À droite, l'école et ses élèves normaux, comme tout le monde.À gauche, le centre de redressement pour jeunes dangereux.Maintenant réunis, pour le pire.
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


Votez pour le forum

~ Étendez l'expérience ~
Venez voter pour votre rp préféré du mois de Février
Les couples de la saint-valentin ont été formés. Retrouvez-les ici.

 :: IRS - Annexe :: Gymnase Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

À deux c'est mieux ? Pas vraiment, non

Connor E. Rudenstein
ISS |:| Quatrième année
avatar
Masculin
Messages : 39
Né(e) le : 04/11/2000
Date d'inscription : 10/10/2017
Age : 17
Niveau d'études/Métier : Quatrième année
Situation amoureuse : Célibataire
Nationalité : Irlandais
Commentaires/Citations : (M'envoyez pas de mp si vous prévenez pas ailleurs, ça sert à rien je les vois jamais)
Voir le profil de l'utilisateur
http://indare-division.forumactif.com/t912-connor-donnez-moi-de-l-air

Mer 27 Déc - 11:59
Qu'est-ce que j'aimais encore moins que les cours, au lycée ? Le sport. Déjà, parce que la narcolepsie c'est pas la maladie la plus adaptée du monde avec de longs efforts, même si les cours de sport ici avaient le mérite de ne durer qu'une heure, et parce que j'avais toujours été nul à ça. Nul en sport collectif parce que chaque année, la moitié de mes camarades de classe avaient trouvé une raison de se moquer de moi, nul en travail individuel parce que je réfléchissais trop, et de manière générale pas en très bonne forme physique à force de m'endormir partout, ou de ne pas dormir la nuit.

Cours de sport donc, dans ma nouvelle école. L'IRS, le programme Potion, parce que ma phobie scolaire leur avait semblé assez important pour mériter des soins. J'avais servi ce mensonge pour échapper à quelque chose de bien plus douloureux, alors même si j'avais protesté au début, je m'y étais habitué. Ce n'était pas si différent d'une école normale, en dehors des bracelets à la chevilles de certains élèves et des barreaux aux fenêtres des dortoirs. On avait les mêmes cours chiant, et les mêmes contraintes qui allaient avec comme, par exemple, travailler en groupe.

J'étais arrivé au cours de sport en traînant les pieds et, de ce que je me rappelle, toi aussi. C'est peut-être parce qu'on était les deux élèves les plus démotivés du groupe, ou peut-être qu'il avait juste trouvé amusant de nous mettre en équipe parce qu'on avait tous les deux des couleurs de cheveux atypiques, toujours est-il que je me suis retrouvé avec toi comme binôme. A l'entendre, il avait même bien l'intention de garder les binômes comme ils étaient pour chaque activité qui impliquait deux personnes : le badminton, le tennis, le ping-pong, l'escalade, etc. Il avait sûrement envie de créer des amitiés entre les "pauvres jeunes fragiles". Je détestais cette idée. Mais bon, ce jour-là, c'était badminton, ça voulait dire équipe, et ça voulait dire communication. Tout ce que j'aime, en somme.

Tu avais l'air aussi motivée que moi. Dans un sens, on formait plus ou moins une bonne équipe, mais certainement pas une équipe gagnante. Je pris la raquette des mains du prof avec un geste sec, avec dédain, la seule marque d'insolence que je m'autoriserais pour tout ce cours, juste pour lui faire comprendre à quelle point je détestais ses méthodes. Puis je soupirai, jetant un œil aux élèves volontaires (comprendre : masochistes) qui luttaient pour installer les filets dans le gymnase, et je tournais la tête vers toi pour une question cruciale : "Euh... tu sais y jouer, toi ?" Parce qu'il était bien gentil, le prof, mais je n'avais jamais pratiqué ce sport de ma vie. Ce n'était pas typiquement celui que les profs nous présentaient en premier, aux Etats-Unis.


Mes RPs
____________________

Je parle en #99cccc italique.
Revenir en haut Aller en bas
Hannah Wayne
IRS |:| Quatrième année
avatar
Féminin
Messages : 68
Né(e) le : 10/12/2001
Date d'inscription : 18/06/2017
Age : 16
Niveau d'études/Métier : Quatrième année
Situation amoureuse : Célibataire depuis janvier 2017
Nationalité : Australienne
Voir le profil de l'utilisateur
http://indare-division.forumactif.com/t709-je-prefere-votre-silence-a-votre-fourberie

Dim 14 Jan - 15:29


À deux c'est mieux? Pas vraiment non.

Feat. Connor E. Rudenstein


Le sport hein...? J'en avais eu des cours... Plein. Souvent forcés. Dans le meilleur des cas, je me retrouvais avec quelqu'un qui ne parlait pas, avec qui nous mimions de jouer. Je n'étais pas une sportive. Ou plutôt... Je n'étais plus. À l'époque où j'étais encore considérée comme une élève modèle, j'avais des notes plutôt... passables en sport. Je n'avais jamais été une grande adoratrice. Bien que le badminton soit connu et populaire en Australie, j'admettais sans effort avoir du mal à m'y intéresser. Qu'y avait-il d'amusant à frapper dans un volant avec une raquette au design... Incertain?

Je connaissais vaguement les règles sans pour autant m'être porté sur la chose. On devait marquer 21 points pour gagner une manche... un "set". Et sur trois sets – en compétition tout du moins – on devait en gagner deux. Quelle absurdité...

Cependant, malgré ce que j'en pensais, je n'étais pas foncièrement mauvaise. Je n'étais pas bonne non plus. Passable. Non. C'était faux. Si je m'y mettais sérieusement, je pouvais me démarquer. Le soucis venait du fait que je n'en avais pas envie. Déjà parce que le badminton ne valait pas le tennis. Ensuite... Parce que je ne faisais des efforts que pour Alix. Mais maintenant qu'il est partit et qu'il ne veut plus de moi... Pourquoi ferais-je encore le moindre effort?

Comme à mon habitude, j'étais dans le fond de la foule lorsque nous sommes entrés dans les vestiaires. J'avais été l'une des premières à m'être déshabillée. Je ne voulais pas spécialement me montrer alors je faisais au plus rapide pour me changer. J'étais – ce jour-là - une des dernières à sortir. L'une de mes camarades m'avait interpellé avant que je n'ai pu changer mon soutien-gorge pour une brassière. Trois? Peut-être quatre mains claquèrent brusquement dans mon dos. Je réprimais la douleur. C'était ainsi depuis que j'avais approché cette école. Et Alix. Qu'il le sache ou non, il a une certaine quote auprès de la gente féminine. Et le fait qu'il m'ait choisit était inacceptable. Paraît-il. Normalement, Médée m'aide dans ces cas-là. Aujourd'hui, ce n'était que quelques claquements, bien trop ponctuels pour qu'elle ait eu le temps de réagir... J'avais ravalé la douleur de mon dos chaud, recouvrant ma peau de ma tenue, attachant mes cheveux en queue de cheval haute. Certains professeurs n'aimaient pas ma coupe de cheveux. Soit on me demandait de mettre une barrette pour voir mon regard, soit – comme en sport – on me demandait d'attacher ma tignasse.

Je m'étais tenue à l'écart. Plus que d'habitude. Je ne voulais juste pas être là. J'avais envisagé milles et un scénarios pour esquiver le cours. J'aurais préféré être malade plutôt que là...

Hannah! Tu seras avec Connor.



J'avais évité de rouler des yeux, fermant brièvement les paupières pour me recentrer. Une heure. Ça allait le faire. Je n'avais pas le choix. Ça allait aller. Lorsque je retrouvis une vision, j'ai pu voir un jeune aux cheveux courts, bleutés. Je me demandais si c'était naturel. Le professeur parlait sans que je ne prête attention à ses propos. Les yeux noisettes m'observaient. Et, je ne sais pas si ce sont les lumières de l'endroit ou la position qu'il avait, mais il me semblait que ses prunelles scintillaient dorés.

Rapidement, les autres camarades se dispercèrent pour préparer le terrain alors que j'observais le regard méprisant du jeune homme. J'aimais cette lueur. C'était... Rassurant. De voir que je n'étais pas la seule à être exclue.

Euh... tu sais y jouer, toi ?



Mon visage se hocha lentement alors que j'attrapais la raquette de ma main droite. Je soupirais faiblement, relevant la mèche qui menaçait de cacher mon regard.

Ouais. On va se poser sur les terrains. Un de chaque côté. Je vais te lancer le volant... Hum...



Je me laissais aller chercher l'objet en question pour le lui montrer. Je le dirigeais tête en bas pour lui expliquer la façon de le lancer. Je trouvais ça... Stupide. Le jeu. Le sport. Les règles... Tout me semblait si... inutiles. Je continuais quand même de lui expliquer grossièrement les "règles". Mon regard l'observait avec mon air neutre, presque trop lasse d'être juste présente...

Et on va se coltiner une heure à faire semblant qu'on s'amuse... ou pas... Enfin. Une heure passera vite.



Je me laissais lui sourire. Parce qu'après tout, on avait l'air d'être dans la même galère lui et moi...

Courage, Connor! Essayons de rester invisible.



Je n'avais ni le courage, ni l'envie de me dresser devant le professeur. Je n'avais pas envie d'attirer l'attention. Mais entre sa chevelure nuit et la mienne prairie... ça allait être compliqué.

©️NÉMÉSIS




Hannah parle en #00dce4 et pense en #e030c9 alors que Médée s'exprime en #BE9AF4.


Dernière édition par Hannah Wayne le Lun 12 Fév - 15:03, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Connor E. Rudenstein
ISS |:| Quatrième année
avatar
Masculin
Messages : 39
Né(e) le : 04/11/2000
Date d'inscription : 10/10/2017
Age : 17
Niveau d'études/Métier : Quatrième année
Situation amoureuse : Célibataire
Nationalité : Irlandais
Commentaires/Citations : (M'envoyez pas de mp si vous prévenez pas ailleurs, ça sert à rien je les vois jamais)
Voir le profil de l'utilisateur
http://indare-division.forumactif.com/t912-connor-donnez-moi-de-l-air

Lun 5 Fév - 0:38
Le point positif du jour, c'est que tu semblais mieux t'y connaître que moi. Vu le filet et les raquettes, je n'avais que la supposition basique que ça devait ressembler un peu au tennis, à savoir passer des choses d'un côté de l'autre, mais les raquettes étaient bizarres et je ne voyais de balle nulle part. Un de chaque côté, ça, c'était facile à appréhender. Le volant... c'était quoi, ça ?

Je te regardai t'éloigner pour aller récupérer un étrange objet à mi-chemin entre la balle et... et quoi, le parapluie ? Ouais, ça ressemblait à une balle coupée en deux et collée à un parapluie. Ils ne savent plus quoi inventer... Mais en tout cas, ça avait le mérite de ne pas être trop compliqué, une espèce de mélange entre du beach-volley et du tennis qui, à mes yeux, commençait déjà à avoir plus sa place sur une plage que dans un gymnase scolaire. Avec des règles qui semblaient avoir été piochées au hasard dans un chapeau magique. On allait devoir jouer à ça pendant une heure, et je voyais dans ton regard le parfait reflet de ce que devait être le mien : un ennui profond.

"Au moins on bouge, ça passera un peu plus vite que de rester planté sur une chaise." Je n'en étais pas vraiment sûr, mais j'avais envie d'essayer de partager ton "optimisme". Le mot était un milliard de fois trop fort, mais quitte à souffrir ensemble, autant essayer de trouver un minimum de bons côtés. Certaines écoles avaient des cours de sport de deux heures, après tout. Deux heures de ça... rien que de l'imaginer, j'avais juste envie de me rouler en boule dans un coin pour me rendormir.
En fait j'avais dit une absurdité. Une heure de sport était bien pire qu'une heure de cours. En cours, les autres élèves ne pouvaient pas constamment jeter des regards sur mon travail pour voir à quel point j'étais mauvais, alors qu'en sport j'étais sous le feu des projecteurs. Comme tu le dis si bien "essayons de rester invisible", mais je n'avais jamais été doué pour ça. Quelque chose en moi devait attirer l'attention des requins et des vipères, parce qu'ils me tournaient toujours autour à l’affût du moindre signe de faiblesse. Ou alors j'étais parano, c'était possible aussi. Enfin... restait juste à espérer que cette heure s'écoule vite pour que je puisse retourner me noyer dans mes complexes.

Je te laissai faire le premier service pour avoir une idée un peu plus claire de la façon de tirer. Ça ne faisait que me conforter dans l'idée que c'était un sport idiot, mais j'essayai tant bien que mal de taper dans le volant. Premier tir... Je tapai trop tôt, ou trop tard, ou pas de la bonne manière, toujours est-il que le filet de ma raquette percuta la partie parapluie au lieu de la partie balle et se coinça dans le volant. Je le détachai avec un soupir. "Je sens que ce sport me tape déjà sur les nerfs. Il y a vraiment des gens que ça amuse ?" lançai-je à ton attention, pas trop fort pour éviter d'attirer celle du prof. Ça me fatiguait déjà bien assez de devoir pratiquer cette parodie sportive pendant une heure, je me passerais très bien de la sanction disciplinaire si le prof était dans un mauvais jour.


Mes RPs
____________________

Je parle en #99cccc italique.
Revenir en haut Aller en bas
Hannah Wayne
IRS |:| Quatrième année
avatar
Féminin
Messages : 68
Né(e) le : 10/12/2001
Date d'inscription : 18/06/2017
Age : 16
Niveau d'études/Métier : Quatrième année
Situation amoureuse : Célibataire depuis janvier 2017
Nationalité : Australienne
Voir le profil de l'utilisateur
http://indare-division.forumactif.com/t709-je-prefere-votre-silence-a-votre-fourberie

Mar 20 Fév - 13:05


À deux c'est mieux? Pas vraiment non.

Feat. Connor E. Rudenstein


Au moins on bouge, ça passera un peu plus vite que de rester planté sur une chaise.

 

Je lui étais reconnaissante de son aide même si ses propos ne trouvaient pas d'echo en moi. Les cours sur une chaise offrait la possibilité de réfléchir, de penser, d'imaginer. Nous n'avions l'obligation que d'être "présent". Personne ne disait que nous devions mentalement l'être. Après tout, peu importe qui ou quelle situation, personne ne peut enfermer un esprit.

T'es sûre de ça?



J'entendis un ricanement. Effectivement. Avec Médée... je ne pouvais pas dire que mon "esprit" était libre. J'avais trouvé le moyen de complètement m'enfermer.

Ok. Un point pour toi, je suis stupide.


Ça je le savais déjà!



Des fois, je me disais que si je laissais Médée avoir le contrôle tout le temps était la meilleure de mes options. Et lorsque j'imaginais Alix avec elle... C'était beau rester mon corps, ça me dérangeait. Ceci étant, on pouvait noter aussi que lorsque je pensais à Alix, le pincement de mon coeur ne faisait que s'intensifier.

Par réflexe, je faisais tourner la raquette entre mes doigts, pour m'habituer au poids de cet objet. Après tout, j'allais le garder en main toute une heure... Et mon regard observa les séries de filets déposés et les globes occulaires fixant notre duo. J'avais joué vaguement avec les pointes de ma queue de cheval et avais tenté de faire un "beau" service pour que mon partenaire comprenne un peu plus le "jeu" qu'était le badminton. Même si je doutais que des gens puissent s'amuser à taper dans une sorte de mini-parachute.

J'avais regardé le volant s'élever puis redescendre, se coinçant dans les fils de sa raquette, lorsqu'il tenta de la renvoyer. Au moins il l'avait touché.

Je sens que ce sport me tape déjà sur les nerfs. Il y a vraiment des gens que ça amuse ?



J'eus envie de lui répondre qu'au moins il découvrait. Personnelement, ce sport me gonflait avant même que le cours n'ait commencé... J'avais haussé des épaules en traversant le "terrain" que nous avions. Je m'étais placée à ses côtés, mimant une des positions basiques pour rattraper ce foutu parachute. Et c'est à mi-voix que j'ai laissé Médée me prêter son intonation, sarcastique et joueuse, pour rétorquer:

Certains prennent plaisir dans des choses bizarres. Ceux qui aiment – trop – les enfants. Ceux qui aiment avoir mal ou faire mal. Ceux qui cumulent plus de perversité que de qualités.



Mon corps leva son bras pour reproduire le geste alors que le prof se rapprochait de nous. Je levais les yeux au ciel.

Essaie en cloche, c'est plus simple paraît-il. Certains ignorent le blanc du volant et l'imaginent en balle. Ça peut t'aider.



Les pas emportèrent l'adulte un peu plus loin, sa voix rauque résonnant pour réprimander deux dindes gloussants dans un coin.

Qui te dit que notre "sensei" n'aime pas être une petite soumise lorsque les cours sont finis?



Médée allait et venait. Elle était semi-là. Comme si elle guettait le moment parfait pour venir. J'ignorais si Connor me connaissait. Peut-être pas, il avait l'air d'être dans le même cas que moi... Mais l'idée de lui expliquer Médée m'ennuyer. Au mieux il me traiterait de menteuse. Il valait mieux se taire...

Moi je veux bien me taire... Mais c'pas moi le soucis...


Je suis pas sûre de vouloir me taire ♫


Justement...




©️NÉMÉSIS




Hannah parle en #00dce4 et pense en #e030c9 alors que Médée s'exprime en #BE9AF4.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» MDN : 30-31 Octobre : A deux on prie mieux (I + II)
» Triche - J'ai quatre devoirs-maison identiques : que faire ?
» aux profs expérimentés: enseigner, c'était vraiment mieux avant?
» Deux valent mieux qu’un…
» Je ne vais vraiment pas mieux ....

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Institution Indarë :: IRS - Annexe :: Gymnase-
Sauter vers: