À droite, l'école et ses élèves normaux, comme tout le monde.À gauche, le centre de redressement pour jeunes dangereux.Maintenant réunis, pour le pire.
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  



Votez pour le forum

~ Étendez l'expérience ~
Le bal a commencé ! Venez rp dans le sous-forum dédié !
Elèves, professeurs et civils partent en voyage en France ! Ca vous tente ?

 :: Hors-jeu :: Archives Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Laissez plutôt subsister la grâce d'un printemps jusqu'au crépuscule * ○ Terminé

Myeongwol
Invité
avatar

Ven 6 Jan - 23:26
Myeongwol
Myeongwol Park
Ancien membre
PARK Myeongwol
Surnom(s) : Park, Wol.
Âge : 17 ans
Date de naissance : 6 Avril à 15 heures 51 soit environ 10 minutes avant Soohee sa soeur jumelle.

Lieu de naissance : Bucheon, Corée du Sud.
Nationalité : Coréenne
Orientation sexuelle : Probablement hétérosexuelle. La corée n'est pas très permissive à ce sujet et elle à reçu une éducation très stricte.

Classe : 3 A.
Groupe : Forge.
Raison :PARK Myeongwol à été placée en maison de correction pour avoir piratée la base de donnée du la Maison Bleue ( siège du gouvernement Coréen), d'avoir participé au braquage d'une banque en forçant le système informatique de la Banque Centrale et pour avoir battue PARK Soohee, témoin dans l'affaire, au point de causer des dommages irréparables pour sa santé.[...] Elle à été transférée à Indarë sur la demande expresse de ses parents et de l'établissement dans lequel elle purgeait sa peine , à cause de sa grande violence et de son refus total de l'autorité. Ses parents ont renoncés à leur droits sur elle et elle à été placée sous la tutelle de KIM Shin, son oncle maternelle résidant à Londres. Ils s'est chargé du transfert.School.
Caractère

« En fait, la seule et unique fois ou j'ai pu lui parler c'était une enfant tout à fait normale. Solide, bien dans sa peau, assurée et maline comme pas deux. Elle sait y faire cette petite et à bien des sujets. Elle était souriante, polie : un vrai rayon de soleil. Je ne pouvais pas savoir que deux semaines plus tard , elle frapperai presque à mort sa pauvre sœur.  C'est regrettable, elle était talentueuse. » ▬ || Beak Eunji, psychologue scolaire ○ Extraits des entretiens du Commissaire Im.

Pourtant.
Face à la concernée, dans cette cabine de conversation exiguë du centre de détention pour mineures de Séoul, Song Yunyeong n'en menait pas large. Elle avait cet air très calme, Myeongwol : comme s'il était absolument évident qu'elle n'avait rien au monde à se reprocher.  En paix avec elle même , elle admirait avec une certaine satisfaction la manière dont jouaient les rayons du soleil à travers la lucarne en verre renforcé de la pièce. Issue d'une très bonne famille, elle avait reçu une certaine éducation et même dans ces circonstances c'était visible, dans sa manière de se tenir ,par exemple. Droite, pleine d'une assurance malvenue.  Ses yeux sombres respiraient une intelligence gâchée entre les murs d'un tel établissement, une intelligence pervertie qui n'avait pas véritablement servit le pays. Ce qui était dommage. Elle avait rejoint un lycée pour jeune fille parmi les mieux cotés du pays et se plaçait quatrième au classement national.  Tout les gens qu'elle avait rencontré avant la décrivaient comme une élève studieuse et volontaire, qui aidait facilement les autres, souriante et pleine de vie. Le cœur sur la main et pas la langue dans sa poche.  Myengwol était dite abrupte mais généralement juste avec un grand sens des responsabilité, et assez assurée de la valeur des choses.

Une étudiante modèle en apparence, qui s'entourait facilement d'un groupe d'amis.  Il y avait un véritable passif de violence mais elle n'avait appris tardivement que la famille Park avait étouffé les affaires successives avec des compensations financières et laissé la violence naturelle de l'enfant s'exprimer dans des lieux ou c'était admit : des dojos et autres lieux d'art martiaux. Mais aux yeux du monde, Park Myeongwol ne faisait pas de bruit, c'était une enfant volontaire qui participait aux compétition de son club d'Hapkido au lycée Seonam de Séoul . Volontaire dans les actes de charité promues par l'armée,  elle aurait du être une fierté nationale.  Comme Han Tae Hee, le garçon classé premier et qui fréquentait le lycée publique en face du sien.  Quelque chose pourtant avait changé.  Pas un changement brusque, plus comme une fissure qui avait ouvert un passage vers une autre réalité donc personne n'avait eu réellement conscience.

Depuis les faits de janvier dernier elle ne semblait pas avoir subit d'altération manifeste de son comportement, c'était un peu comme si rien n'était jamais arrivé ou comme si elle était finalement absolument à sa place dans ce genre d'endroit.   Finalement , elle avait tourné ses yeux pour les poser sur elle avec une curiosité même pas dissimulée. Malsaine à n'en pas douter.  Un sourire avait étiré ses lèvres claires et elle avait légèrement penché sa tête sur le coté.

« _ Eh bien, Docteur vous êtes là parce que vous avez des questions à me poser n'est-ce pas ? Ils en ont tous. »

Le ton était doux mais suintait d'une ironie narquoise qui glaçait le sang.  Park Myeongwol était ce genre de personne, malgré son jeune âge , elle avait ce charisme, cette assurance écrasante qui forçait le regard des autres, elle dégageait par moment une aura entre malaise et oppression qui étouffait rapidement toute pensée libre.

« _ Une chamane à dit à mon père que j'étais née avec le visage d'un amiral immortel, comme Yi Sun-Sin. Quelqu'un qui pourrait faire tomber le pays ou le sauver. A votre avis, est-ce que j'en suis vraiment capable? »

Myeongwol avait rit un instant avant de se reprendre. Ses yeux avaient repris cette drôle de lueur étouffée mais inquiétante, son visage cependant arborai un espèce de calme doux qui la tétanisait. Yunyeong se demanda pour diantre il fallait que les coréens accordent autant d'importance à ce genre de prédictions.

« _ Je suis venue pour faire un point sur votre état.
 _ Je pensais que l'examen psychiatrique avait conclu que j'étais parfaitement saine d'esprit. Et c'est la vérité.  Qu'espérez-vous de plus ?
 _ Savoir, comprendre, je suppose. Ce que vous avez fait, ce jour-là , pourquoi l'avez-vous fait ? »

L'adolescente s'était un peu tortillée pour s'asseoir en tailleurs sur sa chaise  et avait posé ses coudes sur la table en bois pour poser son menton dans ses mains en coupe – elles étaient menottées et reliées à ses pieds depuis qu'elle avait agressée une autre détenue.

« _ Quand vous dites, « ce jour-là » vous parlez de Soohee ou de la « Maison Bleue » ? 
  _ Un peu de tout je suppose. Il y à bien une raison. »

Elle avait semblé perplexe.

« _ Je l'ai fait parce que je le pouvais. quelle drôle de question. N'est-ce pas toujours la même raison ? Les gens font les choses parce qu'ils le peuvent. A propos de la banque, à propos de la Maison bleue ou en ce qui concerne Soohee, c'était seulement parce que pouvais le faire.
 _ A propos de Park Soohee, vous n'éprouvez pas de regret ? Vous auriez pu la tuer. »

Il y avait eu un autre sourire.  Un sourire tordu. Elle n'en avait pas tellement, en général elle paraissait si simple, si normale. Mais il y avait ces instants ou quelque chose s'inscrivant sur son visage, dans ses yeux et jusque dans son odeur.

« _ Alors c'est ça que vous voulez m'entendre dire ? Que je suis désolée ? Que je regrette ? J'aurais dût la tuer. Vous n'avez pas lu mon dossier? c'est ce que j'aurais fait si mon père ne nous avait pas trouvées.  Je ne vais pas vous mentir et dire que je regrette , ce n'est pas le cas. Je suppose que c'est regrettable en soit. »

Absence de regret.
Pourtant dans le fond elle n'était pas amorale, elle connaissait les règles, les limites et c'était une forme d'immoralité partielle qui l'avait conduite à les franchir, parce qu'elle ne les voyait probablement s'appliquer à elle. Ou peut-être parce qu'elle s'en fichait.  Elle n'était pas certaine.  Myeongwol pensait seulement qu'il existait deux types de personne dans le monde : Ceux qui peuvent et ceux qui ne peuvent pas. Il paraissait évident qu'elle appartenait à la première catégorie et que son système de pensée lui permettait supplanter à bien des niveaux la majorité des autres personnes : celles qui ne pouvaient pas. Comme de la sélection naturelle en quelques sortes.  

Dotée de bien peu de scrupules et d'un quotient émotionnel relativement bas en miroir à son quotient intellectuel anormalement élevé. Comme si les parties logiques et mémorielles de son cerveaux avaient petit à petit gagné du territoire réduisant son champ émotionnel.  Elle analysait les choses d'un point de vue anormalement logique sans jamais entrer dans la pathologie. Malgré son manque d’empathie, elle n'était ni antisociale ni foncièrement mégalomane ou manipulatrice.  Ni sociopathe, ni psychopathe, louvoyant entre des tendances destructrices dans une instabilité morale qu'elle préférait désigner comme «  Une vérité alternative ».

« _ Vous vous ennuyiez à l'école, n'est-ce pas ?
  _ Plutôt, les autres étaient généralement incroyablement stupide, n'est-ce pas ? De mon point de vue , vous l'êtes aussi. Parce que votre conception du monde est bien trop étriquée. Morale, patrie, famille. C'est la seule chose qui compte à vos yeux, mais c'est absurde et réducteur.
 _ Vous pensez que la plupart des gens ne veulent pas vous comprendre ?
 _ C'est plus profond que cela, je pense que la plupart des gens n'ont pas les capacités nécessaires pour le faire. Ce n'est pas que vous ne voulez pas, seulement que vous ne pouvez pas »

Replaçant difficilement – à cause de ses entraves – une mèche de cheveux derrière son oreille, Myeongwol s'était levée et avait fait signes aux surveillants pénitenciers. La séance s'était terminée. Parce qu'elle en avait décidé ainsi. Et Song Yunyeong, psychiatre de l’hôpital central était restée assise sur sa propre chaise un moment supplémentaire. Partagée entre le dégoût, la crainte et la fascination.

Elle pensa que Park Myeongwol avait peut-être le visage d'un amiral immortel, qu'elle en avait le charisme.
Elle pensa aussi qu'elle ne sauverai jamais le pays, que la chamane avait raison et que sa patiente pourrait bien être un danger pour la sécurité nationale.

Elle pensa.
Mais elle ne l'écrivit pas.
Elle avait honte.

Physique

Yeux : Gris antrhacite/Noirs. Comme tous les coréens elle à les yeux bridés, même si elle on lui trouvait de "grand yeux" dans son pays natal. Un critère de beauté.
Cheveux : Noirs, mi-long, lisses, épaix. Typiquement asiatique, il n'y à pas grand chose à dire à ce sujet parce qu'elle n'en prend pas réellement soin. Probablement parce qu'elle à mieux a faire.
Taille : 167 cm, elle est assez grande pour une coréenne mais elle fait partie d'une génération grandissante.
Poids : 54 kilos
Corpulence : Athlétique. Fille d'un Général trois étoile de l'armée coréenne elle à été poussée à pratiquer des arts martiaux traditionnel dès sa plus tendre enfance Taekwondo et et Hapkido surtout et à beaucoup pratiqué le Taekkyon, un genre de danse martiale (art antique inventé par des population troglodytes ) dont on raconte qu'il est l'ancêtre de tous les arts martiaux coréen
Vêtements et/ou style : Elle n'a pas de style en particulier, elle met seulement des vêtements qui lui plaisent et dans lesquels elle se sent à l'aise.
Signe distinctif : Elle n'en à pas vraiment, quand on ne connait pas son histoire elle à l'air d'une adolescente tout à fait normale.
Autre chose ? Elle porte des lunettes de repos pour lire, écrire ou être devant un écran.

ET/OU Vous pouvez aussi écrire un texte décrivant le physique de votre personnage.


Histoire


▬ R A P P O R T D E N Q U E T E ▬


La police de Séoul est intervenu le matin du ▬▬▬▬▬▬ dans le quartier ▬▬▬▬ au Domicile du Général Trois étoiles ▬▬▬Young-Pal.  À 11 heures et 45 minutes. Les équipes arrivées sur les yeux ont été frappées d'horreur par la scène. Le Général ▬▬▬ se tenait dans un coin d'une chambre à l'étage le corps recroquevillé sur celui de ▬▬ Soohee, sa seconde fille. L'enfant hurlait et les secours ne parvenaient pas à intervenir convenablement tant elle souffrait.

L'autre enfant de la famille , était debout dans la pièce également, penchée au dessus du corps inanimé de sa mère. Sa jambe gauche était couverte de sang, les analyses ont prouvé qu'il s'agissait majoritairement du sien aux vues des griffures profondes qu'elle avait sur cette dernière. Son ADN  à été retrouvée sus les ongles de sa sœur.

▬▬ Myeongwol était couverte de sang, celui de sa sœur et de sa mère. Sur le visage et les mains principalement. Elle à visiblement battue ▬▬ Soohee et lui à brisé le nez et la mâchoire, le compte rendu médical fait également par d'une fracture du dos entre D4 et D6, d'une fracture du bassin et du col du fémur. Kim Sun-hee, l'épouse du Génral ▬▬ semble avoir le nez et une arcade sourcilière fracturés.

▬▬ Myeongwol n'a pas fait preuve de résistance quand à son arrestation, elle s'est laissée emmener dans le calme. Elle avait déjà été entendue dans une affaire de piratage qui compromettait la sécurité nationale et dans une affaire de braquage, elle avait été libérée sous caution en attente de son jugement.  Cette fois elle sera placée en détention. Elle à été conduite dans un centre de soin pour une fracture du poignet gauche, de l'indexe et du pouce de la main du même côté. Des blessures d'usure provoquée par de nombreux chocs à forte puissance.

Elle sera placée dans un centre de détention pour Mineur de Séoul et n'obtiendra pas de possibilité de sursit.  


Poste de police central – Séoul. 12 h 02 ◘ Salle d'interrogatoire 07 ||Inspecteur IM Taemin.
Im Taemin regardait fixement la jeune fille assise en face de lui. Ça semblait être la seule chose à faire en cet instant. Elle ne le regardait pas, son regard était seulement fixé sur l'horloge murale accrochée derrière lui, qui déversait un « tic-tac » absolument terrible. Le silence pesant le mettait étrangement mal à l'aise au lieu de l'irriter comme cela aurait du. En principe ce genre de silence l'irritait , parce que c'était une provocation mais ce n'était pas son ressenti actuel. Elle semblait seulement attendre quelque chose. Quoi ? Il ne le savait pas, probablement rien, en fait. Ou seulement que le temps passe.  Ses yeux n'exprimaient pas d'émotion particulière et sa respiration était tranquille. Taemin eût alors la certitude que , quoi qu'il advienne à la fin de cette journée : c'était elle qui l'avait choisis et qu'elle avait agis en sachant ou cela la mènerai. De temps en temps, son regard rencontrai celui de Yoon Soo-ha, l'avocat de l'adolescente et il ne lui semblait pas plus à l'aise que lui.  

Après un moment qui avait paru interminable, elle avait glissé son regard sombre sur lui et il était devenu son seul et unique centre d'attention. L'inspecteur se senti d'autant  plus oppressé mais elle ne semblait pas être gênée qu'il la fixe en retour. Il se surprit à se demander ce qui avait bien pu rater dans la vie de cette enfant pour que les choses prennent une tournure aussi dramatique.

« _ Est-ce qu'on ne va pas commencer ? »

Sa voix, calme, claire avait raisonné dans la salle d'interrogatoire et il semblait qu'elle était en réalité celle qui dirigeait la séance. Elle avait été momentanément amusée de sa surprise et n'avait pas prêté d'attention à ce que disait son avocat à coté d'elle.

« _ Hum, eh bien. Si. Êtes vous bien Park Myeongwol, 15 ans et 3 mois née le 6 avril à Bucheon. Fille du Général Park  et de son épouse  Kim Sun-hee ?
_ Je serai stupide de le nier, alors que c'est une évidence.
_ Répondez seulement par « oui » ou par « non ».
_ Je viens de le faire, pourtant. Je suis bien cette Myeongwol là.
_ Certifiez-vous qu'on vous à lu vos droits et que vous savez pour qu'elle raison vous êtes ici ? »

Elle avait eû un drôle de rire, un peu un gloussement, comme si la situation lui avait paru absurde, surréaliste mais elle avait opiné du chef.

« _ Oui » Elle avait soufflé du bout des lèvres.
« _ Alors je vais prendre votre déposition. »

Son regard s'était attardé sur le visage de la jeune fille.  Il y avait encore des traces de sang dessus, sur ses bras aussi. Malgré qu'elle ai eût l'occasion de faire une toilette rapide. Elle ne semblait pas en être dérangée outre mesure.  Probablement qu'elle ne l'était pas du tout. Elle était très attentive cependant, et visiblement prête à coopérer.

« _Si on parlais des événements du 21 janvier dernier, à propos de votre intrusion dans le système informatique de « La Maison Bleue » ?
_ ça à commencé bien avant le mois de janvier.
_ Pardon ?
_ Je veux bien être particulièrement intelligente ou douée dans vos yeux, cela étant , on ne pirate pas une chose aussi grosse à son premier essai. Alors si vous voulez savoir, à propos de ça , de la banque ou de Soohee, je crois qu'on devrai commencer par ce qui m'a mit dans cette situation pour commencer. Pas aller en prison, non : ça c'était ma sœur. Je parle de la situation «  J'ai compromis la sécurité nationale. » , qui à un départ totalement différent.
_ Je t'écoute. »

Il avait saisit l'ordinateur.
S'il avait eût seulement un peu plus de jugeote alors , il aurait compris qu'il était sur le point de lui accorder exactement ce qu'elle voulait : de l'attention.  Mais pour l'heure, Im Taemin était seulement trop heureux de pouvoir se soustraire au regard lourd de sens de cette étrange gamine. Park Myeongwol avait ricané un peu et s'était complètement affalée sur sa chaise , basculant sa tête vers l'arrière pour regarder le plafond.

« _ Honnêtement je pense que c'est arrivé quand j'avais cinq ans. Avant cela , il avait déjà toujours été plus ou moins évident que malgré que nous ayons été conçue dans le même ventre, que nous ayons partagé le même utérus , Soohee et moi étions profondément différente.  Je ne parle pas du fait que nous étions de fausses jumelles ou de notre physique qui est horriblement proche, tellement que cela me dégoûte en vérité.  Mais cette année là, il est paru évident que si nous avions été dans de poches séparées c'était pour une bonne raison. J'ai toujours été la plus intelligente ou alors elle était particulièrement stupide ? Je n'ai jamais vraiment sus, mais j'avais cette impression à l'époque.   Elle était naïve ma petite sœur, tellement naïve, elle s'agitait dans tous les sens comme tous les enfants de notre age , éprouvait des difficultés à l'école suivait ses cours particuliers avec assiduité, je n'étais pas comme cela.

C'est probablement la raison pour laquelle d'ailleurs, Soohee et moi nous nous entendions si mal. Oh, nous avons bien fait semblant, pendant un temps, parce que c'était dans notre intérêt, cela dit ce n'est pas quelque chose qui dura longtemps. Parce que je la trouvait vaine, stupide et parce qu'elle pensait que j'étais étrange, que je lui faisait peur ou parce que je refusait de participer à ses jeux.  Ce n'était pas forcément une perte.  Quand nous avons eût cinq ou six ans donc, une véritable rupture s'est opérée entre nous.  Parce qu'alors que je réussissait avec les meilleurs résultats nationaux le concours d'entrer dans l'école primaire Yeongsang , de Séoul, une école internationale parmi les mieux cotées du pays, Soohee, elle échouait lamentablement.  Elle intégra une école moins privée, privée ou l'enseignement était plus permissif, moins élitiste à bien des sujets.

Ça à été une rupture parce qu'à partir de là, ni Soohee ni moi n'avons jugé bon de continuer à faire semblant que nous nous apprécions et pendant de longues années par la suite : ne ne nous sommes pratiquement plus parlées. Nos parents ont tenté de comprendre, mais il n'y avait rien à faire et ils pensaient sûrement que c'était une passade que nous changerions avec le temps.  C'était stupide de le croire mais avec du recul je pense que je peux comprendre leur sentiment.  Pour ma part et je suis presque  désolée de vous décevoir, mais j'étais une élève parfaitement comme les autres, avec des facilités pour apprendre mais j'étais sociable – je le suis toujours , la plupart du temps – et je m'entendait bien avec mes camarades, j'étais même déléguée de ma classe.  Parce que je n'avais pas besoin de cours supplémentaires mes parents m'ont laissée avoir accès à internet, probablement parce qu'ils pensaient que je trouverai toutes sortes de choses dessus qui répondraient à ma curiosité insatiable. Ils n'avaient pas tout à fait tors.  Ce n'est que plus tard que j'ai commencer à réellement me passionner pour l'informatique.  J'avais peut-être une dizaine d'année ? C'était au moment ou je suis entrée au collège.

Quand ma sœur passait six heures par soir dans diverses écoles alternative, comme beaucoup d'enfant de notre âge, je passait six heure sur un pc. Je ne faisait pas toujours des choses constructives, mais petit à petit. J'ai commencé à apprendre les bases de fonctionnement de ces machines, des réseaux. Après je suppose que c'est assez comparable au vélo : ça va tout seul. Malgré quelques essai non-fructueux, voir absolument catastrophique, de rencontre en rencontre. J'ai commencé toutes sortes de programmations et je pense que si j'aimais cela c'était parce que j'étais libre.  Je pouvais créer n'importe quoi et , plus tard : j'ai pu m'approprier ce qui était aux autres.  J'y ai trouvé une certaine satisfaction, je suppose.  C'est même certain après réflexion. Mais vous savez, Inspecteur ...Im ; Tout ça ce n'était rien. »

Elle s'était redressée brusquement, comme un pantin à qui on aurait subitement donné un ordre, rejeté d'un geste de la tête ses cheveux dans son dos et replié sa jambe droite pour poser son coude dessus. Nonchalante , son attention cependant ne s'était pas relâchée pour le moins puisqu'elle semblait encore perdue quelque part dans ses souvenirs. Elle profita de ce regard pour aviser encore une fois la pendule qui lui faisait face et à la vision de l'heure sembla renifler de mécontentement.  

« _ Et après ?
 _ Je ne pense pas que je vais raconter la suite maintenant. J'aimerai savoir comment va ma sœur avant.  Elle devrai sortir du bloc prochainement, n'est-ce pas ? Je parlerai quand ce sera fait.
 _ Est-ce que vous pensez avoir un genre de droit quelconque dans cet endroit ? »

Elle avait rit et pendant quelques secondes il avait pensé qu'elle le regardait comme un demeuré. Sans doutes qu'il l'était dans ses yeux à elle.

« _ Bien sur que non. Cela étant, ce n'est pas comme si vous n'aviez pas besoin de mes aveux, n'est-ce pas ? Et je suis mineure. J'ai le droit de prendre une pause. J'aurais ce droit même si j'étais une meurtrière. Ah !...attendez : peut-être que je le suis après tout !
_ Vous êtes cinglée !
_ Oh, vous aimeriez bien que je le sois, parce que comme cela votre petite illusion de monde juste serai sauvée. Mais ce n'est pas comme cela. Je ne suis pas folle. »

Poste de police central – Séoul. 16 h 29 ◘ Salle d'interrogatoire 07 ||Inspecteur IM Taemin.
Elle avait l'air affligée et pour la première fois depuis le début de l'entretient, Im Taemin se permit de ressentir un peu d'empathie pour Park Myeongwol. Mal lui en pris, cependant , en cet instant : elle ressemblait vraiment à quelqu'un qui éprouvait un remords sincère.  Plus tard il serai apparu qu'il n'en était rien , mais de toutes les façons, il était manifeste que depuis le départ Taemin faisait fausse route à propos de Myeongwol. Il aurait pu se répéter que cette jeune fille avait le matin même battu sa sœur jumelle au point de lui briser le dos et de l'handicaper à vie – c'est ce que stipulait le rapport médical qu'ils avaient reçus : Park Soohee ne marcherai plus jamais. Ce serai même un miracle qu'elle retrouve la totalité de ses facultés mentales.  Mais peut-être, peut-être que la colère avait pris le dessus et que maintenant la jeune adolescente se retrouvait face à une situation beaucoup trop complexe pour elle, douloureuse. Parce que c'était sœur et sans doutes qu'elle se sentait accablée d'avoir pu faire cela.

« _ Est-ce que tu va bien ?
 _ N'est-il pas évident que non ?  Cette fille , m'emmerdera jusqu'au bout.
 _ Cette fille … ?
 _ Park Soohee ! Vous avez dit vous même qu'elle n'était pas morte. Park Soohee, cette fille.
 _ C'est votre sœur !
 _ Ah parce que vous pensez que je pourrais l'ignorer ? »

Elle semblait furieuse en fait et tout à coup, il réalisa qu'elle n'était pas accablée de chagrin mais seulement du fait qu'elle n'était pas parvenue à ses fins.  Park Soohee était en vie. En vie . Et au lieu de la soulager , cela l'accablait. Il était habitué à traiter toutes sortes d'histoires d’homicide, à Séoul, ce n'était pas si rare, cela étant c'était la première fois que l'accusé était un enfant. Une jeune fille, mineure et parfaitement propre sur elle. Alors pendant un instant il avait pensé que peut-être, Park Soohee savait une chose qu'elle n'aurait pas du et que ...et que alors c'était la raison de tout cela.

« _ Pourquoi est-ce que le fait qu'elle soit en vie est si terrible pour vous ?
  _ Allons bon, vous le savez bien , je vous l'ai dit : je ne la supporte pas. Mais il n'est pas encore temps d'en arriver à cette partie de la conversation, Inspecteur Im. Taemin-ssi. »

Ses mains s'étaient serrées en poing au dessus des touches de son ordinateur. Comment pouvait-elle être si calme ? Si assurée et même si directive et lui, lui ...oh il se dégouttait : comment pouvait-il se laisser entraîner dans son jeu ? C'était répugnant.  Avec un geste de colère il avait levé la main sur elle. Les yeux de l'avocat s'étaient écarquillés mais Park Myeongwol avait seulement évité le coup avec souplesse.  Elle avait argué vers lui un regard moqueur , incendiaire et plein de promesse d'une revanche future.

« _ Je ne ferais pas ça si j'étais vous. A trois ans je pratiquait l'art du coup de pied retourné avant l'alphabet. Je suis la fille d'un général : bien sur que j'ai été entraînée au combat. J'ai gagné les jeux d'Asie en Taekwondo il y à un an. »

ça au moins, il le savait.  De toutes les manières même si toutes les affaires avaient été étouffées , Taemin savait que ce n'était pas la première fois qu'elle était arrêtée.  Et généralement pour des actes de violence physique. À chaque fois la victime avait été longuement hospitalisée. C'était ce qui arrivait quand on laissait une personne au comportement déviant exprimer sa colère en lui apprenant des sports de combat particulièrement violents. Ce n'était pas comme s'il allait oser le manifester oralement, il était certain que cela provoquerai une réaction chez sa locutrice et que d'une façon ou d'une autre : ça provoquerai de la violence chez lui. Dans un éclair de lucidité, il supposait que c'était justement ce qu'elle voulait faire.

« _ Ou j'en étais ?  Oh, c'est vrai ! Je suis rentrée au collège. Un bon collège, très bon sans doutes mais ce n'est pas tellement ce de quoi je voulais parler ; plutôt que c'est à cette période là que j'ai rencontré sur un chat en ligne des gens comme moi. Et nous passions nos soirées ensemble, perdu dans un univers en codes. Mon père était absent et ma mère ...eh bien ce n'est pas exactement une lumière mais maman fait ce qu'elle peux et à cette époque elle traînait Soohee avec elle partout, de cours particulier en cours particulier et je restait seule à la maison avec « Ahjummoni », la bonne à tout faire. Elle ne me surveillait pas – elle avait d'autres soucis dans la vie probablement – alors je me gérai.  Et avec ces camarades si particuliers, nous avons commencé à faire nos preuves. Je ne crois pas qu'on dois le dire comme ça, disons que nous avons commencé à faire des tests en tout genre.

La première chose que j'ai piraté  c'était le site de l'école, ça ne demandait pas une grande dextérité mais avec de l'entraînement j'ai pu entrer dans les fichiers privé de l’établissement, les dossiers scolaires ...Puis les système de surveillance de certaines boutiques, de grand magasin … rien de bien extravagant, mais c'était grisant et de fil en aiguille... J'ai du m'arrêter un temps vers l'âge de treize ans , après qu'il y a eût cet incident fâcheux avec ce garçon du lycée d'en face. J'ai été sévèrement punie par mes parents. »

Il avait plissé le nez en prenant une pause pour relaxer ses doigts.

« _ Un incident fâcheux vous appelez cela un « incident fâcheux? » Heo Joon Tae a eu trois côtes cassés, les cervicales tassées et déplacée et une double fracture radius-cubitus au bras gauche. Il à du passer deux mois entier à l’hôpital.
 _ C'est triste à dire mais Heo Joon Tae à mérité ce qui lui est arrivé. Ce type brutalisait toujours les autres enfants alors, quand il à posé la main sur moi, je lui ai fait comprendre qu'il allait devoir se remettre en question. Je crois que sa famille n' a pas porté plainte.
  _ Vos parents ont acheté leur silence.
  _ Probablement , c'est généralement ce que font les parents qui veulent sauver leur réputation.
 _ Cet incident fâcheux s'est reproduis en suite , n'est pas ? Trois fois. Shin Taeyon, Yoon Cho-Ram et Choi Young.  Est-ce qu'ils l'avaient aussi mérité ?
 _ Je suppose que oui, à des niveaux différents. »

Il avait serré les dents en regardant les rapports médicaux fournis au cours des enquêtes menées pour les accès de violences de la fille Park. Cotes brisées, vertèbres brisées, bassin, main ...et il devait encore s'entendre dire que cette fille était totalement saine d'esprit.

« _ Un type, un hacker comme toi que la cyber-criminalité à attrapé le moi dernier prétend que tu l'a aidé à entrer dans les fichiers de SBS
 _ Je l'ai fait.
 _ Tu as participé à l'intrusion dans le système d'écoute militaire ?
 _ Je l'ai fait.
 _ Et pour l'attaque lancée sur le service de l'information, la base de donnée, l'intranet de l'Armée. Tu y étais ?
 _ J'étais là aussi. Je n'étais pas seule, mais j'en étais. »

Elle était là, calme. Parce que c'était là qu'elle devait être . Elle tapotait à un rythme régulier ses doigts sur la table d'interrogatoire. C'était oppressant. Elle était oppressante. Quelqu'un avait frappé à la porte de la salle et il s'était levé pour se retrouver face à son supérieur lui présentant le médecin en charge de faire l'évaluation psychiatrique. Il s'était vaguement présenté – elle n'y avait pas prêté  trop d'attention et rapidement  ils avaient repris là où ils s'étaient arrêté. C'était à ce moment là qu'ils s'était demandé quand, il avait commencé à la tutoyer.

« _ Et pour la Maison Bleue ? Pourquoi es-tu entrée dans le système de sécurité de la Maison Bleue ?
 _ Parce que je pouvais le faire. Pour la banque aussi. Je pensais que je pourrais alors j'ai eu cette idée. J'ai été sur ce chat , celui qui est dans ces endroits d'internet ou les gens comme vous, inspecteur ou vous Docteur ne se rendent pas.  J'ai dis que je pouvais faire cela, désactiver l'alarme et les vidéo surveillance, déverrouiller le coffre alors si quelqu'un voulait entrer, il pourrait récupérer l'argent.
 _ Tu voulais faire quoi de cet argent ?
 _ Moi ? Puisque je vous ai déjà dit que je ne l'avais pas touché, je n'en ai pas eût. Il ne m’intéresse pas. Quand on m'a arrêtée après, j'ai déjà raconté tout cela. Mon procès à ce sujet est sensé avoir lieu le mois prochain, mais je ne sais vraiment pas ce qu'il en est ou qui était dedans. Alors ne posez pas des questions à ce sujet à la place des procureurs, inspecteur. »

Le psychiatre, d'ailleurs avait choisis ce moment pour se faire remarquer, grattant sa gorge dans un « hum-hum » absolument détestable qui avait achevé d'irriter Taemin.

« _ Elle à raison, ce qui nous intéresse aujourd'hui c'est l'agression de Miss Park, par Miss Park.
 _ En vérité, ça ne m'intéresse pas vraiment de parler d'elle, cela étant c'est directement lié à l'affaire de la Banque. Ou de la maison Bleue, je ne sais plus. Remarquez : c'était peut-être les deux. En tout cas après avoir été remise en liberté sous caution, j'ai appris d'un de mes « amis » que c'était quelqu'un de chez moi qui avait balancé pour mon implication parce que les flics – pardon inspecteur – savaient déjà pour moi avant qu'ils ne soient amenés au poste et qu'aucun d'eux n'avait été interrogé à mon sujet. Et j'ai sus.  J'ai sus. »

« _ Tu savais ? Que nous étions déjà sur ta piste après notre entretient avec le pirate de SBS ? Nous tesurveillions ce n'était qu'une question de temps avant qu'on ne vienne à toi, même sans l'intervention de Park Soohee. Tu savais ?
 _ Non, tout ce que je sais , c'est que Park Soohee aurait mieux fait de la fermer ce jour-là.  Quand je l'ai entendue rentrer ce matin là, après les cours , parce qu'elle se sentait mal : j'étais furieuse.  Alors je l'ai attrapée , même si elle voulait fuir, je l'ai attrapée…
 _ Et alors ? » à demandé le médecin.

Park Myeongwol à haussé vaguement les épaules et s'est légèrement penchée vers eux, comme sur le ton d'une confidence :

« _ Alors ? Alors j'ai attrapé ses cheveux pour la maintenir sur place et j'ai frappé jusqu'à ce que je sois satisfaite. et Soohee pleurai , elle suppliait " sauve-moi, sauve-moi s'il te plaît." mais il ne me plaisait pas de le faire. Et au final je n'ai pas été satisfaite. Pourquoi ? Parce que j'ai été interrompue et à propos de ma mère ; je n'avais pas l'intention de la blesser. J'aime ma mère, c'est une femme ordinaire mais elle est bonne et elle à toujours pris ma défense. Même à ce moment.  Et puis mon père, notre père est arrivé.  La suite vous la connaissez. »

Rapport d'incident, Centre de détention pour Mineures, Séoul ◘ Directeur Seo Inho.
Une instruction interne sur le cas de N°1026 (Park Myeongwol) à été mené dans la journée d'hier suite à l’événement survenu il y à deux jours dans l'aile Est , aillant entraîné l'évacuation de la Gardienne Nam. N°1026 avait pourtant fait montre de bonne foi à son arrivée au Centre et son comportement exemplaire en avait fait un des espoirs du système.

Deux semaines après son admission, un rapport préalable indique son implication dans l'incident qui à envoyé N°0953 à l’hôpital central de Séoul, elle y séjourne encore suite à une opération de reconstruction faciale.  Sa mâchoire avait été brisée à sept endroit différents. N°1026 avait été placée en isolement suite à cet incident et après en être sortie avait eût un comportement exemplaire.  A ce moment là, une nouvelle analyse psychiatrique avait rejeté la thèse du comportement anti-social ou de trouble du comportement.

Par la suite, après sa réintégration exemplaire , N°1026 avait été de nouveau mêlée a des émeutes qui ont soulevé le centre au mois de septembre. Trois membre du personnel avaient été blessé et si elle n'avait pas été impliquée physiquement dans les attaques, après une enquête interne il est apparu qu'elle était le point de départ du soulèvement.

N°1026 à une grande capacité à diriger ses camarades et une influence indéniable sur eux, probablement depuis son retour d'isolement qui à tendu à prouver qu'elle était assez forte pour se rendre en cas d'attaque. Le psychiatre en septembre avait signifier que c'était sa réponse à notre mesure d'isolement,  qu'elle s'était vengée en rassemblant ses camarades. N°1026 n'a pas nié les faits ni ses raisons d'agir.  Un des surveillants avait déjà écrit un rapport sur le comportement dangereux de la jeune fille et sa facilité à entrer en communication avec son entourage et à regrouper toutes sortes de personnes. La menace n'avait pas été prise au sérieux jusqu'à cet événement.

Il y à deux jours, dans l’aile Est, a l'heure de la promenade encadrée, un nouveau soulèvement à eu lieu et , naturellement les suspicions se sont tournées vers N°1026  et la Gardienne Nam à eût un geste de colère non-maîtrisé à l'encontre de la retenue. Un geste que nous n'aurions pas encouragé mais qui à embrasé la colère de N°1026 ; Elle s'est jetée sur la Gardienne Nam et lui à agrippé la tête pour la frapper à toute vitesse contre son genoux. La Gardienne Nam est tombée inconsciente et N°1026 s'est laissée maîtriser sans résister.  Les secours ont pu intervenir.

La Gardienne Nam ne s'est pas encore réveillée de son coma  et souffre d'une fracture du crâne.  L'instruction de l'établissement à conclut qu'il n'était plus possible de garder N°1026 sans mettre en danger la vie des personnels encadrant ou de ses camarades.  Ses parents ont fait savoir par ordre du tribunal des Assise qu'ils avaient renoncé à tout droit sur N°1026 et que sa tutelle à été Donnée à Monsieur KIM Shin, son oncle maternel résident à Londres. Il à décidé de s'occuper de l'enfant après qu'elle aura quitté le sol Coréen.

Son transfert est déjà en cours au sein d'un établissement correspondant dans les alentours de Londres. […]



ISR ▬ Angleterre  ◘  Résidence surveillée.
« _ Tu n'es pas obligé d'être aussi vulgaire, du sais ? » A demandé Myeongwol en levant la tête de son livre de littérature pour regarder fixement son camarade.

Nimrod Morrisson à plissé le nez en réponse , il lui aurait bien proposé de la fermer mais il s'est subitement souvenu que la patience de la coréenne avait des limites. Alors il à préféré se taire et c'était sans doutes la meilleure idée qu'il avait eût depuis son arrivée.  Son visage encore contusionné il l'avait regardée avec mépris , mais elle n'y prêta pas réellement d'attention. Myeongwol avait seulement appuyé sa main contre sa nuque pour le forcer à replacer son attention là ou elle était attendue : sur le passage qu'ils étudiaient.

« _ Et toi, t'es forcée d'être aussi brusque dans tous ce que tu fait ?
 _ Ne joues pas les mijaurées, on en serai pas là si tu n'avais pas été placé en isolement , pour commencer.
 _ Je t'emmerde. »

La main de la jeune fille avait empoigné avec force ses cheveux et il s'était retrouvé paralysé, serré contre elle.

« _ Je pense que je t'ai déjà dis qu'ici tu n'étais pas dans ton petit quartier de la campagne ou tu étais une terreur. Tu ne devrais pas manquer de respect à quelqu'un qui pourrais te briser la nuque dans un geste de colère. Reste seulement à ta place et vis sans respirer : comme si tu étais déjà mort. »

Transférée au mois d'octobre de l'année précédente, Park Myeongwol s'était pourtant parfaitement adaptée et n'avait jamais causé le moindre problème au sein de l'établissement. En vérité, elle s'intégrait même étonnamment bien, mais elle était restée relativement susceptible et elle était assez maligne pour savoir comme s'en prendre aux autres sans jamais dépasser les limites.

« _ Je suis désolé.
 _ Un peu que tu l'es. »

Et Nimrod avait ravalé ses insultes.
Parce qu'il ne pouvait pas faire autrement..

Un peu de vous

Prénom/Pseudo : Y'en à pas vraiment alors appelez moi comme il vous plaira
Age : 21 ans
Tu nous viens d'où ? : Un Top-site ♥
Un commentaire ? : Coeur sur vous mes lapins ...MOUHAHAHA et je suis amoureuse de ce smiley :  :fire:



Dernière édition par Myeongwol Park le Dim 8 Jan - 16:51, édité 10 fois
Revenir en haut Aller en bas
Raven
Invité
avatar

Ven 6 Jan - 23:37
Raven
Raven L. Lentz
Ancien membre
Bienvenue à toi avec ton nom bizarre! 8)
Revenir en haut Aller en bas
Melody Lawford
IRS |:| Classe Delta
avatar
Féminin
Messages : 415
Né(e) le : 14/10/1999
Date d'inscription : 03/01/2017
Age : 17
Niveau d'études/Métier : Troisième année
Situation amoureuse : Mariée
Nationalité : Ecossaise
Commentaires/Citations : Veut DEFINITIVEMENT tuer un élève des Forge selon une rumeur sur lui et ma colocataire
Voir le profil de l'utilisateur
http://indare-division.forumactif.com/ http://indare-division.forumactif.com/t88-la-beaute-triste-d-une-fille-perdue http://indare-division.forumactif.com/t726-le-club-des-cliches-screens

Ven 6 Jan - 23:57
Bienvenue ma grande !



We will always be friend, just friends..
J'écris en #ff99cc
Revenir en haut Aller en bas
Myeongwol
Invité
avatar

Dim 8 Jan - 16:52
Myeongwol
Myeongwol Park
Ancien membre
Merci à vous pour votre charmant acceuil ♥
j'en profite pour Upper parce que cette fiche est terminée !
merci d'avance pour votre attention !
Revenir en haut Aller en bas
Martel Ed'Ruecus
PNJ |:| Directrice de l'IRS
avatar
Féminin
Messages : 450
Né(e) le : 12/09/1981
Date d'inscription : 12/11/2016
Age : 35
Niveau d'études/Métier : Directrice de l'IRS
Situation amoureuse : Mariée à Ruthven Ed'Ruecus
Nationalité : Britannique (origine Allemande)
Voir le profil de l'utilisateur
http://indare-division.forumactif.com http://indare-division.forumactif.com/t24-pnj-martel-ed-ruecus

Dim 8 Jan - 18:09
Bienvenue dans le programme de réinsertion Forge, chère élève.
Vous êtes officiellement admise dans notre établissement pour la durée de votre peine.

En tant qu'élève de Forge, voici les règles spécifiques qui s'appliquent à ton personnage en plus du règlement intérieur :
- Placement en résidence surveillée avec bracelet électronique et interdiction de quitter l'établissement.
- Obligation de porter des menottes ou des procédés bloquant ses mains pour tous ses rendez-vous chez un psychologue, un juge ou une assistante sociale.
- Myeongwol ne doit jamais se retrouver seule avec un de ses camarades de classe. En cas de travail en groupe ou de sport d'équipe, elle doit être surveillée.
- Myeongwol a interdiction d'utiliser un ordinateur ou un quelconque autre dispositif donnant accès à internet. Ses cours d'informatique devront être dispensés sur des machines déconnectées en permanence.
- Obligation d'utiliser des couverts en plastique et de prendre ses repas sous surveillance rapprochée ou dans sa résidence.


Voici les liens qui te seront utile pour tes premiers pas sur le forum :
Listings, pour les classes, les chambres et l'avatar
Suivi psychologique et dossier scolaire, pour tenir compte des notes, éventuelles punitions, soins et autres choses affectant le parcours scolaire de ton personnage
Demandes de rp
Friendships & Adventures
Internet & sms
N'oublie d'ajouter le lien vers ta présentation à ton profil.

Nous espérons que notre école saura vous aider à vous réintégrer dans notre société,
Martel Ed'Ruecus, directrice de l'IRS
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» "Laissez venir a moi les petits enfants"...
» Saint François d'Assise Fondateur et commentaire du jour "Laissez les enfants venir à moi"
» Pourquoi il y a-t-il quelque chose plutôt que rien ?
» Laissez vivre le bio ! (Par Zara Whites pour Évo)
» Laissez-Moi vous guider vers la Perfection Spirituelle.../ voyante anonyme

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Institution Indarë :: Hors-jeu :: Archives-
Sauter vers: