À droite, l'école et ses élèves normaux, comme tout le monde.À gauche, le centre de redressement pour jeunes dangereux.Maintenant réunis, pour le pire.
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



Votez pour le forum

~ Étendez l'expérience ~
Venez faire des cadeaux de noël !

 :: Hors-jeu :: Rps abandonnés Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Au détour d'un couloir... Un bébé?! [PV Myeongwol]

Alex Taylor
Invité
avatar

Jeu 12 Jan - 12:54
Alex Taylor
Alex Taylor
Ancien membre

Le réveil avait sonné plus de 6 fois. Il ne me restait plus que 30 minutes pour arriver à l’université et prendre mon poste… Entre temps, il fallait que je réveille Lucas, que je le change, que je lui fasse sa toilette, que je lui donne son petit déjeuner, vérifier le sac à langer, que je l’emmène chez « sa nounou ». Ok, je vais être en retard. Je me préparais déjà à appeler Martel pour lui expliquer... Mais en ouvrant les yeux, un SMS m’attendait.

« Hey Alex !
Euh, j’me suis pris une cuite hier, mais quelque chose de grave, genre j’ai vomi tout partout… Haha ! T’aurais du venir c’était trop cool. Ah donc pour dire que j’peux pas garder Lucas, on est encore sur place et j’sais pas quand on va se lever… Dsl, j’espère que tu trouveras quelqu’un avant demain ! » - Envoyé à 2h15 (matin).

- ...

Je restais silencieux. Je ne sais pas vraiment ce que j'aurais pu dire... Crier, hurler, me frapper la tête contre le mur? Ou péter un plomb à en faire trembler la maison? Non. Je me levais seulement d’un coup, essayant de trouver une solution logique. Tout en allant voir le trésor de ma vie, je récapitulais dans ma tête: tout ce qui a été dit en haut, plus trouver une nounou ou une baby-sitter. J'aurais pu demander à ma mère mais elle était actuellement en voyage... Ok. Je n’avais pas le choix, je n’aimais pas faire ça mais…

- Lucas, tu vas être bien sage, papa t’emmène encore au travail aujourd’hui ! expliquais-je à mon bambin en commençant à le changer.

Il me regardait avec son grand sourire... Il ne comprenait pas. Comment pourrait-il comprendre... C’était assez dur et irresponsable me diriez vous. Je sais. Mais je n’avais pas d’autres alternatives ! J’allais déjà être en retard... Puis Martel savait très bien que j'emmenais Lucas, elle venait même jouer avec lui. Merci mon dieu qu'elle soit si gentille!
C’est donc encore un matin très agité dans cette jolie maison dans le quartier de Hampstead, un t-shirt blanc rayé et un petit jean, des chaussettes avec des petits nounours dessus et ses superbes baskets blanches… Bon, ça avait l’air assez petit, c'était les soldes, il allait falloir que j'aille le rhabiller ce pauvre petite... En même temps, ils grandissent tellement vite à cette âge là ! Bon, ok, il avait trois ans, mais justement !

C’est donc un bébé à la main, trois sacs autour du coup, un doudou à la main que j’allais charger la voiture. Une voisine me croisa et rigola en me souhaitant bon courage, je la remerciais à peu près gentiment, elle n’aurait pas pu bouger ses fesses pour m’aider, hein ? Tss.

- Papa... Caca.

Noooon! Lucas, sérieusement, pourquoi tu attends toujours le dernier moment?! Je serrais la mâchoire, foutant rapidement les sacs dans le coffre de la voiture, je la fermais avant de courir à la maison pour que Monsieur Choubitude fasse ses besoins... Il rigolait, ça le faisait rire... Je ne pouvais que sourire face à son innocence... Ah, si tu comprenais. Non, c'est mieux ainsi, reste innocent longtemps. Continue de rire parce que papa est essouflé, continue de rire quand tu entends le "plouf" dans les toilettes... Ah l'enfance. Ce moment magique! Je soupirais, souriant.

A l’école, après mettre fait arrêter par plusieurs profs et surtout par des élèves trouvant Lucas "trop mignon" (c'est ça, fait ton p'tit crâneur pendant que tu es encore un bébé!), j'arrivais ENFIN à l'infirmerie... J'installais donc le nécessaire, son petit matelas qui servait plus à s'asseoir dessus qu’autre chose, sa peluche et sa tétine avant de sortir des feuilles, des crayons et autres jouets, je l'installais dans un coin de façon à pouvoir le surveiller mais également qu'il ne dérange pas mon travail...

Les élèves se succédèrent, les uns après les autres, ils étaient loin de Lucas, je ne tenais pas à qu'il soit malade... Je devais alors accompagner une élève en ausculation, une potion qui s'était fait des marques... Il fallait que je la soigne, adressant des mots à Lucas, il devait rester sage pendant que je changeais de pièce. Bien sûr, en adorable petit filou, il ne m'écouta absolument pas... Dès que j'avasi terminé avec cette élève, le bout d'chou avait disparu de mon champ de vision... Avait-il suivit quelqu'un ou pire, est qu'un Forge l'aurait kidnappé? (oh là, c'est quoi c'est préjugés ?!).

Marchant dans les couloirs, Lucas avait confondu un élève qui était passé par son papa... Il avait donc décidé de le suivre, vu qu'Alex se digireait en même temps dans une autre pièce, le bambin pensait tout simplement que c'était cette pièce. Seulement, il était sortie de l'infirmerie et le voilà arpentant seul les couloirs, qui par chance étaient presque vide car les élèves devraient être normalement en cours... Même si c'était bien la fin de l'heure. Lucas marchait un peu paniqué, les larmes aux yeux, serrant son doudou dans ses bras...

- Papa... Pa...pa...


Dernière édition par Alex Taylor le Mar 28 Mar - 13:52, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

Jeu 12 Jan - 15:11
Invité
Myeongwol Park
Ancien membre
Myeongwol avait compris que quelque chose était en train de se produire quand elle avait vu la réticence qu'avaient certains de ses camarade à sortir de la salle de classe. C'était assez rare , en général quand ils avaient la chance d'être libérés presque une demi-heure en avance, c'était la cohue. Elle pouvait le comprendre, d'une certaine façon.  Ce qu'elle ne saisissait pas , c'était la raison pour laquelle ce n'était pas le cas cette fois.  Son regard s'était tourné dans la direction qui intriguait les autres élèves et avait poussé un soupire en apercevant une chevelure d'un rouge intense. Ça non plus ce n'était pas tellement une surprise.  Elle ne comprenait pas toujours comment ils pouvaient être tous mis ensemble de cette façon sans la moindre considération pour les crimes de chacun. Qu'est-ce qu'un voleur à la sauvette pouvait bien avoir à faire devant un double meurtrier ? Est-ce qu'un paranoïaque aux tendances suicidaire avait la moindre chance de survivre aux violences psychologiques que certains d'entre eux pouvaient opposer par pur plaisir ?  

Meriwether était comme cela.
Parce qu'il avait tué deux hommes, en publique, parce qu'il en avait même tué un dans sa propre demeure dans son lit sans prêter réelle attention aux hurlement que pouvait pousser sa femme horrifiée du spectacle. Et parce qu'en prime, il ne faisait même pas semblant d'être un peu meilleur maintenant. Il empestait la violence et la colère même à a distance et à travers ses vêtements. Pourtant, d'un point de vue totalement objectif , il avait tout pour être attrayant , il avait le physique, il avait le charisme et il avait la grâce.  Sauf qu'il y aurai eût un panneaux clignotant au dessus de sa tête avec écrit «  dangereux » que le message n'aurai pas été aussi clair que son attitude ou son regard enflammé, agressif.  

La coréenne avait ramassé ses affaires à la hâte et d'un pas preste, elle l'avait rejoint à l'extérieur.  Le regard coléreux qui lui lança l'aurait sans doutes faite frémir si elle ne l'avait pas si bien connu.  Elle claqua sa petite main contre son dos avec un sourire qui ne collait pas du tout avec l'expression que , lui , il arborait , mais il ne sembla pas vraiment gêné qu'elle le fasse. Comme elle s'était mise en route dans le couloir, il l'avait seulement suivit d'une  démarche souple faisant subitement redescendre la pression qui semblait tenir la classe en alerte.   Même s'il ne l'avouait pas,  Myeongwol était persuadée que son ami tirait une certaine satisfaction de la crainte qu'il inspirait à ses camarades. Les nouveaux majoritairement le craignaient. Parce qu'ils étaient abreuvés de tellement de rumeurs  à son sujet qu'il ressemblait sans doutes au premier lieutenant de Satan en personne dans leurs yeux. Et honnêtement l'asiatique s'en amusait beaucoup.  Elle ne lui demanda même pas pour quelle raison est-ce qu'il avait quitté son propre cours plus tôt et c'était probablement mieux.

Ils auraient sans doutes continué leur route a travers les couloirs, sans réel but, pendant encore longtemps si un événement ne les avait pas brutalement détournés de leur tâche principale. C'était arrivé lorsque sans écouter les protestation de son ami, Myeongwol avait fourré toutes ses affaires, sac, livres et même veste d'uniforme dans les bras ce dernier pour resserrer les deux couettes basses dans lesquelles elle avait regroupé ses cheveux ce jour là.  Quelque chose – quelqu'un – avait heurté la  jambe de Meriwether figeant totalement la situation dans un espèce de comique totalement sérieux. Ou peut-être qu'il était plus correct de dire que la jambe de Meriwether était en tors dans cet accident ?  Le jeune homme oscillait lentement entre la surprise et la colère et, Myeongwol ne savait pas bien si elle avait le droit de rire ou pas.

« _Bordel, mais qui est assez stupide pour emmener un truc pareil , dans cet endroit , hein ? Tu trouve que c'est approprié toi ?
 _ Je vais devoir te demander de faire preuve d'une grande ouverture d'esprit, Meri , mais je crois que « ce truc » s'appelle « un enfant. », ça va aller ? »

Elle avait demandé d'un ton très doux, un peu comme s'il était un demeuré et il semblait être sur le point de laisser tomber tout ce qu'elle lui avait mit dans les mains pour se jeter sur elle et la frapper jusqu'à ce qu'il soit satisfait – oubliant de fait presque immédiatement la présence de l'enfant – mais le bébé s'était tout à coup rappelé à leur bonne conscience  en pleurant, accroché à son doudou comme si sa vie en dépendait. Et parce que comme tout enfant dans cette situation il avait eût le réflexe de réclamer son « papa », Myeongwol avait finalement décidé qu'elle pouvait rire. Comme s'il avait compris l'allusion qu'elle ne s'était pas permise de formuler, Meriwether avait tout à coup prouvé qu'il était furieux :

« _La ferme, Park. Je te jure si tu l'ouvre à ce sujet : je te tue. » Il avait affirmé , mais elle avait chassé sa réplique d'un geste de la main, cherchant à retenir son hilarité.
« _ Je crois que tu ne devrais pas faire des promesses que tu ne peux pas tenir , Meriwether. Et puis d'ailleurs surveille ton langage, il y à un enfant ici. Et pour une fois, je ne parle pas de moi. »

Elle avait affirmé alors qu'elle se penchait pour saisir l'enfant et le soulever dans ses bras, sous le regard peu amène du roux.

« _ Aigoo*, notre petite chose ...comment tu vas ? Papa ? Tu cherche ton papa ? Il ressemble à ce grand machin, ton papa ? Il dit aussi des mots interdits comme ça ? Il ne faux pas les répéter tu sais ? »

Elle racontait avec entrain calant l'enfant contre sa hanche droite.  Meriwether avait grimacé de dégout.

« _ Les mots me manquent pour dire à quel point tu va regr-...
  _ Chut ! On parlera de mon châtiment plus tard d'accord.. ? »

Il aurait bien répliquer qu'il n'allait certainement pas faire ce qu'elle pensait , mais c'était peine perdu parce qu'il était déjà en train de la suivre alors qu'elle babillait avec l'enfant , l'ignorant passablement.

« _ Il y à pas un service des objets trouvés dans ce bahu?
  _ Meri, je sais que c'est difficile pour toi, mais tu pourrais considérer que c'est un enfant et pas un déchet que tu as trouvé dans le couloir ?
 _ Je vais faire comme si je ne t'avais pas entendue. »

Elle avait rit encore et avait levé les yeux pour le regarder, mais elle semblait déjà savoir ou se diriger.  Il en eût la certitude quand elle franchis sans avoir frappé la porte de l'infirmerie.

« _ Roseanne, qui est dans ma classe à dit ce matin que l'infirmier avait ramené son gosse, tu sais qu'elle est obsédée par les enfants, non ?
_ Je demande parce que j'ai vraiment un doute, mais est-ce que j'ai l'air de me souvenir des noms de tout tes camarades de classes ? Non, ne répond pas. Infirmier ? Hey! »

Il annonça leur présence en frappant un grand coup dans le mur et même Myeongwol serra les dents devant autant de brutalité.

« _ Monsieur Taylor ? Excusez-le mais en fait , il se trouve que nous avons votre enfant avec nous et , hum ..je me disais que peut-être vous voudriez l'avoir avec vous ? »

Meriwether avait grogné, comme d'habitude mais le regard de Myeongwol s'était reposé sur le petit garçon.

« _ Alors, j'avais pas dit qu'on le trouverai ? Tu veux faire du poney sur le dos de Tonton-Mer …
 _ La ferme , Wol. J'te jure, tu la ferme ou je te la ferme .
 _  Rho ...oui, oui, j'ai compris .  N'aie pas peur, petite-chose, il ne te mordra pas , hein ? »

Elle avait rit un peu cherchant des yeux le regard du père porté disparu.
Revenir en haut Aller en bas
Alex Taylor
Invité
avatar

Ven 13 Jan - 16:41
Alex Taylor
Alex Taylor
Ancien membre

Un gros choc et les fesses du bambim rebondirent par terre… Mais aucuns pleurs ne se faisait entendre… Il était juste là, ses grands yeux bleus ciel posaient sur le garçon aux cheveux rouges. Celui qui venait de lui rentrer dedans sans aucun ressenti ou émotion, qu’il l’avait réduit à l’état d’objet. Mais Lucas n’avait rien dis. Il n’avait même pas pleuré. Il le regardait avec curiosité avant de tourner la tête vers une jeune fille qui le portait. Serrant son doudou, il ne disait rien, se laissant faire. Il posa sa peluche sur la poitrine de la jeune fille, essayant de se tenir.

- Papa c’est papa… Pas être lui ! Lui pas beau !

Il avait dit ça avec innocence, se collant contre la jeune fille, ressentant une aura sécurisante. Contrairement à l’autre garçon hostile. Mais bon, Lucas souriait, il n’était plus seul à présent… Il écoutant sans comprendre les deux pré-adultes, sentant seulement la respiration de Myeongwol, et se laissant porter. Il ne savait même pas si elle l’emmenait voir son papa, mais il était « en sécurité », même si le garçon semblait vouloir être méchant…

Pendant le trajet, Lucas attrapait les cheveux de la jeune fille, jouant avec et rigolant. Il avait complètement oublié qu’il s’était perdu et s’amuser à présent dans les bras de Wol.


Putain mais… Lucas ! Où es-tu ? Je venais de chercher dans toutes les pièces, sous les lits, les bureaux, les chaises… Je m’arrêtais pour prendre une grande inspiration, je me voyais déjà l’avoir perdu. Mettre des affiches pour bébé disparu, pire, que les services sociaux apprennent que j’emmène mon enfant à l’école et avoir des contrôleurs de la petite enfance, et dieux sait qu’en Angleterre ils sont plus durs et on encore moins de cœur voir de scrupule à arracher un enfant aux mains de quelqu’un… Ici, la moindre erreur peut-être fatale. Surtout que j’étais un homme, un père célibataire. Même s’il y avait ma mère pour m’aider, aux yeux des lois ce n’était rien… Lucas aurait toutes les raisons de m’être retiré dans ces cas là. Du moins pour eux. Je m’occupe très bien de mon fils, il a tout dont il a besoin, je veille à sa croissance, à son poids, à son éveil. D’ailleurs, à la dernière visite du pédiatre, il l’avait trouvé très éveillé et en parfaite condition, alors bon, ça montrait que je n’étais pas un si mauvais père, non ?
Si. Là, j’avais clairement manqué de vigilance… Pourtant, ça ne m’était jamais arrivé. Jamais… Juste aujourd’hui. Juste là maintenant. D’habitude, on perd son gamin au parc, dans un super marché, dans la foule… Mais pas sur son lieu de travail. On n’emmène pas un gamin sur son lieu de travail… Même avec accord du patron. Surtout dans un institut aussi dangereux que ça, même si j’étais le premier à dire de ne pas voir les IRS comme des dangers publics, même s’ils l’étaient aux yeux de la population, ils avaient besoin d’autre chose qu’on les accuse 24h/24. Si on voulait leur montrer le droit chemin, il était peut-être bien de revoir notre propre vision sur eux, non ?
Alors, je ne parle pas de les lâcher sans surveillance ou autre, mais être considérée comme des malades mentaux, des gens irrécupérables, ce n’était pas bon pour eux non plus… Enfin bref. Je n’étais pas là pour faire de la psychologie. D’ailleurs, quand vous voyez qu’il prenne un simple infirmier pour faire le psy à des personnes qui ont besoin d’un réel suivit.

Pour le moment, c’était Lucas qui m’intéressait. Je ne savais pas franchement où il était, et ça m’inquiétait il fallait dire. Je n’avais plus qu’une possibilité : il était parti dehors. Je ravalais lentement ma salive. J’espérais que non. Je sentais alors une grande animosité, honnêtement, ça ne me faisait plus rien, j’étais trop habitué. Je détournais immédiatement le regard, je n’avais pas le temps de m’occuper des élèves… Je retournais à l’entrée, près à les renvoyer ou les faire patienter quand j’entendis les paroles de la jeune fille.

« _ Monsieur Taylor ? Excusez-le mais en fait , il se trouve que nous avons votre enfant avec nous et , hum ..je me disais que peut-être vous voudriez l'avoir avec vous ? »

J’écarquillais les yeux, et soupirant de soulagement, je gardais mon calme. J’essayais.

- Lucas !

Quand j’arrivais à leur hauteur, elle venait de dire une phrase qui avait l’air d’avoir amusé Lucas, il était entrain de tendre les bras vers un garçon aux cheveux rouges en rigolant. Je reconnaissais bien ce garçon, un des plus violents. Je devais dire que j’avais déjà vu cette fille, mais impossible de me rappeler de son nom. Je prenais Lucas, qui se blottit contre moi sur le champ, avant qu’il ne se fasse mordre (pour reprendre les termes de la jeune femme). J’embrassais la joue de Lucas en souriant, après un bref calin, je me tournais vers ses sauveurs.

- Je ne vous remercierais jamais assez… ! Merci Meriwether pour ton aide et toi aussi, comment t’appelles-tu ? demandais-je avant d’aller poser Lucas qui retourna près de la jeune fille, lui prenant la main, comme s’il voulait lui montrer quelque chose.

Je le laissais faire, mais il ne fallait pas les garder trop longtemps, ils devaient surement avoir cours.

Lucas l’avait tiré jusqu’à son petit espace de dessin, lui tenant la main, il rigola avant de dire :

- Veux te faire un dessin !

Et voilà le petit artiste qui commençait son œuvre…
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar

Ven 13 Jan - 23:42
Invité
Myeongwol Park
Ancien membre
« Lucas » avait dit le père.
Lucas était donc là dans les bras de Myeongwol  qui riait à moitié de le voir tendre désespérément les bras vers son camarade plus âgé. Naturellement ça ne faisait pas rire Meriwether qui dardait un regard colérique sur l'enfant arborant une mine sincèrement dégouttée. Elle avait la sensation – justifiée – que s'il ne s'était pas retenu à cause des circonstances alors sans doutes qu'il aurait envoyer le gamin paître depuis bien longtemps.  Quand l'infirmier les avait remerciés il s'était contenté de pousser un grognement rageur qui manifestait bien le manque d'intérêt total qu'il avait dans l'histoire ou encore qu'il n'était pas la de sa propre volonté.

« _ Park, monsieur. Myeongwol Park. » Elle avait répondu doucement à sa question alors qu'elle laissait le petit garçon rejoindre l'étreinte rassurante de son père.  Elle avait tourné le regard vers son ami aux cheveux rouges :
« _  Tu vois, même toi, tu peux être félicité, je suis vraiment fière de ... »

Elle avait commencé à argué avant qu'il ne lui assène son regard le plus méchant et , instinctivement : elle s'était tue.  Elle avait tendance à le taquiner beaucoup et à profiter clairement du traitement de faveur dont elle faisait l'objet dans ses yeux. Probablement parce que d'une façon qui était difficilement perceptible par les autres , le garçon se radoucissait en sa présence et qu'elle trouvait elle-même un confort absolu à se trouver en sa présence, mais elle savait aussi ou se trouvaient les limites. La relation qu'ils avaient ne se briserait pas pour une mauvaise blague en revanche elle savait qu'il n'hésiterai pas à la cogner jusqu'à l'inconscience si elle l'y contraignait. Même si elle était plus que capable de se défendre elle n'avait pas assez force physique pour prétendre s'opposer à une montagne comme lui.  Et ce n'était pas son but de toutes les façons.

Meriwether avait carré la mâchoire et d'un geste brusque, il avait plaqué dans les bras de la jeune fille les affaires qu'il avait consenti à porter pour elle jusque là, considérant le poids de l'enfant. D'une certaine façon il était prévenant. Sa colère de l'instant n'était cependant pas à prendre à la légère.

« _ J'en ai assez entendu, j'me tire. Et toi, » Il avait sussuré d'une voix frémissante de haine en fixant ses yeux sur la coréenne « Ne me montre pas ton visage avant un moment , parce que je ne sais pas ce que je pourrais te faire. » Son ton était si insidieux et grave, agressif que les cheveux à l'arrière du cou de l’adolescente s'était dressés. Pour la première fois peut-être depuis bien longtemps elle comprenait la méfiance de ses camarades à l'égard du garçon. Il avait fait demi tour et elle s'était retournée vers la porte espérant le retenir :

« _ Ne sois pas comme ça, Meri, attend ! » Mais il était déjà parti et elle avait soupiré avant de regarder à nouveau  l'infirmier et de baisser les yeux sur le petit garçon qui tenait sa main.

« _ Il faut l'excuser, Monsieur. C'est un garçon qui cache une grande timidité. Il ne sait pas comment réagir face à des marques d'attention ... » Elle avait dit d'un air prétendument docte mais un sourire avait fendu son visage.

Timide. Ce type ? Qui elle espérait convaincre au juste ? Certainement pas elle. Elle avait rit un peu.

« _ Bon le connaissant peut-être pas mais il n'est pas aussi tordu qu'on le prétend. Et c'était un plaisir, j'aime beaucoup les enfants. »

Apprécier les enfants.
Ça c'était la vérité. Même si son passif de bagarre et d'ultra-violence ne devait certainement pas être engageant pour les jeunes parents ; elle avait battue sa sœur jusqu'à l'enfermer dans un état végétatif et elle n'avait pas été sa seule victime. Ses crises de colères n'étaient pas non plus à prendre à la légère, cependant elle disait la vérité. Elle aimait les enfants parce qu'elle trouvait leur intelligence totalement naissante, fascinante, leur curiosité et elle aimait la rapidité avec laquelle leur cerveaux faisait des connexion et la rapidité avec laquelle ils apprenaient des choses nouvelles. Un adulte normalement constitué ne pouvait pas apprendre aussi vite, son cerveau était moins rapide, moins apte à faire des connexions. Mais elle trouvait les jeunes enfants particulièrement fascinants.

Myeongwol avec un de ces sourire si particulièrement tendres et naturel, s'était prêtée au jeu et s'était accroupie près de l'endroit ou l'enfant dessinait. Dans ces instants, sans doutes , si il n'y avait pas eût le rappel cuisant – et humiliant – de son bracelet électronique alors sans doutes qu'elle aurait pu ressembler à n'importe quelle autre adolescente. Un policier un jour, en Corée avait dit à son sujet, qu'elle n'avait en rien l'attitude et les disposition naturelles d'une délinquante. Elle était si éloignée de ce type de personnage qu'elle avait suscité une vrai polémique pendant son procès, parce qu'il était plus difficile pour certains jurés de juger quelqu'un qui n'avait pas l'air coupable malgré les preuves accablantes que quelqu'un qui avait l'air coupable malgré la preuve du contraire.

« _ Whaa, tu va vraiment faire cela pour moi ? C'est super chouette, je peux en faire un aussi ? »  Elle avait tendu une main pour recevoir son approbation

« _ Tu avais raison ton papa il est beeeeeaucoup plus sympas que l'autre brute, hein ? Quand tu seras grand, tu ne dois pas finir comme oncle-Meri-fait-la-tête , avec des tatouages et des piercings partout, non, non ! Et tu de peux pas te battre avec tes camarades non plus. »

Elle avait affirmé en regardant l'enfant. Il était incroyablement attentif pour un enfant de son âge, vraiment très vif.  Elle était vraiment impressionnée , en vérité. Elle avait étiré un sourire doux et tourné la tête vers Alex.

« "_ Il est vraiment très intelligent, votre fils. Et tellement peu farouche que j'ai des doutes sur la présence de son instinct de survie. Même les doberman baissent la tête devant Meriwether, mais lui  il semblait plutôt intéressé par lui n'est-ce pas ? Il a quel âge , une trentaine de mois, un peu plus non ? »

Elle avait rit.
Revenir en haut Aller en bas
Alex Taylor
Invité
avatar

Lun 16 Jan - 17:34
Alex Taylor
Alex Taylor
Ancien membre
→ Au détour d'un couloir, un bébé?!
ft Myeongwol Park - profil

Super Dessin.



Myeongwol Park. Même si elle s’était présentée, je ne me rappelais vraiment plus de ce nom. Enfin, peut-importante, j’allais me souvenir d’elle, elle m’avait rapporté Lucas, mon unique trésor. Et rien que pour ça je crois que je lui devais beaucoup ! Je n’ai pas l’air comme ça, du moins pour les élèves, mais je suis très attaché à Lucas, oui, parce que je suis son père mais bon, il y a des pères qui n’aiment pas leur enfant ! Non, parce que Lucas était tout ce qu’il me restait, j’avais encore mes parents certes, mais j’avais déjà perdu mon ex femme, je n’allais pas perdre l’enfant que nous avions fait ensemble. Pas Lucas. Même si c’était elle qui avait décidé de partir, ça peut se comprendre, elle ne se sentait pas prête, même si je pense qu’à 25 ans, on est consciente de ce qu’on fait. Mh, ne parlons pas de ça. Il était là, se blottissant dans mes bras. Un doux sourire s’afficha sur mes lèvres… Mais comme je m’y attendais, il repartit rapidement, j’étouffais un rire en le voyant, puis, je regardais les deux jeunes qui m’avaient ramené mon trésor, enfin, la jeune fille, connaissant Meri’, il ne serait jamais venu et je ne sais pas dans quel état j’aurais pu récupérer mon fils.

« _ Il faut l'excuser, Monsieur. C'est un garçon qui cache une grande timidité. Il ne sait pas comment réagir face à des marques d'attention ... »

Je ne sais pas si c’est vraiment de la timidité, j’en doute énormément. Mais je ne pouvais que rire de son comportement, il me rappelait comment j’étais dans ma jeunesse. En moins violent. Enfin, j’étais moins violent c’est sur. Mais l’envie de défier tout le monde, de ne se soumettre à personne, d’envoyer chier son monde… D’être maître de son propre destin. Ouais, cracher sur les autres, leur marcher dessus, c’était presque moi dans ma jeunesse. Eh oui, je n’ai pas été que ce « gentil » infirmier au grand sourire qui sonne faux. Non, clairement pas. Dans ma jeunesse j’étais plutôt l’enfant turbulent, toujours avec des blessures sur le visage, des égratignures, celui plein de boue. Celui qui ne rentre pas quand on lui dit, celui qui hurle sur tout le monde pour tout et rien, celui qui, juste parce qu’un papillon à traverser sa route veut frapper la première personne qu’il croise… Ouais. Mauvais élève, délinquant, champion d’absentéisme, moyenne plus bas que terre. Je soupirais plus de nostalgie que d’amusement, si je n’avais pas rencontré Zoé… Ah Zoé. Dans quel état aurais-je fini ? Surement en Forge. Haha. Je soupirais, comme si je voulais me libérer de ces pensées.

Ma concentration retourna sur la jeune coréenne au cheveux noirs intenses, je plongeais mon regard dans le sien. Elle disait aimer les enfants, c’était plutôt surprenant, mais bon, comme quoi « même s’ils sont Forges » pour moi ça reste des personnes avec un bon fond. Si tout le monde leur tourne le dos, ils ne peuvent que plonger d’avantage.

Je restais loin des deux. Comme si je ne voulais pas déranger ce moment… Lucas s’amusait et la jeune fille pouvait vivre un moment « normal » (si emmenait son enfant au boulot était normal), mais au moins, elle pouvait oublier un peu son quotidien. Je les regardais juste, non pas par peur, mais parce que j’adorais voir le sourire de Lucas quand il jouait ou dessinait avec quelqu’un d’autre, et là, on pouvait voir de l’admiration dans ses yeux, comme s’il admirait la jeune fille… Il devait être content, c’était rare que des élèves s’arrêtent pour jouer avec lui, alors forcément, maintenant, il était bien content, et ça se voyait, il prêtait rarement ses feutres aux autres enfants ! Alors que là, il venait de les tendre à Mlle Park.

Je ne pouvais qu’étouffer un rire en l’entendant parler de Meri. Elle parlait de lui comme ça, mais elle avait l’air de vachement l’apprécier, et ça devait être pareil pour lui, sinon il ne la laisserait pas être aussi familière. Peut-être qu’elle était son catalyseur comme Zoé l’avait été pour moi ? Enfin. Je n’ai pas à me mêler de leur relation aux deux.

- Papa aussi se bat ! Ca veut dire qu’il est méchant ?
Je souriais, la naïveté des enfants était vraiment adorable. Je lui avais expliqué ça, car un soir, lors d’un bain, il était venu le prendre avec moi, et il avait vu ma cicatrice dans le dos… Je lui avais alors expliqué que je m’étais battu avec de méchantes personnes. Mais aussi parce que je pratiquais la boxe et divers autres sports de combat. J’intervenais quand même, pour mettre les choses au clair pour Myeongwol,

- Oui, mais papa t’a dit que c’était pour le sport qu’il faisait ça ! C’est « pour jouer »

Je savais qu’il comprendrait, d’ailleurs il hocha la tête, continuant son dessin. La jeune Forge m’adressa alors la parole, mon air devint un peu plus sérieux. Hochant la tête, je me posais parfois la même question s’il avait un quelconque instinct de survie… La suite de sa phrase m’amusa à vrai dire. Même les dobermans baissaient la tête ? Haha, Lucas était différement.

- Disons qu’il a encore une certaine naïveté et une conscience du danger différente, et même si je lui explique, il aime aller vers les autres… A vrai dire je fais presque tout avec lui, donc il voit beaucoup de personne de différents horizons, mais crois moi, si Meri l’avait touché, il serait vite parti… Mais pour lui, tant qu’il ne lui fait pas « réellement peur », Lucas ne sera qu’attiré par lui ! expliquais-je en regardant parfois la jeune fille, parfois Lucas, avant de reprendre, regardant cette fois Wol, effectivement, il a un eu 3 ans en septembre…

Le temps passé si vite. Lucas se releva alors de sa petite chaise en brandissant une feuille, il se mit à rire et regardant la jeune coréenne, il lui offrait son dessin qu’il venait de faire. Je m’empêchais de rire en voyant le résultat. C’était vraiment… Mignon.




© Codage by Citron - Institut Indare.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» 3e étage tour E : feuilles de brouillons gratuites à disposition !
» La Tour Generali, tour écologique à la Défense
» Tour de clef gratos
» (1953) Ovni au-dessus de la Tour Eiffel Paris
» La Tour de Bélem et le Monastère Dos Jéronimos

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Institution Indarë :: Hors-jeu :: Rps abandonnés-
Sauter vers: