AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


Votez pour le forum

~ Étendez l'expérience ~
Un sondage a été lancé pour un projet de spin-off d'Indarë. Venez donner votre avis !

 :: Dortoir :: RDC :: Cage d'escalier Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Black Swan [PV Daryl Jones]

Maël
Invité
avatar

Mer 13 Déc - 17:44
Maël
Maël Mellis
Ancien membre


♕ Black Swan ♕

J'ai toujours voulu être quelqu'un... mais ça semble impossible de se construire une nouvelle réputation ou plutôt un entier renouveau lorsque le poids de la réalité pousse l'espoir plus bas que terre...

Tandis que j'ai fuit mon pays natal pour tenter d'entièrement retracer ma ligne du temps, j'ai cette horrible sensation que mon passé finit par constamment me rattraper. Il se colle à mon corps, hante mes pensées et me rappelle, dès la moindre petite lueur de lumière parmi les ombres, que je ne resterai qu'un raté, lié à lui par le sang, me plongeant à nouveau dans ma cellule.

Aucun échappatoire ne semble s’offrir à moi... peut-être parce que je ne le mérite pas ? J'ai pourtant toujours été le plus gentil et le plus sage possible. En toute franchise, je ne saurai vraiment vous dire ce pourquoi je suis ce que je suis... un garçon au fond du gouffre qui sourit très rarement et qui ne se mélange jamais à la foule. On dirait que c'est moi contre le reste du monde ! Une sorte d'instrument de torture, de jeu doté du plus profond des sadismes afin de tester mes capacités de résistance face à la vie et aux épreuves toutes plus cruelles les unes que les autres.

Depuis mon arrivée au pensionnat d'Indarë, je ne me suis fait aucun ami parce que je sais tout simplement que cela ne sera qu'une énième possibilité servant à me blesser... et je ne n'en ai aucune envie... j'ai déjà trop souffert... Alors je reste avec ma conscience et les horreurs qui se chamaillent dans ma tête, car après tout... c'est bien plus simple ainsi !

Ayant un colocataire ou non, je ne préfère pas me mêler aux autres, favorisant le minimum de contact possible. Et oui... tout est parure de craintes, de peurs, mais c'est comme ça et rien, n'y personne ne pourra jamais le changer ! D'ailleurs, les autres ne sont pas si innocents, ils le savent que je suis fragile et à la place de m'aider à me relever, ils enfoncent le clou puisque ce serait bien trop compliqué pour eux d'essayer de me comprendre. Je resterai à leurs yeux le gamin bizarre qui ne parle presque jamais et qui est qualifié d'ermite.

Chaque jours... je déambule dans le couloir, cahiers dans les bras que je colle contre mon torse semblable à un petit enfant qui tenterait de protéger son ourson en peluche ou qui essayerait de se cacher derrière celui-ci.

A chaque élève rencontré, je regarde dans la direction opposé tout en ressentant de vives sueurs froides... puis j'ai extrêmement chaud et gigote, de mes deux doigts, la chemise faisant partie de l'uniforme imposé afin de m'octroyer un peu d'air, sous peine de finir par m’évanouir de chaud.

Oui, je sais, c'est idiot, mais je n'arrive tout simplement pas à me faire à l'idée que des personnes bien intentionnées puissent vivre sur cette planète. Depuis des générations, l'homme a montré à quel point il était mauvais et était prêt à tout pour écraser son prochain ! Il suffit d'ouvrir des livres d'histoire pour découvrir l'envers du décor... et tout est plus clair...

C'est pour ça que je m'oblige éperdument à ne pas donner ma confiance à qui que ce soit ! Même si cette personne donne cette impression de posséder tout ce qui pourrait me redonner le sourire... puisqu'un jour... quoiqu'on puisse dire... tout finit par s’écrouler... alors mieux vaut s'épargner quelques souffrances, non ?

Cette réflexion occupait le cours de math que je trouvais inintéressant et surtout incompréhensible ! Enfin... le dernier de la journée, merci monsieur le temps qui a fait que l'heure touche bientôt à sa fin ! Cela signifiait que j'allais pouvoir me retrouver seul dans ma chambre à imaginer l'utopie parfaite... unique endroit dans lequel je me sens moi-même et heureux.

Mais avant ça venait l'épreuve du couloir, il fallait espérer que personne ne s'interpose entre mon rêve de tranquillité et moi ce qui, l'air de rien, pouvait s'avérer plus compliqué que prévu, il y a tellement d'élèves ici...

Afin de remédier à cela, il fallait savoir se faire petit pour que l’entièreté de l'école réussisse à oublier ma présence ! Je dois, avant tout, être naturel pour éviter de m'attirer des regards, ce qui aurait pour effet d'attiser l'envie de ces jeunes gens de venir s'adresser à moi et c'était à éviter à tout prix !

La cloche retentit, me sortant au même moment de mon semblant de somnolence. Je regardais partout autour de moi et attendais que la plupart de mes camarades de classe sortent, me donnant ainsi plus de chances de pouvoir m'extirper sans que l'un d'entre eux ne viennent faire échouer mon plan.

Tranquillement, mes petites mains frêles rangèrent mes affaires jusqu'à ce que mon sac soit bouclé. Je me dirigeais vers la sortie et je jubilais que cet enfer ce soit enfin clôturé !

Une fois dans le couloir, j'évitais comme à mon habitudes les yeux de n'importe quel individu qui faisait acte de présence dans l'enceinte de cet établissement, n'ayant qu'une idée en tête ; rejoindre ma chambre le plus rapidement possible et en un seul morceau !
Codage par Libella sur Graphiorum


Dernière édition par Maël Mellis le Sam 30 Déc - 19:50, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Daryl
Invité
avatar

Lun 18 Déc - 18:02
Daryl
Daryl Jones
Ancien membre

Pour certains les cours sont longs et ennuyeux, pour d'autres comme Daryl c'est divertissant même si celui-ci préfère la pratique à la théorie. Lorsque la cloche se mit à sonner, il rangea ses affaires sans un mot. Il se leva en repoussant sa chaise dans un bruit désagréable sur le sol, puis il passa dans les rangées après avoir salué son groupe d'amis, il avait déjà des projets pour cet après-midi. Sur sa route il bouscula un des nouveaux de l'année, il commençait à le connaitre puisque son petit jeu depuis septembre s'était de le fixer du regard ou bien le bousculer. Il lança un regard et lui dit sèchement.

"Attention petite chose, tu me gênes"

Puis il quitta la salle sans un mot de plus. Une fois dans le couloir, il fonça dans sa chambre qu'il partageait avec deux potions afin de pouvoir déposer son sac de cours et se changer.
Il enfila son jogging, son t-shirt et son Sweat aux couleurs de l'école et ses baskets .
Quoi de mieux après les cours que d'aller faire des tours de terrain pour se changer les idées?

Daryl rangea ses affaires, il était peut-être chiant avec ses colocataires, mais il était un minimum respectueux de l'endroit qu'ils partageaient.

Le jeune homme quitta sa chambre qu'il ferma à clef derrière lui , armé de sa bouteille d'eau et d'une serviette, il traversa les couloirs du dortoir jusqu'à recroiser le fameux Maël, tel un prédateur il se plaça devant lui en souriant sadiquement. Il promena ses yeux sur son corps frêle en se léchant la lèvre inférieure. Il planta son regard dans le sien et lui dit d'une voix trainante.

"Tu devrais pas te promener seul...on ne sait pas sur qui tu pourrais tomber"

Daryl bougeait latéralement si sa proie tentait de le fuir sur le côté, il n'avait pas l'attention de le laisser se sauver, surtout qu'il n'y avait presque personne dans les couloirs à cette heure, la plupart allaient manger ou bien vaquait à leurs occupations.
Daryl croisa ses bras sur son torse et continuait de le fixer en souriant, un sourire diabolique et carnassier, comme ci d'un coup il allait se jeter sur lui et le plaquer au sol pour se repaitre de son corps soumis.

Le jeune homme fit un pas en avant, puis un deuxième sans le lâcher du regard. Son regard menaçant de plus en plus pesant sur son camarade de classe. Il pouvait arriver beaucoup de choses à Maël dans ce couloir et qui pouvait savoir ce que Daryl pensait au fond de lui? personne, Daryl était une énigme à lui tout seul et c'est qui était plaisant dans ce petit jeu.

Un remake du chat et la souris allait commencer et devinez quoi... La souris c'est Maël et le vilain chat comptait bien s'amuser un peu avec le dévorer et de le mettre plus bas que terre. Restait juste à savoir comment s'y prendre pour briser une âme aussi pure que celle que ce corps d'étudiant dégageait.

La voix glaciale de Daryl résonna de nouveau

"Maël si je ne me trompe pas"
Revenir en haut Aller en bas
Maël
Invité
avatar

Lun 18 Déc - 18:48
Maël
Maël Mellis
Ancien membre


♕ Black Swan ♕

Alors que la course était presque remportée, je repensais à ce type... Daryl, enfin... je crois que c'est son prénom... Depuis le début de l'année et je ne sais pas pourquoi, mais ce garçon avait décidé de me prendre en grippe afin que je devienne une sorte de souffre douleur.

Il n'arrêtait jamais de m'embêter lorsque l'occasion se présentait et bien que cela restait pour le moment assez soft, cela faisait à nouveau saigner les blessures encore vives que je gardais des harcèlements scolaires de mon enfance.

"... tu me gênes..."

Voici ses dernières paroles plus que blessantes. Je sais que je ne suis pas celui dont on désire la compagnie, mais à répétition on ressent plus un reproche d'exister qu'une simple expression de non-entente avec la personne concernée. Et le pire dans tout ça, c'est que je n'ai pas le courage de répondre ou de faire preuve d'un peu d'assurance voire même de violence afin de faire fuir ceux qui me cherchent des ennuis.

La question que je me pose actuellement, c'est de tenter de savoir pourquoi on me fait subir ça, à moi, qui n'a jamais rien demandé à personne ou n'a jamais voulu s'attirer les foudres de quiconque. Je le sais que je suis un garçon spécial, bizarre, mais je ne demande qu'à rester dans mon coin et puis on en parle plus ! Pourtant, ici, ce Daryl, insiste et ne compte visiblement pas lâcher l'affaire...

Toujours à l’affût du moindre mouvement en avançant dans les couloirs, je retombe subitement nez à nez avec lui... la personne que je voulais certainement le moins voir ou un de ses amis qui sont pour moi égaux à sa personne. En tenue de sport, il me bloquait le passage et j'aurais beau essayer de le contourner, je suis certain qu'il se mettrait encore devant moi. Aujourd'hui était donc mon jour de chance... ironiquement parlant !

Ma tête se leva légèrement, timidement, afin de le regarder avec peur, les joues rougissant déjà et les mains devenant complètement glacées. C'était le moment rêvé pour taper du poing sur la table et dire "stop", mais non... comme toujours, j'étais lâche et on ne change pas une équipe qui gagne. Après tout, c'était la solution de facilité et surtout de crainte puisque qui sait si ça n'allait pas s'intensifier en essayant d'instaurer un minimum de respect ? Autant s'en tenir au stricte supportable.

Sa phrase semblable à une menace, sa dégaine et le sourire de psychopathe qu'il affichait me donnaient royalement la chair de poule. Si je n'avais plus aucune dignité propre, je me serais certainement mis à pleurer, d'ailleurs, je me retenais pour ne pas craquer devant lui, laissant cependant s'échapper une voix tremblante et hésitante.

- Que... ? Qu'est-ce que tu insinues par-là ? Nous sommes à l'école... Il ne peut rien m'arriver.

Le ton que j'employais était la discrétion ou plutôt celui de la frayeur, aucun mot plus haut que l'autre et certainement pas une lueur d'agressivité ou de moquerie ce qui m’amènerait tout droit à ma perte. Je suis quasi sûr que c'est un agressif et qu'il me frapperait sans une onde de compassion !

Tandis que j'essayais de lui "faire face" sans faillir, il ne dit plus aucun mot, mais commença à s'approcher de moi. Au tout début, je ne bougeais pas et restais là à le regarder, comme trop apeuré que pour pouvoir à nouveau me mouvoir. Par la suite, un minuscule pas de ma part se fit, attendant de voir ce qui allait se passer.

Trop fortement intimidé, je masquais la moitié inférieure de mon visage avec mes cahiers, les serrant tout contre moi. Qu'allait-il m'arriver ? Des coups, des blessures, d'autres moqueries ? Je pris à nouveau la parole, tentant un semblant de menaces.

- Restes où tu es ! Ne t'approches pas de moi, sinon j'en parle à la direction !

Qu'est-ce que je devais être ridicule... Daryl allait certainement me rire au nez, mais j'y étais préparé ! Je voulais simplement qu'il me laisse tranquille, que je puisse aller dans ma chambre sans le moindre problème. Et c'est ce que je vins à tenter. Il était hors de question que je reste une seconde de plus seul à seul avec lui, je pris donc la poudre d'escampette en voulant passer sur le côté, essayant de le prendre au dépourvu.
Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas
Daryl
Invité
avatar

Mer 20 Déc - 14:07
Daryl
Daryl Jones
Ancien membre

La petite chose était tellement naïve, oui il était dans une école, mais contrairement à ce qu'il pouvait penser, il pouvait lui arriver tout et n'importe quoi. Daryl était un des meilleurs étudiants de l'école, il faisait partie de l'élite Londonienne et personne n'irait l'incriminer de quoi que ce soit, et même si Maël en parlait à la direction comme il était en train de le sous-entendre, Daryl arriverait à couvrir ses arrières.

Le petit soumis pensait surement réussir à faire baisser la garde de Daryl, quand il passa sur le côté pour se sauver, Daryl le saisit par la gorge et le plaqua violemment contre le mur le plus proche en tenant fermement sa gorge, assez pour l'empêcher de bouger, mais pas assez pour le blesser. Il se colla alors à lui en souriant sadiquement et se pencha sur lui pour murmurer à son oreille.

"Tu comptais aller où comme ça?"

Si Maël tentait de se débattre, Daryl resserrait ses doigts autour de son coup en le prévenant d'une voix glaciale.

"Plus tu bougeras, plus je vais serrer jusqu'à ce que tu t'évanouisses et je te laisse deviner ce que je te ferais une fois inconscient"

On pouvait penser que Daryl était inhumain d'être aussi méchant avec quelqu'un de bien plus faible que lui. Mais en réalité il souffrait et le sport à lui seul n'arrivait plus à lui faire expulser sa haine, alors il s'en prenait parfois à une proie isolée et depuis la rentrée c'était Maël sa petite proie.

Daryl pénétrait sa proie du regard comme un couteau dans le corps. Il prenait plaisir à jouer avec cette petite proie, les couloirs étaient totalement vides alors il en profitait. Lorsqu'il fut sur d'avoir le dessus sur lui, il retira sa main pour le laisser reprendre son souffle.

Le regard mauvais Daryl émit un petit claquement de langue pour attirer son attention en souriant sadiquement. Il lui annonça alors.

"À partir d'aujourd'hui petite chose...tu accours quand je t'appelle et tu m'obéis..., dans le cas contraire je vais devoir m'assurer que tu ne puisses plus bouger sans assistance"

Un petit clin d'œil et Daryl posa une main menaçante sur le mur à coté du visage de Maël. Son Corps écrasait celui de sa petite chose pour l'empêcher de partir ou de se rebeller, il comptait avoir une emprise totale sur son esprit et pouvoir se défouler sur lui quand il le désirait.

Sa voix glaçante résonna à nouveau tel un avertissement

"Tu es nouveau je te pardonne...mais tu apprendras que Daryl Jones ne craint personne, mon père est assez influent pour te faire enfermé pour fausse accusation"

N'importe qui dans cette école pourra le confirmer, Daryl est presque totalement immunisé contre les attaques, au pire une heure de colle si quelqu'un a des preuves, mais rien de plus.
Revenir en haut Aller en bas
Maël
Invité
avatar

Mer 20 Déc - 18:34
Maël
Maël Mellis
Ancien membre


♕ Black Swan ♕

Alors que je pensais être sorti d'affaire, mon geste n'avait fait qu'empirer la situation déjà initialement délicate entre nous deux. Sans que je n'eus le temps de réagir, sa main me prit par la gorge et me ramena assez violemment contre le mûr, laissant s'échapper un petit cri suite au choc contre la pierre plus que dure.

J'avais peur... mes jambes tremblaient et mes iris avaient gonflés avec l'émotion et la sensation que ça n'allait pas être une partie de plaisir. Tandis qu'au début, je ne m'en tenais qu'aux moqueries, ce Daryl passait le cap du contact physique et la violence corps contre corps était ma hantise.

D'ailleurs, il me bloquait avec ses deux têtes de plus que moi, se collant même à moi. Ça me gênait, même ça me dégoûtait de savoir qu'il se jouait de la situation, de moi, en me menaçant par la même occasion !

" et je te laisse deviner ce que je te ferais une fois inconscient"

Ce type est un grand malade ! Que comptait-il me faire ? Me frapper ? Me blesser jusqu'au sang ? M'handicaper à vie ? Et le pire dans toute cette histoire... c'est que comme à chaque fois, les agresseurs s'en sortent indemne. Je compris donc qu'il ne fallait réellement pas jouer avec le feu, mais cette envie de m'enfuir prenait une certaine ampleur dans mon esprit.

Ses doigts qui étaient assez serrés que pour me couper la respiration me mettaient plus que dans le mal. Je me tenais à son avant-bras comme je pouvais et tentais de ne pas faillir vu les sous-entendus qu'il venait de laisser planer dans le cas où je finirais par m'évanouir.

Je devais faire attention à n'importe quel détail qui aurait la fâcheuse malchance d'attiser sa haine et l’entièreté de sa méchante personne. Mes yeux le fuyaient du regard, hors de question de pouvoir le fixer, j'en avais trop peur... Mon souffle m'abandonnait jusqu'au moment il eut une onde d'humanité, en me laissant reprendre ma respiration.

Sa voix, que je ne pouvais plus supporter, ayant un surplus de rancœur à son égard, se fit à nouveau entendre... sur un ton froid, mesquin, sadique... Quelle enflure... quel connard... Des mots qui ne sortiraient jamais de mes lèvres, mais que je ne pensais pas moins !

Désormais,  il ne m'appelait plus par mon prénom, mais par une sorte de surnom servant à me rabaisser ; "petite chose"... très malin... et pourtant ça faisait son effet. Je baissais la tête, sachant que je n'étais réduit qu'à un esclave... bien que cela ne me plaisait aucunement ! Que devais-je faire ? Désobéir ? Dis comme ça c'est facile, mais en connaissait, dès à présent, ce dont il est capable, ne vaut-il pas mieux opter pour la soumission? Le temps... qu'il se déniche peut-être une autre cible ?

Je réussis finalement à le regarder dans les yeux, des larmes commençant à sortir puis... ce fut le sanglot en sentant son corps écraser le mien et sa main se tenir juste à côté de mon visage. Tout se mélangeait, la peur, l'angoisse, l'envie de justice, le dénigrement, c'était la fois de trop... mais je réussis, entre deux respirations rapprochées, la tête dans les mains, à lui dire en un chuchotement de pleurs.

- Va-t-en... Laisses-moi tranquille...

Tout se bousculait dans ma tête, ses menaces, sa soi-disant notoriété, son air prétentieux accompagné du fait que son père aurait la capacité de m'enfermer pour fausses accusations. Il se croyait intouchable, en jouait, et se permettait par la même occasion de faire des choses inconcevables ! Tout à coup, je sortis de mes gongs, je ne sais vraiment pas d'où me venait toute cette énergie, toute cette rage et cette assurance, mais cela me permit, pour la première fois de vider mon sac.

- Fermes-la, petit hautain de merde qui ose faire des choses simplement parce que papa couvre ses arrières, sans ça, tu n'en aurais jamais eu les couilles... parce que... tu es un putain de lâche !

Mon index pointait vers son visage, sous son menton, les sourcils froncés et le regard noir. J'espérais lui avoir enfin fait comprendre qu'il était temps qu'on me laisse tranquille et qu'il fallait prendre au sérieux ce célèbre dicton : "Méfiez-vous de l'eau qui dort".

Mais ce moment de gloire ne fut qu’éphémère, car une fois la colère essuyée, il était plus que clair que j'allais m'en prendre plein la gueule... Alors dans un moment de panique, j'essayais de pousser le mastodonte qu'il représentait pour la petite pouce que j'étais. Il fallait que je parte, au plus vite, ou le pire allait se produire !
Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas
Daryl
Invité
avatar

Jeu 21 Déc - 14:03
Daryl
Daryl Jones
Ancien membre

Le regard prédateur de Daryl sur le visage angélique de sa proie, tout était calme autour d'eux et tout aurait pu se passer sans violence. Mais Maël en avait apparemment désiré autrement et il ne pourra s'en prendre qu'à lui-même.
La petite chose se prit la tête entre les mains et murmura dans un sanglot qu'il voulait qu'il parte, un sourire sadique s'afficha sur le visage impassible de Daryl.
Daryl ouvrit en grand les yeux quand le majeur du jeune homme se pointa vers lui. Une paire de ballons venait de lui pousser pour qu'il se permette de parler comme ça à Daryl Jones?

Le petit bourgeois jeta un œil à droite en souriant, personne. Un œil à gauche, personne...

Une violente douleur arracha l'estomac de Maël, Daryl venait de lui loger un violent coup de poing dans le ventre pour le forcer à se mettre à genoux, son souffle était surement coupé ce qui le fit sourire. LE jeune homme se mit à genoux pour être à la hauteur de sa proie. Il posa son front contre le sien et murmura

"à partir de maintenant, tu es à moi, manque-moi encore une fois de respect et tu finiras aux urgences. J'ai été clair Maël?"

Il avait bien appuyé sur le prénom du jeune homme pour bien lui montrer qu'il ne rigolait pas. Il passa tendrement ses doigts dans ses cheveux bruns et serra d'un coup les mèches pour relever le visage de sa proie et le forcer à le fixer. Il le dévora des yeux en souriant, pleins de pensé passaient dans sa tête, et il avait déjà hâte de les réaliser.
Profitant de ce moment calme le temps que la douleur passe dans le corps de lâche de Maël, Daryl écrasa sa bouche de la sienne afin de sceller ce pacte à sens unique, Maël n'avait surement rien validé et il était surement contre mais Daryl venait de lui prouver que lui, avait acté cette situation. Il savoura ses lèvres en prenant le visage de Maël en entonnoir avec ses mains. Au bout de quelques secondes il rompit le baiser et murmura en soufflant sur ses lèvres humides.

"J'ai toujours ce que je veux. Je te veux et je t'aurais petite chose"

Daryl se releva car il entendait du monde dans les couloirs adjacents. Il fit un clin d'œil à Maël et lui dit doucement.

"Prends ça, ça calmera tes blessures"

Il lui jeta une boîte d'antidouleur pas très puissant, mais assez pour calmer le coup qu'il lui avait mis. Il quitta ensuite le couloir pour se rendre à son entrainement pour la fin de journée.

Vers dix-huit heures Daryl remonta aux dortoirs, il était trempé et comptait bien prendre une douche dans sa chambre. Il savait déjà qu'il allait avoir la paix, il avait croisé Jaden qui partait vers la cafétéria et apparemment Sébastien était avec sa muette. Tout en marchant il se demandait ce que faisait sa proie. Il pleurait? il se plaignait à quelqu'un? D'un coup il avait envie de jouer...encore, le voir trembler l'amusait et il sentait que s'il poussait un peu ,il pouvait avoir ce qu'il voulait.
Mais qu'est-ce qu'il veut?

Il l'a déjà dit... Maël
Revenir en haut Aller en bas
Maël
Invité
avatar

Jeu 21 Déc - 17:43
Maël
Maël Mellis
Ancien membre


♕ Black Swan ♕

Aussitôt dit, aussitôt fait. Sans que je ne pus réellement prévoir le coup, une vive douleur s'empara soudainement de mon bassin. Tout se passa très rapidement, une main sur la bouche pour masquer un cri ou éviter de vomir suite à la violence de son poing, je me retrouvais finalement à terre. Enfin, plutôt sur les genoux. Mon autre bras s'enroulait autour de ma propre taille, stupide réflexe qui tend à croire que cela calmera la douleur.

Argh... Quelle force il détenait... Et il ne m'avait pas raté... Mais quelle idée, aussi, d'avoir voulu jouer les surpuissants or que je savais très bien comment cela allait se terminer ?! D'ailleurs, le résultat était présent. Je pouvais sentir sa présence et son front se coller au mien. Tandis que je tentais de reprendre ma respiration comme je pouvais, mes cheveux bougeaient aux rythmes de doigts. D'abord doucement, puis tout à coup tirés avec grande violence ! Mes deux mains vinrent tenir la sienne qui ne lâchait pas mon crâne alors que je poussais un petit cri aigu.

Ce pauvre sadique me forçait à le regarder dans les yeux, comme une sorte de punition. C'est exactement ça ! Il me donnait une correction pour avoir mal agis, se prenant pour le maître et moi son jouet. C'est ce qui était, je crois, le plus horrible dans tout ça, c'était le fait qu'il me traite comme un moins que rien... pire qu'une sous-merde. Et moi, là-dedans, bah je ne savais rien y faire puisque je n'avais pas la force ni le courage et surtout pas la possibilité de le contrer.

Dans un murmure cruel, il m'avouait que j'étais dorénavant à lui et ne manqua pas, par la même occasion, de me rappeler que si je me rebellais à nouveau, c'était direction l'hôpital. Des larmes nouvelles pointèrent leurs nez hors de mes yeux, signe que j'étais effrayé et que je comprenais, cette fois-ci, ses réelles intentions !

Son sourire de personne satisfaite du massacre qu'il venait de réaliser détruisit un peu plus mon petit être fragile. A la limite, je préférerais qu'il en finisse afin que je n'ai plus à supporter cette horreur permanente qui me nuit jours après jours...

Et puis, à ma grande surprise, il... il... posa ses lèvres sur les miennes ou plutôt tenta de les insérer entre les miennes ! Sans aucune honte, ni la moindre gêne, après m'avoir complètement maltraité, le voilà qui m'embrasse à pleine bouche ! Non, mais je rêve ?!

Ce geste ne me plaisait pas du tout, enfin... j'avoue qu'il est quand même beau, mais sa personnalité fait de lui un être mauvais alors je ne peux pas accepter cette action comme étant pleine de bonnes volontés. Je crois que c'était surtout fait pour enfoncer le clou et se jouer de moi... comme il le fait depuis le début. Ça l'amuse de me voir souffrir ainsi que de me faire souffrir...

Et mon ventre douloureux tout comme ma lâcheté m’empêchaient de le repousser, d'ailleurs, il se retira lui-même pour me souffler, presque en me léchant à nouveau la bouche qu'il m'aurait et qu'il me voulait. Qu'est-ce que... ? Qu'est-ce que cela voulait dire ? M'avoir ? Comment ça ? Dans quel sens ?

Par chance, il se releva et me jeta vulgairement une boîte d'antidouleurs avant de "s'enfuir tel un lâche" ! Et c'est moi qui dis ça ? Non, le lâche c'est bel et bien moi qui n'ai pas osé taper du poing sur la table !

Fort perturbé et totalement dérouté, je tentais, tremblant comme une feuille et pleurant en silence, de rassembler les fardes que je tenais initialement contre moi avant que ce Daryl ne vienne me chercher des ennuis ! Tout tournait autour de moi, le surplus d'émotions, en tant que grand sensible, avait souvent pour effet de se faire ressentir à travers les divers sens que l'on possède.

Ici, je perdais l'équilibre, je ne savais plus où j'étais. Heureusement, peu d'élèves étaient présents et puis de toute façon personne ne s'inquiéterait pour moi... Difficilement, en titubant, je finis par atteindre ma chambre où une fois entré à l'intérieur, je laissais tomber à mes pieds tout ce que je tenais dans mes bras.

J'accourais à la salle de bain, tel un zombie, afin de me laver la bouche de ses microbes, trois fois de suite, je fis agiter la brosse à dents pleine de dentifrices jusqu'à ce que je me sente "propre", mais cela ne suffisait pas à retirer toutes les images que je gardais en tête.

Tout à coup, j'avais chaud, même très chaud ! Mes petites mains agitèrent mon pull avec énergie en espérant créer un peu de fraîcheur. Ma tête tournait, mon lit, je le voyais en double et se fut subitement le néant.

Mes membres étaient lourds, mais surtout ma tête... Où étais-je... ? Je revins doucement à la réalité et compris que je m'étais assoupi ou plutôt évanoui sur le sol de ma chambre. J'avais quelques courbatures à l'arrière de mon corps et surtout dans le dos, endroit où le choc avait visiblement été le plus violent.

Quelle heure était-il ? Le réveil posé sur la table de nuit indiquait 18h10 et il fallait que j'aille encore chercher mes livres à la bibliothèque et manger à la cantine... Mmmh, non, je n'avais pas faim, cette journée avait été tellement exténuante que la seule chose dont j'étais certain c'était qu'à 20h je serai au lit !

Je pris pourtant mon courage à deux mains et je me mis debout, serrant les dents en ressentant les douleurs qui circulaient un peu partout dans mon corps fébrile, fragilisé... Je sortis de ma chambre et pris les escaliers en direction de la bibliothèque.

Sans que je ne m'y attende, me voilà à nouveau face à Daryl qui attendait quelque chose... ou quelqu'un... Ma gorge se noua alors que je déglutis en le voyant. Oh non... Pitié, je ne veux pas revivre la même chose ! Espérons qu'il ne m'ait pas vu tandis que j'avais décidé de discrètement faire marche-arrière. Tant pis, les livres attendront demain ! Roh et puis merde, il me suffit de m'extirper de là et de le contourner !
Après tout, il n'existe pas un escalier unique et aller à la bibliothèque sans me faire repérer sera un jeu d'enfant !
Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Films/séries psychologiques ?
» (2008) Indiana Jones et le Royaume du Crâne de Cristal
» (Film) Men in Black 2
» Le grand Black-out du Nord-Est "l'énergie électrique coupée" (1965)
» Inscriptions du médaillon d'Indiana Jones

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Institution Indarë :: Dortoir :: RDC :: Cage d'escalier-
Sauter vers: