À droite, l'école et ses élèves normaux, comme tout le monde.À gauche, le centre de redressement pour jeunes dangereux.Maintenant réunis, pour le pire.
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


Votez pour le forum

~ Étendez l'expérience ~
Venez voter pour votre rp préféré du mois de Février
Les couples de la saint-valentin ont été formés. Retrouvez-les ici.

 :: West London :: Kensington Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Gourmandise de fin de mois

Cordelia Calvelli
IRS & ISS |:| Prof d'italien
avatar
Féminin
Messages : 24
Né(e) le : 14/05/1996
Date d'inscription : 14/01/2018
Age : 21
Situation amoureuse : Célibataire
Nationalité : Italienne
Commentaires/Citations : Cordy s'exprime en #cc0000
Voir le profil de l'utilisateur
http://indare-division.forumactif.com/t1169-ne-m-appelez-pas-madame-je-ne-suis-pas-mariee

Dim 21 Jan - 22:26


Gourmandise de fin de mois


Feat : Emilie Skies



Dimanche. Le pire jour de la semaine. Je haïssais ce jour et je pense que ça sera le cas pour toujours. Il n'y avait jamais rien à faire et je ne me faisais affreusement chier. Aucune envie de lecture, de jeu, je n'avais même pas envie de narguer qui que ce soit. C'était la tristesse. L'ennui total. Le néant. Allongée sur mon lit, je réfléchissais à une activité à faire. Il me fallait quelque chose de plus lucratif que glander et faire la larve sur un lit. Au final, je craquai et m'habillai chaudement. L'hiver s'en allait doucement mais les températures n'étaient pas encore assez hautes pour me permettre de me promener en t-shirt. Une fois prête, je sortis.

Je marchai jusqu'en ville en réfléchissant encore à ce que je pouvais faire. En passant pas loin d'une supérette, mon estomac se fit légèrement entendre. J'avais déjà mangé à midi mais cette fois, ce n'était pas de la faim. Juste de la gourmandise. Je vins donc à la supérette, prête à y entrer mais avant que je ne passe la porte, je remarquai une tête rousse qui ne m'était pas inconnue. À bien la regarder, elle ressemblait presque à une enfant qui attend impatiemment son cadeau de noël ou qui aimerait acheter des bonbons mais voilà, les finances lui manquaient. C'était à ça qu'elle me faisait penser en ce moment-même.

- On dirait un chien à l'agonie.

Vous voyez quand un toutou errant recherche sa nourriture ? Et bien elle me faisait aussi penser à ça.

- Ca va Emilie ? Vous avez peur d'entrer là-dedans ? On y va ensemble si vous le souhaitez.

Ce serait étrange au vu de son métier. Je ne la connaissais pas des masses mais je savais qu'elle était psychologue à l'institution. Ce n'était donc pas avec ce job qu'elle serait tranquillement isolée. Ou alors elle faisait un régime, ce qui était inutile à mes yeux vu sa carrure, et elle était juste en train de se torturer mentalement. Il faudrait être maso mais après tout, il fallait déjà l'être en partie pour avoir le courage d'écouter les soucis de tout le monde pendant des heures et même des journées entières parfois.



©️ Fiche par Ethylen sur Libre Graph'




Revenir en haut Aller en bas
Emilie Skies
IRS & ISS |:| Psychologue
avatar
Féminin
Messages : 173
Né(e) le : 01/01/1995
Date d'inscription : 17/12/2017
Age : 23
Niveau d'études/Métier : Psychologue
Situation amoureuse : En couple
Nationalité : Française
Commentaires/Citations : "La ville grouille de serpents roux"
Voir le profil de l'utilisateur
http://indare-division.forumactif.com/t1072-eh-la-rousse-presentation-emilie-skies-et-terminee http://indare-division.forumactif.com/t1115-pnj-d-emilie-skies

Lun 22 Jan - 22:40
Emilie était en colère. Elle l'était depuis Samedi. Depuis qu'elle avait eu le malheur de prendre l'uns des journaux que les élèves faisaient pour Indare tous les vingt du mois. En un sens, elle aimait les encourager et trouvait ça sympathique pour ceux dont la vocation était d'aller vers ce domaine. Et bien qu'elle crachait sur la presse à scandale, le journalisme était plutôt quelque chose de bien qui permettait de se renseigner (enfin, elle disait ça mais n'en lisait aucun.). Mais lorsqu'elle avait ouvert le chiffon sur la page dédié à ses conneries de rumeurs, son nom y figurait. Et ce petit paragraphe, elle l'avait bien retenu. Mot pour mot, point par point. Elle avait pu rager mainte et mainte fois devant ce petit alignement de mot.

Si on faisait un point, un élève l'avait vu avec Jagger au bar, certainement juste avant qu'ils ne partent dans cette cave. Puis, on l'avait vu avec Alexei quelques semaines plus tard. Conclusion ? Elle se tape pleins d'hommes. Et même si cela était vrai pour les deux, il n'avait pas le droit de dévoiler ainsi sa vie privé ainsi sans connaître les raisons et le contexte de tout cela. De plus, l'écrivain se permettait de remettre en cause son métier, indiquant qu'elle possède des "mœurs légères" puis ajoute qu'elle semblait avoir un grave problème. D'où tu dis à tout le monde que j'ai eu des soucis ?! D'où tu insinues que je suis une fille facile ? D'où tu m'humilies ainsi ?! L'un était un désespoir après cinq ans de solitude et l'autre mon copain. Ai-je fais quelque chose de mal ?! Non !  De plus, il ne lui semblait pas spécialement autorisé qu'un élève divulgue ainsi la vie privé d'un professeur. Elle était contre la censure mais pas quand celle-ci à pour but de détruire la vie de quelqu'un pour des raisons aussi futile et une déformation aussi grande des vrais faits.

Et puis elle était sûr les nerfs après les récents événements. Cela expliqua certainement pourquoi elle se mit à traîner dans les rues, en ce dimanche,  alors que  le soleil réchauffait doucement le pavage des rues. Il y avait un peu de monde. Des grandes dames aux grands chapeaux, des petits messieurs avec des parapluies. Toute une gamme complète de la population passait par ici. Mais elle se rendit bien compte que les achats allaient vites se réduirent par ce fin de mois qui approchait doucement. Et qui disait fin de mois, annonçait l'entassement des pots des nouilles dans son petit appartement et le passage de trois à deux repas par jour. Il était peut-être temps qu'elle s'organise un peu mieux niveau budget mais entre le prêt pour rembourser ses études et son appartement, ça devenait serré. Peut-être faire un autre boulot à côté ? Mais elle voulait garder du temps pour vivre, se reposer et voir son copain.

Son ventre gargouilla, signalant que cette fameuse gourmandise remontait en flèche. Sur sa gauche se présenta un supérette. La vitrine était garnit de gâteaux et de quelques galettes des rois. Tout cela lui faisait atrocement envie. Elle se plaça alors sans trop s'en rendre compte devant la vitre protégeant le butin et le fixa. Pensait-elle qu'elle pourrait faire voler les desserts par la seule force de son regard ? Ne savait-on jamais... Les psychologues, qui plus est, roux, pouvaient desseller de grands pouvoirs.

"On dirait un chien à l'agonie."

Elle sursauta et se retourna vivement vers la voix qui venait de l'interpeller. Devant-elle se dessina une grande dame blonde élancée sur ses fines jambes qui la regardait. Son visage lui dit vaguement quelque chose, elle était sûre de l'avoir déjà croisé quelque part. Le fait qu'elle l'appela ensuite Emilie confirma ses dires. Etaient-elle une professeurs à Indare ? Certainement. Le problème étant qu'Emilie traînait très peu dans la salle des profs et restait souvent à l'écart des groupes. Elle était sociable quand la situation lui était favorable et qu'elle n'avait pas à faire trop d'effort pour interpeller les gens. Mais sinon, elle préférait s'isoler. Au vu de son accent, ce doit-être la prof d'italien. Cela lui colle bien en plus.

Puis l'idée qu'elle vienne de ce même établissement la figea un peu. Avait-elle lu le journal ? Non Emilie cesse ta paranoïa, tu ne vas pas commencer à t'isoler pour une raison aussi futile que la parole d'un élève. Et puis si elle l'a lu, c'est une adulte, elle sait faire la part des choses ! La rouquine rougit alors. Comment lui expliquer ce moment d’absence à baver sur les friandises ? Et puis elle n'allait pas rentrer si elle ne pouvait rien se payer...

-Ah..Heu oui ça va !


Elle laissa planer quelques secondes.

-Non je ne vais pas rentrer... Je...J'ai oublié l'argent chez moi.


Et voilà une belle esquive pour ne pas dire que les finances sont dures ! On attribut le premier point pour la rouquine menteuse ! Applaudissez-là ! La jeune femme se gratta alors la tête d'un air gêné, les rougeurs sur son visage avaient du mal à cacher son trouble interne. Pour encore plus détourner l'attention, elle marmonna alors:

-Et vous, vous allez bien ?



Autre:
 


Je m'exprime en #FF6600
Revenir en haut Aller en bas
Cordelia Calvelli
IRS & ISS |:| Prof d'italien
avatar
Féminin
Messages : 24
Né(e) le : 14/05/1996
Date d'inscription : 14/01/2018
Age : 21
Situation amoureuse : Célibataire
Nationalité : Italienne
Commentaires/Citations : Cordy s'exprime en #cc0000
Voir le profil de l'utilisateur
http://indare-division.forumactif.com/t1169-ne-m-appelez-pas-madame-je-ne-suis-pas-mariee

Sam 27 Jan - 0:54


Gourmandise de fin de mois


Feat : Emilie Skies



Je n 'aurais jamais pensé croiser Emilie devant un magasin de pâtisseries et autres sucreries gourmandes. Et ça, ce n'était pas le plus surprenant pour moi. Ce qui l'avait été, c'était de la voir avec un air affamé, presque à l'agonie parce qu'elle ne pouvait pas entrer dans le magasin pour je ne sais quelle raison. Elle m'avait fait penser à un chien à l'agonie. Oui. Je l'avais bien comparée à un chien errant en quête de nourriture pour survivre. Elle ne ressemblait plus du tout à la psychologue sûre d'elle. Cependant, je me renseignai tout de même sur les raisons de son attente devant la vitrine. Peur d'y entrer ? Si ce n'était que ça, ça ne me dérangeait pas de l'accompagner. Je devais de toute façon aller me faire une réserve de friandises. Et surtout m'acheter une glace !

Elle n'avait pas peur. Je me disais bien aussi que c'était étrange. Cependant elle ne comptait quand même pas entrer, elle avait oublié son argent chez elle. Mouais. Soit l'excuse était réelle et ça la gênait de l'avouer, soit elle n'était pas très douée pour les mensonges. Peu importe. Qu'elle ait juste oublié son fric ou qu'elle soit simplement à sec, je m'en fichais.

- Oui ça va. Venez avec moi, j'allais de toute façon m'acheter des petits trucs. Je peux bien vous en prendre aussi.

Ce serait ma bonne action de la journée et puis Emilie était une femme sympa. Une peu étrange par moment mais sympa. Je pouvais donc bien lui payer quelque chose. Entre gourmandes on pouvait s'entraider. Oui. La gourmandise était à mes yeux une bonne raison d'aider une personne. S'il y en a que ça dérange et bien....je les emmerde bien profond. Et puis ce n'était pas quelques pâtisseries ou autre friandises en plus qui allaient me ruiner. Je pris donc la main d'Emilie et l'entraînai avec moi à l'intérieur de la supérette, sans trop lui laisser le choix.

- Venez on va se faire des réserves. Je ne peux décemment pas laisser une autre gourmande saliver devant la vitrine sans pouvoir obtenir ce qu'elle convoite.

Avoir pitié d'elle? Oui un petit peu, je l'avoue. Mais ça ne me dérangeait vraiment pas de lui payer quelque chose qu'elle convoite. Si c'était moi à sa place, j'aurais sûrement fait pareil. Baver devant une vitrine tout en me torturant l'esprit en songeant aux diverses choses que je pouvais avoir si j'avais eu l'argent pour les acheter. Ou l'autorisation du médecin si ce qui m'empêchait de les prendre était la santé.

Une fois devant les rayons, je lâchai gentiment la main de ma collègue et l'incitai à choisir ce qu'elle désirait. Je ne lui donnais aucune limite. Moi-même je n'en aurais pas et je voulais qu'elle se fasse plaisir. De mon côté, je pris un panier pour pouvoir y mettre nos achats. Je commençai à y mettre quelques petites pâtisseries. Du chocolat. Pas de bonbons, je n'en étais pas fan. Quant à la glace, elle attendrait le dernier moment. Je ne voulais pas la prendre maintenant et qu'elle soit à moitié fondue lorsque j'allais la manger. Je laissais aussi la psychologue y mettre ce qu'elle désirait prendre.

- Ca se passe bien vos journées en ce moment ?

J'évitais de lui parler du journal. Avec ce qui était marqué dedans dernièrement, elle n'allait peut-être pas super bien. Ou peut-être qu'elle s'en fichait et pétait encore la forme. Je ne sais pas si ce qui était marqué dedans était vrai ou non et à vrai dire, je m'en moquais éperdument. C'était sa vie. Et puis c'est bien connu, les journalistes déformaient souvent la réalité dans leurs journaux. Et même à la télé c'était pareil. La vérité était souvent déformée. Pour ce genre de chose, je n'aimais pas trop les journalistes.



©️ Fiche par Ethylen sur Libre Graph'




Revenir en haut Aller en bas
Emilie Skies
IRS & ISS |:| Psychologue
avatar
Féminin
Messages : 173
Né(e) le : 01/01/1995
Date d'inscription : 17/12/2017
Age : 23
Niveau d'études/Métier : Psychologue
Situation amoureuse : En couple
Nationalité : Française
Commentaires/Citations : "La ville grouille de serpents roux"
Voir le profil de l'utilisateur
http://indare-division.forumactif.com/t1072-eh-la-rousse-presentation-emilie-skies-et-terminee http://indare-division.forumactif.com/t1115-pnj-d-emilie-skies

Dim 28 Jan - 21:40
La demoiselle était mal à l'aise. C'était une bien étrange sensation quoi que habituelle ces derniers temps. Beaucoup trop de choses s'étaient passés et elle était à peu près sûre que si des extraterrestres venaient l'enlever, elle ne serait pas vraiment surprise.  Tout semblait pourvoir arriver ce dernier mois. Et elle avouait commencer à se sentir fatiguée et frustrée de ne pas en discuter. C'était volontaire, Emilie n'aimait pas qu'on croit qu'elle est une fille à problème et avait donc tendance à cacher chacun de ses problèmes aussi minimes qu'ils pouvaient être. Elle pouvait également en parler au jeune rockeur mais ce n'était pas la même chose. Son titre de petit ami la rendait parano qu'il ne dise des choses seulement pour lui faire plaisir. Et il était hors de question qu'elle se mette à consulter un psychologue. De un, elle n'avait pas les moyens et de deux...L'ironie de la situation ne lui plaisait pas vraiment.

La grande dame lui proposa alors de nouveau de rentrer avec elle mais avec l'idée qu'elle lui achèterait quelques petites choses. La rousse fut prête à refuser. L'idée même qu'on ai pitié d'elle n'était pas attrayante. Et surtout dans cette optique habituelle de toujours vouloir se débrouiller seule. Elle était toujours partante pour offrir son aide...Mais pour en recevoir...Et puis elle avait l'impression de se retrouver dans cette situation lors que sa première rencontre avec Alexei: "T'es une SDF ?" avait-il dit. Et voilà qu'on se remettait à vouloir lui acheter des choses. Elle semblait tant que ça faire l’aumône ? Était-ce quelque chose qu'on lisait sur son visage ?

Mais elle n'eu pas vraiment le temps d'affirmer sa négation qu'on lui attrapa la main pour la traîner dans les petits rayons de la supérette. Les grands meubles obèses de nourritures de dressèrent devant elle, dans une puissance qui marquait la société d'aujourd'hui. Plusieurs personnes passaient devant elles, derrières elles. Des grands-parents, des jeunes, des mères ou des pères. Tout ce petit monde avait ce même but qu'était de remplir le frigo. Mais maintenant qu'elle lui demandait de choisir parmi les nombreuses boites de marques et de couleurs, elle se sentit mal d'avoir mentit. Elle avait de l'argent sur elle mais elle ne pouvait pas l'utiliser. Tout ça faisait qu'elle était embarrassée alors que la belle italienne attrapait les sachets et les boites. Que devait-elle choisir ? Si elle refusait, elle passerait pour une rabat-joie...Mais si elle acceptait, ça allait contre ses principes ! La rouquine regarda alors le rayon pour chopper la boite de biscuit la moins chère, premier prix pour ne pas avoir l'impression d'abuser dans les deux sens du terme.

Enfin bref, la professeur lui demanda alors comment allait ses journées en ce moment ? Si elle disait la vérité, elle en aurait des lignes de monologue à raconter... Mais le plus simple était de dire que tout allait bien, qu'elle nageait dans le bonheur d'écouter toute la journée les problèmes des élèves et leur souffrance. C'est une ambiance très familiale et chaleureuse ! La rouquine frotta alors un peu sa tignasse, tentant également d'oublier cette suite de mots dans le journal avant de racler sa gorge pour éclaircir sa voix.

-Comme une journée basique d'un psy. On fait aller.

Elle lui sourit alors pour ponctuer sa phrase histoire de montrer qu'elle positive et qu'elle reste dans une belle force malgré son trouble et sa confusion interne. La demoiselle tourna alors la boite de gâteau entre ses doigts. Ils étaient au chocolat qui selon la pub, "nappé le tendre et croquant biscuit". Cette phrase la fit ricaner. Tellement d'hypocrisies ici. Elle releva alors son regard vers l'italienne et lui dit un souriant doucement:

-Et vous ? Vous tenez le coup ?


Elle parlait un peu comme si tout le monde se trouvait dans sa situation. En même temps, elle n'avait image des élèves que de ceux qu'elle voyait. La rouquine avait donc tendance à projeter ses habitudes sur le reste de l'école. IRS comme ISS. La pauvre avait bien besoins de vacance. Pourquoi ne pas tenter d'aller quelque part d'ailleurs ? Elle pourrait bien trouver malgré ses maigres économies. Même un camps de vacance un peu nul...

-Tu me permets de te tutoyer d'ailleurs ?

Elle eu un petit rire.

-J'estime qu'après m'avoir proposé de m'acheter des gâteaux, la barrière du vouvoiement s'est supprimée.



Autre:
 


Je m'exprime en #FF6600
Revenir en haut Aller en bas
Cordelia Calvelli
IRS & ISS |:| Prof d'italien
avatar
Féminin
Messages : 24
Né(e) le : 14/05/1996
Date d'inscription : 14/01/2018
Age : 21
Situation amoureuse : Célibataire
Nationalité : Italienne
Commentaires/Citations : Cordy s'exprime en #cc0000
Voir le profil de l'utilisateur
http://indare-division.forumactif.com/t1169-ne-m-appelez-pas-madame-je-ne-suis-pas-mariee

Jeu 8 Fév - 19:01


Gourmandise de fin de mois


Feat : Emilie Skies



Emilie semblait timide sur le fait de choisir des trucs pour elle. Peut-être que le fait que j'avais eu légèrement pitié d'elle n'aidait pas. En même temps elle m'avait fait penser à un animal affamé. Je n'avais pas pu résister. Et puis ma pitié n'était pas la raison principale pour laquelle je voulais lui payer des trucs. L'objectif principal était juste un acte amical. Ca m'arrivait parfois de faire ce genre de geste par simple envie. Pendant que nous faisions nos achats, je lui demandais un peu de ses nouvelles. Une vie de prof n'était déjà pas de tout repos alors une vie de psychologue... Et puis avec ce qui était paru dernièrement dans le journal de l'école, je m'inquiétais quand même un peu pour elle même si j'omettais volontairement de parler de cet article. Peu importe ce qu'elle faisait dans sa vie privée, ça ne regardait personne.

Sa réponse ne m'étonna pas vraiment. Une journée basique d'un psychologue ne devait pas être une fête. À force d'entendre les plaintes de tout le monde, ça devait finir par être déprimant. Evidemment il y avait sûrement aussi quelques moments de joie, j'imagine. On ne confiait pas toujours ses problèmes à moins de n'avoir vraiment que ça dans sa vie. Sauf que si c'était le cas, autant choisir l'option de facilité qui est un aller simple.

Pendant que je fouinais de mon côté pour des gâteries, je l'entendis ricaner ce qui eut pour effet de relever la tête vers elle. Elle était en train d'observer une boîte de gâteaux. Apparemment ils ont dû mettre une connerie dessus. Ce ne serait pas la seule boîte d'ailleurs. Ils en mettaient sur à peu près toutes. Sur la mienne aussi. « Aussi doux à l'intérieur qu'à l'extérieur ». Déjà on dirait une pub pour du PQ ou pour un coussin. Ensuite, s'ils ne mélangeaient  pas le chocolat avec n'importe quoi, il était toujours doux. Ca tombait sous le sens.

- Hein ? Euh ouais. 'Fin les élèves sont toujours un peu turbulents dans certaines classes mais c'est normal.

Un petit rire s'échappa de mes lèvres.

- Et puis s'ils étaient tous trop sages, les journées deviendraient vite monotones et sans intérêt !

Une journée avec seulement des élèves très studieux ? Même pas en rêve ! Je m'ennuierais trop vite pendant qu'ils feraient leurs exercices et que moi je n'aurais rien à faire. À l'ISS, je devais principalement observer qu'ils ne trichent pas aux examens ou qu'ils ne papotent pas trop de sujets divers si ça n'avait rien à voir avec le cours. À l'IRS, il y avait ça mais aussi des petits trucs en plus selon les élèves concernés.

- Ah ! Oui bien sûr ! Pour être honnête ça m'arrange même si on peut se tutoyer. Le vouvoiement me donne l'impression de prendre vingt ans ou d'être une espèce de femmes d'affaires.

Rien que de m'imaginer en tailleur serré, un air sérieux collé sur la face, une queue ou un chignon pour faire plus sérieuse encore et des dossiers de projets dans les mains, ça me faisait bien rire. Je n'avais clairement pas la carrure pour ça. Enfin si. C'était plutôt ma personnalité qui ne collait pas au reste.

Mon attention se porta rapidement sur une boîtes de biscuits aux formes originales. Des biscuits en forme de pattes de divers animaux. Sur la boîte il y avait déjà quelques exemples de ce qui se trouvait à l'intérieur. On y devinait déjà les pattes de chats, de chiens, d'oiseaux, de lapins, bref de tout et n'importe quoi. Surtout du n'importe quoi. Je pensais que c'était qu'au Japon qu'on pouvait trouver ce genre de trucs. Je me précipitai vers la boîte et la montrai à Emilie avec un grand sourire.

- Oh mon dieu c'est génial ces trucs ! Emilie, ça te tente des biscuits comme ça ?

Peu importe ce qu'elle répondait, je comptais de toute façon en prendre une boîte minimum. Peut-être deux. En plus ils étaient fourrés au chocolats, à la fraise, framboise, abricot et plusieurs autres goûts. Ca dépendait de la pattes apparemment.



©️ Fiche par Ethylen sur Libre Graph'




Revenir en haut Aller en bas
Emilie Skies
IRS & ISS |:| Psychologue
avatar
Féminin
Messages : 173
Né(e) le : 01/01/1995
Date d'inscription : 17/12/2017
Age : 23
Niveau d'études/Métier : Psychologue
Situation amoureuse : En couple
Nationalité : Française
Commentaires/Citations : "La ville grouille de serpents roux"
Voir le profil de l'utilisateur
http://indare-division.forumactif.com/t1072-eh-la-rousse-presentation-emilie-skies-et-terminee http://indare-division.forumactif.com/t1115-pnj-d-emilie-skies

Dim 11 Fév - 22:40
Elle continuait à tourner la boite de biscuit entre ses mains, s'amusant à regarder les slogans mensongers se rapportant au "pute-à-click" dont on parlait aujourd'hui très souvent sur internet. Finalement, les premiers ayant fait ça étaient la publicité et les marques. Ces publicités qui te poussaient à acheter tout un tas de produits dont on n'avait pas besoins. Qui te poussait à te débarrasser d'un haut à peine troué alors que tu ne perdrais pas tant en sortant l'aiguille et le fil. Même si tu n'es pas doué. Enfin, elle divaguait un peu.

Le belle italienne la regarda, lui parlant un peu de ses journées et de ses classes. Elle rajouta ensuite que si tout le monde était sage, elle s'ennuierait pas mal. Cette réflexion fit doucement rigoler la rousse. C'est vrai que la monotonie était un gros facteur de l'ennuie. Mais pouvait-on tenir toute une vie dans le bruit et l'agitation ? Elle en doutait un peu. Tout revenait donc à l'équilibre. Jamais trop, jamais pas assez. Une balance qui ne devait ni pencher d'un côté, ni de l'autre. Finalement, sa collègue lui dit que ça ne la dérangeait pas qu'elle la tutoie, rajoutant que le contraire vieillissait. Elle sourit et jeta d'un coup sa chevelure dans son dos.

-A te voir, je suis sûre que tu feras partis, dans vingt-ans, à cette catégorie de femme encore belle et fraîche,
rajouta la rouquine dans un rapide clin-d'oeil amusé

La professeure s'approcha ensuite, une boite de biscuit en main. Le boite marquait diverses formes parfois animales. Quelque chose d'assez extravaguant en somme. La blonde lui demanda si ce genre de biscuits la tentait. Que pouvait-elle vraiment répondre ? Qu'importe pour elle même si la boîte transpirait l'amusement. Elle l'inspecta alors un peu plus le carton coloré puis jeta un œil à Cordelia.

-Pourquoi pas ? De toute façon je vais pas te dire non. Et puis ils ont une tête sympa.

Une image surréaliste germa dans son esprit. L'image d'une rouquine engueulant l'italienne, lui prenant la boîte pour la replacer dans l'étagère. Puis, la collègue se mettant à pleurer, triste d'avoir perdu son butin. Comme un parent criant sur son enfant parce qu'il a glissé tel un ninja des friandises dans le cadis. Elle était du genre à faire ça elle, quand elle allait au supermarché avec son père petite. C'était rare mais cela faisait partie des rares beaux souvenirs de son enfance.

Quand les deux jeunes femmes se dirigèrent vers la caisse, elles durent faire face à une petite queue de quelques personnes. Et pas une grand-mère à l'horizon, elles en avaient de la chance tient. Non mais parce qu'entre les petites mamies et leurs monnaies et les familles nombreuses où le père ou la mère découpait chaque bon de réduction de quelques centimes des magazines pour les présenter... Il y en avait parfois de quoi y passer des heures.

Une fois dehors, la fraîcheur engloba son petit corps et elle enfonça sa tête dans son écharpe de laine. Elle frissonna un peu. L'hivers était une saison agréable mais quelque peu rude pour son corps. Elle n'était pas spécialement chétive mais elle n'était pas la plus forte du lot. La jeune femme se retourna alors vers l'italienne et dit en souriant:

-Merci en tout cas de m'avoir payé la boite !


La jeune rousse l'ouvrit d'une main et se mit à grignoter un des biscuits dans un certain appétit. Cela faisait un petit moment qu'elle n'avait pas goûté à ce genre de friandise. Elle se nourrissait beaucoup en ce moment de nouilles. Bon un peu moins dernièrement avec son installation "temporaire" j'ai son copain. Mais le midi, cette habitude économique restait. Ce qui expliquait d'ailleurs sa petite perte de poids dernièrement (ça et tous les événements qui l'avait un peu secoué.)  

Puis elle pensa à quelque chose. Cette blonde devait être assez sociable. En tout cas, elle avait la tête pour l'être. Et puis elle connaissait son prénom alors que la rousse avait eu du mal à savoir qui était son interlocutrice au départ. Elle devait donc parfois ou souvent traîner avec les professeurs.

-Dis-moi... Comment les profs...Parlent-ils de moi ? Enfin si ça se prouve, c'est silence radio. Mais au cas où...

Elle faisait plus ou moins référence à l'article. Elle avait peur que son air de solitaire, son style et son physique "hors du commun" et ce qu'il avait été écrit dans le journal avait créé des bruits. Et même si ça lui ferait du mal de les connaître, elle préférait les entendre et être fixé.



Autre:
 


Je m'exprime en #FF6600
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» mon bébé de 2 mois ne sait pas s'endormir
» bebe se 11 mois qui ne veut pas dormir
» mon bebe de 2 mois ne dors pas
» bébé 16 mois se réveille plusieurs fois dans la nuit
» mon fils de 11 mois se reveille ds la nuit

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Institution Indarë :: West London :: Kensington-
Sauter vers: