À droite, l'école et ses élèves normaux, comme tout le monde.À gauche, le centre de redressement pour jeunes dangereux.Maintenant réunis, pour le pire.
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



Votez pour le forum

~ Étendez l'expérience ~
Venez voter pour votre rp préféré du mois d'Octobre
C'est l'heure de se déguiser, de s'immerger dans un monde de magie pour Halloween. Ca vous intéresse ?

 :: Indarë Reformatory School :: Présentations - étudiants Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

"Il n'y a pas que la passion qui sait se montrer destructive"

Hiro Hunt
En attente de mise à jour
avatar
Masculin
Messages : 32
Né(e) le : 25/04/1999
Date d'inscription : 06/01/2017
Age : 18
Niveau d'études/Métier : Troisème Année
Situation amoureuse : Célibataire
Nationalité : Américaine
Commentaires/Citations : "Cette impulsion dans mon cerveau m'indique raisonnablement qu'il n'y a pas de considération à avoir"
Voir le profil de l'utilisateur
http://indare-division.forumactif.com/t110-il-n-y-a-pas-que-la-passion-qui-sait-se-montrer-destructive

Sam 7 Jan - 22:09
Hiro Hunt
Surnom(s) : x
Âge : 17 ans
Date de naissance : 25 Avril 1999

Lieu de naissance : préfecture d'Hiroshima, Japon
Nationalité : Américaine
Orientation sexuelle : Pansexuel

Classe : Troisième Année
Groupe : Forge
Raison : Homicide volontaire sur un autre étudiant et dont le seul motif d'exécution était l'absence d'empathie envers celui-ci lors du meurtre
Caractère

Il aimerait un avoir un, malheureusement c’est le genre d’individu que l’on qualifie généralement « d’ennuyeux ». Les raisons de cela ? Hiro souffre d’une forme d’apathie, il n’est donc pas sujet aux émotions ou à la passion, plus populairement il est ce que l’on appellerait une personne  blasé.

De ce fait, c’est quelqu’un que l’on remarque peu. Ni vraiment imposant, ni vraiment bavard, il est typiquement le genre de personne que l’on croise dans la rue et dont le visage nous échappe presque aussitôt. Bien qu’il parle peu, il n’est pas insociable pour autant, ce n’est certes pas le genre de personne à entamer une conversation avec un parfait inconnu mais il répond toujours attentivement lorsqu’on l’interroge et que la réponse nécessite plus qu’un simple oui ou non. Le problème ne vient pas vraiment d’un rejet farouche à la discussion mais plutôt du fait qu’il parle uniquement lorsqu’il juge cela vraiment nécessaire ou sous l’avance d’autrui.

Bien que parler lui fasse défaut, écouter n’est absolument pas un problème, bien au contraire. Il n’est presque jamais gêné, vous pouvez vous effondrer en larme, faire un caprice, vous plaindre, jubilé publiquement, cela ne le dérangera définitivement pas, au contraire, ça éveillera même probablement son intérêt. Il est tout aussi important de préciser que, bien qu’il ne ressente presque rien, il peut tout de même être affecté par un semblant d’émotion, pas assez fort pour l’apitoyer ou l’énerver mais tout de même assez pour comprendre lorsque quelque chose est en mesure de l’affecter. De même qu’il est capable de concevoir les émotions que l’on ressent à son égard (bonne ou mauvaise) mais il n’est pas toujours en mesure de les comprendre.

Il extériorise peu puisqu’il n’a pas grand-chose à extériorisé ce qui explique l’expression presque toujours stoïque de son visage. Lorsqu’il affiche une expression particulière c’est surtout pour vous faire passer un message.  Il ne se plaint pas de son « vide émotionnel », il lui arrive même parfois de se dire qu’il est plutôt chanceux. Combien de fois n’a-t-il pas entendu un « Tu ne comprends donc pas que ça me blesse ? » ou un «  Si tu savais comme ça me met hors de moi ». Non, il ne comprenait pas et ne savait pas mais il appréciait et apprécie toujours le fait de pouvoir échapper à ces calvaires psychiques que peuvent être les émotions ou la passion. Enfin, c’est un flemmard, si quelque chose lui fait plus préjudice que son peu d’engagement social c’est bien sa motivation à faire quoique ce soit si ce n’est pour faire exploser des choses puisqu’il y a un attrait invraisemblable pour les explosifs.

Physique

Yeux : Vert
Cheveux : Rose pale, une couleur des plus viriles
Taille : Un mètre soixante-dix-huit
Poids : 68 kilos environs
Corpulence : plutôt maigre, pas particulièrement musclé
Vêtements et/ou style : Banal : jean, sweatshirt, basket
Signe distinctif : Son casque qui est continuellement fixé sur ses oreilles et son bonnet.
Autre chose ? Il ne sort jamais les bras découverts


Histoire

J’ai reçu un nouveau patient aujourd’hui, Hiro Hunt, un enfant de onze ans  plutôt aimable. Son comportement a était signalé par son établissement scolaire. Il aurait apparemment le besoin d’être rassuré et de reprendre confiance en lui. Je ne lui ai pas beaucoup parlé mais j’ai déjà l’impression qu’ils se trompent, il n’a pas l’air de douter de ce qu’il est. Il parle peu, la première séance à était assez pauvre, j’espère qu’il prendra davantage d’aisance dans les jours avenirs. C’est un enfant très calme qui semble ne plus vraiment être en phase avec notre réalité. Il m’a fixé longuement aujourd’hui sans dire un mot, un comportement troublants pour un enfant de son âge. Il m’a brièvement exposé sa situation familiale quand j’en ai abordé la question. Il ne connait apparemment pas sa mère et ne voit que très peu son père. Il souffre probablement de cette absence comme le laisse penser la gêne légèrement apparente lorsqu’il aborde sa relation avec son paternel. Il habite loin de sa mère à présent, il m’a dit qu’elle était restée au Japon après la rupture avec son père qui lui réside à Orlando.  Je n’ai pas désiré lui en demander davantage, je ne veux pas le brusquer, il n’a pas l’air de comprendre ce qu’il fait ici.

[...]

Troisième séance avec Hiro, quelque chose à l’aire de se débloquer, il parle plus aisément mais je ne parviens toujours pas à mettre le doigt sur ce qui le distance à ce point des autres. Il a si peu de choses à me dire sur ces camarades et il ne répond pas lorsque je lui demande quel est le nom de la personne avec laquelle il entretient les liens les plus solides. Pourtant, d’après le corps enseignant, il ne semble pas souffrir de rejet ou de discrimination, malgré ça, il n’a pas l’air d’être à son aise avec les autres, peut-être se seraient-ils tromper ?

[...]

Cinquième séance, ils ne s’étaient pas trompés. Il m’a avoué aujourd’hui ne pas éprouver d’intérêt pour ses camarades  si bien que cette semaine, lorsque l’une d’elle s’est blessée, il l’a regardé pleurer sans intervenir, ni pour l’aider à se relever, ni même pour simplement lui demander si elle n’avait rien de grave. Il a dû l’observer longuement elle aussi puisqu’il a détaillé la scène pendant presque toute la séance. Ce garçon semble avoir des symptômes d’insensibilités mais je ne veux pas établir de diagnostique hatif.

[...]

Neuvième séance, il a changé. J’avais espacé nos rendez-vous du fait qu’il semblait commencer à sociabiliser mais je n’aurais peut-être pas dû. Il me parait bien moins motivé à l’idée de venir ici. Il ne fait plus l’effort d’essayer de combler les blancs, il attend que l’heure passe et part presque aussitôt. Il a l’air fatigué, désintéressait par la conversation que je lui fais, il regarde ailleurs, ignore quelques-unes de mes questions et répond très synthétiquement à celles qu’il daigne écouter. Je dois le revoir plus souvent, j’ai peur qu’il devienne enclin à une dépression.

[...]

Onzième séance, les symptômes s’aggrave. Il ne m’écoute quasiment plus, ne montre presque aucune réaction aux stimulations auditives et part avant la fin de la séance. Il ne veut plus être ici et il cherche à me le montrer mais je ne peux pas lui céder ça. Il m’a tout de même dit qu’il avait cessé de suivre mes conseils, qu’il ne voulait définitivement pas faire l’effort de s’intégrer aux discussions des autres.  Je crains que son passage au collège n’améliore pas la situation mais je ne peux pas l’isoler davantage. Je dois le revoir d’ici là.

[...]

Treizième séance, son état se stabilise. J’avais raison de le laisser malgré tout intégrer le collège, changer de lieu lui donne ce qui me parait être une motivation engendrée par le renouveau, je pense qu’il a décidé de bien faire cette fois-ci. Il ne me parle toujours pas beaucoup des autres mais il est capable de me dire ce qu’il sait d’eux, ce qu’ils disent. Il ne montre cependant toujours pas de réaction aux aveux aussi douloureux soit-il de ces camarades et refuse de s’impliquer ne serait-ce qu’un peu dans la vie de ceux-ci. Il est loin d’être guérit mais son état progresse en bonne voie.

Hiro a annulé notre prochain rendez-vous, il m’a avoué être bien trop fatigué depuis quelques jours pour venir jusqu’à mon cabinet, il m’a également dit qu’il était surchargé de travail mais qu’il serait disponible la semaine d’après. Je n’étais tout d’abord pas d’accord mais je me suis résolue à lui concéder une semaine en vue de nos dernières consultations.

[...]

Je ne peux pas expliquer ce qu’il vient de se passer. Bien que son état me sembler moins préoccupant qu’il y a quelques mois, j’apprends aujourd’hui du directeur de son collège que Hiro a commis un meurtre. Il n’a pourtant montré aucun signe de détresse ou de colère, ça fait d’ailleurs bien longtemps qu’il a cessé de laisser paraître quoique ce soit. Jamais il n’avait eu de réaction violente à l’égard de quelqu’un. Par ailleurs, sa victime, il n’avait jamais mentionnée son nom lors de nos consultations, qu’a-t-il fait mériter un tel traitement ? J’ai réussi à obtenir la permission de le voir dans les jours qui viennent, j’ai dû faire vite pour le consulter avant le début du procès. J’ai fait une erreur en le laissant une semaine de plus.

[...]

Quatorzième séance, il m’a tout expliqué sans sourciller. Il est resté impassible durant tout l’entretien et m’a expliqué froidement pourquoi et comment il avait mis fin aux jours de ce pauvre garçon. Lui-même à affirmer qu’il n’avait pas de véritables facteurs qui l’on poussait à tuer. Sa victime était un individu turbulent qui prenait plaisir à embêter Hiro plus qu’à ne le martyriser, il aurait apparemment continué ses petites brimades durant un moment. C’est là qu’il m’a affirmé que même si au début ça ne l’intéressait pas vraiment, au fil des semaines, un ennuie profond ainsi qu’une violente fatigue c’était emparé de lui et s’enfonçait un peu plus à chaque réflexion absurde de l’autre adolescent.
Il aurait alors profité d’un moment où ils se sont retrouvés seuls dans les vestiaires du gymnase pour lui demander d’arrêter ses enfantillages. Sa requête a été soldée d’un refus catégorique puis d’une montagne d’autres stupidités. Ça en était de trop, Hiro avait pris la décision de le faire taire de lui-même. Il a alors commencé à étrangler lentement son camarade qui lui, céda à la panique bien qu’il fût incapable de se défendre. Il m’a dit qu’à l’origine, il ne désirait pas véritablement l’étouffer mais le silence procurer par cette obstruction respiratoire était bien trop satisfaisant pour être achevé. Il savait que ça le tuerait mais ça n’avait pas d’importance, ni la pitié, ni la peur, ni aucune forme de dégout ne l’empêcha d’aller plus loin. C’était certain que cette enfant souffrait  d’un trouble psychologique majeur mais il me fallait plus de preuve pour l’innocenter et j’avais trop peu de temps.

[...]

Le jugement a été  révélé et il a été décidé que Hiro serait interné pour meurtre compulsif dû à un trouble dépressif. Ils m’en ont laissé la charge mais mon forcé à gérer son cas avec un collègue, question de sécurité disait-il. Nous avons donc fait une série de tests pour évaluer le niveau de son état dépressif. Le seul problème c’est qu’aucun résultat n’est concluant. Il y a une erreur, Hiro n’est probablement  dépressif.

[...]

J’avais raison, voilà plusieurs années que je mène une série de test et toutes les preuves sont là, il souffre d’insensibilité couplé d’un comportement apathique et non pas d’une dépression. Les résultats sont irréfutables ce qui a amené la Cour de justice à revoir son jugement. Beaucoup moins clément, le juge a cette fois si affirmé que Hiro Hunt avait commis un homicide volontaire, malgré cela, il n’était encore qu’un enfant et, sous mon appuie, il a finalement été décidé qu’il serait envoyé à la « Indarë Reformity School » afin d’être réhabilité socialement mais également pour corriger son comportement violent.


Un peu de vous

Prénom/Pseudo : Jeune Pousse
Age : assez vieille pour être ici j'imagine x)
Tu nous viens d'où ? : Root-Top
Un commentaire ? : Pourquoi les émoticônes ?



Dernière édition par Hiro Hunt le Dim 5 Mar - 20:56, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Martel Ed'Ruecus
PNJ |:| Directrice
avatar
Féminin
Messages : 528
Né(e) le : 12/09/1981
Date d'inscription : 12/11/2016
Age : 36
Niveau d'études/Métier : Directrice d'Indarë
Situation amoureuse : Veuve
Nationalité : Britannique (origine Allemande)
Voir le profil de l'utilisateur
http://indare-division.forumactif.com http://indare-division.forumactif.com/t24-pnj-martel-ed-ruecus

Dim 8 Jan - 0:47
Bienvenue dans le programme de réinsertion Forge, cher élève.
Vous êtes officiellement admis dans notre établissement pour la durée de votre peine.

En tant qu'élève de Forge, voici les règles spécifiques qui s'appliquent à ton personnage en plus du règlement intérieur :
- Hiro sera placé en résidence surveillée et non en dortoir  pour ne pas mettre en danger la vie de ses camarades.
- Obligation de rendez-vous hebdomadaire chez un psychologue pour surveiller son état mental et social
- Hiro ne doit jamais se retrouver seul avec un de ses camarades de classe. En cas de travail en groupe ou de sport d'équipe, il doit être surveillé.
- Interdiction de quitter l'établissement hors sortie scolaire, ou uniquement sous surveillance.


Voici les liens qui te seront utile pour tes premiers pas sur le forum :
Listings, pour les classes, les chambres et l'avatar
Suivi psychologique et dossier scolaire, pour tenir compte des notes, éventuelles punitions, soins et autres choses affectant le parcours scolaire de ton personnage
Demandes de rp
Friendships & Adventures
Internet & sms
N'oublie d'ajouter le lien vers ta présentation à ton profil.

Nous espérons que notre école saura vous aider à vous intégrer dans notre société,
Martel Ed'Ruecus, directrice de l'IRS
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Fruits de la passion
» Biscuits fourrés aux fruits de la passion
» COMMEMORATION DE LA PASSION ET MORT DU SEIGNEUR
» LA PASSION DES QUARANTE MARTYRS, Á SÉBASTE, L'AN 320
» LA PASSION DU CHRIST DE MEL GIBSON : CONVERSIONS !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Institution Indarë :: Indarë Reformatory School :: Présentations - étudiants-
Sauter vers: