AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


Votez pour le forum

~ Étendez l'expérience ~
Pour la rentrée 2018, Indarë organise une semaine d'Intégration pour les nouveau élèves et les moins nouveaux.

 :: Hors-jeu :: Rps abandonnés Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Un bien étrange après-midi [PV Moran Flint]

Davian Dupont
ISS |:| Deuxième année
avatar
Messages : 124
Né(e) le : 24/06/2002
Date d'inscription : 03/10/2017
Age : 16
Nationalité : Réfugié apatride
Situation amoureuse : Célibataire
Commentaires/Citations : "Regardez où vous posez les pieds, avant de mettre le premier pas" - Davian
Voir le profil de l'utilisateur
http://indare-division.forumactif.com/t916-fiche-de-davian-dupont-fini http://indare-division.forumactif.com/t981-pnjs-de-davian-dupont

Mer 29 Nov - 13:48
14 heures 10, le Mardi 21 Novembre 2017.

Cela va faire pratiquement plus d'un mois que je suis au sein de ce lycée, je m'étais un peu habitué à ma classe. Comme prévu, je faisais en sortes de me faire passer pour un élève Britannique assez banale avec une carrière tout à fait « normale ». Je m'étais même tissé quelques liens assez courtois avec quelques camarades de classes, sans que cela soit encore une véritable amitié. Tout se passait bien pour le moment, personne ne se doutait encore et j'arrivais à m'intégrer convenablement dans la classe.

Puis, un jour, alors que nous étions en EPS, notre professeur nous annonça :

« Chers élèves, vous êtes invités à un petit stage assez spécial le Mardi 21 Novembre durant toute l'après-midi. Ceux qui souhaitent s'inscrire, peuvent signer ces papiers que je vais distribuer. »

« C'est quoi ce stage spécial ? Et combien de temps ça dure ? Demanda l'un des élèves. »

« C'est une surprise, ce sera un entraînement assez … « spécial ». Disons plutôt qu'il s'agit d'un stage très endurant et demandant beaucoup de rigueurs. Ceux qui sont les plus motivés peuvent venir. Les autres devront aller en cour. Le stage durera tout le long de l'après-midi et se terminera vers 19 heures. »

Voyant le papier, j'hésitais pendant un bref moment, avant de m'inscrire. Cependant, l'idée de courir ou de faire divers exercices de musculations plutôt que d'observer bêtement le cours d'un professeur, fit que mon choix se tourna logiquement vers ce stage. Près de la moitié de ma classe fit de même pour diverses raisons : louper les cours, par envie ou les deux à la fois. Quoi qu'il en soit, on était à peu près une dizaine. Par ailleurs, notre professeur nous avertit également que d'autres classes pourraient nous rejoindre à ce stage, venant aussi bien de l'ISS que l'IRS. Peu importe, la petite troupe voulut partir y compris moi-même.

C’est ainsi que je me retrouvais le Mardi 21 Novembre vers le stade de rugby du lycée. Les premiers à arriver furent ma classe, (une classe de première année d’ISS classique), par la suite d’autres classes se joignirent à nous. Les seconds furent des Grifted, ces personnes surdouées dans un domaine en particulier. Puis, ce fut le tour d’autres élèves de traditions de nous rejoindre, puis finalement les membres de l'IRS arrivèrent en derniers. Les autres élèves regardaient avec curiosités et un peu dégoûts les IRS. Enfin, ce fut surtout les membres Grifteds, dont la plupart aimait souvent rabaisser les IRS, ces « ratés » et ces « déchets » comme ils aimaient les surnommer. Dans tous les cas, ma classe tentait de se tenir à l’écart aussi bien des IRS, mais aussi des Grifteds qui étaient trop arrogants à nos yeux. Personnellement, je préférais la compagnie de ces IRS que de ces Grifteds qui étaient majoritairement des « bourgs frimeurs et prétentieux ». Des "tarlouzes" comme le dirait mon père. Décidément, on pouvait observer au sein de ce stade, en seulement quelques minutes les divisions, les méfiances et les rancœurs entre les différentes classes.

Sous un temps nuageux, on attendait impatiemment les professeurs d’EPS. Mais, alors que je croisais les bras, ils firent finalement leur apparition au bout d’une dizaine de minutes. Toutefois, ils n’étaient pas seuls, quatre autres personnes les suivaient. Ces quatre étrangers étaient de grands hommes qui étaient largement plus costauds que nos enseignants. Chacun des professeurs venant des différentes filières de l’Indarë, (les Traditions, les Grifteds et les IRS).

Alors que je voyais ces mastodontes débarqués aux côtés des profs, je vis un autre homme, un type facilement reconnaissable. D’une voix grave, mais surtout très familiale, l’un d’entre eux déclara à haute voix :

« Bien ! Le bonjour les gosses ! »

2 mètres de hauts, teint pâle, crâne rasé et portant des lunettes de soleil. Oh bordel ! Pas lui ! Pas ce type !

Lorsque tous les adultes furent rassemblés en face des élèves, l’individu en question nous annonça :

« Bien ! Je suppose que vous êtes venus pour le fameux stage de sport, vous êtes une bonne quarantaine ! C’est pas mal ! Je me présente, je me nomme Jean Dupont et voici mes collèges : Arthur, Jeff et Nicos. »

L’un des membres de ma classe, Issam, un jeune Anglos-Afghan originaire des quartiers populaires de Londres me chuchota dans mes oreilles :

« Ce n’est pas ton père ce type ? »

« Si, malheureusement … répondis-je en soupirant. »

Tandis que les élèves discutaient entre eux et que les professeurs donnaient de bref consignes. Jean décida de reprendre en déclarant avec la même intonation de voix :

« Bien ! Les Billy et les Géraldine ! Vous allez recevoir un entraînement de guerrier, un entraînement qui testera vos limites. Vous avez intérêt à avoir les burnes et les ovaires solides. C’est compris ! »

Tandis que les professeurs firent signes aux élèves de les suivre, ces derniers semblaient les emmener à l’intérieur du grand gymnase de l’institution. Mais, alors qu’on venait à peine de poser les pieds à l’intérieur, nous fûmes accueillis par quelque chose qu'on ne s'attendait pas du tout. Des dizaines d’armures en métaux et en aciers  luisaient sur le sol d’une lumière intenses. Venant de différents milieux et de différents alliages. Toujours avec la même intonation, Jean déclara à haute voix à l’ensemble des élèves :

« Oui ! Ce sont belles et bien des armures médiévales ! Européennes, Ottomans, Mongols, Chinoises, Japonaises et je ne sais quoi encore. »

Alors qu'il échangeait quelques propos discrets avec les professeurs, il rajouta par la même occasion :

« Ah oui ! Les mecs ! Veuillez de mettre vos coques, les "protèges couilles" quoi ! Je vous le dis direct ! Cela vous sauvera la vie. En plus, ce serait dommage que vous ne puiserez pas les utiliser durant l’un de vos plus grands moments de votre vie. »

Tandis qu’il faisait une brève pause, celui-ci montra vers la droite toute une rangée de cartons où divers armes étaient déposés à l'intérieur :

« Par contre ! Pour les armes que vous pouvez observer vers la droite, elles sont émoussées et de ce fait, elles ne sont pas tranchantes et dangereuses. »

Tandis qu’il prenait une brève pause pour à nouveau reprendre toujours avec la même intonation :

« Bien ! Vous allez tout d’abord vous équiper de vos armures. Puis, vous choisirez vos armes dans les cartons. »

Très rapidement, les élèves se précipitèrent vers les armures. Tels des enfants à noël, la majorité d’entre eux étaient émerveillés de voir ces objets d’un autre âge. Se déguisant et s’enfilant les différentes armures, casques, grandelets et bottes en métaux. Les élèves commencèrent à s’amuser, alors qu’ils enfilaient à peine leurs armures de chevaliers.

Tandis que je trouvais et que je prenais la première armure sous la main qui était d’inspiration Ottoman. Issam, une connaissance de ma classe me demanda avec un sourire enfantin :

« Putain ! Tu as de la chance d’avoir un père comme ça ! »

D’un petit sourire, je répondis tout simplement à Issam :

« Il est … un peu ... "spécial". »

« Tu déconnes, il est génial ton daron. »

Après une bonne quinzaine de minutes, je finis par enfiler l’intégralité de l’armure, les autres firent également de même avec l’aide ou non des professeurs. Alors que la majorité des individus ressemblaient maintenant à des espèces de "boites de conserves" dans le gymnase et que ces derniers commencèrent à s’amuser avec leurs « nouveaux jouets ». Jean Dupont cria à haute voix dans l’ensemble du gymnase :

« Bien ! Maintenant ! Nous allons répartir les deux équipes. »

Ce dernier commença à choisir des élèves au hasard. Le premier choix pour l’équipe rouge fut un jeune homme de quatrième année du Grifted. Toutefois, Dupont hésita pendant un moment pour le chef de la deuxième équipe. Après quelques minutes d’hésitations, son choix final se porta sur un élève particulier, un jeune garçon de première année de l’IRS, un élève au teint pâle et à la chevelure blonde.

D’une voix joviale, il déclara à ces deux-là :

« Bien ! Veuillez de bien choisir vos coéquipiers les gars. »




Thème du personnage:
 
Revenir en haut Aller en bas
Moran
Invité
avatar

Lun 4 Déc - 1:45
Moran
Moran Flint
Ancien membre
"Hé Meredith, c'est moi.

Je crois que j'ai été dans une situation drôle à l'insu de mon plein gré."

T'aimes pas spécialement le sport, même si ca te déplait pas pour autant. T'es pas Fuite devant elle mais t'es pas Impatience non plus. T'fais ce qu'il faut et y a des parties qui t'intéressent plus que d'autres. Du genre, la boxe. T'aurais bien aimé ca; pouvoir te défouler sur quelqu'un ou quelque chose en toute légalité. Bon, certes, l'idée de recevoir des coups ne t'enchantait pas trop et ton image de cette discipline était bien trop fantasmée. Cependant, en IRS, les chances pour qu'on vous laisse faire un sport de combat sont assez minces, si ce n'est totalement inexistantes.

C'est p'têtre pour cela que quand tu as entendu parler du stage spéciale, t'avais tout de suite été Attention. Parce qu'entre ces promesses de louper les cours (et, soyons honnêtement, louper les cours, c'est. le. bien) et les murmures qui parcouraient tes camarades, alimentant diverses rumeurs de sports extrêmes ou combat épiques... C'est sûr que s'il avait s'agit d'un bête tournois de basket, le professeur aurait été bien moins énigmatique. Non, non, aux yeux des IRS, cela ne pouvait être que quelque chose de grandiose, et tu n'échappais pas à la règle. T'avais hésité, t'avais réfléchi et finalement tu avais dit oui et noté ton nom sur la feuille.

C'est ainsi qu'en ce mardi de novembre, alors que la température commençait à sérieusement chuter, t'étais sur le terrain de rugby à attendre l'intervenant. Et ce ne fut pas vraiment ce à quoi tu t'attendais. Le type qui arriva était grand, chauve, avec une dégaine de militaire et un entrain puissant. Ses collègues étaient pareils en plus taciturne. Bon, c'était un fait avéré : cela ne serait pas du basket (quoi qu'il avait la bonne taille pour cela). Tu te mis à suivre le troupeau pour entrer dans le gymnase (ouf, du chaud) et la suite te déstabilisa tout autant. Pleins d'armures vieilles et étranges. Pleins d'armes. T'savais pas trop quoi penser. D'un côté tu étais Joie à l'idée de pouvoir te défouler. De l'autre, c'était quand même trop bizarre. Même pour cette école.

T'avais pas trop de préférence pour les armures, t'as pris la première qui t'es tombée sous la main. Ah, c'était une japonaise. Tu fixa longtemps le truc pour les boules, te demandant avec beaucoup de sérieux si cela te servirait et décidait... qu'en fait non. Tu survivrais sans. T'allas te placer avec les autres en attendant la suite. T'écoutais ce que l'intervenant disait d'une oreille distraite. Histoire de groupe. Sauf que quand il te désigna du doigt, tu bugua totalement. D'un pas automatique, tu rejoignis l'autre.

-Bien ! Veuillez de bien choisir vos coéquipiers les gars.

... Choisir ? Equipes ? Mais tu savais pas qui prendre toi. T'y connaissais rien aux gens et tu savais même pas leur noms. Tu savais même plus qui était dans ta classe ! Tu laissas l'autre commencer en réfléchissant à toute vitesse, scannant du regard les gens dans la salle pour tenter de trouver quelqu'un de fiable. Tu voulais pas d'ISS, c'était clair et net. Et puis, tu vis un garçon noir dans une armure... tu sais pas trop quel armure. Ils sont tous en armures. Le point n'était pas là. De tous ceux aperçus, il semblait le mieux pour l'instant. En plus il avait ton âge.... Peut être qu'ils connaissaient les gens de votre classe non ? Parce qu'il devait faire partie de l'IRS, non ? (Les préjugés sont le fléau de ce monde).
En tout cas tu le désignas d'un "toi" d'une telle précision, si bien que t'eus peur un instant que la personne à côté ne se lève. Mais heureusement, il te rejoignit bien. Alors que votre aîné choisissait son deuxième choix, tu lui soufflas :

-Je sais pas qui prendre, tu me donnes un coup de main pour choisir ?

Non parce que sérieusement, t'étais là pour relâcher ta colère sur quelque chose, pas pour servir de leader ou même pire, parler à des GENS. Quelle horreur. T'avais vraiment besoin d'aide.
Revenir en haut Aller en bas
Davian Dupont
ISS |:| Deuxième année
avatar
Messages : 124
Né(e) le : 24/06/2002
Date d'inscription : 03/10/2017
Age : 16
Nationalité : Réfugié apatride
Situation amoureuse : Célibataire
Commentaires/Citations : "Regardez où vous posez les pieds, avant de mettre le premier pas" - Davian
Voir le profil de l'utilisateur
http://indare-division.forumactif.com/t916-fiche-de-davian-dupont-fini http://indare-division.forumactif.com/t981-pnjs-de-davian-dupont

Lun 11 Déc - 19:40
[HRP] Désolé du retard, j'ai eu très peu de temps libres à répondre à ton rp. Dans tous les cas, le voici et le voilà owo.[HRP]

Hésitant, tremblant, réfléchissant,
Le garçon à la chevelure blonde hésitait,
Il hésitait à choisir,
Il hésitait à choisir un coéquipier,
Il hésitait à prendre qui,
Il hésitait à définir qui serait son premier compagnon de bataille,
Là où son adversaire trouvât rapidement la moitié de ses frère de combats ;
Il hésitait,
Encore,
Et toujours.

Finalement, alors que j’attendais patiemment,
Son choix,
Sa position,
Son doigt,
Son regard,
Fut dirigé sur ma personne.
N’ayant d’autres choix que de le rejoindre,
J’avançais d’un pas léger dans sa direction.

Maintenant, me voilà à ses côtés,
Mais il hésitait,
Encore,
Et toujours.
Finalement, ne trouvant pas,
Ne choisissant pas,
Il déclara d’une voix,
Timide,
Légèrement retenue :

- Je sais pas qui prendre, tu me donnes un coup de main pour choisir ?

Ma réponse fut tout simplement un hochement de tête de ma part.
Bien, il est désormais temps de choisir ses coéquipiers.
Mon premier choix fut sans aucun doute Issam,
Cette bonne connaissance du même âge que moi,
Petit,
Assez costaud,
Teint basané,
Yeux marron,
Et regard sévère ;
Celui-ci me rejoignit rapidement,
Et son enthousiasme se lisait directement dans ses yeux.

Bien !

Maintenant, il va falloir choisir d’autres individus,
Sortant du lot,
Affichant un regard sévère,
Une corpulence imposante,
Un crâne rasé,
Et un esprit ferme.
Mon choix se tourna vers ce géant,
Géant qui était originaire ou descendait de la même Terre natale que la mienne,
L’Afrique.
Le garçon se présenta à nous avec un regard certes sérieux,
Mais étrangement serein ;
Par ailleurs, celui-ci se présenta sous le nom :

« Je suis Daniel et vous ? »

Issam, ainsi que moi-même, nous nous présentâmes devant lui.
La suite fut assez rapide,
Chacun des membres de cette équipe décidait de choisir leurs amis,
Leurs potes,
Leurs connaissances,
Et leurs camarades de classes.

C’est ainsi qu’on se retrouva avec par exemple,
Jimmy, un gamin âgé du même âge que nous, hospitalisé à l’IRS pour des comportements brutaux et pour une « légère instabilité »  psychologique.
Michael, un autre élève de l’IRS enfermé lui aussi pour les mêmes comportements.
Par la suite, ce fut au tour de Wallid, Ismaël, Jeff et Annaelle de nous rejoindre, quatre élèves de ma classe que j’avais parfois l’habitude de cotoyer.
Le temps passe,
Les secondes se défilaient
Et les minutes s’écroulaient.
Nous étions désormais au complet avec un total de dix élèves de Traditions, sept de l’IRS et trois autres venant du programme Grifted qui restaient.  

Tout le monde était prêt et il fallait rapidement rejoindre l’immense stade de Rugby.
Accompagné des professeurs et des quatre assistants, nous arrivâmes finalement au stade. Chacun décida de se séparer de chaque côté du stade en fonction de l’équipe auquel il appartenait.

Alors que nous formions une colonne de chaque côté, Jean décida de déclarer à haute voix à l’ensemble des élèves :

« Bien ! Je vais vous dire c’est quoi les règles de ce sport, le Blood Bowl.
La règle est simple, fracasser la gueule des membres de l’équipe adversaire et marquer des points en amenant la balle vers la ligne adversaire !
Vous l’aurez compris ce sport est un mélange de rugby et de béhourd, un art-martial médiéval sur la chevalerie et la guerre Européenne.
Tout est permis sauf trois choses :
Lorsqu’un adversaire est au sol, on ne doit pas le frapper ou le marcher dessus.
Deuxièmement, on évite de planter les armes dans les visières du casque, c’est trop dangereux et vous serez disqualifié.
Enfin, et surtout ! On ne donne pas de coup dans l’entre jambe ! Même si la personne a une coque sur elle ! C’est très important cette règle ! »


S’arrêtant pendant un bref moment pour reprendre à nouveau d’une voix un peu plus grave :

« Bien ! Nous n’allons pas tarder à commencer ! Que chaque équipe se tient prêt ! Je laisse faire les chefs d’équipes de lancer leur cri de guerre.»

Thème:
 

Après cette brève intervention, Jean se retira laissant les professeurs expliqués plus en détails les règles de ce sport qui était quasiment les mêmes que celle du rugby, mais avec des armures et des épées émoussées. Finalement, après cette intervention de la part des profs, le chef de l’équipe rouge adversaire commença à pointer sa lame dans notre direction, celui-ci lança son fameux cri de guerre à l’ensemble de son équipe :

« Baston ! »

« Baston !!!! Hurlèrent l’ensemble des élèves de l'équipe rouge "enragé" à l'idée de se battre. »

« Les ennemis de l’Indarë doivent périr ! Cria à nouveau le chef de l'équipe rouge. »

Face à ce cri de guerre, je regardais le chef de notre équipe en lui demandant d’une voix légèrement grave :

« Bien, c’est quoi notre cri de guerre chef ? »

Au même moment, Jean commença à sortir le ballon ovale du rugby. Observant les élèves, celui-ci commença à la lancer dans les airs au milieu du terrain. Voltigeant dans les aires, tout savait que dès qu'elle aura touché le sol, le match débuterait …




Thème du personnage:
 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Cours le matin, sport l'après-midi : extension ??
» (1995) « Après-midi show » : les OVNI
» 20 mars 1815 : Arrivée à Moret en début d'après-midi
» ZEP : 125 nouveaux établissements pratiqueront à la rentrée cours le matin et sport l'après-midi
» peut-on légalement me demander de revenir faire cours l'après-midi qui suit une matinée de formation obligatoire?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Institution Indarë :: Hors-jeu :: Rps abandonnés-
Sauter vers: