AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


Votez pour le forum

~ Étendez l'expérience ~
Pour la rentrée 2018, Indarë organise une semaine d'Intégration pour les nouveau élèves et les moins nouveaux.

 :: Hors-jeu :: Anciennes présentations Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Siegfried Tyler Garten - Portrait

Siegfried
Invité
avatar

Lun 12 Fév - 13:16
Siegfried

Siegfried Tyler Garten
«Dans l’Art, la Vie seule intéresse.»

Âge : 17 ans
Date de naissance : 31 décembre

Lieu de naissance : Berlin
Nationalité : Anglaise par sa mère et allemande par son père
Orientation sexuelle : Inconnue, même s’il est sorti avec deux trois filles, il l’a plus fait d’un côté par obligation, d’un autre côté pour les remettre à leur place pour leur bravoure.

Classe :Deuxième année, il n’a pas redoublé mais il est arrivée un an plus tard étant née en fin d’année
Suivez-vous le programme Gifted ? Oui
Si oui, dans quel domaine ?  Particulièrement en photographie, aussi en infographie et dessin dans une moindre mesure.
Date d'entrée à l'ISS : Septembre 2016 en première année dans la même filière

Ce que tu es
Physique

Yeux : Vert
Cheveux : Blond
Taille : Relativement grand avec son mètre quatre-vingt
Poids : Ne se pèse jamais car il considère que c’est une perte de temps, mais il est probablement dans la moyenne
Corpulence : Un peu plus fin que la moyenne, mais peu perceptible
Vêtements et/ou style : En générale il garde l’uniforme scolaire, sinon il est relativement habillé avec quelques folies en portant des tee-shirt ( oh mon dieu que d’originalité)
Signe distinctif : Visage de marbre les trois quart du temps. Et il regarde peu son interlocuteur à moins d’être ou derrière l’objectif. On peut savoir son humeur selon sa coupe de cheveux. s'il est bien coiffé, bien coiffé il pourrait être presque agréable, s’il est négligé, il est préférable de ne pas trop le déranger.
Autre chose ? Il se triballe toujours  avec son sac bandoulière avec un reflex et quelques objectifs.

Caractère


Siegfried est… Compliqué. Autant tout le monde s’accorde sur son côté froid et son manque d’empathie, mais personne ne sait s’il est juste méchant ou désintéressé. Bien sûr, des remarques cinglantes claquent l’air s’il pense que vous êtes stupide (ce qui peut arriver plutôt souvent il faut l’avouer), mais quelque fois, il semble faire preuve d’un manque de présence presque terrifiant. Il est probablement un peu des deux, un imbu de lui-même perdu dans son âme.

Comme beaucoup d’artiste me direz-vous.

Oui Siegfried s’exprime dans son art, dans ses photos méthodiques de visage si vivant devant l’appareil froid. Des visages qu’il ne semble que saisir à travers l’objectif. Des visages qu’il ne reverra peut-être jamais d’ailleurs. ried n’a jamais eu de muse, ses sujets changent comme le cours du temps, inlassablement. Alors il use de compositions plus graphiques, plus plastique, mais il y a toujours le visage au centre de ses œuvres. Il n’est pas connu et cela n’a jamais été dans ses objectifs de l’être. Il cherche autre chose, quelque chose de plus profond, quelque chose de plus vrai.

Quelque chose que le mettrait au-dessus des autres.

Son orgueil est grand, son honneur ne peut être piétiné. Même si vous le rouez de coup, il vous regardera avec mépris, car il ne vous considère comme des insectes. C’est un garçon têtu, à qui on ne peut que rarement le faire changer d’avis. Rancunier, il peut l’être, serviable, cela peut lui arriver aussi. Il ne se soucie simplement pas des autres en temps normal. Cependant les rares personnes avec qui il noue contact ont le privilège de le voir un peu moins glaciale. On comprend aisément que ces individus sont déjà moins des mauvaises herbes. Cependant, il semble difficile d’avoir une totale confiance en ce binational.

Trop mystérieux, ne partage presque rien de lui. Il se limite au strict minimum de sa personne. Il est une tombe pour lui-même alors autant vous pouvez être sûr qu’il gardera un secret, autant il ne faut pas s’attendre à beaucoup de compassion de sa part.

Quelque chose est glacé en lui et nul ne sait s’il peut être décongelé.


Et ton histoire
Famille
Ann Garten, mère : Oncologue, lien distant avec obéissance.

Andrea Garten, père: Ergonome automobile, fantôme. Présent mais jamais totalement.


 
>TOI ET LE FAUTEUIL VIDE

Ton premier souvenir est celui d’un vide. Un vide dans ton cœur, un vide dans ta maison, un vide dans ce fauteuil. Etais-tu seul à longueur de journée. Probablement que non, mais de chaleur certainement. Tu réfléchis un instant, en se remémorant ce sentiment fugace.

Ce fauteuil… C’est celui de son père. Un designer dans une entreprise allemande d’automobile. Ce fauteuil trône encore dans le salon familial, mais il était déjà là quand tu habitais en Allemagne. Oui, c’était celui de ton père mais il ne s’y asseyait presque jamais, encore aujourd’hui il prend plus la poussière que la présence de ce grand homme. Il est presque une ombre dans ton monde, une figure qui quelque fois se réveille les rares fois où il n’est pas en déplacement. Il t’avait aussi interdit de t’y asseoir, c’était du moins ce que ta mémoire te dit. Te manquait-il ? Cela te semblait peut-être étrange, mais peut-être qu’en étant enfant, on avait le besoin d’un parent.

Alors tu réfléchis à ta mère. Elle aussi n’était pas souvent là avec son travail d’oncologue. Ta nounou te racontait qu’elle était la plus gentille et compatissante des médecins, mais à toi elle n’offrait que ce visage fermé. « Ne pleures pas. N’embarrasse pas ton père. Il faut que tu sois calmes » Sa voix sèche, elle l’utilise encore aujourd’hui quand tu rentres à la maison certains week-ends. Mais elle ne donne plus d’ordre, tu étais rentré dans les rangs comme elle le dit souvent. Tu es devenu comme il le souhaitait, malgré ta lubie d’artiste.

Tu tournes sur ta chaise, attrapant le cliché du fauteuil entre tes longs doigts. Elle est mal cadrée, le contrejour est mauvais, pourtant on y retrouvait les sentiments de tes œuvres, comme cette solitude que tu avais piétiné au fond de tes tripes. Cette image est ta première photo avec l’appareil instantanée offert par ta nourrice. La première impression de quelque chose d’autre. Mais ce n’est pas ce que tu cherchais. Il faut chercher autre part, ce n’est pas ce que tu as perdu.
Peut-être que dans tes dessins tu trouveras ce qu’il manque.

TOI ET LE MANNEQUIN

Tu te jettes sur le tiroir de ton bureau et les feuilles volent. Des gribouillis d’enfance, des amas de traits difformes fusent dans la pièce. Dans tout ce gâchis, il doit bien avoir ce qui fait que tes créations ne sont pas que des coquilles vides.

Soudain, un tracé de crayon change la donne. Tu te rappelles. A huit ans, tu passais beaucoup de temps dans le bureau de ta mère absente. Mais dedans, il y avait un ami. Tu l’appelais Albert, c’était le mannequin anatomique que ta mère te présentait tous les dimanches pour « t’éveiller ».  Tu es fasciné par les corps depuis toujours, et tu adorais quand ta mère sortait son album de patients.

Peut-être qu’elle aussi a une âme d’artiste derrière son cœur de glace. Mais si c’est le cas, elle a le goût du morbide. Ses sujets étaient tous malades, avec l’incertitude de pouvoir voir le prochain printemps. La fatigue, la mort, l’attente c’est ce qui caractériserait son œuvre si on peut le nommer ainsi.

Mais toi, tu fais une fixation sur les visages. Il y a quelque chose de beau en lui, quelque de plus profond, de plus vibrant. Ce dessin de demi-visage avec ce crâne ressortant c’était le premier pas. Même si tu aimes le dessin, la photo est ton outil de prédilection. Plus vrai, il capte un moment que l’on ne peut récupérer autrement, malgré la couche numérique que l’on rajoute pour plus d’accentuation. Ce n’est pas toujours ton cas, quelque fois la réalité était plus bouleversante.

Même si tu restes de marbre.

TOI ET LES AUTRES
Tu te laisses tomber sur ta chaise, et la tension est palpable. Cela ne t’aide pas, tu n’as toujours pas récupéré ce que tu cherches. Tu n’arrives pas à trouver le point de non-retour. Peut-être le déménagement à Londres ? C’est vrai qu’après cette période c’est là que tu as commencé à vraiment faire de la photo.

Dix ans, un nouveau pays et une langue que tu pratiquais uniquement quand ta mère te faisait la morale ou quand elle voulait que tu écoutes vraiment. L’adaptation n’était compliquée mais il était vrai que le penchant social n’était pas une belle réussite. Tu n’as jamais vraiment aimé partager beaucoup de chose avec tes camarades, au mieux il était des mannequins à retranscrire, au pire des nuisances dans ton champ de vision. Pourtant tu n’as jamais détesté l’humanité pour autant, juste que tu n’arrives pas vraiment te dévoiler, comme tes parents en somme.

Mais c’était pire en changeant de pays. Le peu lien que tu avais avec les gens de ton âge, il n’en n’eut plus. Mais tu suivais les conseils de ta mère «  Si on ne t’aime pas, utilise les comme il t’ignore. » C’était peut-être pour ça que le rythme des photos avait explosés. On ne s’intéressait plus à toi, mais au garçon qui faisait beaucoup de photo, surtout depuis que tu avais gagné un concours dans ton école.

L’étincelle s’est embrasée et on te demandait souvent si on pouvait poser sur toi. Cela t’arrangeait, comme ça tu n’avais pas à faire beaucoup de discussions pour servir de matériel. Tu expérimentas beaucoup et ton style s’affirma. C’est là que ta lubie des portraits éclata.

Même si tu n’avais pas vraiment de personnes proches, toi tu les effleures en captant ce regard qui se serait perdu autrement.

TOI ET LA FRUSTRATION

Indarë était une certitude pour toi et ta petite notoriété. Il y avait les moyens de t’améliorer et des sujets parfaits pour encore plus de variations. Les criminels et les brisés ont une profondeur que les autres n’ont pas, une double lecture que fascinait malgré leur futilité. Tu avais choisi l’internat, pour moins de perte de temps, peut-être aussi pour esquiver la lourdeur de tes géniteurs.

Mais voilà, « ça » est parti. Tu grognes alors que tu entends ta mère t’appeler pour le diner. Ce qui faisait vibrer ces humains sur le papier glacé a disparu. Tu es pour l’instant le seul à t’en rendre compte, mais déjà l’angoisse monte. Oui PERSONNE ne le voit, on te facilite encore pour tes clichés, tu as même gagné un concours avec une œuvre tronquée. La profondeur n’est plus, la troisième dimension s’en est allé, là où tu n’arrives plus à l’attraper.  Et ce depuis ta deuxième année.

Mais dans cette crise, tu as encore du temps, tu dois trouver ce qui n’est plus, ou acquérir quelque chose d’autres. Tu te lèves, avec ton visage impassible malgré le trouble.

SI TU N’AS PLUS LE DON, QUE RESTE-T-IL DE TOI ?

Derrière l'écran
Prénom/Pseudo :  Croawcow
Age : (facultatif)
Tu nous viens d'où ? : Des top-site et des gens, je crois
Un commentaire ? : Selon votre inspiration ou à la gloire des points de suspension


Revenir en haut Aller en bas
Martel Ed'Ruecus
PNJ |:| Directrice
avatar
Messages : 947
Né(e) le : 12/09/1981
Date d'inscription : 12/11/2016
Age : 37
Nationalité : Britannique (origine Allemande)
Famille : Deux enfants : Zack et Scarlett, deux ans
Situation amoureuse : Veuve
Voir le profil de l'utilisateur
http://indare-division.forumactif.com http://indare-division.forumactif.com/t24-pnj-martel-ed-ruecus http://indare-division.forumactif.com/t51-pnjs-du-forum

Lun 12 Fév - 14:09
Bienvenue dans le programme pour jeunes talentueux Gifted,
Vous intégrez dès aujourd'hui la section Photographie, et pouvez choisir entre suivre les cours spécialisés dans l'enceinte de l'école (Gifted-In) ou dans une école précises en ville (Gifted-Out). Sachez que dans tous les cas, vos cours d'une heure seront dispensés à l'ISS.

Voici les liens qui te seront utiles pour tes premiers pas sur le forum :
Listings (pour le choix de statut, les chambres, les classes et l'avatar)
Dossier scolaire (pour les notes, les éventuelles punitions ou toute autre information sur ton parcours scolaire à Indarë)
Demandes de rp (faut bien commencer)
Friendships & Adventures (pour les rps et les relations)
Internet & sms (pour les portables, notre réseau social S'Peach et tout ce qui se fait en ligne de manière générale)
N'oublie pas d'ajouter le lien vers ta fiche de présentation à ton profil et de le remplir avec les informations de ton personnage.

Nous espérons que vous vous plairez dans vos études et que notre école saura correspondre à vos attentes,
Martel Ed'Ruecus, directrice de l'ISS
Revenir en haut Aller en bas
Lucia Valentini
En vacances |:| En Irlande
avatar
Messages : 132
Né(e) le : 24/12/2000
Date d'inscription : 18/11/2017
Age : 17
Nationalité : Italienne
Situation amoureuse : Est très certainement amoureuse...même si c'est compliqué
Commentaires/Citations : Que la vie soit une mer, alors notre raison, nos passions mêmes, soufflent assez pour nous porter où nous voudrons ; mais l'éloquence est une tempête, un ouragan qui nous déroute.

- John Donne -
Voir le profil de l'utilisateur
https://www.twitch.tv/nocthys http://indare-division.forumactif.com/t1009-un-grain-de-sagesse-acheve-un-fou-parfait

Lun 12 Fév - 20:37
Welcome et félicitations pour ta validation \o/
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» portrait en cinquième???
» Portrait du Canadien André Bessette(frère André) qui sera canonisé le 17 octobre
» idée lecture cursive sur le portrait (4ème)
» le portrait en 4ème
» Portrait de l'artiste en jeune chien

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Institution Indarë :: Hors-jeu :: Anciennes présentations-
Sauter vers: