allais passer trois mois à la chercher pour la lui rendre.

-Garde-là, je vais te la dégueulasser.

Mon sourire s'estompa un peu en observant mon téléphone. Il me rappelait que j'avais quelque chose à rendre pour demain que je n'avais absolument pas fait. Un sorte de DM de mathématique. Je ne sais pas pourquoi je l'avais noté d'ailleurs... Ah moins que ce soit le professeur qu'il m'avait demandé de le faire, sachant pertinemment que j'allais encore oublier. Mais tant pis, j'aurais encore une bulle comme note, ce n'est pas comme si j'étais un élève brillant. J'allais certainement redoubler de toute façon. D'un geste lent, je passai alors une main dans mes cheveux pour les remettre en place et je réajustai mon écarteur qui s'était enlevé de moitié.

Lorsque que mon interlocutrice parla à nouveau, mon regard la fixa. Je ne compris pas vraiment pourquoi elle répétait mes mots, peut-être cherchant ce que j'avais voulu dire par là pour terminer sur une pointe d'ironie. La gentillesse ? Je ne sais pas si je suis gentil ou pas. Je me suis tellement éloigné des autres que le jugement en devient difficile. Mais comme dit toute à l'heure, ce qu'il venait de se passer n'était pas propice à la bonne humeur. Mais au fond, je me méfiais un peu moins d'elle, passant le cap des grognements d’animales, j'étais plus détendu. Enfin, à ma façon. Je toussais rapidement dans le creux de ma main et puis un sourire cynique marqua mon visage.

- Personne ne m'a demandé d'être gentil ici


Mon téléphone se mit en veille et je le cachais dans ma poche, cherchant à essorer un peu mon t-shirt au cas où il resterait encore un peu d'eau.

- Mais je veux bien essayer,

Malgré ce sourire, je restais toujours aussi calme, presque imperturbable bien que certainement plus agréable qu'avant. Je pensais alors que j'avais laissé mes affaires de cours dans la salle de permanence. Ce qui me fit soupirer car je n'avais aucun envie d'y retourner. Mais alors, aucun envie. Je finis par dire:

-J'ai sauté car j'ai voulu rattraper quelqu'un que j'ai vu. Quelqu'un que j'essaye de coincer depuis un moment sans y arriver.
Revenir en haut Aller en bas
Tess Drake
Univ |:| Licence 1
avatar
Messages : 273
Né(e) le : 05/06/2000
Date d'inscription : 16/07/2017
Age : 18
Nationalité : Américaine
Famille : Jagger (père), Steph' (grand frère), monsieur et madame Drake (parens adoptifs)
Voir le profil de l'utilisateur
http://indare-division.forumactif.com/t777-j-ai-juste-perdu-mon-sang-froid-terminee

Sam 21 Avr - 13:53

ft. Asher

Il ne faut jamais trop s'attacher aux gens. Ils nous bercent d'illusions. Noyé de leur tendre parole et de leurs mots doux, ils nous rendent accroc et paradoxalement heureux. Et l'instant qui suit, ils s'en vont, seul la douleur nous envahi. Les souvenirs. Les larmes. La tristesse. Et notre vie vide qui continue.

J'AURAIS ESSAYÉ DE M'ENVOLER

Enfin un petit sourire ! Face à celui ci, Tess se détendit, se décontracta pour être celle qu'elle est réellement. C'est vrai qu'elle n'était pas très habillée malgré le temps, la température mais elle n'était pas du genre à prévoir ses tenues à l'avance. Elle se lève, chope le premier truc qui traine dans le placard et sort avec la tenue. Bon, elle jette tout de même un rapide coup d'œil à sa tenue du jour histoire qu'elle soit un minimum cohérent et qu'elle ne se retrouve pas avec un pantalon vert et un haut mauve... Bon, ça ne risque pas d'arriver, surtout pas avec elle, mais sait-on jamais ! Enfin, le fait que l'uniforme soit obligatoire avait un peu retiré cette habitude mais pas pour tous les jours, ni pour quand les cours sont terminés. La preuve étant présente encore aujourd'hui.
 
L'ancienne dealeuse esquissa un léger sourire tout en récupérant sa veste, l'enfilant de nouveau. Certes, elle pourrait choper la crève mais y'avait moins de chance pour qu'elle tombe malade que lui. Après tout, le jeune homme était celui qui était trempé, pas l'inverse.
 
-          Y'a quand même plus de risque pour toi que pour moi c'est comme tu veux.
 
Dégueulasser sa veste ? Eh ? Où était le problème ? Tess s'en moquait un peu, tant que ça empêchait à quelqu'un de tomber malade, elle le ferait ! Et puis, sa veste avait déjà besoin d'être lavée donc quelques salissures de plus n'auraient pas posées de problèmes particuliers !
 
Personne ne lui avait demandé et personne ne le lui demanderait. Tout ce que les adultes veulent ici, c'est remettre les délinquants sur le droit chemin, aider les personnes traumatisées ou "malades" à se remettre de ce qui leur est arrivée. Gentil, méchant, cela n'a pas vraiment d'importance tant qu'ils y parviennent. Un petit délinquant pourra avoir le meilleur cœur tandis qu'un élève de l'ISS pourra être le pire des connards et beaucoup plus violent qu'un Forge... Une de ses mésaventures pouvait en témoigner sans le moindre mal !
 
- Bah, faut juste rester soi-même ici. On purge nos peines, on est suivit pas un psy mais tout ça n'est que passager. Un jour, on sera enfin tranquille et libre de refaire ce qu'on veut, quand on veut et où on veut !
 
La liberté était quand même quelque chose qui manquait énormément à la punk mais elle faisait avec, n'hésitant cependant pas à faire la malle de temps à autre.
 
-          Cette personne te fuis où comment ça se passe ? Parce que bon, je reconnais que coincer quelqu'un dans cette institution n'est pas une chose de très simple mais bon, y'a quand même un moment où fait arrêter de fuir un peu... Tu as essayé de demandé à quelqu'un de t'aider à attraper cette personne ? À deux ou trois ça pourrait être plus simple, non ? Mais évite de sauter par une fenêtre tout de même, ça pourrait être plus grave qu'aujourd'hui.
 
Tess fronça un peu les sourcils en regardant rapidement le jeune homme de bas en haut, de façon à essayer de savoir où elle avait pu le voir.
 
- Atta. T'es pas dans ma classe au fait ?
 
Bon, c'est vrai que Tess avait manqué pas mal de cours ses derniers temps pour des raisons qu’elle préfère taire mais ce n'est pas une raison pour oublier le visage de ses camarades ! Enfin, encore fallait-il les voir réellement... Elle n'est pas une élève modèle, au contraire, il lui arrive de s'endormir durant les cours, de faire autre chose malgré l'effectif réduit de la classe mais bon...
 
Elle soupira doucement, se pinçant l'arrête du nez.
 
-          Je suis con.... S'cuse moi Asher.
 
La main de la jeune femme se passa à l'arrière de son crâne tandis qu'un petit sourire gêné s'affichait sur son visage. Honteuse ? Stupide ? Lamentable ? Elle ne savait pas comment se qualifier. Non mais sans déconner Tess ! Fait un peu plus attention à tes camarades quoi !



Tess discute en #00ccff, se prend la tête en #ff0000 et t'insulte avec un fort accent américain en #0066ff
Revenir en haut Aller en bas
Asher
Invité
avatar

Jeu 26 Avr - 22:27
Asher
Asher Sharp
Ancien membre
J'étais plus ou moins propre bien que trempé. Mais qu'importe, je savais très bien que je n'allais pas en mourir et malgré la gentillesse de la demoiselle en face de moi de me proposer sa veste, je dû me résoudre à refuser. Je n'étais pas spécialement gêné lorsque l'on me propose de l'aide mais disons que j'aimais bien montrer que je pouvais aussi me débrouiller. Peut-être parce que je suis enfermé ici, cela doit un peu jouer sur cette fierté un peu stupide que je peux avoir. Enfin bref, je lui dis que de toute façon, j'allais la salir et je ne le voulais pas vraiment. De un, c'était gênant et de deux, il allait falloir que je pense à la ramener, ce qui est moins sûr. Je la regardais alors un peu mieux, si ma mémoire était bonne, elle se nomme Tess. Elle est dans ma classe mais je ne lui ai jamais parlé, malgré le fait que je sois là depuis septembre. Il faut dire que je m'aventure peu à la découverte des autres. Je ne fais pas peur mais j'ai la gueule d'un sacré solitaire. Cette condamnation m'a enfermé et je n'ai souvent qu'une chose en tête, retrouver Maria pour qu'ils me transfèrent et cessent de me dire que j'ai des hallucinations. Ils me prennent vraiment pour un con ici. Je devrais être en gifted...Pas là.

La demoiselle aux cheveux bleus me sortit alors une petite tirade sur le fait qu'il faut être soit-même, qu'il faut juste purger sa peine est qu'après, nous serions libre. Il fallait avouer qu'elle ne manquait pas d'optimisme. Mais avec un dossier judiciaire du type: A tué une famille entière, difficile d'imaginer de pouvoir construire une vie professionnel après ça. Et puis ils avaient beau dire, ils n'allaient pas me laisser tranquille, mon cas est beaucoup trop grave. Mais sa remarque me fit rigoler doucement. Elle avait attiré ma sympathie et j'avais finis de m'exprimer en mono-syllabes.

-Tu ne manques pas d'optimisme toi.

Je touchai, comme un toc, mon écarteur et dit:

-Tout dépend de la peine qu'on porte sur la gueule.

Finalement, j'avais commencé a parler plus sérieusement de pourquoi est-ce que j'avais voulu sauter par la fenêtre. J'avais assez simplifié le tout mais je ne voyais pas pourquoi j'en dirais plus. Elle se posa simplement des questions. Comment se faisait-il que je n'y arrivais pas après tout ce temps à l'avoir ? Quelqu'un pouvait-il m'aider ? Je souris doucement puis soupira en prenant le bord du robinet comme une assise. De toute façon, j'avais déjà les fesses trempées, un peu plus ou un peu moins ne changeait pas grand chose.

-On va pas dire non plus que je la traque... Déjà qu'ils me surveillent, je veux pas être convoqués au psy pour harcèlement. Mais...


Je croisais vaguement les jambes, mon visage reprenant cet air un peu cynique que je pouvais avoir.

- Comment, moi, je peux trouver quelqu'un dont la totalité de l'établissement, du moins le personnel car je ne parle pas trop aux élèves, me dit que cette personne n'existe pas ?   En tout cas, ça fait plaisir au psychiatre, il a de quoi écrire. Tu vois le problème ? Ils prennent ça pour des hallucinations.


Et pour un forge, ce n'était pas non plus la chose la plus étonnante.

Enfin, Tess me regarda puis sembla d'un coup se rappeler de moi. A vrai dire, je pensais qu'elle m'avait déjà reconnu mais vu que l'on ne s'était jamais parlé... Je ne pense pas avoir ressentit de la déception ou même avoir été vexé. Après tout, c'est moi qui avait cherché ce côté un peu "unknow". Je me contentais alors simplement de sourire:

-No problem, je suis pas très doué avec ça non plus.

Finalement, je réfléchis quelque secondes puis demanda:

- Tu penses que ta peine est juste ? Le fait que tu sois ici...
Revenir en haut Aller en bas
Tess Drake
Univ |:| Licence 1
avatar
Messages : 273
Né(e) le : 05/06/2000
Date d'inscription : 16/07/2017
Age : 18
Nationalité : Américaine
Famille : Jagger (père), Steph' (grand frère), monsieur et madame Drake (parens adoptifs)
Voir le profil de l'utilisateur
http://indare-division.forumactif.com/t777-j-ai-juste-perdu-mon-sang-froid-terminee

Jeu 10 Mai - 13:27

ft. Asher

Il ne faut jamais trop s'attacher aux gens. Ils nous bercent d'illusions. Noyé de leur tendre parole et de leurs mots doux, ils nous rendent accroc et paradoxalement heureux. Et l'instant qui suit, ils s'en vont, seul la douleur nous envahi. Les souvenirs. Les larmes. La tristesse. Et notre vie vide qui continue.

J'AURAIS ESSAYÉ DE M'ENVOLER

De l’optimisme ? On pouvait dire ça comme ça, c’était relativement vrai dans le fond et puis, il en fallait bien un peu ! Tess pouvait en apporter à ceux qui en avait besoin, certaines personnes avaient besoin d’avoir une petite lueur d’espoir quelque part, il leur fallait cette petite chose terriblement utile ! L’américaine affichait un large sourire, mettant les mains dans ses poches.
 
-          Il en faut bien ! Il faut bien quelqu’un pour apporter une petite once d’optimisme aux autres !
 
Elle n’était pas sans savoir qu’un nombre considérable d’élèves en manquait cruellement, elle n’était pas sans savoir que beaucoup avait pensé au suicide, elle n’était pas sans savoir que beaucoup y songeait aussi encore. Si seulement elle pouvait en donner à absolument tout le monde, elle en serait la femme en serait la plus heureuse ! Mais elle savait garder les pieds sur terre, elle savait que ce rêve ne pourrait jamais se réaliser…
 
En tout cas, il soulevait un point relativement important, tout dépendant de la peine qu’on avait.
 
Aussi, il était vrai qu’elle avait peut être utilisé un terme un peu fort mais elle n’avait pas spécialement cherché à peser ses mos, elle disait, annonçait les choses telles qu’elles lui venaient à l’esprit. Après, il est vrai que si la personne qu’il cherche n’est pas connu par  l’équipe administrative, par le personne, les choses pourraient être assez compliquées pour lui… Mais il aurait sans doute une meilleure chance de trouver cette personne en s’adressant aux élèves même s’il n’est pas spécialement à l’aise avec eux. D’ailleurs Asher le disait lui-même… c’est vraiment con que les adultes prennent tout ceci pour des hallucinations, mais les Forges, les hallucinations… Tout ça tous ça, ça allait bien ensemble, c’était quelque chose de plutôt commun en réalité.
 
-          Ouais mais bon, on est quand même dans la même classe, j’aurais pu te reconnaître un peu plus tôt quoi. Je ne sais pas, c’est quand même la moindre des choses…
 
Effectivement, c’était quelque chose d’important que de reconnaitre ses camarades de classes et elle s’en voulait un peu de ne pas l’avoir reconnu tout de suite.
 
Un petit silence s’installa, silence qui ne dura pas plus de quelques secondes car Asher fini par lui demander si elle estimait que la peine qu’elle avait, que la peine qu’elle devait supporter était juste selon elle. Comment ne pourrait-elle pas l’être ? Et encore, la jeune femme s’en était relativement bien tirée ! 3 ans pour un meurtre et du trafic de drogue, c’était plutôt pas mal ! Et puis, heureusement qu’il y avait eut les circonstances atténuantes, l’ignorance des flics quand à son appartenance à un gang, c’était relativement bénéfique pour elle ! Elle hocha doucement la tête.
 
-          Tu sais, la peine que j’ai est loin d’être aussi… Lourde que celle que j’aurai dû avoir…  Entre le meurtre et le trafic en tout genre, j’ai eu de la chance et m’en suis relativement bien sortie. J’imagine que si tu pauses cette question, c’est car tu estimes que la tienne est loin d’être juste. Je me trompe ?



Tess discute en #00ccff, se prend la tête en #ff0000 et t'insulte avec un fort accent américain en #0066ff
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» De quoi aurais-je peur ?
» Impression de s'envoler
» Je l'aurais.. Un jour, je l'aurais !
» J'aurais mieux fait de rester couché!!!
» J'aurais une question à vous poser

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Institution Indarë :: Hors-jeu :: Rps abandonnés-
Sauter vers: