AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


Votez pour le forum

~ Étendez l'expérience ~
Un sondage a été lancé pour un projet de spin-off d'Indarë. Venez donner votre avis !

 :: IRS - Annexe :: Cour de l'IRS Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Pris la main dans la caisse. [Pv Brook] [Finis]

Sébastien Nadeau
Absence longue durée
avatar
Messages : 172
Masculin
Né(e) le : 24/11/1999
Date d'inscription : 19/04/2017
Age : 18
Niveau d'études/Métier : Quatrième année
Voir le profil de l'utilisateur
http://indare-division.forumactif.com/t454-rien-n-est-impossible-seulement-besoin-de-determination-finis

Mar 21 Nov - 22:35
Cela faisait déjà quelque jours que tout cela c'était produite. Aucune nouvelle, comme que j'avais deviné, je regardais mon téléphone de temps en temps et rien. Je suis simplement au bout du rouleau, la vie en a voulu ainsi. Tout était commencé, par une journée tranquille, mes pensée sombres étaient revenue. J'étais simplement dans ma bulle en classe, la cloche à sonné, je suis venue pour sortir de la classe et un élève qui courais à foncé sur moi. Ton il a trébucher, je me suis excusé mais il avait commencé à m'insulté, a peine quelque insulte et il avait commencé à me frappé, il avait pris son crayon pour me poignardé. J'ai pu l'esquivé et le plaqué au mur, c'est amis était la malheureusement, donc je me suis pris une méchante raclé, il pleuvait des coup de partout. J'ai perdu le contrôle et j'ai explosé sur la bande qui était cinq homme. Les surveillant et le professeur de physique ce pointe. Tyler m'avais sortis du groupe comme une poupée dans un tas de jouet. J'ai pu reprendre contrôle, tout cela avait duré à peine une minute, si ont m'aurais laissé plus longtemps, j'aurais été plus en piteux état et les autres autours de moi. Mes main tremblais, il m'amena en infirmerie et m'annonce en même temps que j'ai seulement frappé sur une seul personne. J'avais perdu la carte alors je ne m'en souvenais plu, maintenant le jeune homme qui ma agressé en premier doit aller à l’hôpital, il avait tout vue, il surveillait dans le cadre de porte. Voyant bien qu'il l'avait tenté de le poignardé, il avait tenté de réagir plus tôt mais la bande en ce précipitant sur moi l'avait retardé, des qu'il en retenait un, l'autre revenais. Le jeune homme a les côte fracturé, une jambe et un bras avec. Il me regardait avec un air sérieux et ce questionnant par la suite, l'infirmière arriva. Voyant Seb dans un piteux état. Elle lui montra un miroir pour voir son état. Il saignait fortement de la joue du à une entaille, le nez semblait très fragilisé, il avait une marque rouge sous un œil et la lèvre fendue. J'ai regardé mes jointures, c'était pas mon sang. Tyler me dit qu'il a des chances que je me retrouve en forge après ce qui ces produite. Je les regardé choqué, disant que le mec n'avait pas à réagir comme sa. Il m'avait répondu par la suite que j'étais rendu dangereux pour les autres autours de moi. Ce qui était rendu vrais, mais si j'allais en forge, sa l'aurais été finis de moi. Je ne veut tellement pas m'y retrouver la, je fait des efforts, mais les autres me montrent
le contraire. Il ma dit que si il me verrait pêté un plomb une fois de plus, s'en était finis la liberté, qu'il en parlerait à Martel, notre directrice et m'envoyer en forge sous surveillance pour évité que j'éclate une fois de plus. Je lui ai dit par la suite que je ne faisait que me défendre, ont m'aggressait, j'aurais pas resté la à attendre qu'ont m'aide alors que je peut m'aidé moi même. Il aquiesta de la tête, disant que l'école sa marche différent, qu'il a un protocole à suivre. Une surveillance pour les élèves de l'IRS. Je me suis retourner et je me suis tait. J'ai fermé les yeux. J'ai laissé le temps passé. Le temps m'enfoncé un poignard dans le cœur à chaque instant. J'en avait parlé avec mon psy, me répondant la même chose. Il a eu une amélioration du contrôle depuis le début, mais lorsque sa l'éclate, je devient dangereux pour tout le monde. Il me conseillais de prendre sa au repos pour le reste de la journée, laissé mes blessures ce soigné aussi. Il allait s’arranger pour que je reste en potion, car je me brise tout de même de l'intérieur à chaque fois. C'est tout ce que je demande.


J'ai passé 30 minutes à me regardé dans le miroir. Le sang avait arrêté de couler, j'avait un bandage sur la joue, des point de rapprochement sur le sourcil car j'étais fendu la aussi ont dirais bien. Ma lèvre ce guérissait tranquillement, la marque rouge autour de mon oeil gauche devenais mauve ainsi que mon oeil resta rouge, presque autant que du sang. J'étais torse nue, regardé les bleu sur mon corps qu'ont ma donné. J'ai rabaissé ma tête, cachant mes yeux avec mes cheveux. Me demandant pourquoi je suis le souffre douleurs de cette vie. Pourquoi j'ai pas d'aide ? Ont me parle, pour me laissé, ont me promet, ont s'en va. Donc c'est sa ma vie, à resté seul. Je devrais juste fuir cette école de malheur, ont m'offre de l'aide pour finir par me rabaissé. Je doit simplement quitté cette école, la fuir, disparaitre, je ne suis peut-être simplement pas fait pour cette vie. La lumière au dessus de ma tête fit un flash puit plus rien, elle venait de lâché. Seul la lumière de la cuisine éclairé par le soleil arrive à éclairé un peu la salle de bain. Une lumière orangé, le soleil ce couche plus tôt que d'habitude. Je continuais de me regardé, une petite partis orangé par le soleil et l'autre noir. Cette énergie si sombre, je ne peut simplement pas avancé dans la vie dans cette état, il ne me reste qu'une solution, en finir avec moi. J'ai beau faire de mon mieux, mais je reste tout de même seul, j'aide, parfois ont m'aide mais ont s'en va après, encore seul. Cette solitude, si froide, le néant, si vide, ma vie, si blessante. Comment une personne comme moi fait pour resté en vie ? J'avance avec une tonne de chaîne attaché après mon corps, maintenant je tombe sur le sol, c'est finis. Je doit arrêté, cela ne me sert plu à rien de continuer. Un truc que je devrais faire avant de quitté ce monde, est de m'apaisé l'esprit. La seule solution qui me reste, était l'alcool. L'argent j'en avait encore beaucoup, je demanderais a quelqu'un de me sortir une caisse au lieu d'une simple grosse canette. Je me regardais encore dans le miroir, me disait que j'ai pas de bon sens, mais c'est la seule carte qui me reste à jouer. Je croyais que le plus difficile allais passé, que je me rendrais à l'ISS. Je me trompe, le passé me rattrape toujours. Rien ne m'aide. Je me suis assis sur le sol, le dos sur le mur de la salle de bain. Me frottant le visage avec ma main en la posant sur mon genoux que j'ai replié vers moi. J'ai tourné la tête vers la lumière du soleil orange, celle lumière que j'aimerais tant suivre, mais retenue par la fenêtre barricadé par cette établissement de malheurs. Pourquoi moi ? Pourquoi pas les autres ? Ma vie aurait été plus simple si j'aurais décédé avec ma mère, ont aurait été au ciel en même temps plutôt que de passé du temps avec mon père sur la terre. Ont dit que les meilleurs partent en premier, pourquoi je suis encore ici ? Pourquoi mon père est mort alors que ces lui qui à crée le monstre que je suis ? Rien n'a du sens sur la terre, donc je devrais juste faire ce qu'il me reste à faire. Ce soir, je sort et je baigne mon âme ensanglanter dans de l'alcool pour apaisé les douleurs que je doit supporté, m'engourdir avant de m'en aller moi aussi, cela deviendrais moins douloureux. Je pourrais surement faire deux pour le pris d'un aussi. Je m'installerais dans la cours ce soir, comme sa des qu'ont retrouve ma dépouille, peut-être que j'arriverais à faire enfin réagir les gens d'ici. Faire attention au personne qui en ont le plus de besoin plutôt que les laissé seul. La musique pour moi est devenue un simple bruit qu'ont entend dans la vie de tout les jours. J'ai replié mon autre genoux pour pouvoir y déposer ma tête et croisé mes bras par dessus, restant dans cette position pendant une heure.

Le soleil étant couché, c'était bleu dans ma chambre, sombre et froid. J'ai relevé ma tête pour regardé autour de moi. Les ténèbres envahissait ma chambre, il était temps pour moi d'agir. Je me suis relevé et je me suis changé, pour m'habiller en civil tout simplement, avec un petit manteau d'automne ouvert, il était déchiré de l'intérieur, j'y cacherais une corde à l'intérieur entre deux couche de tissus. Il me resterait qu'à me retrouver ce qu'il faut. Jean bleu délavé, t-shirt noir avec un petit manteau d'automne noir avec un revêtement de fausse fourrure de loup. Je le portais très rarement, car c'était celui à mon père. J'ai du me trompé entre ma valise et la poubelle, mais la il va me servir pour ce soir, pour la dernière fois. J'ai sortis du dortoir en regardant un peu partout. Les élèves me regardait, tous surpris de me voir dans cette état, il avait eu des rumeurs sur la bagarre qu'il a duré à peine une minute, que Sébastien était supposément à l’hôpital, mais ce n'était pas lui qui était à l’hôpital, c'était un autre qui a été à sa place. J'ai mis ma capuche, me cachant du regard de tout le monde et j'ai sortis dehors rapidement. J'ai marché rapidement pour me rendre au super marché. J'ai été m'acheter une bonne grosse corde jaune, simple et solide. Parfait, je me suis pas cassé la tête avec tout ces problèmes. J'étais pas mal plus motivé à faire ce que je fait que plutôt m'avancé dans l'école. Je suis arrivé devant un dépanneur, j'attendais au coin de rue qu'un groupe d'homme passe. Il en avait un plus loin qui arrivait, lâchant un soupir. J'ai retiré ma capuche et je les ai attendu. Une fois près, j'ai pris un grand sourire en rouvrant bien mes yeux.

Hey ! Désoler de vous déranger, mais j'ai une grosse fête ce soir, malheureusement j'ai pas encore l'âge pour la boisson, renderiez vous service ? Vous seriez tellement tchill !

Un des deux n'était pas sur, l'autre hochais la tête, j'y tendis l'argent, j'y avait donné 40 $. Y disant qu'il garde le reste. Il lui a sortit la caisse que je voulait. Une caisse de 15 canette d'alcool. Il m'avait tendis le 20 $ Restant, mais j'ai refusé en lui disant de le gardé en rigolant, que c'était un cadeau. Les deux homme ce regardais surpris. Je leur ai dit par la suite qu'ils m'ont rendu un grand services, qu'ils le méritent. Donc ils sont partis heureux en me souhaitant de bien m'amusé, me disant au revoir. Je leur fit de même en leur remerciant. Je me suis retourné avec la caisse a la main, la corde était dans mon manteau. J'ai repris mon air sombre, j'ai du jouer la comédie pour que cela fonctionne. Cela avait bien marché. J'ai remis ma capuche en m'en allant. Je me suis retourné une dernière fois vers eux, me disant que c'était bien la dernière fois que je rendais des gens heureux. Laissant une larme couler sur ma joue en souriant un peu. Je suis partis en direction du pensionnat. C'était bien le temps d'en finir. J'ai passé autour du pensionnat pour creusé sous la grille qui m'en empêchais de rentré dans la cours, arrivant a passé ma caisse par le trou que j'ai fait, mes mains me faisait tellement mal par le froid et par creusé. J'ai caché mes main sous mes manche et je suis revenue dans le pensionnat pour repassé dans la cours entre les deux batiment. J'ai été cherché ma caisse que j'avais fait entré. Je me suis installé auprès de l'arbre, le dos à l'école. Je me suis assise et j'ai commencé à boire. La boisson passait comme de l'eau. Quatre canette était au sol, je me disait que je devrais installer la corde avant que j'en sois incapable. Donc j'ai grimpé dans l'arbre, j'allais mettre la corde. Lorsque la branche ce brise et me fait chuter de quelque mètre lourdement au sol. J'étais tout mou, je regardais le ciel, sur le dos en reprenant mon souffle, allumant que j'avais tombé. J'ai regardé la corde qui était resté sur l'arbre. La branche que j'avais pris c'était brisé, la corde était resté en haut. J'ai envoyer mon doigt d'honneur à l'arbre. L'envoyant ce promener mentalement, m'assoyant a nouveau près de l'arbre, dos à l'Institution. La corde n'était pas attaché, pendait librement, mais elle était tellement haute. Si au moins je pourrais juste la retiré, mais j'en était incapable. Donc j'ai seulement profité du moment pour boire, il avait maintenant huit canette au sol. Si étourdis, cela m'amusais de voir tout tourné autour de moi, quelque chose qui me fait rigoler un peu. J'ai fermé les yeux en posant ma tête contre l'arbre, toujours assise. Mon corps avait chaud, mais je ne le ressentait pas. J'ai finis par m'endormir, laissant l'alcool de ma canette ce vidé au sol. Après quelque minute, ma tête bascula sur le côté, laissant l'écume sortir de la bouche, tombant au sol. Sa en était finis, j'avais pas conscience que si les surveillant ce pointe, je serais dans le trouble. Je pensais juste quitté ce monde, mais finalement, je serais encore la, j'ai juste profité de ma caisse d'alcool pour m'apaisé l'esprit. Si je rentrait avec, j'aurais fait sonner l’alarme des capteur de métaux. Même encore la le surveillant m'aurais amené vers la directrice avec la caisse. Cela m'étonnerais que quelqu'un ce pointe à cette heure, surtout à cette température. Vue que je ne bougeais pas vraiment, la bave arrêta de tomber, mon corps ce refroidis, ma peau devenant très pâle, je commençais à frigorifié sur place, mais j'étais pas en état pour m'en rendre compte. Deux heure passait, pour moi l'alcool venais de finir de faire effets, cela dure jamais longtemps pour moi, mais je dormais toujours, mon corps étant tout geler, les lèvres mauves, j'avais laissé tombé ma canette et j'ai retourné ma tête au centre, penché vers l'avant, les deux bras sur le côté au sol. Il restait une heure avant le couvre feux, les surveillant devrais faire leur randonné bientôt pour vérifié si il reste personne dehors ou bien dans le corridors. J'étais encore la dehors, pendant ce temps, à dormir comme une bûche.





Dernière édition par Sébastien Nadeau le Mer 29 Nov - 15:39, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Brook Macnay
IRS |:| Classe Bêta
avatar
Messages : 249
Féminin
Né(e) le : 20/06/1999
Date d'inscription : 17/09/2017
Age : 19
Niveau d'études/Métier : 1ere
Situation amoureuse : Amoureuse de Sebastien
Nationalité : Anglaise
Commentaires/Citations : J'ai retrouvée la parole
Voir le profil de l'utilisateur
https://www.wattpad.com/user/CassyFiction http://indare-division.forumactif.com/t872-brook-macnay

Mer 22 Nov - 14:54
Brook venait de finir ses révisions, elle était fatiguée et avait hâte de récupérer son nouveau téléphone. Le soir où Brook était revenue de la ville avec Sébastien, le téléphone de Brook s'était coupé, elle ne savait pas trop pourquoi mais d'après son Psy s'était surement le choc quand il était tombé qui avait fait des dégâts, oui bon il n'était pas tombé c'était Krasarc qui l'avait balancé contre le mur. Bref tout cela pour dire que son téléphone avait rendu l'âme et son Psy l'avait donc envoyé en réparation.
Alors qu'elle traversait les couloirs, elle entendit des ragots. Un étudiant de potion se serait battu avec d'autre garçons et il serait à l'hôpital.

"Mais si! le mec là avec son tatouage autour de l'œil"


Brook se stoppa en entendant ça. Il était à l'hôpital? non ce n'était pas possible. Inquiète elle courus jusqu'à son dortoir. Elle déchira la boîte du téléphone portable et l'alluma mais un gros logo de batterie vide clignotait. Elle grogna et le jeta sur son lit, elle devait trouver la chambre de Seb. Elle courut alors dans les couloirs et demanda à tout le monde où était la chambre. Le soleil se couchait doucement. Lorsqu'on montra enfin la chambre, elle toqua doucement, puis une nouvelle fois et aucune réponse. Le couvre-feu arrivait bientôt, si elle sortait elle se ferait punir. Mais elle voulait savoir comment allait Sébastien.

Tandis que l'étudiante rodait dans les couloirs paniqués, elle eut le reflexe de regarder par la fenêtre d'un des couloirs. Elle n'était pas croyante mais elle se demanda si Dieu existait? car en bas de la fenêtre elle vit une silhouette qu'elle connaissait, elle était sûre que c'était lui. Elle se mit alors à courir jusqu'au rez-de-chaussée. Elle ouvrit la porte de sortie et elle resta choquée en le voyant accrocher une corde et tomber lourdement au sol.

Brook fronça les sourcils et serra ses petits poings. Elle avança alors qu'il venait de s'assoir dos à l'institut pour...boire?

Brook arriva derrière lui. Elle se pencha et ramassa une canette qu'elle renifla. Elle reconnaissait l'odeur, c'était de l'alcool. Brook se tétanisa et un souvenir revint en elle. Seb n'était pas en état de sentir la présence de la jeune femme, perdue dans ses pensées elle ne parlait pas et resta debout la canette dans les mains. Elle avait froid mais ne le ressentait pas, elle revoyait tout, la première fois que Mayers l'avait...c'était ça que son esprit cachait, Brook ne voyait pas tout mais l'odeur lui rappela la douleur dans le bas-ventre de cette nuit-là, c'était il n'y a pas si longtemps, s'était même une semaine avant sa libération, elle s'en souvenait maintenant, pas dans les détails mais dans les grandes lignes.

Quand Brook reprit ses esprits, elle vit Seb qui n'avait pas bougé a par sa tête qui était tombé sur le côté. Brook avait toujours sa canette, elle s'approcha et se mit devant lui, il avait remis sa tête au centre , il semblait dormir et sa peau était blanche. Brook avait rêvassé combien de temps?

La jeune femme hésitait entre être en colère après lui pour s'être mis dans cet état et lui balancer une canette dans la figure, ou bien le consoler et savoir ce qui n'allait pas. Le cœur bien trop clément de la traumatiser prit le dessus. Elle jeta la canette sur le côté et tout en tremblant de froid car elle ne portait que son uniforme avec son genou blessé, elle s'approcha de lui. Elle ouvrit les jambes de Seb et s'assit entre celle-ci. Elle se blottit contre lui sans un mot pour tenter de le réchauffer et de se réchauffer aussi par la même occasion.
L'odeur d'alcool, d'homme qui portait ce blouson avant Seb surement la mettait mal à l'aise et ravivait plein de souvenirs horrible. Elle enfouit alors son visage dans le vêtement de Seb afin de s'imprégner de son odeur pour s'apaiser. Elle passa ses bras autour de sa taille à l'intérieur du blouson et elle murmura avec difficulté.

"Seb...reste"

La corde, l'alcool, elle avait bien compris ce qu'il avait eu l'intention et cela la brisait, elle avait été vexée l'autre fois qu'il la voit comme une amie alors qu'elle, elle le voyait comme un frère, comme sa famille qu'elle n'avait jamais eue...mais malgré tout elle ne voulait pas le perdre.
Revenir en haut Aller en bas
Sébastien Nadeau
Absence longue durée
avatar
Messages : 172
Masculin
Né(e) le : 24/11/1999
Date d'inscription : 19/04/2017
Age : 18
Niveau d'études/Métier : Quatrième année
Voir le profil de l'utilisateur
http://indare-division.forumactif.com/t454-rien-n-est-impossible-seulement-besoin-de-determination-finis

Jeu 23 Nov - 5:56


Des étoiles, des lueurs de couleurs, ce froid, c'est tout ce que je voyais. Ma peau était blanche, mes lèvres étaient rendu bleu par le froid, je dormais dur. Je pouvais voir quelque petit scénario de ma vie se dérouler sous mes yeux. J'avais l'impression d'être assisté à un spectacle, je me voyais à l'infirmerie, à parler avec Naomi pendant qu'elle me soigne les jointures, un local bien au chaud, cela me faisait du bien. Ensuite, il a eu le jeu au gymnase avec Sylvia, cela fait longtemps que je les pas vue, qu'est-ce qui est arrivé à elle depuis ce temps-là ? Je la voyais encore au pied de l'arbre dormir, pendant que j'étais sur la branche du dessus, je ne voulais pas la réveiller, mais c'était trop tard. La chaleur de cette journée chaude me faisait du bien, je me voyais y parler tranquille. J'ai profité pour regarder autour de moi, ce paysage, cette herbe réchauffer par le soleil, un ciel sans nuages, tout était parfait. Je me voyais, si blanc, je semblais si dépressif, c'était bien normal, cela ne faisait pas longtemps que j'avais appris le décès du reste de ma famille. J'ai entendu une petite voir me dire : Seb, reste. En même temps, tout redevient noir autour de moi. Les mots me répétaient sans cesse, plus doucement. Cette voix, je la connaissais, c'était celle de Brook. Cette fille que j'ai aidée, qu'elle m'a aidé par après. Plus le temps avance, plus j'arrivais à ressentir la fraîcheur de l'air, mais il devenait tellement froid, que mon corps m'en brûlait, un peu comme des aiguilles. Je pouvais ressentir mon corps, assis au pied d'un arbre, j'avais une pression sur moi dont j'ignorais toujours la présence. Mon corps ces mises à trembler, mes lèvres geler par le froid, mes oreilles en feu. J'ai relevé la tête contre l'arbre en toussant un peu. J'avais tellement froid, j'avais tellement mal, je me sentais libre il y a quelques instants, maintenant, je me retrouve avec la même douleur qu'en arrivant. J'ai senti une petite chaleur me réchauffer le corps pendant que je retrouvais tranquillement mes esprits. J'avais une petite odeur douce, que j'avais reconnue, cela ressemblais beaucoup à celle de Brook, je me demandais si je commençais pas à halluciné qu'elle soit là. Ma blessure douloureuse à la lèvre me reprit, celui de la joue, aussi, me réveillant un peu plus rapidement. J'ai réussi à ouvrir un œil, puis l'autre avec. Je ne voyais rien pendant quelques secondes, seulement des étoiles, puis j'ai pu remarquer une forme, collée sur moi. Cette forme m'était familière, avec un peu de temps, j'ai pu savoir que c'était Brook, elle était collée après moi. J'ignorais toujours ce qu'elle pouvait faire ici. J'ai remonté mes yeux au-dessus de moi, pour regarder l'arbre pendant un instant avant de remarquer la corde jaune sur la branche cassée. Mes souvenirs me revenaient, j'avais voulu me pendre. En rabaissant le regard, j'avais encore ma caisse de bière, je m'étais saoulé aussi. Elle semblait avoir froid la pauvre, je me demandais toujours qu'est-ce qu'elle faisait dehors sans être habillé au chaud. Finalement, je n'avais pas halluciné, elle était belle et bien là. Mes sentiments en sont revenus. Tout m'était revenu, je n'ai pas plu retenir mes larmes, la haine après moi-même, je croyais l'avoir perdu, qu'ont m'avais laissé seul comme d'habitude. Je l'ai serré dans mes bras, serrant mes jambes après elle pour faire un peu plus de chaleurs, je ne ressentais plu mes jambes, seulement le froid me manger tranquillement. J'avais éclaté en sanglots, je n'en pouvais plu de vivre, j'avais tenté de me retirer la vie pour apaiser mes souffrances une fois de plus qui me hantait à chaque jour, je n'aurais jamais cru qu'elle était restée pour moi, j'ai voulu quitté cette vie en la laissant seule, pensant qu'elle m'aurait abandonné. Ma tristesse occupait ma tête et ma gorge, je me vidais de mes sentiments.

Je .. Suis tellement désolé ... Brook.

C'était la toute première fois que j'éclatais en sanglots devant quelqu'un, normalement, c'étaient seulement les larmes qui me coulaient, mais la, tout à éclater. Tout ce que j'avais contenu à l'intérieur s'est éjecté hors de mon corps, mon mur que j'avais créé était maintenant détruite. J'avais tout fait pour la solidifier, il était rendu encore plus solide depuis la mort de ma famille, je refusais pendant tout ce temps-là de tout laisser sortir, je ne voulais pas paraître pour un faible, pour un pleurnichard. Cette fois-ci, c'était le coup fatal, je m'en voulais tellement. J'avais nul autre solution que de quitter cette vie avec en-tête que j'avais personne, qu'ont m'avais juste abandonné. Si la branche ne serait pas fracturée, je m'aurais pendu devant tout le monde. Le choc qu'elle aurait eu si elle aurait retrouvé mon corps suspendu dans les airs, cela veut dire qu'elle tenait réellement à moi, la vie à refusé de me laisser quitter ce monde, j'ignorais la raison, maintenant, je la connais. Car il restait toujours une personne qui tenait à moi. Elle était déjà assez détruite, je ne voulais pas en rajouter. Je me le demande toujours pourquoi elle ne m'a pas revue, qu'elle me parlait plu et maintenant, elle est ici. Avec cette tristesse, mon corps se réchauffait plus rapidement, la faisant réchauffer à son tour. Elle se frigorifiait pour moi, moi aussi, j'aurais fait beaucoup de trucs pour les autres, mais c'est la première fois que je vois quelqu'un qui prend autant la peine de venir me voir en sacrifiant sa santé pour moi. On peut dire que ce soir, j'étais réellement sur le bord du gouffre, retenue par une fille, c'est ce qui m'empêche de tomber.



Revenir en haut Aller en bas
Brook Macnay
IRS |:| Classe Bêta
avatar
Messages : 249
Féminin
Né(e) le : 20/06/1999
Date d'inscription : 17/09/2017
Age : 19
Niveau d'études/Métier : 1ere
Situation amoureuse : Amoureuse de Sebastien
Nationalité : Anglaise
Commentaires/Citations : J'ai retrouvée la parole
Voir le profil de l'utilisateur
https://www.wattpad.com/user/CassyFiction http://indare-division.forumactif.com/t872-brook-macnay

Jeu 23 Nov - 21:34
Le froid dévorait la peau de la muette, elle mourrait avait froid et elle faisait tout ce qu'il fallait pour le combattre. Elle n'avait qu'un objectif, sauver son ami, elle ne voulait pas le perdre, il était le seul à lui donner le sourire. Les secondes devenaient des minutes, des minutes froides et longues, Brook avait l'oreille collée a la poitrine du jeune homme, elle pouvait sentir son cœur battre, lentement mais il battait encore.
Le silence glacial se brisa, la voix étranglée de son ami résonna dans l'air. Puis ce fut des sanglots, Brook eut le reflexe de serrer son étreinte autour de son corps pour lui prouver qu'elle était là et bien réel. Le stresse de la jeune fille s'évacua aussi, elle se mit à pleurer et elle murmura entre ses sanglots.

"Pourquoi? m'abandonner?"

Clairement elle lui demandait pourquoi il avait voulu l'abandonner, elle pensait qu'ils étaient liés même s'ils ne se connaissaient que depuis quelques jours, ce qu'elle ressentait pour lui était tellement intense, elle ne savait pas ce que c'était, tout comme avec Krasarc, elle se confrontait à des émotions totalement inconnues pour elle, elle n'avait connu que la peur, la tristesse et la douleur, et là elle découvrait l'amitié, l'envie, le désir, la fraternité... Bref un nuage d'émotions inconnues et voila qu'il voulait lui retirer un bout de tout ça en se supprimant de ce monde. Elle était en colère contre lui mais soulagé qu'il soit vivant.

Le corps de Sébastien se réchauffait doucement, elle le sentait et c'était bon signe. Rapidement elle retira ses mains bouillantes du corps de l'étudiant, elle les posait sur chacune de ses joues pour le forcer à la regarder. Elle le fixa de son regard bicolore et elle lui murmura

"Rentrer...le couvre-feu"

Elle quitta les bras de Sébastien et rapidement elle ramassa les canettes qu'elle jeta dans la caisse qu'il avait ramenée, il fallait qu'elle planque ça avant qu'ils aient des soucis. Elle regarda Seb et lui fit signe de se lever. Se doutant qu'il mettrait du temps vu son état, elle emmena la caisse plus loin et la planqua. Elle revint en trottinant et en grelottant, puis elle prit les deux mains de son ami en le fixant.

"Vien...rentrer"

Elle passa le bras de Seb autour de ses épaules pour l'aider à marcher, elle prendrait le temps qu'il faut mais elle le ramènera dans le bâtiment. Tessa était surement dans la chambre elle ne pouvait donc pas ramener Seb chez elle, mais elle se souvenait qu'en toquant à la chambre de Seb il n'y avait personne. Elle murmura alors.

"Ta chambre?"
Revenir en haut Aller en bas
Sébastien Nadeau
Absence longue durée
avatar
Messages : 172
Masculin
Né(e) le : 24/11/1999
Date d'inscription : 19/04/2017
Age : 18
Niveau d'études/Métier : Quatrième année
Voir le profil de l'utilisateur
http://indare-division.forumactif.com/t454-rien-n-est-impossible-seulement-besoin-de-determination-finis

Ven 24 Nov - 14:10
J'avais encore la tristesse qui me noua la gorge, je pensais tellement qu'elle m'aurait ignoré comme les autres, alors que finalement, ce n'était pas le cas. Elle était la seule et unique personne qui me soutenait. Comment j'ai pu penser à cela, maintenant, je me détestais de vouloir quitté ce monde en laissant derrière moi une personne qui tenais à moi pour de vrai. J'étais tellement aveugle, tellement habitué à ce que tout le monde me laisse seul dans mon coin que je pensais pareil pour elle, alors qu'elle est tant différente des autres. Mes larmes continuaient de me couler sur la joue, j'ai tenté de parler, mais j'en étais incapable, cela m'a pris un moment avant que je puisse à nouveau dire quelque chose. À voir Brook en larme sur moi, m'a fait allumer une lumière dans ma tête, qu'elle tenait vraiment à moi pour de vrai. Ce qui m'encourageait maintenant à vivre, j'avais enfin une personne avec qui elle pourra me soutenir en même temps que je puisse en faire de même. J'ai relevé un peu ma tête pour virer mes yeux vers elle avec ma voix tremblante par la tristesse.

Je croyais que tu m'avais abandonné, comme tout les autres ... J'avais aucun contact, rien, donc je croyais que tu m'avais laissé a part, j'en pouvais plu de vivre seul.

Ces mains se sont décollé de mon corps, je m'attendais à recevoir une baffe sur le visage, quelque chose du genre, mais finalement, j'ai sentis une pression sur mon cou qui ma fait tourné le visage vers elle. Ces mains étaient sur mon visage que je ressentais aucune sensation. Je la regardais dans les yeux, mes yeux injecté de sang qui faisait tomber mes larmes que j'ai tant gardé longtemps à l'intérieur. Elle me disait de rentrer, le couvre-feu. J'ai allumé par la suite, c'était vrais, le couvre-feu, si on me retrouve ici, je serais tellement dans le trouble. J'allais me relever pour ramasser les canettes pour les remettre dans la caisse et lancé la caisse à l'extérieur de la cours, mais elle le fit plus rapidement avant moi. J'avoue que j'étais encore étourdis par l'alcool que j'avais bue dans la soirée, donc cela ralentissais mes temps de réaction. Sachant que maintenant elle était là pour moi, je ne voulais plu touché à l'alcool, vue que maintenant, j'ai quelqu'un qui va m'aider pour de vrais, au lieu de sacrifié ma santé pour un petit moment de liberté. Voyant Brook y faire signe pour ce lever, il se relève contre l'arbre, son corps était plus réchauffé par la tristesse qu'il avait eu. En revenant, elle était frigorifiée à nouveau, prenant sa main en disant de rentrer. Elle a mis le bras autour de moi, mais j'arrivais bien à marché, malgré l'alcool qui me rendais plus étourdis. Elle me disait ma chambre, si on voulait aller dans ma chambre. J'ai accepté, j'étais seul, pour l'instant donc on pouvait en profiter, tout cela tombe dans le temps juste pour rentrer chez sois. J'avais tout de même l'intention de d'y expliquer. J'avais tout de même mon air tristes, mais au moins mes larmes se sont séché. Ma démarche balançais un peu plus que normalement, mais au moins je n'avais pas trop l'air saoul, plus fatiguer.

Je suis seul dans mon dortoir, on y va. Je suis tellement désolé Brook, je ne voulais pas t'abandonner. Je croyais vraiment que t'étais comme les autres, finalement, tes resté. Ça me touche vraiment, tes vraiment une sœur pour moi.

Les mots me sortaient plus facilement, l'alcool gelait un peu mes émotions, donc je pouvais mieux m'exprimer. Je me suis souvenue que j'avais parlé d'amie alors qu'elle m'avait parlé de frère, je me déteste tellement d'avoir dit ça, elle prend la peine de s'ouvrir pour moi et je dit ça par la suite. J'arrivais à marché un peu plus vite, vue que je me réveillais tranquillement, le stresse retirait un peu l'effet de l'alcool donc j'arrivais à mieux me déplacer. Me rendant à mon dortoir, j'ai pris la clef et j'ai déverrouillé la porte, laissant Brook entré en premier en même temps de regarder l'heure. C'était tombé bien pile à l'heure. Le mécanisme de la porte s’enclenche, la verrouillant, un peu plus et on était enfermé dehors. Si ont avait resté un instant de plus dehors, c'était fini. Maintenant les surveillant vont passer voir s'il reste des personnes debout. Fermant la porte juste après, les surveillant qui passent vérifieront si tout les portes sont bien fermé. Je ne voudrais pas qu'ils s'en rendent compte que ma porte sois ouverte, en plus qu'il a une fille dans ma chambre, ce qui est contre le règlement. Je me suis assis sur le bord de mon lit en me prenant la tête de mes mains, je me détestais toujours, un peu plus et je laissais cette fille dans ce monde sans pitié. Je m'étais promis d'aider, pas de détruire.



Revenir en haut Aller en bas
Brook Macnay
IRS |:| Classe Bêta
avatar
Messages : 249
Féminin
Né(e) le : 20/06/1999
Date d'inscription : 17/09/2017
Age : 19
Niveau d'études/Métier : 1ere
Situation amoureuse : Amoureuse de Sebastien
Nationalité : Anglaise
Commentaires/Citations : J'ai retrouvée la parole
Voir le profil de l'utilisateur
https://www.wattpad.com/user/CassyFiction http://indare-division.forumactif.com/t872-brook-macnay

Ven 24 Nov - 14:49
Brook savait qu'il était capable de marcher seul, mais elle avait tellement froid, elle ne cracherait pas sur une peu de chaleur. Elle continuait de trembloter à cause du froid. Les doigts de la traumatiser s'entremêlaient avec ceux de son ami pour éviter qu'il retire son bras et qu'elle perde sa seule source de chaleur. À coup sur demain elle allait être malade.

Tout en marchant avec lui jusqu'au bâtiment, la phrase de Sébastien résonnait dans sa tête, le téléphone de Brook avait rendu l'âme c'était pour ça qu'elle ne lui avait pas donnée de nouvelles et en plus elle n'avait pas l'habitude d'avoir des amis alors elle n'était pas vraiment au courant des usages dans ce genre de relation.
Sébastien confirma qu'il était seul dans sa chambre, il ne restait pas beaucoup de temps pour retourner dans le dortoir. Hors de question de laisser seul cette nuit, elle espérait au fond d'elle que les surveillants n'inspectent pas sa chambre, elle aurait des soucis si on trouvait son lit vide.

Par chance les couloirs étaient vides . Le corps gelé de Brook commençait à picoter, il faisait trop chaud d'un coup mais au moins elle ne tremblait plus.
Sébastien ajouta à la fin de sa phrase que Brook était comme une sœur et qu'il s'en voulait d'avoir voulus l'abandonner. Brook baissa les yeux gêné et rougit un peu. Elle n'avait pas relâché la main de Seb pour garder son bras bloquer sur son épaule.
Lorsqu'ils arrivaient enfin dans les couloirs du dortoir, rapidement Brook retira sa main de celle de Seb et se débarrassa de son bras. Si Krasarc était dans le coin il serait furieux de voir ça et elle n'avait pas envie de devoir gérer un conflit de plus, elle devait déjà aider Seb à évacuer son stress. Il ne pourrait même pas prendre une douche vu que l'eau chaude et le courant étaient coupés au couvre-feu.

Alors que la traumatisé tourna la tête pour voir si personne ne les regardait, elle fit pousser dans une chambre. La porte se ferma ensuite automatiquement. Brook rougit un peu et se frotta l'avant-bras, elle était dans la chambre d'un garçon...elle allait avoir de gros problèmes si un surveillant voyait ça ou... Krasarc, c'était le trahir d'être dans cette chambre?

Brook réfléchie quelque seconde et se rappela que Krasarc ne lui donnait aucune nouvelle depuis le réfectoire, c'était comme s'il l'évitait. Brook soupira d'un coup et murmura pour éviter que Seb voyer son mal-être.

"Chaud..."


Il avait encore trente minutes avant que le courant soit coupé. Elle allait devoir dormir ici cette nuit apparemment. Heureusement elle connaissait un peu Seb et il ne semblait pas être le genre de garçon à lui faire du mal.
La jeune femme se tourna dans tous les sens car elle ne voyait plus son ami, il était enfermé dans le couloir? d'un coup elle vit la silhouette assise sur le bord du lit la tête entre ses mains.

Brook avança doucement et se mit à genoux pour passer ses mains sur son dos face à son corps en posa sa tête sur la sienne. Elle murmura alors.

"Téléphone...cassé et"

Rah c'était trop compliqué de faire des phrases, elle regarda sur le côté et vit les affaires de cours de Seb. Elle fouilla et en sortit un stylo et une feuille volante. Elle gratta le papier rapidement et posa la feuille par terre sous Seb afin qu'il puisse lire sans relever le visage.

Citation :
"Je suis désolé Sébastien, mon téléphone ne voulait plus fonctionner le soir où je suis allé à l'infirmerie, on vient juste de me le changer et...je n'ai pas beaucoup d'amis alors je savais pas qu'il fallait donner des nouvelles. À cause de moi tu as failli mourir et je m'en veux tellement"

Elle s'en voulait, si elle avait fait l'effort de le chercher dans les couloirs au lieu de se demander si Krasarc allait bien, rien de tout ça serait arrivé. Krasarc n'avait pas besoin d'elle, c'était elle qui avait besoin de lui et sans le vouloir elle avait laissé de coté la personne qui avait certainement le plus besoin d'elle. Brook resta à genoux sur le sol mais cette fois elle ne touchait pas Sébastien, elle s'en voulais tellement. Elle murmura

"Pardon Seb...m'abandonne pas, meurt pas"

Avec ce qu'il avait tenté de faire, elle allait s'inquiéter pour lui constamment...
Revenir en haut Aller en bas
Sébastien Nadeau
Absence longue durée
avatar
Messages : 172
Masculin
Né(e) le : 24/11/1999
Date d'inscription : 19/04/2017
Age : 18
Niveau d'études/Métier : Quatrième année
Voir le profil de l'utilisateur
http://indare-division.forumactif.com/t454-rien-n-est-impossible-seulement-besoin-de-determination-finis

Lun 27 Nov - 5:52
Cette vie me faisait tellement mal à l'âme, ma tête était tellement lourde et douloureuse que je grimaçais. Me retrouver dans cette situation m'avait mis hors de moi. C'était ma première tentative de suicide, je n'en étais pas fière, mais cette souffrance que je dois vivre, je n'en pouvais simplement pu. Elle passa ces mains sur mon dos pour coller la tête contre la mienne. Retournant mes yeux vers elle, elle avait tenté de me dire quelque chose. Ses deux premiers mots me disait déjà que son téléphone était cassé, donc elle ne pouvait simplement pas m'écrire. J'aurai du m'en douter au lieu de croire qu'elle ne voulait simplement pas de moi. Elle s'est éloigné, le bruit d'un crayon et papier me résonna dans les oreilles, elle écrivait le message qu'elle voulait me le dire. J'ai pris un moment pour fermé mes yeux en restant dans cette position. J'ai pris un moment pour réfléchir, j'ai allumé pendant ce temps-là qu'on était enfermé dans mon dortoir, elle serait obligée de passer la nuit avec moi, ce qui me sonne bizarre. En ouvrant les yeux, il avait la feuille au sol. Elle avait fini de l'écrire et elle me l'avait mis dans mon champ de vision, j'ai lis son message et j'ai aussi compris la raison pourquoi elle n'avait pas été le voir. Elle n'en savait rien, alors si j'aurais perdu la vie, serais retrouvé avec une âme morte sur les épaules, alors qu'elle s'y tenait à moi. J'ai relevé mes yeux vers elle lorsqu'elle ces mises à parler. Je n'avais toujours pas dit un mot depuis qu'ont est entré. C'est la première fois que quelqu'un lui dit cela. Une petite étincelle s'échappe de son cœur, éloignant la dépression autours qui le ravageaient. Laissant échappé cette énergie sombre par les larmes qui se sont remis a couler tranquillement. Elle ne me touchait pas, elle était à genoux en avant de moi. Mon regard s'embrouillait par l'eau qui me monte aux yeux. J'ai eu un petit sourire tremblant en rabaissant mes yeux au sol. J'ai relâché mes mains de ma tête, essuyant les larmes. Ma voix restait autant fragile.

Je ... Je ne t'abandonnerais .. Pas.

J'ai voulu en dire plus, mais ma gorge s'était nouée de nouveau. J'ai balayé du regard mon dortoir. Il n'avait pas de divan, pas d'autre lit, j'étais seul, enfin, il avait un autre lit, mais seulement la charpente en bois pour avoir un matelas dessus. Sachant que le bois de ce truc était fragile, j'ai tombé assis dessus et j'avais défoncé la planche, j'étais coincé plié en deux dans la charpente. Heureusement que mon psy était venue me voir pour me parler par la suite pour m'aider à me sortir de cette position. La planche à été changé donc c'est bon, mais je n'ai pas plus de matelas qui va dessus la charpente. Je regardais mon lit, je l'avais fait ce matin, je vais devoir le partagé pour cette nuit. Je ne voulais pas non plu que le courant coupe de si tôt, s'il a un truc, j'ai mon téléphone qui peut toujours faire de la lumière. Comme ça, cela nous laisserait le temps de parler un peu plus longtemps. Je me suis retourné vers elle. J'ai retiré le manteau et je l'ai lancé dans le coin de la pièce. Je venais de m'en souvenir que c'était le manteau de mon père, mais je faisais quoi avec sur le dos ? J'aurais pu pendre mon manteau tout de même, même si je n'avais pas trop la tête, j'irais le jeter demain. Je me suis retourné vers Brook en posant mes mains sur le lit, serrant en même temps le lit pour aider à calmé l'énergie qui bouillonne à l'intérieur, mélangé à de l'alcool et à de la tristesse ne faisait pas bon mélange, le résulta en était très lourd. Ms avant-bras gonfle dû à la force, je serre mon lit avec mes mains, laissant les veines ressortir.

Désoler de t'avoir enfermé dans .. Mon dortoir, mais en même temps, je ne voulais pas que tu te fasses punir en m'aidant. Par ma faute, j'ai passé près de te mettre dans un pétrin, mais tu as pu me sortir du mien a la fois, je ne sais pas comment te remercier.


Je reprenais ma couleur normal tranquillement. Mon regard la regardait, j'ignorais toujours comment la remercier, j'ai tiré mes bras vers elle pour la serrer dans mes bras. Sentir sa présence me rassure et je voulais la rassurer en même temps. Maintenant elle le sait que j'ai besoin d'une personne pour éviter de me sentir seul face à ce monde injuste. Je ne voulais pas la forcer non plu, elle n'a rien demandé, mais je voulais simplement passé du temps ensemble, rire, s'amuser, discuté, c'était tout ce que je demandais. Accepté était la chose la plus importante aussi, c'est ce qu'elle faisait. Elle semble avoir même accepté mon autre côté. J'y murmure à son oreille.

Merci Brook d'être là.



Revenir en haut Aller en bas
Brook Macnay
IRS |:| Classe Bêta
avatar
Messages : 249
Féminin
Né(e) le : 20/06/1999
Date d'inscription : 17/09/2017
Age : 19
Niveau d'études/Métier : 1ere
Situation amoureuse : Amoureuse de Sebastien
Nationalité : Anglaise
Commentaires/Citations : J'ai retrouvée la parole
Voir le profil de l'utilisateur
https://www.wattpad.com/user/CassyFiction http://indare-division.forumactif.com/t872-brook-macnay

Lun 27 Nov - 10:23
L'inquiétude, c'était un sentiment que Brook n'avait jamais ressenti. Elle n'avait jamais été inquiète avant, elle s'était résigné à vivre dans un sous-sol, à souffrir et comme elle n'avait pas de famille, elle ne s'inquiétait pas pour eux. Mais ce soir elle le ressentait enfin cet horrible sentiment, ce truc qui vous tord les tripes car vous avez peur de perdre quelqu'un.

Le corps de Seb était tellement tendus, Brook le voyait bien mais elle n'osait pas le toucher encore. Il laissa tomber sa tête et lui expliqua qu'il ne l'abandonnerait pas, puis ses larmes se mirent à perler sur ses joues. Brook tremblotait, elle se rendait compte qu'elle avait failli le tuer sans le vouloir.

Sébastien se débarrassa de son blouson après avoir parcouru la chambre du regard. Alors que le blouson s'écrasa au sol, Brook promena son regard aussi sur la pièce. Ses joues se mirent à rougir discrètement, elle venait de se rendre compte qu'il n'y avait qu'un lit ici. Elle se sentait gênée, soit elle allait devoir dormir avec lui dans le même lit, soit il allait devoir dormir sur le sol. Non hors de question qu'il dorme parterre, c'était sa chambre en plus. Elle dormirait par terre ou bien avec lui dans le lit, de toute façon Seb ne semblait pas être le genre de garçon à abuser des gens alors elle ne risquait rien.

La jolie traumatisée le suivit du regard, il s'était lever pour retirer son manteau, et lorsqu'il s'en était rapproché, il avait commencé à le serrer, elle pouvait voir ses bras se crisper et gonfler sous la force ce qui la rendait un peu bizarre, elle ne savait pas trop comment l'expliquer, mais il fallait l'avouer, Sébastien était assez mignon physiquement . Elle secoua une peu sa tête pour se calmer un peu. Elle releva les yeux vers son ami et lui murmura.

"Ce n'est rien"

Elle l'avait fait de bon cœur, elle ne voulait pas qu'il ait des soucis, il en avait surement assez comme ça vu qu'il était à Indare. Les bras du jeune homme arrivaient vers elle, il la tira doucement contre lui ce qui crispa Brook quelques secondes. Rapidement l'odeur de Sébastien l'apaisa. Elle se détendit doucement et commença par enfouir son visage contre son torse couvert d'un tissu chaud. Elle passa ses bras autour de lui et le serra aussi contre elle alors qu'il murmurait à son oreille un merci. Brook rougit un peu et murmura gênée.

"J...pas le droit "

Brook releva son visage vers lui et recommença à se mordre la lèvre inférieure à sang jusqu'à ce que la douleur lui permette de parler un peu plus.

"Il m'interdit...proche des garçons"


Elle ne savait pas trop si elle avait été claire, elle n'avait pas le droit d'être aussi proche de quelqu'un, Krasarc le lui avait imposé et ordonné, mais...elle se rendit compte qu'elle avait envie d'être proche de Sébastien, peut-être par de la même façon que Krasarc mais elle avait besoin de ses bras, un peu comme une petite sœur qui avait besoin de la protection de son grand frère. Ou bien peut-être qu'elle voulait plus? elle soupira, toutes ses questions lui prenaient tellement la tête, elle ne savait pas ce qu'elle voulait en réalité et cela la rendait folle.
Brook relâcha Seb en rougissant. Elle allait parler mais...la lumière des dortoirs se coupa d'un coup. Elle ne bougeait pas sur le coup, puis rapidement dans le noir Sébastien pût sentir à nouveau le petit corps de Brook se blottir contre lui en murmurant.

"Dormir?"

Brook resta contre lui, elle avait posé son front contre son torse et elle attendait de savoir s'il voulait discuter encore, bien qu'il puisse discuter dans le lit, elle n'avait pas trop sommeil encore.
S'il utilisait son téléphone pour allumé elle le relâcherait pour aller s'assoir sur le lit, sinon ira à tâtons. Assise sur le lit elle lui dit doucement.

"peut parler aussi "
Revenir en haut Aller en bas
Sébastien Nadeau
Absence longue durée
avatar
Messages : 172
Masculin
Né(e) le : 24/11/1999
Date d'inscription : 19/04/2017
Age : 18
Niveau d'études/Métier : Quatrième année
Voir le profil de l'utilisateur
http://indare-division.forumactif.com/t454-rien-n-est-impossible-seulement-besoin-de-determination-finis

Lun 27 Nov - 21:17
HA HA HA !! Je te l'avais dit le jeune ! Bordel ... Il était revenu, il en rajoute en plus. Elle parlait de ce type, elle n'a pas le droit de m'approcher. Elle semblait tout de même indécis, mais elle doit le savoir, que ça ma rendu triste de nouveau. Mes bras ont glissé le long de son corps pour revenir à mes côtés. J'ai refermé mes yeux. Je me concentrais de nouveau, ma blessure était guérie, mais il venait juste de s'ouvrir de nouveau. À chaque fois que je pense que c'est finie, finalement, ça recommence juste après. J'ai ouvert mes yeux vers elle en même temps que le courant arrête. C'était la noirceur totale, l'instant d'après, j'ai senti son corps se coller contre le mien. J'ai fouillé dans ma poche pour sortir mon téléphone pour faire de la lumière dans le dortoir. Elle avait posé sa tête sur mon torse, cela me faisait du bien de sentir sa présence, mais la douleur étant plus forte. Le problème n'est toujours pas réglé.

Elle s'installa sur le lit, à côté de lui. Elle lui demandait s'il voulait dormir ou parlé un peu. J'avais quelques questions à y poser avant. À propos de cette personne qui semble la retenir en otage. Les yeux de Seb était rendu noir, même avec la petite lumière de son téléphone. Regardant Brook presque d'un regard vide. Cette soirée remplie d'émotion l'avait brûlé. Laissant un regard vide, il avait seulement l'impression d'être dans le néant. Sa voix calme et arraché par l'alcool se fit entendre.


J'aurais quelques questions, comment ça ce fait que tu te retiens pour lui, alors que vous ne sortez pas ensemble ? À vrais dire, tu es toujours libre de faire ce que tu veux, tu n'appartiens à personne tout de même.

Je voulais surtout savoir son résonnement. Savoir ce qu'il passe en tête, voir s'il peut la comprendre pour mieux l'aidé. Elle ne doit pas se retenir pour une personne, si elle veut se retenir, c'est par elle-même et non pour les autres. Si les gens dans la vie se retenaient pour les gens autour, on sera jamais heureux. C'est toujours mieux de vivre par sa propre façon et non celle des autres. C'est toujours sa que je me suis dit, je le respect aussi, car j'ai pu le vivre avec mon père, j'étais jamais heureux. Des que je faisais mes propres affaires, la, j'étais heureux. Je serais supposé l'être maintenant, mais il a tellement de raison qui m'en empêche. La plus grande raison en ce moment, c'était cette personne qui la retient, qui était cette personne ? Qu'est-ce qu'il voulait d'elle ? Les intentions étaient tu bonne ou mauvaise ? Si le choix n'était pas bon, je dois trouver un truc pour voir cette personne et aller lui parlé dans le blanc des yeux. Réglé les problèmes en face-à-face et non par des messages ou au travers d'une personne. Tout devra se faire bientôt, la moindre blessure que je retrouvais sur elle, j'irais parler à cette personne, je refuse qu'une personne fasse du mal à cette fille. Elle qui n'a rien demandé et elle à vécu l'enfer, un peu comme moi aussi. Maintenant, je me défends, mais de son côté, elle semble faire autre chose. J'ignore quoi, j'ai encore plein de questions sur elle, que je verrais avec le temps, sûrement.

J'ai retiré mon t-shirt, j'avais chaud, très chaud à présent. Je ne retirais pas mon pantalon car elle était là. Sinon je dormirais en boxer, je m'étirais un peu. Les muscles de mon corps ce gonfle avec l'étirement, faisant de l'ombrage avec de la lumière. Ces cheveux paraissaient un peu plus foncés. Ce relevant et pose le téléphone sur le bureau avec la lumière qui vise le plafond. Faisant un petit éclairage. Seb se frotta les yeux avec sa paume de main, retournant s’asseoir sur le bord du lit. Il avait gardé ces jeans et retiré ces bas pour les mettre dans un panier de vêtement sale, qui était vide vue qu'il faisait constamment la lessive. Il n'aimait pas lorsque c'était le bordel dans son dortoir. Il fallait être propre, pas comme chez son père qui se laissait traîné partout. Ces vêtements qui puèrent sa chambre, presque toute la maison. Une raison de plus pourquoi je voulais rien savoir d'invité des gens, surtout lorsque mon père m'aurait battue vers la fin, car je l'aurais dérangé. Je la regardais du coin de l'œil de mes yeux noir par les ténèbres qui menace d'envahir la chambre.


Si tu est trop fatigué, tu me le dira, ont ira ce couché.



Revenir en haut Aller en bas
Brook Macnay
IRS |:| Classe Bêta
avatar
Messages : 249
Féminin
Né(e) le : 20/06/1999
Date d'inscription : 17/09/2017
Age : 19
Niveau d'études/Métier : 1ere
Situation amoureuse : Amoureuse de Sebastien
Nationalité : Anglaise
Commentaires/Citations : J'ai retrouvée la parole
Voir le profil de l'utilisateur
https://www.wattpad.com/user/CassyFiction http://indare-division.forumactif.com/t872-brook-macnay

Mar 28 Nov - 15:46
La révélation de Brook avait surement été dure à avaler. Mais Krasarc avait été clair et si elle voulait obéir à cette règle c'était surement parce qu'elle n'apprécierait surement pas de voir une fille roder autour de lui. De la jalousie? peut-être, en y réfléchissant elle ressentait surement la même chose si une fille rodait autour de Seb pour le lui prendre. Elle soupira nerveusement, la lumière s'était coupée et maintenant la seule chose qui les éclairait c'était la lumière pâle du téléphone que Seb avait retiré de sa poche. Brook venait de s'assoir sur le lit et tourna la tête vers lui quand il vint s'assoir prés d'elle. Rapidement il lui expliqua qu'il avait quelques questions à poser. Brook se gratta nerveusement la tête et attendit qu'il pose ses questions.
Brook se mit à réfléchir quelques secondes, ils ne sortaient pas ensemble? c'était un peu compliquer car il était à elle et elle était à lui donc cela voulait dire qu'ils sortaient ensemble? La jeune traumatisée lâcha un nouveau soupire.

Finalement Brook ne répondit pas, pas qu'elle ne voulait pas mais elle ne savait pas quoi répondre. Un silence pesant régnait dans la chambre. Brook voyait un peu dans le noir, surement ses nombreuses années de captivité. Elle suivait alors Sébastien du regard, ses joues se mirent à rougir d'un coup quand elle le vit retirer son t shirt. Elle avait déjà touché son torse en se blottissant contre lui à plusieurs reprises, mais là elle voyait clairement qu'il était musclé. Durant plusieurs secondes, Brook ne pût détacher son regard de ses tablettes abdominales. Elle se mordit la lèvre inférieure en rêvassant.
Rapidement elle secoua la tête quand Sébastien lui parla. Elle répondit alors nerveusement

"N...n... Non-ca va"

Elle baissa les yeux pour pas qu'il remarque qu'elle l'avait littéralement dévoré du regard. Elle inspira un grand coup et se décida à s'exprimer. Elle tendit la main vers le téléphone que Seb avait posé sur la table de nuit. Elle pianota alors sur ce téléphone qui n'était pas le sien.

Citation :
"Seb, pour ta question, je ne sais pas si lui et moi on est ensemble. Il a dit que j'étais à lui et je lui ai dit que dans ce cas il était à moi mais...j'ai l'impression de ressentir aussi des choses pour un autre, pas la même chose à proprement parler, mais quelque chose d'aussi puissant. Je ne suis pas une habituée des relations humaines, je sais pas ce que je ressens pour lui exactement, ni ce que je ressens pour..."

Elle tendit le téléphone et le laissa lire, puis elle s'allongea sur le dos dans le lit et soupira en murmurant.

"Toi..."

Elle venait de terminer le message qu'elle avait écrit sur le téléphone. Elle se rendait compte qu'elle était complètement perdue. Elle avait eu tellement mal en voyant Krasarc en crise dans le couloir, mais elle avait ressenti cette même douleur en voyant Seb ivre dans la cour. Elle ferma les yeux quelques secondes puis elle se blottit contre le lit en reniflant. Elle retenait quelques larmes, pourquoi les relations humaines sont elle si compliqué, parfois elle se disait que vivre dans son sous-sol n'était pas si mal que ça, au moins elle subissait et n'avait pas besoin de réfléchir. Mais là...elle avait l'impression de trahir Krasarc qui apparemment n'en avait rien à faire d'elle vu qu'il l'évitait depuis le réfectoire et ne lui donnait aucune nouvelle, mais en même temps elle avait l'impression d'avoir blessé Seb en révélant l'existence de son lien avec Krasarc. Elle ouvrit finalement les yeux et murmura.

"Compliqué...pour moi . "

Elle se tourna cherchant la présence de Seb, elle aurait voulu savoir ce qu'il pensait de tout ça et surtout s'il avait quelque chose à dire, après tout y ont quelques jours il la voyait comme une amie, maintenant comme une sœur, y a quelques jours elle le voyait comme un frère et là...elle avait l'impression qu'il était bien plus que ça... Elle murmura

"Seb?"

Revenir en haut Aller en bas
Sébastien Nadeau
Absence longue durée
avatar
Messages : 172
Masculin
Né(e) le : 24/11/1999
Date d'inscription : 19/04/2017
Age : 18
Niveau d'études/Métier : Quatrième année
Voir le profil de l'utilisateur
http://indare-division.forumactif.com/t454-rien-n-est-impossible-seulement-besoin-de-determination-finis

Mer 29 Nov - 6:08
Je me suis couché sur le dos, la tête contre l'oreiller à regardé la noirceur de mon dortoir. Elle n'avait pas répondu à ma question. Donc ce qui approuve mon autre côté, mes cheveux me bloquais les yeux. Je ne les replaçais pas, car cela évitait de montrer ce que je cache. Elle disait qu'elle était encore bonne pour ce parler. J'ai détourné les yeux vers elle. Elle était rendu toute rouge, c'est mignon. Elle ne doit pas être habituée de voir une personne comme ça à coter d'elle. Elle prit mon téléphone pour écrire un truc. Me le montrant par-après. Je lisais le texte qu'elle avait écrit. Tout semblait parfaitement montré qu'elle ressentait un truc pour ce gars, sinon l'autre, c'était ? ... Moi ? Elle le dit juste après. Je me suis relevé du lit. Frottant mes yeux avec mes paumes de main. Donc elle était prise entre deux personnes ? Elle semblerait être coincée aussi avec une personne possessive. Plus le temps avance, plus je me disais que je dois aller voir cette personne directement. Cela ne m'aide pas en même temps de savoir qu'il ce dit qu'elle est-à lui. Ces compliqué dans ma tête, tout les lien, jouer avec les sentiments et réussir à défaire le nœud pour pouvoir tout remettes en place. Je la regardais par la suite, elle reniflait, elle se retenait. Moi aussi, je me retenais, j'étais heureux de savoir qu'elle ressentait quelque chose pour moi, mais blessé de voir qu'il avait quelqu'un d'autre aussi, j'aurais compris si la personne aurait été gentil, mais la, c'est différent, je n'entends que du mal. Je vais vraiment devoir y parler, je n'ai pas plus peur, la seule peur que j'ai, étais de perdre le contrôle et de tout foutre en l'air. Un peu comme l'autre fois, heureusement que c'était moins pire vue qu'il n'a pas fait son méchant. Une simple tension et il peut sortir n'importe quand. Je regardais Brook sur le lit, j'y caressais la tête tranquillement, histoire de l’apaiser en regardant devant moi.

C'est compliqué pour moi aussi, t'inquiète. Sentir de nouveau sentiments que j'ai jamais connue, vivre une situation pour la première fois, c'est tellement compliqué.

J'ai pris un moment pour réfléchir encore une fois. Je voulais être sur de moi-même. Je lâchai un grand soupir. Chaque ennemi vaincu, en fait apparaître un autre plus fort, sauf que j'en deviens à bout de me défendre, mes murs s'écroulent tranquillement. Je vais devoir les solidifié, si c'est mon dernier à vaincre, je ferais tout pour passé au travers. Je ne veux pas manquer cette occasion de me débarrasser de tous les problèmes pour pouvoir être de nouveau tranquille et s'amuser pleinement de la vie. Cette année était la pire, j'espère à présent pouvoir y arriver pour de bons. J'entendis mon nom, j'ai retourné ma tête vers elle, je me demandais ce qu'elle voulait. J'ai arrêté de caresser la tête et je me suis couché à nouveau dans le lit. Je restais un moment de silence, avant de me tourner la tête vers Brook.

Je veux rencontrer cette personne, lui parlé face à face. Je ne veux pas qu'il te retienne en otage pour son plaisir personnel.

J'ai tourné mon corps vers elle, ma voix semblais revenir, reprenant de la détermination.

Je veux seulement ton bien, que tu sois heureuse, je refuse que tu te faces blessé une fois de plus, mal traité, tout ce qui est mal, je refuse, tout doit en finir une bonne fois pour toute. Tu es libre de faire ce que tu veux et non ce que les autres veulent. Les sentiments son si compliqué, mais prend le chemin que tu préfères, si t'aime mieux me voir, tu es libre, si t'aime mieux .. Le voir, vas-y, je ne te retiendrais pas, mais si je vois une blessure sur toi. Il en aura lui aussi, depuis longtemps que je cherchais quelqu'un qui me comprend, j'ai la chance d'avoir trouvé quelqu'un avec qui je peux la traité comme ma sœur, je ne prendrai aucun risque de la perdre, peut-importe la situation ... Brook, depuis la première fois que je t'ai vu, t'avait quelque chose de si particulier à mes yeux. Mon corps réagissait si différent avec toi, je t'ai dit que je voulais une amie au début, maintenant j'ai beaucoup mieux. Je peux me comporter tellement mieux vue qu'il a une personne qui peut me comprendre, que je peux comprendre aussi. Tu n'as pas besoin de parler pour que je te comprenne, c'est pareil pour toi.

Je m'étirais en baillant, la fatigue m'avait rattrapé. C'est sûr qu'en étant dans un bon lit chaud avec elle, c'est ... Pourquoi ce sentiment d'être si bien ? Pourtant, je dors dans un lit, sauf qu'elle est la, c'est tout. Je ne comprends pas, cela doit être le fait que je suis encore plus fatigué, non, cela n'a pas de bon sens. J'ai la tête en compote tout d'un coup. La fatigue me tue tranquillement, j'étais tout de même coincé entre plusieurs sentiments. J'espère que demain sa l'irais mieux.


Allez, on doit dormir, on a une nouvelle journée à affronté demain.

J'ai replacé mes cheveux, je me suis couché sur le dos, me laissant emporté par le sommeil. Cela n'a pas pris beaucoup de temps. Il aurait juste manqué que je sois en pantalon de pyjama et sa l'aurait été parfait ... Pas vraiment, finalement, je n'aurais pas voulu qu'elle assiste au réveil du dragon matinale. C'est embarrassant ce truc, malgré que je vais avoir quand même de la difficulté à le cacher dans mes jeans même. Je ne serais tellement pas subtiles. Heureusement aussi que cette nuit, il n'a pas les surveillant qui viennent fouiller dans nos chambres pour voir si on est à notre place. Dire que cette nuit ont l'échappé de justesse. J'éviterais de recommencer, j'éviterais l'alcool aussi, cela m'avait fait du bien, mais maintenant que j'en suis ici, j'allais perdre la vie, si j'aurais été mort, je ne serais pas la en ce moment à dormir à coter d'elle. L'effet est si différent que de dormir seul.



Revenir en haut Aller en bas
Brook Macnay
IRS |:| Classe Bêta
avatar
Messages : 249
Féminin
Né(e) le : 20/06/1999
Date d'inscription : 17/09/2017
Age : 19
Niveau d'études/Métier : 1ere
Situation amoureuse : Amoureuse de Sebastien
Nationalité : Anglaise
Commentaires/Citations : J'ai retrouvée la parole
Voir le profil de l'utilisateur
https://www.wattpad.com/user/CassyFiction http://indare-division.forumactif.com/t872-brook-macnay

Mer 29 Nov - 15:12
Allongée sur le dos Brook ferma les yeux gênés, qu'est-ce qu'elle venait de faire et de dire? elle allait gâcher une amitié, gâché la vie de deux hommes. Est-ce qu'elle devait en parler à Krasarc? lui dire que son cœur est depuis quelques jours séparés en deux?

Elle ouvrit les yeux quand Sébastien s'adressa à elle. Alors lui aussi avait ce souci? ne pas reconnaitre des sentiments et avoir mal quand on les ressentait? elle se redressa et s'assied sur le lit en baissant la tête. Lorsqu'il parla de voir Krasarc, le sang de la jeune femme se glaça, s'ils se voyaient, comment cela se finirait? Krasarc était dangereux et Seb...ou plutôt son double pouvait aussi être violent, les deux hommes qui comptaient le plus dans sa vie risquaient de gros problèmes dans l'institut.
La déclaration de Sébastien réchauffa une partie du cœur de la jeune femme, alors il tenait à elle? et à en juger par sa voix il ressentait des choses similaires même si tous deux n'arrivaient pas à mettre un nom dessus. Brook soupira à la fois de soulagement, mais aussi de nervosité.

Seb se rallongea sur le dos et proposa de dormir. Il avait raison en plus il fallait que Brook parte tôt pour ne pas être vu par les surveillants. Elle s'allongea à coté de lui en gardant ses distances pour ne pas déranger. Lorsqu'elle s'endormie, instinctivement elle se tourna et fit sa nuit la tête sur le torse du jeune homme.
Le lendemain, elle entendit les porte à se déverrouiller. Brook ouvrit les yeux, elle avait dormi sur le torse de Sébastien ce qui la fit rougir, pour la première fois depuis des années, elle avait bien dormi et n'avait pas fait de cauchemars. Elle s'employa à se lever délicatement sans le réveiller. Elle passa au-dessus de lui et enfila ses chaussures pour ensuite vite sortir de la chambre avant qu'ont la voit. Dans le couloir elle courus à sa chambre et s'y enferma essoufflée. Personne ne l'avait vu ouf.
Le lendemain elle eut un rendez-vous avec le DR Morisson, celui-ci lui proposa de voir un spécialiste pour parler. Elle ne se fit pas prié et quelques jours après, elle y alla. Cette fois elle fit tout pour se rappeler une fois par jour de donner des nouvelles à Seb, en général elle le faisait le soir après les cours histoire de parler un peu par SMS. Un matin elle reçut un Sms...Krasarc... Il voulait la voir et lui ordonna un rendez-vous.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Je mets ma main dans Ta Main
» Dans la Paume de ta main
» « Je ne lâche pas la main de celui qui garde sa main dans la mienne. » (Jésus)
» Trou dans la caisse
» La main de Dieu dans les cieux

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Institution Indarë :: IRS - Annexe :: Cour de l'IRS-
Sauter vers: