À droite, l'école et ses élèves normaux, comme tout le monde.À gauche, le centre de redressement pour jeunes dangereux.Maintenant réunis, pour le pire.
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


Votez pour le forum

~ Étendez l'expérience ~
Venez voter pour votre rp préféré du mois de Janvier

 :: IRS - Bâtiment principal :: 2e étage : langues et arts :: Salle de musique Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Entend mon art, bercé d'affliction {Pv Sébastien}

Lucia Valentini
Nouveau membre
avatar
Messages : 38
Né(e) le : 24/12/2000
Date d'inscription : 18/11/2017
Age : 17
Niveau d'études/Métier : Troisième année
Situation amoureuse : C'est quoi l'amour...?
Nationalité : Italienne
Commentaires/Citations : Que la vie soit une mer, alors notre raison, nos passions mêmes, soufflent assez pour nous porter où nous voudrons ; mais l'éloquence est une tempête, un ouragan qui nous déroute.

- John Donne -
Voir le profil de l'utilisateur
https://www.twitch.tv/nocthys http://indare-division.forumactif.com/t1009-un-grain-de-sagesse-acheve-un-fou-parfait

Mer 22 Nov 2017 - 3:42


▬ Entend mon art, bercé d'affliction▬
feat Sébastien Nadeau & Lucia Valentini


▬ Fffsh...

Ce bruit, c'était moi qui dans un petit bruissement désespéré essayait de faire comprendre qu'il faisait froid. L'air s'insinuait à chaque mini ouvertures du fourgon, et comme l'endroit close n'est déjà pas très chaleureux...Je frictionnais mes bras comme si ma vie en dépendait, en me disant que j'allais peut être finalement mourir avant d'arriver dans cette académie...Cet endroit où ma nouvelle vie allait prendre un sens...ou peut être pas. Je trouverais de toute façon bien le moyen d'échapper à la surveillance et de mettre fin à mes jours. Non je ne voulais plus vivre, j'avais dépassé le stade de la tolérance. Mon corps qui faillit tomber alors que mes genoux étaient rapprochés contre mon corps, me fit alors comprendre que le fourgon s'était arrêté...Je ne pouvais regarder à travers la fenêtre puisqu'il n'y en avait pas...J'avais vraiment l'étrange sensation d'être un animal, une bête de foire sur qui on exerçait aucun acte humain...

▬ Allez descends de là !

Qu'est-ce que je vous disais...J'obéissais, ne m'aidant même pas de la main de l'un des plus sympathiques puisque je voyais très bien. Franchement ce n'est pas parce que ma vue est obstruée que je suis une handicapée non plus. Sans compter qu'en plus de cela j'ai subis un entrainement à la dure pour être capable de me déplacer toute seule, bon c'est vrai que j'ai encore du mal avec certains paramètres comme la lecture, l'écriture, mais je suppose que ma perception se ferait avec le temps. On m'amena donc auprès de la directrice, on m'expliqua en détails et dans les grandes lignes le fonctionnement de cette prison...oui puisque je la considérais comme telle. Une résidence surveillée...à la bonne heure, terminé les petits plaisirs nocturnes...Enfin d'un autre côté, je ne pouvais réellement m'en prendre qu'à moi même. On me demanda de me déshabiller pour vérifier que je ne portais pas d'arme, et on enfila un bracelet à électrochocs à ma cheville. Voilà cette fois, je suis vraiment devenue un animal...Comme si on venait de m'apposer un numéro de série. Je restais muette, hochant simplement la tête en signe distinctif pour montrer que j'avais compris.

Finalement on me libéra de ce tortueux entretien de mise au point, et je pouvais enfin arpenter les murs de cette enceinte, posant quelques fois ma main contre le mur, pour bien discerner chaque coins et recoins afin de ne pas avoir la mauvais surprise de tomber dans un escalier. Décidément tout ceci commençait vraiment à devenir agaçant...mais bon je devais m'y faire je suppose. Mes pas s'arrêtèrent alors devant une porte comme si le destin m'avait guidée devant elle, et je découvrais divers instruments posés ici, dont un piano qui trônait dans son âge d'or au milieu : Un steinways & sons, au moins cette école prouvait qu'elle avait le luxe de se payer le meilleur...Je commence à avoir finalement un avis moins négatif sur ce pénitencier. Ma main caressa délicatement alors l'ébène du violon, ressentant alors une sensation de douceur qui papillonnait dans mon ventre. Il est vrai que j'ai arrêté mes cours au conservatoire pour défier mon cher père...mais je n'ai jamais arrêté d'aimer le son que me prodigue la musique, elle qui fut ma seule source de réconfort. Regardant autour de moi que personne ne me fliquait, j'en levais mon bandeau, me libérant de ce fardeau, le bleu de mes yeux se posant sur le violon que j'avais pris dans mes mains. Posant le fronteau sur le piano, je posais l'instrument sur mon épaule, appréciant depuis bien longtemps le simple contact visuel de cette beauté luthière. Je fermais les yeux, et commença alors à jouer, comme si j'étais la seule dans le bâtiment, transmettant à travers la "Cantabile" de Niccolo Paganini toute l'émotion de mon art...Mais aussi tout mon désespoir.


Au fur et à mesure que les notes romantiques s'envolaient dans l'air du temps, je sentais de l'eau qui coulait sur mes joues, ce son mélodieux touchait mon coeur de milles et une couleurs éclatantes, lui qui ne voyait que le gris depuis bien trop longtemps. A la fin du rêve musical dans lequel je me suis laissée bercée, constatant que je n'avais pas perdu de ma fougue et mon niveau, je sentais mon corps trembler comme si j'étais soudainement atteinte de la maladie de Parkinson...Je repensais à mon père qui me frappait de sa canne à chaque mauvaise note. Et alors mes idées noires resurgirent puisque l’ode à la joie s'était éteinte. Je reprenais alors un morceau, celui sur lequel j'avais reçu le plus de coups, le caprice n°5, celui où les notes ascendantes et descendantes créait une agréable dissonante, et dont le rythme n'était pas assez presto pour mon père.

Presto ! Presto ! Recommence ! C'est mauvais ! Tu appelles ça de la musique ?

J'entends sa voix dans ma tête, je jouais encore plus rapide et plus désespérée, perdant presque le fil de la partition.

Tu es la honte de la famille ! Tu n'aurais jamais dû naître...



Alors je poussais un cri emporté, un hurlement de désespoir, laissant tomber l'instrument sur le sol, et tombant à genoux près de lui, je prenais ma tête entre mes mains, sentant les palpitations m'empêcher de respirer convenablement et alors je me laissais étreindre par la tristesse...
Revenir en haut Aller en bas
Sébastien Nadeau
IRS |:| Quatrième année
avatar
Masculin
Messages : 167
Né(e) le : 24/11/1999
Date d'inscription : 19/04/2017
Age : 18
Niveau d'études/Métier : Quatrième année
Voir le profil de l'utilisateur
http://indare-division.forumactif.com/t454-rien-n-est-impossible-seulement-besoin-de-determination-finis

Mer 22 Nov 2017 - 6:04
Je faisais un peu de ménage dans ma nouvelle voiture, elle n'était rien pour moi, seulement la mécanique que j'aimais bien, car elle donnait beaucoup de force pour un petit moteur, à comparé mon gros V8 rangé précieusement dans un garage chauffé pour l'hiver. En me détournant la tête, il avait un fourgon qui est arrivé, il avait des hommes costaud qui sont sortis avec une jeune femme. Elle avait un bandeau sur le visage, mais elle faisait quoi avec ça sur la figure ? Un autre cas de forge qui rentre. J'espérais juste que celle-la ne me fera pas de problème, j'en ai déjà beaucoup à supporté ici, comme si je n'en avais pas assez de moi-même. J'ai finalisé ma voiture et j'ai verrouillé les portes avec ma petite manette, hochant la tête en même temps de trouver sa pratique. J'aimais tout de même mon autre voiture. Je me suis retourné pour entrer dans l'école et j'ai dû attendre que les deux hommes me laissent entré. Je fronçais les sourcils, je ne voulais pas rester dehors pendant une heure à devoir attendre. Après un moment, ils sont partis, je les regardais avec un regard méfiant, mais pourquoi ? Elle était si dangereuse ? Je me questionnais tout simplement.

J'ai fait un tour dans mon dortoir pour me laver les mains. La musique de ma radio jouait une petite musique que je me suis mise à faire semblant de jouer de la guitare, j'avais le goût à présent d'en jouer. J'en profiterais pour faire un tour à la salle de musique plus tard. Je reconnaissais bien la musique de Shinedown, les paroles était triste, mais la guitare prenais bien sa place, l’acoustique, l'instrument que j'aimais le plus. Le reste, je ne voyais rien face aux autres. J'avais un t-shirt noir avec un jean noir délavé aux genoux. J'étais habillé foncé, mais je trouvais sa beau. En route pour le local de musique. Je me suis rappelé de la première fois que je suis entré dans cette école. J'étais si méfiant, mais lorsque j'ai vue la salle de musique et on me proposait d'écouter de la musique durant mes cours, j'étais au paradis. Je me croyais au paradis, jusqu'à ce que les événements s’enchaînent. Mon autre côté venant prendre tout la place et viennent gâcher ma vie. Maintenant, je tente tout de même à gardé la tête haute, tout cela était grâce à une personne, maintenant, je sais pourquoi avancer, si j'ai la chance de remonter le moral à quelqu'un, cela me ferait ma journée.

Je suis arrivé devant la porte de la salle de musique, j'ai tourné la poignée de portes doucement, car j'ai senti de la vibration sur la poignée, donc quelqu'un, forcément, jouais de la musique. En ouvrant, la porte, mes yeux restant paralysés sur la fille que j'avais vue, il y a quelques dizaines de minutes, elle était là au sol à pleurer. J'ai fermé la porte avant qu'il ait des petits curieux qui se pointe et viennent tout gâcher. À la voir, je me sentais déjà presque mal pour elle. Je me suis approché tranquillement en gardant un mètre de distance, je me suis mis un genou au sol. Elle avait laissé tomber son instrument. Cette position qu'elle était, j'étais dans la même position qu'elle hier. Cela me fendait le cœur, dire que j'étais dans cette même position. J'ai décidé de parler doucement, pour ne pas la faire sursauter. J'avais été très silencieux en entrant, mais je ne voulais pas non plus qu'elle réagisse mal qu'une personne entre.


Vos larmes sont lourdes, votre blessure semble encore grande, désolée d'être la, mais je ne peux supporter les larmes d'une personne en souffrance, ne réagissez pas mal, je ne suis pas là pour vous faire du mal, seulement vous aidez à vous remonter le moral.

J'ai bien pris mon temps pour chercher les mots, je ne voulais pas la troubler non plu à me jeter sur elle et à dire si elle va bien, je risquerais plus d'avoir des ennuis. Son bandeau était levé, je me le demande toujours pourquoi un bandeau. À la voir, elle n'est pas laide pourtant, pourquoi elle cache donc le haut de son visage ? A-t'elle honte d'un truc ? Je me demandais si cela n'était pas ces yeux, ou autre chose. J'ai affiché un petit sourire, voulant montré que je ne voulais aucun mal, malgré mes blessures au visage, ma lèvre était sur le point d'être guéris, mon œil avais repris sa couleur normale et j'avais encore la marque sur le visage, sur ma joue. Dire qu'hier, je m'étais battue contre plein de gens et j'en ai envoyé un à l’hôpital, gravement blessé. J'avais perdu le contrôle, je ne pouvais rien faire, il l'avait cherché de toute façon. Je me suis assis au sol, croisant mes jambes en me penchant un peu vers de l'avant, mes bras sur mes genoux avec le goût des doigt qui grattais un peu le sol. J'étais totalement calme.

Désoler de ne pas avoir averti de mon entrée, je me nomme Sébastien, j'ai vu que t'était nouvelle ici, je te souhaite la bienvenue. J'ai vu que tu jouais d'un instrument, je ne suis pas là pour en juger, j'étais là pour en jouer aussi, si cela peut t'aider à te remonter le moral, j'ignore quelle musique tu joues, mais on pourrait toujours tenter un petit truc, si cela te convient bien, je ne te force pas, si ma présence te dérange, je peux toujours partir.

J'aimais mieux être sincère, si elle n'est pas confortable, elle n'a qu'à me le dire. Je partirais, si elle agit avec violence sur moi, elle vient de signer son arrêt. On est dans un local enfermé et insonorisé pour laissé la musique dans ce local et non à l'extérieur, je ne voudrais pas perdre le contrôle face à cette nouvelle. Je pensais d'aider une personne, la en ce moment, j'ai l'occasion d'aider. J'espère juste que je ne la gêne pas trop. J'étais bien calme, sa tristesse m'envahissait un peu, j'avais chaud pour elle. C'est tellement difficile de supporter cette douleur et de devoir vivre avec. Si j'arrive au moins à savoir pourquoi elle est comme ça, savoir pourquoi elle à ce bandeau. Pourtant ont aurais dit un ange tombé sur ciel, les cheveux très pâles. Je me le demande si elle n'est pas albinos même.



Revenir en haut Aller en bas
Lucia Valentini
Nouveau membre
avatar
Messages : 38
Né(e) le : 24/12/2000
Date d'inscription : 18/11/2017
Age : 17
Niveau d'études/Métier : Troisième année
Situation amoureuse : C'est quoi l'amour...?
Nationalité : Italienne
Commentaires/Citations : Que la vie soit une mer, alors notre raison, nos passions mêmes, soufflent assez pour nous porter où nous voudrons ; mais l'éloquence est une tempête, un ouragan qui nous déroute.

- John Donne -
Voir le profil de l'utilisateur
https://www.twitch.tv/nocthys http://indare-division.forumactif.com/t1009-un-grain-de-sagesse-acheve-un-fou-parfait

Mer 22 Nov 2017 - 22:47
Au bout du compte, je pensais m'être libéré de l'étau de mon père...Je pensais avoir un peu avancée même si ce n'était pas dans le bon sens...Et je me rendais compte que j'étais encore sa marionnette qu'il contrôlait à sa guise. Il m'avait détruite, et je ne sais pas si un jour je pourrais recoller les morceaux de mon être qui se sont brisés et éparpillés au souffle du vent. Les lacrymales sur mes joues ne cessaient de couler comme si mon coeur s'épanchait sur les années, depuis mon enfance, où je n'avais jamais pleuré autant. Et puis je le pouvais bien après tout, seule dans cette pièce, dans cet endroit inconnu auquel je ne dois rien, hormis rendre des compte à mes pêchés et mon crime. Étrangement, ça me piquait les yeux, c'était salé, amer mais ça me faisait un bien que je ne pouvais même pas soupçonner. Levant mon regard, ouvrant à nouveau mes iris azurés, je rencontrais les prunelles d'un inconnu. Il me parla dans un dialecte que je comprenais bien, puisqu'il s'agissait de la langue française, mélangé à un anglais un peu maladroit. Tout d'abord je restais interdite face à ses paroles, mais surtout très surprise de faire cette hasardeuse rencontre. La réalité me frappa au visage, me rappelant que le contact humain m'effrayait, je reculais quelque peu, mettant une légère distance entre cet homme et moi. Le viol que j'avais subis était bien trop frais, pour faire confiance à la gente masculine à nouveau.

Et sans comprendre, j'avais l'étrange impression que ce garçon ne voulait rien me faire. Pour la première fois de ma vie, je fus bercée par la douceur de ce regard qui ne demandait qu'à me porter secours....C'est la première fois que quelqu'un se penche vers moi sans animosité quelconque. La première fois que quelqu'un ne me toisait pas de ma différence...Sauf que voilà manque de chance pour cet adorable sauveur, je suis quelque peu déboussolée, et pas forcément en état de me dévoiler à ce...Sébastien ? C'est un prénom français ça ! Donc mes suppositions étaient bien justes, il venait bien du pays de la ville de paname...Est-ce qu'il est comme moi ? A t-il atterri ici parce qu'il a tué des gens ?

J'ai encore un peu de mal avec les relations humaines, mais aussi avec la langue dans laquelle il me parle. Alors avec mon accent un peu italiano sur les bords, j'apportais au moins une parole...certes brève, mais à souligner que j'aurais tout simplement pu me taire.

▬ Je...m'appelle Lucia...

Mes joues s'empourprèrent de gêne alors que je réalisais qu'il m'avait vu dans mes pires faiblesses, et qu'il était le seul à avoir eu cette chance. Et s'il n'y avait que ça encore ! Il a pouvoir un bref instant mon regard, puisque trop secouée par les émotions, je me suis empressée de le reposer sur mes yeux. Non pas qu'il n'était pas un bel homme, ce serait mentir que de dire le contraire, c'est juste que je ne voulais pas risquer une perte de ma personnalité et lui faire du mal...Ce n'était que dans son intérêt et sa protection, et j'espérais au fond de moi qu'il le comprennes.

Un peu précédemment, il m'a proposé de jouer ensemble un morceau de musique, et j'avoue que la démarche ne put m'empêcher un soubresaut avant des rougissements plus prononcés. C'est un peu comme s'il venait de me faire une déclaration...La musique était tout pour moi, et jouer un duo venait à tenter de comprendre le jeu de l'autre, créer une certaine proximité, une complicité, des échanges de paroles dans le silence que seules les notes exprimaient.

▬ Je peux tout jouer....

Ce qui est vrai car depuis ma plus pitoyable enfance je jouais du violon, apprenait les morceaux par coeur, cherchait à agrandir mon répertoire musical. Et bien évidemment une professionnelle étudiante en conservatoire, ayant coopéré avec l'orchestre philharmonique de Naples n'avait pas besoin d'une partition. Mes professeurs me l'avaient souvent assez répété. Je possédais le don de ce qu'on appelait l'oreille absolue. Je relevais légèrement mon bandeau pour regarder le jeune homme, laissant simplement un d'eux en visualisation. Cela était une manière de me rassurer que je ne l'avais pas encore fait fuir.

Revenir en haut Aller en bas
Sébastien Nadeau
IRS |:| Quatrième année
avatar
Masculin
Messages : 167
Né(e) le : 24/11/1999
Date d'inscription : 19/04/2017
Age : 18
Niveau d'études/Métier : Quatrième année
Voir le profil de l'utilisateur
http://indare-division.forumactif.com/t454-rien-n-est-impossible-seulement-besoin-de-determination-finis

Jeu 23 Nov 2017 - 7:11
C'est bien ce que je pensais à ce moment la, elle a reculé lorsque j'y ai commencé à parlé. Je m'y attendais, prendre de la distance pour se sentir plus en sécurité face à un inconnu. Elle me donna son nom et elle avait de si jolis yeux. Un vrai bleu, si pâle a la fois. C'est sûr que je vais y faire la remarque, peut-être que cela pourrais donner un petit plus pour redonner le sourire. Donc elle s'appelle Lucia, joli nom en plus, des qu'elle sera plus à l'aise, je pourrais sûrement l'appeler l'ange Lucia, je verrais avec le temps, peut-être qu'elle n'a pas le caractère d'un ange, mais elle à bien le physique. En plus, elle me dit qu'elle peut tout jouer, vraiment ? J'ai pris un air un peu plus amusé, c'était presque un défi, donc c'était le temps de la tester, je me suis relevé et approché un peu d'elle, j'y ai tendu ma main pour l'aider à ce relevé.

Enchanté Lucia, dommage que tu dois mettre un bandeau, ont aurait dit que tu as le ciel dans les yeux. Donc si tu peux tout jouer, tu dois sûrement connaître la musique The last Wild du groupe Nightwish ? Il n'a pas nécessairement de violon, mais tu pourrais bien remplacer la cornemuse utilisée, ça sonnerais autant bien.


Une fois qu'elle sera relevé, j'ai pris mon téléphone et je me suis branché sur les haut-parleurs dans la salle, le professeur de musique m'avais montré un site, que je pouvais faire jouer les musiques en retirant certains instruments pour qu'on puisse suivre le rythme sans avoir besoin de la musique complètement, pour mieux suivre le temps et les accords. Donc j'ai préparé la musique en retirant la cornemuse et la guitare électrique vue que j'y jouerais, le reste y sera là. J'ai déposé mon téléphone sur une chaise, préparant quelques trucs, j'ai branché l'emplis de la guitare électrique, j'allais prendre une guitare électrique simple que l'école fournissais, jusqu'à ce que je vois la guitare du professeur, tout noir de la marque Jackson, j'ai souris en coin en hochant la tête et je les pris. Déjà accordé et il sonnait bien pour le rock, les cordes sont plus molle et plus jouable que ceux que l'école fournissent. J'ai branché la guitare et je l'ai déposé contre une chaise, j'avais vu à la dernière minute qu'il avait un ventilateur dans le coin de la classe, j'ai décidé de le placer devant nous et le faire tourner, pour avoir plus d'air. Je le sais que je vais avoir chaud, ça devra sûrement être le cas pour elle. Je me suis retourné vers elle.

Si t'arrives à la jouer, tu pourras me demander de jouer une musique que je joue, normalement, je joue de la guitare acoustique, mais je fais quelque exception avec la guitare électrique, la musique, c'est quelque chose qui me passionne, qui me permet de rester stable, donc en jouer sa m'en fait plaisir. Est-ce ton cas aussi ?

Je finissais de préparer quelques trucs avant de me rapprocher de la guitare du prof que j'avais emprunté. Il marchait bien avec moi, j'étais déjà tout en noir. J'ajustais l'ampli de la guitare quelques secondes avant de prendre la guitare, j'ai pris un pic qui était sur le bureau, il devrait sûrement appartenir à celui du prof aussi. Mon téléphone en avant de moi, prêt à jouer, la guitare accrochée sur mes épaules, dans mes mains, je la regardais avec un sourire en coin, voir si elle était prête, j'attendais un simple mouvement de tête ou un ok de sa part. J'ai jamais vraiment joué de la musique avec une personne, donc ça sera ma première fois. Cette fille avait les traits pâle, les miens foncés, le contraire d'un de l'autre. Le son de l'instrument était différent de l'un et de l'autre, le son doux d'un violon contre celui destructeur d'une guitare électrique. Je venais de me rappeler d'un truc, peut-être qu'elle à besoin d'écouter la musique en premier, ça serais logique, a moins qu'elle le connaît au complet.


Veux-tu écouter la musique en premier ? Tout te mettre plus à l'aise si cela peut t'aider.



Revenir en haut Aller en bas
Lucia Valentini
Nouveau membre
avatar
Messages : 38
Né(e) le : 24/12/2000
Date d'inscription : 18/11/2017
Age : 17
Niveau d'études/Métier : Troisième année
Situation amoureuse : C'est quoi l'amour...?
Nationalité : Italienne
Commentaires/Citations : Que la vie soit une mer, alors notre raison, nos passions mêmes, soufflent assez pour nous porter où nous voudrons ; mais l'éloquence est une tempête, un ouragan qui nous déroute.

- John Donne -
Voir le profil de l'utilisateur
https://www.twitch.tv/nocthys http://indare-division.forumactif.com/t1009-un-grain-de-sagesse-acheve-un-fou-parfait

Jeu 23 Nov 2017 - 19:09
Comme je l'ai dit un peu plus haut, j'ai le don de l'oreille absolue. Ce qui veut dire que je peux jouer n'importe quelle musique à partir du moment où je connais l'air, ou que je l'écoute ! Il me suffit de cela pour en reproduire les notes et composer la partition dans ma tête. Alors que je récupérais l'instrument et que je prenais sa main délicatement, bien qu'un peu gênée du contact humain. C'est que quand on a seulement l'habitude des gifles, des coups et des poignes un peu forte, on appréhende un peu quand quelqu'un vous tend la main...Lucia avait hésité mais au final s'y était laissé tenter appréciant ce geste qui semblait surement être du naturel pour lui, mais pas pour elle. Et alors qu'elle se relevait, elle faillit à nouveau perdre l'équilibre en entendant le compliment -parce qu'il valait surement mieux le prendre ainsi- qu'il venait de lui faire. Que ? Mais est-ce qu'au moins il se rend compte à quel point c'est extrêmement gênant. En Italie quand un garçon complimente une fille c'est souvent assez intentionnel. Lui ça semblait sortie de nulle part avec un soupçon de naïveté. Il proposait de jouer Last of the wilds de Nightwish. Restant muette, je me replongeais dans un certain souvenir, me rappelant dans les rues de Naples où j'allais en vacances, un homme un violoniste qui gagnait sa vie grâce à son instrument jouer une panoplie de musique toute les plus rock les une que les autres. Je me souvenais avoir longuement pris le temps de discuté avec lui ! Et il m'avait joué un de ses morceaux de ce fameux groupe oui et pas n'importe laquelle parce qu'il s'agissait exactement de Last of the wilds.

Je fermais le seul oeil à l'air libre, pour tenter de me souvenir de l'air, des notes qui se mêlaient au vent, et prit mon violon, commençant à jouer ne serait-ce que le début fait à la cornemuse. Le son de ce violon Stradivarius, à savoir encore une fois le plus luxueux niveaux marque, prodigua quelque frissons sur ma peau naissante.

▬ Je la connais, c'est un morceau riche instrumentalement...

J'étais curieuse de voir ce qu'il était capable de faire à dire vrai. Il venait de prendre la guitare électrique et je ne pu m'empêcher de le regarder presque admirative. Il ressemblait à un rockeur de groupe, cela lui sied plutôt bien même si je ne le connais pas. Ce qui est marrant c'est de voir à quel point nous sommes si opposés : Lui semble être moins timide au contact humain, il semble plus sombre, rien que physiquement, il sourit, alors que moi je me contente de garder cet air fermé sur mon visage. En même temps jamais personne ne m'a vu sourire, et ça ne serait pas demain la veille que ça arriverait. Sauf si par mégarde je laissais en échapper un sans m'en rendre compte. Il me fit comprendre que pour lui la musique était son point d'appui, qui le passionne réellement. Au moins sur ce cas, on avait un point en commun.  

▬ La musique est mon équilibre, c'est ma seule amie...la seule qui a su me rendre vivante et qui le fait encore...

Oui elle était tout pour moi ! Et je me sentais indigne d'elle moi qui l'avait abandonnée juste pour montrer ma supériorité face à mon paternel ! Pourtant elle ne m'en voulait pas, elle restait là, et le son cristallin du violon, ainsi que les sensations que cela me donnait, me fit comprendre qu'elle ne m'avait pas laissée, et qu'elle n'était pas rancunière face à moi. Pourtant elle aurait dû....ça m'aurait donné encore une raison de tenter de sauter de cette fenêtre par exemple...Voyant qu'il était prêt à jouer, puisqu'il avait tout accordé, je faisais résonner les première notes de la musique, reprenant de plus belle sur la partie violon déjà présente de la musique, et laissa mon corps se faire happer par le rythme, comme quand j'étais au conservatoire ou sur scène, je jouais sérieusement comme sa ma vie en dépendait. Et mon regard fermé je voyais les paysages celtes se matérialisaient autour de moi, comme si nous étions vraiment au coeur des landes. Est-ce que Sébastien ressentait la même chose, lui qui semble un amoureux de la musique ?



Revenir en haut Aller en bas
Sébastien Nadeau
IRS |:| Quatrième année
avatar
Masculin
Messages : 167
Né(e) le : 24/11/1999
Date d'inscription : 19/04/2017
Age : 18
Niveau d'études/Métier : Quatrième année
Voir le profil de l'utilisateur
http://indare-division.forumactif.com/t454-rien-n-est-impossible-seulement-besoin-de-determination-finis

Lun 27 Nov 2017 - 6:40

Elle le connaissait, très bien en plus. Cela m'avait très bien surpris. Donc j'ai laissé mon téléphone prêt, je m'y attendais à la jouer la première fois, mais elle n'en avait pas de besoin, même les premières notes qu'elle lança en l'air était identique à celle de la cornemuse utilisée. J'ai haussé les sourcils aux premières notes, je sens que je vais devoir la jouer pour de vrai la musique vers la fin. Donc elle aussi la musique était quelque chose qui permet de lui rendre son équilibre, je me sentais déjà encore moins seul. C'était bien quelque chose qui me permettait d'occuper ma tête pour éviter de laisser sortir l'autre personnalité plus dévastatrice, celui qui risque de changer ma vie à jamais si je ne fais pas quelque chose pour aider, pour l'instant, tout va bien. Il n'a pas de risque qu'il se pointe vue qu'on se retrouve dans ma force. La musique. Pendant quelques instants, je me préparais un peu, si tout était au point. Lorsqu'il venait le temps de jouer, j'ai appuyé sur le bouton Play. Elle avait commencé à jouer au début, au bon rythme en plus. Donc j'ai placé mes doigts sur la guitare.

Mes premières notes étaient bonnes, je n'ai pas duré une minute qu'il fallait que j'arrête vue qu'il avait un temps mort pour la guitare électrique. Je venais de me rappeler en même temps les effets que je dois y apporter, surtout vers la fin. J'ai jeté un coup d’œil sur Lucia, elle jouait les yeux fermés et elle semblait partis loin. Je me suis retourné vers ma guitare et j'ai repris la musique. J'ai resté concentré sur le bout du manche pour mieux positionner mes doigts en bougeant la tête au rythme de la musique. Je l'aimais bien, une des rare musique que j'écoutais sans avoir de parole. Seuls les instruments remplaçaient les paroles. J'aimais très bien les moments lorsque mes notes doivent suivre celle du violon. À un moment de silence, j'ai fermé les yeux et relevé la tête. Je prenais bien le temps de suivre la musique qui était jouer par d'autres instruments. Cette douce mélodie me donnait l'impression d'être libre, je sentais le vents du ventilateur tourné, faisant presque comme une brise dehors. J'étais tellement perdu dans mes pensées à ce moment-ci, je croyais me retrouver sur le bord d'un ruisseau sur une plaine, lorsque ma tête revenue, j'ai repris la musique en gardant les yeux fermés. Me laissant entraîné par la musique. C'étais les deux dernière minutes plus intense, là où est-ce que je jouais le plus avec le violon en même temps. Je croyais que j'aurais eu de la difficulté, mais non, tout ces fait tout seul, je n'ai pas perdue mon talent finalement. Dans ma tête, lorsque les deux notes se suivent, je voyais seulement deux éclairs de différentes couleurs traversé la nature en s'enroulant. Une blanche et l'autre bleu, la blanche était plus élancé tandis que la bleu était moins courbé, il ressemblait plus à un éclair normal. Laissant les deux éclairs poursuivre le chemin en jouant les notes de la guitare en faisant des effets telle comme dans la musique. J'ai réussi à trouver le sentiment d'être relié à la musique avec quelqu'un sans devoir être concentré sur mes emplacements de mes doigts sur la guitare. Mon regard étais beaucoup plus sérieux lorsque je joue, sauf vers la fin que mon sourire en coin était revenu. Mes doigts n, avaient plu l'habitude de jouer de la guitare, donc j'avais mal au doigt vers la fin. Ma dernière note furent joué. Je laissais le reste de la musique jouer, une fois terminé. J'ai ouvert mes yeux.

J'étais toujours debout, dans une classe, mon corps avait bien chaud. Je me suis retourné vers Lucia avec un grand sourire aux lèvres. J'étais vraiment surpris d'elle. Les questions dans ma tête se sont pointées, combien de temps, tu joues ? Comment ça ce fait que tu joues aussi bien ? Qu'est-ce qui te fait que tu peux tout jouer ? Pourquoi la musique t'inspire tant ? Mais j'ai mieux préféré me retenir, j'ai déposé la guitare électrique sur son emplacement en débranchant le fil et fermant l'emplis. Je la regardais en tapant des mains tranquillement, j'étais vraiment surpris d'elle. Normalement, je ne ressens aucunement l'énergie de la musique lorsque je joue, mais la, j'ai pu voir le chemin de la musique et la sentir aussi.


Sérieusement, je n'ai même pas les mots pour le dire, tu me surprends, même pas de pratique, pas de fautes .. Je sais même pas quoi te dire, tu as vraiment un don avec le violon, c'est tout ce que je puisse dire. En jouant de la musique, j'ai jamais vraiment embarqué dans une bulle en même temps de jouer, je suis juste trop concentré, mais là .. C'est la première, tout ce que je dis ces vrai.

J'ai replacé mes cheveux qui m'avais collé sur le visage en me passant la main sur la tête. J'ai repris mon téléphone et je les remis dans ma poche. J'ai pris une chaise et je l'ai tourné pour que le dossier soit contre elle. M’assoyant pour déposer mes bras sur le dossier de la chaise et je l'ai regardé avec un regard amusé. Ce n'était qu'une musique, mais j'avais vraiment adoré ce petit moment. J'espère que ça l'a aidé aussi.

Je peux te poser quelques questions ? Si cela ne te dérange pas, tu pourras me demander une musique aussi en même temps.



Revenir en haut Aller en bas
Lucia Valentini
Nouveau membre
avatar
Messages : 38
Né(e) le : 24/12/2000
Date d'inscription : 18/11/2017
Age : 17
Niveau d'études/Métier : Troisième année
Situation amoureuse : C'est quoi l'amour...?
Nationalité : Italienne
Commentaires/Citations : Que la vie soit une mer, alors notre raison, nos passions mêmes, soufflent assez pour nous porter où nous voudrons ; mais l'éloquence est une tempête, un ouragan qui nous déroute.

- John Donne -
Voir le profil de l'utilisateur
https://www.twitch.tv/nocthys http://indare-division.forumactif.com/t1009-un-grain-de-sagesse-acheve-un-fou-parfait

Mar 28 Nov 2017 - 12:41

Lorsque la magie qu'avait donné ce bref instant musical s'estompa, il ne restait plus que le gris, les couleurs ternes que donnait la pièce dans laquelle nous nous trouvions. Presque comme une déception de m'être échappée de ces contrées lointaines colorées, mon visage esquissa une moue décontenancée. Pendant tout le morceau, il n'avait eu aucun mal à me suivre, à faire vibrer les notes qui étaient devenues enchanteresses par le grattage des cordes, c'était comme si l'ambiance celtique l'avait frappé de plein fouet. J'étais contente du résultat car oui il n'y avait qu'à travers la musique que j'avais la sensation d'exister, et c'était pour moi une façon comme une autre de le communiquer. Je jetais un regard furtif vers le jeune homme, alors que je gardais le violon d'une main. Il me regardait, presque fasciné ce qui me décontenança un peu ! Bah quoi ? Il n'a jamais vu de véritable musicien ? Ou n'avait-il jamais voyagé autant ? C'est que pour un amoureux de la musique, il n'avait jamais dû rentrer en symbiose avec elle. Enfin qui suis-je pour juger quelqu'un ? Il voulait me poser plein de questions, ça se voyait à ses yeux admiratifs qui me fit prendre quelque rougeurs soudaines.

D'habitude les regards qui se posaient sur moi étaient soit malveillants, soit bien trop déplacés, alors pensez bien que de voir cette fascination que même ma famille ne m'avait jamais donné...C'est soudain, inattendu, et je ne sais vraiment comme me comporter ou réagir face à une telle réaction de sa part. Sentant d'ailleurs que je commençais à perdre de mon équilibre, comme une sûreté pour lui, je remettais mon bandeau bien en place sur mes yeux, une goutte de sueur perlant sur ma tempe juste avant que mon monde revienne chaotique et désert. Il me confirma qu'il n'avait jamais été autant transporté et je ne fus pas réellement surprise, enfin il me fit comprendre quand même qu'il avait passé un moment agréable et ce fut largement suffisant pour moi. Le compliment qu'il me lança ne me fit presque ni chaud, ni froid ! J'étais bien trop habituée aux paroles douces soit disant dépourvues de venin, et comme je ne le connaissais pas, je remettais un peu en doute sa sincérité. Après tout c'est normal quand on a connu que mensonges, solitude. La confiance se gagne avec le temps, pas avec l'usure.

▬ Il n'y a pas de quoi, ce n'est pas moi qui prodigue cette sensation, mais le violon...

Passant une main dans ma chevelure pour remettre ma frange rebelle en place, j'écoutais à nouveau le son de sa voix. Des questions ? Allons bon même ici j'allais subir un interrogatoire ? Ne voyons pas le mal quand il n'a pas encore frappé ! C'est juste que depuis mon arrivée ici, je n'ai subis que ça des questions justement...Après peut être que je devais voir cela d'un bon oeil ? Je ne sais pas trop...tout dépend du sujet et de ce qu'il veut savoir.

▬ Je t'écoute...pose moi tes questions !

J'étais préparée à cela, même si le ton donné semblait prouver le contraire. De toute façon, il ne m'obligerait pas à y répondre si elles étaient bien trop personnelles non ? Un son plus tard, me fit comprendre qu'il venait de s’asseoir sur une chaise, ce qui étrangement me mit un peu plus mal à l'aise. Je m'asseyais à mon tour près du tabouret du piano à queue, jouant quelque associations de note. C'est une manie chez moi ! Je suis obligée de faire quelque chose, chaque gestes me rassurant toujours un peu plus face à des conversations humaines. Diantre ! A m'entendre parler on croirait que je suis une espèce de créature étrange...




Revenir en haut Aller en bas
Sébastien Nadeau
IRS |:| Quatrième année
avatar
Masculin
Messages : 167
Né(e) le : 24/11/1999
Date d'inscription : 19/04/2017
Age : 18
Niveau d'études/Métier : Quatrième année
Voir le profil de l'utilisateur
http://indare-division.forumactif.com/t454-rien-n-est-impossible-seulement-besoin-de-determination-finis

Mer 29 Nov 2017 - 6:39
Que c'est chou, une petite rougeur sur ces joues. J'ai bien pris le temps de le remarquer, j'adore ce petit détail. C'est ce qui fait le charme des demoiselles, lorsqu’on dit un truc bien placé pour leur faire rougir. Elle remit son bandeau et disant que c'est par le violon que j'ai pu arriver à me promener ainsi. Je crois plus que c'est elle qui joue le violon qui arrive à donner cet effet. Elle avait l'air un peu froide aux questions, j'avoue qu'on s'en fait posé une tonne lorsqu'on arrive ici. Pour être sur de nos intentions, de toute façon, je ne voulais qu'en poser deux, pas trop dur pour elle. J'ai replacé ma chaise pour m'appuyer le dos contre mon dossier. J'ai pris une guitare acoustique et je jouai une petite mélodie que mon grand-père m'avait apprise, celle qui a pu calmer mon esprit et quelques-uns des élèves ici mêmes. Elle m'avait donné le goût de jouer de la musique en la regardant jouer un peu du piano. Je gardais mon air tranquille avec le sourire en coin. La regardant.

Je dis cela, mais j'en ai que deux. Le premier, j'ai remarqué que ton accent est différent, tu viens d'où ? Et puis, combien de temps tu joues du violon ?

C'étaient les deux questions que je voulais y poser le plus. C'était quelque chose de pas très compliqué, juste surtout par curiosité pour mieux la connaître. En même temps, cela me montrerait aussi le niveau de son talent en violon, elle doit sûrement me surpasser, enfin, pas sûrement, elle doit me surpasser tout cours. Je n'ai pas joué de la guitare toute ma vie, mais disons que le 1/4 de mon temps, j'y jouais, jusqu'à ce que tous les événements s’enchaînent et que je lâche tout. Je dois me reprendre en main, c'est bien ce que je fais aussi. Il me reste surtout un truc que je veux régler, ce qui est personnelle, maintenant, je dois surtout penser au présent. Je frôlais les cordes de la guitare avec mes doigts, pour faire un petit fond avec son piano au travers. Sachant à présent quelle musique jouer, la plus récente que j'avais jouée avant de lâcher la guitare, les paroles marchais bien avec ma vie. Peut-être que cela marcherait avec la sienne aussi, on verra. Elle semble être du groupe forge, donc forcément, il y aura au moins une part de vérité à l'intérieur. J'attendais juste d'avoir sa réponse, si elle avait le goût de m'entendre, sinon je laisse tomber le projet et ont passe au prochain, ce n'est pas si difficile que cela. Avec tout ce qu'ont a fait, j'espère qu'elle sera plus à laisse ici, enfin, avec moi ça sera plus le cas, pour les autres, je n'en suis pas sur, vue qu'une grande partis en sont à des cas désespérés. Donc elle se fera taper sur les nerfs ces sur, pendant ce temps la, je pourrais la calmer, l'aidé à ce libéré. Tant que je peux faire quelque chose, cela peut faire mon bonheur. Voir le sourire des autres gens me fait sourire aussi, cela me prouve que je suis sur le bon chemin.

Au fait, si tu veux qu'ont joue une autre musique ensemble comme qu'ont a fait, ne te gêne pas, cela me ferais plaisir de rejouer de la musique, sa fait longtemps que je ne suis pas revenue jouer de la guitare, cela me ferait du bien de recommencer.

Si elle accepte, j'aurais enfin quelqu'un qui jouera de la musique avec moi, une partenaire de musique, j'aime bien. Surtout, que nos styles sont si différents de nous deux, pourtant, j'ai encore l'impression qu'on n'est pas si différent. Surtout pour tout ce qu'il a de la musique. Ont partage un grand goût pour la musique. Je l'ignore si elle a un téléphone ... J'ignore si je suis con aussi de pas avoir remarqué qu'elle garde un bandeau sur ces yeux, c'est sur qu'elle n'a pas de téléphone si elle peut pas regarder. C'est une des questions que j'aurais voulu posé, pourquoi ce bandeau ? Mais cela doit être déjà trop personnel. Donc j'ai posé mes petites questions pas trop difficile à répondre.

Musique joué pour l'instant.:
 



Revenir en haut Aller en bas
Lucia Valentini
Nouveau membre
avatar
Messages : 38
Né(e) le : 24/12/2000
Date d'inscription : 18/11/2017
Age : 17
Niveau d'études/Métier : Troisième année
Situation amoureuse : C'est quoi l'amour...?
Nationalité : Italienne
Commentaires/Citations : Que la vie soit une mer, alors notre raison, nos passions mêmes, soufflent assez pour nous porter où nous voudrons ; mais l'éloquence est une tempête, un ouragan qui nous déroute.

- John Donne -
Voir le profil de l'utilisateur
https://www.twitch.tv/nocthys http://indare-division.forumactif.com/t1009-un-grain-de-sagesse-acheve-un-fou-parfait

Mer 29 Nov 2017 - 20:09

C'est étrange, je m'étais attendu à des questions plutôt vis à vis de mon bandeau ou de ma manière de me comporter, ou encore peut être sur mon passé, mais non, il avait juste demandé d'ou je venais, et combien d'années de pratique. Décidément ce garçon est bien étrange, mais plutôt gentil....Je ne sais pas vraiment si c'est bien mais je commence vraiment à l'apprécier....Pourrais-je avoir un ami ? Et ce serait lui ? J'ai des doutes, je sais parfaitement que folle comme je suis, je ne risquais pas à ce que les autres m'approche. Et si je pétais un câble comme à l'academia del arte ? Rien que d'y repenser....S'il savait que mon passé se résume à avoir le sang d'innocent sur mes mains, comment réagirait-il ? Surement qu'il serait moins clément...Mais bon pour le moment, pourquoi devrais-je m'entêter, je vois bien qu'il n'a aucune animosité envers moi et qu'il ne me veut aucun mal...néanmoins, je devrais peut être l'avertir, le mettre en garde ?

▬ Italie...je suis italienne, du côté de Florence précisément...et pour ce qui est de mes années de pratique, je joue du violon depuis que j'ai quatre ans...c'est mon père qui m'y a obligée...

Rien que de parler de mon paternel me faisait perdre mon sourire et ma joie. Chassant mes pensées sombres, je l'écoutais d'une oreille gratter quelque notes à la guitare, presque impressionnée par son air si calme, alors qu'il a une dangereuse psychopathe à ses côtés. Bon il n'est pas censé le savoir...

▬ Tu sais...heu..."Sebastien", tu ne devrais pas rester à mes côtés et m'approcher....je suis une personne très dangereuse...je suis donc potentiellement un danger pour ta vie...

Ce qui est vrai puisque je ne maîtrise pas du tout ce trouble de la personnalité qui m'a poussée à commettre l'irréparable. Je pliais mes jambes, les rapprochant de mon corps pour les entourer de mes bras. J'étais vraiment perdue, je ne savais que faire, j'avais l'impression que ma vie était une multitude d'échecs et qu'au final j'étais bonne à rester enfermée ou avoir la tête coupée...D'ailleurs, j'ai échappé de justesse à la peine capitale, puisqu'en Italie cette dernière est permise si l'acte est vraiment important. Je n'ai que 16 ans, et voilà qu'on voulait déjà ma mort...pauvre de moi, comment voulez vous que je trouve un peu de joie en ce monde impie ? Je regardais comme hypnotisée la guitare sèche qu'il tenait...Une "les Paul", un modèle dont la sonorité était certainement l'une des plus belles, chaque accords sonnaient vraiment agréable. Il semblait apprécier de jouer en ma compagnie. Est-ce qu'il avait vu mon malaise et qu'il souhaitait que nous soyons transportés à nouveau. Il me proposait même de jouer quelque chose pour moi...une rougeur à nouveau que je faisais disparaître par les mèches de mes cheveux devant mon visage.

▬ J'aimerais bien t'entendre me jouer quelque chose...en échange je te jouerais un adagio au violon...et puis je ne connais pas trop de morceaux en duo violon/guitare alors si tu as une idée...fin je ne sais pas si je serais une bonne accompagnatrice...mais je veux bien essayer...

Voilà que je me confondais en gêne, décidément je ne sais vraiment pas comment me comporter avec le genre humain...



Revenir en haut Aller en bas
Sébastien Nadeau
IRS |:| Quatrième année
avatar
Masculin
Messages : 167
Né(e) le : 24/11/1999
Date d'inscription : 19/04/2017
Age : 18
Niveau d'études/Métier : Quatrième année
Voir le profil de l'utilisateur
http://indare-division.forumactif.com/t454-rien-n-est-impossible-seulement-besoin-de-determination-finis

Lun 4 Déc 2017 - 7:01
Donc elle venait de Florence en Italie, c'est pour cela son petit accent, je peux bien comprendre. Son père qui l'a obligé de jouer du violon en plus. Je trouve que ce n'est pas une mauvaise idée, car maintenant, elle peut jouer de cet instrument avec une technique si merveilleuse. Pendant que je grattais les cordes tranquillement sur ma guitare, ces paroles sont venue cherché une personne qui dort en moi. Elle était donc dangereuse ? J'aime mieux évité ce sujet, j'ai passé près de faucher la vie de plusieurs personne par ma faute, en me retrouvant au mauvais endroit au mauvais moment. J'étais concentré sur la guitare, je n'ai pas pu m'en rendre compte des mots que mon autre à lâché, la voix n'était pas pareil à la mienne, ont aurait dit une autre personne qui se trouvais à coter qu'il prit la parole, d'une voix malsain, tremblante d'instabilité.

Tu ne me connais pas.

Je finissais mes notes de musique tranquillement, sans m'en rendre compte que l'autre à parler. Je levai mes yeux vers elle avec un petit sourire en coin. Je pourrais toujours trouver un air à jouer duo violon/guitare, je verrais pour faire les recherches, il doit en avoir quelques-unes qu'on pourrait toujours jouer. Elle dit qu'elle ne serait pas une bonne partenaire, pourtant elle à fait ces preuves en une musique. Elle ne doit pas avoir peur dessus. J'ai pris un moment à réfléchir, choisissant une musique que je pourrais jouer, ma voix, c'était replacé.

J'en serais curieux de connaître tes goûts en musique aussi, si j'en trouve d'autre musique en duo, je t'en montrerais, ne t'inquiète pas pour ça, sinon tu as fait tes preuves, je dirais, à voir ton talent, tu en serais une bonne accompagnatrice, plein de gens seront jaloux d'avoir ton talent pour le violon, c'est pas tout le monde qui est capable d'en jouer non plu.

Elle était dans son coin, renfermé sur elle-même, peut-être que la musique que je jouerais pourrais sûrement la remettre sur pied, enfin, j'espère. Cette musique, je la pratiquais à voix bases, je ne voulais pas me montrer même si j'étais dans un local renfermé. Juste la guitare tout seul sur cette musique manquait quelque chose qui pouvait la rendre magique, donc j'avais pratiqué pendant quelques semaines à jouer plusieurs instruments à la fois en me servant de la batterie avec sa grosse caisse et de l'autre petit instrument qui permettait de suivre le rythme de la musique. Je me suis levé pour tout installer sur la batterie avec le petit tambour avec les toutes petites cymbales autour sur les cymbales de la batterie que j'ai fixé ensemble pour faire rebondir les plus petite dessus, comme ça, j'aurais le bon son pour la musique. J'ai pris ma guitare et j'ai joué un peu avec les deux pédale de la batterie pour me dégourdir un peu les pieds. C'est là que j'ai commencé à jouer cette musique, que j'ai dû chanter à haute voix. Une chance que j'ai prise le temps de me pratiquer avant, la voix marchait bien sur cette musique qui venait me chercher à l'intérieur vue que j'avais un lien avec. J'ignorais si toutefois, c'était pareil pour moi. La guitare était douce au début, ensuite la grosse caisse qui embarque sous un rythme tranquille. Ensuite les enchaînements de notes sur la guitare embarque en même temps de l'autre instrument dont j'ai un blanc de mémoire sur le nom de cette petite chose. Un sifflement pour suivre la musique pour chanter avec plus de force dans la voix, vue qu'il fallait chercher le fond de la voix pour la dernière partis. La musique était courte, mais les paroles en disaient assez long. J'ai surtout pris cette musique, car elle venait me chercher. J'avais les yeux fermé pour mieux me concentrer à jouer de la guitare, chantée et en même temps suivre les deux rythmes différents sur mes pieds, en même temps j'ai pu y mettre mon cœur sur cette musique. Je me trouve chanceux encore de ne pas avoir manqué de note pour d'avoir faussé. Car la fin était si difficile à jouer. J'ai pu ouvrir mes yeux de nouveau pour reprendre un petit sourire en coin en la regardant. Savoir qu'elle sera sa réaction.


Et puis ? C'est pas trop le désastre ?


J'ai voulu agacé en même temps, j'ignorais toute fois si c'était bien le cas.
Musique joué:
 



Revenir en haut Aller en bas
Lucia Valentini
Nouveau membre
avatar
Messages : 38
Né(e) le : 24/12/2000
Date d'inscription : 18/11/2017
Age : 17
Niveau d'études/Métier : Troisième année
Situation amoureuse : C'est quoi l'amour...?
Nationalité : Italienne
Commentaires/Citations : Que la vie soit une mer, alors notre raison, nos passions mêmes, soufflent assez pour nous porter où nous voudrons ; mais l'éloquence est une tempête, un ouragan qui nous déroute.

- John Donne -
Voir le profil de l'utilisateur
https://www.twitch.tv/nocthys http://indare-division.forumactif.com/t1009-un-grain-de-sagesse-acheve-un-fou-parfait

Jeu 7 Déc 2017 - 11:43

C'est un idiot fini. Pourquoi est-ce qu'il ne m'écoutait pas et ne fuyait pas ? Si jamais je commençais à déborder, j'étais sûre que mon autre personnalité allait me pousser à lui faire du mal. Sauf que je ne veux pas. Je ne veux plus vivre ça, plus jamais. Avoir le sang d'innocents sur mes mains étaient largement suffisant, même selon les souffrances que j'endurais. Sa voix avait sonnée l'espace d'un instant différemment, un peu plus froide, plus désinvolte comme si ce n'était pas...lui ? Non j'ai du me tromper, il est évident que ça ne peut pas être ça, et que c'est mon esprit qui me jouait des tours. En faites j'étais tellement une folle que j'allais l'impression que tout le monde était fou comme moi, comme pour me rassurer. Puis pour briser la glace que je venais de mettre entre nous, il alla s’asseoir près de la batterie avec sa guitare et commença à jouer un morceau, mélancolique, doux qui me plongea cette fois dans des cimes de terres inconnues. Non je vous assure que je ne me drogue pas au LSD même si c'est vrai qu'on pourrait le penser, et que ça ferait peut être un bien fou pour arrêter de souffrir, mais je ne touche pas de cette merde. Du moins pas tant que je ne serais pas devenue une vrai timbrée.

Cet établissement était là pour m'aider à ne pas sombrer non ? Enfin cette prison.

▬ Je considère qu'en jouer est plus une malédiction qu'un privilège

Ce qui était vrai vis à vis de mon père.  

Les yeux fermés, j'écoutais le morceau comme s'il dépendait de ma vie. Je m'imaginais habillée d'une chemise à carreau typique du style swidish, un jean skinny bien retroussé comme il faut, un bonnet sur la tête, en train de chercher au travers d'une forêt de pin la raison de mon existence. Puis mes pas croisaient ce musicien, gratteur de guitare à la voix si rock et qui devait faire fondre toutes les filles. Cette comparaison était amusante et en soit, elle me déclencha pour la première fois de ma vie depuis que je suis née, un maigre sourire. Puis quand la musique prit fin, je ne pus que rire de sa dernière phrase. Qu'est-ce qu'il cherche au juste ? Il est complètement suicidaire d'essayer de me provoquer, moi qui suis fichée par la justice comme nuisible.

▬ Je ne sais pas si tu es inconscient ou juste masochiste, mais soit...

L'applaudissant pour sa performance, a mon tour, je me décidais de lui jouer quelque chose de mon cru au violon, je devais juste trouver la mélodie parfaite, quelque chose qui toucherait son coeur comme il avait si facilement réussi à toucher le mien et me faire voyager de la sorte. Puisqu'il semblait apprécier des musiques un peu plus contemporaines, je n'allais pas tabler mon registre dans le classique cette fois ci, et puis au moins ça m'éviterait de perdre les pédales en pensant à mon stupido de père. "Quelque chose qui touche le coeur" mais quoi ? Je suis à des années lumière d'arriver à faire cela...je ne sais pas comment on fait, ni comment procéder. Devais-je laisser faire la musique, ou chanter ? Nan je n'avais pas le coeur à la chanson, alors je préférais choisir une interprétation.

Violin cover:
 

Moi même chaque notes me transportaient dans un univers coloré et frais de plaine verdoyante. J'avais la sensation d'être au beau milieu de nulle part et de jouer tout simplement comme si la nature m'appelait.


Revenir en haut Aller en bas
Sébastien Nadeau
IRS |:| Quatrième année
avatar
Masculin
Messages : 167
Né(e) le : 24/11/1999
Date d'inscription : 19/04/2017
Age : 18
Niveau d'études/Métier : Quatrième année
Voir le profil de l'utilisateur
http://indare-division.forumactif.com/t454-rien-n-est-impossible-seulement-besoin-de-determination-finis

Mar 12 Déc 2017 - 4:09

Elle cherchait quoi au juste ? Si elle dit que la musique est une malédiction, qu'est-ce qu'il y a de mal ? Pourtant on peut tout s'emporter par la musique une fois que notre cœur s'y permet. Au moins j'ai pu y permettre d'y décrocher un petit sourire avec un petit rire, c'est tout ce que je cherchais, je pouvais être fier de moi à présent. Affichant un plus sourire amusé, elle me demandait si je suis innocent ou masochiste, dans mon cas, je devrais plutôt répondre sado, faire plaisir à faire du mal aux autres, je devrais sûrement prendre sa comme une blague, je savais qu'il y avait une part de vérité, enfin, pas moi, mais l'autre. Je déteste faire du mal, mais mon autre côté en savoure de la douleurs des autres. Des qu'il a une possibilité, c'est fini, je me perds et il se montre. Je pouvais sentir sa présence, mais je faisais tout pour le retenir en arrière de mes barrières. J'ai pris un petit ton amusé.


Les deux en même temps, je dirais, j'en dirais plus aussi, mais je te laisserais deviné plus tard, si tu cherches plus à me connaître.

Elle s'installa pour jouer un morceau, je ne m'y attendais pas vraiment à ce qu'elle joue un morceau, je ne lui avais rien demandé, mais bon, je ne refuserais pas tout de même. La musique était spéciale au départ, je pouvais bien voir l'embarcation pour me laisser emporté par la vague que la musique qu'elle joue. J'ai donc regardé Lucia jouer, elle arrivait à jouer une musique qui vient tourner autour de mes sentiments, j'avais l'impression de me sentir au moyen-âge à me promener sur un chemin de terre avec une armure sur le dos à m'aventurer au travers du monde. Découvrir les faces cachées de la nature au travers des danger qui me surveille. J'avais le goût de bouger tout d'un coup, j'ai mis ma main sur mon genou et je suivais le rythme de la musique avec le bout de mes doigts. Fermant les yeux pour mieux profité de l'instant. Je semblais l'avoir bien embarqué dans ma musique et maintenant, j'embarque dans la sienne. On se communique presque par la musique à ce que j'ai pu remarquer, la première fois que je ressentais ces émotions, j'ai tellement à apprendre dans cette vie. Surtout, au niveau des émotions, on m'a tellement joué après que j'en aie perdu plusieurs, comme que j'ai perdu ma sensibilité au visage, je ne ressens plu rien, seulement mon cou qui reçois le choc que ma tête prendra. Je n'aimerais pas ressembler à un robot sans émotion, au moins j'ai pu confirmer qu'il m'en restait maintenant.

À la fin, c'était à mon tour de me réveiller et de l'applaudir en frappant des mains, elle m'avait amené une fois de plus dans sa musique. J'en étais encore surpris, ça sera sûrement donc à chaque fois qu'elle joue, je ne serais sûrement pas habituer. Mon sourire en coin prenant place sur mon visage en la regardant. Je sais que je le dis souvent, mais dommage qu'elle porte un bandeau, malgré que sa fait un style particulier. Je m'étais relevé de ma chaise pour l'applaudir, j'ai décidé de m'installer avec la guitare acoustique sur un lieu plus libre que derrière la batterie. Je me suis installé sur une chaise avec la guitare dans la main, frôlant un peu les cordes faire un bruit de fond dans la classe. Ne jouant pas trop fort.

Je sens que tu me surprendra à chaque fois que tu touchera à un instrument, tu à vraiment un talent et tu sais comment bien l'exploiter, mais sinon heureux de t'avoir donner le sourire, tu doit te sentir mieux que lorsque je suis arrivé, c'était bien mon but, je n'aime pas voir les gens triste, j'ai passé trop longtemps dans cette situation, j'aime mieux réagir que de regardé les autres dans leur solitude, car souvent je comprend ce qu'ils ressentent, ici, même si ont ce sens si différent, on ne l'est pas vraiment au fond, c'est juste que notre passé nous amène tous ici pour réglé le même problème qu'ont a, nos démon qui nous manipule ou bien reconstruire le mur qui nous à été détruite, je ne connais pas vraiment, je ne connais pas tes problème, mais sache que tu n'est pas la seule, même si tu te dit dangereuse, je pourrais te raconté plein de truc, ce que j'ai vue, ce que j'ai fait, mais je crois pas que cela t'intéresse, tu te crois dangereuse, j'ai tout la gang de rue de London sur mon dos, car il a une raison, cette raison ne vient pas vraiment de moi, mais en même temps j'en était obligé. Tout ça pour te dire, que tu n'es pas seule.

Musique de fond:
 



Revenir en haut Aller en bas
Lucia Valentini
Nouveau membre
avatar
Messages : 38
Né(e) le : 24/12/2000
Date d'inscription : 18/11/2017
Age : 17
Niveau d'études/Métier : Troisième année
Situation amoureuse : C'est quoi l'amour...?
Nationalité : Italienne
Commentaires/Citations : Que la vie soit une mer, alors notre raison, nos passions mêmes, soufflent assez pour nous porter où nous voudrons ; mais l'éloquence est une tempête, un ouragan qui nous déroute.

- John Donne -
Voir le profil de l'utilisateur
https://www.twitch.tv/nocthys http://indare-division.forumactif.com/t1009-un-grain-de-sagesse-acheve-un-fou-parfait

Sam 30 Déc 2017 - 18:38

Hello:
 

En voilà un jeune homme bien bavard ! Remarque ça me change que de faire la conversation avec un mur, comme quand j'étais petite. Bien que ce n'est jamais moi qui est du genre à lancer les discussions de part mon caractère, et ma difficulté à approcher les autres. Il pensait être capable de me comprendre ? Personne ne le peut réellement, même ma propre famille n'a pas réussie alors qui le pourrait...Il m'avait applaudit suite à mon morceau, me décrochant quelque rougeurs. C'est comme quand je jouais face à ces spectateurs fade de saveurs, sauf que lui il rayonnait pour une raison que j'ignore. Ce n'est que de la musique après tout, pourquoi fallait il qu'il en fasse toute une histoire ? Fronçant les sourcils très légèrement, je l'observais gratter quelque cordes à son tour, en me déballant un monologue des plus inattendus.

Rougissant davantage, je tentais de dissimuler mon visage en me mettant dos à lui, regardant par la fenêtre. Qu'est ce qu'il raconte enfin ? Il a vu ma détresse et est venu comme ça pour m'aider alors qu'il ne me connait pas ? Oui il a raison, il est complètement inconscient et masochiste, il est les deux ! Pire même il est complètement idiot oui ! Pourtant je ne pouvais m'empêcher d'être touchée par sa douceur et son geste affectueux, comme si j'avais espéré cela depuis des années. Ce n'était pas comme serrer une peluche dans ses bras, ni même regarder un film d'amour, c'était plus doux encore. Je ne saurais le décrire, mais ça réchauffe le coeur, au point de m'arracher quelques larmes de joie, qu'il ne pouvait voir, puisque je m'étais tournée au bon moment.

▬ Parle moi de toi....et je te dirais ce que tu veux savoir...

C'était un peu comme un deal, je ne serais pas la première à me dévoiler car ce serait encore montrer des faiblesses dont je ne veux plus faire face. Il disait avoir un gang à ses trousses, mais qu'avait-il bien pu faire pour cela ? Il n'était peut être pas un Forge, mais il semblait être aussi immature et irréfléchi qu'eux. Il avait parlé aussi de démon ? Je ne pouvais que le comprendre, l'un des miens est celui qui me murmure constamment de tuer ce qui se trouve autour de moi. cette voix n'existe plus quand je porte ce bandeau, mais entendre de longue des propositions néfastes, comme des chuchotements, comme si des milliers de personnes vous parle...imaginez comme cela est vraiment dur à supporter. C'est ce que je vis au quotidien quand je ne porte pas mon bien...La bandeau protégeait non seulement mes yeux d'un monde brisé et sombre, mais il me permettait aussi d'avoir un moment de tranquillité, comme une délivrance. M'asseyant à nouveau sur petit fauteuil du piano, je l'écoutais gratter quelques cordes, les yeux fermés comme si je cherchais à voyager dans les cimes d'un désert aride.

▬ J'ai toujours été seule....en quoi peux-tu changer la donne ? Je suis curieuse, de voir ce que tu penses m'apporter...

C'était peut être dit sur un ton sec, mais ce n'était pas dans cette intention, c'est juste que je ne veux pas d'attache, parce que je sais à quel point en avoir fait très mal. Et j'en ai marre d'avoir mal.


Revenir en haut Aller en bas
Sébastien Nadeau
IRS |:| Quatrième année
avatar
Masculin
Messages : 167
Né(e) le : 24/11/1999
Date d'inscription : 19/04/2017
Age : 18
Niveau d'études/Métier : Quatrième année
Voir le profil de l'utilisateur
http://indare-division.forumactif.com/t454-rien-n-est-impossible-seulement-besoin-de-determination-finis

Sam 6 Jan 2018 - 6:32
J'étais heureux en même temps de remarquer que j'ai bien joué mon plan pour la voir rougir, ce qui pouvais me dire que je venais de la toucher à l'intérieur. Une bonne nouvelle, dommage qu'elle s'est retourné dos à moi par ensuite. Je continuais de gratter doucement les cordes de la guitare en la regardant. Elle souhaite alors en connaître plus sur moi ? J'en ai déjà parlé à quelqu'un d'autre, je n'avais pas vraiment de difficulté à en parler, donc je ne devrais pas vraiment en avoir pour en dire pour elle. La musique était finie donc j'ai changé la musique, en jouant une autre juste après. Celle-la, je l'avais joué à mon arrivé juste après que mon psy m'ait fait écouter 3 musique qui m'a pulvérisé mes murs mentaux que j'avais fait. Il le faisait rudement, mais si c'est ça que ça prenais, il fallait bien l'exécuter. J'ai pris un petit moment pour réfléchir à mes mots et elle dit par la suite qu'elle à toujours été seule, j'ai eu le reflex de me dire qu'on était deux, mais j'avais bien quelqu'un avec moi, donc je ne pouvais plu me le dire, mais je peux le dire autrement. Elle était sèche, mais je savais bien comment faire revenir la bonne ambiance.

Par où commencer ? .. Disons que j'avais toujours été seul aussi, quelques semaines que je ne le suis plu, mais pour combien de temps sa je l'ignore. Sinon j'ai jamais vraiment connu ma mère, elle est morte à ma naissance, mon père me battais à tout les jours jusqu'à ce que je perds la sensibilité du visage. Frappe-moi au visage et je ressentirais rien, il m'a tatoué ce truc au visage de force et il a fini en prison. J'ai passé du temps avec mes grands-parents espagnol, mon père était français, j'ai dû apprendre ces deux langues pour eux pour leur comprendre ainsi que l'anglais. Je suis arrivé ici l'année dernière et six mois après, ont ma avertis que mon père ces pendus, tant mieux, mais mes grands-parents sont mort de décès, donc je suis complètement seul dans ce monde de fou. Pendant que j'étais instable, j'ai voulu prendre l'air et ont ma agressé dans la rue par un gang, qui ont tous finis disparue.
Inconscient, dans la poubelle, dommage que je n'aie pas pu leur retirer la vie de chacun dans un bain de sang. Donc je me suis retrouvé avec tout la bande au dos, des que je sors, je dois faire attention, j'en ai déjà dit énormément. Donc je connais bien le sentiment d'être seul, face à un monde de fou à retrouvé la sortis auprès de ce qu'on aime faire, pensé que les autres ne veulent que du mal et faire souffrir, alors qu'au travers, il a des gens silencieux prêt à nous aider. Donc, voila, je suis ici car j'arrive pas à me contrôler totalement, il y a quelques semaines je ne pouvais pas en parler ouvertement comme ça, c'est encore nouveau pour moi, et toi tes ici pour qu'elle raison ? Je dois avouer que ton bandeau attire ma curiosité, mais si tu ne veux pas le dire, juste à ignorer ma remarque, je comprendrais.

Je venais de tout cracher d'un coup. Maintenant, je dois la laissée parlé, mon histoire à été raconté en bref. Je n'avais pas dit que j'avais raconté de bonne et mauvaise personne ici, que j'en ai aidé comme que d'autre m'a aidé. Ces temps-si, Brook était la personne principale que j'y tiens, sinon j'ai bien aimé ma promenade avec Nia et le temps passé avec Sylvia. Quelque pensée de tout le monde mes revenues en tête pendant un bref moment. Je continuais tout de même de jouer la petite musique à la guitare que je jouais avec mes doigts et sans pics. J'aimais mieux jouer avec mes doigts, c'était plus agile et je pouvais faire plus de notes rapidement avec en même temps sans devoir grouiller mon poignet rapidement et accrocher d'autre note au passage. J'ai posé mes pieds sur une autre chaise tout en étant tranquille, je n'avais pas du tout remarqué que mon ton de voix avait changé pendant un certain temps, j'étais si concentré sur la guitare en même temps que j'oubliais que le deuxième côté parlait en même temps que moi lorsque je discutais avec Lucia.

Hello ~ :
 

Musique:
 



Revenir en haut Aller en bas
Lucia Valentini
Nouveau membre
avatar
Messages : 38
Né(e) le : 24/12/2000
Date d'inscription : 18/11/2017
Age : 17
Niveau d'études/Métier : Troisième année
Situation amoureuse : C'est quoi l'amour...?
Nationalité : Italienne
Commentaires/Citations : Que la vie soit une mer, alors notre raison, nos passions mêmes, soufflent assez pour nous porter où nous voudrons ; mais l'éloquence est une tempête, un ouragan qui nous déroute.

- John Donne -
Voir le profil de l'utilisateur
https://www.twitch.tv/nocthys http://indare-division.forumactif.com/t1009-un-grain-de-sagesse-acheve-un-fou-parfait

Mer 17 Jan 2018 - 19:35

Son histoire...Elle avait quelque chose de semblable à la mienne et je ne saurais le dire pourquoi mais je ressentis en ce moment même une profonde culpabilité. Non pas que je m'en voulais d'avoir été froide avec lui, j'étais plutôt désolée de connaître quelqu'un qui a vécu quelque chose de semblable. Bien que beaucoup d'éléments différaient de ma propre version. Lui ! Il avait trouvé quelqu'un pour le combler, quelqu'un pour lui montrer la lumière et les couleurs de ce monde dévasté. je devrais être heureuse pour les autres, mais je ne pouvais m'empêcher de ressentir un peu de jalousie à sa situation. C'est sans nul doute impossible pour moi, cela ne m'arrivera jamais et je ne le sais que trop bien. L'espoir n'appartient qu'aux inconscients et aux faibles. Serrant le poing alors que je me remémorais ses paroles. Je ne suis pas sûre de comprendre son histoire de bataille de gang et cela ne me regarde pas, mais...n'avait-il pas eu une voix différente quand il s'agissait du regret de ne pas tous les avoir fait souffrir ? C'était peut être mon imagination ?....Non je suis bien trop lucide mais je ne pouvais pas m'en mêler. Déjà en prenant parti, je m'obligeais à ressentir le besoin d'aider quelqu'un et donc à ressentir....Hors les sentiments, les choses émotionnelles ce n'est pas pour moi...

La chanson qu'il jouait, je la connaissais, mais elle laissait un goût d'amertume à toute ces révélations.

▬ Trouve toi chanceux de ta situation....quelqu'un t'a ouvert ses bras...ce n'est pas le cas pour tout le monde.

Il n'y avait ni agacement dans cette parole, ni même douceur, je préférais choisir un semblant de neutralité pour ne pas créer plus d’embarras que j'en avais fait. Ce qui luttait en moi c'était cet étrange sentiment de vouloir le priver de son bonheur. Encore « Mana » qui fait des siennes, pourtant je portais mon bandeau, mais je la sentais constamment envahir tout mon être et sa soif de souffrance, d'infliger la douleur pénétrait chaque parcelle de mon être. Je me dois de lutter contre ses envies morbides qui ne sont pas miennes. Je lui avais donné un nom, parce qu'elle était une voix, une déchirure venant de mon propre désarroi. C'était entièrement de ma faute si elle était enchaînée à ma destinée.

A présent, c'était à moi de lui dire qui j'étais, à regrets. Et même si je ne l'étais plus réellement : Un membre de la famille Valentini tient toujours ses paroles.

▬ Comme toi j'ai eu la malchance d'avoir un père peu aimant qui préférait jouir du plaisir de frapper son enfant plutôt que de l'aimer. Chaque fois que je jouais mal, ou une simple fausse note de violon, se solutionnait pour lui par un coup de canne...comme si....dans son geste il espérait que je m'applique. Il me gardait enfermée dans la demeure...je n'étais pas en cage mais c'était tout comme....je n'ai pas d'amis...pas d'attaches et c'est tant mieux car le bonheur est toujours de courte durée...mon père se serait amusé à détruire tout ce qui me rendait heureuse....Il l'a déjà fait en me privant de ma liberté...La seule raison pour laquelle j'avais le droit d'être dehors c'était pour aller au conservatoire rien de plus....

Plus les mots sortaient, et plus un gout cendré se fondait dans ma bouche, comme si les souvenirs que j'avais brûlés de mon esprit était là pour me rappeler qu'il n'avaient pas disparus, mon sang bouillonna tandis que je continuais.

▬ A force de ne plus vouloir être son jouet, j'ai décidé de me rebeller. Je n'allais plus au conservatoire, je sortais en l'y faisant croire mais je m'évadais dans la merveilleuse Florence, je fuyais encore et toujours, j'ai d'ailleurs développé une claustrophobie pour les endroits bien trop petits...Et pour me punir de mon impertinence, mon paternel m'a séquestrée dans une boite....jusqu'à ce que je le supplie et que je m'excuse....En compensation j'ai intégré une Académie d'art...la plus réputée de Florence...Et c'est là que ma déchéance commença....

Je sentis mon corps être pris de tremblements, et me tenant ce dernier à genoux comme pour tenter de maîtriser ma colère, je continuais la suite de mon récit sans même jauger son expression. Qu'elle soit de dépit, de pitié ou de compassion.

▬ J'ai donc fréquenté cet endroit...et comme si mon père s'imaginait une autre rébellion de ma part, à chaque mauvaise note, il me coupait les vivres...je luttais contre la faim...la soif...m'obligeant à faire l'impossible pour ne serait ce que me sustenter un peu....Mes camarades eux ? Ils me regardaient comme un animal de foire....Ils me détestaient tellement pour une raison que j'ignore....et puis...plusieurs d'entre eux...ils...ils...

« T'aimes ça sale chienne hein haan ! Vas y dis le que t'aime ça ! »
« Arrêtez je vous en supplie !....ça fait mal ha....»



Je sentais mon pouls battre fortement, des perles de sueurs tomba sur mon front, alors que je me prenais la tête, mon envie de sang et de meurtre grandissant de plus en plus. Mana voulait se déchaîner, exploser le moindre objet de cette pièce....Je devais fuir avant qu'il ne soit trop tard ! Je ne veux pas tuer encore ! Non je ne veux pas...Le bandeau n'était pas illusoire je le sais, il m'aidait à tenir ferme ma détermination...mais Mana reste forte...

▬ Tue le Lucia !



▬ Il n'a rien fait Mana ! Arrête !

Que quelqu'un me vienne en aide....n'importe qui...

▬ Va t'en s'il te plait....je ne...je ne veux pas te faire du mal...

Ne le voyant pas bouger, c'est moi qui décidait de faire quelque chose, et je me relevais difficilement, toujours en enserrant mon corps contre moi, me dirigeant doucement mais sûrement vers la porte.


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Quiconque cherche la vérité entend ma voix
» « Quand un pauvre appelle, le Seigneur entend. »
» comment bosser en équipe quand on s'entend pas !
» " Un moment de légère affliction...opère en nous "...Tenez bon et laissez Dieu agir
» Vidéo-chant : Entend mon coeur

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Institution Indarë :: IRS - Bâtiment principal :: 2e étage : langues et arts :: Salle de musique-
Sauter vers: